Archives mensuelles : janvier 2015

Les Cahiers ALHIM (Amérique latine Histoire et Mémoire) n° 28

Couverture Cahiers Alhim n°28

Les Cahiers Alhim (Amérique latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8,  viennent de publier :

«  La construction de l’Etat-Nation et développement économique et social au Chili (1811-1976) », n°28, 2014, sous la direction Nathalie Jammet-Arias (Université Paris X), Alvar de la Llosa (Université de  Lyon), Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8) http://alhim.revues.org/4999

Présentation

Ce volume reflète une approche économique du processus de construction de l’État au Chili et exprime l’optique transdisciplinaire de l’ensemble des travaux d’historiens, de civilisationnistes, de juristes, de spécialistes en littérature provenant du monde universitaire chilien, allemand, espagnol et français. Le cadre chronologique a été choisi d’une façon volontairement large. La période étudiée -délimitée par le décret de liberté de commerce du 21 février 1811 et le décret de création de la CODELCO, le 1er avril 1976-, représente une étape historique au cours de laquelle le Chili a été le terrain de nombreuses interactions entre l’État et les différents secteurs économiques. Le volume propose une lecture politique, sociale, financière et culturelle des faits économiques au travers d’approches différentes dans le cadre de l’histoire économique du Chili contemporain, la perspective culturelle étant peu présente dans la production historique existante. Grâce à une approche théorique d’histoire politique, sociale et culturelle de l’économie, les auteurs du volume proposent certaines clés d’interprétation du phénomène économique au Chil

Presentación

El volumen refleja una perspectiva económica del proceso de construcción del Estado en Chile y traduce la transdisciplinaridad que rige los textos reunidos, de historiadores, juristas, y especialistas en literatura que provienen de Chile, Alemania, España y Francia. El marco cronológico (entre el decreto de libertad de comercio del 21 de febrero de 1811 y la creación de la CODELCO, el primero de abril de 1976) constituye una etapa fundamental durante la cual Chile experimentó numerosas interacciones entre el Estado y los distintos sectores económicos. El volumen propone una lectura política, social, financiera y cultural de los hechos económicos en el Chile contemporáneo. Gracias  a una perspectiva teórica de la historia política, social y cultural de la economía, los autores proponen unas claves para interpretar el fenómeno económico en Chile.

Revista de Historia Jerónimo Zurita n °86

Portada de la publicación

Revista de Historia Jerónimo Zurita, 86 (2011)

http://ifc.dpz.es/publicaciones/ver/id/3187

SUMARIO

Pedro Rújula, « Presentación », pp. 7-8.

DOSSIER  

PENSAR LA HISTORIA, CELEBRAR EL PASADO: FIESTAS Y CONMEMORACIONES NACIONALES, SIGLOS XIX-XX

Rémi Dalisson, « Las fiestas nacionales en Francia desde 1789 hasta la actualidad: entre la memoria y la construcción identitaria », pp. 15-17

María Isabel João, « Dia de Camões e de Portugal: breve história de uma celebração nacional (1880-1977) », pp. 19-34

Claudiu Oancea, « La celebración de la nación en un festival político socialista: el caso de Cîntarea României (1976-1989) », pp. 35-54

Vera Caroline Simon, « Memorias culturales nacionales y europeas. Una perspectiva franco-alemana », pp. 55-70

Enrique Fernández Domingo, « Cultura política y conmemoración patriótica: el primer centenario de la Independencia en Chile (1910) », pp. 71-97

Mauro Vega Bendezú, « Entre la utopía andina y la utopía republicana. Representaciones públicas en los Andes (algunas aproximaciones) », pp. 99-130

David Marcilhacy, « Las fiestas del 12 de octubre y las conmemoraciones americanistas bajo la restauración borbónica: España frente a su pasado colonial », pp. 131-147

Gustavo Alares López, « La conmemoración del Milenario de Castilla en 1943. Historia y espectáculo en la España franquista », pp. 149-180

Ángel Duarte, « Que tremoli l’enemic… o la celebración del vencido. El nacionalismo catalán y sus primeras preces », pp. 181-204

MISCELÁNEA

Jean-Claude Caron, « La Guerra Civil en el siglo XIX: ¿un mal francés? », pp. 207-224

Matías Ramisa Verdaguer, « Prensa y constitución en Zaragoza, 1813-1837 », pp. 225-247

José Ramón Urquijo Goitia, « Tomás Zumalacárregui, literatura y mito », pp. 249-280

