Archives du mot-clé Argentine

Journée d’études/Colloque : « Passant Passé, Héritages et expérience des temps », 30 et 31 mai 2017

Résultat de recherche d'images pour "Leonora Carrington"

Leonora Carrington, Are you really Syrious?, 1953

affiche/ Flyer / programme

Résultat de recherche d'images pour "LER paris 8"

Journée d’études/Colloque

Passant Passé, Héritages et expérience des temps

Laboratoire d’Etudes Romanes (EA 4385) en collaboration
avec l’Ecole doctorale Pratiques et théories du sens (ED 31)

Mardi 30 et mercredi 31 mai 2017

Horaire : 9h00-18h00

Lieu : Université Paris 8, Salle B 106

Les questions liées à la temporalité, à la mémoire et aux régimes d’historicité sont au cœur d’une vaste réflexion dans l’ensemble des sciences humaines depuis une trentaine d’années. Les domaines concernés vont au-delà d’une analyse de l’actualité pour proposer parfois des modifications des gestes herméneutiques habituels ou une révision de certaines conceptions temporelles. Le Laboratoire d’Etudes Romanes, unité transdisciplinaire (histoire, littérature, linguistique, arts du spectacle et cinéma) travaillant sur des domaines culturels et historiques diversifiés (Italie, mondes hispaniques, mondes lusophones, du XVIe siècle à l’actualité) n’est pas resté insensible à ce courant fort de la pensée contemporaine. Dans ce colloque on abordera les modes de penser et d’imaginer le temps (et avant tout le passé), de le transformer en fiction et de développer des théories diverses à son sujet. On se penchera aussi sur les actes et les divers phénomènes qui accompagnent cette présence : construction des lieux de mémoire, modes de revendiquer ou de refuser le passé au nom d’un intérêt idéologique ou autre, valeurs de contestation dans la création et dans la recherche de passés alternatifs.

Programme

Mardi 30 mai

9h00 Ouverture du colloque : Annick Allaigre (Présidente de l’Université Paris 8), Catherine Verna, Brigitte Félix (Ecole Doctorale Pratiques et théories du sens), Julio Premat, Pascale Thibaudeau (Laboratoire d’Etudes Romanes)
9h30 Frédérique Langue (CNRS) : « Des mémoires au miroir du passé. Écrire l’histoire d’une Amérique dite latine »
10h30 Pause
10h45 Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « Réflexions sur le régime d’historicité et l’historiographie latino-américaine (XVIe-XIXe siècles) »
11h15 Françoise Crémoux (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « Héritage de l’Antiquité dans les récits de miracles en Espagne (XVIe-XVIIe siècles) »
11h35 Jean-Louis Fournel, Xavier Tabet (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « Présences et présents de Machiavel : un dialogue »
12h30 Déjeuner
14h30 Marie-Claire Lavabre (Université Paris Ouest-Nanterre) : «Mémoires, transmissions et multiplicité des temps sociaux »
15h00 Mercedes Yusta (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : «Réécritures, occultations, épiphanies du passé. Le cas de la guérilla antifranquiste en Espagne (1939-2016) »
15h30 Pause
15h45 Alain Vaillant (Paris Ouest-Nanterre) : « Entre passéisme, présentisme et prophétisme: les paradoxes de la littérature moderne face à l’histoire »
16h45 Julio Premat (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : «Non nova sed nove. Avant-gardes anachroniques dans la littérature argentine contemporaine »

Mercredi 31 mai

9h00 Santiago Uhía (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « Fernando Vallejo, ultracontemporain »
9h30 Diego Vecchio (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : «Le Manual de parasicología de Mario Levrero : la littérature comme mémoire des savoirs fantômes.»
10h00 Diego Alonso (Reed College) : « Quand l’histoire copie la littérature… Borges, l’écriture et le sens du passé »
10h30 Pause
10h45 Lionel Ruffel (Université Paris 8) : «Triangulation du temps»
12h00 Déjeuner
13h30 Marie Anne Matard (Université Paris 8) : «Un musée du fascisme à Predappio ? Autour d’une controverse »
14h00 Nadia Tahir (Université de Caen Normandie) : « Récit national, récit local : accords et désaccords dans la construction de mémoire(s) collective(s) dans le Chaco argentin »
14h30 Pause
14h45 Isabel Desmet (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « De la mémoire de quelques mots spécialisés dans les langues romanes : Les micro-diachronies au XXe et au XXe siècle »
15h15 Cristina Bernaldo (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « Ce n’est pas moi, ce sont eux qui le sont. La folie dans le cinéma documentaire de la transition démocratique espagnole.»
15h45 Pause
16h00 Brice Chamouleau (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « Le futur passé : temporalités queer et usages du passé en Espagne »
16h30 Claudia Jareño Gila (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « « Nous qui sommes sans passé, les femmes ». La recherche d’un passé alternatif comme outil de contestation et de création d’identité »
17h00 Conclusions du colloque

ENTRÉE LIBRE

Contact : julio.premat@univ-paris8.fr

Journée d’études : « La Nation en fête en Amérique latine (XIXe-XXIe siècles) », 7 avril 2017

 JOURNÉE D’ÉTUDES

La Nation en fête en Amérique latine (XIXe-XXIe siècles) 

Claudio Gay,  Fiesta en Honor a la Virgen del Rosario de Andacollo (Chile), 1838

Programme JE 7 AVRIL LA NATION EN FETE EN AL

LA NATION EN FETE EN AMERIQUE LATINE – JE du 7 avril 2017- Affiche

Les coordinatrices de la journée, Dalila Chine Lehmann (Université Paris Nanterre) et Natalia Molinaro (Université Paris 8), ont ouvert cette journée d’études qui a prolongé une première réflexion menée conjointement par les équipes du Grecun de l’UPOND (Groupe État, Culture, Nationhttps://grecun.hypotheses.org/) et ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire) sur les notions de fêtes et de célébrations nationales en Amérique latine (revue Alhim n° 33 à paraître, premier semestre 2017 http://alhim.revues.org/).

Dalila Chine et Natalia Molinaro lors de l’ouverure de la journé d’études

Les coordinatrices ont bien souligné que la fête, en tant que pratique collective, va de pair avec la construction d’imaginaires nationaux. Pensées comme des récits créés de toute pièce par les institutions et/ou les différents groupes sociaux pour rassembler les citoyens autour d’un socle commun, les fêtes et cérémonies nationales renferment des tensions déterminées par les enjeux du présent. Si la Nation est vécue et contée par ses fêtes, les fêtes nationales construisent et sont imaginées pour la Nation.

Cette journée d’études s’est inscrite dans le sillage des études déjà menées par de nombreux chercheurs (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, et bien d’autres). Elle a accordé une place prépondérante aux acteurs et aux témoins, ainsi qu’aux différents espaces de célébration et contre-célébration. Tout en poursuivant l’exploration des différents procédés de construction du « corps national » en Amérique latine, l’ensemble de travaux présentés ont  analysé tout particulièrement le rôle des participants (État, associations, groupes sociaux, etc.), le choix des différentes symboliques (hymnes, chants, drapeaux, figures patriotiques, etc.), le choix des espaces (lieux, monuments, statues, etc.) et la fonction des temps (calendriers civiques, dates spécifiques de commémoration, etc.).

TABLE I : Les célébrations officielles de la Nation (1)
Danislady Mazorra (Escuela Francesa de La Habana) : « Alejo Carpentier: La imagen del 20 de Mayo en Cuba republicana »

La primera República de Cuba nace el 20 de mayo de 1902. El inicio de la centuria con el status de república puso fin aparente a la angustia política de la ocupación norteamericana y constituyó la oportunidad de poner en práctica el sueño republicano tan perseguido por los independentistas cubanos. A partir de entonces, el 20 de mayo, data sin pasado ni referente inmediato, adoptada con el propósito de crear un mito fundacional, quedó asociada al surgimiento de la República de Cuba y a todo lo novedoso que ella significaba. El 20 de mayo necesitó crear elementos de representatividad visual capaces de reflejar su trascendencia y significación. Se buscaron signos de identidad nacional que recogieran en sí el alcance político e histórico de la festividad. Las antiguas insignias coloniales fueron desechadas, se rescataron las creadas en las guerras libertadoras y se configuró una imagen novel y moderna de la nación ciudadana. Las revistas cumplieron papeles protagónicos como espacios de recreación simbólica y fue en sus portadas donde se originó y se socializó el reciente emblema del país: la figura femenina de gorro frigio, envuelta con la bandera cubana, frente a la cual descansa el escudo real. Había nacido la alegoría de la República de Cuba. La pluralidad de factores que intervinieron en la alegoría cubana la convierte en uno de los fenómenos simbólicos más interesantes que se gestó a propósito de la festividad del 20 de mayo. No obstante, es un atributo prácticamente desconocido del imaginario nacionalista cubano, que la presente ponencia pretende destacar.

Marie Lecouvey (Université Paris Nanterre) : « Les commémorations à Mexico à la Restauration de la République et sous Porfirio Díaz: quelle place pour les Indiens? »

Dans le Mexique du XIX siècle (1821-1911) la différenciation des « castes » est légalement effacée, tous sont Mexicains. Il n’y a donc apparemment aucune raison de parler nommément de la place des Indiens. Les monographies portant sur la société mexicaine tiennent cependant un langage sans équivoque : depuis Pimentel en 1862, ils déplorent que les Indiens soient un obstacle à la modernisation du pays. Souvent assimilé au paysan, l’Indien est cependant parfois célébré. La ville de Mexico avait inauguré un buste de Cuauhtémoc le 13 août 1869, avec deux discours en nahuatl prononcés par Antonio Carrión, auteur d’une histoire des « indiens célèbres du Mexique » (1860), et Felipe Sánchez Solís, qui commanda la plupart des tableaux d’histoire représentant des Indiens. Le 13 août 1887, lors de l’inauguration du monument à Cuauhtémoc sur l’Avenue Reforma, une place similaire est-elle faite aux Indiens ? Lorsqu’en 1910 le Mexique et son président fraîchement réélu, Porfirio Díaz, célèbrent le premier centenaire de la guerre d’indépendance, un défilé historique retrace l’histoire de la nation : le premier char est celui de Moctezuma, empereur aztèque, accompagné de nombreux sujets. Ces célébrations donnent à voir une nation aux origines multiples, métissée ; elles accordent aux Indiens une place visible mais qui semble limitée aux Aztèques, essentiels dans la généalogie de la nation. Morelos n’ouvre-t-il pas le Congrès de Chilpancingo (1813) en affirmant qu’« au 13 août 1521 a succédé le 10 septembre 1810 » ? On délimite les ambiguïtés et les contradictions soulignées par ces mises en scène, que l’on mettra en miroir avec les récits et images du 13 août 1521, date de la reddition de Cuauhtémoc à Cortés – et donc de la chute de l’empire aztèque. Ces représentations font-elles des Indiens des membres constitutifs de la nation mexicaine ?

