Archives mensuelles : octobre 2015

Publication : Formation, héritages et reconfigurations du péronisme en Argentine de 1943 à nos jours

Journnée Peronisme

Cette publication est le résultat de la  journée d’études franco-argentine Formation, héritages et reconfigurations du péronisme en Argentine de 1943 à nos jours organisée par l’ED Pratiques et théories du sens (Université Paris 8) en partenariat avec l’ED 122 (Université Paris 3) qui a eu lieu à l’Université Paris 8 le 14 avril 2015. L’ensemble des articles est le résultat de la recherche actuelle en France et en Argentine, après d’importants renouvellements historiographiques. Cette publication s’inscrit dans une perspective à la fois interdisciplinaire et comparatiste grâce aux contributions relevant des sciences humaines et sociales (histoire, science politique, philosophie, sociologie, géographie, etc.) et proposant des éclairages de types comparatistes sur les régimes dits    « néo-populistes » en Amérique latine.

Pour être tenu au courant de la suite des projets du groupe de travail, vous pouvez écrire aux organisatrices: irene.favier@gmail.com, luciaabe@yahoo.com.ar et hemeury.lucie@gmail.com

 ARTICLES

Thèmes, cas et problèmes dans l’historiographie du premier péronisme

Mariana Garzón-Rogé

Instituto Ravignani-Universidad de Buenos Aires/Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas

e-mail : mariana_garzonroge@yahoo.com.ar

Le texte révise quelques tendances générales de l’historiographie du premier péronisme et réfléchit autour d’elles. L’article mentionne les principaux thèmes et cas et propose un parcours des possibilités de normalisation, de synthèse et de comparaison. Sans offrir un panorama exhaustif, cette étude essaye d’orienter les lecteurs dans la très vaste bibliographie existante relative à ce phénomène historique qu’est le premier péronisme, spécialement celle produite ces dernières années.

Mots-clés : premier péronisme, Argentine, historiographie, bilan

Axes de recherche : histoire du péronisme, histoire des pratiques des péronistes, identifications et sens de l’expérience péroniste

Texte complet : Article Mariana Garzon Rogé-1

« Siempre he pensado en un pueblo de deportistas ». La politique sportive péroniste (1946-1955)

Lucie Hémeury

Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle (IHEAL-CREDA)

Si la bibliographie consacrée au péronisme compte des milliers de titres, peu de chercheurs se sont intéressés à la question du sport et à la politique sportive menée par le gouvernement péroniste entre 1946 et 1955. Pourtant, cette période est restée dans les mémoires argentines comme un « âge d’or » du sport argentin, rendu possible grâce au soutien sans précédent de l’État. Cet article cherche à analyser les objectifs poursuivis par le régime péroniste à travers cette politique sportive et les moyens utilisés pour la mener à bien. La promotion de la pratique sportive à l’ensemble de la population s’intègre au processus de « démocratisation du bienêtre » à l’œuvre sous le péronisme et à l’ensemble des conquêtes sociales garanties aux travailleurs par Perón. Pour cela, le Conductor a recours aux institutions sportives existantes mais aussi à des créations péronistes originales afin d’assurer l’accès au sport aux jeunes et faire des athlètes de haut niveau des ambassadeurs de la Nueva Argentina à l’étranger. Mais cette intervention de l’État dans le sport pose aussi la question de l’instrumentalisation politique des sportifs et de l’embrigadement de la population par le biais du sport, qui fait toujours débat parmi les spécialistes.

Texte complet : Article Lucie Hémeury politique sportive péroniste

Mots-clés : histoire culturelle, péronisme, Argentine, sport, politique sportive

Thèmes de recherche : histoire politique et culturelle, histoire du premier péronisme, histoire du sport

Les espaces académiques de la philosophie: continuités et ruptures dans l’université (1943-1952)

 Lucía A. Belloro

CREDA, UMR 7227, IHEAL – Paris III, Sorbonne Nouvelle

Cet article vise à faire un état des lieux de l’impact du péronisme dans l’université sur le parcours de formation de Philosophie. Il s’agira dans ce travail de faire ressortir les continuités et les ruptures dans la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Buenos Aires entre la période immédiatement préalable à l’arrivée du gouvernement de Perón et le premier gouvernement péroniste.

Texte complet : BELLORO JED ALHIM revu

Mots-clés: Argentine, péronisme, université, philosophie

Entre ouvriers et intellectuels : l’expérience des premières années de l’ATEP, 1949-1955

Antonio Ramos Ramírez

Université Bretagne Sud, Lorient/Universidad Pablo de Olavide, Séville

En el contexto de creación e impulso de nuevas entidades sindicales, los docentes de Tucumán recibieron la atención del peronismo provincial a través de la creación de la Agremiación Tucumana de Educadores Provinciales (ATEP), a fines de 1949. Esta organización agrupaba a los docentes de enseñanza pública primaria de pendientes del sistema educativo provincial y se convirtió, con el paso de los años, en una de las más importantes organizaciones de trabajadores en la provincia. En el presente trabajo se pretende arrojar luz sobre los primeros años de la agremiación, durante los cuales la actividad sindical quedó en un segundo plano en relación a las preocupaciones por conseguir la estabilidad institucional, al tiempo que se trataron de evitar los conflictos con el gobierno local. Sin embargo, las tensiones entre la dirigencia sindical y la base militante pusieron de manifiesto que la estructura presentaba, ya desde sus inicios, fracturas internas motivadas por las diferentes posturas que convivían en la organización.

