Archives du mot-clé Argentine

Colloque International « Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente », 2-4 mars 2017

Affiche Colloque le fleuve et la ville

Programme Colloque le fleuve et la ville janv 2017

Jeudi 2, Vendredi 3 et Samedi 4 mars 2017

Colloque international organisé avec l’Université de Paris Est-Créteil et la Universidad Nacional de Entre Ríos 

Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente 

Lieu: Casa de Argentina (Cité Universitaire Internationale de Paris), Université Paris 8 (salle D 143) et UPEC Créteil (salle Erasme i3-218, Campus Centre)

Laboratoires de Recherche
LER / ALHIM / LIRICO Université Paris 8
CREER / IMAGER, Université de Paris Est-Créteil
EDUNER / Universidad Nacional de Entre Ríos
Comité organisateur
Sergio Delgado (MCF, CREER/IMAGER, Université Paris Est-Créteil)
Laura Gentilezza (ATER, Doctorante, CREER/IMAGER Université Paris Est-Créteil)
Anne Garcia (ATER, Doctorante, CREER/IMAGER Université Paris Est-Créteil)
Enrique Fernández Domingo (PR, LER/ALHIM, Université Paris 8)
Júpiter Ossaba (Lecteur, Doctorant, LER/ALHIM Université Paris 8)
Jessica Torres Quiroga (Doctorante, LER/ALHIM Université Paris 8)
Alexis Chausovsky (Enseignant, Doctorant, Universidad de Entre Ríos, Argentine)
PROGRAMME
Jeudi 2 mars 2016
(Maison de l’Argentine, Cité internationale universitaire internationale)
17h00 Accueil des participants
17h30 Ouverture du colloque par Annick Allaigre, présidente de l’Université Paris 8, Julio Premat, directeur de l’équipe d’accueil LER, Université Paris 8, Olivier Montagne, Président de l’Université Paris Est-Créteil, Graciela Villanueva, directrice de l’équipe d’accueil IMAGER, Université Paris-Est Créteil et Guillermo Mondejar, coordinateur EDUNER, Universidad Nacional de Entre Ríos.
18h00  Conférence inaugurale
– Sylvia Molloy (New York University): « “Añoro patria”: composición de ciudad y río en Jorge Luis Borges y Xul Solar »
19h00 Présentation Dossier « Le fleuve et la ville » (Cuadernos LIRICO, work in progress)
Responsable : Laura Gentilezza
Projection vidéo Cuadernos del Tigre. Teatro de recortes + Perfomance sonora, de Daniel Samoilovich et Eduardo Stupía (en présence d’Eduardo Stupía)
Lecture de Luisa Futoransky, Miguel Ángel Petrecca et Enrique Fernández Domingo.
20h00 Cocktail-Buffet
Vendredi 3 mars 2016
(Université Paris 8, Salle D 143)
9h00 Accueil des participants
9h30 Atelier 1 : La ville, le fleuve et leur contexte spatial
Modérateur : Júpiter Ossaba (Université Paris 8)
– Olivier Archambeau (Université Paris 8): « Saint-Georges de l’Oyapoque ou l’impossible frontière »
– Nicolas Escach (Sciences Po Rennes, Campus de Caen): « Le fleuve : ressource patrimoniale ou vecteur de développement des villes baltiques ? »
– André Filler (Université Paris 8): « Homme, fleuve, ville, Empire : le Cavalier d’airain de Pouchkine »
11h00 Pause café
11h30 Table ronde : Différents regards sur la ville et le fleuve
Commentateur : Adrián Gorelik (Universidad Nacional de Quilmes, CONICET)
– Perla Petrich (Université Paris 8): « Realidades imaginarias del río Usumacinta. Tabasco, México »
– María Mercedes Di Virgilio (Universidad de Buenos Aires/CONICET): « Buenos Aires y la ribera: continuidades y cambios de una relación esquiva »
– Alejandro Román Antequera (Université de Bourgogne): « Les fleuves et la baie de Cadix »
13h00 Repas
14h30 Atelier 2 : Le fleuve, la ville et l’écriture
Modérateur : Sergio Delgado (Université Paris Est-Créteil)
– Leonardo Senkman (The Hebrew University of Jerusalem): « Los humedales fluviales olvidados en ficciones sobre la costa de Saer y Wernicke »
– Claudia Rosa (Universidad Nacional de Entre Ríos/Universidad Nacional del Nordeste): «Alfredo Veiravé y sus paisajes laterales »
– Adriana Amante (Universidad de Buenos Aires): « Vistas y luces en el Río de la Plata durante el Sitio de Montevideo »
16h00 Pause café
16h30 Atelier 3 : Le fleuve, la ville et l’écriture (II)
Modérateur : Jessica Torres Quiroga (Université Paris 8)
– Anne García (Université Paris Est-Créteil): «  Del lago al desagüe: los ríos invisibles de la ciudad de México en Hombre al agua (2004) de Fabrizio Mejía Madrid »
– Ricardo Torre (Université Paris Est-Créteil): « El río y la ciudad en la obra de Marcelo Cohen »
– Nora Catelli (Universidad de Barcelona): « Los cuerpos de la guerra en el Paraná »
18h00 Présentation du livre El horizonte fluvial (collection « El país del sauce », Editorial de la Universidad Nacional de Entre Ríos, Paraná, 2016), Actes du colloque international organisé à Paraná, Argentine, en septembre 2015. Avec le soutien de l’Université Paris Est-Créteil
En présence des éditeurs : Alexis Chausovsky, Sergio Delgado et Guillermo Mondejar et des auteurs : Edgardo Dobry, Enrique Fernández Domingo, Claudia Rosa, Graciela Silvestri et Graciela Villanueva.
Samedi 4 mars 2016
(Université Paris Est-Créteil, Campus Centre, salle Erasme, i3-218)
9h00  Accueil des participants
9h30  Atelier 4 : Le fleuve retrouvé
Modérateur : Anne García (Université Paris-Est Créteil)
– Laura Gentilezza (Université Paris-Est Créteil): « El río en el trabajo de Hernán Ronsino: imágenes y afluentes »
– Edgardo Dobry (Universidad de Barcelona): « Los poetas no saben nada del río, salvo que es un ‘dios pardo' » »
10h30 Pause café
11h00 Atelier 5 : Le fleuve remémoré
Modérateur : Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8)
– Myrna Insúa (Université de Paris-Est-Créteil): « Pablo, entre la tierra y el río. Buenos Aires, el Rio de la Plata y la memoria de la desaparición »
– Alexis Chausovsky (Universidad Nacional de Entre Ríos): « El río y los juegos acuáticos como espactáculo de masas »
– Graciela Silvestri (Universidad de Buenos Aires, CONICET): « Empatía y distancia: formas de comprender el espacio fluvial »
12h30 Clôture du colloque : Bilan et perspectives
13h00 Repas de clôture

