Archives du mot-clé Amérique Latine

APPEL A CONTRIBUTION : Les Cahiers ALHIM n° 34 (deuxième semestre 2017)

Résultat de recherche d'images pour "alhim"
Appel à contribution

 Les Cahiers ALHIM (Amérique Latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8, Vincennes Saint-Denis, consacrent un de leurs prochains dossiers (numéro n°34 2017) à l’analyse des peurs collectives en Amérique latine.

  https://alhim.revues.org/5635

Les peurs collectives en Amérique latine

« Notre société est malade du risque », écrit D. Heiderich dans un article récent (2017). Cette affirmation peut caractériser non seulement l’Europe mais aussi l’Amérique latine.

Les risques et par conséquent les peurs ont de multiples origines: catastrophes naturelles (inondations, séismes, épidémies, réchauffement climatique) ou épisodes de violence et/ou d’exclusion sociale (guerres, terrorisme, dictatures, conflits inter-ethniques, inter-religieux, délinquance, répression politique, catastrophes nucléaires, exil, pauvreté, chômage, maltraitance, émigration économique, etc.). Ces menaces réelles sont démultipliées à l’échelle de la mondialisation.

Dans ce contexte, le sentiment de vulnérabilité des sociétés est renforcé par la dérégulation économique, dont le contrôle échappe au politique. La peur naît de cette confrontation entre la faiblesse politique locale et la capacité de nuisance du pouvoir global. Face à l’État-nation qui n’est plus protecteur, et face aux institutions collectives en perte de vitesse (syndicats, sécurité sociale), le repli sur soi ou le recours à des solutions individuelles, prennent le pas sur la solidarité sociale.

Par ailleurs, les peurs sociales trouvent certes leur source dans des faits réels mais aussi dans l’imaginaire, qui sécrète des peurs sans fondements, construites sur des risques hypothétiques. Dans ce sens, la peur est un  instrument politique, idéologique et donc de pouvoir. Les peurs imaginaires sont généralement  induites par des entités (partis politiques, intérêts financiers, ONG, institutions religieuses, médias) qui véhiculent des idéologies propres à certains crédos politiques. Comme l’affirme Bauman, le « capital-peur est susceptible de produire n’importe quel type de profit, commercial ou politique » (Bauman, 2007: 22).

Le mythe de la peur, construit depuis le pouvoir politique, le plus fréquent, est un instrument de domination sans pareil (Camus, 1948) : une société qui a peur est une société vulnérable, fragile, et donc soumise au pouvoir, politique, économique. Les mythes manipulés par des intérêts politiques, partisans, réactivent l’image d’ « ennemi national héréditaire » : l’étranger, le migrant, le délinquant, l’arabe, le juif, l’intellectuel, les groupes minoritaires, en définitif,  l’ « autre ».

Les institutions religieuses échafaudent, à leur tour, des mythes dotés d’un fort pouvoir d’aliénation. L’angoisse provoquée par la Fin du Monde ou l’Apocalypse peut entraîner des adhésions inconditionnelles (Jodelet, 2011: 245).

Convoquons ici les théories du complot et le rôle des réseaux sociaux, propres à développer ce nouveau genre appelé fake news (fausses informations, faits alternatifs)  à l’ère de la post-vérité et donc à créer un sentiment d’inquiétude, de doute, d’incertitude.

Les entités culturelles de masse (radio, TV, presse) contribuent aussi à la manipulation de la peur, en élaborant une culture de la peur. Soumis à des objectifs économiques, les médias  utilisent  l’instrument de la peur qui pervertit l’information en cherchant à privilégier la quête d’audience.

Quant aux acteurs culturels (cinéastes, peintres, photographes, écrivains, philosophes, sociologues…), selon leur ligne idéologique, ils contribuent également à alimenter ou à atténuer les peurs collectives.

Dans ce numéro nous proposons donc une réflexion sur les peurs collectives autour des axes suivants:

  • Circonstances socio-historiques propices à l’apparition et à la représentation des peurs collectives.
  • Origine réelle ou imaginaire des peurs collectives. Répercussions et conséquences.
  • Intervention du pouvoir politique, économique, religieux et des médias dans la création des peurs collectives.
  • Rôle des acteurs culturels dans la construction et la déconstruction des peurs collectives.
  • Théories du complot et rôle des réseaux sociaux.