Dalila Chine, Marie Lecourey et Françoise Martinez
Présentation du livre Fêter la nation. Mexique et Bolivie pendant leur premier siècle de vie indépendante (1810-1925) de Françoise Martinez (Université de La Rochelle)

Résultat de recherche d'images pour "Fêter la nation. Mexique et Bolivie pendant leur premier siècle de vie indépendante (1810-1925)"

La problématique du libre s’articule autour de la construction nationale au delà de l’école et la participation de l’Etat dans ce processus alternatif qui doit « forger la Patrie »

La thématique festive : les sujets intégration/exclusion, réecriture de l’histoire nationale, fêter la nation, l’imaginaire national sont abordés dans ce travail à partir du domaine de l’histoire du politique. Cette démarche est une nouveauté dans l’historiographie bolivienne.

Cependant, les frontières nationales sont trop limitées pour comprendre ce processus. La pédagogie de la rue dans un Etat qui se percevait en retard, qui avait une hétérogénéité ethnique, qui devait faire face au « problème indien », nous ouvrait les portes à une comparaison avec le cas mexicain.

Le livre est divisé en quatre « temps »:

  • Le temps des fêtes civiques (1810-1850) : étape de fébrilité avec des oscillations festives « Que doit-on fêter? »
  • Le temps des hymnes (1840-1860) : matérialisation d’un imaginaire sonore indissociable des fêtes. Fusion de la volonté publique et la volonté populaire. Reenchentement des hymnes avec le but de doter d’évidence ces symboles. « Mieux chérir pour mieux servir ». Calendriers festifs civils comme instruments de politique intérieure et extérieure.
  • Le temps des hiérarchies calendaires (1860-1910) : La fête « patria » comme célébration supérieure qui s’impose sur les célébrations de l’espace et le temps festif. Du « polifêtisme » au « monofêtisme ». Concentration du temps festif et institutionnalisation de la fête nationale.
  • Le temps des commémorations (1910-1925) : matérialisation des « mythes » nationaux. Centenaires et « monuments de papier ». Volonté du pouvoir politique de mettre en scène la nation, montrer la modernité de la nation pour soi et pour l’étranger. Mexique : la réussite apaisée/Bolivie : la nation blanche.
 TABLE II : Les célébrations officielles de la Nation (2)
Martín Pablo Otheguy (Université Aix-Marseille) : « La trahison des images: fêtes nationales et identités ethniques durant le premier péronisme (1946-1955) »

Les démonstrations publiques et les manifestations massives se sont imposées comme un signe distinctif du péronisme. Celui-ci s’auto-définissait comme un « mouvement national » ; dès lors, les frontières entre les jours de commémoration nationale et les festivités péronistes s’esquissaient à peine. Ces événements représentaient des moments clés dans le maintien et la consolidation du pouvoir en place. Mais quelle était la nation que ce mouvement « imagina » et tenta d’instituer à travers ces festivités ? La nation péroniste se rapprochait du modèle formaliste. Celle-ci reposait sur un mouvement d’expansion de la citoyenneté. Il s’agissait d’un fort courant homogénéisateur qui poussait les citoyens à l’acculturation avec le « peuple des travailleurs ». Mais, de manière concomitante, le péronisme tenta d’ériger une vision savante et académique de l’identité nationale, notamment à travers l’Instituto Nacional de la Tradición. Le centre de gravité de cette élaboration fut l’héritage gréco-latin et chrétien des descendants espagnols, incarné dans la figure du criollo qui habitait dans les terres intérieures du pays. C’est la raison pour laquelle les festivités organisées par le gouvernement étaient imbues de signes distinctifs du criollismo. Dans cette idée de nation, l’« oubli » de l’héritage des populations autochtones constitua un élément capital. Ce n’est que très rarement que la question fut explicitée lors des discours officiels. Or, durant les festivités nationales et péronistes, la diversité ethnique devenait « visible ». La présence d’artistes indigènes était récurrente ; souvent, les responsables politiques s’affichaient sur scène à leur côté. Ces événements constituaient un moyen de mettre en rapport l’ethnicité et la figure du travailleur par l’image. Pouvons-nous donc affirmer que lesdites festivités constituaient un espace d’affirmation de l’ethnicité de la population argentine ?

Natalia Molinaro, Sarah Dichy-Malherme et Martín Pablo Othegui
Sarah Dichy-Malherme (Université de La Rochelle)  : « L’Inti Raymi comme « fête de l’interculturalité » dans l’éducation équatorienne : l’invention ambigüe d’une symbolique plurinationales »

Dans les Andes équatoriennes, l’Inti Raymi ou « Fête du Soleil » est célébrée chaque année pendant la deuxième quinzaine de juin. Il s’agit du principal événement du calendrier rituel des Quichua, l’une des quatorze « nationalités » indigènes reconnues comme telles par la Constitution de l’Équateur. Dans les années 1980, au moment de ce qu’on a parfois appelé le « réveil indien », les cérémonies traditionnelles sont devenues des symboles de la résistance des identités culturelles opprimées face à la société majoritaire. En témoigne la mémoire du soulèvement indigène de juin 1990, connu en Équateur comme le « soulèvement de l’Inti Raymi ». Or depuis 2009, l’Équateur se définit constitutionnellement comme un État « plurinational » et « interculturel », caractérisé par « l’unité dans la diversité », en référence notamment aux diverses cultures des peuples et nationalités indigènes. Autrement dit, l’État est désormais censé reconnaître et valoriser une pluralité d’imaginaires nationaux, à la faveur de l’ambiguïté du terme « nationalité », choisi et défendu à dessein par les organisations indiennes. D’un point de vue conceptuel, il y a là un changement de paradigme indéniable par rapport au modèle traditionnel de l’État-Nation, fondé sur un récit historique unitaire. Dans ce contexte, le rôle de l’école républicaine, principal agent de diffusion de ce récit national auprès des citoyens, est logiquement voué à évoluer. En Équateur, les années 1990 avaient été marquées par le développement d’un système éducatif parallèle et partiellement autonome du Ministère de l’Éducation, le Système d’Éducation Interculturelle Bilingue (SEIB), destiné à revaloriser les langues et cultures indigènes. Avec l’avènement de l’État plurinational en 2009, c’est toute l’éducation nationale qui est censée devenir « interculturelle », et le SEIB ne subsiste plus que comme une modalité bilingue intégrée au système global. C’est ainsi que des rituels propres aux « nationalités », comme l’Inti Raymi, deviennent dans le nouveau système éducatif des célébrations officielles du modèle plurinational, dites « fêtes de l’interculturalité ». Dans notre travaille, dans le cas de l’Inti Raymi, nous analysons le passage d’une cérémonie symbolique de la dissidence identitaire à une célébration officielle, parrainée par les institutions étatiques. Dans une perspective d’histoire du temps présent, notre communication est fondée sur les études historiques et anthropologiques et sur les témoignages concernant l’évolution des significations données à la Fête du Soleil depuis le soulèvement de 1990, mais aussi sur nos propres observations lors de la cérémonie organisée en juin 2016 par les unités éducatives membres du SEIB, avec le soutien des Ministères de la Culture et de l’Éducation, devant l’Assemblée Nationale à Quito. Nous mettrons l’accent sur les acteurs de cette évolution ainsi que sur la constitution de nouveaux espaces symboliques, tant pour l’État que pour la nationalité quichua. Dans l’Équateur interculturel, l’Inti Raymi pourrait-elle devenir une fête de la Nation plurielle ?

Vidéo Inti Raymi 2016 : https://www.youtube.com/watch?v=ZtNmNmLdhRs

Natalia Molinaro et Estelle Amilien
Estelle Amilien (Université Paris Nanterre) : « Le recours aux symboles dans la construction et l’affirmation de la nation : le cas du drapeau du Pérou (1825-2002) »

La question de la Nation est souvent présentée ou définie comme une abstraction mais elle vient à s’exprimer et à être véhiculée par divers supports, dont le drapeau national. Dans le cas du Pérou, l’importance de ce drapeau et de la répartition tricolore – rouge/blanc/rouge – viennent à montrer une forme de cohérence, d’ensemble vaste dans laquelle les Péruviens se reconnaissent. La présentation a eu pour but de revenir sur les conditions de créations du drapeau et de ses usages, puis de voir comment l’usage du drapeau, dans une partie de l’Amazonie péruvienne, a pu être associé à des preuves de loyauté, de reconnaissance et d’appartenance au pays, voire de revendication au nom du pays dans le cas des tensions autour de la ville de Leticia, au début des années 1930. Enfin, une rapide présentation de la situation actuelle et des usages faits du tricolore péruvien a permit de dresser une sorte de bilan quant au processus de construction de la nation, étudié par le prisme de la vexillologie, lors de cérémonie de lever de drapeau, par le biais des pin’s vendus au moment de la fête nationale ou encore par le soin apporté à faire apparaître les couleurs péruviennes sur la base Machu Picchu.

TABLE III : Célébrations « en marge » et contre-célébrations  
Carla Haydee Granados Moya (Comisión Permanente de Historia del Ejército del Perú) : « Las teatralizaciones del desfile por fiestas patrias en el valle de Yanamarca. Una lectura alternativa a la historia oficial en la sierra central peruana »

Las comunidades andinas del Valle de Yanamarca celebran su « semana patria » cada jueves santo, y no el 28 y 29 de julio, días de las celebraciones oficiales en Lima. Con la realización de un multitudinario desfile al que llaman « cívico, militar, patriótico, religioso y folklórico », los pobladores del valle dramatizan las guerras y conflictos de la historia a través de representaciones militarizadas. Los acontecimientos nacionales evocados y la memoria de sus héroes entran en tensión con la historia oficial. Sin embargo, el desfile suele ser mostrado en los medios como un « evento folclórico » desprovisto de contenido politico, pero las dramatizaciones de fiestas patrias en Yanamarca tienen un fuerte contenido político. Centramos nuestra atención en la forma en que son representados dos personajes históricos claves para los yanamarquinos: el Mariscal Andrés Avelino Cáceres, héroe de la Guerra con Chile, líder de la resistencia campesina a quien los pobladores del valle recuerdan por haberlos ascendido a distrito en recompensa por su participación en la defensa del territorio nacional, y el general Juan Velasco Alvarado quien tomó el poder mediante un golpe de Estado en 1968, inició la reforma agraria e implementó políticas públicas nacionalistas y pro campesinas que permitieron la victoria de lucha por la tierra que los pobladores de Yanamarca libraron por siglos frente al sistema de haciendas. Destaco estas memorias por constituir una narrativa triunfalista que contrasta con la visión derrotista que ha caracterizado la historiografía nacional en el contexto posterior del conflicto armado interno ocurrido en el Perú entre 1980 y 2000.

Vidéo « Fiestas Patrias en Junín »: https://www.youtube.com/watch?v=UgkIH-YvN30

Vicente Romero (Université Paris 8) : « Análisis de videos Sobre las fiestas patrióticas de Semana Santa en el Valle de Yanamarca y en las tropas de Cáceres de Acolla y de su anexo Pachascucho (provincia de Jauja, Junín) 2016 »

Mujeres, Whifalas y pashnas en las Tropas de Cáceres

Las tropas de las Pashnas (guerrilleras), llevan sólo la bandera que representa a la cultura Inca o Andina del Perú, o no llevan. ¿Qué significa esto?

En grupos que representan a las tropas chilenas no hay mujeres. ¿Qué significa esto? Diferencia entre guerras de resistencia, de liberación nacional y social y guerras de conquista, antes de la segunda guerra mundial (después se incorporaron cuerpos de mujeres armadas a las guerras de conquista).

