Archives mensuelles : mars 2016

Concert « Le chant de la liberté : Argentine 1816-2016, bicentenaire de l’indépendance »

Concert

Afficher l'image d'origineCarlos Morel, Payada en una pulpería (1840)

Le chant de la liberté : Argentine 1816-2016, bicentenaire de l’indépendance

19 mars 2016

19h00

Maison de la Musique – Salle de Spectacles

8 rue des Anciennes Mairies

92000 NANTERRE

http://www.nanterre.fr/evenement/2863/69-agenda.htm

Concert autour du bicentenaire de l’indépendance de l’Argentine dans le cadre du festival  La Terre est à nous

1816 : l’Argentine se libère du joug espagnol. Un parcours musical de chants de lutte, d’amour et d’espoir, issus du répertoire argentin et latino-américain, est présenté ici par Carlos Molinaro, professeur au Conservatoire, l’Ensemble Hueya, formé par Magdalena Ivanissevich, Natalia Molinaro, Cyril Torrens et leurs invités.

Proposé par le Conservatoire de musique et de danse de Nanterre

Contact : Natalia MOLINARO natalia.molinaro@laposte.net

ENTREE LIBRE

 

 

 

Fanny Chagnollaud: « Urbanisation informelle par l’autogestion au Pérou. L’invention d’une culture andine urbaine à Ayacucho », L’Harmattan, Paris, 2016

Couv_Chagnollaud (2)

Fanny Chagnollaud, Urbanisation informelle par l’autogestion au Pérou. L’invention d’une culture andine urbaine à Ayacucho, L’Harmattan, Paris, 2016

Fanny Chagnollaud est anthropologue. Maître de conférences à l’université de Paris 8, elle est membre du Laboratoire d’Etudes Romanes (LER) et ailiée au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC). Ce livre est tiré de sa thèse de doctorat soutenue en 2012 et pour laquelle elle a vécu quatre ans sur son terrain péruvien.

Ce livre est d’une actualité brûlante : partout apparaissent les difficultés d’intégration de migrants dans des villes qui ne sont pas préparées pour les accueillir. Les problèmes abordés ici se posent dans beaucoup de régions du monde.

La ville d’Ayacucho au Pérou reçoit depuis les années 1950 des paysans andins chassés par la misère. Mais de 1980 au milieu des années 90, ce processus s’est accompagné de l’arrivée massive de réfugiés fuyant la guerre. Cette migration forcée a induit un développement spectaculaire de quartiers périphériques qui se forment et se développent selon l’organisation sociale et la culture andine rurale traditionnelle. C’est ainsi que les relations de parenté, les identités villageoises, les assemblées participatives, les rites d’intégration, tout ce qui structure la société andine rurale, ont été adaptés à l’édification d’une urbanité spécifique.

Cette urbanisation informelle par l’autogestion et, en accommodant ainsi la structure villageoise au milieu urbain, ces migrants ont inventé les modalités d’une culture andine urbaine.

SOMMAIRE

Préface d’Antoinette Molinié, directeur de recherche émérite au CNRS

PREMIÈRE PARTIE : LA FORMATION DES QUARTIERS PÉRIPHÉRIQUES

CHAPITRE 1 : LES PREMIERS QUARTIERS DE MIGRANTS ANDINS (1950 – 1980)

I. LA VILLE D’AYACUCHO ET LA SOCIÉTÉ HUAMANGUINE À L’AUBE DES GRANDES VAGUES DE MIGRATION ANDINE

II. LES SPÉCIFICITÉS DE L’ESPACE RURAL RÉGIONAL : CRISES ET REMANIEMENTS

III. LES FLUX MIGRATOIRES RÉGIONAUX ENTRE 1940 ET 1980

IV. LES DIFFÉRENTES STRATÉGIES D’INSTALLATION DES MIGRANTS ANDINS EN MILIEU URBAIN

CHAPITRE 2 : LES QUARTIERS FORMÉS PENDANT LE CONFLIT ARMÉ (1980 – 2000)

