Archives du mot-clé América Latina

APPEL A CONTRIBUTION : Les Cahiers ALHIM n° 32 (second semestre 2016)

APPEL A CONTRIBUTION

Publication Les Cahiers ALHIM n° 32 (second semestre 2016)

“Les droites en Amérique Latine: entre la démocracie et l’autoritarisme, 1950-2015”

Coordinateur: Pablo Rubio Apiolaza, Universidad Andrés Bello, Chili

Les Cahiers ALHIM (Amérique Latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8, Vincennes Saint-Denis, consacrent un de leurs prochains dossiers (2016, second semestre, numéro n° 32) à l’analyse de « Les droites en Amérique Latine: entre la démocracie et l’autoritarisme, 1950-2015”

L’étude des droites latino-américaines a connu des avancées très importantes tout au long des deux dernières décennies. Pendant cette période il y a eu une réelle croissance des travaux et du nombre de chercheurs provenant des différentes sciences sociales (science politique, sociologie, histoire, anthropologie) intéressés par l’étude des droites latino-américaines. Les chercheurs considéraient jusqu’alors la gauche comme un acteur politique plus capable de structurer des propositions politiques et idéologiques complexes tandis que la droite ne représentait qu’une simple expression des « classes dominantes ».  Cependant, cette conception a été modifiée et le monde académique a opéré un important changement à propos de l’étude de la droite en tant qu’acteur politique et social.

La droite possède une identité et occupe un espace politique propre. Elle a des principes idéologiques constants: la défense de la propriété privée, l’anticommunisme militant, les valeurs liées à l’individualisme, la méfiance face à l’Etat … Néanmoins, dans les dernières décennies, parallèlement à la naissance des nouveaux mouvements socio-politiques, l’opposition radicale gauche-droite a connu une transformation. Celle-ci montre que les droites sont traversées de courants nationalistes, libéraux, corporatistes, néolibéraux, conservateurs, qui ont marqué la persistance de la droite dans beaucoup de pays latino-américains.

La période historique proposée est la deuxième moitié du XXe siècle et les quinze premières années du XXIe siècle. Ce cadre temporel n’est pas rigide car les expériences nationales ont été diverses : alors que certains pays ont connu des processus de démocratisation arrêtés par des coups d’Etat suivis de dictatures, d’autres pays ont fait l’expérience de systèmes politiques définis comme des « républiques prétoriennes », à cause de l’ingérence permanente des Forces armées, ou d’autres encore qui ont gardé un régime à caractère populiste installé au pouvoir dès les années 1930.

Les « acteurs » de la droite sont variés et méritent une analyse en profondeur : partis politiques, mouvements civiques, Forces armées, groupes de technocrates, corporations d’entrepreneurs, entre autres.

Il s’agit de partager et de mettre en commun les travaux de recherche  pour proposer un regard global sur l’influence de la droite dans le destin des pays latino-américains.

Dans ce sens, le concept de « droites » possède une utilité méthodologique importante. Ce concept permet d’ouvrir l’analyse à une large palette d’acteurs et d’objets d’étude divers : système politique, discours culturels et idéologiques, politiques publiques, action de l’entreprenariat, stratégies électorales.

Les lignes principales de travail sont :

    1. Approfondissement de la connaissance de la droite, en tant qu’objet d’étude dans les sociétés latino-américaines contemporaines, dans des contextes de démocratie et de régimes autoritaires.
    2. Intégration, dans une synthèse globale, des approches proposées par les sciences sociales (science politique, sociologie, histoire, anthropologie)
    3. Regards croisés et propositions comparatistes entre les différents pays de la région.

Langues utilisées : espagnol, français, anglais, portugais.

Un résumé de 500 mots environ devra nous être adressé avant le 1 juin 2016.

Merci de mentionner vos coordonnées professionnelles et de joindre un CV succinct (liste de vos publications des 5 dernières années).

Contact: Pablo Rubio Apiolaza: prubio_22@hotmail.com

Les articles définitifs (30 000 signes au maximum) seront à remettre avant le 30 septembre 2016.

Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit s’accompagner de la demande autorisation à l’ayant droit.

NORMES DE PUBLICATION : http://alhim.revues.org/2861

CALENDRIER :

1 juin 2016: réception de propositions

15 juin 2016: acceptation de propositions

20 aout 2016: réception des articles selon les normes de publication transmises / Evaluation et correction des articles

30 septembre 2016: Réception définitive des articles pour publication

______________________________________________________________________

 Publicación Les Cahiers ALHIM n° 32 (segundo semestre 2016)

“Las derechas en América Latina: Entre la democracia y el autoritarismo, 1950-2015”

Coordinador: Pablo Rubio Apiolaza, Universidad Andrés Bello, Chile

Los Cahiers ALHIM (América Latina Historia y Memoria), de la Universidad de Paris 8, Vincennes Saint-Denis, dedican uno de sus próximos dosieres (2016 segundo semestre, número 32) al análisis de “Las derechas en América Latina: Entre la democracia y el autoritarismo, 1950-2015”