 LIBROS

Peter Burke, Hibridismo cultural, por Raúl Alberto Mayoral Trigo

Stephan R. Epstein, Libertad y crecimiento. El desarrollo de los estados y de los mercados en Europa, 1300-1750, por Alejandro García Montón

Julien Lanes Marsall y Maitane Ostolaza, Las culturas políticas en la España del siglo XIX, por Javier Ramón Solans

Alejandro Quiroga Hernández de Soto y Miguel Ángel del Arco Blanco, Soldados de Dios y Apóstoles de la Patria. Las derechas españolas en la Europa de entreguerras, por Antonio Alcusón Sarasa

Martha C. Nussbaum, Sin fines de lucro. Por qué la democracia necesita de las humanidades, por Vladimir López Alcañiz

Guillermo Vicente y Guerrero (coord. y ed. lit.), Historia de la Enseñanza Media en Aragón, por Javier Ramón Solans.

Alvar de La LLosa, Nathalie Jammet-Arias, Enrique Fernández Domingo (Ed.), « Construction de l’État-nation et résistances au Chili : de l’Indépendance au Front populaire », Publications du Grecun, Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Nanterre, 2011

Construction ETAT NATION CHILI 2011 COUVERTURE

Alvar de La LLosa, Nathalie Jammet-Arias, Enrique Fernández Domingo (Ed.), Construction de l’État-nation et résistances au Chili : de l’Indépendance au Front populaire, Publications du Grecun, Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Nanterre, 2011

Xavier Tabet, Enrique Fernández Domingo (sous la direction), « Littérature, nation et identité en Europe et en Amérique (XIXe/XXe siècles) », Paris, L’Harmattan, 2013

 

Xavier Tabet, Enrique Fernández Domingo (sous la direction), Littérature, nation et identité en Europe et en Amérique (XIXe/XXe siècles), Paris, L’Harmattan, 2013

Ce recueil s’articule autour des rapport entre littérature, construction politique de la Nation et identité nationale en Europe et en Amérique latine. Les auteurs s’interrogent sur l’existence de caractères nationaux des littératures et cultures européennes et américaines. Ils présentent ainsi un ensemble de conceptions et de paradigmes forgés au cours du XIXe siècle que le nationalisme s’appropriera par la suite.

Enrique Fernández Domingo, « El nacimiento de la cultura política de la nación en el Río de la Plata y Chile (1808-1818) », Zaragoza, Institución Fernando El Católico, 2011

Enrique Fernandez Domingo - El nacimiento de la cultura politica de la nacion en el Rio de la Plata y Chile (1808-1818).

Enrique Fernández Domingo,  El nacimiento de la cultura política de la nación en el Río de la Plata y Chile (1808-1818), Zaragoza, Institución Fernando El Católico, 2011

La presente publicación analiza la formación de los mecanismos políticos que tienen como objetivo la creación, entre los miembros de las heterogéneas poblaciones rioplatense y chilena, de una identificación con respecto a la cultura política de la nación que se está estructurando desde las elites revolucionarias durante el período de las guerras de independencia. La cultura política de la nación es estudiada así a través de la encarnación del sujeto político soberano, plasmado éste en un discurso político e histórico que debe ser transmitido, difundido y representado de manera simbólica y simplificada al conjunto de la población, proponiendo al mismo tiempo un sistema político que debe conducir a un futuro mejor. Esta cultura política se estructura en torno a un sistema de creencias empíricas, símbolos, expresiones y valores que definen la situación en la cual la acción política toma asiento. El libro se extiende cronológicamente entre la crisis de soberanía provocada en la América hispana por la recepción e interpretación política de las noticias de los sucesos que ocurren en la Península a partir de 1808 y las declaraciones de independencia de las Provincias Unidas en 1816 y la de Chile en 1818, que cierran institucionalmente la crisis abierta diez años antes.

Enrique Fernández Domingo, « Le négoce français au Chili (1880-1929) », PUR, Rennes, 2006

Le Négoce Français Au Chili 1880-1929 de Enrique Fernandez Domingo

Enrique Fernández Domingo, Le négoce français au Chili, 1880-1929, PUR, Rennes, 2006

La fin du XIXe siècle se caractérise au Chili par la croissance économique du pays et par la totale intégration du marché chilien dans le système économique mondial. Quels succès et quelles limites le commerce français trouve-t-il dans le marché chilien entre 1880 et 1929 ? Et quelle est l’évolution des structures du négoce français au Chili ?

