Archives pour la catégorie Colloques et Journées d’études

Colloque International « Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente », 2-4 mars 2017

Affiche Colloque le fleuve et la ville

Programme Colloque le fleuve et la ville janv 2017

Jeudi 2, Vendredi 3 et Samedi 4 mars 2017

Colloque international organisé avec l’Université de Paris Est-Créteil et la Universidad Nacional de Entre Ríos 

Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente 

Lieu: Casa de Argentina (Cité Universitaire Internationale de Paris), Université Paris 8 (salle D 143) et UPEC Créteil (salle Erasme i3-218, Campus Centre)

Laboratoires de Recherche
LER / ALHIM / LIRICO Université Paris 8
CREER / IMAGER, Université de Paris Est-Créteil
EDUNER / Universidad Nacional de Entre Ríos
Comité organisateur
Sergio Delgado (MCF, CREER/IMAGER, Université Paris Est-Créteil)
Laura Gentilezza (ATER, Doctorante, CREER/IMAGER Université Paris Est-Créteil)
Anne Garcia (ATER, Doctorante, CREER/IMAGER Université Paris Est-Créteil)
Enrique Fernández Domingo (PR, LER/ALHIM, Université Paris 8)
Júpiter Ossaba (Lecteur, Doctorant, LER/ALHIM Université Paris 8)
Jessica Torres Quiroga (Doctorante, LER/ALHIM Université Paris 8)
Alexis Chausovsky (Enseignant, Doctorant, Universidad de Entre Ríos, Argentine)
PROGRAMME
Jeudi 2 mars 2016
(Maison de l’Argentine, Cité internationale universitaire internationale)
17h00 Accueil des participants
17h30 Ouverture du colloque par Annick Allaigre, présidente de l’Université Paris 8, Julio Premat, directeur de l’équipe d’accueil LER, Université Paris 8, Olivier Montagne, Président de l’Université Paris Est-Créteil, Graciela Villanueva, directrice de l’équipe d’accueil IMAGER, Université Paris-Est Créteil et Guillermo Mondejar, coordinateur EDUNER, Universidad Nacional de Entre Ríos.
18h00  Conférence inaugurale
– Sylvia Molloy (New York University): « “Añoro patria”: composición de ciudad y río en Jorge Luis Borges y Xul Solar »
19h00 Présentation Dossier « Le fleuve et la ville » (Cuadernos LIRICO, work in progress)
Responsable : Laura Gentilezza
Projection vidéo Cuadernos del Tigre. Teatro de recortes + Perfomance sonora, de Daniel Samoilovich et Eduardo Stupía (en présence d’Eduardo Stupía)
Lecture de Luisa Futoransky, Miguel Ángel Petrecca et Enrique Fernández Domingo.
20h00 Cocktail-Buffet
Vendredi 3 mars 2016
(Université Paris 8, Salle D 143)
9h00 Accueil des participants
9h30 Atelier 1 : La ville, le fleuve et leur contexte spatial
Modérateur : Júpiter Ossaba (Université Paris 8)
– Olivier Archambeau (Université Paris 8): « Saint-Georges de l’Oyapoque ou l’impossible frontière »
– Nicolas Escach (Sciences Po Rennes, Campus de Caen): « Le fleuve : ressource patrimoniale ou vecteur de développement des villes baltiques ? »
– André Filler (Université Paris 8): « Homme, fleuve, ville, Empire : le Cavalier d’airain de Pouchkine »
11h00 Pause café
11h30 Table ronde : Différents regards sur la ville et le fleuve
Commentateur : Adrián Gorelik (Universidad Nacional de Quilmes, CONICET)
– Perla Petrich (Université Paris 8): « Realidades imaginarias del río Usumacinta. Tabasco, México »
– María Mercedes Di Virgilio (Universidad de Buenos Aires/CONICET): « Buenos Aires y la ribera: continuidades y cambios de una relación esquiva »
– Alejandro Román Antequera (Université de Bourgogne): « Les fleuves et la baie de Cadix »
13h00 Repas
14h30 Atelier 2 : Le fleuve, la ville et l’écriture
Modérateur : Sergio Delgado (Université Paris Est-Créteil)
– Leonardo Senkman (The Hebrew University of Jerusalem): « Los humedales fluviales olvidados en ficciones sobre la costa de Saer y Wernicke »
– Claudia Rosa (Universidad Nacional de Entre Ríos/Universidad Nacional del Nordeste): «Alfredo Veiravé y sus paisajes laterales »
– Adriana Amante (Universidad de Buenos Aires): « Vistas y luces en el Río de la Plata durante el Sitio de Montevideo »
16h00 Pause café
16h30 Atelier 3 : Le fleuve, la ville et l’écriture (II)
Modérateur : Jessica Torres Quiroga (Université Paris 8)
– Anne García (Université Paris Est-Créteil): «  Del lago al desagüe: los ríos invisibles de la ciudad de México en Hombre al agua (2004) de Fabrizio Mejía Madrid »
– Ricardo Torre (Université Paris Est-Créteil): « El río y la ciudad en la obra de Marcelo Cohen »
– Nora Catelli (Universidad de Barcelona): « Los cuerpos de la guerra en el Paraná »
18h00 Présentation du livre El horizonte fluvial (collection « El país del sauce », Editorial de la Universidad Nacional de Entre Ríos, Paraná, 2016), Actes du colloque international organisé à Paraná, Argentine, en septembre 2015. Avec le soutien de l’Université Paris Est-Créteil
En présence des éditeurs : Alexis Chausovsky, Sergio Delgado et Guillermo Mondejar et des auteurs : Edgardo Dobry, Enrique Fernández Domingo, Claudia Rosa, Graciela Silvestri et Graciela Villanueva.
Samedi 4 mars 2016
(Université Paris Est-Créteil, Campus Centre, salle Erasme, i3-218)
9h00  Accueil des participants
9h30  Atelier 4 : Le fleuve retrouvé
Modérateur : Anne García (Université Paris-Est Créteil)
– Laura Gentilezza (Université Paris-Est Créteil): « El río en el trabajo de Hernán Ronsino: imágenes y afluentes »
– Edgardo Dobry (Universidad de Barcelona): « Los poetas no saben nada del río, salvo que es un ‘dios pardo' » »
10h30 Pause café
11h00 Atelier 5 : Le fleuve remémoré
Modérateur : Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8)
– Myrna Insúa (Université de Paris-Est-Créteil): « Pablo, entre la tierra y el río. Buenos Aires, el Rio de la Plata y la memoria de la desaparición »
– Alexis Chausovsky (Universidad Nacional de Entre Ríos): « El río y los juegos acuáticos como espactáculo de masas »
– Graciela Silvestri (Universidad de Buenos Aires, CONICET): « Empatía y distancia: formas de comprender el espacio fluvial »
12h30 Clôture du colloque : Bilan et perspectives
13h00 Repas de clôture

APPEL A COMMUNICATIONS : « Le Chili dans le monde: transferts de discours, pratiques, personnes, relations diplomatiques et réseaux de sociabilité (XIX-XXI siècles) »

Afficher l'image d'origineColoquio Internacional

Chile en el mundo: circulación de discursos, prácticas, personas, relaciones diplomáticas y redes de sociabilidad (siglos XIX-XXI)

Fecha: 11 y 12 de julio de 2017

Lugar: Universidad de Santiago de Chile

Organizadores: Universidad de Santiago de Chile, Universidad de la Frontera, Université Paris 8-Saint-Denis, Université Lumière-Lyon 2, Université Paris Nanterre

 Contacto : etat.nation.chili@gmail.com

CHILE 4

El coloquio celebrado en junio de 2011, Construction de l’État-Nation et résistances au Chili: de l’Indépendance au Front populaire, tuvo como tema el estudio de la estructuración del Estado-nación en Chile y de las resistencias que tuvo que enfrentar. En enero de 2013 se prosiguió la investigación cambiando de enfoque con el coloquio Construction de l’État-Nation et développement économique et social au Chili (1811-1976) que supuso una continuación de esta reflexión y líneas de investigación, privilegiando el estudio sobre las relaciones económicas y financieras internas y externas que acompañaron la formación del Estado-nación chileno. En diciembre 2015, el tercer coloquio Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle puso en perspectiva la Historia contemporánea y las Artes visuales chilenas entre el periodo de la independencia del país y el tiempo presente.

Este año, Chile celebrará el cruce de los Andes por San Martín y O’Higgins, y para completar los coloquios regulares que ya organizamos nos parece oportuno abrir las fronteras de Chile e interrogarnos sobre sus relaciones con el mundo exterior.

Recogiendo el marco cronológico de nuestro anterior coloquio, desde su independencia Chile se abre a un mundo en continua transformación donde se desarrollan múltiples relaciones transnacionales en diversas actividades humanas. Con respecto al caso chileno, este tipo de relaciones estructuran un desarrollo espacial y temporal de lazos y solidaridades entre actores al servicio del Estado y actores no estatales. En estos intercambios se cruzan e interactúan múltiples individuos de diferentes medios y sectores que activan diferentes estrategias e interpretan un papel tan significativo como los Estados en las circulaciones culturales, técnicas, políticas, diplomáticas, comerciales y financieras y, por lo tanto, en las dinámicas de cambio.

Un ejemplo paradigmático es el caso de las migraciones. Estas participaron activamente en la circulación de las ideas, representaciones, prácticas, mercancías y personas. El estudio de la circulación de científicos europeos en Chile en el siglo XIX y XX -quienes desempeñaron un papel de primer orden en el desarrollo de carreras universitarias, técnicas de construcción, realización de obras, entre otras-, la presencia de intelectuales y políticos extranjeros en Chile, la circulación e intercambio de modelos políticos por vías académicas, militantes o diplomáticas a lo largo del siglo XIX como en los momentos de renovación de las prácticas gubernamentales (gobiernos de Aguirre Cerda, Frei, Allende, o después del Golpe, o sea, interés por la experiencia ajena) o los numerosos casos de cooperación científica y militar en el siglo XX y XXI son muestras de los campos de reflexión que deseamos desarrollar en este coloquio. De la misma manera, convendría analizar las migraciones de personas que en el siglo XIX encontraron refugio en Chile, en particular argentinos que huían de la dictadura de Rosas, y el fenómeno de los exilios políticos chilenos de la historia reciente, también de la migración económica después de 1973, o la llegada de profesionales y/o empresarios españoles tras la crisis europea de 2008 en adelante.

La circulación (transfert)[1] es por definición un proceso dinámico y de mutación incesante que se desarrolla por el recorrido de discursos, prácticas, mercancías, obras y personas[2] distinguiéndose de la simple movilidad ya que los cambios se producen a causa de los propios desplazamientos[3]. La movilidad en sí misma transforma e impone las fronteras o las regulaciones de los flujos a merced de líneas de fuerza, de modas o de tradiciones en las cuales los vectores privilegiados son los “transmisores culturales”[4].

Según Robert O. Keohane y Joseph S. Nye estas relaciones son contactos, coaliciones e interacciones que desarrollan a través de las fronteras estatales y que no son controladas por los órganos centrales de política exterior de los gobiernos, es decir, las relaciones, directas o indirectas, personales o no, que traspasan las fronteras de los Estados-nación e implican al menos un actor no institucional[5].

A partir del concepto de circulación (transfert), proponemos reflexionar sobre la idea de transnacionalidad estudiando cómo se han constituido y producido los diferentes procesos de interacción entre actores y su resultado, no una característica o un atributo prexistente a estas relaciones. La reflexión nos llevará a analizar la estructuración de movimientos sociales o la acción de actores institucionales[6] o no -por ejemplo, una red transnacional de expertos y de científicos-[7] y las consecuencias resultantes como es el caso de la constitución de nuevas identidades (profesionales, artísticas, diplomáticas, políticas, religiosas, de género, empresariales,…) o el desarrollo de redes y estrategias transnacionales[8].

Ejes de estudio

  • Relaciones diplomáticas
  • Redes y sociabilidad transnacional (culturales, profesionales, políticas, empresariales…)
  • Circulación de discursos y prácticas
  • Actores institucionales
  • Actores no institucionales

Calendario

  • 15 de abril de 2017: recepción de las propuestas
  • 21 de abril de 2017: respuesta a las propuestas
  • 1 de junio de 2017: programa definitivo del coloquio

Convocan:

Juan Luis CARRELLÁN RUIZ, Universidad de la Frontera

Alvar DE LA LLOSA, Université Lumière-Lyon 2

Enrique FERNÁNDEZ DOMINGO, Université Paris 8-Saint-Denis

Nathalie JAMMET-ARIAS, Université Paris Nanterre

Hernán VENEGAS VALDEBENITO, Universidad de Santiago de Chile

[1] Desde los años 1980 la noción de “transfert culturel” se utiliza normalmente en la historia de las relaciones internacionales. Pierre Milza, “Culture et relations internationales”, Relations Internationales, n° 24, hiver 1980, pp. 361-379; Hugo R. Suppo, Mônica Leite Lessa, “O estudo da dimensão cultural nas Relações Internacionais: contribuções teóricas e metodológicas” in Mônica Leite Lessa, William da Silva Gonçalves (org.), História das Relações internacionais. Teoria e processos, Rio de Janeiro, Editora da Universidade do Estado do Rio de Janeiro, 2007, pp. 223-250. Philippe Poirrier, L’enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil, 2004. Rojek, Chris & Urry, John (eds.), Touring cultures: Transformation of travel and theory, London, New York, Routledge, 1997.