En estas últimas dos décadas, el estudio de las derechas latinoamericanas ha experimentado un avance fundamental y tal vez decisivo. Principalmente desde las ciencias sociales (ciencia política, sociología, historia, antropología) se han multiplicado los trabajos académicos de distintos investigadores, venciendo la resistencia de muchos quienes veían en las izquierdas un actor con una mayor capacidad de elaborar propuestas políticas e ideológicas complejas, y que consideraban a la derecha como la sola expresión de las “clases dominantes”. Sin embargo, esa concepción ha cambiado y se ha hecho un esfuerzo sustantivo por aumentar el conocimiento académico de este complejo actor político y social.

Debe destacarse que la derecha posee una identidad y ocupa un espacio político  propio, con principios ideológicos que si bien cambian en el tiempo, son constantes: la defensa de la propiedad privada, el anticomunismo militante, la adscripción a un modelo ideológico que enfatiza los valores del individualismo y/o de los particulares, una desconfianza frente a la acción estatal, entre otros. A pesar de esto, en la actualidad la oposición radical izquierda –derecha no se ha manifestado como en el siglo XX, dado los movimientos sociales y políticos que han surgido en este último tiempo.

En torno a las derechas surgen una serie de corrientes nacionalistas, liberales, corporativistas, neoliberales, conservadoras, entre otras, que destacan la persistencia de una derecha que en muchos casos ha marcado el perfil de muchos países latinoamericanos.

El contexto histórico que propone este Dossier abarca la segunda mitad del siglo XX. No pretende establecer un marco temporal rígido, debido a que las experiencias nacionales son diversas: mientras unos países experimentan procesos de democratización que son interrumpidos por golpes y posteriores dictaduras militares, otros se definen como “repúblicas pretorianas” debido a la  influencia permanente de las Fuerzas Armadas, mientras otros aún no abandonan la matriz populista que predomina desde la década de los treinta.

Por ello, los “actores” de la derecha son variados y merecen un análisis en profundidad: partidos políticos, movimientos civiles, sectores de las Fuerzas Armadas, grupos de tecnócratas, gremios empresariales, en definitiva, se trata de hacer confluir todas las investigaciones en curso de manera de pretender tener una mirada global sobre la influencia de la derecha en el destino de los países latinoamericanos.

En ese sentido, el concepto de “derechas” tiene una utilidad metodológica importante, puesto que abre al análisis de una gama amplia de actores, sino que a objetos de estudio diversos: la derecha en el sistema político, los discursos culturales e ideológicos de la derecha,  la derecha en la elaboración de políticas públicas, la derecha en su acción empresarial, la derecha y sus estrategias electorales, entre otras dimensiones.

En ese sentido, los objetivos que busca este Dossier se definen de la siguiente manera:

  1. Profundizar el conocimiento de la derecha como objeto de estudio, en el marco de las sociedades latinoamericanas contemporáneas, en contextos de democracia y de autoritarismo.
  2. Integrar diferentes enfoques y/o matrices de análisis desde las ciencias sociales (ciencia política, sociología, historia y antropología), avanzando hacia una síntesis global.
  3. Establecer enfoques comparativos y miradas cruzadas entre diferentes países de la región, colocando el énfasis en el estudio de las “derechas”.

En conclusión, se convoca a todos los investigadores a colaborar en este número de ALHIM, participando así de un esfuerzo colectivo por aportar al conocimiento de este importante actor.

Idiomas utilizados: español, francés, inglés, portugués.

Un resumen de unas 500 palabras deberá ser enviado antes del 1 de junio de 2016

Contacto: Pablo Rubio Apiolaza: prubio_22@hotmail.com

Anexo al resumen se deberán mencionar sus datos profesionales y un breve CV (lista de sus publicaciones de los últimos cinco años).

Los artículos definitivos (30 000 signos lo máximo) serán transmitidos antes del 30 de septiembre de 2016.

Tras ser aceptada la propuesta, el artículo será sometido a la valoración de especialistas que determinarán el carácter científico del método y del contenido. En cuanto sea aceptado el artículo, el autor se compromete a ceder su exclusividad a la revista y a autorizar su publicación en línea. En caso de no respeto de las normas de publicación el artículo será renviado al autor para realizar los cambios obligatorios y necesarios. En caso de plagio, los autores serán considerados los únicos responsables. En cuanto a la integración de fotos o fotogramas, para acatar las leyes de autor, se requiere la autorización del derechohabiente.

NORMAS DE PUBLICACIÓNhttp://alhim.revues.org/2863

CALENDARIO:

1 de junio de 2016: recepción de propuestas.

15  de junio de 2016: aceptación de propuestas.

