Archives mensuelles : octobre 2016

APPEL À COMMUNICATIONS : « La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIe siècles) »

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine     Afficher l'image d'origine

APPEL À COMMUNICATIONS

La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIe siècles)

Nanterre, vendredi 7 avril 2017

Journée d’étude organisée par Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) et Natalia Molinaro (Université de Paris 8)

Dans le cadre de cette journée d’études intitulée « La Nation en fête en Amérique latine », nous souhaitons prolonger une première réflexion menée conjointement par les équipes du Grecun de l’UPOND (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) et ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sur les notions de fêtes et de célébrations nationales en Amérique latine (revue Alhim n° 33 à paraître, premier semestre 2017).

La fête, en tant que pratique collective, va de pair avec la construction d’imaginaires nationaux. Pensées comme des récits créés de toute pièce par les institutions et/ou les différents groupes sociaux pour rassembler les citoyens autour d’un socle commun, les fêtes et cérémonies nationales renferment des tensions déterminées par les enjeux du présent. Si la Nation est vécue et contée par ses fêtes, les fêtes nationales construisent et sont imaginées pour la Nation. Cette journée d’études s’inscrit dans le sillage des études déjà menées par de nombreux chercheurs (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, et bien d’autres). Il s’agira cependant ici d’accorder une place prépondérante aux acteurs et aux témoins, ainsi qu’aux différents espaces de célébration et contre-célébration. Tout en poursuivant notre exploration des différents procédés de construction du « corps national » en Amérique latine, nous analyserons tout particulièrement le rôle des participants (État, associations, groupes sociaux, etc.), le choix des différentes symboliques (hymnes, chants, drapeaux, figures patriotiques, etc.), le choix des espaces (lieux, monuments, statues, etc.) et la fonction des temps (calendriers civiques, dates spécifiques de commémoration, etc.). Ainsi les différentes communications pourront s’inscrire dans les quatre axes suivants :

Axe 1 : Les célébrations officielles de la Nation

Les fêtes nationales constituent un enjeu pour le pouvoir qui en contrôle le contenu et la diffusion. Nous nous intéresserons dans un premier temps aux pratiques « officielles », aux modèles de célébration qui « donnent à voir » une homogénéisation et une « supposée » unité du corps social. Nous nous attacherons à l’étude de la mise en scène du national par l’État et/ou les institutions officielles en interrogeant tout particulièrement les différentes formes et manières que peuvent revêtir certaines célébrations nationales. Quels sont les espaces de célébration ? Quels sont les procédés et représentations choisis pour mettre en valeur la nation ? Quels sont les symboles et valeurs transmis ? Dans quelles mesures ces célébrations ont un pouvoir efficace de transmission de l’idéologie nationale ? En quoi produisent-elles de l’identité pour cette nation et contribuent-elles à créer ou raviver, du moins pour quelques temps, un sentiment d’appartenance collective ?

Axe 2 : Quand la Nation se célèbre ailleurs.

Le second axe concernera les pratiques transnationales de célébration. Si l’État est l’un des principaux ordonnateurs, il s’agira de démontrer que la nation peut se fêter « ailleurs ». Comment la nation est-elle célébrée au-delà de ses frontières ? Quelles en sont les frontières et limites ? Cet axe est particulièrement ouvert aux études portant sur les célébrations organisées par des institutions (réseaux diplomatiques, fondations, etc.) ou associations en dehors des frontières nationales. Il entend mettre l’accent sur la fabrique de nouveaux espaces publics de célébrations, sur les nouvelles formes de sociabilités officielles/associatives qui permettent de fêter et de partager cette communauté de destins.

Axe 3 : Les célébrations « en marge » et contre-célébrations

Cet axe propose de revenir sur les pratiques « parallèles », situées « en marge » des célébrations officielles, ou pensées par opposition à celles-ci. Il s’agira de montrer en quoi ces pratiques proposent d’autres lectures du national, instituent un autre ordre – ou désordre – et contribuent, par là-même, à définir ou redéfinir l’identité nationale. Cet axe nous amènera à nous poser d’autres questions telles que : qui sont les célébrants et contre-célébrants ? Quelles sont les appropriations et/ou réappropriations du récit national et ses symboles ? En quoi ces pratiques « parallèles » de célébration peuvent-elles être considérées comme des pratiques « transgressives » tout en contribuant, par certains détournements, à donner ses contours à l’événement officiel ? Les communications pourront également aborder la question des rapports de force, de pouvoir et luttes pour récupérer le fait national (rapports de hiérarchie, de division entre les différents célébrants, enjeux, etc.).

