Archives mensuelles : février 2016

Karine Bergès, Diana Burgos-Vigna, Mercedes Yusta Rodrigo et Nathalie Ludec (dir.), « Résistantes, militantes, citoyennes. L’engagement politique des femmes aux XXe et XXIe siècles », Rennes, PUR, 2015

Afficher l'image d'origine

Karine Bergès, Diana Burgos-Vigna, Mercedes Yusta Rodrigo et Nathalie Ludec (dir.), Résistantes, militantes, citoyennes. L’engagement politique des femmes aux XXe et XXIe siècles, Rennes, PUR, 2015

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3735

S’appuyant sur une approche comparative, l’ouvrage explore les formes d’engagement politique des femmes sur plusieurs continents, notamment l’Amérique du Sud et l’Europe. Mêlant aux approches sociologique et historique l’étude du genre et les sciences politiques, les contributions dessinent différentes figures de l’activisme féminin au XXe et XXIe siècle. Militantes au sein de partis politiques, citoyennes, résistantes, guérilléras d’hier ou Femen d’aujourd’hui : à travers leur étude, l’ouvrage soulève la question de la place des femmes dans la communauté politique

Avec les contributions de Ana Aguado, Karine Bergès, Jessica Brandler-Weinreb, Diana Burgos-Vigna, Cindy Coignard, Anne Cova, Alexandrine Guyard-Nedelec, Gerardo Leibner, Nathalie Ludec, Bérengère Marques-Pereira, Mónica Moreno Seco, Teresa María Ortega López, Valérie Pouzol, Anne-Claire Sanz-Gavillon, Geneviève Verdo et Mercedes Yusta Rodrigo.

Sommaire

  • Engagement politique des femmes et citoyenneté
  • Maternités politiques
  • Militantes : les femmes dans les partis politiques
  • L’engagement à l’épreuve du féminisme

 

Journal « La Pluma.net »

REDHER - La pluma

http://www.fr.lapluma.net/index.php#

Le 6 mars 2008 est devenue une date qui restera marquée dans histoire comme le jour où la peur a surmonté la terreur mise en place par l’état colombien et ses groupes paramilitaires, l’oubli est resté loin derrière nous…

Ce jour, pour la première fois en Colombie, sur tout le territoire national, des hommes, des femmes et des enfants, en défiant les menaces des groupes paramilitaires et du gouvernement colombien, sont descendus dans la rue pour dénoncer l’impunité régnante contre les crimes commis par l’État colombien et réclamer les nouvelles de leurs proches vilement assassinés ou disparus. Dans les principales capitales du monde, la solidarité des peuples ne s’est pas fait attendre et dans les quatre points cardinaux de la planète ont eu lieu des centaines de manifestations exigeant justice, réparation et réhabilitation de la mémoire.

Pendant la préparation de la journée du 6 mars 2008, nous avons pu nous rendre compte de la désinformation régnante sur la situation colombienne ; l’idée surgit alors de mettre fin à ce cercle médiatique qui existe autour de la Colombie, ce cercle cruel qui cache le conflit social et armé que subit la Colombie, en la réduisant à un cliché de violence et de drogue, plongeant dans un silence assassin la situation critique des droits de l’homme avec un parfum de complicité vis à vis des vrais responsables de la violence que vit le pays.

Confrontés à cette triste réalité et devant le besoin imminent de faire quelque chose pour nos frères colombiens qui sont exterminés en silence avec l’indifférence et la complicité tacite de la communauté internationale, un groupe d’amis a décidé de créer un site web d’information pour permettre de mieux connaître la situation complexe de la Colombie. C’est ainsi que surgit l’idée de construire un site Internet dans un premier temps autour de l’hommage national et international aux victimes du para militarisme en Colombie. En approfondissant un peu plus, nous avons étendu le champ d’action de l’information, en donnant ainsi naissance à « La plume écrit ce que les hommes n’osent pas dire… »

En cherchant à élargir notre champ d’action, nous avons fait la rencontre sur les autoroutes du cyberespace de l’APP  « Agencia de los Pueblos en Pie », avec qui nous partageons d’innombrables initiatives et propositions, raisons pour lesquelles nous décidons de nous joindre à eux et faire partie de l’APP, en nous convertissant en bloc Europe.

Nous pouvons résumer en quelques lignes l’histoire de l’APP. Pendant le Forum Social des Amériques réalisé à Quito (Capital de l’Équateur), certains collectifs ont participé et certains d’entre eux se sont joints au cycle de vidéo « Mémoires et Résistances »; ceci a été le début d’un long chemin qui nous a permis de nous procurer des outils et techniques nécessaires pour pouvoir contrecarrer le terrorisme médiatique auquel est soumis la réalité du peuple colombien.

En 2004, un premier bulletin électronique de l’APP est créé dans lequel se rencontrent diverses expressions de la lutte des peuples du continent; c’est la naissance du bulletin « los Pueblos En Pié », ce bulletin s’est développé à partir d’un vaste réseau électronique continental, dans lequel ont été visualisées, diffusées et réalisées les actions de solidarité avec les organisations sociales et politiques du continent latino-américain.

Entre les années 2004 et 2006, la volonté a été de développer un plus vaste espace à travers une page Web; c’est ainsi que nous nous sont liés à d’autres collectifs comme « Indymedia » Equateur et à d’autres expressions organisationnelles de la Colombie, de l’Équateur et du Venezuela. Durant les années 2005 et 2006, nous avons accompagné fondamentalement en tant que collectif, les mobilisations contre le TLC. Et c’est, au milieu des marches et des bagarres de rues de Quito, que le 16 mars 2006 a eu lieu la naissance officielle du site Internet  de l’agence « Agencia de los Pueblos en Pie ».