[2] Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, “Penser l’histoire croisée: entre empirie et réflexivité”, Annales HSS, 1, 2003, pp. 7-36.

[3] Claude Markovits, Jacques Pouchepadass, Sanjay Subrahmanyam, Circulations and Society. Mobile People and Itinerant Culture in South Asia, 1750-1950, Delhi, Permanent Black, 2003.

[4] Louise Bénat Tachot, Serge Gruzinski, Passeurs culturels. Mécanismes de métissage, Paris, Éd. de la msh/Marne- la-Vallée, pumlv2001.

[5] Robert O. Keohane, Joseph S. Nye (comp.), Transnational Relations and World Politics, Cambridge, Harvard University Press, 1971, pp. XII-XVI.

[6] Robert Franck, Pour une histoire des Relations internationales, Paris, PUF, 2012.

[7] Bérengère Marques-Pereira, Petra Meier, David Paternotte (ed.), Au-delà et en deçà de l’Etat. Le genre entre dynamiques transnationales et multi-niveaux, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 201, p. 17.

[8] Los individuos, unidos por lazos personales y de amistad, interactúan como “amigos” en el seno de asociaciones seguras y reconocidas que solicitan ideas para investigar, para desarrollar estrategias y medidas de política pública. La importancia de estas relaciones personales e informales subraya la permeabilidad de las esferas política, académica y profesional y su influencia conjunta en los procesos políticos.

APPEL À COMMUNICATIONS : « La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIe siècles) »

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine     Afficher l'image d'origine

APPEL À COMMUNICATIONS

La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIe siècles)

Nanterre, vendredi 7 avril 2017

Journée d’étude organisée par Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) et Natalia Molinaro (Université de Paris 8)

Dans le cadre de cette journée d’études intitulée « La Nation en fête en Amérique latine », nous souhaitons prolonger une première réflexion menée conjointement par les équipes du Grecun de l’UPOND (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) et ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sur les notions de fêtes et de célébrations nationales en Amérique latine (revue Alhim n° 33 à paraître, premier semestre 2017).

La fête, en tant que pratique collective, va de pair avec la construction d’imaginaires nationaux. Pensées comme des récits créés de toute pièce par les institutions et/ou les différents groupes sociaux pour rassembler les citoyens autour d’un socle commun, les fêtes et cérémonies nationales renferment des tensions déterminées par les enjeux du présent. Si la Nation est vécue et contée par ses fêtes, les fêtes nationales construisent et sont imaginées pour la Nation. Cette journée d’études s’inscrit dans le sillage des études déjà menées par de nombreux chercheurs (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, et bien d’autres). Il s’agira cependant ici d’accorder une place prépondérante aux acteurs et aux témoins, ainsi qu’aux différents espaces de célébration et contre-célébration. Tout en poursuivant notre exploration des différents procédés de construction du « corps national » en Amérique latine, nous analyserons tout particulièrement le rôle des participants (État, associations, groupes sociaux, etc.), le choix des différentes symboliques (hymnes, chants, drapeaux, figures patriotiques, etc.), le choix des espaces (lieux, monuments, statues, etc.) et la fonction des temps (calendriers civiques, dates spécifiques de commémoration, etc.). Ainsi les différentes communications pourront s’inscrire dans les quatre axes suivants :

Axe 1 : Les célébrations officielles de la Nation

Les fêtes nationales constituent un enjeu pour le pouvoir qui en contrôle le contenu et la diffusion. Nous nous intéresserons dans un premier temps aux pratiques « officielles », aux modèles de célébration qui « donnent à voir » une homogénéisation et une « supposée » unité du corps social. Nous nous attacherons à l’étude de la mise en scène du national par l’État et/ou les institutions officielles en interrogeant tout particulièrement les différentes formes et manières que peuvent revêtir certaines célébrations nationales. Quels sont les espaces de célébration ? Quels sont les procédés et représentations choisis pour mettre en valeur la nation ? Quels sont les symboles et valeurs transmis ? Dans quelles mesures ces célébrations ont un pouvoir efficace de transmission de l’idéologie nationale ? En quoi produisent-elles de l’identité pour cette nation et contribuent-elles à créer ou raviver, du moins pour quelques temps, un sentiment d’appartenance collective ?

Axe 2 : Quand la Nation se célèbre ailleurs.

Le second axe concernera les pratiques transnationales de célébration. Si l’État est l’un des principaux ordonnateurs, il s’agira de démontrer que la nation peut se fêter « ailleurs ». Comment la nation est-elle célébrée au-delà de ses frontières ? Quelles en sont les frontières et limites ? Cet axe est particulièrement ouvert aux études portant sur les célébrations organisées par des institutions (réseaux diplomatiques, fondations, etc.) ou associations en dehors des frontières nationales. Il entend mettre l’accent sur la fabrique de nouveaux espaces publics de célébrations, sur les nouvelles formes de sociabilités officielles/associatives qui permettent de fêter et de partager cette communauté de destins.

Axe 3 : Les célébrations « en marge » et contre-célébrations

Cet axe propose de revenir sur les pratiques « parallèles », situées « en marge » des célébrations officielles, ou pensées par opposition à celles-ci. Il s’agira de montrer en quoi ces pratiques proposent d’autres lectures du national, instituent un autre ordre – ou désordre – et contribuent, par là-même, à définir ou redéfinir l’identité nationale. Cet axe nous amènera à nous poser d’autres questions telles que : qui sont les célébrants et contre-célébrants ? Quelles sont les appropriations et/ou réappropriations du récit national et ses symboles ? En quoi ces pratiques « parallèles » de célébration peuvent-elles être considérées comme des pratiques « transgressives » tout en contribuant, par certains détournements, à donner ses contours à l’événement officiel ? Les communications pourront également aborder la question des rapports de force, de pouvoir et luttes pour récupérer le fait national (rapports de hiérarchie, de division entre les différents célébrants, enjeux, etc.).

Axe 4 : La Nation « contée ». Récits de célébrations

Il s’agira dans cet axe d’analyser le rôle des différents écrits dans la construction du sentiment national et d’une mémoire de l’événement.  À travers les récits, que ce soit en littérature (romans, romans nationaux, nouvelles, récits autobiographiques, etc.), dans des revues ou dans la presse, nous pourrons nous demander : comment ces récits représentent-ils la nation en fête ? Comment singularisent-ils les célébrations ? Quelles sont les places accordées aux événements phares de l’histoire nationale ? Comment les mots mettent-ils en scène, et par la même, construisent la mémoire nationale ? Quels enjeux de pouvoir enferment-ils ? En quoi cette mémoire est-elle une mémoire choisie, sélective ? En somme, quels sont les nouveaux contours de cette « Nation contée » ?

Modalités pratiques :

Les propositions de communication (moins de 500 mots, bibliographie et titre compris ainsi qu’un court CV) doivent être envoyées avant le 31 janvier 2017.

Calendrier  :

  • 31 janvier 2017 : date-butoir pour l’envoi des propositions
  • Février 2017 : annonce des propositions retenues
  • 7 avril 2017 : journée d’étude

Contacts :

Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) dlehmann@u-paris10.fr

Natalia Molinaro (Université de Paris 8) natalia.molinaro@laposte.net

___________________________________________________________________________

CONVOCATORIA

Festejando la Nación en América latina (siglos XIX-XXI)

Nanterre, viernes 7 de abril de 2017

Jornada de Estudios organizada por Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre – La Défense) y Natalia Molinaro (Université de Paris 8)

En el marco de esta Jornada de Estudios proponemos profundizar la reflexión iniciada por el grupo de investigación del GRECUN del UPOND (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) y el grupo ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sobre las nociones de fiesta y de celebraciones nacionales en América latina (revista Alhim N° 33 en preparación, primer semestre 2017).

La fiesta como práctica colectiva acompaña la construcción de imaginarios nacionales. Concebidas desde las instituciones y/o los diferentes grupos sociales como relatos cuyo objetivo es reunir a los ciudadanos alrededor de un objeto en común, las fiestas y ceremonias nacionales encierran las tensiones del presente. La Nación es vivida y contada por sus fiestas, y las fiestas nacionales construyen y son imaginadas para la Nación. Esta Jornada de Estudios sigue el planteamiento de las numerosas investigaciones sobre estos temas (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, etc.), pero proponemos enfocarnos en los actores y los testigos, así como en los espacios de celebración y contra-celebración. Seguiremos explorando los distintos procesos de construcción de un “cuerpo nacional” y analizaremos también el papel de los participantes (Estado, asociaciones, grupos sociales, etc.), la(s) (s)elección(es) de distintas simbólicas (himnos, cantos, banderas, figuras patrióticas, etc.), la función de los espacios (sitios, monumentos, estatuas, etc.), así como la de los tiempos (calendarios cívicos, fechas específicas de conmemoración, etc.). Las propuestas de comunicación deberán inscribirse en alguna de las cuatro grandes líneas temáticas explicitadas seguidamente:

Línea temática 1: Las celebraciones oficiales de la Nación

Las fiestas nacionales son centrales para el poder, que controla los contenidos y la difusión. Consideraremos primero las prácticas “oficiales”, los modos de celebrar que “dan a ver” una homogeneización y una “supuesta” unidad del cuerpo social. Estudiaremos la puesta en escena de lo nacional por el Estado y/o las instituciones oficiales, interrogando más particularmente las distintas formas que pueden tomar algunas celebraciones nacionales. ¿Cuáles son los espacios de celebración? ¿Qué procedimientos y representaciones se eligen para valorizar la nación? ¿Cuáles son los símbolos y los valores que se transmiten? ¿En qué medida tienen estas celebraciones un poder de transmisión eficiente de la ideología nacional? ¿Cómo producen identidad para la nación y contribuyen en crear o reactivar un sentimiento de pertenencia colectiva?

Línea temática 2: Cuando la Nación se celebra en otras partes.

El segundo eje tratará de las prácticas transnacionales de celebración. Aunque suele ser el Estado el que genera la celebración, trataremos de mostrar que la nación también puede festejarse en otros espacios. Serán privilegiados en particular los estudios y análisis dedicados a las celebraciones no sólo organizadas por instituciones (redes diplomáticas, fundaciones, etc.) sino también por asociaciones fuera de las fronteras nacionales. Nos centraremos en la construcción de nuevos espacios públicos de celebración, en las otras formas de sociabilidad (oficiales o asociativas) que permiten festejar y compartir un mismo sentimiento de pertenencia a una comunidad de destino.

Línea temática 3: Celebraciones “al margen” y contra-celebraciones

En este eje volveremos sobre las prácticas “paralelas”, situadas “al margen” de las celebraciones oficiales, o pensadas en oposición a las fiestas oficiales. Veremos cómo estas prácticas proponen otras lecturas de lo nacional, instituyendo otro orden – o desorden  – y contribuyendo por lo tanto en una (re)definición de la identidad nacional. En este eje nos preguntaremos: ¿quiénes son los celebrantes y contra-celebrantes? ¿Cuáles son las apropiaciones y/o reapropiaciones del relato nacional y de sus símbolos? ¿En qué medida estas prácticas “paralelas” de celebración pueden considerarse como “transgresivas”, al mismo tiempo que van dando su forma al acontecimiento oficial, mediante apropiaciones, reapropiaciones y desvíos? Las comunicaciones podrán también abarcar los temas de luchas de poderes y tensiones por la recuperación del hecho nacional (jerarquías, divisiones, etc.).

Línea temática 4: La nación “contada”. Relatos de celebración

En esta mesa se analizará el papel de la producción escrita en la construcción de un sentimiento nacional, así como de una memoria del acontecimiento. ¿Cómo se representan las fiestas nacionales en los relatos, sean éstos literarios (novelas, relatos autobiográficos, etc.) o periodísticos (prensa, revistas)? ¿Cómo singularizan dichos relatos la celebración? ¿Qué lugar ocupan los hitos de la historia nacional? ¿En qué medida contribuyen las palabras en reproducir lo vivido y, participan de este modo en la construcción de una memoria nacional? ¿En qué medida se trata de una memoria selectiva? ¿Qué luchas de poderes reflejan? ¿Por qué constituyen estos relatos una segunda puesta en escena de la celebración? Finalmente, ¿cuáles son los contornos de la “nación contada”?

Modalidades prácticas:

Las propuestas (menos de 500 palabras, incluyendo el título de la comunicación, la bibliografía, y un corto currículo) deben ser enviadas antes del 31 de enero de 2017.

Calendario:

  • 31 de enero de 2017: Envío de propuestas
  • Febrero de 2017: Respuesta del Comité de organización
  • 7 abril de 2017: Jornada de Estudios

Contactos: 

Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) dlehmann@u-paris10.fr

Natalia Molinaro (Université Paris 8) natalia.molinaro@laposte.net

APPEL A CONTRIBUTION : Journée d’étude « Les mises en scène de l’événement »

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Journée d’étude

Les mises en scène de l’événement

27 avril 2017

Équipe de Recherche Interlangues Mémoires Identités Territoires (EA 4327), Rennes 2

Composante  REcherches sur les Espaces Hispanophones et Lusophones (REEHL)

Présentation

Cette troisième journée d’étude ( JE 1  » L’après-coup de l’événement » ; JEII « Une lecture globale de l’événement local ») se propose de poursuivre la réflexion sur « L’événement et sa transmission » en se  penchant sur les mises en scène de l’événement[1].