El canto de las mujeres y hombres en quechua, en donde se escucha « chileno, chileno » y no « maldito chileno »: ¿Cuál es la expresión antigua en las comunidades del valle de Yanamarca?

Estas tropas y pashnas formaron parte en 2016 de toda una serie de teatralizaciones en las cuales la presencia de las fuerzas armadas del Estado peruano estuvo, al parecer omnipresente, en las cuales las mujeres cumplían un rol diferente a las cumplidas en los cortejos de las Tropas de Cáceres

Aquí la serie de videos que han permitido ese breve análisis con el descriptivo correspondiente.

Las Tropas de Cáceres en Acolla, con tres cortejos:

Comparar estos videos con el siguiente, de las Festividades Patrióticas de Semana Santa en  https://youtu.be/B86NcL1mzs4

Las tropas de Cáceres en el Anexo Pachascucho, del distrito de Acolla, con tres cortejos:

  • Comunidad Campesina de Concho- Tunanmarca (sin bandera la tropa de pashnas y no hay Whifala en este cortejo)
  • Los Andes de Pachascucho -Comunidad de Concho (una niña o preadolescente porta bandera peruana pero representa a todo el cortejo ¿Desde cuándo se produjo esto? No hay Whifala en este cortejo)
  • Champahuasi (la tropa de pashnas llevan tres banderas: peruana, Whifala y blanca) https://youtu.be/9F2h9zawIiE

Comparar todo el precedente video de las Tropas de Cáceres con el siguiente video global de las Festividades patrióticas  https://youtu.be/1VyZCj0w19k

Este desfile tiene un jurado calificador. ¿Desde cuándo existen jurados?

Anexo

Comparar con la de 2017 en Muquillanqui (distrito de Marco, provincia de Jauja, Junín): marketing, “confort” y empobrecimiento. Las tropas de mujeres son menos numerosas, no hay más whifala y el canto lo hace un hombre:  https://youtu.be/eYCLb6o5gmIy  https://youtu.be/ltVgwfGOH04

 

Enrique Fernández Domingo, Carla Granados Moya, Jérémie Voirol et Juan José Carrillo Nieto
Jérémie Voirol (Université de Lausanne) : « La fête autochtone du Pawkar Raymi à Otavalo (Andes équatoriennes). Entre production et défi des idéologies nationales du « métissage » et du multiculturalisme »

La fête du Pawkar Raymi émerge dans les années 1990 dans la communauté autochtone de Peguche (Otavalo, Andes équatoriennes) dans une optique de revalorisation ethnique, au sein d’un État-nation qui reconnaît de plus en plus sa dimension pluriculturelle (inscrite dans la Constitution de 1998). Avant son adhésion officielle au multiculturalisme, les récits étatiques de la Nation équatorienne ont plutôt mis en avant l’idéologie du « métissage », c’est-à-dire une vision de l’espace national où les membres des « races » autochtone et afro-descendante doivent se muer en « métis », seuls garants de l’unité nationale, ainsi que des valeurs de progrès et de modernité vers lesquelles doit tendre la Nation. Ma communication, issue d’une recherche ethnographique de longue durée, a pour but de montrer dans quelle mesure ces deux idéologies nationales sont reproduites et défiées dans le cadre de la fête du Pawkar Raymi dans la région d’Otavalo. Si, à première vue, cette festivité constitue une tentative locale de revalorisation ethnique, elle célèbre à sa façon l’Équateur en tant que Nation. En effet, l’observation des différentes pratiques qui y sont organisées – principalement des « soirées culturelles » et des compétitions sportives – fait émerger différentes relations à l’idée de Nation et un désir, de la part des participants autochtones, d’y être intégrés ; tantôt en tant que groupe culturel particulier – faisant référence à une nation multiculturelle – tantôt en tant qu’« équatoriens » – reproduisant et défiant en même temps le récit du métissage. Tout d’abord, l’inauguration de la fête ancre celle-ci dans l’État-nation : des élus régionaux et nationaux – en majorité non-autochtones – sont invités à y participer et l’acte officiel du début de la festivité est marqué par l’hymne national équatorien. Le tournoi de football quant à lui fait émerger une racialisation hiérarchisée des corps des sportifs – rappelant celle de l’idéologie du métissage –, alors que les soirées dites « culturelles » contribuent à construire une « culture » particulière, principalement à travers la musique, la danse et une spiritualité identifiables comme « otavalo » et/ou « autochtone », s’inscrivant dans un espace national et voulant contribuer à la Nation. La fête du Pawkar Raymi constitue ainsi un espace-temps permettant aux autochtones d’Otavalo de se penser comme un groupe particulier au sein de la Nation, reproduisant en même temps, avec des spécificités locales, des idées de la Nation provenant des récits officiels. Elle participe à la production d’une nation équatorienne multiculturelle, mais l’« ancienne » idéologie du métissage, supposant des races hiérarchisées, reste en partie pertinente.

Vidéos sur le Pawkar Raymi : https://www.youtube.com/watch?v=yUeCYgFIyKk / https://www.youtube.com/watch?v=yLKYf66GnOU

Juan José Carrillo Nieto (Universidad Autónoma Metropolitana-Xochimilco) : « La célébration révolutionnaire mexicaine et sa contre-célébration populaire en 2010. Un moment pour réfléchir à propos déjà tracé  »

En 2010, au Mexique, deux célébrations très importantes ont eu lieu : les 100 ans de la Révolution Mexicaine et 200 ans de la Révolution de l’Indépendance. Lors de ces deux révolutions, le Mexique a obtenu la souveraineté populaire, les droits de l’homme en 1810, avec la Révolution de 1910, les droits sociaux (les droits des travailleurs, des paysans) et le droit à l’éducation laïque. Cependant, depuis 1982, le Mexique applique les politiques néolibérales qui menacent la souveraineté et les droits de l’homme. Dans ce contexte de festivités, on note un paradoxe pour l’État et la classe politique mexicaine : alors que ces révolutions doivent être célébrées, ils n’appuient pas pour autant ces idées. La classe politique mexicaine a tenté de célébrer avec beaucoup de bruit le centenaire et le bicentenaire mais sans faire référence à la mémoire populaire et sociale. Pour contrer ces célébrations officielles, des organisations sociales ont fait entendre leurs voix. Dans cet environnement politique et social, 2010 a été une année de fêtes, de réflexions et contre- célébrations. Nous montrons que, à côte des célébrations officielles au Mexique, il y avait des célébrations populaires qui ont essayé rappeler les motifs et les causes de ces révolutions populaires.

TABLE IV : Quand la Nation se célèbre ailleurs (1). Espaces géographiques 
Clara María Avendano (Université Paris Sorbonne)  : « Fêter la victoires des armées de l’indépendance dans le Paris de la Restauration »

La geste héroïque des armées de l’Indépendance a été l’un des symboles du mythe fondateur des nations latino-américaines. Comment la Communauté ibéro-américaine célébrait ces victoires en France ? Au travers de leurs récits et correspondance, ainsi que des témoignages de la police française, nous essayons de comprendre le déroulement de ces célébrations, ainsi que leur rôle et importance au sein de cette communauté. Janvier 1822, José Echeverria alors en mission à Paris pour le compte de Bolivar, rend compte des soirées déroulées dans la maison d’un autre agent de la République colombienne, Francisco Zea : « (…) là-bas n’allait jamais aucun Colombien, il n’y avait que des Espagnols, là-bas on ne fêtait point nos bonnes nouvelles ni se parlait de nos affaires. En conséquence de la prise de Cartagena, on a fait un toast dans la maison de Texada ». Point de fête officielle pour les agents de « l’insurrection » américaine dans le Paris des années 1820. Il s’agissait plutôt de célébrations en marge, souvent clandestines et parfois même cantonnées aux toasts en honneur des « bonnes nouvelles » arrivées d’Amérique dans les salons parisiens.  Zea et Ignacio de Texada, naturels de la Nouvelle Grenade, étaient arrivées en France suite à l’évacuation de l’Espagne par les armées napoléoniennes. Afrancesados notoires, ils virent dans l’indépendance de leur patrie des nouvelles perspectives et une issue certaine à leur condition d’exilés espagnols. Fêter la victoire de l’armée indépendante, impliquait fêter la défaite de l’armée royaliste.  Dans un contexte où l’identification des individus à un territoire était comparable à un mille feuilles de fidélités politiques, liens sociaux et attaches territoriaux ; fêter la victoire pouvait traduire l’adhésion de l’individu à la cause de l’Indépendance. Fait essentiel si l’on considère cette adhésion comme l’un des principaux outils ayant servi à délimiter la communauté qui prétendait alors au statut de nation. La fête devient une manifestation de conscience d’appartenance des individus à un ensemble géographique et humain. Étudier ces célébrations au travers des individus ouvre des chemins de réflexion susceptibles de montrer la dynamique complexe par laquelle se construisent les frontières géographiques et imaginaires de la nation dans la mentalité des individus, tiraillés entre leur histoire et cette nouvelle Histoire de l’Amérique qu’ils étaient en train d’écrire.

Vicente Romero, Ingrid Peruchi, Clara María Avendano et Paola García
Paola García (Université Paris Nanterre) : « Fiestas patronales y migración latinoamericana »

En las sociedades tradicionales latinoamericanas, las fiestas patronales son desde la época colonial hasta la actualidad eventos estructurantes, tanto a nivel económico como social y político. Estas fiestas patronales constituyen un espacio privilegiado en donde se entremezclan lo público y lo privado, donde se definen las relaciones sociales y de poder entre los diferentes grupos involucrados y por ende, en donde se (re)afirma la fidelidad a los ancestros y a la historia común de la comunidad. Más allá de su dimensión religiosa, el santo/a patrón/a vehicula una identidad comunitaria y territorial cuya celebración marca el momento álgido de su expresión. Sin embargo, los flujos migratorios que se han intensificado en estas últimas décadas redefinen las lógicas de expresión y de significado de estas fiestas patronales puesto que están involucrados en ellas individuos que viven fuera de la comunidad de origen o las festividades se organizan fuera de las fronteras nacionales, es decir, en los países de acogida. Esta comunicación propone una reflexión en torno al impacto que tienen los procesos migratorios – tanto internos como internacionales – sobre el significado de las fiestas patronales.