Axe 4 : La Nation « contée ». Récits de célébrations

Il s’agira dans cet axe d’analyser le rôle des différents écrits dans la construction du sentiment national et d’une mémoire de l’événement.  À travers les récits, que ce soit en littérature (romans, romans nationaux, nouvelles, récits autobiographiques, etc.), dans des revues ou dans la presse, nous pourrons nous demander : comment ces récits représentent-ils la nation en fête ? Comment singularisent-ils les célébrations ? Quelles sont les places accordées aux événements phares de l’histoire nationale ? Comment les mots mettent-ils en scène, et par la même, construisent la mémoire nationale ? Quels enjeux de pouvoir enferment-ils ? En quoi cette mémoire est-elle une mémoire choisie, sélective ? En somme, quels sont les nouveaux contours de cette « Nation contée » ?

Modalités pratiques :

Les propositions de communication (moins de 500 mots, bibliographie et titre compris ainsi qu’un court CV) doivent être envoyées avant le 31 janvier 2017.

Calendrier  :

  • 31 janvier 2017 : date-butoir pour l’envoi des propositions
  • Février 2017 : annonce des propositions retenues
  • 7 avril 2017 : journée d’étude

Contacts :

Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) dlehmann@u-paris10.fr

Natalia Molinaro (Université de Paris 8) natalia.molinaro@laposte.net

___________________________________________________________________________

CONVOCATORIA

Festejando la Nación en América latina (siglos XIX-XXI)

Nanterre, viernes 7 de abril de 2017

Jornada de Estudios organizada por Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre – La Défense) y Natalia Molinaro (Université de Paris 8)

En el marco de esta Jornada de Estudios proponemos profundizar la reflexión iniciada por el grupo de investigación del GRECUN del UPOND (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) y el grupo ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sobre las nociones de fiesta y de celebraciones nacionales en América latina (revista Alhim N° 33 en preparación, primer semestre 2017).

La fiesta como práctica colectiva acompaña la construcción de imaginarios nacionales. Concebidas desde las instituciones y/o los diferentes grupos sociales como relatos cuyo objetivo es reunir a los ciudadanos alrededor de un objeto en común, las fiestas y ceremonias nacionales encierran las tensiones del presente. La Nación es vivida y contada por sus fiestas, y las fiestas nacionales construyen y son imaginadas para la Nación. Esta Jornada de Estudios sigue el planteamiento de las numerosas investigaciones sobre estos temas (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, etc.), pero proponemos enfocarnos en los actores y los testigos, así como en los espacios de celebración y contra-celebración. Seguiremos explorando los distintos procesos de construcción de un “cuerpo nacional” y analizaremos también el papel de los participantes (Estado, asociaciones, grupos sociales, etc.), la(s) (s)elección(es) de distintas simbólicas (himnos, cantos, banderas, figuras patrióticas, etc.), la función de los espacios (sitios, monumentos, estatuas, etc.), así como la de los tiempos (calendarios cívicos, fechas específicas de conmemoración, etc.). Las propuestas de comunicación deberán inscribirse en alguna de las cuatro grandes líneas temáticas explicitadas seguidamente:

Línea temática 1: Las celebraciones oficiales de la Nación

Las fiestas nacionales son centrales para el poder, que controla los contenidos y la difusión. Consideraremos primero las prácticas “oficiales”, los modos de celebrar que “dan a ver” una homogeneización y una “supuesta” unidad del cuerpo social. Estudiaremos la puesta en escena de lo nacional por el Estado y/o las instituciones oficiales, interrogando más particularmente las distintas formas que pueden tomar algunas celebraciones nacionales. ¿Cuáles son los espacios de celebración? ¿Qué procedimientos y representaciones se eligen para valorizar la nación? ¿Cuáles son los símbolos y los valores que se transmiten? ¿En qué medida tienen estas celebraciones un poder de transmisión eficiente de la ideología nacional? ¿Cómo producen identidad para la nación y contribuyen en crear o reactivar un sentimiento de pertenencia colectiva?

Línea temática 2: Cuando la Nación se celebra en otras partes.