Cette perspective est double car elle s’appuie sur deux pôles, le pôle de la production et celui de la réception. Le premier pôle englobe différents domaines, l’espace public, l’espace économique, les médias, les arts au sens large, les institutions, l’école par exemple. Le second convoque différents destinataires: le citoyen, le lecteur, le consommateur, l’élève.

La mise en scène de l’événement s’inscrit dans une triple temporalité (passé, présent, futur) qui peut répondre à un dessein politique ou à une attente d’un public donné. L’événement se (ré)actualise  selon un contexte et des conditions particulières (raisons politiques, éthiques, économiques) tout en accordant une place prépondérante à sa réception. La mise en scène devient elle-même événement.

Les études proposées s’inscriront dans l’aire ibérique et ibéro-américaine.

Organisation

Toute proposition, accompagnée d’un résumé (400 mots) et d’un bref CV, devra être adressée avant le 16 décembre.

Contact :   Nathalie Ludec : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

[1] – Patrick Charaudeau, Le discours d’information médiatique: la construction du miroir social, Paris, Nathan, 1997.

– Michel de Certeau, « Pour une nouvelle culture. Le pouvoir de parler», Études 5/2008 (Tome 408), p. 628-635.

– Barthélémy Michel, « Événement et espace public : l’affaire Carpentras », In: Quaderni, n°18, Automne 1992. Les espaces publics. pp. 125-140. DOI : 10.3406/quad.1992.975  www.persee.fr/doc/quad_0987-1381_1992_num_18_1_975

 

Journée d’études « El relato de viaje en/entre Europa e Hispano-América »

JOURNEE D’ETUDES

El relato de viaje en/entre Europa e Hispano-América

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Mardi 11 octobre 2016

Mail de mèches, Maison de Langues, Salle L1 – 107

Université Paris Est–Créteil

el-relato-de-viaje-affiche
9h00 Accueil des participants
9h30 Ouverture de la journée d’étude par Anne-Lise Humain-Lamoure, Doyenne de l’UFR de Lettres, Langues et Sciences Humaines, UPEC, et Sylvie Le Moel, co-directrice du laboratoire IMAGER (EA 3958)
10h00 Atelier 1/Présidence : Laura Gentilezza (Université Paris Est-Créteil)
Viajes textuales, viajes míticos, viajes imaginarios en Ficciones de Borges                                                                                                                   Graciela Villanueva (Université Paris Est-Créteil)
El paisaje como construcción cultural: la mirada de los viajeros europeos sobre el Titicaca (siglo XIX)                                                           Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8/LER-ALHIM)
García Márquez y el río Magdalena: relatos de un mismo viaje     Iván Jiménez (Université Paris Est-Créteil / ESPE)
12h30 Pause Déjeuner
14h30 Atelier 2/Présidence : Benoît Coquil (Université Paris Est-Créteil)
¿Adónde va René Saavedra con su skate por las calles de Santiago? (Pablo Larraín, No, 2012). Algunas perspectivas del relato de viaje en el cine contemporáneo                                                                                     Sergio Delgado (Université Paris Est-Créteil)
Conquista, espacio y viaje: la emergencia de los relatos corporales (Siglo XVI)                                                                                                                      Loreley El Jaber (Universidad de Buenos Aires/CONICET)
El viaje de Rodolfo Walsh a « La isla de los resucitados » 1966. La crónica periodística entre la noticia, la literatura y la alegoría etnográfica                                                                                                           Cristina Iglesia (Universidad de Buenos Aires)

Journée d’étude du Réseau d’Études Visuelles Hispaniques « NO, Film de Pablo Larraín. Un regard controversé de sur la transition chilienne »

Afficher l'image d'origine

Journée d’étude du Réseau d’Études Visuelles Hispaniques « NO, Film de Pablo Larraín. Un regard controversé de sur la transition chilienne »

Vendredi 7 octobre 2016

9H00 – 17H00 Colegio de España

Cité Internationale Universitaire de Paris

programme-no-7-10-16
PROGRAMME
Matinée
Modératrice : Pascale Thibaudeau (Université Paris 8)
9h00  Ouverture de la journée                                                                                             Jacques Terrasa (Université Paris-Sorbonne)
9h30 No, ou la transition vers… la continuité ?                                                         Franck Gaudichaud (Université Stendhal Grenoble 3) et                          Antoine Faure (Universidad Finis Terrae)
10h00 No : réception d’une « révélation brutale » au Chili                                     Eva-Rosa Ferrand Verdejo (Université Paris-Sorbonne)
10h30 No et ses sources : oblitération, reprise et détournement de                 quelques antécédents artistiques                                                                        Stéphanie Decante (Université Paris-Ouest Nanterre)
11h00 Denuncia y resistencia política en los colectivos                                          documentales durante la dictadura chilena.                                                  Experimentación artística, contrainformación y                                        educomunicación comoformas de activismo audiovisual                        Paola Lagos (Universidad de Chile)
11h45 Débat
Après-midi
Modératrice : Isabelle Prat (Université Cergy-Pontoise)
14h30 De l’empathie libératrice à la mise à distance:                                               l’ambivalence de la musique dans No                                                                 Marianne Bloch-Robin (Université de Lille 3)
15h00 No ou comment éclairer la nuit chilienne                                                        Michèle Arrué (Université Paris 8)
15h30 Instabilité de l’énonciation et effets de brouillage dans No                    Pascale Thibaudeau (Université Paris 8)
16h00 Débat
17h00 Clôture de la journée

Journée d’études « Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle) »

JOURNEE D’ETUDES

Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)

Afficher l'image d'origine

Miguel Alandia, “La educación”, 1960, Monumento a la Revolución Nacional, La Paz

Affiche JE 13 mai 2016

Programme JE 13 mai 2016

Présentation

Natalia Molinaro (Université Paris 8)

Cette Journée, organisée en collaboration avec l’ERESCEC (Axe Histoire, Mémoire et Politique en Europe méridionale du LER, dirigé par Mercedes Yusta Rodrigo et Xavier Tabet), a envisagé les processus de construction nationale en Europe méridionale et en Amérique latine (XIXe-XXIe siècle) depuis un point de vue transatlantique et transversal. Elle proposait d’observer comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Quels points communs, quelles différences, quels transferts entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ?

Nous avons proposé des échanges entre chercheurs à partir de comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques pédagogiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique : quels points communs, quels transferts, quelles différences entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ?  Dans un premier temps nous avons travaillé sur la construction mémorielle, notamment à la construction d’une mémoire officielle d’un passé traumatique resignifié et produisant de l’identité. Car « une nation, c’est une mémoire », comme l’affirmait Pierre Nora. Un second volet a été consacré à l’éventail de pratiques pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés qui permettent de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale, en faisant appel à une mémoire commune. Quels mécanismes et procédés retrouve-t-on d’un côté à l’autre de l’Atlantique, en des espaces-temps certes différents, mais toujours marqués par l’enjeu mémoriel et l’impératif national ? En quoi ces pratiques sont-elles révélatrices d’influences et d’une circulation des idées ?

Dans la lignée de la perspective dite constructiviste ou « moderniste », nous avons considéré ce que nous appelons « la nation » comme le fruit d’un processus d’invention, entendu dans le sens de « création », comme le soulignait déjà Benedict Anderson. Nous nous sommes intéressés aux trois grandes étapes de ce processus historique d’invention et/ou de réinvention avec, d’abord, l’établissement de limites, à la fois conceptuelles – autrement dit imaginaires – et territoriales, pour la définition de cette nation. Les interventions de Brice Chamouleau (Maître de Conférence, Université Paris 8), Darío Lanfranca (Docteur en Etudes Italiennes, L.E.R., Université Paris 8) et Yves Léonard (Sciences Po. / L.E.R.) ont montré, entre autres, à quel point cette première étape est marquée par la dichotomie inclusion/exclusion, dont les frontières sont parfois floues ou poreuses.

Le second volet a été consacré à l’éventail de pratique pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés permettant de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale et produire de l’identité. Les interventions de Laura Fournier (Maître de Conférence, Université Paris 8), Marie Salgues (Maître de Conférence, Université Paris 8) et Dalila Chine-Lehmann (Université Paris-Ouest Nanterre) ont abordé ces trois aspects. Dans l’Italie post-Unité, d’abord (Laura Fournier, « Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité »). Puis dans l’Espagne du XIXème siècle (Marie Salgues, « La construction de la nation au XIXème siècle dans le théâtre patriotique : les invariants d’un processus de définition identitaire ») et enfin, dans le Mexique actuel (Dalila Chine-Lehmann, « Apprendre à aimer la patrie : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines »).

Cette journée s’est achevée avec l’intervention de Paola Díaz (I.M.M. / E.H.E.S.S.) concernant l’un des aspects les plus délicats et pourtant essentiel à la construction nationale : la question mémorielle et les politiques de la mémoire. Dans sa communication intitulée « La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale », Paola Díaz est revenue sur les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004). La projection du court-métrage de Nicolás Lasnibat, Treinta años (2006), en sélection officielle à la Mostra de Venise et prix du meilleur court-métrage aux Festivals de San Sebastián et de Santiago de Chile, est venu mettre un point final à cette journée, en présence du réalisateur. Son travail a été présenté par Michèle Arrué (Maître de Conférence, Université Paris 8).

Nacionalizar heterodoxias por eliminación: formas del homonacionalismo español

Brice Chamouleau (Université Paris 8)

Cette communication s’est proposée de s’interroger sur la manière dont l’interprétation des luttes sexuelles en Espagne est fortement médiatisée par des métarécits relevant d’un patriotisme constitutionnel espagnol post-franquiste. Les subjectivités abjectes du franquisme sont devenues les figures exemplaires et rédemptrices de l’ordre démocratique. En empruntant à Bartolomé Clavero l’idée que “[n]ación es categoría que presta vestimenta de legitimidad cultural y base social a la desnudez política del Estado”, il a été question de remarquer les procédures par lesquelles les luttes sexuelles sont reversées dans un récit national sur la démocratisation de l’Espagne qui naturalise une culture d’État pour décrire l’avènement de la citoyenneté démocratique après Franco. En particulier, la communication s’est intéressée aux luttes catalanes et barcelonaises, à leur territorialité politique, dont la dimension conflictuelle est effacée au profit d’une histoire qui raconte comment ces luttes ont d’abord eu vocation à s’intégrer à l’État espagnol, dont on donne pour acquises les coordonnées plurinationales, subordonnées à la “nation” espagnole, un des sujets postulés de la Constitution de 1978. À ce titre, l’histoire LGBT espagnole est parfaitement homonationaliste, nourrie d’un fort patriotisme constitutionnel. En oubliant l’ancrage territorial de ces luttes d’émancipation pendant la démocratisation de l’Espagne post-dictatoriale, il a été soutenu que l’historiographie LGBT espagnole, inscrite dans des récits trasnationaux sur les subjectivités queer et les démocraties sexuelles occidentales, reproduit une conception habermassienne de la citoyenneté “cosmopolite”, où l’individu est délié de ses ancrages territoriaux, et compris en des termes juridiques, fondu dans ces droits qui construisent le sujet LGBT “digne” de la démocratie espagnole. Pourtant, comprises de manière relationnelle avec la culture d’État en cours d’institutionalisation à la fin des années 1970 en Espagne et avec la place que l’État octroie à ces subjectivités homosexuelles, les communautés catalanes, basques également, constituent des sujets particulièrement intéressants pour autant qu’ils sont éliminés de l’histoire de la démocratie espagnole pour une série de variables consubstantielles: le genre, les sexualités, la classe, le territoire et, pour certains, la langue. La régulation des possibilités de leur énonciation dans l’Espagne post-franquiste n’invite alors pas tant à naturaliser à nouveau une “nation” catalane ou basque, mais à concevoir comment des communautés éthiques se composent historiquement dans des processus de différenciation contextuels et contingents. Pour les appréhender, il a été soutenu qu’un regard post-national, inspiré des débats ouverts par les études post-coloniales prenant les territoires européens pour objet, permet de défaire les subjectivités historiques des sujets institués au présent pour concevoir ou imaginer les mondes passés : les “modernités multiples” travaillent les territoires européens, et ici, l’avènement conflictuel de l’État postfranquiste et de sa communauté de référence. Lorsqu’elles émergent, ces subjectivités sexuelles catalanes contestent l’ordre moral qui supporte l’institutionnalisation de l’État postfranquiste : plutôt qu’au récit d’une inclusion démocratique, elles permettent d’inscrire la démocratisation de l’Espagne dans une perspective globale, dans une histoire des “citoyennetés post-coloniales”, organisées depuis les années 1970 non pas autour d’une inclusion multiculturelle mais d’une exclusion hors de contours sociologiques et moraux -ceux-là parfaitement contextuels- des communautés des pays du capitalisme mondialisé. Cette perspective permet de faire émerger de nouvelles descriptions des subjectivités du passé récent espagnol.