Vidéo Fiestas ecuatorianas en Madrid 2015: https://www.youtube.com/watch?v=mVC3kViF6-M

Ingrid Peruchi (Université Paris Nanterre)  : « Des identités à l’identité brésilienne ou la construction d’une image de la nation brésilienne en France dans la reproduction de la Festa do Senhor do Bonfim à Paris »

La traditionnelle fête bahianaise du lavage des escaliers de l’Église du Senhor do Bonfim, ayant lieu annuellement à Salvador, s’est constituée comme la représentation populaire majeure au Brésil de la foi, mais aussi du syncrétisme religieux propres à cette ville, pour les raisons historiques qui marquent la prépondérance politique et économique de la ville dans les trois siècles de colonisation. Première capitale brésilienne et principal port du trafic d’esclaves, la ville est l’héritière d’une histoire et d’une culture hybride qui sont vécues par ses habitants comme singulières au sein de la nation brésilienne. En raison de l’importance, du symbolisme et la visibilité que cette fête a acquis au Brésil, où elle existe depuis plus de deux siècles, l’association franco-brésilienne Viva Madeleine s’est proposé de la reproduire en France, précisément à Paris, au quartier et à l’Église de la Madeleine, depuis 2002. Selon l’association, cette fête a pour but de « promouvoir la paix entre les peuples » ou un esprit oecuménique basé sur les valeurs de paix et de tolérance, à l’image de la fête originale à Salvador. Cependant, à la différence de celle-ci, son insertion au sein d’une nation étrangère, devant des regards étrangers et dans un espace géographique différent mettent en place un jeu d’identités, qui non seulement se réinventent mais acquièrent aussi des limites nationales. Dans cette communication, nous nous proposons d’analyser, à partir d’un film publicitaire sur l’événement, de photos et de témoignages divers des participants, les particularités de la fête française qui mettent en scène une représentation d’une identité brésilienne qui cherche à s’affirmer en contexte étranger. Nous analyserons également les discours de l’organisateur de l’événement, des Français et Brésiliens présents et le programme culturel qui complète le cortège et le lavage des escaliers de l’église.

Vidéo du Lavage de La Madeleine à Paris (4 septembre 2016) : https://www.youtube.com/watch?v=JF5GU0kTCeU

TABLE V : Quand la Nation se célébre ailleurs (2). Espaces culturels
Fernando Limeres Novoa (UNED-Universidad de Educación a Distancia) : « Una literatura para una nación. La construcción nacional mediante el paradigma literario. Crítica y política. En torno al Martín Fierro la polémica Leopoldo Lugones/Jorge Luís Borges »

Históricamente, la literatura ha proveído símbolos en los que el difuso concepto de nacionalidad pueda materializarse. En el caso argentino, Leopoldo Lugones en la estela del programa cultural desarrollado en torno al centenario de la independencia argentina, intenta una lectura que consolide un símbolo nacional mediante dos operaciones críticas realizadas en sus conferencias tituladas El payador y en su obra de aliento épico La guerra gaucha; Borges posteriormente impugnará la postulación del Martín Fierro como libro nacional. Se trata de contraponer ambos modelos y establecer qué operaciones ideológicas sustentan ambos posicionamientos críticos.

Catjerine Eymann, Gloria Zarza Rondon et Jupiter Ossaba
Gloria Zarza Rondon (Université Paris III Sorbonne Nouvelle) : « El fútbol como fiesta, el balón como bandera. Una crónica visual »

La propuesta que planteamos tiene por objeto analizar de qué modo la dictadura argentina de Jorge Rafael Videla manipuló y utilizó el Mundial de fútbol de 1978 para contrarrestar las múltiples acusaciones en contra del régimen que llegaban del exterior. A partir de tres películas de género documental:

se reconstruye el desarrollo de uno de los mundiales más trágicos de la historia del fútbol en el siglo XX. El tono celebratorio, la ferviente defensa de la organización del evento y su insistencia en señalarlo como un símbolo de unidad nacional, se confunden con el clima de terror y muerte que reinaba en la Argentina del Proceso de Reorganización Nacional. Deporte, represión, patriotismo, manipulación y violación de los derechos humanos formaron parte de un mundial que fue utilizado como instrumento de propaganda del régimen y como barrera para silenciar la pérdida de miles de vidas.

Jupiter Ossaba (Université Paris 8) : « Cumbia Villera: Fiesta y Nación »

La cumbia de exportación de la identidad nacional colombiana se impuso desde los años 1940 en todo el continente americano especialmente en Argentina, México, Perú y Chile. Las fiestas cumbieras traspasaron las fronteras americanas y llegaron hasta Europa hace ya una década seduciendo cada día nuevos adeptos y afianzándose poco a poco en el panorama de las fiestas parisinas. Cumbia villera, fiesta y nación puede ser considerado como tres símbolos de identidad sociocultural muy importantes de la realidad argentina en esta última década, dado que la política, está marchando a ritmo de cumbia villera por las calles de la capital bonaerense. Las fiestas de cumbia como práctica colectiva siguen acompañando la construcción del imaginario nacional argentino, en el que la fiesta desempeña un papel primordial.  La Cumbia Villera es uno de los pocos géneros de cumbia en el que las prácticas y discursos son testimonios de la tragedia social de los habitantes de las villas miseria y de los barrios populares del Conurbano Bonaerense. Dicho género musical ha generado una gran controversia y ha sido sucesivamente censurado, estigmatizado, para ser poco a poco blanqueado y recuperado por el poder y el mercado. En efecto, se trata de una manifestación discursiva territorializada ya que las Villas miseria han experimentado cambios y continuidades que influyeron sobre el discurso, las prácticas y los significados de la cumbia villera y del lenguaje popular. Las villas miseria, reflejo de la devastación neoliberal y del abandono estatal, han conocido de manera sucesiva todo tipo de atropellos, desalojos, discriminación, marginalidad y exclusión social y actualmente un nuevo modo de hacer turismo y negocios en Buenos Aires: La nueva galería de arte instalada en la villa 20 de Lugano y el villa tour: Por 80 dólares, turistas usamericanos y europeos en su mayoría, se dan un baño de realidad en la miseria, la desnutrición, el hacinamiento, en suma, la desposesión de muchos argentinos que habitan los márgenes de la dignidad humana y social. Este tipo de circuito turístico ya se realiza en otros lugares del mundo, como la visita por las grandes favelas de Brasil « la Rocinha » o « la Babilônia », o el boom que representó la visita de la ex Yugoslavia devastada.  Para nosotros el binomio nación y fiesta es indisociable ya que la una permite la otra y viceversa. La nación se consolida a través del sentimiento común de pertenencia y de identidad festejado. La música y la fiesta son variables dignas de ser consideradas. La música es un elemento fundamental en los festejos públicos a través de la cual se pueden constatar las expresiones de respaldo popular. El continente americano representó un laboratorio propicio para las élites criollas en un mundo « nuevo » donde dichas élites querían recrear naciones inspiradas en la noción de nación europea, dándoles un margen de maniobra para tratar el viejo problema de las relaciones entre la sociedad, el estado y el proceso de construcción de la nación durante el siglo XIX. Era necesario inventar un complejo de tradiciones que identificara a esa nación que aún no existía. Esta invención de representación colectiva es inacabable ya que se trata de una comunidad plural imaginada espacialmente como una sola. Nuestro estudio se enfocará sobre el gran Buenos Aires y su zona rural, tratará del proceso de construcción de una memoriaAnalizar los orígenes de la nación a través de la fiesta nos permite recuperar una parte del contenido simbólico de la nación que la fiesta vehiculiza. La relación entre la fiesta y el origen de la nación, es decir el surgimiento de la nación identitaria tomado como un proceso creador de representaciones sociales de larga duración, es otro de los aspectos fundamentales que tenemos que tener en cuenta. Nos planteamos varias preguntas: ¿Cuáles son las fiestas en las que se sienten representadas las clases populares? ¿Qué pasiones activa el crudo dilema entre civilización y barbarie, en el contexto actual? ¿La cumbia villera será el nuevo ritmo portador de la identidad argentina en el siglo XXI, como lo fue el tango en el siglo XX? ¿Las villas miseria van a convertirse en una vitrina turística a la que emigraran los llamados « burgueses bohemios » como ocurre en las Favelas de Rio de Janeiro desde la década de 1990? ¿Quiénes se benefician con el turismo en las villas miseria?

Entrée libre

Contacts : Dalila Chine Lehmann  dlehmann@u-paris10.fr / Natalia Molinaro natalia.molinaro@univ-paris8.fr

Coloquio Internacional « Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente »

Affiche Colloque le fleuve et la ville

Programme Colloque le fleuve et la ville janv 2017

Presentación

Fuente de la vida, formador de paisajes, canal de comunicación, espejo de ensoñaciones, metáfora por excelencia del devenir, el río viene modelando, desde hace milenios, un rico repertorio imaginario. La ciudad se asentó en sus márgenes para beneficiarse de las ventajas materiales que le procuraba su proximidad pero también para servirse de su extenso campo simbólico. La ciudad por su parte es el escenario privilegiado de los encuentros y las tensiones que dan lugar a una sociedad; pero es además un espacio que, en su misma fisonomía, cambia permanentemente. El río y la ciudad interaccionan desde los orígenes de la civilización: ¿quién es el modelador y quién el modelado en esta prolongada convivencia?

Esta dialéctica se comprende mucho mejor si consideramos la ciudad y el río como paisaje. La noción de paisaje nos obliga a estudiar el problema de la mirada, considerando los límites del “cuadro” que la recorta y la textura del “plano” sobre el cual confluyen sus proyecciones. Los obreros, los empleados, los políticos, los comerciantes, los artistas, los profesionales, el “ciudadano común”, las amas de casa, los estudiantes, los marginales, los “sin techo” y los turistas, encuentran y reconocen en calles, plazas, canales, paseos y puentes, un espacio que, para cada uno, y para todos en su conjunto, tiene un determinado “valor”. Como bien señala Graciela Silvestri:

“[…] para convertir un ensamble de objetos naturales y artificiales en paisaje, es necesario un trabajo social de cierta duración temporal. Aunque potencialmente un grupo de casas, un farol en esquina, un cielo y una calle, pueden ser observados como paisaje, tal conjunto no posee por sí mismo valor: debe existir un acuerdo en la misma comunidad acerca de los significados que transmite. Es la recepción de esa diversidad sensible, y la imaginación que produce representaciones que corresponden a ideas sin reducirse a ellas, la que configura paisajes. La historia produce los paisajes, y la memoria (que cristaliza el pasado en sentido común) abona su permanencia”.[1]

Quisiéramos estudiar entonces las transformaciones urbanas en su dialéctica con el río, considerando el espacio como fenómeno temporal y prestando atención, particularmente, a los dispositivos que se activan en el cruce de miradas de residentes y viajeros: los recuerdos y los olvidos, los discursos críticos y los legitimadores, las interpretaciones y las re-interpretaciones, los progresos técnicos y las degradaciones, la construcción de centros pero también de periferias, el procesamiento de mercancías pero también de residuos, la circulación de personas pero también de objetos, de capitales, de técnicas y de conocimientos, los discursos y las prácticas médico-sociales.