Texte complet : Ramos_Article ATEP JED péronisme-1 Je remercie Dorothée Cochin, Moira Cristiá, Joël Delhom et Lucie Hémeury pour leurs lectures et commentaires sur la première version du texte.

Péronisme, libération et contre-hégémonie. Politiques culturelles néo-péronistes au début des années 1970

Moira Cristiá

ATER Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle/Post-doctorante associée CERMA/Mondes Américains

e-mail: moicristia@gmail.com

Après 18 ans de proscription, le retour du péronisme au pouvoir en mai 1973 entraîne aussi bien un enthousiasme assez généralisé qu’un élan de transformation des politiques menées jusque-là. La culture, et surtout la plus imbriquée dans les traditions locales, est mise en avant dans ce nouveau projet de pays mené par l’équipe idéologiquement hétérogène du gouvernement d’Hector Cámpora. Afin d’explorer le rapport entre culture et politique dans un climat international troublé, cette communication revisite certains des projets formulés et mis en place dans les domaines de la culture et de l’éducation en vue de la « libération ». De quelle manière les politiques culturelles mettent-elles en évidence une continuité ou une rupture par rapport au péronisme classique ? Comment le projet culturel lancé exprime-t-il une idéologie et une logique de pouvoir ? Nous abordons tout particulièrement divers aspects des politiques appliquées aux universités sous la nouvelle gestion. En tant qu’expression d’une affirmation de l’éducation comme voie vers la « libération », l’agenda institutionnel est établi en articulation avec les secteurs populaires, en donnant une nouvelle orientation à l’action culturelle. Cette démarche nous permettra de parvenir à certaines réflexions quant à la conception de la culture dans une nouvelle stratégie de pouvoir.

Texte complet : Article Moira Cristia

Mots-clés : Argentine, péronisme, politiques culturelles, contre-hégémonie, tiers-mondisme, libération

Axes de recherche : histoire et images, culture visuelle, histoire des sensibilités et représentations visuelles

Le refondationnalisme post-péroniste. Du mythe de la « table rase » à l’instauration d’une « sur-mémoire »

Morgan Donot

CREDA CNRS-UMR 7227/Paris 3-Sorbonne Nouvelle

e-mail : morgandonot@yahoo.fr

Nous avons ici choisi d’analyser la mise en scène de la thématique du passé dans les discours de Carlos Menem (1989-1995) et de Néstor Kirchner (2003-2007), en nous centrant, plus particulièrement, sur la révision du passé en lien avec la dictature militaire (1976-1983). Nous nous intéressons donc à la mémoire telle qu’elle a été récupérée par ces deux hommes politiques, aux événements sur lesquels ils ont choisi de mettre l’accent ou, au contraire, qu’ils ont délibérément mis de côté, dans leur volonté de rassembler tous les Argentins autour des mêmes valeurs. Pour mener à bien ce travail, dans un premier temps, nous portons attention à ce que l’on a appelé l’instauration du mythe de la « table rase » chez Carlos Memen. Puis, dans un second temps, nous analysons la manière dont Néstor Kirchner a installé une politique de « sur-mémoire » dans l’Argentine du début du XXIe siècle. Cela nous permet de mettre en exergue les deux voies qui ont été proposées à la société concernant le sens à octroyer au passé, au présent et au futur de l’Argentine.

Texte complet : Morgan Donot – ALHIM

Mots-clés : refondationnalisme, passé, mémoire, Carlos Menem, Néstor Kirchner

Axes de recherche : populisme et discours populiste, discours politique, leadership, mémoire et oubli, représentations, imaginaires

Les internes dans le péronisme (1988-2015) : vers un processus d’institutionnalisation ?

Dario Rodriguez 

Docteur associé au CERI/Sciences Po

e-mail : dario.rodriguez@sciencespo.fr

Malgré la crise de représentation partisane et la fragmentation profonde du système partisan, le péronisme demeure la principale force politique de l’Argentine. Cependant, cette place privilégiée ne doit pas occulter le processus de transformation qui a marqué ce parti politique pendant les dernières décennies. La transition à la démocratie et la mutation de la représentation ont déterminé spécifiquement ce processus. Dans ce cadre, l’établissement d’un nouveau modèle de sélection des candidats dans le péronisme se révèle comme une dimension d’analyse centrale. En effet, cette dimension a non seulement été cruciale du point de vue de la nomination des leaderships péronistes, mais elle a aussi mis en lumière la relation de cette force politique avec les normes et les procédures qui organisent la dynamique électorale en Argentine. Pour analyser ce processus, on se focalisera sur les conditions contextuelles dans lesquelles ce mécanisme a été établi et sur l’action des leaderships politiques pendant les différentes étapes : 1988-1989, 1991-2001, 2002-2015. L’analyse des effets institutionnels et symboliques de cette procédure, organisant le jeu politico-électoral dans chaque contexte, nous permettra d’aborder le processus de mutation du péronisme « comme parti politique » au cours de ces dernières décennies.

Texte complet : Les internes dans le péronisme. Dario Rodriguez (VF)

Mots-clés : Péronisme-Menem-Kirchner-Internes partisanes-Leadership politique

Thèmes de recherche : partis politiques et leadership, démocratie et représentation politique, Amérique latine en perspective comparée, ménémisme et kirchnérisme

Mémoires du péronisme dans les célébrations du Bicentenaire de la Révolution de Mai (Buenos Aires, 21-25 mai 2010)

Natalia Molinaro

Université Paris 8/LER-ALHIM

e-mail : Natalia.molinaro@univ-paris8.fr

 Cet article vise à identifier les référents mémoriels issus de la tradition péroniste, ainsi que les procédés ayant permis leur réactualisation, lors des célébrations officielles qui ont eu lieu à Buenos Aires pour le Bicentenaire de la Révolution de Mai entre le 21 et le 25 mai 2010. Comment l’héritage péroniste fut-il évoqué dans le cadre de cette fête de la souveraineté, alors que des figures comme Eva D. Perón et Juan D. Perón ne font pas nécessairement consensus ? L’un des objectifs de cette célébration était de refonder le système de représentations traditionnel et de raviver le sentiment d’appartenance citoyenne des Argentins, après la terrible crise qui avait frappé le pays entre 2001 et 2003. Pour ce faire, une refonte du système symbolique, mais aussi une réinvention de la tradition patriotique furent envisagées, et ce dès la ratification du premier décret visant à organiser les célébrations en 2005. Cet article montre que des éléments propres à la culture politique kirchneriste sont venus nourrir cette fête de la souveraineté, tout en mettant la lumière sur les réagencements de la mémoire péroniste proposés dans le cadre de ces célébrations pour produire du consensus. Après s’être intéressé aux symboles et aux recours employés pour leur réactualisation, il se concentre sur le rituel patriotique en lui-même, afin de dégager les principales étapes de l’officialisation d’une nouvelle culture nationale, qui est aussi politique.

Texte complet : MOLINARO Mémoires du péronisme dans les célébrations du Bicentenaire de la Révolution de Mai

Mots-clés : Argentine, Bicentenaire, mémoire, péronisme, rituels du pouvoir

Axes de recherche : Commémorations, mémoires, identité nationale, question indienne en Argentine

Une jeunesse sous Perón (et Evita)

Pierre Tripier

Sociologue retraité

e-mail : ptripier40@outlook.fr

Texte complet : TRIPIER jeunesse sous peron – ALHIM

 

Journée d’études « L’après coup de l’événement »

 

JOURNEE D’ETUDES:

L’APRES COUP DE L’EVENEMENT

Jeudi 26 novembre 2015

Université Rennes 2

Axe Péninsule ibérique et Amérique latine

Salle E 224

PROGRAMME

10h00  Accueil et présentation

10h30  Conférence

Luc CAPDEVILA, Université Rennes 2 : « Les espaces de la mémoire dans le Cône sud »

Analyse sur la pluralité fonctionnelle des lieux de la mémoire des dictatures en Argentine et au Chili. Après une présentation rapide de l’histoire récente des espaces de la mémoire en Amérique australe, on proposera une étude comparée sur les pratiques et les démarches des acteurs en matière de transmission et de discours sur le passé à travers l’aménagement et la gestion de ces lieux.

11h15

Véronique HEBRARD, Université Paris I – Panthéon Sorbonne : « La Faction de la Sierra (Venezuela, 1858-1859) Un événement singulier entre mémoire et oubli »

En mars 1858, une faction armée se constitue dans les régions rurales du Centre Ouest vénézuélien, en réaction à la destitution du Président en place. Formée par trois proches du Parti libéral, elle compte à plusieurs reprises, durant ses 18 mois d’existence, plus de 1 000 membres et met en ébullition les autorités dès lors qu’elle se déploie sur une zone où se sont déroulées une dizaine d’années auparavant d’importantes révoltes paysannes. Elle est immédiatement traquée et disqualifiée par les autorités locales comme centrales. Fait rare pour l’historien, le déploiement de cette faction armée a généré une masse d’archives inédites considérables, classées en trois dossiers volumineux, l’érigeant donc, dans le même temps que sa dimension politique lui était niée, en événement. Événement qui fait à la fois effraction dans le silence qui entoure le plus souvent ce type de mobilisation dont les traces sont quasi inexistantes ou dispersées ; mais aussi dans celui, postérieur dont elle a été l’objet ainsi que les centaines d’acteurs anonymes qui en ont fait partie, puisque ces archives n’avaient jamais été étudiées. Silence d’autant plus symptomatique que les trois chefs ont été érigés au rang de héros en plusieurs moments-clés de l’histoire contemporaine du Venezuela. Ce sont ces paradoxes et ces tensions dont nous proposons l’analyse, dès lors que les enjeux qui les sous-tendent nous renseignent sur les enjeux historiographiques que revêt l’étude des formes de mobilisation populaire mais aussi sur la culture politique d’un temps.

Discussion

12h30  Repas

14h00

Olivier COMPAGNON, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : « La prise de la cathédrale de Santiago du Chili le 11 août 1968 »

14h 30

Sylvie KOLLER, Université Rennes : « Chroniques de l’imprévisible prévisible. Comment raconter les catastrophes naturelles »

Les catastrophes naturelles sont des événements marquants par leur répétition même. Elles sont fortement affectées de « déjà vu » et de « déjà vécu ». En Amérique Latine, leur forme prévisible s’enracine dans l’histoire longue : séismes, éruptions volcaniques, glissements de terrains, tsunamis. Une lecture fataliste les rapproche plutôt de l’inexorabilité du destin que de l’irruption clivante de l’inattendu. Depuis l’avènement de la société médiatique mondiale, elles sont profusément couvertes sur le moment. Mais qu’en est-il de leurs traces ? Quel récit peut-on en faire après-coup ? Adviennent-elles au statut d’événement historique ? Par un choix de chroniques latino-américaines revenant sur différentes catastrophes naturelles, à des distances temporelles variables de l’événement (de quelques mois à 19 ans) , il est possible de montrer comment le travail d’écriture permet d’arracher le cataclysme à la nature pour le réinscrire dans l’histoire. Des dossiers sont repris, permettant de pointer les responsabilités humaines et politiques dans l’exposition des populations au risque. Des témoins sont entendus, dont le récit ravive l’effroi et souligne le courage. L’indifférence, le déni, les promesses non tenues vis-à-vis des sinistrés sont également au rendez-vous, ce qui inscrit l’histoire de la catastrophe naturelle dans le tableau général de l’incurie. Le grand livre de référence à cet égard est  Nada, nadie. Las voces del temblor  de Elena Poniatowska (1988). Les chroniqueurs actuels ajoutent à cette dimension d’enquête de terrain et de restitution des témoignages une dimension subjective. Rarement témoins directs de la catastrophe, ils endossent néanmoins dans le récit la dimension apocalyptique vécue par les victimes. Ils rendent compte de leur présence sur les lieux, de leurs interactions avec les survivants et les travailleurs humanitaires. Ce qui reste pour nous comme un nom, à peine une date : Arnero, Mitch, Haiti, s’ouvre de nouveau à des sens pluriels, loin de la sidération première.

15h00

Cécile MARCHAND, Université du Maine : « Sucesos y reescritura en la narrativa de Carlos Droguett »

De su pasado de periodista, el escritor chileno Carlos Droguett (1912-1996) conservó su interés por los sucesos y se inspiró en varios para su creación literaria como otros grandes escritores (Tolstoï, Dostoïevski, Flaubert, Stendhal…). La masacre de un grupo de huelguistas (« Sesenta muertos en la escalera »), el acoso de un bandido ( » Eloy ») o la ejecución de un asesino en serie francés (« Todas esas muertes ») le proporcionaron material para varias obras de las que propuso además varias versiones a lo largo de su vida. Apoyándonos en una primera parte en trabajos teóricos relativos al suceso (Foucault, Barthes, Evrard, Hamon…), nos proponemos estudiar los mecanismos de ficcionalización de estos casos, elegidos por Carlos Droguett, como su efectos para establecer el propósito buscado por este escritor polémico y comprometido.

Discussion et clôture de la journée d’études

JE 26 nov 2015 Programme L’après-coup de l’événement CARTEL 1

Contact : Nathalie Ludec nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Christian Galdón (POLART –Poétique et politique de l’art) : « De l’homme de la rue aux rues de l’homme: Rétif de la Bretonne et la manie de l’écriture »

           De l´homme de la rue aux rues de              l´homme : Rétif de la Bretonne et la manie de l´écriture

Christian GALDON
POLART –Poétique et politique de l’art

«Le futur de l´homme, c´est l´homme que s´invente précisément dans ce qu´il ne voit pas qui s´invente. C´est pourquoi cet homme, souvent, est du côté du bruit. Du parasite. Du canular. De la folie.»
                                                       Gérard Dessons1
Introduction

Penser la ville c’est inventer un homme pour chaque ville, ou plutôt le contraire ; inventer une ville pour chaque homme. A la manière d’Italo Calvino, on pourrait songer les villes, rêver les espaces habitables par l’homme. Mais quel homme pour quel espace ? L’insertion du sujet dans le territoire est toujours problématique, mais encore plus si le sujet devient le territoire, l’espace même de sa propre énonciation.

C’est le cas de Rétif de la Bretonne (1734-1806), graffeur avant la lettre, qui à partir de 1779 commence à noter, voire graver, sur les murs de l’Ile Saint-Louis les dates de faits mémorables dont il souhaitait pouvoir fêter l’anniversaire2. Liturgie ou rituel d’écrivain compulsif destiné à exorciser la mort ? Manie de l’écriture ou l’écriture d’une manie ? Peu importe ; la rime avec la vie, dans la vie et pour la vie et le continu comme mode opérationnel d’une action, celle du langage.

Sculpter l’intime dans la surface rugueuse d’une pierre. Inscrire le «je» dans la ville comme une forme de notification de la subjectivité dans laquelle le «moi» doit se ratifier chaque jour afin de construire une mémoire de soi pour soi dans un exercice narcissique qui vise le futur comme horizon de la recherche. Rétif de la Bretonne en prospectant Rétif de la Bretonne: « Que penserai-je dans un an, à pareil jour, à pareille heure ?… »3 Et puis la reconnaissance et le plaisir de se savoir toujours là, prêt à se donner de nouveaux rendez-vous dans l’avenir tout en pétrifiant le passé.

Si dans l’homme qui courra les rues un siècle plus tard on peut trouver la conformation d´un nouveau type d’homme déterminé par l’insertion de l’anonymat dans la sphère du collectif dont une de ses caractéristiques sera celle de ne pas être marquée par une habitation mais par une fréquentation ; celle de l’errance et le passage, Rétif de la Bretonne à l’époque où le projet de l’ Illustration était en train de se conformer, travaillait déjà dans les coulisses de la Raison sa propre folie individuelle : « Triste et solitaire, comme toi, j’errais seul, au milieu des ténèbres, dans cette capitale immense. […] J’errais seul, pour connaître l´Homme… »4.

Nous sommes encore dans la période de l´errance, cette quête permanente du lieu acceptable5, quand Rétif de la Bretonne, avant de s´inscrire sur la pierre, s’inscrivait sur la nuit, ce qui nous amène à penser la question du support ; nuit-pierre-cahier peu importe pour un amant de la typographie, de tous types de graphies. Ce qui montre qu’il n’y pas de support précis pour l’art, ni pour la littérature ; la seule spécificité nécessaire est celle de sa propre historicité, l’enjeu de la valeur.

Au cours de vingt années, Rétif de la Bretonne sera dans l´obscurité, parcourra et observera « ce qui se passe dans les rues de la capitale »6 mais il ne verra de choses intéressantes que 366 fois, c’est à dire un an et un jour, calendrier personnel que constitue la totalité du récit.

Le Paris de Rétif

Avant de tracer, voire de graver, avec une clé ou d’autres objets de fer ses inscriptions lapidaires sur les murs de l’Ile de Saint-Louis, Rétif de la Bretonne a inventé une ville pour lui-même ainsi que pour ses lecteurs. De la même façon que le Paris de Balzac est celui de l’ascension de la bourgeoisie héritée de la grande Révolution, avec ses implantations territoriales dans certains quartiers privilégiés de la ville, le Paris de Rétif de la Bretonne « n’est pas celui des palais et des hôtels particuliers, décor des Liaisons dangereuses et du drame bourgeois, c’est celui du peuple entier, à une époque où les classes sociales, comme au Moyen Age, cohabitent encore »7 et la ségrégation se manifeste dans la verticalité de l’étage que l’on habite.

Le peuple entier dans l’hétérogénéité de ses métiers – les tanneurs, les mégissiers, peaussiers, corroyeurs, selliers, baudroyers, chapeliers, chiffonniers, entre autres. De la «bonne bourgeoisie» à la «bourgeoisie commune » en passant par les ouvriers aux «mendiants plus ou moins débrouillards et aux filles du commun »8. Paris dans ses rues et dans l’intimité des logements, mais surtout Paris nocturne comme espace de divagations où le Hibou-Spectateur erre solitaire et triste à la recherche de sa propre écriture. L’objectif : voir dans l’obscurité, car il y a, selon lui « que de choses à voir, lorsque tous les yeux sont fermés ! »9. Dévouement fait par ces écrivains qui estiment la couleur noire comme paysage de fond de leurs narrations, et la portion, par ailleurs, d’inconnu vers laquelle tout véritable inventeur doit se diriger : « Mon empire commence à la chute du jour, et fini au crépuscule du matin, lorsque l’aurore ouvre les barrières du jour »10.

La nuit blanche, donc, comme enjeu de la lucidité, car non seulement on trouvera un Rétif préoccupé par sa propre appréhension de la réalité nocturne, mais aussi on pourra compter sur ses yeux, dans une sorte de sacrifice que l’écrivain fera en faveur de ses lecteurs-amis-concitoyens. Ainsi en nous interpellant directement, d’abord il nous avance le contenu de ses « tableaux nocturnes »11 avec une double formule de complaisance similaire au docere et delectare horatien, car les tableaux nous « instruiront, en étonnant »12. Malgré le changement du plaisir par la peur ou la surprise, Rétif nous assure que l’on va voir « non seulement des scènes extraordinaires, mais de morceaux philosophiques, inspirés par la vue des abus qui se commentent sous le voile ténébreux que la nuit leur prête ; des histoires intéressantes, en un mot, tout ce qui peut exciter la curiosité »13.

Si le lecteur s´arrête un instant et procède à faire une analyse plus ou moins hasardeuse du paragraphe antérieur il se rendra compte que l’on pourrait effectuer des combinaisons parlantes entre les deux syntagmes « scènes extraordinaires et histoires intéressantes » ce qui nous donnerait aussi la conjonction : histoires extraordinaires et scènes intéressantes. Ajoutons, en outre, une certaine sémantique employée : «morceaux philosophiques, ténébreux, la nuit » et effectivement il y a tout ce qui peut susciter la curiosité du lecteur et de la critique. Car, sans prétendre établir des relations artificielles de signifiance – spécialité de ceux qui travaillent le connu de la littérature et par conséquence avec ses restes- dans ce paragraphe de Rétif de la Bretonne on peut identifier des traces de ce que quelques années plus tard on appellera en Angleterre le genre ou le style gothique (Horace Walpole, M.G Lewis, entre autres). Genre littéraire qui évoluera et qui deviendra hétérogène et multiforme et qui nous apportera des œuvres autant dissemblables entre elles que Frankenstein de Mary Shelley ou Les élixirs du diable d’E.T.A Hoffmann, en passant par Edgar Allan Poe et ses Histoires extraordinaires, recueil de nouvelles réunies et traduites en français par Charles Baudelaire en 1856.

Mais, revenons à Paris et à ses nuits du dix-huitième siècle ou plus concrètement aux « iniquités nocturnes »14 d´un Paris en particulier, celui de Rétif de la Bretonne, puisque c’est lui qui va nous prêter sa vision: « J’ai voulu tout voir pour toi »15 et nous appellera à sa lecture instructive ; « Viens, lis, instruis-toi »16 tout en nous confiant, en même temps, les risques de son entreprise de noctambule afin de ennoblir son sacrifice : « Citoyens paisibles, j’ai veillé pour vous ; j’ai couru seul les nuits pour vous ! Pour vous, je suis entré dans les repaires du vice et du crime […] je vais vous vendre ses secrets…Pour vous, je l’ai guetté à toutes les heures de la nuit, et je ne l’ai quitté, que lorsque l’aurore le chassait, avec les ténèbres ses fauteurs… »17 Nous sommes bien dans les prolégomènes d’un scénario qui s´annonce étrange et, à vrai dire, inquiétant, et comme tout scénario ambitieux, pour l’écrire il faut risquer la vie : « Je me suis sacrifié à l’avantage de mes concitoyens. J’ai exposé ma santé, ma vie, mon bonheur, ma vertu […] »18 mais pas en vain puisque « je te serai utile. Tu verras, jeune homme, combien le mal est commun, combien le vice est laid, et combien on paie cher ses trompeuses douceurs ! »19 Pervers moraliste ou héros littéraire ? Le bienveillant Rétif osera s’adresser même aux pères et mères de famille : « c´est pour vous, c’est pour vous enfants, que je me suis fait Hibou ! Le froid, la neige, la pluie, rien ne m’arrêtait […] »20. Comme un gardien de la cité idéale de Platon ou un gouverneur de la Rome antique, il sera mené par la res publica, la chose « ou bien public »21, car il écris « guidé par l´amour de vrai, du beau, de l´utile »22. Nous sommes bien dans une éthique, ou plutôt dans une morale de la littérature qui débouche irrémissiblement dans le politique : la dénonciation ou le dévoilement d´un Paris autre que celui du jour et celui des Lumières, et la restauration d´une justice pour la ville, proposition contradictoire d´ordre administratif aussi solidaire avec « les classes populaires » qu’ incongru dans la subordination totale déclarée vers l’Autorité.

Mais, qui rencontre cet amant malheureux lorsqu’il erre seul, dans le silence de la nuit du côté des Tuileries, de la foire Saint-Laurent, du Jardin des plantes, au bal de l’Opéra ou dans les allées du nouveau Palais-Royal ? Répertoire féminine : Une Vaporeuse, une fille violentée, une fille perdue, une fille honteuse, une fille ensevelie vivante. Répertoire masculin : un homme aux lapins, un homme qui ne dépense rien, un décolleur d’affiches, un homme échappé au supplice, un pendu puis rompu, des espions, des bouchers, deux abbés qui se battent en duel, un garçon en fille, des tueurs-de-temps, des violateurs de sépultures, des balayeurs, des acteurs, des littérateurs et toutes les «incongruités nocturnes» qu’offrent les bas-fonds, les ruelles, les bals, les cafés et les cachots de Paris à la veille de la Révolution23.

Nous pouvons trouver déjà des échos de ce que seront d´autres Paris – en tant que constructions subjectives d´un imaginaire collectif, celui de la ville, -. Le Paris de Gérard de Nerval dans Les Nuits d´octobre ou celui de Baudelaire dans Les Fleurs du mal, et tous dans le partage d’un Paris commun, celui de la fréquentation et de l’errance habituelle par des bas-fonds, et l’espace ou support de la nuit comme territoire propice tant aux rêveries poétiques de l´homme de la rue que à ses cauchemars. Les surréalistes en prendront note et chercheront dans l´inconscient incertain de l´humain ce même espace.

Les rues de l´Homme : Mes inscriptions 24

Nous avons vu que durant vingt années le support préféré de Rétif de la Bretonne pour écrire, et s´inscrire, était la nuit avec les défiances, et méfiances, qu’elle comporte, surtout les nuits de Paris et pas n´importe quelles nuits. Le Hibou-Spectateur va désormais, et pendant six ans (de 1779 à 1785) changer de support et avec lui, l´énonciation. Le « je » s’avère dans une extrême subjectivation du « moi » et Rétif devient son propre interlocuteur dans un discours autant intime que incompréhensible pour l´autre. Les dates gravées sur les murs de l’Iles de Saint-Louis seront un exemple d’écriture privée, celle du corps, que dans son agir performatif réinvente une nouvelle intimité sur un espace nouveau.

Si l´Homme de la rue est celui des divagations— singularité quelconque (Agamben) ou monsieur tout le monde—celui des rêveries poétiques errant dans l´inconnu de la ville, ou l´innombrable homme moderne de Jules Romains qui devient une pluralité dans l´unanime de son sentiment poétique, ou ce qui représente l´altérité transcendantale –l´étranger, l´autre inconnu, non identifié, et pourtant anonyme, les rues de l´Homme deviennent (deviendront) le territoire marqué par une autre singularité, celle de la spécificité de l´individuation humaine inscrite, par son activité langagière, dans l´espace public, non pas comme un mode de dissolution du moi dans la ville, mais plutôt comme un mode de subjectivation particulière, une intimité quelconque.

Mais pourquoi des dates ? Et pourquoi écrire l’autobiographie de ces dates ? A quoi servent-elles ? Pour Philippe Lejeune « la date est une écriture qui signifie le présent de deux manières : comme trace […] et comme message […] »25 pour cette raison « il s’agit de quadriller le temps, de l’enserrer, à partir du présent, dans une grille qui l’étende progressivement en amont et en aval et qui éloigne le vide d’où sort notre vie et où elle s’évanouira »26. Peur ou angoisse existentielle conjurée par la manie d´un geste ; l’écriture datée, car « dates et graphomanie sont deux aspects d´une même conduite »27.La question qui se pose est pertinente : quelle conduite pour la littérature si la littérature peut être conduite ou tout simplement ; la littérature est-elle conductible ? Et encore, qui conduit ? Quel homme pour la littérature ? Pour répondre à cette question nous sommes obligés d’abord de prendre de la distance et de commencer à examiner la littérature non pas comme un objet ou produit extérieur au sujet que l’on pourrait gouverner, voire conduire, mais plutôt, comme « une activité épistémologique, définissant infiniment et historiquement les conditions d’une anthropologie du langage »28. Activité qui rendrait « indissociables la pensée de l’individu et celle de la société »29. Mais comme le signale Gérard Dessons « traiter de l’homme de la littérature suppose un préalable : qu’il soit traité de l’homme de l’art, au sens où l’art est un englobant, dans lequel la littérature est prise »30. Donc « l’art, plutôt que la littérature »31 et celui-là repéré comme « discursivité »32 problématique « dans la mesure où les catégories qui servent à poser le problème de l’art sont elles-mêmes l’objet du problème. A la fois sujet et objet de cette discursivité que l’art constitue »33.

L’homme de la littérature pris alors dans le champ critique de l’art, équipé de la spécificité de son discours, celui du langage, et c´est là, dans le langage, que Rétif de la Bretonne fait sa propre vie, comme les graffeurs du vingtième siècle feront du graffiti ou le street art leur propre mode de vie. Mais faire, créer, inventer la vie dans le langage, graver sur les pierres ou sur d´autres supports comme la nuit ou les cahiers, implique deux considérations supplémentaires ; une manie, celle de l’écriture, et une manière, que l’on pourrait appeler avec Gérard Dessons, folle, en tant qu’agglutinante d´une folie de l’œuvre, « un mode d´individuation qu’on identifie comme artistique lorsqu´une manière d’écrire devient une valeur collective »34.

La manie, sa manière

Manie, emprunté du latin mania « folie », et du grec mania « folie, fureur » et « passion, enthousiasme inspiré par la divinité », au XVII siècle attesté au sens de « gout excessif, déraisonnable » et au XVIII siècle, le cadre historique de notre étude, au sens de « habitude bizarre, ridicule »35.

Si nous nous mettions tout de suite du côté de l´analyse clinique, que fait souvent la critique de l’art, nous serions bien dans le délire littéraire d´un individu, Rétif de la Bretonne, individu que l’on pourrait juger à « partir de l´interprétation psychiatrique du je maniaque »36, donc, à partir de la rhétorique d’un style, celui de la folie. Cette vision discursive qui réussit à « litérariser » la folie, confondrait alors, la manie et la manière comme deux composantes d´un même historicité, celle de l´art.

Avec cette habitude, et attitude, bizarre, voire ridicule de graver avec fureur et passion des dates et d´autres informations personnelles sur des murs, en plus de ses promenades d´Homme de la nuit, et d´autres bizarreries, Rétif de la Bretonne n´a pu être considéré que comme un fou extravagant, plus envisageable d’être étudié par un discours médical de l’art que par une poétique anthropologique de la littérature.

Penser alors Rétif de la Bretonne depuis la forme de ses excentricités- en commençant par le fait d’écrire sur des pierres ou de se promener la nuit tel un Batman justicier, moraliste et réformateur, et en finissant par la passion pour les dates, absence de logique dans sa syntaxe, l´emploi du latin comme code privé du commentaires sexuels, etc.- serait penser le sujet Rétif de la Bretonne, sans la spécificité de sa valeur, sa propre historicité. Ainsi, contrairement à ceux qui postulent un style de la folie- qui pourrait être, pourquoi pas, parfaitement reproductible, en tant que mécanisme de la rhétorique- on postule une historicité pour la folie, voire la manie de l’écriture, qui habite chez Rétif de la Bretonne. Manie, d’ailleurs qui sera sa propre manière, si on comprend celle-là comme « un mode d’individuation collectif transubjectif »37 qui contient son propre public et non pas seulement comme une représentation artistique individuelle. Malgré les oublis plus ou moins volontaires ou involontaires de chaque époque et chaque critique, Rétif de la Bretonne revient toujours dans une permanente réactualisation qui nous révèle sa modernité dans sa valeur. Moderne pour Gérard de Nerval, pour Baudelaire et les symbolistes. Moderne pour les surréalistes qui l´ont revendiqué avec la nuit de l’inconscient, et moderne pour nos contemporains les graffeurs, qui ont pu découvrir que deux siècles auparavant il avait déjà des Hiboux courant la rue ainsi que des rues gravées par les Hiboux. Du côté du bruit, de la folie, de la rêverie poétique l´Homme s’invente même s’il ne le sait pas.

Notes

1 Gérard Dessons dans «L’Homme de la littérature » en Polart – poétique et politique de l´art : http://polartnet.free.fr/papiers/textes.php#haut, p. 10.
2 Philipe Lejeune dans « Rétif de la Bretonne, graveur d´instants ». Publication originale dans Métamorphoses du journal personnel, Catherine Viollet et Marie-Françoise Lemonnier-Delpy éd., Louvain-la-Neuve (Belgique), Academia Bruylant, 2006, p. 11-28. Titre original : « Archéologie de l’intime. Rétif de la Bretonne et son journal »
3 Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1989, I, pp.480-481
4 Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, Gallimard, Collection Folio classique, Paris, 1986, p.34.
5 Alexandre Laumonier à propos de l’errance : « L’Errance, terme à la fois explicite et vague, est d’ordinaire associée au mouvement, et singulièrement à la marche, à l’idée d’égarement, à la perte de soi-même. Pourtant, le problème principal de l’errance n’est rien d’autre que celui du lieu acceptable. » Dans Raymond Depardon, Errance, Éditions du Seuil, Paris, 2000, p.12.
6 Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, op. cit., p.31.
7 Préface de Jean Varloot dans Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, op. cit., p.10.
8 Ibid., p.11.
9 Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, op. cit., p.34.
10 Ibid., p.35.
11 Ibid., p.31.
12 Ibid.
13 Ibid.
14 Ibid., p.35.
15 Ibid., p.34.
16 Ibid.
17 Ibid.
18 Ibid.
19 Ibid., p.35.
20 Ibid.
21 Ibid.
22 Ibid.
23 Préface de Jean Varloot dans Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, op. cit., p.10.
24 Il nous parait important insister sur le fait que Mes Inscriptions ne sont qu’une édition critique sur papier de les inscriptions lapidaires que Rétif aura déjà gravé pendant la période qui va de 1779 à 1785. Comme l’indique Philipe Lejeune : « C’est l’écriture sur papier, en deux mois, de la relecture d’un journal écrit sur la pierre pendant cinq ans. »
25 Philipe Lejeune dans l´article « Rétif de la Bretonne, graveur d´instants ». Publication originale dans Métamorphoses du journal personnel, Catherine Viollet et Marie-Françoise Lemonnier-Delpy éd., Louvain-la-Neuve (Belgique), Academia Bruylant, 2006, p. 11-28. Titre original : « Archéologie de l’intime. Rétif de la Bretonne et son journal ».
26 Philipe Lejeune, ibid.
27 Ibid.                                                                                                                                                                           28 Gérard Dessons dans «L’Homme de la littérature » en Polart – poétique et politique de l´art : http://polartnet.free.fr/papiers/textes.php#haut, p. 1.
29 Gérard Dessons, Ibid.
30 Gérard Dessons dans «L’Homme de la littérature » en Polart – poétique et politique de l´art : http://polartnet.free.fr/papiers/textes.php#haut, p. 2.                                                              31 Gérard Dessons dans «Poétique de l’art, poétique de la société » en Polart – poétique et politique de l´art : http://polartnet.free.fr/papiers/textes.php#haut, p. 1.
32 Ibid., p. 2.                                                                                                                                                                    33 Ibid.
34 Gérard Dessons, La manière folle, Éditions Manucius, 2010, Houilles, p. 17.
35 Dictionnaire étymologique et historique de la langue française, par Emmanuèle Baumgartner et Philipe Ménard, Éditions Librairie Générale Française, Paris, 1986, p. 471.
36 Gérard Dessons, La manière folle, Éditions Manucius, 2010, Houilles, p. 142.
37 Ibid., p. 141.

Bibliographie des ouvrages cités

Dictionnaire étymologique et historique de la langue française, par Emmanuèle Baumgartner et Philipe Ménard, Éditions Librairie Générale Française, Paris, 1986.
Gérard Dessons, La manière folle, Éditions Manucius, Houilles, 2010.
Raymond Depardon, Errance, Éditions du Seuil, Paris, 2000.
Rétif de la Bretonne, Mes Inscriptions (1779-1785) – Journal (1785-1789), texte établi, annoté et présenté par Pierre Testud, Éditions Manucius, Houilles, 2006.
Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, Gallimard, Collection Folio classique, Paris, 1986.
Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1989, 2 volumes.

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2015-mai 2016)

Affiche histoire et m__moire oct 2015 (2)

Affiche histoire et m__moire oct 2015

Séminaire ALHIM
Amérique Latine Histoire et Mémoire
(novembre 2015-mai 2016)

Vendredi 27 novembre 2015 – Journée d’études ALHIM

Continuités et permanences dans le processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Jeudi 3 et Vendredi 4 décembre 2015 – Colloque International co-organisé avec GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Jeudi 3, Université Paris Ouest-Nanterre, Salle de Conférence, Bât. B/Vendredi 4,Université Paris8, Salle La coupole

Vendredi 29 janvier 2016 – Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Penser la race au XIXe siècle dans l’espace atlantique (Bolivie, Espagne, Italie)
Françoise Martinez (Université de La Rochelle), David Marcilhacy (Université Paris-Sorbonne-Paris IV), Ernesto de Cristofaro (Université de Catane)
Horaire : 14h30-17h00 Lieu: Maison de l’Italie 7 A, boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 3 mars 2016- Présentation du livre

Argentine. Mémoires de la dictature
Auteure : Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie)
Discutante : Natalia Molinaro (Université Paris 8)
Horaire : 19h00-20h30 Lieu: Maison de l’Argentine, Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 7 avril 2016Séance sur le Pérou contemporain (Séance annulée)

Vendredi 13 mai 2016 – Journée d’études co-organisée avec ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Former la nation : historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et Amérique latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Colegio de España, Cité universitaire, 7E Boulevard Jourdan, 75013 Paris

flyers histoire et m__moire oct 2015

prog (2)

CONFERENCIA « La palabra en conflicto. Análisis de la palabra pública sobre una práctica de violencia. El secuestro político en Colombia (2002-2010) »

Conferencia

Afiche conferencia 16 de octubre del 2015 (2)

La palabra en conflicto. Análisis de la palabra pública sobre una práctica de violencia. El secuestro político en Colombia (2002-2010)

Liliana Buitrago (ALHIM)
16 de octubre de 2015 – 11:00 h
Universidad Nacional de Colombia. Sede Bogotá
Virginia Gutierrez. Edificio de Posgrados. Facultad de Ciencias Humanas