La célébration du sixième anniversaire des Vêpres siciliens de 1882 et le conflit entre l’idée d’autonomie et de nation dans la Sicile post-unitaire

Darío Lanfranca (Université Paris 8)

31 mars 1882, célébration du VI anniversaire des « Vespres », réinvention du « Vespro » vingt ans après l’unification italienne. Participation d’intellectuels et d’hommes politiques. Geovani Berga montre son non adhésion à l’anniversaire. Comme Berga, beaucoup d’intellectuels siciliens ne veulent pas y participer. Nation/Autonomie dans un conflit rhétorique face à l’Etat italien dominé par la droite historique italienne. Médiation et compromis historiques entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux. Les « Vespre » sont très connues à l’époque de la célébration. Le récit des « Vespres » siciliennes reste entre le mythe et l’histoire. Le contexte international  est marqué par l’occupation française de la Tunisie en 1880.  Le Contexte national  montre un pouvoir central qui rencontre beaucoup de difficultés dans le maintien de l’ordre public en Sicile. La célébration du 31 mars 1882 est le reflète des tensions politiques entre le nouvel état et une culture politique autonomiste. A l’occasion, Giuseppe Garibaldi réalise son dernier voyage en Sicile. Sa présence et la continuité historique assumée avec le « Risorgimento » structurent une critique indirecte de la politique de Cavour et le gouvernement italien, la Destra historique. Pour les « notabili » siciliens, l’arrivée de la gauche au pouvoir, incarnée par Crispi, a été possible grâce aux bulletins siciliens. La commémoration propose une mémoire unifiée du « Vespro » et du « Risorgimento » avec le but de gagner le soutien politique des « notabili » siciliens. Les racines culturelles de la célébration se trouvent dans la frustration de la Constitution de 1812; la relecture du mythe proposée par Michelle Amari en 1842 (relecture du mythe des « Vespre » à partir d’un romantisme historique qui souligne l’origine populaire de la révolution. Cette origine est liée téléologiquement au peuple sicilien du XIXe siècle. L’usurpateur ancien est assimilé à l’usurpateur moderne. Michelle Amari, même s’il n’y participe pas, reçoit un hommage personnel pendant la célébration de 1882); la fondation en 1863 de la Società siciliana de istoira patria fondée en 1863 à Palerme (la plus part de ses membres participent à l’organisation de la commémoration de 1882); et, enfin, depuis les années 1860 le développement d’une idéologie autonomiste/régionaliste et des recherches historique autonomistes sous l’influence « national-autonomiste » (Isidoro Lamunia, « gloire nationale », Histoire municipale, histoire sicilienne, Giuseppe Pitré, Salomono Marino,…, Enquêtes parlamentaires, récupération de la mémoire nationale). En 1875, la municipalité de Palerme propose l’organisation de la célébration et crée un comité d’organisation. En 1882 il y a une importante publication de documents ainsi que d’un recueil de traditions populaires. Processus de légitimation des élites dirigeantes siciliennes à travers la réélaboration politique des mythes anciens et modernes et autour d’une politique de compromis des élites siciliennes avec l’Etat à partir d’un régionalisme conservateur. Construction d’une mémoire unitaire à partir de la mémoire régionale. Culture politique « pactiste » des élites siciliennes constituée au long de l’histoire. Le 31 mars 1882 marque la naissance de nouveaux rapports entre le nationalisme et l’Etat, la région de Sicile et l’Italie. C’est le début d’un processus qui débouchera sur le Statut d’administration régionale de 1947

L’empire et l’outremer dans la construction et l’affirmation de la nation au Portugal (XIXe-XXIe siècle)

Yves Léonard (Sciences Po./L.E.R.)

Le rapport à l’autre, le rapport à l’outre-mer. La quête d’un nouveau Brésil, construction d’un imaginaire national centré sur l’Empire d’outre-mer. Référence continuel à la grandeur et l’âge d’or.

Cadre chronologique XIXe-XXe siècle autour des deux traumatismes :

  • Guerres napoléoniennes et départ de la famille royale au Brésil
  • La chute de l’empire colonial (1974-1975)
  1. Deuxième moitié du XIXe siècle : la quête d’un nouveau Brésil dans la construction nationale

Crise de la conscience nationale après l’indépendance du Brésil. En 1820 le roi retourne au Portugal. Constitution d’un processus de fédération des élites portugaises autour d’une renaissance nationale qui débouche sur le développement de la connaissance et du contrôle des colonies africaines (1870-1880, premières explorations) et un discours de Régénération nationale. Proposition d’un récit national autour de l’héroïsation des « Navigateurs » de l’Age Moderne. Pendant le dernier quart du XIXe siècle se structure un discours commémoratif autour des figures de l’Infante Henrique O Navegador, Vasco de Gama et Camöes, qualifié comme poète national. Construction de l’imaginaire national, construction mémorielle, création d’une mythologie et d’un récit d’avenir parallèlement à la construction d’un empire en Afrique de l’Angola au Mozambique.

  • 1880, III Centenaire de la mort de Camöes
  • 1894, V Anniversaire de la naissance d’Henrique O Navegador
  • 1898, IV Centenaire du premier voyage aux Indes de Vasco de Gama

En 1890, la crise de l’ultimatum britannique est le détonateur d’une crise d’identité, de la conscience nationale, qui marque les élites portugaises : le Portugal ne peut être un grand pays sans une présence effective en Afrique. Cette crise est vécue comme un traumatisme face à la réalité internationale et l’impossibilité d’avoir un territoire continu d’est à ouest dans le continent africain. Cette crise s’amplifie avec la crise politique de la famille royale des Bragança et la monté d’un républicanisme qui reprend le discours outre-marin.

  • 1890, Campagne de « pacification » en Afrique sous le commandement de Mouzinho de Albuquerque
  • 1895, Bataille de Coolela, dans la mémoire collective elle représente un moment de gloire du récit national
  • 1ère Guerre mondiale, intervention du Portugal pour défendre ses colonies africaines à côté des Alliés.

       2. 1930-Etat nouveau Salazariste : nationalisme d’Empire autour de la « grandeur »

Le régime salaraziste intègre les revendications autour du rêve africain. Le nationalisme impérial comme clé de voûte du discours légitimateur du régime. La grandeur de la Nation fait partie de la propagande officielle : « Le Portugal n’est pas un petit pays ». Réinterprétation du mythe sebastianiste (Histoire du roi Sebastian, 1578) à partir d’une utilisation complexe à travers la figure du saveur, c’est-à-dire Salazar incarné dans la figure du sauveur du Portugal.

  • 1940, Commémoration des Centenaires, Exposition du Monde Portugais : mise en scène du récit national salazariste

    3. 1950-1960, « Le Portugal est un pays du Minho au Timor » : le Portugal, pays pluri-                      continental, disparaitrait avec la perte de l’empire colonial

Le début de la décolonisation oblige au pouvoir salazariste à chercher un nouveau discours légitimateur de la présence et la domination portugaises en Outre-mer. En 1950, on parle des provinces d’outre-mer comme un ensemble de provinces outre-marines toutes portugaises. Structuration d’un discours juridico-idéologique appelé « lusotropicalisme » : légitimation historique du Portugal grâce au métissage. Gilberto Freyre, sociologue brésilien, à la demande du régime salazariste, construit discursivement une mystique luso-chrétienne de la colonisation en s’appuyant sur un discours « scientifique » autour des travaux d’historiens, géographes, ethnologues, sociologues.

  • 1960, Commémoration du V anniversaire de la mort d’Henrique O Navegador et reconstruction à Lisbonne du Monument des Découvreurs-Navigateurs
  • 1961, début des guerres coloniales. Pour le pouvoir salazariste est l’« ultime croisade en défense de la civilisation occidental »

Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité

Laura Fournier (Université Paris 8)

Le besoin d’histoire et de reconstruction historique est inhérent à tout moment de fondation. La fin du XIXe siècle en Italie est marquée par la volonté de poursuivre la construction de l’Etat libéral né en 1861 et par la nécessité toujours présente de «faire les Italiens», tandis qu’en même temps on assiste à la constitution de partis politiques «ouvriers» (radicaux, républicains et socialistes). La société italienne commence à entrer dans l’ère des masses propre au XXe siècle, et le problème de leur « nationalisation » (Mosse, 1975) par le biais d’une pédagogie nationale est un des premiers objectifs des hommes politiques et des intellectuels « organiques » (selon l’expression de Gramsci, c’est-à-dire des intellectuels constructeurs et organisateurs de culture). 25 ans après la conquête de Rome par les armées du roi d’Italie, la fête du 20 septembre 1895 représente un des grands moments de célébration de l’Unité italienne, et surtout un grand moment de construction du mythe de Rome pour l’Italie (Chabod, 1951 ; Treves, 1962 ; Caracciolo, 1996, MEFRIM 1997).

Communication Laura Fournier

La construction de la nation au XIXe siècle dans le théâtre patriotique: les invariants d’un processus de définition identitaire

Marie Salgues (Université Paris 8/CREC-Paris 3)

En partant du constat quelque peu étonnant que certains auteurs de pièces patriotiques, à l’heure d’exalter leur patrie, choisissent de recopier les pièces écrites par d’autres, pour louer d’autres patries, éventuellement une patrie ennemie, la communication cherche à dégager les invariants qui pourraient permettre une telle circulation. Cette recherche fait surgir un second paradoxe : le fait que ce théâtre, dont la date de naissance est très précisément fixée pour l’Espagne (mais aussi pour chacun de ses voisins européens), paraît très – trop – semblable à la production qui l’a précédé, ce qui porte atteinte au caractère radicalement nouveau du genre. Il apparaît en réalité que c’est le public qui assiste à la représentation qui fait de ces pièces un théâtre patriotique véritablement nouveau, en cela que ce public n’est plus, à l’instar du Peuple de l’État National, « la somme fortuite de tous les sujets d’un État » mais qu’il « ne fait qu’un avec la Nation » et qu’il se voit « comme une communauté politique » (Hagen Schulze). C’est par sa réception, et sa réception par la Nation, que le théâtre patriotique existe.

communication-marie-salgues

« Apprendre à aimer la patrie » : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines

Dalila Chine-Lehmann (Université Nanterre Paris-Ouest/CRIIA)

Cette communication portait sur le rôle joué par les cérémonies civiques dans l’intériorisation du sentiment patriotique au Mexique. Après avoir rappelé brièvement les grandes lignes de la fabrique du discours et de l’iconographie patriotique dans les manuels scolaires gratuits édités par le Ministère de l’éducation nationale depuis les années soixante, il s’agissait de démontrer que cet amour patriotique nécessitait un travail d’intériorisation qui pouvait se réaliser au moyen de différents apprentissages. Afin d’ancrer l’amour pour la patrie chez les écoliers, l’État mexicain met en œuvre certaines techniques de « revitalisation ». C’est ainsi que les leçons des manuels scolaires, qui constituent le volet théorique de cet apprentissage, sont complétées par les cérémonies civiques, qui ont lieu chaque lundi matin dans les écoles mexicaines et qui en constituent leur volet pratique. Celles-ci sont comme une mise en acte, comme une mise en musique des leçons de l’histoire. L’enfant apprend durant sa scolarité à chanter l’hymne national, à vénérer son drapeau ou encore à exalter son affection envers sa patrie. Ces cérémonies civiques sont l’opportunité d’examiner comment, à travers un rituel bien défini, l’État mexicain inculque un système de valeurs destiné à structurer moralement le groupe afin que ses futurs citoyens puissent se sentir appartenir à une communauté unie, « imaginée » mais surtout institutionnalisée. Les cérémonies civiques visent à s’assurer de la loyauté des futurs citoyens envers leur patrie. Ces derniers sont amenés par un travail de répétition hebdomadaire, par des gestes synchronisés, à partager les mêmes idéaux et les mêmes valeurs qu’impose l’État. Sachant que la loyauté envers la patrie doit faire l’objet d’un travail constant de construction et de répétition, craignant par ailleurs que la patrie « ne tombe dans l’oubli », les autorités éducatives ont synchronisé ce rituel avec l’enseignement patriotique théorique. Elles adoptent le modèle d’une « religion civique » en mettant en place des règles et en ordonnant le temps cérémoniel. Si chaque lundi, lors de ces cérémonies civiques, les enfants sont rassemblés sur le pourtour de la cour de l’école, c’est tout d’abord pour y commémorer une entité suprême et invisible. Les honneurs au drapeau ne sont rien d’autres que la manifestation visible de l’amour pour cette entité. Ils donnent à voir une dévotion institutionnelle pour la patrie, ils servent de relais à la mémoire collective et ils inscrivent le temps national dans le temps scolaire. Grâce aux cérémonies, l’école saisit une nouvelle opportunité de féconder les jeunes esprits de la graine patriotique. La répétition hebdomadaire des honneurs rendus au drapeau permet que cet amour « légal » soit perçu comme un amour « inné ». Les cérémonies sont fortement codifiées : elles règlent les rapports que doivent entretenir les différents participants ; elles inculquent un savoir-être et un savoir-faire, un savoir « faire corps » avec la patrie. La rigidité des rituels civiques et leur caractère répétitif parviennent ainsi à façonner des automatismes sentimentaux.