Concert « Le chant de la liberté : Argentine 1816-2016, bicentenaire de l’indépendance »

Concert

Afficher l'image d'origineCarlos Morel, Payada en una pulpería (1840)

Le chant de la liberté : Argentine 1816-2016, bicentenaire de l’indépendance

19 mars 2016

19h00

Maison de la Musique – Salle de Spectacles

8 rue des Anciennes Mairies

92000 NANTERRE

http://www.nanterre.fr/evenement/2863/69-agenda.htm

Concert autour du bicentenaire de l’indépendance de l’Argentine dans le cadre du festival  La Terre est à nous

1816 : l’Argentine se libère du joug espagnol. Un parcours musical de chants de lutte, d’amour et d’espoir, issus du répertoire argentin et latino-américain, est présenté ici par Carlos Molinaro, professeur au Conservatoire, l’Ensemble Hueya, formé par Magdalena Ivanissevich, Natalia Molinaro, Cyril Torrens et leurs invités.

Proposé par le Conservatoire de musique et de danse de Nanterre

Contact : Natalia MOLINARO natalia.molinaro@laposte.net

ENTREE LIBRE

 

 

 

Présentation du livre de Nadia Tahir, « Argentine. Mémoires de la dictature », Rennes, PUR, 2015

 

Séminaire ALHIM

Présentation du livre de Nadia Tahir, Argentine. Mémoires de la dictature, PUR, Rennes, 2015

Afficher l'image d'origine

Jeudi 3 mars 2016

19h00-20h30

Maison de l’Argentine

Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Affiche présentation livre Nadia Tahir

Nadia Tahir travaille sur les processus de constructions mémorielles autour du passé de la dictature argentine de 1976-1983. Elle a publié plusieurs articles dans des revues scientifiques et des ouvrages collectifs. Elle est actuellement maître de conférences à l’Université de Caen Basse-Normandie et membre de l’équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés (ERLIS-EA 4254). Elle collabore avec des équipes de recherche en France, Espagne et Argentine. Elle a enseigné dans les universités de Paris 7 Denis Diderot et Paris-Sorbonne. Cet ouvrage est issu de son travail de doctorat à l’université Paris-Sorbonne sous la direction du professeur Miguel Rodriguez.

Argentine. Mémoires de la dictature retrace les parcours de sept associations de victimes de la dernière dictature militaire en Argentine (1976-1983), depuis leur naissance jusqu’en 2007. Nadia Tahir analyse comment ces associations, qui sont de véritables acteurs politiques, contribuent à la construction d’une mémoire collective sur « ce passé qui ne passe pas ». L’auteur montre également que leurs discours et actions ont été conditionnés par des politiques de gestion du passé dictatorial établies par les gouvernements successifs. http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3752

Séance 3 3 2016 (4)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Natalia Molinaro (Université Paris 8) : Je voudrais remercier Nadia Tahir de nous avoir sollicités pour la présentation de son livre, intitulé Argentine. Mémoires de la dictature, publié l’an dernier aux éditions des Presses Universitaires de Rennes. D’un point de vue plus personnel, je veux aussi la remercier pour la publication de ce livre, fruit du long travail de recherche entamé pour sa Thèse de Doctorat, dirigée par Míguel Rodríguez (Université Paris-Sorbonne). Cet ouvrage est venu nourrir ma réflexion et m’a apporté un éclairage sur des aspects concernant mon propre domaine de recherche.  Il m’a permis, aussi, de mieux comprendre un contexte historique qui a marqué, de façon directe ou indirecte, la vie de nombreux Argentins, parfois de façon décisive.