El segundo eje tratará de las prácticas transnacionales de celebración. Aunque suele ser el Estado el que genera la celebración, trataremos de mostrar que la nación también puede festejarse en otros espacios. Serán privilegiados en particular los estudios y análisis dedicados a las celebraciones no sólo organizadas por instituciones (redes diplomáticas, fundaciones, etc.) sino también por asociaciones fuera de las fronteras nacionales. Nos centraremos en la construcción de nuevos espacios públicos de celebración, en las otras formas de sociabilidad (oficiales o asociativas) que permiten festejar y compartir un mismo sentimiento de pertenencia a una comunidad de destino.

Línea temática 3: Celebraciones “al margen” y contra-celebraciones

En este eje volveremos sobre las prácticas “paralelas”, situadas “al margen” de las celebraciones oficiales, o pensadas en oposición a las fiestas oficiales. Veremos cómo estas prácticas proponen otras lecturas de lo nacional, instituyendo otro orden – o desorden  – y contribuyendo por lo tanto en una (re)definición de la identidad nacional. En este eje nos preguntaremos: ¿quiénes son los celebrantes y contra-celebrantes? ¿Cuáles son las apropiaciones y/o reapropiaciones del relato nacional y de sus símbolos? ¿En qué medida estas prácticas “paralelas” de celebración pueden considerarse como “transgresivas”, al mismo tiempo que van dando su forma al acontecimiento oficial, mediante apropiaciones, reapropiaciones y desvíos? Las comunicaciones podrán también abarcar los temas de luchas de poderes y tensiones por la recuperación del hecho nacional (jerarquías, divisiones, etc.).

Línea temática 4: La nación “contada”. Relatos de celebración

En esta mesa se analizará el papel de la producción escrita en la construcción de un sentimiento nacional, así como de una memoria del acontecimiento. ¿Cómo se representan las fiestas nacionales en los relatos, sean éstos literarios (novelas, relatos autobiográficos, etc.) o periodísticos (prensa, revistas)? ¿Cómo singularizan dichos relatos la celebración? ¿Qué lugar ocupan los hitos de la historia nacional? ¿En qué medida contribuyen las palabras en reproducir lo vivido y, participan de este modo en la construcción de una memoria nacional? ¿En qué medida se trata de una memoria selectiva? ¿Qué luchas de poderes reflejan? ¿Por qué constituyen estos relatos una segunda puesta en escena de la celebración? Finalmente, ¿cuáles son los contornos de la “nación contada”?

Modalidades prácticas:

Las propuestas (menos de 500 palabras, incluyendo el título de la comunicación, la bibliografía, y un corto currículo) deben ser enviadas antes del 31 de enero de 2017.

Calendario:

  • 31 de enero de 2017: Envío de propuestas
  • Febrero de 2017: Respuesta del Comité de organización
  • 7 abril de 2017: Jornada de Estudios

Contactos: 

Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) dlehmann@u-paris10.fr

Natalia Molinaro (Université Paris 8) natalia.molinaro@laposte.net

Professeur invité: Felipe PEREZ CRUZ (Université de Sciences Pédagogiques « Enrique Jose Varona », La Havane)

entrada-univ-paris-8

Felipe PEREZ CRUZ (La Havane, 1955) est professeur à l’Université de Sciences Pédagogiques « Enrique Jose Varona » de La Havane. Il est titulaire d’un doctorat sur l’histoire de l’éducation à Cuba et l’Amérique latine et spécialiste en sciences de l’éducation spécialement dans le domaine de la pédagogie.

cv-et-liste-de-publications-de-felipe-perez-cruz

Invité du 18 octobre au 18 novembre 2016 par le département d’Etudes hispaniques et hispano-américaines de l’Université Paris 8 et le groupe de recherche ALHIM, notre collègue historien renouvelle un ancien lien d´amitié et de coopération scientifique entre notre université et ses homologues cubains.

Les deux dernières publications de notre collègue sont Los indomericanos en Cuba. Estudios abiertos al presente (2014) et Cuba en el movimiento independentiste nuestroamericano (2013).

http://www.filososia.cu/contemp/Felipe.htm

texto-fidel-patria-o-muerte-venceremos

PROGRAMME

Lundi 17 octobre 2016

L2 LLCER espagnol  Histoire et civilisations d’Amérique latine
La Revolución cubana: causas y proceso histórico

texto-afrocubania-y-afrodescendencia-tesis-para-debatir-equivocarnos-acertar-y-repensar

texto-cuba-utopias-realidades-y-posibilidades texto-aponte-primer-intelectual-organico-del-movimiento-revolucionario

texto-aponte-primer-intelectual-organico-del-movimiento-revolucionario

Horaire: 10h30-12h00 Lieu: Université Paris 8 Salle A 093

Mardi 25 octobre 2016

Máster 2 MC2L
Culturas y medias aplicadas a Cuba
Horaire: 10h30-12h00 Lieu: Université Paris 8 Salle B 310

Mercredi 26 octobre 2016

Master 1 Histoire-Master 2 MEEF
Corrientes en la historiografía latinoamericana contemporánea

texto-la-lucha-ideologica-en-cuba-el-campo-de-la-historia-aspectos-de-la-guerra-que-se-nos-hace

texto-joseph-chatoyer-primer-heroe-nacional-de-san-vicente-y-las-granadinas

Horaire: 12h00-13h30 Lieu: Université Paris 8 Salle B 307
¿Cómo se forman los profesores en Cuba?

texto-el-maestro-y-la-maestra-como-educadores-una-irrenunciable-mision-social

texto-el-dominio-del-conocimiento-un-asunto-educacional-de-maxima-prioridad-politica

texto-rebelion-la-ensenanza-de-la-filosofia-marxista-en-cuba

Horaire: 13h30-15h00 Lieu: Université Paris 8 Salle B 307

Vendredi 29 octobre 2016

L3 LLCER espagnol  Histoire des pays latino-américains
Análisis de casos en el Caribe
Horaire: 9h00-10h30 Lieu: Université Paris 8 Salle B 211
L3 LLCER espagnol  Analyse filmique Amérique latine
Fresa y Chocolate: Homosexualidad y ética humanista
Horaire: 12h00-13h30 Lieu: Université Paris 8 Salle B 310

Lundi 7 novembre 2016

Département d’études hispaniques et hispano-américaines

reunion-pedagogica

Felipe Pérez Cruz en el departamento de estudios hispánicos e hispanoamericanos

Sobre los métodos de enseñanza en las universidades cubanas

texto-paulo-freire-y-la-revolucion-cubana-reflexiones-para-las-urgencias-de-la-praxis

texto-la-ensenanza-de-la-filosofia-marxista-en-cuba-pensar-hablar-y-obrar-bien

texto-la-ensenanza-de-la-filosofia-marxista-en-cuba-desmitificar-los-mitos-del-dogma

Horaire: 15h00-18h00 Lieu: Université Paris 8 Salle B 313

Mardi 8 novembre 2016

Máster 2 MC2L
Medias et politique. Amérique Latine
Horaire: 13h30-15h00 Lieu: Université Paris 8 Salle B 305

 Jeudi 10 novembre 2016

Département des Sciences de l’éducation-EA 4384 : Centre interdisciplinaire de recherche, culture, éducation, formation et travail (CIRCEFT)
Master-Doctorat: Histoire des éducations
Séminaire L’enfant moderne 
El “niño de la revolución” y el sistema educativo cubano (traduction français)

texto-raices-historicas-del-proyecto texto-la-campana-de-alfabetizacion-en-cuba

texto-la-campana-de-alfabetizacion-en-cuba

Moderateur: Mathias Gardet
Discutant: Vicente Romero
Horaire: 15h00-18h00 Lieu: Université Paris 8

Mercredi 16 novembre 2016

L1 LLCER espagnol  Initiation à la culture hispanique
El Caribe antes de 1492 (panorama histórico-cultural)
Horaire: 10h30-12h00 Lieu: Université Paris 8 Salle B 006

Vendredi 18 novembre 2016

Séminaire ALHIM

intercambio-paris-8

Felipe Pérez Cruz en el Seminario ALHIM

affiche-seance-seminaire-alhim-25-novembre-2016

affiche-conference-felipe-cruz-18-11-2016-seminaire-alhim

Los indoamericanos en Cuba, una crítica a la colonialidad del saber

Horaire: 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8 Salle D143

El profesor Pérez Cruz presentó en la sesión del 18 noviembre de nuestro seminario las tesis fundamentales que han estructurado los trabajos contenidos en el libro Los Indoamericanos en Cuba. Estudios abiertos al presente (2014). Estas tesis se presentan gracias al intercambio universitario multidisciplinario que se realiza en el seno del grupo de estudios de la UNHIC. Los criterios que han fundamentados las tesis de estudio son de carácter político-culturales surgidos de estos debates internos.

ViviLnk

El profesor Felipe Pérez Cruz en la Universidad de Paris 8

El sujeto de estudio es el rescate del universo aborigen en Cuba estudiado a partir de un instrumental conceptual marxista y martiano. Los puntos de partida son:

  • La persistencia de la colonialidad más allá de la dominación política y económica del colonialismo moderno y su variante neocolonial.
  • La matriz eurocéntrica como núcleo de la colonialidad del saber presente y persistente en las ciencias sociales cubanas.
  • El análisis de la producción de los años 1990 partiendo del concepto de la colonialidad del Poder, del Saber y del Ser.

El eje de la reflexión es la “racialidad”: existencia de un racismo estructural en el orden político, del saber y del conocimiento desde el mito de la modernidad y de la posmodernidad. Los referentes teóricos son una ruptura epistemológica basada en los trabajos de Pierre Bourdieu y la concepción gramsciana sobre la hegemonía, los retos de carácter ideológico-político y las demandas históricas y de cotidianidad.

La obra pone en cuestión las categorías “indocubano”, “prehispánico”, “precolombino”, “prehistórico” en favor de términos y conceptos como “indígena” y “aborigen”. Se propone repensar y reflexionar el mundo indígena en la historiografía actual a partir de la reinterpretación de los epistemes “descubrimiento” y “conquista” desde una perspectiva emancipadora.

texto-encuentro-de-civilizaciones

texto-felipe-perez-cruz-los-indoamericanos-actualicemos-el-tema

texto -la historia que nos quieren robar: http://www.rebelion.org/noticia.php?id=99255

Contact: Vicente Romero/Felipe Pérez Cruz

E-mail: viromeroes@yahoo.es/Felipe@cubarte.cult.cu/felipepc6755@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

APPEL A CONTRIBUTION : Journée d’étude « Les mises en scène de l’événement »

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Journée d’étude

Les mises en scène de l’événement

27 avril 2017

Équipe de Recherche Interlangues Mémoires Identités Territoires (EA 4327), Rennes 2

Composante  REcherches sur les Espaces Hispanophones et Lusophones (REEHL)

Présentation

Cette troisième journée d’étude ( JE 1  » L’après-coup de l’événement » ; JEII « Une lecture globale de l’événement local ») se propose de poursuivre la réflexion sur « L’événement et sa transmission » en se  penchant sur les mises en scène de l’événement[1].

Cette perspective est double car elle s’appuie sur deux pôles, le pôle de la production et celui de la réception. Le premier pôle englobe différents domaines, l’espace public, l’espace économique, les médias, les arts au sens large, les institutions, l’école par exemple. Le second convoque différents destinataires: le citoyen, le lecteur, le consommateur, l’élève.

La mise en scène de l’événement s’inscrit dans une triple temporalité (passé, présent, futur) qui peut répondre à un dessein politique ou à une attente d’un public donné. L’événement se (ré)actualise  selon un contexte et des conditions particulières (raisons politiques, éthiques, économiques) tout en accordant une place prépondérante à sa réception. La mise en scène devient elle-même événement.

Les études proposées s’inscriront dans l’aire ibérique et ibéro-américaine.

Organisation

Toute proposition, accompagnée d’un résumé (400 mots) et d’un bref CV, devra être adressée avant le 16 décembre.

Contact :   Nathalie Ludec : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

[1] – Patrick Charaudeau, Le discours d’information médiatique: la construction du miroir social, Paris, Nathan, 1997.

– Michel de Certeau, « Pour une nouvelle culture. Le pouvoir de parler», Études 5/2008 (Tome 408), p. 628-635.

– Barthélémy Michel, « Événement et espace public : l’affaire Carpentras », In: Quaderni, n°18, Automne 1992. Les espaces publics. pp. 125-140. DOI : 10.3406/quad.1992.975  www.persee.fr/doc/quad_0987-1381_1992_num_18_1_975

 

APPEL A CONTRIBUTION : Revue Amerika (Mémoires, identités, territoires) n° 16 (premier semestre 2017)

 

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

AMERIKA

Mémoires, identités, territoires

amerika-16-2017-1-appel-convocatoria

Appel à contributions

La revue Amerika (Mémoires, identités, territoires) de l’Université de Rennes 2, consacre un de ses prochains dossiers   (2017, premier semestre, numéro 16) à l’analyse de :

« Les féminismes en Amérique latine et dans les Caraïbes (XXe-XXIe s) : identités et enjeux »

Thème et problématique :

La lutte pour l’émancipation des femmes  est un processus lent qui s’est développé en vagues successives. Le féminisme latino-américain des années 70 et 80, marqué par des influences européennes et nord-américaines, est majoritairement composé de femmes des classes moyennes, mais peu à peu ses militantes se rapprochent des mouvements populaires où les femmes sont engagées sur le plan politique, syndical, religieux. La phase révolutionnaire et radicale fait place ensuite à une professionnalisation et une institutionnalisation  du féminisme dans les années 90 qui amorcent la vague « ONUsienne » du « genre », selon J. Falquet (2007), marquée par un engouement pour le concept de « genre ». Parallèlement, s’organisent des rencontres féministes continentales qui témoignent d’un féminisme panaméricain, (1981, à Bogota (Colombie); 1983, Lima (Pérou); 1985, Bertioga (Brésil); 1987, à Taxco (Mexique); 1990 San Bernardo (Argentina), etc.[1])  (Landa, 2016).

Depuis l’euphorie des années 70, en passant par l’institutionnalisation des années 80-90 et son essoufflement des années 2000, le féminisme latino-américain s’inscrit depuis le début du XXIe s. dans une double proposition politique, à la fois autour d’un socle commun, de questions non résolues (les droits reproductifs, une maternité et une sexualité libres, la lutte contre la violence) et de nouvelles propositions qui se déclinent selon une perspective de classe et d’ethnie, de la part des féministes indiennes et afro-descendantes, sous un angle décolonial.

L’objectif de ce dossier est d’étudier les différentes modalités d’expression (cyberféminisme, marches pacifiques, activisme public) et manifestations du féminisme latino-américain ainsi que ses représentations (arts visuels, littérature, médias) dans ses particularités actuelles, en tâchant d’évaluer les résistances qui proviennent de la société civile et/ou des institutions. Il ne s’agit pas ici de retracer l’histoire du féminisme latino-américain mais d’analyser ce qui constitue aujourd’hui son identité, sa spécificité, à l’échelle nationale ou continentale, à travers ses mobilisations et ses représentations, dans un contexte politique et économique déterminé.

Références:

  • Curiel, J. Falquet, S. Masson, « Editorial ». Nouvelles Questions Féministes : Féminismes dissidents en Amérique latine et aux Caraïbes, Vol. 24,2005, n° 2, pp. 4-13.
  • Falquet Jules, « Le mouvement féministe en Amérique latine et aux Caraïbes. Défis et espoirs face à la mondialisation néo-libérale», Actuel Marx 2/2007 (n° 42), p. 36-47
    URL:cairn.info/revue-actuel-marx-2007-2-page-36.htm.
    DOI : 10.3917/amx.042.0036.
  • Mélanie Landa,  » Rescatando al feminismo en América  Latina », Centre tricontinental, CETRI, Louvain, 22 avril 2016; http://www.cetri.be/Rescatando-al-Feminismo-en-America
  • Verschuur Christine, Destremau Blandine, « Féminismes décoloniaux, genre et développement. Histoire et récits des mouvements de femmes et des féminismes aux Suds», Revue Tiers Monde 1/2012 (n°209), p. 7-18,

URL:www.cairn.info/revue-tiers-monde-2012-1-page-7.htm.
DOI : 10.3917/rtm.209.0007.

Langues utilisées : espagnol, français, anglais, portugais.

Un résumé de 500 mots environ devra nous être adressé avant le 20 Décembre 2016

Merci de mentionner vos coordonnées professionnelles et de joindre un CV succinct (liste de vos publications des 5 dernières années).

Contact :  Nathalie Ludec : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Les articles définitifs (40 000 signes au maximum) seront à remettre avant le 15 mai 2017

Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit s’accompagner de la demande autorisation à l’ayant droit.

NORMES DE PUBLICATION : http://amerika.revues.org/749   

CALENDRIER :

  • 20 Décembre 2016 : réception de propositions
  • 15 Janvier  2017 : acceptation de propositions
  • 1er Avril 2017 : réception des articles selon les normes de publication transmises / évaluation et correction des articles
  • 15 Mai 2017 : réception définitive des articles pour publication

___________________________________________________________________________

Convocatoria

https://amerika.revues.org/7396

La revista Amerika  de la Universidad de Rennes 2 dedica uno de sus próximos dosieres (2017 primer semestre, número 16) al análisis de:

 » Los feminismos en Latinoamérica y el Caribe (s.XX-XXI) : identidades y retos »

Tema y problemática :

La lucha por la emancipación de las mujeres es un proceso lento marcado por olas sucesivas. El feminismo de los años 70 y 80, influenciado por el pensamiento europeo y norteamericano, se compone, en su mayoría, de mujeres de las clases medias altas, pero sus militantes van aproximándose a los movimientos populares en los que las mujeres ejercen un compromiso político, sindical, religioso. La fase revolucionaria y radical deja lugar a una profesionalización y una institucionalización del feminismo en los años 90, que anuncian la ola del « género » (Falquet, 2007). Paralelamente, se organizan encuentros feministas continentales que reflejan un feminismo panamericano (1981,  Bogota (Colombia); 1983, Lima (Perú); 1985, Bertioga (Brasil); 1987, Taxco (México); 1990 San Bernardo (Argentina), etc.[2])  (Landa, 2016).

Después de la euforia de los años 70, pasando por la institucionalización de los años 80 y 90, y la atonía de los años 2000, el feminismo latinoamericano se sitúa desde los principios del siglo XXI en una propuesta política doble: la primera sigue debatiendo cuestiones no resueltas (los derechos reproductivos, la maternidad libre, la lucha contra la violencia) y la segunda se abre sobre una perspectiva étnica y de clase ( indígena, afrodescendiente).

El objetivo de este número de Amerika es medir las diferentes modalidades de expresión  y manifestaciones del feminismo latinoamericano (ciberfeminismo, marchas pacíficas, activismo callejero) así como sus representaciones (artes visuales, literatura, medios de comunicación) en sus particularidades actuales, midiendo las resistencias de la sociedad civil y de las instituciones   Estado, Iglesia).

No se trata de contar la historia del feminismo latinoamericano sino analizar lo que constituye hoy su identidad, su especificidad, a escala nacional o continental, a través de sus mobilizaciones y manifestaciones dentro de un contexto político y económico determindo.

Références:

  • Curiel, J. Falquet, S. Masson, « Editorial ». Nouvelles Questions Féministes : Féminismes dissidents en Amérique latine et aux Caraïbes, Vol. 24,2005, n° 2, pp. 4-13.
  • Falquet Jules, « Le mouvement féministe en Amérique latine et aux Caraïbes. Défis et espoirs face à la mondialisation néo-libérale», Actuel Marx 2/2007 (n° 42), p. 36-47
    URL:cairn.info/revue-actuel-marx-2007-2-page-36.htm.
    DOI : 10.3917/amx.042.0036.
  • Mélanie Landa,  » Rescatando al feminismo en América  Latina », Centre tricontinental, CETRI, Louvain, 22 avril 2016; http://www.cetri.be/Rescatando-al-Feminismo-en-America
  • Verschuur Christine, Destremau Blandine, « Féminismes décoloniaux, genre et développement. Histoire et récits des mouvements de femmes et des féminismes aux Suds», Revue Tiers Monde 1/2012 (n°209), p. 7-18,

URL:www.cairn.info/revue-tiers-monde-2012-1-page-7.htm.
DOI : 10.3917/rtm.209.0007.

Idiomas utilizados : español, francés, inglés, portugués.

Un resumen de unas 500 palabras deberá ser enviado antes del 20 de diciembre de 2017

Contacto : Nathalie Ludec  nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Anexo al resumen se deberán mencionar sus datos profesionales y un breve CV (lista de sus publicaciones de los últimos cinco años).

Los artículos definitivos (40 000 signos lo máximo) serán transmitidos antes del 15 de mayo de 2017

Tras ser aceptada la propuesta, el artículo será sometido a la valoración de especialistas que determinarán el carácter científico del método y del contenido. En cuanto sea aceptado el artículo, el autor se compromete a ceder su exclusividad a la revista y a autorizar su publicación en línea. En caso de no respeto de las normas de publicación el artículo será reenviado al autor para realizar los cambios obligatorios y necesarios. En caso de plagio, los autores serán considerados los únicos responsables. En cuanto a la integración de fotos o fotogramas, para acatar las leyes de autor, se requiere la autorización del derechohabiente.

NORMAS DE PUBLICACIÓN :  http://amerika.revues.org/749  

 CALENDARIO :

  • Diciembre 20, 2017 : recepción de propuestas
  • Enero 15, 2017 : aceptación de las propuestas
  • Abril 1, 2017 : recepción de artículos en extenso bajo los criterios editoriales señalados/Envío de dictámenes de los artículos a los autores para su corrección.
  • Mayo 15, 2017: recepción de artículos definitivos para dar cuerpo a la revista.

[1] Fuente Mujeres Latinoamericanas en cifras, FLACSO, Teresa Valdés, Do lo social a lo político: la acción de las mujeres latinoamericanas , Santiago, Ed LOM, 2000, p.73

[2] Fuente Mujeres Latinoamericanas en cifras, FLACSO, Teresa Valdés, Do lo social a lo político: la acción de las mujeres latinoamericanas , Santiago, Ed LOM, 2000, p.73

Séminaire ALHIM Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2016-juillet 2017)

Afficher l'image d'origineAntonio Coche Mendoza, Sin título, 2002

Séminaire ALHIM

Amérique Latine Histoire et Mémoire

(novembre 2016-juillet 2017)

Vendredi 18 novembre 2016

Conférence

Los indoamericanos en Cuba, una crítica a la colonialidad del saber
Felipe Pérez Cruz (Instituto de Filosofía de La Habana)
Horaire: 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Vendredi 25 novembre 2016

Séance commune organisée avec l’Axe Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale

Musées d’histoire, musées de mémoire(s)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Vendredi 20 janvier 2017

Présentation du livre Ecritures du féminisme mexicain: Esperanza Brito, Elena Urrutia, Marta Lamas (1963-1978) de Nathalie Ludec (Université Rennes II)
Horaire : 19h30-21h00 Lieu: Maison du Mexique, Cité Universitaire Internationale de Paris

 Vendredi 10 février 2017

Séance commune organisée avec l’Axe Transferts textuels et migrations esthétiques  
Art et dictature au Chili 
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Jeudi 2, Vendredi 3 et Samedi 4 mars 2017

Colloque international organisé avec l’Université de Paris Est-Créteil et la Universidad Nacional de Entre Ríos 
Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente 
Horaire : 9h30-19h00 Lieu: Casa de Argentina (Cité Universitaire Internationale de Paris), Université Paris 8 (salle D 143) et UPEC Créteil

Vendredi 7 avril 2017

Journée d’études organisée avec le séminaire GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)
La Nation en fête en Amérique latine (XIXe-XXe siècles)
Horaire: 10h00-18h00 Lieu: Université Paris Ouest-Nanterre, Bât. Max Weber, Salle de séminaire 2

Vendredi 28 Avril 2017

Séance commune organisée avec Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale
Les racines de l’eugénisme (Uruguay, Italie, Espagne)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Mercredi 17 mai 2017

Présentation travaux doctorants ALHIM
Horaire : 15h30-17h00 Lieu : Université Paris 8, Bât. D, salle 311

Mardi 30 et mercredi 31 mai 2017

Colloque du Laboratoire d’Etudes Romanes (EA 4385) 
Passant Passé. Héritages et expériences des temps
Horaire : 9h30-18h00 Lieu : Université Paris 8

Vendredi 9 juin 2017

Séance commune organisée avec le GRECUN
Alvaro García San Martín (Universidad Metropolitana de Ciencias de la Educación, Santiago de Chile)
Quinet et Bilbao et l’expédition française au Mexique
Horaire : 15h00-17h00
Lieu : Université Paris 10 Nanterre, Salle 210 de l’UFR Langues (bât. V)

Vendredi 16 juin 2017

Séance Séminaire  ALHIM
Alvaro García San Martín (Universidad Metropolitana de Ciencias de la Educación, Santiago de Chile)
Lamennais y su recepción en Francisco Bilbao y en la prensa de 1842 a 1854 en Chile y Perú
Horaire : 16h00-18h00
Lieu : Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Lundi 26 juin 2017

Dialogue d’Hommage au latino-américaniste Jean Piel (1936-2017)
Horaire : 10h00-17h00 Lieu :  Université Paris 8, Bibliothèque-Salle de la recherche

Mardi 11 et mercredi 12 juillet 2017

Colloque International
Chile en el mundo: circulación de discursos, prácticas, personas, relaciones diplomáticas y redes de sociabilidad (siglos XIX-XXI)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Universidad de Santiago de Chile

ENTREE LIBRE

Contact: Enrique Fernández Domingo

E-mail: enrique.fernandez@yahoo.fr