La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale. Les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004)

Paola Diaz (EHESS)

La communication propose l’analyse d’une situation de conflits publics autour des crimes  du passé (acteurs, situations, valeurs) dans une dynamique politique qui va de la négation des crimes à leur reconnaissance. Médiations symboliques proposées par les pouvoirs démocratiques: préfiguration des médiations symboliques à travers la revendication des associations de familles de disparus. Traduction des revendications des associations des familles des détenus disparus (vérité, justice, mémoire). Vérité pour la justice : préfiguration d’un autre type de vérité

1990 : le problème de la vérité est institutionnalisé. Statut de la vérité :

  • variation dans le régime d’expérience publique
  • vérité pour la réconciliation générale, pas individuelle : réconciliation nécessaire
  • vérité en tant qu’une Nation réconciliée plutôt qu’une justice pénale : « un Bien du Chili »
  • vérité dans le consensus comme réponse à un conflit public

1998 : forme accord ou négociation politique où les crimes ont été pris en charge par la justice

1999 : « Table ronde de dialogue sur les droits de l’homme » (Gouvernement Frei)

Victime                                                             Bourreau

Avocats des victimes                                 Représentant de l’Armée

Deux places au lieu de trois : juge, victime, accusé

2001 : publicité des comptes rendus de la table ronde

  • reconnaissance des faits par l’Armée même si les militaires n’avaient pas l’intention de reconnaitre les faits
  • reconnaissance des faits par l’Armée en indiquant les endroits où les disparus ont été jetés dans la mer
  • tort à la réalité et à la morale car il est impossible de connaitre le récit complet des disparus et de récupérer les corps

         Scénario typique des médiations symboliques

           Demandes de la droite chilienne et de l’Armée

       Gouvernement

      Associations de victimes

Contrôle de la situation de conflit/Tentative de réponse aux exigences de vérité des victimes/Politique de vérité non productive

2003, Variations du scénario général (Gouvernement Lagos) : « Pas de lendemain sans passé »

  • Commémoration du XXXe anniversaire du coup d’état du 11 septembre 1973
  • Enquête sur les crimes de torture

           Fin des procès  ——  Gouvernement —— Demandes des associations

DON CONTRE DON  ———— Médiation de réconciliation

Construction d’une mémoire officielle : nouveaux personnages publics

Forces Armées :

  • demande de mettre un point final aux procès entre 6 mois et 2 ans. Ils acceptent les jugements mais pas leur application.
  • demande de réconciliation nationale
  • menace d’intervention militaire/coup d’état

Torture :

  • nouvelle configuration, nouveaux problèmes, nouveaux visages, nouveaux protagonistes
  • récit des vivants

Discours officiel :

  • transposition de la douleur des torturés dans le corps de la Nation
  • incorporation des bourreaux dans l’unité des sentiments partagés dans un corps collectif
  • le corps collectif inclue les victimes et les bourreaux dans le récit national autour d’une douleur partagée

Appel à communications « Intellectuels et Médias dans les Espaces Hispanophones et Lusophones »

Afficher l'image d'origine

 Afficher l'image d'origine

APPEL A COMMUNICATIONS

COLLOQUE INTERNATIONAL

Intellectuels et Médias dans les Espaces Hispanophones et Lusophones (XIXe-XXIe siècles)

Hommage à Marie-Claude Chaput
vendredi 30 septembre – samedi 1er octobre 2016
Université Rennes 2- PILAR-ERIMIT- Rennes Métropole

APPEL Colloque mcchaput 2016 Rennes 2 docx

 Comité d’organisation :

  • Nadia Ait Bachir (Maître de conférences, Université de Caen, PILAR)
  • Françoise Dubosquet (Professeure des universités, Rennes 2, directrice de l’ERIMIT, PILAR)
  • Nathalie Ludec (Professeure des universités, Rennes 2, ERIMIT, présidente de PILAR)
  • Bodosahondra Randrianarijoana (Consultante, PILAR)
  • Víctor Rodríguez Infiesta (Enseignant-chercheur, Université d’Oviedo, PILAR)
  • Aránzazu Sarría Buil (Maître de conférences, Université de Bordeaux Montaigne, PILAR)

Comité scientifique :

  • Jean-François Botrel (Professeur Emérite, Rennes 2, PILAR)
  • Chrystelle Fortineau (Professeure des universités, Rennes 2, directrice de l’ERIMIT)
  • Celia Palacio Montiel ( Professeure de l’Université de Veracruz, directrice du Centro de Estudios de la Cultura y la Comunicación)
  • Antonio Platero Laguna (Professeur de l’Université de Cuenca, président de la Asociación de los Historiadores de la Comunicación)
  • Adriana Pineda Soto (Universidad Michoacana de San Nicolás de Hidalgo, présidente de la Red de Historiadores de la Prensa)
  • Cristina Ponte (Professeure de l’Université nouvelle de Lisbonne, directrice du Centro de Investigação Media e Jornalismo de Lisboa)
  • Juan Antonio García Galindo García (Professeur de l’Université de Málaga, Directeur de la Faculté des Sciences de la Communication, membre de l’AHC, vice-président de Pilar)
  • Pierre Paul Grégorio (Professeur de l’Université de Bourgogne, vice-président de PILAR)

Présentation

Ce colloque en hommage à Marie-Claude Chaput, ex présidente de l’association Pilar (Presse Imprimé Lecture dans l’Aire romane) et ancienne enseignante-chercheure de Rennes 2, a pour objet la place et le rôle des intellectuels dans les médias dans les espaces hispanophones et lusophones, dans une approche pluridisciplinaire: historique, politique, économique, culturelle et linguistique.

Les intellectuels, acteurs et témoins de leur temps, constituent une élite présente dans les médias non seulement dans l’espace consacré des suppléments culturels mais aussi dans la presse d’information générale et aujourd’hui dans les nouveaux médias de l’ère digitale (blogs et réseaux sociaux).

Les médias sont, par excellence, un lieu d’expression privilégié pour les intellectuels : d’abord lieu de l’écrit, ils sont un espace propre à l’écriture, celui de l’écrivain, du chroniqueur. Pensons au rôle de gardien de la langue à travers la figure de Fernando Lázaro Carreter, auteur de la chronique intitulée « El dardo de la palabra », publiée dans le quotidien espagnol El País. Donnons d’ores et déjà une place au « e muet » du féminin intellectuelles1.

Si l’on se tient à cette définition, les intellectuels sont: « des citadins qui voyagent et qui sont présents dans les médias ; ils sont donc en mesure de formuler des idéologies et de donner à la population une image nationale2. »

Dans le contexte des luttes pour l’indépendance en Amérique latine, au XIXe siècle, l’intellectuel se glisse dans la figure du penseur politique, pour proposer un nouveau projet de société national. Au XXe siècle, les « transitions » sont aussi un marqueur commun aux espaces hispanophones et lusophones et méritent une attention particulière de la part des intellectuels.

C’est bien l’une des vocations premières de la presse que de divulguer un nouveau courant de pensée ou d’opinion, d’en percevoir les balbutiements, de prendre le pouls de la société en donnant la parole aux intellectuels, d’écrire « le premier brouillon de l’histoire », comme le déclarait Philip Graham, l’un des anciens éditeurs du Washington Post3. Convertis en journalistes, les intellectuels explorent, observent et décrivent l’histoire en train de se faire, une histoire immédiate4 : « Nous entendons donc par histoire immédiate, l’ensemble de la partie terminale de l’histoire contemporaine, englobant aussi bien celle dite du temps présent que celle des trente dernières années ; une histoire, qui a pour caractéristique principale d’avoir été vécue par l’historien ou ses principaux témoins5. »

C’est ainsi que sont relayés, expliqués et interprétés les mouvements sociaux. Dans les années 60 et 70, par exemple, la presse écrite mexicaine s’ouvre à de nouveaux débats autour de la situation des femmes en accordant dans ses colonnes une place aux intellectuelles, à la fois témoins et actrices de leur époque. À l’écoute de la société, de son histoire, elle remplit sa fonction en rendant visibles les femmes, leurs préoccupations, leur militantisme, à une époque porteuse de changements dans la relation entre les sexes et participe pleinement à l’écriture d’une page de l’histoire des femmes.

L’intellectuel dérange : il est ce dard qui fend et pourfend les préjugés, les stéréotypes. Il participe à la construction des représentations collectives, culturelles, sociales, politiques et économiques. Nous tâcherons de battre en brèche cette définition de l’intellectuel que donne G. Bernanos : « (…) L’intellectuel est si souvent un imbécile que nous devrions toujours le tenir pour tel, jusqu’à ce qu’il nous ait prouvé le contraire. (…)6

Ces premiers éléments de réflexion prendront forme autour des propositions suivantes :

  1. L’intellectuel, acteur et témoin de l’histoire
  2. L’intellectuel face à l’événement
  3. Les intellectuels et la construction de nouvelles représentations et identités
  4. Les intellectuels dans la sphère économique
  5. Intellectuels engagés et engagement intellectuel
  6. Intellectuels et cultures populaires
  7. Entre l’écrit et le virtuel : les traces des intellectuels

Se pencher sur la place des intellectuels, c’est rendre compte de leur rôle de médiateurs, de créateurs d’opinion, selon des thématiques qui font écho aux préoccupations de Marie-Claude Chaput, pour l’Histoire du temps présent, et en particulier pour la presse espagnole et française, qui croisent une approche politique, économique et de genre, du XIXe au XXIe siècles.

Pour s’inscrire, consulter le page : http://mcchaput2016.sciencesconf.org/

Contact : mcchaput2016@sciencesconf.org

NOTES

1 Nicole RACINE, Michel TREBITSCH, Intellectuelles Du genre en histoire des intellectuelles, Bruxelles, Coll. « Histoire du temps présent », Ed. Complexe, 2004.

2 CABRERA LOPEZ, Patricia, Una inquietud de amanecer. Literatura y política en México, 1962-1987, Collaborateur José Agustín, UNAM, Centro de Investigaciones Interdisciplinarias en Ciencias y Humanidades, Plaza y Valdés, 2006, p.45

3 BROOKS, David, « Listo en Washington, el museo del periodismo », La Jornada, 9 de abril 2008; <http://www.jornada.unam.mx/2008/04/09/index.php section=mundo&article=044n1mun>

4 KAPUŚCIŃSKI, Ryszard, Los cínicos no sirven para este oficio : sobre el buen periodismo, Barcelona, Anagrama,2002.

5 SOULET, Jean-François, L’histoire immédiate, PUF, Collection Que-Sais-Je ?, N° 2841, 1994, p.4.

6 BERNANOS Georges, La France contre les robots, R. Laffont, 1947 ; Éditions Le Castor Astral, 2009.

Appel à contribution Journée d’études « Une lecture globale de l’événement local »

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

APPEL A CONTRIBUTION
JOURNEE d’ETUDES
UNE LECTUE GLOBALE DE L’EVENEMENT LOCAL
Jeudi 7 avril 2016 (salle E 224)

Présentation

Cette deuxième journée d’études prolonge notre réflexion sur « L’après-coup de l’événement» (journée d’études du 26 novembre 2015), analysé selon une trajectoire nationale, collective ou individuelle, à son tour formulée par une repolitisation de lieux (Luc Capdevila, « La patrimonialisation des ex centres clandestins de détention en Argentine et au Chili »), de personnages (Véronique Hébrard, « La Faction de la Sierra (Venezuela, 1858-1859) Un événement singulier entre mémoire et oubli ») ou par une transformation des faits en objet culturel (la chronique, la fiction), que sont les catastrophes naturelles (Sylvie Koller, «Chroniques de l’imprévisible prévisible. Comment raconter les catastrophes naturelles »), ou les faits divers (Cécile Marchand, « Sucesos y reescritura en la narrativa de Carlos Droguett »).

Nous continuons à suivre l’itinéraire de l’événement, cette fois en passant de l’échelle locale à l’échelle globale. Comment envisager une lecture globale de l’événement local ? Ceci à partir des acteurs, des spectateurs – témoins, lecteurs- et d’une troisième instance qui peut être l’historien, l’intellectuel, le politique, l’économiste. Dans cette mutation, interviennent également les scènes publiques internationales et les acteurs transnationaux. Comment un événement local peut-il être un levier pour redéfinir ou repenser des relations internationales, sur le plan culturel, politique, diplomatique, économique ?

Les études proposées s’inscriront dans l’aire ibérique et ibéro-américaine.

Organisation

Toute proposition, accompagnée d’un résumé, devra être adressée avant le 8 mars.