20 de agosto de 2016: recepción de artículos en extenso bajo los criterios editoriales señalados/Envío de dictámenes de los artículos a los autores para su corrección.

30 de septiembre de 2016: Recepción de artículos definitivos para dar cuerpo a la revista.

ALHIM Paris 8

Le groupe de recherche ALHIM se consacre à l’étude des différents thèmes d’intérêt pour l’Amérique Latine (migrations, identités, éducation, religion, politique, etc.) dans une proposition historiographique qui tient compte du binôme mémoire-histoire. Nos lignes de travail se centrent sur le concept d’historicité. En paraphrasant Marcel Gauchet, l’historicité manifeste la manière dont un individu ou une collectivité s’installe et se déploie dans le temps. À partir de cette proposition analytique, nous considérons le régime d’historicité comme un instrument pour interroger les diverses expériences du temps. En nous appuyant sur les travaux de François Hartog, nous pouvons définir les régimes d’historicité comme les modalités d’articulation des catégories du passé, du présent et du futur dans le cadre d’une société donnée. Un régime d’historicité est, donc, « un artefact idéaltypique que valide sa capacité heuristique. À un moment, un type d’expérience du temps, une forme de temporalité deviennent prépondérants et il est possible de les subsumer sous l’appellation de régime d’historicité ». (je pense qu’il faut bien définir le concept clé de notre démarche de recherche pour ensuite le présenter comme outil méthodologique) La notion de « régime d’historicité » est un outil qui permet d’appréhender le passé, le présent et le futur selon une subjectivité propre à chaque société, ce qui provoque des variations, des ruptures, des anachronismes dans la perception du temps. Ajoutons que le temps de l’histoire, lié au régime moderne d’historicité, s’est diffusé en même temps que l’idée de progrès. La notion de « régime d’historicité » permet donc de traduire des expériences du temps selon les acteurs ou les auteurs qui ont en charge de les exprimer, et que l’on peut distribuer selon deux axes épistémologiques :

La mémoire et la structuration d’un patrimoine lié à la mémoire prennent le pas sur « l’histoire mémoire » (P. Nora) : comment se structure ce passage dans le cadre latino-américain ? Cette question renvoie à la construction du récit national et la formation d’un patrimoine historique où les forces institutionnelles et en particulier l’Etat-Nation du XIXe et XXe siècle ont un rôle prédominant. Temps, mémoire, patrimoine, commémoration, identité sont des mots intimement liés au régime d’historicité de notre contemporain et constituent de véritables outils pour entamer notre dialogue scientifique avec le passé. Comme le dit Pierre Nora, l’histoire se confond avec la mémoire au moment où le récit d’une collectivité se réalise sans distance critique. Les travaux de Maurice Halbwachs et Paul Ricœur ont largement démontré que la mémoire collective obéit à des règles bien connues. Son rapport au passé est direct, affectif, puisqu’elle est d’abord souvenir d’événements vécus par soi-même, ses ancêtres, ou les personnes de son groupe. La mémoire est un réaménagement continu de la présence et de l’absence en transformant le passé en fonction du présent et tend, parfois, à le magnifier. Elle se définit par sa capacité de recours au symbolique et par son aptitude à créer des mythes comme une autre façon de décrire le réel. Un des traits fondamentaux de la mémoire collective est sa nécessaire inscription dans un paysage et un territoire. A l’époque contemporaine apparaissent des mémoires nationales structurées sur les événements fondateurs, organisés en récit cohérent qui légitime l’existence du groupe, c’est-à-dire, le « roman national ». Cette mémoire, initiée par l’État, s’appuie sur l’écrit et le travail des historiens, même si elle trouve des renforts auprès des arts visuels, comme la peinture ou la sculpture, ou encore dans les monuments ou l’urbanisme des capitales. Dans les dernières décennies une autre expression de la mémoire historique se développe, celle des traumatismes et des violences du XXe siècle, et spécialement la violence des dictatures militaires dans le cas de l’Amérique latine. A la différence des mémoires nationales, ces mémoires traumatiques s’appuient largement sur des témoignages oraux.

Une deuxième proposition de recherche se détache des idées exposées plus haut:

La construction d’un patrimoine culturel, géographique et social, ou encore d’une mémoire culturelle en Amérique latine en tenant compte de l’intervention de l’Etat-Nation – au niveau local – doit inclure le concept de tradition populaire. Le concept de tradition, pris au sens large (habitudes, croyances, rites, usages, etc.) vient conforter ce patrimoine. Cependant, dans une approche critique, il bouscule les relations entre les groupes sociaux en faisant intervenir d’autres voix, alternatives, émergentes comme celles des associations de femmes, des mouvements ethniques, d’organisations d’exilés, d’immigrants, etc. La construction d’un autre patrimoine se nourrit alors de l’histoire mais aussi de la mémoire, des pratiques et des représentations, pas seulement des cultures dominantes mais aussi des cultures subalternes.