I. DE MIGRANTS À DÉPLACÉS : L’IMPACT DE LA GUERRE SUR LES FLUX DE POPULATION

II. DU PROVISOIRE AU PERMANENT : L’ADAPTATION DES STRATÉGIES

CHAPITRE 3 : LES QUARTIERS NÉS APRÈS LE CONFLIT ARMÉ

I. L’AYACUCHO DES ANNÉES 2000

II. LES GROUPES DE FONDATEURS DES QUARTIERS DES ANNÉES 2000 A. Le groupe de fondateurs

III. L’INVASION EN POST-CONFLIT : MODALITÉS PRATIQUES D’UN PROCESSUS

DEUXIÈME PARTIE : LES UNITÉS DOMESTIQUES, FONDEMENT DE LA COMUNIDAD

CHAPITRE 4 : L’UNITÉ DOMESTIQUE

I. L’ORGANISATION INTERNE DE L’UNITÉ DOMESTIQUE

II. LES RITUELS DOMESTIQUES

CHAPITRE 5 : LES RELATIONS INTER-DOMESTIQUES

I. LA PARENTÉ ANDINE

II. LES MÉCANISMES DE COOPÉRATION ET DE SOLIDARITÉ : L’AYNI ET LA MINK’A

TROISIÈME PARTIE : LA COMUNIDAD, ENTITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

CHAPITRE 6 : LES FONDEMENTS DU FONCTIONNEMENT DE LA COMUNIDAD

I. L’ORGANISATION POLITIQUE DU QUARTIER : LA GENÈSE D’UN SYSTÈME ANDIN URBAIN

II. DE COMUNERO A SOCIO : LES MEMBRES ACTIFS DE LA COMUNIDAD

III. LE TRAVAIL COMMUNAUTAIRE

CHAPITRE 7 : LES FÊTES COMMUNAUTAIRES : FÊTES PATRONALES ET CARNAVALS

I. LES FÊTES PATRONALES

II. LES CARNAVALS DES QUARTIERS PÉRIPHÉRIQUES

Urbanisation informelle par l’autogestion au Pérou. L’invention d’une culture andine urbaine à Ayacucho

Présentation du livre de Nadia Tahir, « Argentine. Mémoires de la dictature », Rennes, PUR, 2015

 

Séminaire ALHIM

Présentation du livre de Nadia Tahir, Argentine. Mémoires de la dictature, PUR, Rennes, 2015

Afficher l'image d'origine

Jeudi 3 mars 2016

19h00-20h30

Maison de l’Argentine

Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Affiche présentation livre Nadia Tahir

Nadia Tahir travaille sur les processus de constructions mémorielles autour du passé de la dictature argentine de 1976-1983. Elle a publié plusieurs articles dans des revues scientifiques et des ouvrages collectifs. Elle est actuellement maître de conférences à l’Université de Caen Basse-Normandie et membre de l’équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés (ERLIS-EA 4254). Elle collabore avec des équipes de recherche en France, Espagne et Argentine. Elle a enseigné dans les universités de Paris 7 Denis Diderot et Paris-Sorbonne. Cet ouvrage est issu de son travail de doctorat à l’université Paris-Sorbonne sous la direction du professeur Miguel Rodriguez.

Argentine. Mémoires de la dictature retrace les parcours de sept associations de victimes de la dernière dictature militaire en Argentine (1976-1983), depuis leur naissance jusqu’en 2007. Nadia Tahir analyse comment ces associations, qui sont de véritables acteurs politiques, contribuent à la construction d’une mémoire collective sur « ce passé qui ne passe pas ». L’auteur montre également que leurs discours et actions ont été conditionnés par des politiques de gestion du passé dictatorial établies par les gouvernements successifs. http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3752

Séance 3 3 2016 (4)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Natalia Molinaro (Université Paris 8) : Je voudrais remercier Nadia Tahir de nous avoir sollicités pour la présentation de son livre, intitulé Argentine. Mémoires de la dictature, publié l’an dernier aux éditions des Presses Universitaires de Rennes. D’un point de vue plus personnel, je veux aussi la remercier pour la publication de ce livre, fruit du long travail de recherche entamé pour sa Thèse de Doctorat, dirigée par Míguel Rodríguez (Université Paris-Sorbonne). Cet ouvrage est venu nourrir ma réflexion et m’a apporté un éclairage sur des aspects concernant mon propre domaine de recherche.  Il m’a permis, aussi, de mieux comprendre un contexte historique qui a marqué, de façon directe ou indirecte, la vie de nombreux Argentins, parfois de façon décisive.

Je voudrais donc la remercier de mettre à disposition du public francophone un tel matériel, car il offre des clés pour mieux comprendre la société argentine actuelle, ses contradictions, les enjeux du passé qui surgissent dans le présent. Cette publication vient combler un vide et ce, des deux côtés de l’Atlantique. En France, peu de publications offrent un tel panorama historique à la fois pertinent et synthétique de l’histoire argentine récente. Les enjeux de la période 1973-1976, particulièrement complexe, sont abordés de façon claire, précise, et toujours, avec un souci d’objectivité qui va de pair avec la démarche scientifique.