Contact :

Nathalie Ludec : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Rodolphe Robin : rodolphe.robin@univ-rennes2.fr

Colloque International « Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle »

COLLOQUE INTERNATIONAL

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle

Affiche colloque Chili IIIaffiche Colloque Chili III

Jeudi 3 et Vendredi 4 décembre 2015
Université Paris Ouest-Nanterre/Université Paris 8

 

Jeudi 3 décembre 2015

Université Paris Ouest-Nanterre,

Salle des Conférences, Bât. B

10h00 Accueil des participants
10h30 Ouverture du colloque

Table 1 Image et politique : pouvoir, dissidence et mémoire I
Modérateur : Catherine Heymann

10h45 Les moyens artistiques et les rebellions ouvrières au Chili et au Pérou. Étude de deux cas                                                                                                                                                                         Vicente Romero (Université Paris 8)                                                                                                           11h10 Les campagnes présidentielles chiliennes de 1958 à 1970 vues par la caricature   Elodie Giraudier (Université Paris 3-Sorbonne nouvelle)

11h35 Débat                                                                                                                                                           11h50 Pause

Table 2 Image et politique : pouvoir, dissidence et mémoire II
Modérateur : Mirian Pino

12h00 Descripción estético-política de la imagen oficial del gobierno militar en Chile
Fernanda Paz Cabaluz Ducasse (EHESS)                                                                                               12h25 La dictadura de Pinochet desde la clandestinidad: imagen, resistencia y denuncia en algunas cintas producidas en el exilio
Marcy Campos (EHESS)

12h50 Débat                                                                                                                                                               13h10 Déjeuner

Table 3 Image et politique : pouvoir, dissidence et mémoire III
Modérateur : Benoit Santini

14h30 De silencios y miradas perplejas: postmemoria, construcción identitaria y búsqueda de sentido en el documental contemporáneo chileno
Olga Lobo (Universidad Grenoble Alpes)                                                                                               14h55 El eco de la historia en el documental de Antonia Rossi
Michèle Arrué (Université Paris 8)

15h20 Pause

15h30 Aunar ficción y documental en pos de una memoria política viva: el cine de Pablo Larraín
Stéphanie Decante (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)                                              15h55 El Cine chileno del nuevo milenio, la memoria obstinada
Laurence H. Mullaly (Université Bordeaux 3-Montaigne)

16h20 Débat

17h00 Eduardo León, association Dordogne Périgord Amérique latine (DOPEAL), Présentation du dessin animé Valparaíso de Pablo Alibaud

17h30 Vin d’honneur

Vendredi 4 décembre 2015

Université Paris 8- Vincennes Saint-Denis

Salle La coupole

Table 4 Du Chili au monde : de l’histoire nationale dans la rue aux images de guerre
Modérateur : Vicente Romero

10h00 Au-delà des Andes, l’oubli ? Politiques de mémoire et monuments commémoratifs de la dictature au Chili
Nathalie Jammet-Arias (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)                                    10h25 De la carne a la piedra: poder simbólico y estatuas de los “grandes hombres de la patria” en el espacio público de Santiago de Chile (1856-1930)
Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8)                                                                             10h50 Peintures et photographies de la guerre du Pacifique (1879-1883) : l’affirmation de valeurs nationales
Jérôme Louis (Institut Napoléon)                                                                                                            11h15 Imágenes y debates de la gran guerra en la prensa chilena
Juan Luis Carrellán (Universidad de la Frontera, Chili)

11h40 Débat                                                                                                                                                      12h30 Déjeuneur

Table 5 Histoire intime du Chili
Modérateur : Michèle Arrué

14h30 Violeta Parra, une chilienne à Paris. De son exposition au Louvre aux chroniques du Figaro: la découverte des Arts populaires chiliens en France (1961-1965)
Alvar De la LLosa (Université Lyon II- Lumière)                                                                                  14h55 El cine documental en Chile: de la representación de los márgenes sociales a la centralidad de lo popular, 1850-1973
Hernán Venegas Valdebenito (USACH, Chili)

15h20 Débat                                                                                                                                                         16h10 Pause

Table 6 Mots et spectacle au cœur de la résistance
Modérateur : Alvar de la LLosa

16h25 La poésie visuelle chilienne de 1973 à nos jours : création et subversion
Benoît Santini (Université de Boulogne-Côte d’Opale)                                                                          16h50 La Efímera vulgata (2012) de Enrique Lihn y Luis Poirot: la doble mirada de un texto
Mirian Pino (Universidad de Córdoba, Argentine)                                                                             17h15 Carnavalización de las estéticas de lo total y formación de las Naciones latinoamericanas en Umbral de Juan Emar
Malva Marina Vásquez (Universidad Andrés Bello, Chili)

17h40 Débat                                                                                                                                                               18h00 clôture du colloque

programme Colloque Chili III

Journée d’études: « Continuités et permanences dans les processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle) »

JOURNEE D’ETUDES

Continuités et permanences dans les processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)

Affiche journée d'études 27 11 2015 (2) (557x800)

Affiche journée d’études 27 11 2015

flyers journée d’études 27 11 2015

Présentation

Cette journée d’études a été pensée à partir du changement méthodologique proposé par le « tournant spatial » et plus largement par l’analyse de la ville en tant qu’objet et sujet complexe d’étude. Cette proposition nous a conduits à prêter attention à la dimension spatiale dans l’étude du passé et à tisser en conséquence des rapports avec des collègues travaillant sur les villes latino-américaines.

Les réflexions ont porté sur les processus de transformation de certaines villes latino-américaines à partir d’une conception de la ville en tant que forme de connaissance entre les discours et les pratiques, entre les représentations et les répercussions visibles sur l’espace et vice-versa.

L’objectif principal de la journée a été la constitution d’une proposition épistémologique à partir des éléments précédents (urbanisme, géographie physique et littéraire, planification urbaine, …) dans une dimension temporale structuralement déterminante.

Dans ce sens, la ville comme objet d’étude des sciences sociales s’inscrit nécessairement dans le temps et toute étude sur l’espace doit analyser les temporalités qui constituent la ville. Dans le même temps, nous avons été obligés d’inscrire cette journée dans une variable contextuelle, c’est-à-dire le regard sur la ville d’une certaine société dans un moment donné. Toute ville se pense par connivence ou différence avec les autres villes, y compris les villes principales et à prétention homogénéisant. La comparaison a pour vertu de relativiser ce qui, au sein d’un seul espace national, paraît aller de soi.

La journée a essayé de rendre compte que les sciences sociales sont en plein « âge de métissages », fait qui invite à porter plus loin encore notre regard (R. Chartier, Le Jeu de la règle, Bordeaux, PUB, 2001). Notre démarche a aussi voulu décontextualiser les grilles de lecture et d’analyse propre à chaque espace national vise à élaborer un questionnaire transversal qui puisse rendre compréhensible les convergences, les continuités, les permanences et les transferts que nous avons souligné dans nos échanges. Enfin, notre but final est de stimuler la discussion, la recherche et les contacts entre les universitaires et les intellectuels qui ont comme objet et sujet d’étude les villes latino-américaines.

Communications
Les mutations de l’espace urbain havanais au XXe siècle
Emmanuel Vincenot (Université Paris-Est-Marne-la Vallée)

Pendant la première moitié du XXe siècle la ville connait un boom démographique et une nouvelle mise en espace. En 1899 La Havane est une « ville basse » avec de maisons à trois étages maximum, une ville étalée et compacte avec peu de végétation, une ville sale. La domination américaine impose une politique hygiéniste qui se matérialise dans la mise en place de l’inspection de salubrité de maisons, d’un système d’évacuation d’ordures, de nettoyage et d’égouts moderne ainsi que l’électrification de la partie centrale de la ville. Cette désinfection générale de la ville mélange la réalité avec l’imaginaire, les pratiques avec les discours de pouvoir autour du développement des échanges, du système de voirie et des flux de transports, marchandises et personnes.

En 1899 les murailles n’existent plus et le développement de l’économie du sucre et du port commercial a une forte influence sur l’étalement de la ville vers l’ouest et le sud-ouest, autour des grandes voies de communication. Cet étalement s’accompagne d’une ségrégation spatiale par identité nationale et critère socio-économique. Les Péninsulaires habitent La Havane vielle et les « Criollos » s’installent en dehors du quartier historique. La bourgeoise créole, formée entre 1860 et 1899 environ, habite le quartier Velasco. Dans cette division socio-économique, la bourgeoisie havanaise habite près de la « côte » tandis que les classes populaires sont « loin de la côte » dans le sud et sud-ouest de la ville. Le sud de La Havane vielle est structuré autour des chemins de fer, de l’Arsenal, du quartier industriel, les abattoirs et les quartiers marginalisés.

Entre 1910 et 1920 La Havane connaît un boom du secteur de la construction lié à un boom économique : nouveaux hôtels, multiplication d’installations touristiques sur la côte, urbanisation de la côte, construction du Malecón. La ville se tourne vers l’océan et elle se met en scène sur le Malecón en produisant un renversement des tropismes spatiales, un nouveau regard sur la ville et la ville sur elle-même.

La Havane s’étale dans un chaos urbanistique pendant les années 1920-1940. L’expansion urbaine est gérée par les promoteurs individuels sans l’existence d’un plan général. C’est le début de la verticalisation du cœur de La Havane vielle. Le passé colonial laisse sa place à la modernité américaine. Les nouveaux quartiers résidentiels de la très haute bourgeoisie poussent en même temps que le développement de la société de loisir. Parallèlement des nouveaux quartiers industriels apparaissent au sud de la ville. Entre 1930 et 1940 la côté est dévient aussi une zone industrielle.

Sous la présidence de Machado mène une politique de grands travaux d’urbanisme qui « cubanise » la ville en fixant la physionomie actuelle de La Havane. L’architecte français Nicolas Forestier désigne la côte et les lignes principales des travaux urbains qui doivent convertir La Havane en une ville de prestige.  La crise de 1929 va provoquer la multiplication de bidons-ville et l’image d’une ville duale avec une « côte riche » et un « intérieur de misère ». Cette répartition de l’espace  continue à structurer la ville actuelle.

FullSizeRender
La fundación de núcleos urbanos en la Araucanía de fines del siglo XIX
Arauco  Chihuailaf (Université Paris 8)

Los relatos de viaje y los informes militares muestran que los nucleos urbanos en la Araucanía de finales del siglo XIX  son fuertes/pueblos, más que ciudades, que estructuran  la transformación del espacio fronterizo y juegan un papel como herramienta de control del espacio en un marco de conflictos y confrontaciones. Son el prolegómeno de una sociedad naciente que se enmarca cronológicamente durante el último tercio del siglo XIX y la conquista final del territorio Mapuche. La llegada de colonos europeos marca el avance “pacífico”, paralelo al militar, en este territorio.

Los fuertes se convierten gradualmente en pueblos emergentes en formas precisas de organización del espacio urbano. En 1866 se aprueba el Proyecto de ley de fundación de fuertes en territorio Mapuche y hasta 1883 se erigen 16 en donde se sitúan los cuerpos cívicos de frontera y el ejército de conquista. La ubicación de estos fuertes sigue las inmediaciones de los ríos Bío-Bío, Malleco, Maule y Cautín y su consolidación se realiza mediante la función de conquista del territorio. El informe de Letelier de 1877 indica que los fuertes/pueblos son fundados en espacios dominados por una vegetación dominante, exuberante o pantanosa. La protesta Mapuche por la construcción de fuertes en su tierra fue la excusa de Savedra para lanzar una lucha “contra la delincuencia” legitimada por un discurso de “orden y progreso”.

A finales del siglo XIX, ¿qué eran estos fuertes/pueblos emergentes? A partir de artículos del periódico de El Ferrocarril y el testimonio de viajeros extranjeros vamos a abordar el caso de Angol, Traiguén y Temuco. Estas fuentes describen el paso de fuertes/pueblos a ciudades mostrando el desarrollo de los poblados alrededor de la erección de casas comerciales, hospitales, cuarteles, hoteles, escuelas, plazas, almacenes, telégrafos, alumbrado eléctrico,…

Tras su refundación en 1862, Angol adquiere el título de ciudad el 25 de septiembre de 1871. En ese mismo año Angol tiene una población de 4.500 habitantes. Traiguén, fundada en 1878, tiene entre 7.000 y 8.000 habitantes once años más tarde tras la llegada de colonos europeos y autoridades. En 1881 se funda el fuerte de Temuco que llegó más tarde a ser capital de la Frontera. En 1895 cuenta con 7.700 almas y hasta 1891 era la estación final de la línea férrea.

La transformación en ciudades se estructuran a partir de nuevas formas de vida y convivencia alrededor del “tiempo de los civiles”. Espacios de contacto articuladores de la vida regional. El cambio de siglo se acompaña del desarrollo de la infraestructura caminera, vial y ferroviaria.

En 1883, tras el control de Villarrica, se abre una nueva etapa para Chile basada en el “poder moral y civilizado de la República” según prona Domingo Santa María. Al mismo tiempo se desarrollan otras formas de relación representadas en los pueblos y en las ciudades con una difícil adaptación de los Mapuche que son cada vez más excluidos del proceso urbano. Estas ciudades de frontera se presentan como la “civilización en el mundo salvaje”, pero ¿qué tipo de civilización aportó este proceso de urbanización?

Cultura fronteriza, fronteras movedizas: conceptos que deben incluir elementos de análisis a partir de las tradiciones, las formas urbanas y administrativas, la idea del tiempo, de aglomeración, de sociabilidad, de la misma noción de lo urbano frente a la noción de Ciudad.

IMG_1698 (2)
Experiencias de intervención patronal en espacios urbanos. Balance y notas para una investigación. Chile, 1915-1960
Hernán Venegas Valdebenito (Universidad de Santiago de Chile)

El proyecto de investigación se centra en las fábricas en Santiago ye en la industria minera del carbón en el sur de Chile (Lota, Coronel) -donde se concentra una gran población de trabajadores (20.000-25.000 trabajadores) – y sus mecanismos disciplinarios. Las experiencias fabriles son estudiadas como control de los espacios de sociabilidad y la intervención en el espacio urbano se aborda a través de la creación de espacios controlados por las empresas. Las empresas industriales se presentan como una verdadera familia en torno a la fábrica desarrollando un discurso de poder que se refleja en prácticas como son tanto el control de los espacios de trabajo como los de no-trabajo y la repartición de los roles en el seno de este espacio.