Bibliographie:

Langues utilisées : anglais, espagnol, français, portugais.

Un résumé de 500 mots environ devra nous être adressé avant le  30 juin  2017.

Merci de mentionner vos coordonnées professionnelles et de joindre un CV succinct (liste de vos publications des 5 dernières années).

Contacts : Nathalie LUDEC (Université Rennes 2) nathalie.ludec@univ-rennes2.fr, Perla PETRICH  (Université de Paris 8)  arpegio@laposte.net

Les articles définitifs (30 000 signes au maximum) seront à remettre avant le 1er octobre 2017.

Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit s’accompagner de la demande d’autorisation à l’ayant droit.

NORMES DE PUBLICATION : http://alhim.revues.org/2861

CALENDRIER : 

  • 30 juin 2017: réception de propositions
  • 5 juillet 2017 : acceptation de propositions
  • 1 octobre 2017: réception des articles selon les normes de publication transmises / évaluation et correction des articles
  • 10 novembre  2017 : réception définitive des articles

___________________________________________________________________________

Convocatoria

Los Cahiers ALHIM (Amérique Latine Histoire et Mémoire) de la Universidad París 8 (Vincennes-Saint Denis) dedican uno de sus próximos números (2017 segundo semestre, n°34) a :

Los miedos colectivos en América Latina

« Nuestra sociedad está enferma de riesgo » asegura Heiderich en un artículo reciente (2007). Esa afirmación puede aplicarse no sólo a Europa, sino también a América latina y al mundo occidental.

Los miedos suelen justificarse por vivencias de catástrofes naturales (inundaciones, terremotos, sunami, epidemias, calentamiento climático) o de episodios de violencia y/o exclusión social (guerra, terrorismo, dictaduras, conflictos inter-étnicos, inter-religiosos, delincuencia, represión política, desastres nucleares, exilio, desocupación, pobreza, maltrato, reducción de salarios, despidos, emigración económica, etc.). Esas amenazas reales son multiplicadas a la escala de la mundialización.

Otro factor de miedo es el provocado por la conciencia de fragilidad de la sociedad debido a la ausencia de regulación económica por parte del poder político. El miedo nace de la confrontación entre la debilidad de la política local y la fuerza destructora del poder global. El Estado-Nación ha dejado de ser protector y las instituciones colectivas han perdido influencia (sindicatos, seguridad social….). Frente a esta situación la respuesta es el repliegue sobre sí mismo, la búsqueda de soluciones individuales y, en consecuencia, la ruptura de la solidaridad social.

Hay que tener en cuenta que los miedos sociales no están solamente ligados a hechos reales y constatables, sino también al imaginario, creador de temores basados en suposiciones de riesgos futuros. El miedo es un instrumento de poder. Los miedos imaginarios son generalmente inducidos por entidades que instauran y vehiculan ideologías (partidos políticos, intereses financieros, ONG, institucions religiosos, medios de información…).

Los mitos del miedo organizados desde el poder político son los más frecuentes ya que mantener a los hombres bajo el miedo es una forma absoluta de dominación ( Camus, 1948). Un pueblo con miedo es un pueblo fácilmente dominable. Los mitos manipulados por intereses políticos reavivan la imagen de « enemigos nacionales hereditarios »: el extranjero, el inmigrante, el delincuente, el árabe, el indígena, el intelectual, la masonería, los judíos y todos los grupos minoritarios, en definitiva, « el otro ».

Otros mitos de gran poder son los construidos y administrados por las instituciones religiosas. La angustia que provoca la posibilidad del Fin del Mundo o del Apocalipsis puede inducir a adhesiones incondicionales.

También en este caso hay que tener en cuenta las teorías del complot y el papel que juegan las redes sociales. Ambos tienden a desarrollar un nuevo género reconocido como fake news (informaciones falsas,  « acontecimientos alternativos ») y a crear así otras inquietudes, dudas e incertidumbres.

Las entidades culturales de información masiva (radio, televisión, prensa…) con sus propios mecanismos contribuyen también a la manipulación del miedo. En muchos casos no se trata de informar al público sino de « formarlo » para que sea capaz de almacenar el máximo de información y se convierta en un adicto « consumidor » del miedo.