La dinámica social que establecen el río y la ciudad, permite e incluso solicita el intercambio privado, la escena íntima. En su poema “Fui al río…” (El ángel inclinado, 1937), el poeta Juan L. Ortiz describe la experiencia de un paseo hacia el río. En el marco de una tradición poética contemporánea que debe por lo menos remontarse a Baudelaire, el río que atraviesa la ciudad lleva al poeta a una meditación sobre los límites, la noción de orilla, los alcances de lo visible y lo invisible. Ortiz retoma esa preocupación pero le da un giro singular. De regreso a la ciudad se pregunta sobre la naturaleza de la experiencia: “Regresaba/ –¿Era yo el que regresaba?–“, y se responde: “Era yo un río en el anochecer, y suspiraban en mí los árboles, y el sendero y las hierbas se apagaban en mí”.[2]

Se pueden analizar sin duda estas transformaciones en el espacio y el tiempo, pero el trabajo del urbanista, del geógrafo y del historiador, debe dialogar con otras perspectivas. Como bien señala Alain Corbin:

“Il faudrait […] tenir compte de l’histoire des pratiques discursives, de l’évolution des structures du style descriptif et de celles des normes qui ordonnent le partage du dit et du non-dit. En bref, une telle méthode aboutirait davantage à mesurer l’évolution d’un genre littéraire que celle des modalités de la perception du paysage. Mieux vaut concentrer l’attention sur l’histoire des désirs, des curiosités, des systèmes perceptifs et discursifs qui organisent les témoignages”.[3]

Las ciudades latino-americanas han conocido un importante proceso de transformación a lo largo del siglo XX que, en muchos casos, las convirtieron en las metrópolis más importantes del mundo. ¿Cuáles son los horizontes urbano-fluviales que comienzan a definirse al alba del siglo XXI? Proponemos algunas líneas de trabajo:

Las comunicaciones que han estructurado estos tres días de coloquio, se han estructurado naturalmente a partir de una disciplina o de una visión multidisciplinaria teniendo como tema principal la “relación” entre el río y la ciudad. Las comunicaciones presentadas no han perdido de vista la relación (interacciones pero también conflictos o tensiones) que se genera o se ha generado entre ellos. Si bien este coloquio ha estado destinado al estudio de las ciudades latinoamericanas, algunas ponencias han versado sobre el estudio de otras ciudades fluviales (ciudades bálticas, San Petersburgo, Puerto de Santa María, Saint-Georges de l’Oyapoque). Es decir, una apertura a una dimensión comparatista, sin forzar por otra parte la consideración del problema. En definitiva, a principios del siglo XXI, en este contexto mundializado en el que estamos viviendo, ¿en qué medida los procesos que viven las ciudades latino-americanas son exclusivos?

La manifestación que comenzó el jueves 2 de marzo de 2017 forma parte de un proceso de trabajo que tuvo como punto de partida  la organización del primer coloquio en el país del sauce, coorganizado por la Universidad Nacional de Entre Ríos y la Universidad de Paris-Est Créteil. El coloquio llevaba por título El horizonte fluvial y tuvo lugar en Paraná en la Facultad de Educación y comunicación de la Universidad Nacional de Entre Ríos los días 3, 4 y 5 de septiembre de 2015 : https://www.youtube.com/watch?v=zVs8Y9UkR-Y

El 27 de noviembre de 2015 se celebró en los locales de la Universidad de Paris 8 el seminario Continuités et permanences dans les processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle) organizado por el equipo ALHIM  http://alhim.hypotheses.org/316. El 11 de octubre de 2016 en el marco del seminario El relato de viaje en/entre Europa e Hispano-América, organizado por el equipo IMAGER de la Université de Paris Est Créteil, se estudiaron las formas a partir de las cuales el viajero interviene en el proceso de intercambio cultural y la manera cuya mirada o su relato modelan o determinan el espacio recorrido http://alhim.hypotheses.org/516.

Jornada del jueves 2 de marzo de 2017

La apertura oficial del coloquio tuvo lugar en la Casa de Argentina de la Cité Universitaire Internationale de Paris el jueves 2 de marzo a las 17:00 horas. Annick Allaigre, presidenta de la Universidad de Paris 8, abrió la ronda de discursos defendiendo el apoyo dado por la institución que dirige a este tipo de manifestaciones internacionales que ponen en contacto a diferentes autores, investigadores, artistas y estudiantes de ambos lados del Atlántico y que dan sentido al trabajo que se realiza en el seno de las ciencias sociales, tan menospreciado en la sociedad actual. Julio Premat, director del equipo de investigación LER de la misma universidad, presentó la labor investigadora del laboratorio y de los equipos LIRICO y ALHIM que se encuentran en el origen del coloquio. Por último, Guillermo Mondejar, coordinador de la editorial EDUNER http://www.eduner.uner.edu.ar/ de la Universidad Nacional de Entre Ríos, agradeció la invitación de los organizadores, subrayó la participación de su universidad a la realización de este coloquio y evocó la necesaria continuidad del trabajo que se iba a desarrollar en estos tres días con el coloquio El horizonte fluvial celebrado en Paraná.

Inmediatamente después, Sergio Delgado, en la presentación de la escritora, investigadora y profesora de la New York University, Sylvia Molloy http://www.clarin.com/literatura/yo-escritora_argentina_0_SyXtRePhwXg.html y su conferencia inaugural « “Añoro patria”: composición de ciudad y río en Jorge Luis Borges y Xul Solar », explicó que la idea principal de este coloquio gira en torno al río y cómo éste determina la vida y la cultura, hasta qué punto lo fluvial traza el horizonte de una región o una comunidad, en esa dialéctica entre lo visible y lo invisible, lo próximo y lo lejano, lo circunstancial y lo permanente.

Sergio Delgado y Sylvia Molloy en la Casa de Argentina

Tras una pausa, Laura Gentilezza presentó el trabajo que se está realizando para la constitución del Dossier « Le fleuve et la ville » que será publicado en la revista Cuadernos LIRICO http://lirico.revues.org/ a finales de 2017. Dentro de este marco de trabajo, la poetisa Luisa Futoransky y el poeta Miguel Ángel Petrecca recitaron sus creaciones y el historiador  Enrique Fernández Domingo leyó la crónica urbana « Una mañana en el río », escritos que formarán parte del dicho  dossier.

La primera jornada terminó con la presentación y la proyección del video Cuadernos del Tigre. Teatro de recortes + Perfomance sonora, de de Daniel Samoilovich https://www.youtube.com/watch?v=OwaJ5qhgdgE et Eduardo Stupía http://es.artealdia.com/International/Contenidos/Artistas/Eduardo_Stupia en presencia de este último.

Jornada del 3 de marzo de 2017

L’atelier La ville, le fleuve et leur contexte spatial dirigé par Jupiter Ossaba, doctorant et membre de l’équipe ALHIM, ouvra la deuxième journée du colloque.

Le premier intervenant est Nicolas Escach, enseignant-chercheur à l’IEP de Rennes et à l’Institut d’études culturelles et internationales de l’université de Versailles, qui présenta la communication « Le fleuve : ressource patrimoniale ou vecteur de développement des villes baltiques ? ». Au début de son intervention, le professeur Escach souligne que l’espace baltique est souvent cité comme l’archétype d’un espace transnational construit par des réseaux. Depuis la chute du Rideau de fer, les acteurs locaux et européens ont régulièrement convoqué le passé fantasmé de la Hanse médiévale, une association de marchands créée au XIIe siècle, afin d’établir une prétendue unité de la région. Davantage que la volonté de rapprocher des territoires avant tout concurrents, l’existence d’une multitude de forums baltiques traduit surtout la difficile adaptation des acteurs locaux à de nouvelles dynamiques relevant de la mondialisation économique et de l’européanisation politique. Depuis les années 1980, marquées par une recomposition du rôle des États, les autorités municipales ont la possibilité de mener une politique internationale plus autonome et de porter leurs actions à des niveaux inédits. Encore faut-il que les municipalités concernées disposent d’une masse critique suffisante et d’une localisation avantageuse. Les réseaux de villes forment un espace intermédiaire permettant aux territoires périphériques de l’espace baltique de développer des stratégies dans et avec les niveaux géographiques. Pour Nicola Escach, il n’existe pas un seul modèle de recomposition interterritoriale mais une multitude de stratégies et de parcours, dont l’espace baltique, traversé de nombreuses discontinuités, peut témoigner. Au-delà d’une géopolitique classique centrée sur les relations interétatiques, l’étude des municipalités riveraines invite à considérer la diversité des modèles d’inscription dans des dynamiques mondiales et européennes qui ne constituent pas des processus linéaires et monolithiques.

Ensuite, c’est le géographe Olivier Archambeau, Professeur des Universités à Paris 8, qui prend la parole pour parler de « Saint-Georges de l’Oyapoque ou l’impossible frontière ». Le géographe français nous présente une étude où il analyse les paysages et l’architecture d’une commune frontalière de Guyane française : Saint Georges de l’Oyapock. Longtemps isolée -la route la reliant à Cayenne ne date que de 2003, l’ouverture du pont vers le Brésil est prévue pour 2013-, la commune a développé une relation particulière tant avec le fleuve qu’avec la rive brésilienne, relation se traduit par une architecture et des paysages particuliers. La communication examine précisément les thématiques suivantes : évolution de la structure urbaine, transects d’identification des paysages, histoire et qualification des quartiers, analyse des couleurs du bâti, séquences d’entrée de ville et une  typologie architecturale.

André Filler, Maitre de Conférences-HDR au département d’études slaves de l’Université de Paris 8, ferma la table de la matinée avec son travail intitulé « Homme, fleuve, ville, Empire : le Cavalier d’airain de Pouchkine ». Sa communication parle sur le poème Le Cavalier d’airain, composé par Alexandre Pouchkine en 1833, la Neva et Saint-Pétersbourg. Le professeur Filler aborde l’affrontement entre l’ordre et le chaos, la créativité humaine, l’histoire de l’art, le progrès, les grandes mutations historiques et le pouvoir transformateur de l’homme. Ainsi, à partir d’une analyse du texte, André Filler offre au public présent une belle réflexion sur les rapports entre Saint-Pétersbourg et son créateur, Pierre Le Grand, entre la ville de pierre et la ville mythique, entre la parole et la vue, entre la représentation et la réalité, entre le lieu commun et l’histoire d’amour-haine entre la Neva et l’ancienne capitale de l’empire russe.

Jupiter Ossaba, André Filler, Nicola Escach et Olivier Archambeau ( Université Paris 8)

Tras un animado debate y una pequeña pausa, la jornada continuó con la mesa redonda Différents regards sur la ville et le fleuve dirigida por Adrián Gorelik, arquitecto e investigador de la Universidad Nacional de Quilmes y el CONICET.