En Santiago, los sectores industriales que colonizan la ciudad entran en competición por el espacio y su control social. Entre 1910 y 1920 existe una necesidad de crear más complejos fabriles, las industrias se diversifican, transforman el espacio urbano y reenmarcan la distribución espacial de la ciudad. La instalación de fábricas y de sus barrios se acompaña de un crecimiento sostenido y rápido. A partir de los años 1920 los niveles de conflicto social son altos consecuentes con una mayor politización de los trabajadores. La respuesta a este nivel alto de conflicto es la utilización de los mecanismos clásicos de vigilancia y represión. Sin embargo, a partir de 1925, aparecen mecanismos nuevos relacionados con el control intensivo. Entre 1925 y 1930 se estructuran, a través de la Sociedad de Fomento Fabril, los departamentos de bienestar social, asistencia social, escuelas, creación de “poblaciones” o “ciudades” obreras. Se propone una transformación de la relación empresario-trabajador en la negociación y toma de decisiones, que se estructura a partir de una perspectiva a largo plazo con el objetivo de mejorar las relaciones en el mundo fabril. En los años 1940 se desarrolla un apoyo estatal paralelamente a la necesidad creciente de una fuerza de trabajo especializada que debe ser formada.

En el norte de Chile se crean 4.000 viviendas segregadas, cerradas y regidas por las empresas. En Santiago los barrios obreros son articulados por las propias empresas. Entre 1920 y 1950 las “poblaciones obreras” se estructuran alrededor de la escuela, la salubridad, los dispensarios, los hospitales y los departamentos de bienestar de regulación interna. Los objetivos son una proximidad física del lugar de trabajo y la adecuación moral y de las prácticas cotidianas diseñadas por las propias empresas a través de sus discursos de poder y de los modelos creados por las propias empresas. Ello no impide que existan resistencias a través de la resignificación de los espacios por los trabajadores.

La Sociedad Fca. Cemento “El Melón”, fundada en 1906, conserva el monopolio del sector cementero. Durante el periodo de 1930 a 1960 en la fábrica ubicada en La Calera, en el Chile central, los trabajadores son móviles y tienen mucha autonomía. La empresa necesita un trabajador estable, especializado, socializado con las prácticas del trabajo industrial y que considere que la posibilidad de vivir en una población de la empresa y habitar en una de las casas de estas poblaciones es un premio a su trabajo y fidelidad hacia la empresa. Entre 1939 y 1943 la empresa crea dos poblaciones acogiendo unos 2.000-2.500 trabajadores (alrededor de 4.000 personas si contamos los miembros de las familias de los trabajadores alojados). Las poblaciones son presentadas como un “modelo”: higienismo moral y ambiental, control del consumo, de los roles familiares…

En estas poblaciones, los espacios familiares son entendidos como una reproducción del espacio laboral dentro de un espacio urbano cerrado o aislado con el objetivo de evitar la “contaminación exterior”. Además, varios miembros de la familia trabajan en la fábrica adyacente. La Iglesia de la población marca el símbolo de la educación moral a través de los colegios Maristas implantados en la población. Estos centros son escuelas industriales que enseñan el oficio ligado con la actividad de la empresa. Hay una moralización del espacio y del tiempo público y privado del trabajador.

IMG_1700 (2)

Paraná, rosa de otoño: la ciudad vista y vivida, por Amaro Villanueva y Juan L. Ortiz, a  través del imaginario del exilio
Sergio Delgado  (Université Paris-Est Créteil)

El trabajo de reflexión tiene como objeto y sujeto de estudio la ciudad de Paraná y la construción de su espacio urbano desde el imaginario cultural. Para comenzar la exposición nos planteamos la siguiente pregunta :

¿Por qué la prelidección por las grandes ciudades ?

Tres ejes articulan la respuesta :

– Función de los centros urbanos en la ocupación del territorio
– Lugares de producción económica : polos de atracción de emigrantes externos e internos
– Gran valor simbólico : imaginario cultural de la Nación

Paraná es una ciudad de interior que se presenta como un caso opuesto al de la gran ciudad a partir de matices, similitudes y diferencias que van de lo general a lo particular a partir de los tres ejes presentados. Paraná, que nunca fue fundada, se sitúa al margen del programa colonial (situación geográfica, poblaciones indígenas hostiles) y tuvo un surgimiento espontáneo a diferencia de Gualeguay, Concepción del Uruguay o Gualeguaychu, fundadas a finales del siglo XVIII. En 1813 Paraná toma la categoría de villa y en 1822 es capital de la provincia para convertirse años después en capital de la Confederación argentina entre 1854 y 1861. Durante el siglo XIX fue centro de un proceso colonial de agricultura (300 colonias muchas de ellas judías) de la provincia siendo también un centro socio-político importante, un lugar de encuentro de culturas. Durante la primera mitad del siglo XX muchos artístas y escritores, como es el caso de J. L. Ortiz, Amaro Villanueva o J. J. Saer, se instalan en Paraná generando con sus obras un imaginario cultural muy potente y que influye en la construcción del espacio urbano de la ciudad.

J. L. Ortiz y A. Villanueva se instalan en Paraná provenientes de Gualeguay. Ambos escritores son comunistas militantes sociales. En Paraná encuentran un “exilio interno” que se acompaña de toda la carga imaginaria del exilio. Este hecho les hace mirar la ciudad con la potencia de este peso simbólico, construir la ciudad a través del lenguaje. En Paraná, Rosa de Otoño, de A. Villanueva, con la naturaleza la ciudad cambia a lo largo del otoño. Recorrido de la ciudad mira tanto el espacio como el tiempo natural y político. Transformación del paisaje de la ciudad. Mira la ciudad de Paraná como un cronista extranjero enviado desde la otra orilla del río que publica sus crónicas en Santa Fe. Es una mirada de corresponsal, de un visitante que descubre la ciudad que cambia su mirada en cada visita como por ejemplo en su “Descripción del nacimiento de una isla.

J. L. Ortiz se traslada a Paraná en 1942 perdiendo su paisaje natal deslizándose hacia una cierta nostalgia ligada a esta ausencia. Su mirada se dirige a partir de este momento hacia la ciudad de Paraná. Esta mirada se construye a partir del exilio, del desplazamiento. En sus poemas “El Gualeguay” y “Las Colinas” el poeta habla a través de la mirada.

Ambos escritores se encuentran y dialogan escrituralmente en el Diario de Paraná y el Diario El Litoral de Santa Fe sobre la polémica Isla Gurupí. Mirada, paisaje, construcción del paisaje, poética, articulan un “sentimiento de la mirada” que aborda la construcción del espacio urbano y del imaginario de la ciudad. Es en 1991 que J. J. Saer publica el corolario de este debate en su libro El río sin orillas.

El paisaje de Paraná es reelaborado a través de la narración. Pero este hecho nos lleva a preguntarnos si  la imaginación y la realidad pueden ser abordardas como dimensiones distintas en la construcción del espacio urbano. Pensamos que la construcción de sistemas imaginarios es una construcción del patrimonio que no se puede remover.

IMG_1705 (2)
La construction d’une image de la nation: transformation et mise en scène de l’espace urbain pour  le Centenaire et le Bicentenaire de la Révolution de Mai à Buenos Aires (1910-2010). Continuités et permanences
Natalia Molinaro (Université Paris 8)

Perspective diachronique et comparative de l’appropriation et réappropriation de l’espace urbain. Construction de la capitale argentine en 1910 et sa réappropriation en 2010 vu comme un processus de construction d’un espace symbolique de la ville éphémère. La ville moderne de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle est vécue comme « une expérience de l’expansion » (Bernardo Secchi)   et de reconfiguration de l’espace urbain autour des idées de progrès, hygiène et salubrité. C’est un mouvement vers l’intérieur et vers l’avant qu’impose une nouvelle cartographie sociale et morale.

L’Avenue de Mai de Buenos Aires, inaugurée le 9 juillet 1894 (anniversaire de la déclaration de l’indépendance) est la première avenue du pays. Celle-ci est le reflet des aspirations des élites de la Nation, la « carte de visite » du pays. C’est un hommage à la Révolution de mai, un point de rassemblement pour la commémoration de cet événement, un élément principal du « théâtre mundi » de la ville scénographique.

En 1910, le défile militaire du 25 mai, ainsi que les manifestations patriotiques plus importants du Centenaire ont lieu dans le cadre de l’Avenue de Mai Dans ce cadre urbain, l’habitant de Buenos Aires dévient acteur en étant spectateur en même temps. Le but de l’investissement commémoratif de l’espace urbain essaye de désactiver le conflit entre centre et périphérie. L’édification de la ville éphémère du Centenaire se fait autour de la machinerie de la lumière et de l’artifice. La « Nation édifiée » est diffusée en parallèle à travers les cartes postales qui doivent montrer une Nation achevée, qui doivent mettre en scène la modernité du pays.

En 2010, le Bicentenaire propose une réappropriation à partir de la transformation de la ville dans un contexte de crise identitaire et politique. L’Avenue 9 juillet et la place de Mai sont les épicentres des célébrations, du défile du 25 mai et de la « Promenade du Bicentenaire ». Pourquoi ce choix spatial ? Il y a un éloignement de l’emplacement original lié à un révisionnisme historiographique qu’évoque la révolution comme élitiste. La lutte politique entre la municipalité et le gouvernement de la Nation débouchent sur deux célébrations parallèles.

Pourtant, il existe certaine continuités et des points communs entre 1910 et 2010 :

  • Revalorisation de lieux de mémoire et certains mouvements pour la repatrimonialisation comme c’est le cas du Cabildo (symbole du mythe original de la Nation crée par Bartolomé Mitre)
  • Machinerie de lumière et artifice. Expression d’une volonté de marquer la ville d’une nouvelle empreinte politique
  • Transformation éphémère en accord avec les aspirations politiques du pouvoir en place.

Buenos Aires se présente dans les deux commémorations comme une part essentiel du rituel du pouvoir surtout dans la représentation de la Nation, un point de rassemblement, un espace de représentation, enfin, un  territoire du moi et du nous

Conclusions

Les villes n’ont pas de sens stable, universel et figé. Elles sont investies de significations plurielles et mobiles, construites dans la négociation entre une proposition et une réception, dans la rencontre entre les formes et les motifs qui leur donnent leur structure et les compétences ou les attentes de leurs habitants qui s’en emparent. Inversement, les villes s’inscrivent dans les formes et le vécu de leurs habitants par rapport à elles-mêmes, dans un rapport aux structures fondamentales qui, dans une temporalité donnée, façonnent la distribution du pouvoir, l’organisation de la société urbaine, ses représentations, etc.

Pour comprendre une ville et raconter son histoire, il faut en étudier plusieurs, il faut par conséquent sortir de sa période, ne plus tenir compte des unités de temps et de lieu pour échapper à l’optique des sources et d’expliciter le non-événementiel. Alors, le débat n’a pas été mis sur les concepts, sur la façon de parler, mais sur la matière historique, sur les choses dont on parle. Cependant, les concepts ont pris tout leur poids grâce aux échanges délibérés qu’ils entretiennent avec la réalité.

Journée d’études « L’après coup de l’événement »

 

JOURNEE D’ETUDES:

L’APRES COUP DE L’EVENEMENT

Jeudi 26 novembre 2015

Université Rennes 2

Axe Péninsule ibérique et Amérique latine

Salle E 224

PROGRAMME

10h00  Accueil et présentation

10h30  Conférence

Luc CAPDEVILA, Université Rennes 2 : « Les espaces de la mémoire dans le Cône sud »

Analyse sur la pluralité fonctionnelle des lieux de la mémoire des dictatures en Argentine et au Chili. Après une présentation rapide de l’histoire récente des espaces de la mémoire en Amérique australe, on proposera une étude comparée sur les pratiques et les démarches des acteurs en matière de transmission et de discours sur le passé à travers l’aménagement et la gestion de ces lieux.

11h15

Véronique HEBRARD, Université Paris I – Panthéon Sorbonne : « La Faction de la Sierra (Venezuela, 1858-1859) Un événement singulier entre mémoire et oubli »

En mars 1858, une faction armée se constitue dans les régions rurales du Centre Ouest vénézuélien, en réaction à la destitution du Président en place. Formée par trois proches du Parti libéral, elle compte à plusieurs reprises, durant ses 18 mois d’existence, plus de 1 000 membres et met en ébullition les autorités dès lors qu’elle se déploie sur une zone où se sont déroulées une dizaine d’années auparavant d’importantes révoltes paysannes. Elle est immédiatement traquée et disqualifiée par les autorités locales comme centrales. Fait rare pour l’historien, le déploiement de cette faction armée a généré une masse d’archives inédites considérables, classées en trois dossiers volumineux, l’érigeant donc, dans le même temps que sa dimension politique lui était niée, en événement. Événement qui fait à la fois effraction dans le silence qui entoure le plus souvent ce type de mobilisation dont les traces sont quasi inexistantes ou dispersées ; mais aussi dans celui, postérieur dont elle a été l’objet ainsi que les centaines d’acteurs anonymes qui en ont fait partie, puisque ces archives n’avaient jamais été étudiées. Silence d’autant plus symptomatique que les trois chefs ont été érigés au rang de héros en plusieurs moments-clés de l’histoire contemporaine du Venezuela. Ce sont ces paradoxes et ces tensions dont nous proposons l’analyse, dès lors que les enjeux qui les sous-tendent nous renseignent sur les enjeux historiographiques que revêt l’étude des formes de mobilisation populaire mais aussi sur la culture politique d’un temps.