ALHIM Paris 8

Le groupe de recherche ALHIM se consacre à l’étude des différents thèmes d’intérêt pour l’Amérique Latine (migrations, identités, éducation, religion, politique, etc.) dans une proposition historiographique qui tient compte du binôme mémoire-histoire. Nos lignes de travail se centrent sur le concept d’historicité. En paraphrasant Marcel Gauchet, l’historicité manifeste la manière dont un individu ou une collectivité s’installe et se déploie dans le temps. À partir de cette proposition analytique, nous considérons le régime d’historicité comme un instrument pour interroger les diverses expériences du temps. En nous appuyant sur les travaux de François Hartog, nous pouvons définir les régimes d’historicité comme les modalités d’articulation des catégories du passé, du présent et du futur dans le cadre d’une société donnée. Un régime d’historicité est, donc, « un artefact idéaltypique que valide sa capacité heuristique. À un moment, un type d’expérience du temps, une forme de temporalité deviennent prépondérants et il est possible de les subsumer sous l’appellation de régime d’historicité ». (je pense qu’il faut bien définir le concept clé de notre démarche de recherche pour ensuite le présenter comme outil méthodologique) La notion de « régime d’historicité » est un outil qui permet d’appréhender le passé, le présent et le futur selon une subjectivité propre à chaque société, ce qui provoque des variations, des ruptures, des anachronismes dans la perception du temps. Ajoutons que le temps de l’histoire, lié au régime moderne d’historicité, s’est diffusé en même temps que l’idée de progrès. La notion de « régime d’historicité » permet donc de traduire des expériences du temps selon les acteurs ou les auteurs qui ont en charge de les exprimer, et que l’on peut distribuer selon deux axes épistémologiques :

La mémoire et la structuration d’un patrimoine lié à la mémoire prennent le pas sur « l’histoire mémoire » (P. Nora) : comment se structure ce passage dans le cadre latino-américain ? Cette question renvoie à la construction du récit national et la formation d’un patrimoine historique où les forces institutionnelles et en particulier l’Etat-Nation du XIXe et XXe siècle ont un rôle prédominant. Temps, mémoire, patrimoine, commémoration, identité sont des mots intimement liés au régime d’historicité de notre contemporain et constituent de véritables outils pour entamer notre dialogue scientifique avec le passé. Comme le dit Pierre Nora, l’histoire se confond avec la mémoire au moment où le récit d’une collectivité se réalise sans distance critique. Les travaux de Maurice Halbwachs et Paul Ricœur ont largement démontré que la mémoire collective obéit à des règles bien connues. Son rapport au passé est direct, affectif, puisqu’elle est d’abord souvenir d’événements vécus par soi-même, ses ancêtres, ou les personnes de son groupe. La mémoire est un réaménagement continu de la présence et de l’absence en transformant le passé en fonction du présent et tend, parfois, à le magnifier. Elle se définit par sa capacité de recours au symbolique et par son aptitude à créer des mythes comme une autre façon de décrire le réel. Un des traits fondamentaux de la mémoire collective est sa nécessaire inscription dans un paysage et un territoire. A l’époque contemporaine apparaissent des mémoires nationales structurées sur les événements fondateurs, organisés en récit cohérent qui légitime l’existence du groupe, c’est-à-dire, le « roman national ». Cette mémoire, initiée par l’État, s’appuie sur l’écrit et le travail des historiens, même si elle trouve des renforts auprès des arts visuels, comme la peinture ou la sculpture, ou encore dans les monuments ou l’urbanisme des capitales. Dans les dernières décennies une autre expression de la mémoire historique se développe, celle des traumatismes et des violences du XXe siècle, et spécialement la violence des dictatures militaires dans le cas de l’Amérique latine. A la différence des mémoires nationales, ces mémoires traumatiques s’appuient largement sur des témoignages oraux.

Une deuxième proposition de recherche se détache des idées exposées plus haut:

La construction d’un patrimoine culturel, géographique et social, ou encore d’une mémoire culturelle en Amérique latine en tenant compte de l’intervention de l’Etat-Nation – au niveau local – doit inclure le concept de tradition populaire. Le concept de tradition, pris au sens large (habitudes, croyances, rites, usages, etc.) vient conforter ce patrimoine. Cependant, dans une approche critique, il bouscule les relations entre les groupes sociaux en faisant intervenir d’autres voix, alternatives, émergentes comme celles des associations de femmes, des mouvements ethniques, d’organisations d’exilés, d’immigrants, etc. La construction d’un autre patrimoine se nourrit alors de l’histoire mais aussi de la mémoire, des pratiques et des représentations, pas seulement des cultures dominantes mais aussi des cultures subalternes.