La antropóloga y Professeure des Universités Perla Petrich tomó la palabra para presentarnos su trabajo titulado « Realidades imaginarias del río Usumacinta. (Tabasco, México) ». La comunicación de la profesora Petrich, investigadora de la Universidad Paris 8, se ocupó del Bajo Usumacinta, es decir, de la parte del río que atraviesa Tabasco y desemboca en el Golfo de México. Particularmente  la comunicación se centró en una zona: los pantanos de Centla, un  delta pantanoso. Este delta abarca unos 50 km de ancho por 70 km de largo, lo que corresponde al 12,27% de la superficie total del estado Tabasco. El Usumacinta constituyó hasta aproximadamente 1970 una fuente de vida y de trabajo importante para pescadores, chicleros y cortadores de maderas preciosas.  El río era una fuente de trabajo importante y, en consecuencia la zona atraía a mucha población indígena y mestiza. Actualmente las puertas de la selva se han cerrado y la mayoría de esas actividades han dejado de ser rentables. Gran parte de la población se ha desplazado en busca de trabajo a los centros turísticos como Cancún o han emigrado a Estados Unidos. Otros han optado por seguir en el lugar a pesar de las dificultades. Muchas oposiciones sociales se han creado a partir de esta situación : los que se fueron regresan de vacaciones con cierta nostalgia pero, siempre comparando críticamente con su vida presente en las ciudades. Por su parte, los que se han quedado han sido muy influenciados por las ONG’s e incluso por una política gubernamental de corte ecologista. En sus discursos el río Usumacinta, los pantanos y los manglares se han convertido en un paisaje mítico. No se trata ya de un ecosistema que les procura fácilmente la subsistencia -la pesca persiste pero, es poco rentable-  sino de un objeto que simboliza una solidaridad perdida. Paradójicamente la decadencia económica de la zona ha alimentado y enriquecido el imaginario popular : el río y sus costas se han despoblado de seres humanos pero, repoblado de seres fantásticos. La memoria colectiva ha enmarcado y protegido el río ; ha evitado el olvido ; lo ha rescatado ya no como un ecosistema productivo sino como un símbolo identitario de los pobladores ; como un mito que se revive y renueva en cada relato.

comunicación Perla Petrich

Tras ella tomó la palabra María Mercedes Di Virgilio, docente e investigadora de la Universidad de Buenos Aires y del CONICET para presentar la comunicación « Buenos Aires y la ribera: continuidades y cambios de una relación esquiva ».  Para la profesora Di Virgilio, Buenos Aires guarda una relación controvertida con la ribera y con los cursos de agua que la atraviesan. De hecho, a pesar de limitar con un frente costero muy extenso -Río de la Plata, al este, y Río Matanza-Riachuelo, al sudoeste- y de estar surcada por numerosos ríos, arroyos y zanjones, la ciudad nunca se hizo demasiado cargo ni sus aguas ni de sus costas. Quienes visitan Buenos Aires sin conocer demasiado de su historia y su topografía, raramente podrá advertir los vestigios de ríos y arroyos recorriéndola bajo sus densos pavimentos. De sus costas, las pronunciadas barrancas que marcan algunas de calles en San Telmo y Belgrano son una huella indeleble y, al mismo tiempo, negada. Más aún, si el viajero no llega hasta sus bordes, desconocerá los espejos de agua que la enmarcan. Sin embargo, las recurrentes inundaciones, nos recuerdan a porteños y visitantes que las aguas no sea han ido ni se han evaporado, sino que continúan fluyendo contenidas –actualmente los arroyos están entubados y los ríos rectificados- en el subsuelo urbano. En este marco y renunciando a la ciclópea e imposible, al menos para mí, empresa de avanzar hacia una historia social de la relación entre Buenos Aires, sus aguas y sus costas; me interesa compartir con ustedes algunas hipótesis y puntos de vista que podremos considerar si en algún momento nos lanzamos a tal empresa. Mis argumentos se circunscribirán fundamentalmente a la ribera y a su urbanización e intentan mostrar que ninguno de los proyectos pensados para esta porción de la ciudad a largo del siglo XX logró imponer su ideario urbano. Por el contrario, estos idearios fueron muchas veces contradictorios y se plasmaron en partes o porciones de la extensión costera. A pesar de ello, todos parecen haber tenido una misma, aunque limitada intención: domar el río y sus aguas bajo un proyecto políticamente hegemónico y económicamente rentable. Planteo que tal empresa fue limitada porque, como veremos más adelante, por casi tres siglos las intervenciones sobre la rivera fueron erráticas y controvertidas y ninguna tuvo capacidad de marcar un rumbo claro en la urbanización y el desarrollo de esa parte de la ciudad. El cometido sólo se alcanzará –no sin tensiones- en los albores del siglo XXI bajo la égida del desarrollo del nuevo barrio de Puerto Madero y de la intensión de extender –con adecuaciones- sus beneficios y lógicas a la vasta silueta zigzagueante de la ribera. Vale señalar que en su desarrollo intentaré mostrar cómo ha sido la relación de Buenos Aires con la ribera. ¿Qué proyectos han marcado la historia de su urbanización? ¿Cuáles han sido los idearios de ciudad en los que se han apoyado y en los que aún hoy descansan? ¿Quiénes han sido y quiénes son los destinatarios de dichos proyectos? Etc. El trabajo recupera resultados de diversos proyectos de investigación llevados adelante en el Área de Estudios Urbanos (Los proyectos pioneros fueron dirigidos por la Dra. Hilda Herzer y los más actuales por la Dra. Carla Rodríguez y por mí misma) y se apoya en una extensa revisión bibliográfica que ha tenido a la ribera –a sus diferentes áreas, en distintos momentos en el tiempo- como objeto de indagación,

Di Virgilio comunicación         Buenos Aires y la ribera

La mesa se cerró con la intervención del profesor Alejandro Román Antequera quien presentó la comunicación « Les fleuves et la baie de Cadix ». Para el historiador gaditano, el río Guadalete es el que ha tenido mayor influencia histórica sobre la Bahía de Cádiz. Además de funcionar como límite geográfico, urbano y administrativo, tuvo una función como vía de comunicación con el interior, por su carácter navegable hasta el término de Jerez –de cuyo núcleo el cauce dista pocos kilómetros-, donde se concentra la producción agropecuaria del hinterland gaditano. No obstante, la mayor relación del río con un espacio urbano se estableció con la ciudad de El Puerto de Santa María, que se sitúa en su desembocadura. De este modo, el análisis se va a centrar en comprender cómo fue la relación que mantuvo la ciudad portuense con el río Guadalete desde la época moderna hasta la actualidad –sin obviar el papel de otros núcleos, especialmente Jerez y Cádiz-. Este no es un objeto de estudio nuevo, ya que con anterioridad el profesor Román Antequera ya había abordado la cuestión con relación a los medios de transporte. No obstante, la perspectiva sí lo es, ya que en esta ocasión se utiliza como hilo conductor los diferentes proyectos de obras públicas que en torno al Guadalete se suscitaron para explicar la plasmación de las funciones que se le atribuían –lo que implica comprender la visión creada desde el poder-, así como de la evolución histórica de la ciudad y de su relación con el río. En la comunicación se plantea una perspectiva cronológica, de larga duración, dividida en tres períodos que coincide con las principales funciones del río, aunque siempre hay que tener en cuenta que hubo superposiciones en los procesos, ya que durante el declinar de una función, comenzaba a tomar peso otra: a) El fin del papel militar y la potenciación de su rol comercial, b) El auge industrial, los inicios del turismo y la mutación de la función comercial, c) La ciudad extensa: El progresivo olvido del río.

Adrián Gorelik, Mercedes Di Virgilio y Perla Petrich (Université Paris 8)

La sesión de la tarde se articuló alrededor del tema Le fleuve, la ville et l’écriture. La primera mesa  fue moderada por Sergio Delgado, escritor y  profesor de la Université Paris Est-Créteil. La  intervención de apertura corrió a cargo de Leonardo Senkman de la Hebrew University of Jerusalem y llevó por título « Los humedales fluviales olvidados en ficciones sobre la costa de Saer y Wernicke ».

La profesora Claudia Rosa, docente e investigadora de la Universidad Nacional de Entre Ríos y la Universidad Nacional del Nordeste, tomó el relevo del profesor Senkman con  la comunicación « Alfredo Veiravé y sus paisajes laterales ». Su trabajo se estructuró a partir de la obra de Alfredo Veiravé (Entre Ríos, 1928-Resistencia, 1991), creación poética que construye un registro peculiar y originalísimo enmarcado en lo que se ha denominado “antipoesía” en la literatura latinoamericana contemporánea. El poeta pasó su infancia y adolescencia en su provincia natal y egresó de la Universidad nacional del Nordeste como profesor en Letras. Para la profesora Rosa la obra de Veiravé marca un quiebre con la poesía tradicional de los años 70 y ofrece filosóficos, psicoanalíticos y antropológicos clivajes que instituyen a la provincia Chaco en una travesía original. Confluyen en su poesía diversas artes gracias a su gran capacidad de producción de imágenes que simbólicamente parecen clausurar el mundo de lo real.

Sergio Delgado, Claudia Rosa y Leonardo Senkman (Université Paris 8)

La mesa se cerró con la comunicación de Adriana Amante, profesora de literatura argentina del siglo XIX en la Universidad de Buenos Aires (UBA) y en la New York University en Buenos Aires, sobre las « Vistas y luces en el Río de la Plata durante el Sitio de Montevideo ». Su trabajo reflexiona sobre la redacción de forma epistolar, en cartas dirigidas a diferentes destinatarios, que narra las impresiones y experiencias de la etapa montevideana así como las reflexiones que suscitan en el autor. La profesora Amante analiza de una manera brillante el relato y la mirada que Sarmiento construye alrededor del Río de la Plata y la ciudad de Montevideo.

Jessica Torres y Nora Catelli (Université Paris 8)

Jessica Torres Quiroga, miembro de ALHIM, dirigió las intervenciones y los debates de la segunda mesa de la tarde.

La primera intervención fue realizada por Anne García de la Université Paris Est-Créteil. La docente e investigadora del laboratorio IMAGER presentó la comunicación titulada «  Del lago al desagüe: los ríos invisibles de la ciudad de México en Hombre al agua (2004) de Fabrizio Mejía Madrid ». La novela del escritor y peridodista mexicano cuenta las deambulaciones del personaje-narrador por la ciudad de México. Estas son un pretexto para librar al lector una síntesis de las políticas de gestión del agua a lo largo de casi quinientos años. La visión mítica de la ciudad lacustre de México-Tenochtitlan es reemplazada por la mirada “tecnicista” de los ingenieros que se empeñan en desecar la ciudad. La prosa de Fabrizio Mejía Madrid, pesimista y llena de humor (« un elemento existencial básico cuando se vive en países como México » confía el autor) no sólo hace la crónica de una ciudad apocalíptica, también plantea una pregunta existencial: ¿cómo construirse sin reflejo y cómo reflejarse sin agua? ¿por qué quedarse en una ciudad que desecha a sus habitantes? La dependencia al camino (“path dependance”) ha conducido la ciudad de México a un verdadero desastre ecológico: curiosamente, la catástrofe, la ruina, el desagüe, es ahora lo que define y reúne a sus habitantes, los únicos en conocer “los rituales del caos”, según la expresión de Carlos Monsiváis.

El profesor Ricardo Torre, de la  Université Paris Est-Créteil, presentó la comunicación « El río y la ciudad en la obra de Marcelo Cohen ». Según el profesor Torre, el río y la ciudad constituyen dos ejes temáticos esenciales en la obra del escritor argentino Marcelo Cohen. Ya desde sus primeros cuentos, escritos en los años ’70 en Argentina, la vida urbana de Buenos Aires se halla presente en el mundo laboral desencarnado (« Pasión y muerte de Ezequiel Remorino », « Mírelo a Caparrós », « Un olor », Lo que queda, 1972), en los recorridos citadinos de los personajes (« Pecé », Lo que queda ; « El porvenir es más duro que el granito », Los pájaros también se comen, 1975) o en las oposiciones socioeconómicas (« El secreto », « El Pescador y su sombra », Lo que queda). Con relación, esta vez, al río, este es vehículo de la experiencia y medio para alcanzar la revelación de la ciudad (« El mar dulce », Los pájaros también se comen). Si el motivo fluvial no ha sido profundizado en los estudios académicos sobre la obra de Marcelo Cohen, no ocurre así, por el contrario, con la ciudad, objeto de estudio y de reflexión de numerosos investigadores argentinos, por un lado (Elsa Drucaroff, Sandra Gasparini, Miriam Chiani, entre otros), y europeos, por otro (Ilse Logie, y especialmente Annelies Oeyen que dedicó a esta figura espacial su tesis de doctorado). Proponemos hacer una síntesis crítica de estos trabajos y extender la investigación a toda la obra de Marcelo Cohen: si los especialistas han privilegiado el estudio de las ciudades o centros urbanos de la producción del autor argentino (Bardas de Krámer en Insomnio, 1985, Lorelei en El oído absoluto, 1989), la relación entre el río y la ciudad no ha despertado la atención que merece. Por lo demás, en la producción literaria de Cohen de los últimos años, esta relación se ha reforzado claramente a partir de la creación del universo del Delta Panorámico desde Los acuáticos (2001): un nuevo mundo ubicado en el futuro, conformado por un archipiélago infinito de islas de agua dulce, de islas fluviales.

