Appel à communications « Intellectuels et Médias dans les Espaces Hispanophones et Lusophones »

Afficher l'image d'origine

 Afficher l'image d'origine

APPEL A COMMUNICATIONS

COLLOQUE INTERNATIONAL

Intellectuels et Médias dans les Espaces Hispanophones et Lusophones (XIXe-XXIe siècles)

Hommage à Marie-Claude Chaput
vendredi 30 septembre – samedi 1er octobre 2016
Université Rennes 2- PILAR-ERIMIT- Rennes Métropole

APPEL Colloque mcchaput 2016 Rennes 2 docx

 Comité d’organisation :

  • Nadia Ait Bachir (Maître de conférences, Université de Caen, PILAR)
  • Françoise Dubosquet (Professeure des universités, Rennes 2, directrice de l’ERIMIT, PILAR)
  • Nathalie Ludec (Professeure des universités, Rennes 2, ERIMIT, présidente de PILAR)
  • Bodosahondra Randrianarijoana (Consultante, PILAR)
  • Víctor Rodríguez Infiesta (Enseignant-chercheur, Université d’Oviedo, PILAR)
  • Aránzazu Sarría Buil (Maître de conférences, Université de Bordeaux Montaigne, PILAR)

Comité scientifique :

  • Jean-François Botrel (Professeur Emérite, Rennes 2, PILAR)
  • Chrystelle Fortineau (Professeure des universités, Rennes 2, directrice de l’ERIMIT)
  • Celia Palacio Montiel ( Professeure de l’Université de Veracruz, directrice du Centro de Estudios de la Cultura y la Comunicación)
  • Antonio Platero Laguna (Professeur de l’Université de Cuenca, président de la Asociación de los Historiadores de la Comunicación)
  • Adriana Pineda Soto (Universidad Michoacana de San Nicolás de Hidalgo, présidente de la Red de Historiadores de la Prensa)
  • Cristina Ponte (Professeure de l’Université nouvelle de Lisbonne, directrice du Centro de Investigação Media e Jornalismo de Lisboa)
  • Juan Antonio García Galindo García (Professeur de l’Université de Málaga, Directeur de la Faculté des Sciences de la Communication, membre de l’AHC, vice-président de Pilar)
  • Pierre Paul Grégorio (Professeur de l’Université de Bourgogne, vice-président de PILAR)

Présentation

Ce colloque en hommage à Marie-Claude Chaput, ex présidente de l’association Pilar (Presse Imprimé Lecture dans l’Aire romane) et ancienne enseignante-chercheure de Rennes 2, a pour objet la place et le rôle des intellectuels dans les médias dans les espaces hispanophones et lusophones, dans une approche pluridisciplinaire: historique, politique, économique, culturelle et linguistique.

Les intellectuels, acteurs et témoins de leur temps, constituent une élite présente dans les médias non seulement dans l’espace consacré des suppléments culturels mais aussi dans la presse d’information générale et aujourd’hui dans les nouveaux médias de l’ère digitale (blogs et réseaux sociaux).

Les médias sont, par excellence, un lieu d’expression privilégié pour les intellectuels : d’abord lieu de l’écrit, ils sont un espace propre à l’écriture, celui de l’écrivain, du chroniqueur. Pensons au rôle de gardien de la langue à travers la figure de Fernando Lázaro Carreter, auteur de la chronique intitulée « El dardo de la palabra », publiée dans le quotidien espagnol El País. Donnons d’ores et déjà une place au « e muet » du féminin intellectuelles1.

Si l’on se tient à cette définition, les intellectuels sont: « des citadins qui voyagent et qui sont présents dans les médias ; ils sont donc en mesure de formuler des idéologies et de donner à la population une image nationale2. »

Dans le contexte des luttes pour l’indépendance en Amérique latine, au XIXe siècle, l’intellectuel se glisse dans la figure du penseur politique, pour proposer un nouveau projet de société national. Au XXe siècle, les « transitions » sont aussi un marqueur commun aux espaces hispanophones et lusophones et méritent une attention particulière de la part des intellectuels.