Je voudrais donc la remercier de mettre à disposition du public francophone un tel matériel, car il offre des clés pour mieux comprendre la société argentine actuelle, ses contradictions, les enjeux du passé qui surgissent dans le présent. Cette publication vient combler un vide et ce, des deux côtés de l’Atlantique. En France, peu de publications offrent un tel panorama historique à la fois pertinent et synthétique de l’histoire argentine récente. Les enjeux de la période 1973-1976, particulièrement complexe, sont abordés de façon claire, précise, et toujours, avec un souci d’objectivité qui va de pair avec la démarche scientifique.

En ce sens, Nadia Tahir aborde des problématiques peu soulevées par les publications françaises, et contribue à une meilleure compréhension de la période 1973-1983 par le public francophone, notamment concernant sur le poids historique des forces armées dans le jeu politique argentin, le projet militaire pour la société et les cadres mentaux de l’époque. Elle revient sur des notions comme « Proceso de Reorganización Nacional », par exemple, expression utilisée par la Junte pour désigner et légitimer son gouvernement, et révélatrice de son idéologie et sa finalité. Elle prend également le temps de s’arrêter pour analyser ses catégories discursives, comme la figure du « subversif », ou encore des phrases emblématiques comme le fameux « por algo será », qui auront un impact décisif dans la construction de la figure du « desaparecido » par les associations. Elle revient sur des notions méconnues du public français, comme celle de « Terrorisme d’Etat », et sur les méthodes de répression de la Junte, tristement célèbres : disparitions, tortures, enlèvements d’enfants. Elle prend également le temps d’évoquer la « théorie des deux démons », et sans pour autant s’y attarder, cherche à comprendre son impact.

Ainsi, tout au long de la première partie, Nadia Tahir nous montre dans quel contexte émerge ce qu’elle a choisi d’appeler des « associations de victimes », les plus visibles au niveau international étant Madres et Abuelas de Plaza de Mayo. C’est l’autre aspect novateur de ce livre, qui donnera certainement lieu à débat, en France comme en Argentine. Comme le souligne Marina Franco dans la préface, ces associations sont traditionnellement considérées en Argentine comme des Associations de Défense des Droits de l’Homme, cette dénomination étant jusque-là donnée pour acquise. Nadia Tahir nous invite à l’interroger. L’expression « association de victimes » résonne comme un constat. Elle sert de point de départ à l’analyse de la trajectoire de ces associations, parmi lesquelles certaines ont réussi à construire une légitimité au sein de la société argentine, à tel point qu’elles ont fini par avoir un poids sur les décisions politiques.

Tout au long de ces pages, l’auteure suit le fil des stratégies et les cadres discursifs adoptés par ces associations pour se rendre visibles, pour établir des liens entre elles, ou tout simplement, pour survivre, selon les contextes et les gouvernements, entre 1976 et 2007. Pour ce faire, elle remonte le fil des résistances en abordant le mouvement de défense des Droits de l’Homme dans son ensemble, depuis la création en 1937 de la Liga Argentina por los Derechos Humanos, celle du Servicio Paz y Justicia dans les années soixante, jusqu’à la constitution de la Asamblea Permanente por los Derechos Humanos en 1975 et la fondation du Centro de Estudios Legales y Sociales en 1980. Cette étape indispensable, et qui offre au lecteur francophone un panorama de l’histoire des associations de Défense des Droits de l’Homme en Argentine, permet de comprendre l’impact de celles-ci sur le processus qui se met en place à partir de 1977, année de fondation de l’association Mères de la Place de Mai.

Dépassés par l’amplitude de la répression, les associations de Défense des Droits de l’Homme encouragent les proches des disparus à se réunir entre eux. C’est ainsi, nous montre l’auteure, que font leur apparition les premiers collectifs créés par les proches des disparus. En 1976 est créée Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, puis Madres et Abuelas de Plaza de Mayo l’année suivante. La lecture de ces pages est d’autant plus passionnante qu’elles s’appuient sur un travail de terrain et sur des témoignages recueillis auprès de membres des associations entre 2006 et 2008. Nadia Tahir revient notamment sur la construction d’une figure du « disparu » par les associations, qui accompagne l’élaboration d’un argumentaire juridique fondé sur une réclamation de respect pour les droits fondamentaux des citoyens argentins.

Celle-ci est une réponse à la stigmatisation et à la figure du « subversif » déployée par la Junte militaire. Il s’agit d’« inverser le stigmate », comme dirait Michel Wieviorka. Par nécessité, les Mères de la Place de Mai ont dû, dans les premiers temps, marquer leur distance par rapport à tout militantisme. Le « disparu » était un « jeune idéaliste » et l’objectif de leur association, strictement humanitaire. Elles ne remettaient pas en cause les motifs de leur disparition, mais les méthodes employées, au nom de droits fondamentaux reconnus à l’échelle internationale. Cette figure, nous montre l’auteure, va évoluer selon les contextes, pour passer du « disparu-victime » pendant la transition démocratique, au « disparu-militant » qui marquera l’ère Kirchner.

La troisième partie constitue en ce sens un véritable apport à la recherche, en France comme en Argentine, puisqu’elle contribue à réactualiser l’histoire de ces groupes et ce, de façon rigoureuse et non-partisane. Elle revient sur le processus de légitimation des collectifs de victimes enclenché à partir de 2003 sous le mandat de Nestor Kirchner, sur les changements et les nouveaux défis qu’il a impliqués pour les associations. En effet, comment se positionner face à ce gouvernement qui, de façon inédite, prend en compte leurs réclamations et leur offre une telle visibilité, jusqu’à en faire, parfois, des acteurs politiques ? Après avoir retracé les différentes étapes de la politique symbolique menée par NK, dont la clé de voûte sera la gestion du passé dictatorial, en incluant la sphère judiciaire, l’auteure revient sur les positionnements adoptés par chaque organisation.

Ainsi, bien qu’elle ait choisi de les aborder comme un ensemble, comme un tout, Nadia Tahir tient compte des différences existant entre ces associations. Elle revient sur un aspect très peu étudié et particulièrement complexe, la scission de l’association Mères de la Place de Mai en 1986, ou encore les différences de positionnement face à la disparition de Jorge Julio López, témoin clé du procès de Miguel Etchecolatz, en 2006. Finalement, elle nous permet d’observer comment les politiques de reconnaissance ont parfois été source de division au sein des organisations : pendant la dictature, la situation d’urgence amenait à laisser certains débats de côté. Plus tard, dans les années 1990, il fallait lutter pour rester visibles et maintenir les questions liées au passé dictatorial dans la sphère publique, face aux politiques du « pardon » et l’impunité. Avec la prise en compte de leur demande, les différences entre les associations resurgissent.

La seconde partie offre à ce sujet un éclairage particulièrement instructif : elle nous montre comment s’opère un changement dans la ligne discursive des Mères de la Place de Mai avec le retour de la démocratie et face au gouvernement d’Alfonsín. L’auteure parvient à dégager les différences de positionnement entre les deux associations, différences qui resurgiront plus tard, face à la politique de reconnaissance du gouvernement de NK. Elle nous montre comment les années 1990 voient le renouvellement générationnel et discursif de la cause des associations de victimes, avec l’apparition de nouveaux acteurs, comme H.I.J.O.S. Elle analyse le processus de réactualisation de la figure du disparu pour obtenir le soutien d’une population qui ne se sent plus concerné par ces questions.

Finalement, tout au long de cet ouvrage, Nadia Tahir nous montre comment ces associations de victimes sont devenues, aux yeux des Argentins, des organisations de défense des Droits de l’Homme ; comment et pourquoi elles ont canalisé et cristallisé une demande sociale croissante de « justice », de construction mémorielle et de révision historiographique, notamment pendant les années qui ont suivi la terrible crise de décembre 2001. Il ne s’agit pas, contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, d’un ouvrage sur les mémoires de la dictature. Une telle étude aurait impliqué d’inclure d’autres perspectives, d’autres vécus, d’inclure de nombreux témoignages -qui sont néanmoins présents tout au long du livre, mais il s’agit de personnes militant dans ces associations- et d’avoir recours à un autre type d’approche. Il s’agirait plutôt d’une étude de type ethnographique portant sur des acteurs sociaux qui ont construit, tout au long de ces années, une légitimité suffisante pour avoir un impact sur la construction mémorielle, voire même, sur l’agenda politique. C’est donc peut-être le seul point que je pourrais critiquer : un manque de précision quant au choix du titre. Relevons aussi la présence d’une petite coquille (?), qui donne lieu à une syntaxe plutôt amusante et qui invite à réfléchir (p. 19) : « (…) les associations de défense des droits de l’homme argentins ».

Pour autant, c’est bien de « mémoire » dont nous parle ce livre, ainsi que de résistances et de transmission. C’est pourquoi je veux remercier une nouvelle fois l’auteure, ainsi que la Maison de l’Argentine. L’auteure, pour avoir eu le courage d’aller jusqu’au bout de sa recherche et s’être attaquée à un tel sujet, avec objectivité, éthique et bienveillance. La Maison de l’Argentine, pour nous accueillir ici, « en casa », et nous permettre d’y présenter cet ouvrage, à l’approche d’une date si emblématique, qui a marqué l’histoire de tous les Argentins. En espérant, et j’en suis sûre, que cet ouvrage contribue à une meilleure connaissance de l’Argentine actuelle en France, et à défaire certains clichés, certaines idées reçues, des visions simplistes ou romanesques.

Ce livre soulève de nombreuses questions, notamment concernant le statut de victime, voire d’« hyper-victime », certaines associations refusant cependant d’employer ce mot ; ou encore la position du survivant, comme en témoigne le cas la Asociación de Ex-Detenidos Desaparecidos. Mais je vais laisser Griselda aborder ces aspects.

Séance 3 3 2016 (12)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Griselda Gaiada (Université Paris I Panthéon-Sorbonne-CHSPM): l’ouvrage soulève plusieurs questions. Dès la philosophie, nous pouvons nous interroger à propos du binôme Mémoire littéral/Mémoire exemplaire (potentiellement libératrice, à la recherche de justice, possibilité d’aller vers autrui). Dans le cas des associations, à quel type de mémoire sont-elles liées ? Doivent-elles devenir des associations de droit de l’homme ?

Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie): Pendant mon travail de recherche à Buenos Aires, la découverte du mélange entre les victimes et les droits de l’homme a été une surprise. La défense des droits de l’homme n’est pas, en France, la même chose que la défense de la victime, des témoins. C’est mélange, à mon avis, est une caractéristique argentine par rapport à ses voisins latino-américains. Il n’y a pas de différences entre les associations nées dans le cadre plus international vers les années 1960, avec le but de la défense des droits de l’homme d’une façon élargie, réprimées entre 1976 et 1979. Ces associations poussent les parents des victimes à s’organiser. Le résultat est la naissance d’associations de victimes dans un espace occupé par des associations de défense de droits de l’homme. Ce partage de l’espace se fait, alors, d’une manière « naturelle » et nourrie le poids et le rôle politique des associations de victimes.

Griselda Gaiada : Une autre interrogation qui peut se dégager du texte est La question de la mémoire imposée (Ricœur), c’est-à-dire l’appropriation d’un passé d’une manière totale réalisé, normalement, par l’État. Une mémoire autorisée autour des risques entre la mémorialisation, la commémoration et la remémoration. Il existe le danger de l’oublie imposé, une politique de l’insuffisance de la mémoire dans les politiques publiques de mémoire en Argentine.

Nadia Tahir : Nous pouvons répondre suivant les propositions des différents présidents de l’actuelle période démocratique. Sous la présidence de Raul Alfonsin (1983-1989), il a lieu le procès aux militaires et la création des outils très marquantes, comme la CONADEP, tant à niveau judiciaire que du récit de la dictature. Dans une période tendue et instable, à la mise en place de ces outils, toujours utilisés par les associations, s’ajoutait une vision d’avenir et dépassement de la dictature. La période de Carlos Menem (1989-1999), le gouvernement propose faire table rase du passé. Un des exemples de ce nouveau récit est la grâce présidentielle accordée aux militants de gauche et aux militaires de la Junte. Les militaires repentis occupent l’espace mémoriel avec leurs témoignages. Même Menem se met sur la position de la victime. « De toute façon, tout le monde est coupable » et la seule issue est d’aller vers l’avant face à un contexte international (demandes d’extradition du juge Garzón) qui met à mal le récit proposé par le gouvernement menemiste. La présidence de Néstor Kirchner (2003-2007) une nouvelle stratégie politique envers les associations de victimes est mise en place ainsi qu’un nouveau récit de la dictature. Le résultat est un rapprochement des certaines associations de victimes et le gouvernement de la nation. Ce rapprochement structure le récit proposé par le kichnerisme.

Griselda Gaiada : Dans la question du témoin et le critère objectif de la vérité où se trouve la place du témoignage, la place du témoin dans le récit historique ?

Séance 3 3 2016 (20)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Nadia Tahir : Il a eu la mise en question des témoignages. Le procès à la Junte militaire (1985) s’appuie sur les témoignages des survivants, des proches de disparus et des militaires. Dans une émission de télévision à propos du procès, nous voyons huit témoins dont deux survivants et six proches. Quelles sont les voix légitimes ? Les victimes depuis les années 1990-2000 deviennent la point de lance des témoins. Parallèlement il y a une multiplication des témoignages. Mais les proches sont toujours présents. Nous observons la création de différentes catégories de témoins, même entre les témoignages. Les différences s‘articulent entre les victimes mobilisées et celles qui ne le sont pas. Il y a des légitimités que se construisent, aussi avec la participation du gouvernement. La société, enfin, les accepte ou ne les accepte pas.

Publication : Formation, héritages et reconfigurations du péronisme en Argentine de 1943 à nos jours

Journnée Peronisme

Cette publication est le résultat de la  journée d’études franco-argentine Formation, héritages et reconfigurations du péronisme en Argentine de 1943 à nos jours organisée par l’ED Pratiques et théories du sens (Université Paris 8) en partenariat avec l’ED 122 (Université Paris 3) qui a eu lieu à l’Université Paris 8 le 14 avril 2015. L’ensemble des articles est le résultat de la recherche actuelle en France et en Argentine, après d’importants renouvellements historiographiques. Cette publication s’inscrit dans une perspective à la fois interdisciplinaire et comparatiste grâce aux contributions relevant des sciences humaines et sociales (histoire, science politique, philosophie, sociologie, géographie, etc.) et proposant des éclairages de types comparatistes sur les régimes dits    « néo-populistes » en Amérique latine.

Pour être tenu au courant de la suite des projets du groupe de travail, vous pouvez écrire aux organisatrices: irene.favier@gmail.com, luciaabe@yahoo.com.ar et hemeury.lucie@gmail.com

 ARTICLES

Thèmes, cas et problèmes dans l’historiographie du premier péronisme

Mariana Garzón-Rogé

Instituto Ravignani-Universidad de Buenos Aires/Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas

e-mail : mariana_garzonroge@yahoo.com.ar

Le texte révise quelques tendances générales de l’historiographie du premier péronisme et réfléchit autour d’elles. L’article mentionne les principaux thèmes et cas et propose un parcours des possibilités de normalisation, de synthèse et de comparaison. Sans offrir un panorama exhaustif, cette étude essaye d’orienter les lecteurs dans la très vaste bibliographie existante relative à ce phénomène historique qu’est le premier péronisme, spécialement celle produite ces dernières années.

Mots-clés : premier péronisme, Argentine, historiographie, bilan

Axes de recherche : histoire du péronisme, histoire des pratiques des péronistes, identifications et sens de l’expérience péroniste

Texte complet : Article Mariana Garzon Rogé-1

« Siempre he pensado en un pueblo de deportistas ». La politique sportive péroniste (1946-1955)

Lucie Hémeury

Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle (IHEAL-CREDA)

Si la bibliographie consacrée au péronisme compte des milliers de titres, peu de chercheurs se sont intéressés à la question du sport et à la politique sportive menée par le gouvernement péroniste entre 1946 et 1955. Pourtant, cette période est restée dans les mémoires argentines comme un « âge d’or » du sport argentin, rendu possible grâce au soutien sans précédent de l’État. Cet article cherche à analyser les objectifs poursuivis par le régime péroniste à travers cette politique sportive et les moyens utilisés pour la mener à bien. La promotion de la pratique sportive à l’ensemble de la population s’intègre au processus de « démocratisation du bienêtre » à l’œuvre sous le péronisme et à l’ensemble des conquêtes sociales garanties aux travailleurs par Perón. Pour cela, le Conductor a recours aux institutions sportives existantes mais aussi à des créations péronistes originales afin d’assurer l’accès au sport aux jeunes et faire des athlètes de haut niveau des ambassadeurs de la Nueva Argentina à l’étranger. Mais cette intervention de l’État dans le sport pose aussi la question de l’instrumentalisation politique des sportifs et de l’embrigadement de la population par le biais du sport, qui fait toujours débat parmi les spécialistes.

Texte complet : Article Lucie Hémeury politique sportive péroniste

Mots-clés : histoire culturelle, péronisme, Argentine, sport, politique sportive

Thèmes de recherche : histoire politique et culturelle, histoire du premier péronisme, histoire du sport

Les espaces académiques de la philosophie: continuités et ruptures dans l’université (1943-1952)

 Lucía A. Belloro

CREDA, UMR 7227, IHEAL – Paris III, Sorbonne Nouvelle

Cet article vise à faire un état des lieux de l’impact du péronisme dans l’université sur le parcours de formation de Philosophie. Il s’agira dans ce travail de faire ressortir les continuités et les ruptures dans la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Buenos Aires entre la période immédiatement préalable à l’arrivée du gouvernement de Perón et le premier gouvernement péroniste.

Texte complet : BELLORO JED ALHIM revu

Mots-clés: Argentine, péronisme, université, philosophie

Entre ouvriers et intellectuels : l’expérience des premières années de l’ATEP, 1949-1955

Antonio Ramos Ramírez

Université Bretagne Sud, Lorient/Universidad Pablo de Olavide, Séville

En el contexto de creación e impulso de nuevas entidades sindicales, los docentes de Tucumán recibieron la atención del peronismo provincial a través de la creación de la Agremiación Tucumana de Educadores Provinciales (ATEP), a fines de 1949. Esta organización agrupaba a los docentes de enseñanza pública primaria de pendientes del sistema educativo provincial y se convirtió, con el paso de los años, en una de las más importantes organizaciones de trabajadores en la provincia. En el presente trabajo se pretende arrojar luz sobre los primeros años de la agremiación, durante los cuales la actividad sindical quedó en un segundo plano en relación a las preocupaciones por conseguir la estabilidad institucional, al tiempo que se trataron de evitar los conflictos con el gobierno local. Sin embargo, las tensiones entre la dirigencia sindical y la base militante pusieron de manifiesto que la estructura presentaba, ya desde sus inicios, fracturas internas motivadas por las diferentes posturas que convivían en la organización.

Texte complet : Ramos_Article ATEP JED péronisme-1 Je remercie Dorothée Cochin, Moira Cristiá, Joël Delhom et Lucie Hémeury pour leurs lectures et commentaires sur la première version du texte.