La tarde de trabajo se cerró con la comunicación de Nora Catelli, profesora de teoría literaria y literatura comparada de la Universidad de Barcelona, sobre « Los cuerpos de la guerra en el Paraná ».

Ricardo Torre y Anne Garcia (Université Paris 8)

Esta segunda jornada terminó con la presentación del libro El horizonte fluvial. Coloquio en el país del sauce, colección « El país del sauce », Editorial de la Universidad Nacional de Entre Ríos, Paraná, 2016.

Sergio Delgado, Alexis Chausovsky y Guillermo Mondejar (Université Paris 8)

La presentación fue llevada a cabo por los editores Alexis Chausovsky, Sergio Delgado y Guillermo Mondejar:

“El horizonte ha sido históricamente objeto de interés en las artes, la filosofía y las ciencias. Esa figura, que cotidianamente se nos presenta de manera natural, supone en realidad la compleja construcción social y cultural de la mirada. Para analizar esta temática, en septiembre de 2015, en Paraná, se realizó el encuentro El horizonte fluvial, primer coloquio en el país del sauce, coorganizado por la Universidad Nacional de Entre Ríos y la Universidad de Paris-Est Créteil. En la Facultad de Ciencias de la Educación de la uner se reunieron escritores, estudiantes, docentes, artistas y lectores para exponer y debatir en torno de una serie de preguntas iniciales: ¿cómo determina el río la vida, pero también la perspectiva de una cultura, el sentido de su imaginario?, ¿hasta qué punto lo fluvial traza el horizonte de una región o una comunidad, en esa dialéctica entre lo visible y lo invisible, lo próximo y lo lejano, lo circunstancial y lo permanente? El coloquio dio lugar a una combinación de voces y de perspectivas de la cual surge este libro. Cada texto aborda una problemática específica vinculada con el horizonte fluvial como móvil para la reflexión y es seguido por conversaciones que amplían sus alcances. En su conjunto, este volumen recorre itinerarios que van desde la indagación filosófica, el estudio de la obra de escritores del Litoral argentino, el vínculo de la historia y la poesía, el rastreo de la importancia del agua en la arquitectura, hasta la relación de una ciudad con su río. Así, se enhebran discusiones donde cobran brillo las palabras y las imágenes de Juan L. Ortiz, Arnaldo Calveyra, Alfredo Veiravé, Juan José Manauta, Reynaldo Ros y Juan José Saer, pero también, entre otros, de Friedrich Schiller, Friedrich Hölderlin, Walt Whitman, Le Corbusier o Lina Bo Bardi. Se presenta aquí, entonces, una obra diversa, que no elude la polémica ni se encierra en definiciones unívocas, sino que permite pensar la tensión permanente del horizonte. El libro incluye además un anexo que contiene información de todas las ponencias y expresiones artísticas que se presentaron en el coloquio, así como un catálogo de los libros presentes y futuros que implica este « horizonte » de la colección El País del Sauce”. http://www.eduner.uner.edu.ar/libro/151/el-horizonte-fluvial/

Jornada del 4 de marzo de 2017

Anne García abrió la última jornada del coloquio y moderó la primera mesa de trabajo que llevaba por título Le fleuve retrouvé  y comenzó con el trabajo « El río en el trabajo de Hernán Ronsino: imágenes y afluentes » de la docente-investigadora de la Université de Créteil Laura Gentilezza, quien habló del trabajo de Hernán Ronsino. Este joven escritor bonaerense (Chivilcoy, Argentina, 1975) ha ido sedimentando progresivamente un lugar desde donde intervenir en la literatura argentina contemporánea. Ese lugar toma, en el espacio diegético, la forma ficticia de su ciudad natal, Chivilcoy. Construir su propio lugar para la literatura es un gesto que Ronsino repite pues otros escritores, en cuya senda inscribe su propio nombre, ya lo han hecho. Juan José Saer, Haroldo Conti, Miguel Briante como marcas más fuertes. En este trabajo analizaremos de qué modo la imagen del río, constante en sus cuatro libros publicados entre 2003 y 2013, traduce un modo de tramar una doble experiencia espacial: la del propio pueblo y la de la biblioteca. Espacio transitado y espacio leído se vuelven una sola experiencia vital. Caminar por el pueblo es, en el trabajo de Ronsino, percibir con el cuerpo de lecturas: con el cuerpo y las lecturas.

La mesa se cerró con la comunicación « Los poetas no saben nada del río, salvo que es un ‘dios pardo' » » del escritor y profesor de la Universidad de Barcelona, Edgardo Dobry.

Edgardo Droby y Laura Gentilezza en la Université de Créteil

La última mesa,  Le fleuve remémoré, fue coordinada por Enrique Fernández Domingo director del grupo de investigación ALHIM. La mesa se estructuró alrededor de las comunicaciones « Pablo, entre la tierra y el río. Buenos Aires, el Rio de la Plata y la memoria de la desaparición » de Myrna Insúa, de la Université de Paris-Est-Créteil,  « El río y los juegos acuáticos como espactáculo de masas » de Alexis Chausovsky de la Universidad Nacional de Entre Ríos.  El  trabajo del profesor Chausovsky parte de una hipótesis que señala que el río tiene su momento de eclosión, ante una serie de procesos históricos, como escenario de espectáculos y diversiones para las masas en una incipiente industria cultural en 1900, año en que coinciden la Exposición Universal y los Juegos Olímpicos en la ciudad de París, adquiriendo el Sena rol protagónico. Se estudia la Exposición Universal y los Juegos Olímpicos de 1900, considerando que ambos contribuyeron con una serie de procesos de normalización del individuo espectador y continuaron las expresiones del embelesamiento europeo por el orden y el progreso en los trabajos y las diversiones útiles para el despliegue del capitalismo. Se trata de la conformación primigenia de un mundo de pantallas en los albores de la sociedad del espectáculo, donde el río, en diferentes ocasiones, es una pantalla más. El camino seguido es guiado por una mirada infantil, que aparece en los autores en los que el trabajo se basa  para explorar la Exposición Universal y los Juegos Olímpicos de 1900, y que genera interrogantes para ampliar el conocimiento.

El trabajo de la tarde se cerró con la ponencia « Empatía y distancia: formas de comprender el espacio fluvial » de Graciela Silvestri profesora e investigadora de la Universidad de Buenos Aires y el CONICET.

Los organizadores del coloquio clausuraron tres días de intenso trabajo en los cuales se reflexionó y se debatió sobre el río y la ciudad a partir de diferentes disciplinas y espacios geográfico-temporales intentando evitar los límites impuestos por las fronteras reales o imaginarias entre disciplinas y territorios. El coloquio terminó con el siguiente discurso de clausura:

Y el río fluye…

Desde el Vístula al Guadalete, del Río de la Plata a la Neva, estos tres días los ríos nos han mostrado sus diferentes facetas: fuente de inspiración, frontera, paisaje, representación, patrimonio, eje de comunicación, puerto, imagen, sueño, infierno, poesía, recuerdo…

Sus aguas nos han llevado a diferentes puertos fluviales, de espaldas o mirando al río, donde los marineros de agua dulce que hemos sido, han compartido buenos momentos, dialogando, pensando, descubriendo, confrontando ideas y miradas o enfrentando procesos diferentes de la creación de saberes y de búsqueda de verdades que lejos están de ser absolutas, si bien nunca lo serán salvo si las aguas nos llevan a la capital del emperador o a la Santa Sede.

Aguas placidas, por momento agitadas, pero siempre apacibles y cordiales, que nos han llevado a ciudades cuyos habitantes nos han contado su cotidiano hacer y con los que hemos compartido el nuestro. Ciudades fluviales que, afortunadamente, se transforman constantemente y dan vida a la base de la vida intelectual que es la curiosidad. Pero a la vez ciudades que en tiempos de tormenta como son los actuales, deben defender su auctoritas intelectual y creadora frente aquellos viajeros malintencionados de la ciudad-mundial que secan las fuentes de nuestros ríos que nos llevan a ciudades efímeras como ha sido el coloquio que hoy concluye. Esperemos que las aguas de este afluente que nació en el Paraná nos lleven a elegir un lugar donde los “aires sean buenos y agradables” para fundar nuestra nueva ciudad efímera.

___________________________________________________________________

[1] Graciela Silvestri, El color del río. Historia cultural del paisaje del Riachelo, Universidad Nacional de Quilmes (colección “Las ciudades y las ideas”), Buenos Aires, 2003, p. 41.

[2] Juan L. Ortiz, En el aura del sauce, Universidad Nacional del Litoral, Santa Fe, 1996, p. xx.

[3] Alain Corbin, “Considerations de méthode”, Le territoire du vide. L’occident et le désir du rivage, Flammarion, Paris, 1990, p. 322.

Concert « Le chant de la liberté : Argentine 1816-2016, bicentenaire de l’indépendance »

Concert

Afficher l'image d'origineCarlos Morel, Payada en una pulpería (1840)

Le chant de la liberté : Argentine 1816-2016, bicentenaire de l’indépendance

19 mars 2016

19h00

Maison de la Musique – Salle de Spectacles

8 rue des Anciennes Mairies

92000 NANTERRE

http://www.nanterre.fr/evenement/2863/69-agenda.htm

Concert autour du bicentenaire de l’indépendance de l’Argentine dans le cadre du festival  La Terre est à nous

1816 : l’Argentine se libère du joug espagnol. Un parcours musical de chants de lutte, d’amour et d’espoir, issus du répertoire argentin et latino-américain, est présenté ici par Carlos Molinaro, professeur au Conservatoire, l’Ensemble Hueya, formé par Magdalena Ivanissevich, Natalia Molinaro, Cyril Torrens et leurs invités.

Proposé par le Conservatoire de musique et de danse de Nanterre

Contact : Natalia MOLINARO natalia.molinaro@laposte.net

ENTREE LIBRE

 

 

 

Présentation du livre de Nadia Tahir, « Argentine. Mémoires de la dictature », Rennes, PUR, 2015

 

Séminaire ALHIM

Présentation du livre de Nadia Tahir, Argentine. Mémoires de la dictature, PUR, Rennes, 2015

Afficher l'image d'origine

Jeudi 3 mars 2016

19h00-20h30

Maison de l’Argentine

Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Affiche présentation livre Nadia Tahir

Nadia Tahir travaille sur les processus de constructions mémorielles autour du passé de la dictature argentine de 1976-1983. Elle a publié plusieurs articles dans des revues scientifiques et des ouvrages collectifs. Elle est actuellement maître de conférences à l’Université de Caen Basse-Normandie et membre de l’équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés (ERLIS-EA 4254). Elle collabore avec des équipes de recherche en France, Espagne et Argentine. Elle a enseigné dans les universités de Paris 7 Denis Diderot et Paris-Sorbonne. Cet ouvrage est issu de son travail de doctorat à l’université Paris-Sorbonne sous la direction du professeur Miguel Rodriguez.