En ce sens, Nadia Tahir aborde des problématiques peu soulevées par les publications françaises, et contribue à une meilleure compréhension de la période 1973-1983 par le public francophone, notamment concernant sur le poids historique des forces armées dans le jeu politique argentin, le projet militaire pour la société et les cadres mentaux de l’époque. Elle revient sur des notions comme « Proceso de Reorganización Nacional », par exemple, expression utilisée par la Junte pour désigner et légitimer son gouvernement, et révélatrice de son idéologie et sa finalité. Elle prend également le temps de s’arrêter pour analyser ses catégories discursives, comme la figure du « subversif », ou encore des phrases emblématiques comme le fameux « por algo será », qui auront un impact décisif dans la construction de la figure du « desaparecido » par les associations. Elle revient sur des notions méconnues du public français, comme celle de « Terrorisme d’Etat », et sur les méthodes de répression de la Junte, tristement célèbres : disparitions, tortures, enlèvements d’enfants. Elle prend également le temps d’évoquer la « théorie des deux démons », et sans pour autant s’y attarder, cherche à comprendre son impact.

Ainsi, tout au long de la première partie, Nadia Tahir nous montre dans quel contexte émerge ce qu’elle a choisi d’appeler des « associations de victimes », les plus visibles au niveau international étant Madres et Abuelas de Plaza de Mayo. C’est l’autre aspect novateur de ce livre, qui donnera certainement lieu à débat, en France comme en Argentine. Comme le souligne Marina Franco dans la préface, ces associations sont traditionnellement considérées en Argentine comme des Associations de Défense des Droits de l’Homme, cette dénomination étant jusque-là donnée pour acquise. Nadia Tahir nous invite à l’interroger. L’expression « association de victimes » résonne comme un constat. Elle sert de point de départ à l’analyse de la trajectoire de ces associations, parmi lesquelles certaines ont réussi à construire une légitimité au sein de la société argentine, à tel point qu’elles ont fini par avoir un poids sur les décisions politiques.

Tout au long de ces pages, l’auteure suit le fil des stratégies et les cadres discursifs adoptés par ces associations pour se rendre visibles, pour établir des liens entre elles, ou tout simplement, pour survivre, selon les contextes et les gouvernements, entre 1976 et 2007. Pour ce faire, elle remonte le fil des résistances en abordant le mouvement de défense des Droits de l’Homme dans son ensemble, depuis la création en 1937 de la Liga Argentina por los Derechos Humanos, celle du Servicio Paz y Justicia dans les années soixante, jusqu’à la constitution de la Asamblea Permanente por los Derechos Humanos en 1975 et la fondation du Centro de Estudios Legales y Sociales en 1980. Cette étape indispensable, et qui offre au lecteur francophone un panorama de l’histoire des associations de Défense des Droits de l’Homme en Argentine, permet de comprendre l’impact de celles-ci sur le processus qui se met en place à partir de 1977, année de fondation de l’association Mères de la Place de Mai.

Dépassés par l’amplitude de la répression, les associations de Défense des Droits de l’Homme encouragent les proches des disparus à se réunir entre eux. C’est ainsi, nous montre l’auteure, que font leur apparition les premiers collectifs créés par les proches des disparus. En 1976 est créée Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, puis Madres et Abuelas de Plaza de Mayo l’année suivante. La lecture de ces pages est d’autant plus passionnante qu’elles s’appuient sur un travail de terrain et sur des témoignages recueillis auprès de membres des associations entre 2006 et 2008. Nadia Tahir revient notamment sur la construction d’une figure du « disparu » par les associations, qui accompagne l’élaboration d’un argumentaire juridique fondé sur une réclamation de respect pour les droits fondamentaux des citoyens argentins.

Celle-ci est une réponse à la stigmatisation et à la figure du « subversif » déployée par la Junte militaire. Il s’agit d’« inverser le stigmate », comme dirait Michel Wieviorka. Par nécessité, les Mères de la Place de Mai ont dû, dans les premiers temps, marquer leur distance par rapport à tout militantisme. Le « disparu » était un « jeune idéaliste » et l’objectif de leur association, strictement humanitaire. Elles ne remettaient pas en cause les motifs de leur disparition, mais les méthodes employées, au nom de droits fondamentaux reconnus à l’échelle internationale. Cette figure, nous montre l’auteure, va évoluer selon les contextes, pour passer du « disparu-victime » pendant la transition démocratique, au « disparu-militant » qui marquera l’ère Kirchner.

La troisième partie constitue en ce sens un véritable apport à la recherche, en France comme en Argentine, puisqu’elle contribue à réactualiser l’histoire de ces groupes et ce, de façon rigoureuse et non-partisane. Elle revient sur le processus de légitimation des collectifs de victimes enclenché à partir de 2003 sous le mandat de Nestor Kirchner, sur les changements et les nouveaux défis qu’il a impliqués pour les associations. En effet, comment se positionner face à ce gouvernement qui, de façon inédite, prend en compte leurs réclamations et leur offre une telle visibilité, jusqu’à en faire, parfois, des acteurs politiques ? Après avoir retracé les différentes étapes de la politique symbolique menée par NK, dont la clé de voûte sera la gestion du passé dictatorial, en incluant la sphère judiciaire, l’auteure revient sur les positionnements adoptés par chaque organisation.

Ainsi, bien qu’elle ait choisi de les aborder comme un ensemble, comme un tout, Nadia Tahir tient compte des différences existant entre ces associations. Elle revient sur un aspect très peu étudié et particulièrement complexe, la scission de l’association Mères de la Place de Mai en 1986, ou encore les différences de positionnement face à la disparition de Jorge Julio López, témoin clé du procès de Miguel Etchecolatz, en 2006. Finalement, elle nous permet d’observer comment les politiques de reconnaissance ont parfois été source de division au sein des organisations : pendant la dictature, la situation d’urgence amenait à laisser certains débats de côté. Plus tard, dans les années 1990, il fallait lutter pour rester visibles et maintenir les questions liées au passé dictatorial dans la sphère publique, face aux politiques du « pardon » et l’impunité. Avec la prise en compte de leur demande, les différences entre les associations resurgissent.

La seconde partie offre à ce sujet un éclairage particulièrement instructif : elle nous montre comment s’opère un changement dans la ligne discursive des Mères de la Place de Mai avec le retour de la démocratie et face au gouvernement d’Alfonsín. L’auteure parvient à dégager les différences de positionnement entre les deux associations, différences qui resurgiront plus tard, face à la politique de reconnaissance du gouvernement de NK. Elle nous montre comment les années 1990 voient le renouvellement générationnel et discursif de la cause des associations de victimes, avec l’apparition de nouveaux acteurs, comme H.I.J.O.S. Elle analyse le processus de réactualisation de la figure du disparu pour obtenir le soutien d’une population qui ne se sent plus concerné par ces questions.

Finalement, tout au long de cet ouvrage, Nadia Tahir nous montre comment ces associations de victimes sont devenues, aux yeux des Argentins, des organisations de défense des Droits de l’Homme ; comment et pourquoi elles ont canalisé et cristallisé une demande sociale croissante de « justice », de construction mémorielle et de révision historiographique, notamment pendant les années qui ont suivi la terrible crise de décembre 2001. Il ne s’agit pas, contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, d’un ouvrage sur les mémoires de la dictature. Une telle étude aurait impliqué d’inclure d’autres perspectives, d’autres vécus, d’inclure de nombreux témoignages -qui sont néanmoins présents tout au long du livre, mais il s’agit de personnes militant dans ces associations- et d’avoir recours à un autre type d’approche. Il s’agirait plutôt d’une étude de type ethnographique portant sur des acteurs sociaux qui ont construit, tout au long de ces années, une légitimité suffisante pour avoir un impact sur la construction mémorielle, voire même, sur l’agenda politique. C’est donc peut-être le seul point que je pourrais critiquer : un manque de précision quant au choix du titre. Relevons aussi la présence d’une petite coquille (?), qui donne lieu à une syntaxe plutôt amusante et qui invite à réfléchir (p. 19) : « (…) les associations de défense des droits de l’homme argentins ».

Pour autant, c’est bien de « mémoire » dont nous parle ce livre, ainsi que de résistances et de transmission. C’est pourquoi je veux remercier une nouvelle fois l’auteure, ainsi que la Maison de l’Argentine. L’auteure, pour avoir eu le courage d’aller jusqu’au bout de sa recherche et s’être attaquée à un tel sujet, avec objectivité, éthique et bienveillance. La Maison de l’Argentine, pour nous accueillir ici, « en casa », et nous permettre d’y présenter cet ouvrage, à l’approche d’une date si emblématique, qui a marqué l’histoire de tous les Argentins. En espérant, et j’en suis sûre, que cet ouvrage contribue à une meilleure connaissance de l’Argentine actuelle en France, et à défaire certains clichés, certaines idées reçues, des visions simplistes ou romanesques.

Ce livre soulève de nombreuses questions, notamment concernant le statut de victime, voire d’« hyper-victime », certaines associations refusant cependant d’employer ce mot ; ou encore la position du survivant, comme en témoigne le cas la Asociación de Ex-Detenidos Desaparecidos. Mais je vais laisser Griselda aborder ces aspects.

Séance 3 3 2016 (12)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Griselda Gaiada (Université Paris I Panthéon-Sorbonne-CHSPM): l’ouvrage soulève plusieurs questions. Dès la philosophie, nous pouvons nous interroger à propos du binôme Mémoire littéral/Mémoire exemplaire (potentiellement libératrice, à la recherche de justice, possibilité d’aller vers autrui). Dans le cas des associations, à quel type de mémoire sont-elles liées ? Doivent-elles devenir des associations de droit de l’homme ?

Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie): Pendant mon travail de recherche à Buenos Aires, la découverte du mélange entre les victimes et les droits de l’homme a été une surprise. La défense des droits de l’homme n’est pas, en France, la même chose que la défense de la victime, des témoins. C’est mélange, à mon avis, est une caractéristique argentine par rapport à ses voisins latino-américains. Il n’y a pas de différences entre les associations nées dans le cadre plus international vers les années 1960, avec le but de la défense des droits de l’homme d’une façon élargie, réprimées entre 1976 et 1979. Ces associations poussent les parents des victimes à s’organiser. Le résultat est la naissance d’associations de victimes dans un espace occupé par des associations de défense de droits de l’homme. Ce partage de l’espace se fait, alors, d’une manière « naturelle » et nourrie le poids et le rôle politique des associations de victimes.

Griselda Gaiada : Une autre interrogation qui peut se dégager du texte est La question de la mémoire imposée (Ricœur), c’est-à-dire l’appropriation d’un passé d’une manière totale réalisé, normalement, par l’État. Une mémoire autorisée autour des risques entre la mémorialisation, la commémoration et la remémoration. Il existe le danger de l’oublie imposé, une politique de l’insuffisance de la mémoire dans les politiques publiques de mémoire en Argentine.

Nadia Tahir : Nous pouvons répondre suivant les propositions des différents présidents de l’actuelle période démocratique. Sous la présidence de Raul Alfonsin (1983-1989), il a lieu le procès aux militaires et la création des outils très marquantes, comme la CONADEP, tant à niveau judiciaire que du récit de la dictature. Dans une période tendue et instable, à la mise en place de ces outils, toujours utilisés par les associations, s’ajoutait une vision d’avenir et dépassement de la dictature. La période de Carlos Menem (1989-1999), le gouvernement propose faire table rase du passé. Un des exemples de ce nouveau récit est la grâce présidentielle accordée aux militants de gauche et aux militaires de la Junte. Les militaires repentis occupent l’espace mémoriel avec leurs témoignages. Même Menem se met sur la position de la victime. « De toute façon, tout le monde est coupable » et la seule issue est d’aller vers l’avant face à un contexte international (demandes d’extradition du juge Garzón) qui met à mal le récit proposé par le gouvernement menemiste. La présidence de Néstor Kirchner (2003-2007) une nouvelle stratégie politique envers les associations de victimes est mise en place ainsi qu’un nouveau récit de la dictature. Le résultat est un rapprochement des certaines associations de victimes et le gouvernement de la nation. Ce rapprochement structure le récit proposé par le kichnerisme.

Griselda Gaiada : Dans la question du témoin et le critère objectif de la vérité où se trouve la place du témoignage, la place du témoin dans le récit historique ?

Séance 3 3 2016 (20)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Nadia Tahir : Il a eu la mise en question des témoignages. Le procès à la Junte militaire (1985) s’appuie sur les témoignages des survivants, des proches de disparus et des militaires. Dans une émission de télévision à propos du procès, nous voyons huit témoins dont deux survivants et six proches. Quelles sont les voix légitimes ? Les victimes depuis les années 1990-2000 deviennent la point de lance des témoins. Parallèlement il y a une multiplication des témoignages. Mais les proches sont toujours présents. Nous observons la création de différentes catégories de témoins, même entre les témoignages. Les différences s‘articulent entre les victimes mobilisées et celles qui ne le sont pas. Il y a des légitimités que se construisent, aussi avec la participation du gouvernement. La société, enfin, les accepte ou ne les accepte pas.