Péronisme, libération et contre-hégémonie. Politiques culturelles néo-péronistes au début des années 1970

Moira Cristiá

ATER Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle/Post-doctorante associée CERMA/Mondes Américains

e-mail: moicristia@gmail.com

Après 18 ans de proscription, le retour du péronisme au pouvoir en mai 1973 entraîne aussi bien un enthousiasme assez généralisé qu’un élan de transformation des politiques menées jusque-là. La culture, et surtout la plus imbriquée dans les traditions locales, est mise en avant dans ce nouveau projet de pays mené par l’équipe idéologiquement hétérogène du gouvernement d’Hector Cámpora. Afin d’explorer le rapport entre culture et politique dans un climat international troublé, cette communication revisite certains des projets formulés et mis en place dans les domaines de la culture et de l’éducation en vue de la « libération ». De quelle manière les politiques culturelles mettent-elles en évidence une continuité ou une rupture par rapport au péronisme classique ? Comment le projet culturel lancé exprime-t-il une idéologie et une logique de pouvoir ? Nous abordons tout particulièrement divers aspects des politiques appliquées aux universités sous la nouvelle gestion. En tant qu’expression d’une affirmation de l’éducation comme voie vers la « libération », l’agenda institutionnel est établi en articulation avec les secteurs populaires, en donnant une nouvelle orientation à l’action culturelle. Cette démarche nous permettra de parvenir à certaines réflexions quant à la conception de la culture dans une nouvelle stratégie de pouvoir.

Texte complet : Article Moira Cristia

Mots-clés : Argentine, péronisme, politiques culturelles, contre-hégémonie, tiers-mondisme, libération

Axes de recherche : histoire et images, culture visuelle, histoire des sensibilités et représentations visuelles

Le refondationnalisme post-péroniste. Du mythe de la « table rase » à l’instauration d’une « sur-mémoire »

Morgan Donot

CREDA CNRS-UMR 7227/Paris 3-Sorbonne Nouvelle

e-mail : morgandonot@yahoo.fr

Nous avons ici choisi d’analyser la mise en scène de la thématique du passé dans les discours de Carlos Menem (1989-1995) et de Néstor Kirchner (2003-2007), en nous centrant, plus particulièrement, sur la révision du passé en lien avec la dictature militaire (1976-1983). Nous nous intéressons donc à la mémoire telle qu’elle a été récupérée par ces deux hommes politiques, aux événements sur lesquels ils ont choisi de mettre l’accent ou, au contraire, qu’ils ont délibérément mis de côté, dans leur volonté de rassembler tous les Argentins autour des mêmes valeurs. Pour mener à bien ce travail, dans un premier temps, nous portons attention à ce que l’on a appelé l’instauration du mythe de la « table rase » chez Carlos Memen. Puis, dans un second temps, nous analysons la manière dont Néstor Kirchner a installé une politique de « sur-mémoire » dans l’Argentine du début du XXIe siècle. Cela nous permet de mettre en exergue les deux voies qui ont été proposées à la société concernant le sens à octroyer au passé, au présent et au futur de l’Argentine.

Texte complet : Morgan Donot – ALHIM

Mots-clés : refondationnalisme, passé, mémoire, Carlos Menem, Néstor Kirchner

Axes de recherche : populisme et discours populiste, discours politique, leadership, mémoire et oubli, représentations, imaginaires

Les internes dans le péronisme (1988-2015) : vers un processus d’institutionnalisation ?

Dario Rodriguez 

Docteur associé au CERI/Sciences Po

e-mail : dario.rodriguez@sciencespo.fr

Malgré la crise de représentation partisane et la fragmentation profonde du système partisan, le péronisme demeure la principale force politique de l’Argentine. Cependant, cette place privilégiée ne doit pas occulter le processus de transformation qui a marqué ce parti politique pendant les dernières décennies. La transition à la démocratie et la mutation de la représentation ont déterminé spécifiquement ce processus. Dans ce cadre, l’établissement d’un nouveau modèle de sélection des candidats dans le péronisme se révèle comme une dimension d’analyse centrale. En effet, cette dimension a non seulement été cruciale du point de vue de la nomination des leaderships péronistes, mais elle a aussi mis en lumière la relation de cette force politique avec les normes et les procédures qui organisent la dynamique électorale en Argentine. Pour analyser ce processus, on se focalisera sur les conditions contextuelles dans lesquelles ce mécanisme a été établi et sur l’action des leaderships politiques pendant les différentes étapes : 1988-1989, 1991-2001, 2002-2015. L’analyse des effets institutionnels et symboliques de cette procédure, organisant le jeu politico-électoral dans chaque contexte, nous permettra d’aborder le processus de mutation du péronisme « comme parti politique » au cours de ces dernières décennies.

Texte complet : Les internes dans le péronisme. Dario Rodriguez (VF)

Mots-clés : Péronisme-Menem-Kirchner-Internes partisanes-Leadership politique

Thèmes de recherche : partis politiques et leadership, démocratie et représentation politique, Amérique latine en perspective comparée, ménémisme et kirchnérisme

Mémoires du péronisme dans les célébrations du Bicentenaire de la Révolution de Mai (Buenos Aires, 21-25 mai 2010)

Natalia Molinaro

Université Paris 8/LER-ALHIM

e-mail : Natalia.molinaro@univ-paris8.fr

 Cet article vise à identifier les référents mémoriels issus de la tradition péroniste, ainsi que les procédés ayant permis leur réactualisation, lors des célébrations officielles qui ont eu lieu à Buenos Aires pour le Bicentenaire de la Révolution de Mai entre le 21 et le 25 mai 2010. Comment l’héritage péroniste fut-il évoqué dans le cadre de cette fête de la souveraineté, alors que des figures comme Eva D. Perón et Juan D. Perón ne font pas nécessairement consensus ? L’un des objectifs de cette célébration était de refonder le système de représentations traditionnel et de raviver le sentiment d’appartenance citoyenne des Argentins, après la terrible crise qui avait frappé le pays entre 2001 et 2003. Pour ce faire, une refonte du système symbolique, mais aussi une réinvention de la tradition patriotique furent envisagées, et ce dès la ratification du premier décret visant à organiser les célébrations en 2005. Cet article montre que des éléments propres à la culture politique kirchneriste sont venus nourrir cette fête de la souveraineté, tout en mettant la lumière sur les réagencements de la mémoire péroniste proposés dans le cadre de ces célébrations pour produire du consensus. Après s’être intéressé aux symboles et aux recours employés pour leur réactualisation, il se concentre sur le rituel patriotique en lui-même, afin de dégager les principales étapes de l’officialisation d’une nouvelle culture nationale, qui est aussi politique.

Texte complet : MOLINARO Mémoires du péronisme dans les célébrations du Bicentenaire de la Révolution de Mai

Mots-clés : Argentine, Bicentenaire, mémoire, péronisme, rituels du pouvoir

Axes de recherche : Commémorations, mémoires, identité nationale, question indienne en Argentine

Une jeunesse sous Perón (et Evita)

Pierre Tripier

Sociologue retraité

e-mail : ptripier40@outlook.fr

Texte complet : TRIPIER jeunesse sous peron – ALHIM

 

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2015-mai 2016)

Affiche histoire et m__moire oct 2015 (2)

Affiche histoire et m__moire oct 2015

Séminaire ALHIM
Amérique Latine Histoire et Mémoire
(novembre 2015-mai 2016)

Vendredi 27 novembre 2015 – Journée d’études ALHIM

Continuités et permanences dans le processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Jeudi 3 et Vendredi 4 décembre 2015 – Colloque International co-organisé avec GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Jeudi 3, Université Paris Ouest-Nanterre, Salle de Conférence, Bât. B/Vendredi 4,Université Paris8, Salle La coupole

Vendredi 29 janvier 2016 – Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Penser la race au XIXe siècle dans l’espace atlantique (Bolivie, Espagne, Italie)
Françoise Martinez (Université de La Rochelle), David Marcilhacy (Université Paris-Sorbonne-Paris IV), Ernesto de Cristofaro (Université de Catane)
Horaire : 14h30-17h00 Lieu: Maison de l’Italie 7 A, boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 3 mars 2016- Présentation du livre

Argentine. Mémoires de la dictature
Auteure : Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie)
Discutante : Natalia Molinaro (Université Paris 8)
Horaire : 19h00-20h30 Lieu: Maison de l’Argentine, Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 7 avril 2016Séance sur le Pérou contemporain (Séance annulée)

Vendredi 13 mai 2016 – Journée d’études co-organisée avec ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Former la nation : historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et Amérique latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Colegio de España, Cité universitaire, 7E Boulevard Jourdan, 75013 Paris

flyers histoire et m__moire oct 2015

prog (2)

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire (février-mai 2015)

securedownload

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire

(février-mai 2015)

Vendredi 20 février 2015, 14h30

Séance commune aux séminaires ALHIM et CRIIA (Université Paris Ouest-Nanterre)

De las aulas al control del Estado: el caso del movimiento estudiantil gremialista de la Universidad Católica de Chile, 1965-1980

Pablo Rubio Apiolaza (Universidad Andrés Bello, Chili)

Lieu: Bât. B, Salle des thèses, Université Paris Ouest-Nanterre

Jeudi 26 mars 2015, 15h 30

La revuelta urbana de abril 1851 en Santiago de Chile: singularidad y ecos del 48 parisino

Vicente Romero (Université Paris 8)

Espacio urbano y la modernización del alumbrado público en la ciudad de Puebla entre 1888 y 1910

Edna Hernández (Université Paris Est-Marne la Vallée)

Lieu: Salle 227 Bât D, Université Paris 8

Jeudi 16 avril 2015, 15h 30

El proceso de paz en Colombia y las nuevas puestas en escena del poder político

Liliana Buitrago (Université Paris 8)

La Cumbia Villera à Buenos Aires de 1997 à nos jours: étude culturelle et sociopolitique d’un mouvement musical marginal en Argentine

Júpiter Ossaba (Université Paris 8)

Lieu: Salle 328 Bât D, Université Paris 8

Jeudi 21 mai 2015, 15h 30

Conclusions, réflexions et nouvelles propositions de recherche

Lieu: Salle 328 Bât D, Université Paris 8