C’est bien l’une des vocations premières de la presse que de divulguer un nouveau courant de pensée ou d’opinion, d’en percevoir les balbutiements, de prendre le pouls de la société en donnant la parole aux intellectuels, d’écrire « le premier brouillon de l’histoire », comme le déclarait Philip Graham, l’un des anciens éditeurs du Washington Post3. Convertis en journalistes, les intellectuels explorent, observent et décrivent l’histoire en train de se faire, une histoire immédiate4 : « Nous entendons donc par histoire immédiate, l’ensemble de la partie terminale de l’histoire contemporaine, englobant aussi bien celle dite du temps présent que celle des trente dernières années ; une histoire, qui a pour caractéristique principale d’avoir été vécue par l’historien ou ses principaux témoins5. »

C’est ainsi que sont relayés, expliqués et interprétés les mouvements sociaux. Dans les années 60 et 70, par exemple, la presse écrite mexicaine s’ouvre à de nouveaux débats autour de la situation des femmes en accordant dans ses colonnes une place aux intellectuelles, à la fois témoins et actrices de leur époque. À l’écoute de la société, de son histoire, elle remplit sa fonction en rendant visibles les femmes, leurs préoccupations, leur militantisme, à une époque porteuse de changements dans la relation entre les sexes et participe pleinement à l’écriture d’une page de l’histoire des femmes.

L’intellectuel dérange : il est ce dard qui fend et pourfend les préjugés, les stéréotypes. Il participe à la construction des représentations collectives, culturelles, sociales, politiques et économiques. Nous tâcherons de battre en brèche cette définition de l’intellectuel que donne G. Bernanos : « (…) L’intellectuel est si souvent un imbécile que nous devrions toujours le tenir pour tel, jusqu’à ce qu’il nous ait prouvé le contraire. (…)6

Ces premiers éléments de réflexion prendront forme autour des propositions suivantes :

  1. L’intellectuel, acteur et témoin de l’histoire
  2. L’intellectuel face à l’événement
  3. Les intellectuels et la construction de nouvelles représentations et identités
  4. Les intellectuels dans la sphère économique
  5. Intellectuels engagés et engagement intellectuel
  6. Intellectuels et cultures populaires
  7. Entre l’écrit et le virtuel : les traces des intellectuels

Se pencher sur la place des intellectuels, c’est rendre compte de leur rôle de médiateurs, de créateurs d’opinion, selon des thématiques qui font écho aux préoccupations de Marie-Claude Chaput, pour l’Histoire du temps présent, et en particulier pour la presse espagnole et française, qui croisent une approche politique, économique et de genre, du XIXe au XXIe siècles.

Pour s’inscrire, consulter le page : http://mcchaput2016.sciencesconf.org/

Contact : mcchaput2016@sciencesconf.org

NOTES

1 Nicole RACINE, Michel TREBITSCH, Intellectuelles Du genre en histoire des intellectuelles, Bruxelles, Coll. « Histoire du temps présent », Ed. Complexe, 2004.

2 CABRERA LOPEZ, Patricia, Una inquietud de amanecer. Literatura y política en México, 1962-1987, Collaborateur José Agustín, UNAM, Centro de Investigaciones Interdisciplinarias en Ciencias y Humanidades, Plaza y Valdés, 2006, p.45

3 BROOKS, David, « Listo en Washington, el museo del periodismo », La Jornada, 9 de abril 2008; <http://www.jornada.unam.mx/2008/04/09/index.php section=mundo&article=044n1mun>

4 KAPUŚCIŃSKI, Ryszard, Los cínicos no sirven para este oficio : sobre el buen periodismo, Barcelona, Anagrama,2002.

5 SOULET, Jean-François, L’histoire immédiate, PUF, Collection Que-Sais-Je ?, N° 2841, 1994, p.4.

6 BERNANOS Georges, La France contre les robots, R. Laffont, 1947 ; Éditions Le Castor Astral, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *