Archives mensuelles : janvier 2016

Les Cahiers Alhim (Amérique latine Histoire et Mémoire) n° 30

1re de couverture du numéro 30

Les Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8,  viennent de publier :

«  La représentation des violences de l’Histoire dans les arts visuels latino-américains (1968-2014) », n°30, 2015, sous la direction de Michèle Arrué (Université de Paris 8) https://alhim.revues.org/5285

Présentation:

Le numéro 30 des Cahiers ALHIM porte sur la représentation des violences de l’Histoire dans les arts visuels latino-américains de la fin des années soixante à nos jours, des violences (répression, torture, disparition…) commises par les États et les groupes armés.

Si les analyses de ce volume concernent cinq pays : Colombie (E. Sinardet), Chili (I. Depetris, M. Urzúa, M. Campos, M. Serrato), Uruguay (B. Tadeo), Argentine (C. Palacios, F. Larralde, D. Jarak, M. F. Luchetti) et Mexique (N. Carton), et des supports variés tels que photos, installations, performances, documentaires, art vidéo, bandes dessinées et peinture, elles ne se fixent pas de donner des réponses exhaustives. Chaque article analyse de l’intérieur de son corpus des questions telles que : Comment réfléchir la possible ou l’impossible représentation de l’horreur ? Ces représentations supposent-elles une esthétique particulière ? Quels rôles ces œuvres sont-elles amenées à jouer ? Quelle place est conférée au récepteur ?

Pour les artistes sur lesquels portent ces analyses (hormis les articles de M. F. Luchetti et de N. Carton), travailler à la représentation de la violence, c’est travailler à dénoncer les crimes perpétrés tout  autant que lutter contre l’oubli de ces crimes, mais c’est également réfléchir à un langage spécifique et novateur permettant de rendre compte d’une réalité extrême.

***

La publicación de Los  Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et mémoire)

 «  La représentation des violences de l’Histoire dans les arts visuels latino-américains (1968-2014) », n° 30, 2015, sous la direction de Michèle Arrué (Université de Paris 8) https://alhim.revues.org/5285

Presentación:

El número 30 de los Cahiers Alhim versa sobre la  representación de las violencias (represión, tortura, desaparición… ) cometidas por los Estados o grupos armados en América Latina, en particular en Colombia (E. Sinardet), Chile (I. Depetris, M. Urzúa, M. Campos, M. Serrato), Uruguay (B. Tadeo), Argentina (C. Palacios, F. Larralde, D. Jarak, M. F. Luchetti) y México (N. Carton). Los once  artículos proponen análisis de las artes visuales que abarcan imágenes fílmicas (documentales, ficciones, videoarte), fotografías, esculturas, obras pictóricas, instalaciones, performancias.

Analizar aquellas obras significa, a la vez, plantearse las siguientes preguntas: ¿Cómo pensar la posible o imposible representación del horror? ¿Suponen aquellas representaciones una estética particular?, ¿Qué papel pueden desempeñar aquellas obras de arte?

___________________________________________________________________________

Nous vous informons de la parution de la version imprimée du numéro 25 « De l’âtre à l’autel : Nourritures rituelles amérindiennes (Mexique, Guatemala) » sous la direction de Aline Hémond (Université Paris 8,CNRS LAVUE-AUS) y Leopoldo Trejo Barrientos (Museo Nacional de Antropología-Instituto Nacional de Antropología e Historia, México): http://www.i6doc.com/fr/livre/?GCOI=28001100549010

Séance Séminaire ALHIM du 29 janvier 2016 « Penser la race au XIXe siècle (Italie, Espagne, Bolivie) »

Séminaire ALHIM

Penser la race au XIXe siècle  (Italie, Espagne, Bolivie)

Afficher l'image d'origineJorge González Camarena, Las razas y la cultura, 1964

Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8 et Paris 3

penser la race janv 2016(1)

Le racisme antiméridional au XIXe siècle: l’Italie « barbare »
Ernesto de Cristofaro (Université de Catane)

Cesare Lombroso étudie la médecine à Padoue, Vienne et Pavie et prend la direction de l’asile d’aliénés de cette dernière ville à partir de 1864. En 1862, il vit, en tant qu’officier sanitaire, l’expérience de la répression du brigandisme dans le sud de l’Italie. En 1876 parait L’Uomo delinquente dans lequel il défend la thèse selon laquelle la « délinquance » serait nettement plus fréquente chez certaines personnes porteuses de caractéristiques physiques, ce qui démontrerait le caractère inné de certains comportements. En 1898, Lombroso publie à nouveau In Calabria, une analyse du retard socio-économique de Calabre. Dans la première version de 1862, l’auteur avait déjà abordé la question du caractère bio-somatique de la population calabraise, sa pathologie physique et son comportement. Lombroso avance la thèse que les coutumes antihygiéniques des Calabrais avaient leur origine dans la période de l’occupation espagnole de l’ile.

En 1865, la Gazzetta medica italiana soutient l’idée que dans chaque ville existe une typologie criminelle précise. La race est abordée comme un facteur important de la criminalité. Celle-ci serait aussi la conséquence d’une transmission héréditaire. Cependant, l’analyse ne propose pas une contraposition entre le Nord et le Sud de l’Italie : le crime aurait partout des causes semblables.

A la fin du XIXe siècle Alfredo Niceforo publie La delinquenza in Sardegna (1897), L’Italia barbara contemporanea (1898), Italiani del Nord e Italiani del Sud (1899-1901). Ces écrits soutiennent la thèse de l’existence d’une région de délinquance, d’un lien entre le lieu et la criminalité. Théorie de l’évolutionnisme contre la théorie de l’atavisme : différences entre le Nord et le Sud, ce sont deux pays considérés comme opposés. Structuration d’un discours anthropologique : la population du Nord est arienne (Germanique) et celle du Sud est méditerranéen (Latine). La preuve de cette proposition serait la forme différente du crâne entre les Italiens du Nord et ceux du Sud présentée comme un facteur invariable. Conclusion : les gens du Sud, qui ont un retard moral et un retard éducationnel, sont une race inférieure par rapport aux Italiens du Nord. Les Italiens du sud ne sont pas faits pour le progrès, ils font partie d’une civilisation qui va vers la mort. Ces propositions montrent une fracture de civilisation à l’intérieur de la Nation italienne et la Cerdagne est un exemple paradigmatique.

En 1904 Marco Levi Bianchini publie Superstizioni, terapia empirica nella race calabresa. En 1898, Napoleone Colajianni répond aux attaques contre la « race maudite ». Pour Colajianni la thèse de Niceforo est un instrument de politique coloniale. Il critique les thèses de l’école positiviste et souligne que ce sont les causes sociales qui sont à l’origine de la criminalité. Pour Colajianni les thèses officielles de l’école positiviste porteraient en elles un grave danger qui peut déboucher sur la solution militaire, la seule réponse aux problèmes raciaux soulevés par Alfredo Niceforo.

L’anthropologie criminelle et les thèses de Lombroso et de Niceforo ont une fonction politique : reconnaitre « scientifiquement » les éléments qui peuvent décrier un mouvement politique.

L’émergence du mythe de la Raza hispana au XIXe siècle : un racialisme hispanique ?
David Marcilhacy (Université Paris-Sorbonne/CRIMIC)

Le concept étudié est celui de la « raza española/hispánica ». Il a été structuré discursivement pendant la deuxième moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle. C’est un concept à géométrie variable, un concept ethnoculturel qui propose un modèle de civilisation autour d’une famille de peuples de racine ibérique. La proposition analytique se développe autour des concepts de racialisme et de racisme, de la transposition de la question physique à la question culturelle et moral.

Le contexte historique

La période des Indépendances et des postindépendances, ainsi que l’expansionnisme étasunien des années 1840 et le discours de la « Young America », affirment une mise en question de la légitimité de la présence espagnole en Amérique latine. Cette période débouche sur la reconnaissance des nouveaux états américains par la Monarchie espagnole. Parallèlement, certains intellectuels européens développent un discours qui se structure autour d’une rivalité raciale. Dans la description de son voyage en Amérique latine, Humboldt souligne l’existence d’une opposition de la race hispanique et la race germanique. La race espagnole, dérivée de la race latine, décadente et en régression serait menacée par l’expansionnisme des races dominantes du Nord.

La race hispanique et le panhispanisme

Dans la période 1840-1860, l’Espagne dépasse au fur et à mesure le traumatisme du résultat des guerres d’Indépendances. Les élites espagnoles lancent une campagne d’opinion et un programme de convergence culturel et économique dans plusieurs revues culturelles comme c’est le cas de la Revista española de Ambos Mundos. C’est dans les années 1850 que les termes « raza hispánica » et panhispanisme commencent à occuper le champ intellectuel et politique espagnol. Le discours se structure à partir des concepts de civilisation, progrès et universalisme. Les écrits de Altamira, Castelar et Cánovas, à partir d’une dialectique d’affrontement entre la race latine et la race germanique/anglo-saxonne, proposent une utilisation du terme « race » comme un concept empirique et pas scientifique, comme le héritage directe de la religion catholique et de la culture et la langue espagnoles. Ils prônent l’unité de l’Amérique hispanique à partir d’une fraternité hispanique, une confédération morale, nécessaire pour faire face au « Colosse du Nord ». Ce discours montrait la crainte de voir disparaitre la race espagnole comme le résultat de la dislocation de l’Empire colonial espagnol. Pour les intellectuels et les diplomates des jeunes nations-état latino-américaines, l’ascendance hispanique était le lien direct avec la culture européenne et la preuve de leur appartenance aux peuples civilisés.

La construction discursive de la race espagnole est en rapport à la modernité et à la tradition. Le panhispanisme propose une inclusion dans la modernité à partir d’un processus de progrès et de civilisation. Il se structure autour de bloques culturels définis en termes de civilisation et pas en termes raciaux. C’est une proposition identitaire sans connotations biologiques. Cependant, cette vision du panamericanisme peut être mise en question par rapport à l’absence des populations indiennes, métisses et noires dans la proposition civilisatrice de la race espagnole ou hispanique. Cette absence, n’est-elle pas une conception de supériorité raciale en soi ?

 Place et rôle de la « race indigène » dans le projet bolivien de «régénération nationale» (1898-1925)
Françoise Martinez (Université de La Rochelle/CRHIA)

En 1898 les libéraux arrivent au pouvoir. Ils font une analyse du pays et leurs conclusions structurent un discours autour de l’idée d’un pays fragilisé :
– Fragilité territoriale : manque de contrôle de l’Etat sur l’ensemble du territoire national
– Fragilité économique
– Fragilité ethnique

Le premier recensement général de la République fut ainsi lancé le 1er septembre 1900, et ses résultats définitifs publiés deux ans plus tard. Ce furent donc les libéraux qui procédèrent à ce recensement national l’année qui suivit leur arrivée au pouvoir, afin de pallier un certain nombre de carences d’informations sur la réalité géographique, économique, et humaine du pays. Le recensement est présenté par le pouvoir bolivien comme une démarche scientifique. Cette enquête de population est construite autour d’un classement racial divisant les Boliviens entre ceux de race blanche, de race indigène, de race criolla (inférieure à la blanche mais supérieure à l’indigène) et de race noire.

La Bolivie est définie comme une Nation indigène en retard, mais quelle est la raison de ce retard ? A partir de cette question, l’élite dirigeante se questionne sur la place de l’autre, du rural, de celui qui n’est pas citoyen, c’est-à-dire la place de l’Indien dans la société bolivienne de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Les conclusions de cette analyse de la « réalité » du pays, mènent les libéraux boliviens à considérer que le retard de la Bolivie est dû à une race indigène réfractaire au progrès. La solution pour affronter ce problème et pour régénérer la race est la constitution, et la mise en place, d’un projet de régénération éducatif qui devrait amener à la « desindianisation » du pays.
En 1899, les écoles primaires boliviennes étaient divisées en écoles publiques, municipales, paroissiales, privées et techniques (« Salesianas »). Le projet de régénération est structuré à partir des emprunts au positivisme, à l’idée de progrès, au darwinisme social et à l’évolutionnisme de l’époque. Ce projet propose l’éducation comme le remède contre la dégénération de l’Indien à partir d’une régénération spécifiquement éducative.

La mise en pratique de ce projet doit être menée à bien par un système éducatif sous le contrôle de l’Etat. En 1909 le gouvernement bolivien engage le pédagoge belge Georges Rouma pour organiser la première Ecole Normale d’Enseignants à la ville de Sucre. L’éducation se présente comme l’instrument clé de la modernisation et de l’unification de la Bolivie, c’est-à-dire la « desindianisation » du pays : l’Indien est considéré comme un néant de culture.

Le blanchissement culturel est envisagé à travers deux types d’écoles pour deux types d’Indiens :

– Les missions religieuses pour les Indiens non soumis de l’Orient
– Les écoles ambulantes pour les Indiens de l’Altiplano et des vallées

Le tournant du siècle voit le glissement du débat de l’assimilation de l’Indien à sa différentiation. Franz Tamayo prône l’adaptabilité de l’Indien et explique sa corruption culturelle à cause du projet civilisateur libéral. Face à cette vision des choses, Felipe Segundo Guzmán soutient l’idée de « remodelación » de l’Indien.

En 1910 a lieu une mission anthropomorphique organisée autour de nouvelles questions sur l’élément Indien au sein de la nation bolivienne. Désormais l’Indien est approché « scientifiquement » comme un être spécifique qui doit être régénéré par l’éducation physique et la transformation de ses caractéristiques physiques. Cette préoccupation physique, mais aussi esthétique, veut mener à bien une transformation des Indiens vers un idéal physique et esthétique représenté par l’image que les élites boliviennes ont du peuple suédois. Malgré sa régénération, l’Indien serait, dans ce cas, un citoyen passif, sans la possibilité de jouer un rôle dans la politique et les affaire publiques de la Bolivie.

 

Appel à communications « Intellectuels et Médias dans les Espaces Hispanophones et Lusophones »

Afficher l'image d'origine

 Afficher l'image d'origine

APPEL A COMMUNICATIONS

COLLOQUE INTERNATIONAL

Intellectuels et Médias dans les Espaces Hispanophones et Lusophones (XIXe-XXIe siècles)

Hommage à Marie-Claude Chaput
vendredi 30 septembre – samedi 1er octobre 2016
Université Rennes 2- PILAR-ERIMIT- Rennes Métropole

APPEL Colloque mcchaput 2016 Rennes 2 docx

 Comité d’organisation :

  • Nadia Ait Bachir (Maître de conférences, Université de Caen, PILAR)
  • Françoise Dubosquet (Professeure des universités, Rennes 2, directrice de l’ERIMIT, PILAR)
  • Nathalie Ludec (Professeure des universités, Rennes 2, ERIMIT, présidente de PILAR)
  • Bodosahondra Randrianarijoana (Consultante, PILAR)
  • Víctor Rodríguez Infiesta (Enseignant-chercheur, Université d’Oviedo, PILAR)
  • Aránzazu Sarría Buil (Maître de conférences, Université de Bordeaux Montaigne, PILAR)

Comité scientifique :

  • Jean-François Botrel (Professeur Emérite, Rennes 2, PILAR)
  • Chrystelle Fortineau (Professeure des universités, Rennes 2, directrice de l’ERIMIT)
  • Celia Palacio Montiel ( Professeure de l’Université de Veracruz, directrice du Centro de Estudios de la Cultura y la Comunicación)
  • Antonio Platero Laguna (Professeur de l’Université de Cuenca, président de la Asociación de los Historiadores de la Comunicación)
  • Adriana Pineda Soto (Universidad Michoacana de San Nicolás de Hidalgo, présidente de la Red de Historiadores de la Prensa)
  • Cristina Ponte (Professeure de l’Université nouvelle de Lisbonne, directrice du Centro de Investigação Media e Jornalismo de Lisboa)
  • Juan Antonio García Galindo García (Professeur de l’Université de Málaga, Directeur de la Faculté des Sciences de la Communication, membre de l’AHC, vice-président de Pilar)
  • Pierre Paul Grégorio (Professeur de l’Université de Bourgogne, vice-président de PILAR)

Présentation

Ce colloque en hommage à Marie-Claude Chaput, ex présidente de l’association Pilar (Presse Imprimé Lecture dans l’Aire romane) et ancienne enseignante-chercheure de Rennes 2, a pour objet la place et le rôle des intellectuels dans les médias dans les espaces hispanophones et lusophones, dans une approche pluridisciplinaire: historique, politique, économique, culturelle et linguistique.

Les intellectuels, acteurs et témoins de leur temps, constituent une élite présente dans les médias non seulement dans l’espace consacré des suppléments culturels mais aussi dans la presse d’information générale et aujourd’hui dans les nouveaux médias de l’ère digitale (blogs et réseaux sociaux).

Les médias sont, par excellence, un lieu d’expression privilégié pour les intellectuels : d’abord lieu de l’écrit, ils sont un espace propre à l’écriture, celui de l’écrivain, du chroniqueur. Pensons au rôle de gardien de la langue à travers la figure de Fernando Lázaro Carreter, auteur de la chronique intitulée « El dardo de la palabra », publiée dans le quotidien espagnol El País. Donnons d’ores et déjà une place au « e muet » du féminin intellectuelles1.

Si l’on se tient à cette définition, les intellectuels sont: « des citadins qui voyagent et qui sont présents dans les médias ; ils sont donc en mesure de formuler des idéologies et de donner à la population une image nationale2. »

Dans le contexte des luttes pour l’indépendance en Amérique latine, au XIXe siècle, l’intellectuel se glisse dans la figure du penseur politique, pour proposer un nouveau projet de société national. Au XXe siècle, les « transitions » sont aussi un marqueur commun aux espaces hispanophones et lusophones et méritent une attention particulière de la part des intellectuels.

C’est bien l’une des vocations premières de la presse que de divulguer un nouveau courant de pensée ou d’opinion, d’en percevoir les balbutiements, de prendre le pouls de la société en donnant la parole aux intellectuels, d’écrire « le premier brouillon de l’histoire », comme le déclarait Philip Graham, l’un des anciens éditeurs du Washington Post3. Convertis en journalistes, les intellectuels explorent, observent et décrivent l’histoire en train de se faire, une histoire immédiate4 : « Nous entendons donc par histoire immédiate, l’ensemble de la partie terminale de l’histoire contemporaine, englobant aussi bien celle dite du temps présent que celle des trente dernières années ; une histoire, qui a pour caractéristique principale d’avoir été vécue par l’historien ou ses principaux témoins5. »

C’est ainsi que sont relayés, expliqués et interprétés les mouvements sociaux. Dans les années 60 et 70, par exemple, la presse écrite mexicaine s’ouvre à de nouveaux débats autour de la situation des femmes en accordant dans ses colonnes une place aux intellectuelles, à la fois témoins et actrices de leur époque. À l’écoute de la société, de son histoire, elle remplit sa fonction en rendant visibles les femmes, leurs préoccupations, leur militantisme, à une époque porteuse de changements dans la relation entre les sexes et participe pleinement à l’écriture d’une page de l’histoire des femmes.

L’intellectuel dérange : il est ce dard qui fend et pourfend les préjugés, les stéréotypes. Il participe à la construction des représentations collectives, culturelles, sociales, politiques et économiques. Nous tâcherons de battre en brèche cette définition de l’intellectuel que donne G. Bernanos : « (…) L’intellectuel est si souvent un imbécile que nous devrions toujours le tenir pour tel, jusqu’à ce qu’il nous ait prouvé le contraire. (…)6

Ces premiers éléments de réflexion prendront forme autour des propositions suivantes :

  1. L’intellectuel, acteur et témoin de l’histoire
  2. L’intellectuel face à l’événement
  3. Les intellectuels et la construction de nouvelles représentations et identités
  4. Les intellectuels dans la sphère économique
  5. Intellectuels engagés et engagement intellectuel
  6. Intellectuels et cultures populaires
  7. Entre l’écrit et le virtuel : les traces des intellectuels

Se pencher sur la place des intellectuels, c’est rendre compte de leur rôle de médiateurs, de créateurs d’opinion, selon des thématiques qui font écho aux préoccupations de Marie-Claude Chaput, pour l’Histoire du temps présent, et en particulier pour la presse espagnole et française, qui croisent une approche politique, économique et de genre, du XIXe au XXIe siècles.

Pour s’inscrire, consulter le page : http://mcchaput2016.sciencesconf.org/

Contact : mcchaput2016@sciencesconf.org

NOTES

1 Nicole RACINE, Michel TREBITSCH, Intellectuelles Du genre en histoire des intellectuelles, Bruxelles, Coll. « Histoire du temps présent », Ed. Complexe, 2004.

2 CABRERA LOPEZ, Patricia, Una inquietud de amanecer. Literatura y política en México, 1962-1987, Collaborateur José Agustín, UNAM, Centro de Investigaciones Interdisciplinarias en Ciencias y Humanidades, Plaza y Valdés, 2006, p.45

3 BROOKS, David, « Listo en Washington, el museo del periodismo », La Jornada, 9 de abril 2008; <http://www.jornada.unam.mx/2008/04/09/index.php section=mundo&article=044n1mun>

4 KAPUŚCIŃSKI, Ryszard, Los cínicos no sirven para este oficio : sobre el buen periodismo, Barcelona, Anagrama,2002.

5 SOULET, Jean-François, L’histoire immédiate, PUF, Collection Que-Sais-Je ?, N° 2841, 1994, p.4.

6 BERNANOS Georges, La France contre les robots, R. Laffont, 1947 ; Éditions Le Castor Astral, 2009.

Appel à contribution Journée d’études « Une lecture globale de l’événement local »

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

APPEL A CONTRIBUTION
JOURNEE d’ETUDES
UNE LECTUE GLOBALE DE L’EVENEMENT LOCAL
Jeudi 7 avril 2016 (salle E 224)

Présentation

Cette deuxième journée d’études prolonge notre réflexion sur « L’après-coup de l’événement» (journée d’études du 26 novembre 2015), analysé selon une trajectoire nationale, collective ou individuelle, à son tour formulée par une repolitisation de lieux (Luc Capdevila, « La patrimonialisation des ex centres clandestins de détention en Argentine et au Chili »), de personnages (Véronique Hébrard, « La Faction de la Sierra (Venezuela, 1858-1859) Un événement singulier entre mémoire et oubli ») ou par une transformation des faits en objet culturel (la chronique, la fiction), que sont les catastrophes naturelles (Sylvie Koller, «Chroniques de l’imprévisible prévisible. Comment raconter les catastrophes naturelles »), ou les faits divers (Cécile Marchand, « Sucesos y reescritura en la narrativa de Carlos Droguett »).

Nous continuons à suivre l’itinéraire de l’événement, cette fois en passant de l’échelle locale à l’échelle globale. Comment envisager une lecture globale de l’événement local ? Ceci à partir des acteurs, des spectateurs – témoins, lecteurs- et d’une troisième instance qui peut être l’historien, l’intellectuel, le politique, l’économiste. Dans cette mutation, interviennent également les scènes publiques internationales et les acteurs transnationaux. Comment un événement local peut-il être un levier pour redéfinir ou repenser des relations internationales, sur le plan culturel, politique, diplomatique, économique ?

Les études proposées s’inscriront dans l’aire ibérique et ibéro-américaine.

Organisation

Toute proposition, accompagnée d’un résumé, devra être adressée avant le 8 mars.

Contact :

Nathalie Ludec : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Rodolphe Robin : rodolphe.robin@univ-rennes2.fr