Por su parte los actores culturales (cineastas, pintores, fotógrafos, escritores, filósofos, sociólogos….), según su línea ideológica, sus intereses económicos o sus ambiciones de poder y éxito, contribuyen a alimentar o bien a contrarrestar el miedo colectivo.

En el marco de este número los artículos deberán responder a a los ejes siguientes:

  • Circunstancias socio-históricas propicias para la aparición de representaciones del miedo colectivo.
  • Origen real o imaginario de los miedos colectivos. Repercusión y consecuencias.
  • Intervención del poder político, económico, religioso y de las entidades de información en la creación de los miedos colectivos.
  • Participación de los medios culturales en el mantenimiento –o desmantelamiento- de los miedos colectivos.
  • Teorías del complot y papel de las redes sociales.

Bibliographie:

Idiomas utilizados: inglés, español, francés, portugués.

Un resumen de 500 palabras tiene que ser enviado antes del 30 de junio del 2017.

Gracias por mencionar sus datos profesionales (Institución, Laboratorio, dirección…) e incluir un corto currículo (lista de publicaciones en los últimos 5 años).

Contactos: Nathalie LUDEC (Université Rennes 2) nathalie.ludec@univ-rennes2.fr, Perla PETRICH  (Université de Paris 8):  arpegio@laposte.fr

Los artículos definitivos no deben sobrepasar los 30 000 signos y tienen que ser enviados antes del 1 de octubre del 2017.

Una vez aceptada la propuesta, el artículo será evaluado por el comité de lectura que decidirá de su publicación, sin tener que justificar su decisión. En el caso de no respetar las normas de publicación, el artículo será reenviado al autor para modificación. Los autores declaran reservar a los Cahiers ALHIM la exclusividad de su artículo y autorizan su publicación en línea. En caso de plagio, los autores serán considerados únicos responsables. En el marco del respeto a los derechos de autores, la integración de fotografías o fotogramas debe acompañarse de una autorización.

NORMAS DE PUBLICACIÓN: https://alhim.revues.org/2863

CALENDARIO:

  • Junio 30, 2017: recepción de propuestas
  • Julio 5, 2017:
  • Octubre 1, 2017: recepción de artículos en extenso bajo los criterios editoriales señalados/ envío de dictámenes de los artículos a los autores para su corrección.
  • Noviembre 10,  2017: recepción de artículos definitivos para dar cuerpo a la revista.

Les Cahiers Alhim (Amérique latine Histoire et Mémoire) n° 30

1re de couverture du numéro 30

Les Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8,  viennent de publier :

«  La représentation des violences de l’Histoire dans les arts visuels latino-américains (1968-2014) », n°30, 2015, sous la direction de Michèle Arrué (Université de Paris 8) https://alhim.revues.org/5285

Présentation:

Le numéro 30 des Cahiers ALHIM porte sur la représentation des violences de l’Histoire dans les arts visuels latino-américains de la fin des années soixante à nos jours, des violences (répression, torture, disparition…) commises par les États et les groupes armés.

Si les analyses de ce volume concernent cinq pays : Colombie (E. Sinardet), Chili (I. Depetris, M. Urzúa, M. Campos, M. Serrato), Uruguay (B. Tadeo), Argentine (C. Palacios, F. Larralde, D. Jarak, M. F. Luchetti) et Mexique (N. Carton), et des supports variés tels que photos, installations, performances, documentaires, art vidéo, bandes dessinées et peinture, elles ne se fixent pas de donner des réponses exhaustives. Chaque article analyse de l’intérieur de son corpus des questions telles que : Comment réfléchir la possible ou l’impossible représentation de l’horreur ? Ces représentations supposent-elles une esthétique particulière ? Quels rôles ces œuvres sont-elles amenées à jouer ? Quelle place est conférée au récepteur ?

Pour les artistes sur lesquels portent ces analyses (hormis les articles de M. F. Luchetti et de N. Carton), travailler à la représentation de la violence, c’est travailler à dénoncer les crimes perpétrés tout  autant que lutter contre l’oubli de ces crimes, mais c’est également réfléchir à un langage spécifique et novateur permettant de rendre compte d’une réalité extrême.

***

La publicación de Los  Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et mémoire)

 «  La représentation des violences de l’Histoire dans les arts visuels latino-américains (1968-2014) », n° 30, 2015, sous la direction de Michèle Arrué (Université de Paris 8) https://alhim.revues.org/5285

Presentación:

El número 30 de los Cahiers Alhim versa sobre la  representación de las violencias (represión, tortura, desaparición… ) cometidas por los Estados o grupos armados en América Latina, en particular en Colombia (E. Sinardet), Chile (I. Depetris, M. Urzúa, M. Campos, M. Serrato), Uruguay (B. Tadeo), Argentina (C. Palacios, F. Larralde, D. Jarak, M. F. Luchetti) y México (N. Carton). Los once  artículos proponen análisis de las artes visuales que abarcan imágenes fílmicas (documentales, ficciones, videoarte), fotografías, esculturas, obras pictóricas, instalaciones, performancias.

Analizar aquellas obras significa, a la vez, plantearse las siguientes preguntas: ¿Cómo pensar la posible o imposible representación del horror? ¿Suponen aquellas representaciones una estética particular?, ¿Qué papel pueden desempeñar aquellas obras de arte?

___________________________________________________________________________

Nous vous informons de la parution de la version imprimée du numéro 25 « De l’âtre à l’autel : Nourritures rituelles amérindiennes (Mexique, Guatemala) » sous la direction de Aline Hémond (Université Paris 8,CNRS LAVUE-AUS) y Leopoldo Trejo Barrientos (Museo Nacional de Antropología-Instituto Nacional de Antropología e Historia, México): http://www.i6doc.com/fr/livre/?GCOI=28001100549010

Appel à communications « Intellectuels et Médias dans les Espaces Hispanophones et Lusophones »

Afficher l'image d'origine

 Afficher l'image d'origine

APPEL A COMMUNICATIONS

COLLOQUE INTERNATIONAL

Intellectuels et Médias dans les Espaces Hispanophones et Lusophones (XIXe-XXIe siècles)

Hommage à Marie-Claude Chaput
vendredi 30 septembre – samedi 1er octobre 2016
Université Rennes 2- PILAR-ERIMIT- Rennes Métropole

APPEL Colloque mcchaput 2016 Rennes 2 docx

 Comité d’organisation :

  • Nadia Ait Bachir (Maître de conférences, Université de Caen, PILAR)
  • Françoise Dubosquet (Professeure des universités, Rennes 2, directrice de l’ERIMIT, PILAR)
  • Nathalie Ludec (Professeure des universités, Rennes 2, ERIMIT, présidente de PILAR)
  • Bodosahondra Randrianarijoana (Consultante, PILAR)
  • Víctor Rodríguez Infiesta (Enseignant-chercheur, Université d’Oviedo, PILAR)
  • Aránzazu Sarría Buil (Maître de conférences, Université de Bordeaux Montaigne, PILAR)

Comité scientifique :

  • Jean-François Botrel (Professeur Emérite, Rennes 2, PILAR)
  • Chrystelle Fortineau (Professeure des universités, Rennes 2, directrice de l’ERIMIT)
  • Celia Palacio Montiel ( Professeure de l’Université de Veracruz, directrice du Centro de Estudios de la Cultura y la Comunicación)
  • Antonio Platero Laguna (Professeur de l’Université de Cuenca, président de la Asociación de los Historiadores de la Comunicación)
  • Adriana Pineda Soto (Universidad Michoacana de San Nicolás de Hidalgo, présidente de la Red de Historiadores de la Prensa)
  • Cristina Ponte (Professeure de l’Université nouvelle de Lisbonne, directrice du Centro de Investigação Media e Jornalismo de Lisboa)
  • Juan Antonio García Galindo García (Professeur de l’Université de Málaga, Directeur de la Faculté des Sciences de la Communication, membre de l’AHC, vice-président de Pilar)
  • Pierre Paul Grégorio (Professeur de l’Université de Bourgogne, vice-président de PILAR)

Présentation

Ce colloque en hommage à Marie-Claude Chaput, ex présidente de l’association Pilar (Presse Imprimé Lecture dans l’Aire romane) et ancienne enseignante-chercheure de Rennes 2, a pour objet la place et le rôle des intellectuels dans les médias dans les espaces hispanophones et lusophones, dans une approche pluridisciplinaire: historique, politique, économique, culturelle et linguistique.

Les intellectuels, acteurs et témoins de leur temps, constituent une élite présente dans les médias non seulement dans l’espace consacré des suppléments culturels mais aussi dans la presse d’information générale et aujourd’hui dans les nouveaux médias de l’ère digitale (blogs et réseaux sociaux).

Les médias sont, par excellence, un lieu d’expression privilégié pour les intellectuels : d’abord lieu de l’écrit, ils sont un espace propre à l’écriture, celui de l’écrivain, du chroniqueur. Pensons au rôle de gardien de la langue à travers la figure de Fernando Lázaro Carreter, auteur de la chronique intitulée « El dardo de la palabra », publiée dans le quotidien espagnol El País. Donnons d’ores et déjà une place au « e muet » du féminin intellectuelles1.

Si l’on se tient à cette définition, les intellectuels sont: « des citadins qui voyagent et qui sont présents dans les médias ; ils sont donc en mesure de formuler des idéologies et de donner à la population une image nationale2. »

Dans le contexte des luttes pour l’indépendance en Amérique latine, au XIXe siècle, l’intellectuel se glisse dans la figure du penseur politique, pour proposer un nouveau projet de société national. Au XXe siècle, les « transitions » sont aussi un marqueur commun aux espaces hispanophones et lusophones et méritent une attention particulière de la part des intellectuels.

C’est bien l’une des vocations premières de la presse que de divulguer un nouveau courant de pensée ou d’opinion, d’en percevoir les balbutiements, de prendre le pouls de la société en donnant la parole aux intellectuels, d’écrire « le premier brouillon de l’histoire », comme le déclarait Philip Graham, l’un des anciens éditeurs du Washington Post3. Convertis en journalistes, les intellectuels explorent, observent et décrivent l’histoire en train de se faire, une histoire immédiate4 : « Nous entendons donc par histoire immédiate, l’ensemble de la partie terminale de l’histoire contemporaine, englobant aussi bien celle dite du temps présent que celle des trente dernières années ; une histoire, qui a pour caractéristique principale d’avoir été vécue par l’historien ou ses principaux témoins5. »

C’est ainsi que sont relayés, expliqués et interprétés les mouvements sociaux. Dans les années 60 et 70, par exemple, la presse écrite mexicaine s’ouvre à de nouveaux débats autour de la situation des femmes en accordant dans ses colonnes une place aux intellectuelles, à la fois témoins et actrices de leur époque. À l’écoute de la société, de son histoire, elle remplit sa fonction en rendant visibles les femmes, leurs préoccupations, leur militantisme, à une époque porteuse de changements dans la relation entre les sexes et participe pleinement à l’écriture d’une page de l’histoire des femmes.

L’intellectuel dérange : il est ce dard qui fend et pourfend les préjugés, les stéréotypes. Il participe à la construction des représentations collectives, culturelles, sociales, politiques et économiques. Nous tâcherons de battre en brèche cette définition de l’intellectuel que donne G. Bernanos : « (…) L’intellectuel est si souvent un imbécile que nous devrions toujours le tenir pour tel, jusqu’à ce qu’il nous ait prouvé le contraire. (…)6

Ces premiers éléments de réflexion prendront forme autour des propositions suivantes :

  1. L’intellectuel, acteur et témoin de l’histoire
  2. L’intellectuel face à l’événement
  3. Les intellectuels et la construction de nouvelles représentations et identités
  4. Les intellectuels dans la sphère économique
  5. Intellectuels engagés et engagement intellectuel
  6. Intellectuels et cultures populaires
  7. Entre l’écrit et le virtuel : les traces des intellectuels

Se pencher sur la place des intellectuels, c’est rendre compte de leur rôle de médiateurs, de créateurs d’opinion, selon des thématiques qui font écho aux préoccupations de Marie-Claude Chaput, pour l’Histoire du temps présent, et en particulier pour la presse espagnole et française, qui croisent une approche politique, économique et de genre, du XIXe au XXIe siècles.

Pour s’inscrire, consulter le page : http://mcchaput2016.sciencesconf.org/

Contact : mcchaput2016@sciencesconf.org

NOTES

1 Nicole RACINE, Michel TREBITSCH, Intellectuelles Du genre en histoire des intellectuelles, Bruxelles, Coll. « Histoire du temps présent », Ed. Complexe, 2004.

2 CABRERA LOPEZ, Patricia, Una inquietud de amanecer. Literatura y política en México, 1962-1987, Collaborateur José Agustín, UNAM, Centro de Investigaciones Interdisciplinarias en Ciencias y Humanidades, Plaza y Valdés, 2006, p.45

3 BROOKS, David, « Listo en Washington, el museo del periodismo », La Jornada, 9 de abril 2008; <http://www.jornada.unam.mx/2008/04/09/index.php section=mundo&article=044n1mun>

4 KAPUŚCIŃSKI, Ryszard, Los cínicos no sirven para este oficio : sobre el buen periodismo, Barcelona, Anagrama,2002.

5 SOULET, Jean-François, L’histoire immédiate, PUF, Collection Que-Sais-Je ?, N° 2841, 1994, p.4.

6 BERNANOS Georges, La France contre les robots, R. Laffont, 1947 ; Éditions Le Castor Astral, 2009.

Appel à contribution Journée d’études « Une lecture globale de l’événement local »

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

APPEL A CONTRIBUTION
JOURNEE d’ETUDES
UNE LECTUE GLOBALE DE L’EVENEMENT LOCAL
Jeudi 7 avril 2016 (salle E 224)

Présentation

Cette deuxième journée d’études prolonge notre réflexion sur « L’après-coup de l’événement» (journée d’études du 26 novembre 2015), analysé selon une trajectoire nationale, collective ou individuelle, à son tour formulée par une repolitisation de lieux (Luc Capdevila, « La patrimonialisation des ex centres clandestins de détention en Argentine et au Chili »), de personnages (Véronique Hébrard, « La Faction de la Sierra (Venezuela, 1858-1859) Un événement singulier entre mémoire et oubli ») ou par une transformation des faits en objet culturel (la chronique, la fiction), que sont les catastrophes naturelles (Sylvie Koller, «Chroniques de l’imprévisible prévisible. Comment raconter les catastrophes naturelles »), ou les faits divers (Cécile Marchand, « Sucesos y reescritura en la narrativa de Carlos Droguett »).

Nous continuons à suivre l’itinéraire de l’événement, cette fois en passant de l’échelle locale à l’échelle globale. Comment envisager une lecture globale de l’événement local ? Ceci à partir des acteurs, des spectateurs – témoins, lecteurs- et d’une troisième instance qui peut être l’historien, l’intellectuel, le politique, l’économiste. Dans cette mutation, interviennent également les scènes publiques internationales et les acteurs transnationaux. Comment un événement local peut-il être un levier pour redéfinir ou repenser des relations internationales, sur le plan culturel, politique, diplomatique, économique ?

Les études proposées s’inscriront dans l’aire ibérique et ibéro-américaine.

Organisation

Toute proposition, accompagnée d’un résumé, devra être adressée avant le 8 mars.

Contact :

Nathalie Ludec : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Rodolphe Robin : rodolphe.robin@univ-rennes2.fr

Xavier Tabet, Enrique Fernández Domingo (sous la direction), « Littérature, nation et identité en Europe et en Amérique (XIXe/XXe siècles) », Paris, L’Harmattan, 2013

 

Xavier Tabet, Enrique Fernández Domingo (sous la direction), Littérature, nation et identité en Europe et en Amérique (XIXe/XXe siècles), Paris, L’Harmattan, 2013

Ce recueil s’articule autour des rapport entre littérature, construction politique de la Nation et identité nationale en Europe et en Amérique latine. Les auteurs s’interrogent sur l’existence de caractères nationaux des littératures et cultures européennes et américaines. Ils présentent ainsi un ensemble de conceptions et de paradigmes forgés au cours du XIXe siècle que le nationalisme s’appropriera par la suite.

ALHIM Paris 8

Le groupe de recherche ALHIM se consacre à l’étude des différents thèmes d’intérêt pour l’Amérique Latine (migrations, identités, éducation, religion, politique, etc.) dans une proposition historiographique qui tient compte du binôme mémoire-histoire. Nos lignes de travail se centrent sur le concept d’historicité. En paraphrasant Marcel Gauchet, l’historicité manifeste la manière dont un individu ou une collectivité s’installe et se déploie dans le temps. À partir de cette proposition analytique, nous considérons le régime d’historicité comme un instrument pour interroger les diverses expériences du temps. En nous appuyant sur les travaux de François Hartog, nous pouvons définir les régimes d’historicité comme les modalités d’articulation des catégories du passé, du présent et du futur dans le cadre d’une société donnée. Un régime d’historicité est, donc, « un artefact idéaltypique que valide sa capacité heuristique. À un moment, un type d’expérience du temps, une forme de temporalité deviennent prépondérants et il est possible de les subsumer sous l’appellation de régime d’historicité ». (je pense qu’il faut bien définir le concept clé de notre démarche de recherche pour ensuite le présenter comme outil méthodologique) La notion de « régime d’historicité » est un outil qui permet d’appréhender le passé, le présent et le futur selon une subjectivité propre à chaque société, ce qui provoque des variations, des ruptures, des anachronismes dans la perception du temps. Ajoutons que le temps de l’histoire, lié au régime moderne d’historicité, s’est diffusé en même temps que l’idée de progrès. La notion de « régime d’historicité » permet donc de traduire des expériences du temps selon les acteurs ou les auteurs qui ont en charge de les exprimer, et que l’on peut distribuer selon deux axes épistémologiques :

La mémoire et la structuration d’un patrimoine lié à la mémoire prennent le pas sur « l’histoire mémoire » (P. Nora) : comment se structure ce passage dans le cadre latino-américain ? Cette question renvoie à la construction du récit national et la formation d’un patrimoine historique où les forces institutionnelles et en particulier l’Etat-Nation du XIXe et XXe siècle ont un rôle prédominant. Temps, mémoire, patrimoine, commémoration, identité sont des mots intimement liés au régime d’historicité de notre contemporain et constituent de véritables outils pour entamer notre dialogue scientifique avec le passé. Comme le dit Pierre Nora, l’histoire se confond avec la mémoire au moment où le récit d’une collectivité se réalise sans distance critique. Les travaux de Maurice Halbwachs et Paul Ricœur ont largement démontré que la mémoire collective obéit à des règles bien connues. Son rapport au passé est direct, affectif, puisqu’elle est d’abord souvenir d’événements vécus par soi-même, ses ancêtres, ou les personnes de son groupe. La mémoire est un réaménagement continu de la présence et de l’absence en transformant le passé en fonction du présent et tend, parfois, à le magnifier. Elle se définit par sa capacité de recours au symbolique et par son aptitude à créer des mythes comme une autre façon de décrire le réel. Un des traits fondamentaux de la mémoire collective est sa nécessaire inscription dans un paysage et un territoire. A l’époque contemporaine apparaissent des mémoires nationales structurées sur les événements fondateurs, organisés en récit cohérent qui légitime l’existence du groupe, c’est-à-dire, le « roman national ». Cette mémoire, initiée par l’État, s’appuie sur l’écrit et le travail des historiens, même si elle trouve des renforts auprès des arts visuels, comme la peinture ou la sculpture, ou encore dans les monuments ou l’urbanisme des capitales. Dans les dernières décennies une autre expression de la mémoire historique se développe, celle des traumatismes et des violences du XXe siècle, et spécialement la violence des dictatures militaires dans le cas de l’Amérique latine. A la différence des mémoires nationales, ces mémoires traumatiques s’appuient largement sur des témoignages oraux.

Une deuxième proposition de recherche se détache des idées exposées plus haut:

La construction d’un patrimoine culturel, géographique et social, ou encore d’une mémoire culturelle en Amérique latine en tenant compte de l’intervention de l’Etat-Nation – au niveau local – doit inclure le concept de tradition populaire. Le concept de tradition, pris au sens large (habitudes, croyances, rites, usages, etc.) vient conforter ce patrimoine. Cependant, dans une approche critique, il bouscule les relations entre les groupes sociaux en faisant intervenir d’autres voix, alternatives, émergentes comme celles des associations de femmes, des mouvements ethniques, d’organisations d’exilés, d’immigrants, etc. La construction d’un autre patrimoine se nourrit alors de l’histoire mais aussi de la mémoire, des pratiques et des représentations, pas seulement des cultures dominantes mais aussi des cultures subalternes.