Discussion

12h30  Repas

14h00

Olivier COMPAGNON, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : « La prise de la cathédrale de Santiago du Chili le 11 août 1968 »

14h 30

Sylvie KOLLER, Université Rennes : « Chroniques de l’imprévisible prévisible. Comment raconter les catastrophes naturelles »

Les catastrophes naturelles sont des événements marquants par leur répétition même. Elles sont fortement affectées de « déjà vu » et de « déjà vécu ». En Amérique Latine, leur forme prévisible s’enracine dans l’histoire longue : séismes, éruptions volcaniques, glissements de terrains, tsunamis. Une lecture fataliste les rapproche plutôt de l’inexorabilité du destin que de l’irruption clivante de l’inattendu. Depuis l’avènement de la société médiatique mondiale, elles sont profusément couvertes sur le moment. Mais qu’en est-il de leurs traces ? Quel récit peut-on en faire après-coup ? Adviennent-elles au statut d’événement historique ? Par un choix de chroniques latino-américaines revenant sur différentes catastrophes naturelles, à des distances temporelles variables de l’événement (de quelques mois à 19 ans) , il est possible de montrer comment le travail d’écriture permet d’arracher le cataclysme à la nature pour le réinscrire dans l’histoire. Des dossiers sont repris, permettant de pointer les responsabilités humaines et politiques dans l’exposition des populations au risque. Des témoins sont entendus, dont le récit ravive l’effroi et souligne le courage. L’indifférence, le déni, les promesses non tenues vis-à-vis des sinistrés sont également au rendez-vous, ce qui inscrit l’histoire de la catastrophe naturelle dans le tableau général de l’incurie. Le grand livre de référence à cet égard est  Nada, nadie. Las voces del temblor  de Elena Poniatowska (1988). Les chroniqueurs actuels ajoutent à cette dimension d’enquête de terrain et de restitution des témoignages une dimension subjective. Rarement témoins directs de la catastrophe, ils endossent néanmoins dans le récit la dimension apocalyptique vécue par les victimes. Ils rendent compte de leur présence sur les lieux, de leurs interactions avec les survivants et les travailleurs humanitaires. Ce qui reste pour nous comme un nom, à peine une date : Arnero, Mitch, Haiti, s’ouvre de nouveau à des sens pluriels, loin de la sidération première.

15h00

Cécile MARCHAND, Université du Maine : « Sucesos y reescritura en la narrativa de Carlos Droguett »

De su pasado de periodista, el escritor chileno Carlos Droguett (1912-1996) conservó su interés por los sucesos y se inspiró en varios para su creación literaria como otros grandes escritores (Tolstoï, Dostoïevski, Flaubert, Stendhal…). La masacre de un grupo de huelguistas (« Sesenta muertos en la escalera »), el acoso de un bandido ( » Eloy ») o la ejecución de un asesino en serie francés (« Todas esas muertes ») le proporcionaron material para varias obras de las que propuso además varias versiones a lo largo de su vida. Apoyándonos en una primera parte en trabajos teóricos relativos al suceso (Foucault, Barthes, Evrard, Hamon…), nos proponemos estudiar los mecanismos de ficcionalización de estos casos, elegidos por Carlos Droguett, como su efectos para establecer el propósito buscado por este escritor polémico y comprometido.

Discussion et clôture de la journée d’études

JE 26 nov 2015 Programme L’après-coup de l’événement CARTEL 1

Contact : Nathalie Ludec nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

APPEL A CONTRIBUTION: Colloque « Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle »

APPEL A CONTRIBUTION au COLLOQUE :  

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle

Lieu : Université Paris Ouest Nanterre La Défense/Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Dates du colloque : 3 et  4 décembre 2015

Langues du colloque : français, espagnol

Lors du colloque de juin 2011, Construction de l’État-Nation et résistances au Chili: de l’Indépendance au Front populaire, nous nous sommes intéressés à la constitution de l’État-nation au Chili et aux résistances qui en ont découlé. Le colloque Construction de l’État-Nation et développement économique et social au Chili (1811-1976) qui a eu lieu en janvier 2013 a été un prolongement de cette réflexion dans une optique privilégiant les rapports économiques et financiers internes et externe qui ont participé à la formation de l’État-Nation chilien.

Le nouveau colloque que nous proposons se situe dans la continuité des colloques de 2011 et 2013, puisqu’il envisage de mettre en perspective l’Histoire contemporaine et les Arts visuels chiliens en étendant la période jusqu’au temps présent. Ainsi, le colloque se propose de reprendre des concepts analysés lors de deux rencontres précédentes en les interrogeant, cette fois, du point de vue de la création et des arts visuels chiliens.

Nous considérons le pouvoir non seulement d’un point de vue institutionnel et politique mais aussi comme un réseau complexe de stratégies de discours et de représentations. Historiquement, au Chili, comme en Amérique latine, les Arts ont participé aussi bien au processus de création de l’État-Nation, dans le cadre d’une affirmation des valeurs nationales et de l’image que des résistances –sociales et propres aux nations dominées- nées tout au long de ce processus.

D’autre part, dès sa naissance et jusqu’à ce jour avec le modèle néolibéral instauré depuis la dictature de Pinochet, la construction de l’État a provoqué des résistances à l’origine de la création d’identités alternatives, différentes de celles dictées par les autorités : identités individuelles et collectives (politiques ou ethniques) où la représentation que l’on a de soi, des autres, et de la société dans laquelle on se trouve inséré joue un rôle capital. Par conséquent,  le colloque se propose d’analyser les rapports entre les arts visuels et les pouvoirs, les résistances et les identités, les transformations qui en ont découlé ainsi que les représentations exprimées par les arts visuels.

Dans notre proposition d’étude, les arts visuels ne seront pas conçus comme simple expression esthétique déconnectée des contextes dans lesquelles ils prennent naissance ou comme la simple illustration de phénomènes sociaux. On privilégiera une approche analytique de l’art conçu comme un langage comme l’ont mis en évidence des théoriciens du sens tels que Roland Barthes ou Christian Metz.

Par ailleurs les arts visuels, expressions de pouvoir et de résistance, ne seront pas considérés uniquement comme instruments de propagande – tant du pouvoir que des résistances qu’elle engendre -, mais également comme des lieux d’expression et de création d’identités nouvelles. Cette approche à travers les arts visuels intégrera une diversité de supports et de modes d’expression : affiches, photos, caricatures, travail graphique d’imprimerie, arpilleras, architecture, bandes dessinées, gravures, peinture, graffitis, statuaire, vidéo art, films publicitaires, de fiction et documentaires, séries télévisées, installations, performances, dance.

La chronologie proposée permettra de prendre en compte aussi bien des œuvres anciennes, peu visitées, que des créations artistiques très récentes, ce qui facilitera la compréhension des processus de changements et de continuité des rapports polarisés entre les différents secteurs de la société chilienne et les expressions artistiques visuelles qu’ils ont provoquées.

Ce colloque porte sur le Chili mais il ne renonce pas pour autant à une approche comparatiste avec d’autres pays latino-américains afin de cerner de façon plus approfondie la spécificité nationale chilienne. De la même façon il fera place à l’étude de la réception de ces créations  visuelles à l’étranger.

Propositions

Merci d’adresser par mail à l’adresse etat.nation.chili@gmail.com un résumé de 500 mots environ ainsi qu’un bref C.V. mentionnant vos coordonnées professionnelles (institution de rattachement) aux organisateurs avant le 1er mai 2015, en précisant en objet « Colloque Chili III »

CONVOCATORIA DEL COLOQUIO:  

Poderes, identidades y resistencias en las artes visuales chilenas

del siglo XIX al siglo XXI

Lugar : Université Paris Ouest Nanterre La Défense/Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Fechas del coloquio: 3 y 4 de diciembre de 2015

Lenguas del coloquio: francés, español

El coloquio celebrado en junio de 2011, Construction de l’État-Nation et résistances au Chili: de l’Indépendance au Front populaire, tenía como tema principal el estudio de la estructuración del Estado-nación en Chile y las resistencias a las que tuvo que enfrentarse. En enero de 2013 se prosiguió la investigación del tema con el coloquio Construction de l’État-Nation et développement économique et social au Chili (1811-1976) que supuso una continuación de esta reflexión, privilegiando el estudio sobre las relaciones económicas y financieras internas y externas que acompañaron la formación del Estado-nación chileno.

El coloquio que organizamos en diciembre de 2015 es la continuación de esos dos coloquios ya que propone poner en perspectiva la Historia contemporánea y las Artes visuales chilenas entre el periodo de la independencia del país y el tiempo presente. Este coloquio pretende una interrogación de los conceptos analizados en los dos coloquios precedente desde el punto de vista de la creación y de las artes visuales chilenas.

Teóricamente, consideramos el poder tanto desde un punto de vista institucional y político como desde una red compleja de estrategias de discursos y representaciones. Históricamente, en Chile, como en América Latina, las Artes participaron activamente tanto en el proceso de creación del Estado-nación, en el marco de una afirmación de los valores nacionales y de la imagen que se quería presentar, como en la estructuración de las resistencias –sociales y de las naciones dominadas – a dicho proceso

Por otra parte, desde el nacimiento del Chile independiente hasta la actualidad, bajo el modelo neoliberal heredado del periodo dictatorial de Pinochet, la construcción del Estado ha generado resistencias identitarias alternativas diferentes a las dictadas por las autoridades: identidades individuales y colectivas (políticas o étnicas) en las cuales las representaciones del “yo”, de los “otros” y de la sociedad desempeñan un papel de primer orden. La celebración de este coloquio tiene como objetivo el análisis de las relaciones entre las Artes visuales y los poderes, las resistencias y las identidades, las transformaciones que implican estos intercambios y las representaciones que expresan las artes visuales.

Nuestra proposición de estudio no considera las artes visuales como una simple expresión estética sin relación con los contextos creativos o como una simple ilustración de los fenómenos sociales. Basándonos en los escritos de Roland Barthes o Christian Metz, queremos privilegiar un enfoque analítico del arte entendiendo a éste como un lenguaje.

Por otro lado, las artes visuales, expresiones de poder y de resistencia, serán consideradas como instrumentos de propaganda –tanto del poder como de las resistencias- y como lugares de expresión y de creación de nuevas identidades. Este enfoque integra una diversidad de soportes y de modos de expresión: carteles, fotos, caricaturas,  arpilleras, arquitectura, comics, grabados, pintura, grafitis, estatuaria, video, películas publicitarias, de ficción y documentales, series televisivas, instalaciones, performances.

La cronología propuesta permitirá tomar en cuenta tanto obras decimonónicas poco estudiadas como creaciones artísticas recientes, lo que facilitará el entendimiento de los procesos de cambio y de continuidad en las relaciones polarizadas entre los diferentes sectores de la sociedad chilena y las expresiones artísticas visuales que engendran.

Este coloquio tiene como objeto principal de estudio Chile pero también está abierto a enfoques comparativos con otros países latinoamericanos con el objetivo de acotar de una manera más compleja la especificidad nacional chilena. De la misma manera deja abierta la posibilidad del análisis de la recepción de las creaciones visuales en el extranjero.

Propuestas

Fecha límite para presentar su propuesta: 1° de mayo de 2015

Envíen sus propuestas a la dirección electrónica etat.nation.chili@gmail.com indicando en el objeto del mail « Coloquio Chile III ». Un resumen de unas 500 palabras, mencionando sus datos profesionales (institución y laboratorio de investigación) y un breve C.V. (lista de sus publicaciones), serán dirigidos a los organizadores antes del 1° de mayo de 2015.

Organisateurs/Organizadores :

Michèle ARRUE, MCF, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis/Laboratoire LER : Equipe Amérique Latine: littérature et socio-histoire. ALHIM

Alvar DE LA LLOSA, PR, Université Lumière Lyon-II/Laboratoire LCE (Langues et Cultures Européennes), Université Paris Ouest Nanterre La Défense Centre de recherches ibériques et ibéro-américaines : Axe Ecole, Culture, Nation dans le monde ibérique, ibéro-américain et méditerranéen (GRECUN)

Enrique FERNANDEZ DOMINGO, PR, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis/Laboratoire LER : Equipe Amérique Latine: littérature et socio-histoire. ALHIM

Nathalie JAMMET-ARIAS, MCF, Université Paris Ouest Nanterre La Défense/Centre de recherches ibériques et ibéro-américaines : Groupe de Recherches Ecole, Culture, Nation dans le monde ibérique, ibéro-américain et méditerranéen (GRECUN)

Vicente ROMERO, MCF, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis/Laboratoire LER : Equipe Amérique Latine: littérature et socio-histoire. ALHIM