Argentine. Mémoires de la dictature retrace les parcours de sept associations de victimes de la dernière dictature militaire en Argentine (1976-1983), depuis leur naissance jusqu’en 2007. Nadia Tahir analyse comment ces associations, qui sont de véritables acteurs politiques, contribuent à la construction d’une mémoire collective sur « ce passé qui ne passe pas ». L’auteur montre également que leurs discours et actions ont été conditionnés par des politiques de gestion du passé dictatorial établies par les gouvernements successifs. http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3752

Séance 3 3 2016 (4)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Natalia Molinaro (Université Paris 8) : Je voudrais remercier Nadia Tahir de nous avoir sollicités pour la présentation de son livre, intitulé Argentine. Mémoires de la dictature, publié l’an dernier aux éditions des Presses Universitaires de Rennes. D’un point de vue plus personnel, je veux aussi la remercier pour la publication de ce livre, fruit du long travail de recherche entamé pour sa Thèse de Doctorat, dirigée par Míguel Rodríguez (Université Paris-Sorbonne). Cet ouvrage est venu nourrir ma réflexion et m’a apporté un éclairage sur des aspects concernant mon propre domaine de recherche.  Il m’a permis, aussi, de mieux comprendre un contexte historique qui a marqué, de façon directe ou indirecte, la vie de nombreux Argentins, parfois de façon décisive.

Je voudrais donc la remercier de mettre à disposition du public francophone un tel matériel, car il offre des clés pour mieux comprendre la société argentine actuelle, ses contradictions, les enjeux du passé qui surgissent dans le présent. Cette publication vient combler un vide et ce, des deux côtés de l’Atlantique. En France, peu de publications offrent un tel panorama historique à la fois pertinent et synthétique de l’histoire argentine récente. Les enjeux de la période 1973-1976, particulièrement complexe, sont abordés de façon claire, précise, et toujours, avec un souci d’objectivité qui va de pair avec la démarche scientifique.

En ce sens, Nadia Tahir aborde des problématiques peu soulevées par les publications françaises, et contribue à une meilleure compréhension de la période 1973-1983 par le public francophone, notamment concernant sur le poids historique des forces armées dans le jeu politique argentin, le projet militaire pour la société et les cadres mentaux de l’époque. Elle revient sur des notions comme « Proceso de Reorganización Nacional », par exemple, expression utilisée par la Junte pour désigner et légitimer son gouvernement, et révélatrice de son idéologie et sa finalité. Elle prend également le temps de s’arrêter pour analyser ses catégories discursives, comme la figure du « subversif », ou encore des phrases emblématiques comme le fameux « por algo será », qui auront un impact décisif dans la construction de la figure du « desaparecido » par les associations. Elle revient sur des notions méconnues du public français, comme celle de « Terrorisme d’Etat », et sur les méthodes de répression de la Junte, tristement célèbres : disparitions, tortures, enlèvements d’enfants. Elle prend également le temps d’évoquer la « théorie des deux démons », et sans pour autant s’y attarder, cherche à comprendre son impact.

Ainsi, tout au long de la première partie, Nadia Tahir nous montre dans quel contexte émerge ce qu’elle a choisi d’appeler des « associations de victimes », les plus visibles au niveau international étant Madres et Abuelas de Plaza de Mayo. C’est l’autre aspect novateur de ce livre, qui donnera certainement lieu à débat, en France comme en Argentine. Comme le souligne Marina Franco dans la préface, ces associations sont traditionnellement considérées en Argentine comme des Associations de Défense des Droits de l’Homme, cette dénomination étant jusque-là donnée pour acquise. Nadia Tahir nous invite à l’interroger. L’expression « association de victimes » résonne comme un constat. Elle sert de point de départ à l’analyse de la trajectoire de ces associations, parmi lesquelles certaines ont réussi à construire une légitimité au sein de la société argentine, à tel point qu’elles ont fini par avoir un poids sur les décisions politiques.

Tout au long de ces pages, l’auteure suit le fil des stratégies et les cadres discursifs adoptés par ces associations pour se rendre visibles, pour établir des liens entre elles, ou tout simplement, pour survivre, selon les contextes et les gouvernements, entre 1976 et 2007. Pour ce faire, elle remonte le fil des résistances en abordant le mouvement de défense des Droits de l’Homme dans son ensemble, depuis la création en 1937 de la Liga Argentina por los Derechos Humanos, celle du Servicio Paz y Justicia dans les années soixante, jusqu’à la constitution de la Asamblea Permanente por los Derechos Humanos en 1975 et la fondation du Centro de Estudios Legales y Sociales en 1980. Cette étape indispensable, et qui offre au lecteur francophone un panorama de l’histoire des associations de Défense des Droits de l’Homme en Argentine, permet de comprendre l’impact de celles-ci sur le processus qui se met en place à partir de 1977, année de fondation de l’association Mères de la Place de Mai.

Dépassés par l’amplitude de la répression, les associations de Défense des Droits de l’Homme encouragent les proches des disparus à se réunir entre eux. C’est ainsi, nous montre l’auteure, que font leur apparition les premiers collectifs créés par les proches des disparus. En 1976 est créée Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, puis Madres et Abuelas de Plaza de Mayo l’année suivante. La lecture de ces pages est d’autant plus passionnante qu’elles s’appuient sur un travail de terrain et sur des témoignages recueillis auprès de membres des associations entre 2006 et 2008. Nadia Tahir revient notamment sur la construction d’une figure du « disparu » par les associations, qui accompagne l’élaboration d’un argumentaire juridique fondé sur une réclamation de respect pour les droits fondamentaux des citoyens argentins.

Celle-ci est une réponse à la stigmatisation et à la figure du « subversif » déployée par la Junte militaire. Il s’agit d’« inverser le stigmate », comme dirait Michel Wieviorka. Par nécessité, les Mères de la Place de Mai ont dû, dans les premiers temps, marquer leur distance par rapport à tout militantisme. Le « disparu » était un « jeune idéaliste » et l’objectif de leur association, strictement humanitaire. Elles ne remettaient pas en cause les motifs de leur disparition, mais les méthodes employées, au nom de droits fondamentaux reconnus à l’échelle internationale. Cette figure, nous montre l’auteure, va évoluer selon les contextes, pour passer du « disparu-victime » pendant la transition démocratique, au « disparu-militant » qui marquera l’ère Kirchner.

La troisième partie constitue en ce sens un véritable apport à la recherche, en France comme en Argentine, puisqu’elle contribue à réactualiser l’histoire de ces groupes et ce, de façon rigoureuse et non-partisane. Elle revient sur le processus de légitimation des collectifs de victimes enclenché à partir de 2003 sous le mandat de Nestor Kirchner, sur les changements et les nouveaux défis qu’il a impliqués pour les associations. En effet, comment se positionner face à ce gouvernement qui, de façon inédite, prend en compte leurs réclamations et leur offre une telle visibilité, jusqu’à en faire, parfois, des acteurs politiques ? Après avoir retracé les différentes étapes de la politique symbolique menée par NK, dont la clé de voûte sera la gestion du passé dictatorial, en incluant la sphère judiciaire, l’auteure revient sur les positionnements adoptés par chaque organisation.

Ainsi, bien qu’elle ait choisi de les aborder comme un ensemble, comme un tout, Nadia Tahir tient compte des différences existant entre ces associations. Elle revient sur un aspect très peu étudié et particulièrement complexe, la scission de l’association Mères de la Place de Mai en 1986, ou encore les différences de positionnement face à la disparition de Jorge Julio López, témoin clé du procès de Miguel Etchecolatz, en 2006. Finalement, elle nous permet d’observer comment les politiques de reconnaissance ont parfois été source de division au sein des organisations : pendant la dictature, la situation d’urgence amenait à laisser certains débats de côté. Plus tard, dans les années 1990, il fallait lutter pour rester visibles et maintenir les questions liées au passé dictatorial dans la sphère publique, face aux politiques du « pardon » et l’impunité. Avec la prise en compte de leur demande, les différences entre les associations resurgissent.

La seconde partie offre à ce sujet un éclairage particulièrement instructif : elle nous montre comment s’opère un changement dans la ligne discursive des Mères de la Place de Mai avec le retour de la démocratie et face au gouvernement d’Alfonsín. L’auteure parvient à dégager les différences de positionnement entre les deux associations, différences qui resurgiront plus tard, face à la politique de reconnaissance du gouvernement de NK. Elle nous montre comment les années 1990 voient le renouvellement générationnel et discursif de la cause des associations de victimes, avec l’apparition de nouveaux acteurs, comme H.I.J.O.S. Elle analyse le processus de réactualisation de la figure du disparu pour obtenir le soutien d’une population qui ne se sent plus concerné par ces questions.

Finalement, tout au long de cet ouvrage, Nadia Tahir nous montre comment ces associations de victimes sont devenues, aux yeux des Argentins, des organisations de défense des Droits de l’Homme ; comment et pourquoi elles ont canalisé et cristallisé une demande sociale croissante de « justice », de construction mémorielle et de révision historiographique, notamment pendant les années qui ont suivi la terrible crise de décembre 2001. Il ne s’agit pas, contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, d’un ouvrage sur les mémoires de la dictature. Une telle étude aurait impliqué d’inclure d’autres perspectives, d’autres vécus, d’inclure de nombreux témoignages -qui sont néanmoins présents tout au long du livre, mais il s’agit de personnes militant dans ces associations- et d’avoir recours à un autre type d’approche. Il s’agirait plutôt d’une étude de type ethnographique portant sur des acteurs sociaux qui ont construit, tout au long de ces années, une légitimité suffisante pour avoir un impact sur la construction mémorielle, voire même, sur l’agenda politique. C’est donc peut-être le seul point que je pourrais critiquer : un manque de précision quant au choix du titre. Relevons aussi la présence d’une petite coquille (?), qui donne lieu à une syntaxe plutôt amusante et qui invite à réfléchir (p. 19) : « (…) les associations de défense des droits de l’homme argentins ».

Pour autant, c’est bien de « mémoire » dont nous parle ce livre, ainsi que de résistances et de transmission. C’est pourquoi je veux remercier une nouvelle fois l’auteure, ainsi que la Maison de l’Argentine. L’auteure, pour avoir eu le courage d’aller jusqu’au bout de sa recherche et s’être attaquée à un tel sujet, avec objectivité, éthique et bienveillance. La Maison de l’Argentine, pour nous accueillir ici, « en casa », et nous permettre d’y présenter cet ouvrage, à l’approche d’une date si emblématique, qui a marqué l’histoire de tous les Argentins. En espérant, et j’en suis sûre, que cet ouvrage contribue à une meilleure connaissance de l’Argentine actuelle en France, et à défaire certains clichés, certaines idées reçues, des visions simplistes ou romanesques.

Ce livre soulève de nombreuses questions, notamment concernant le statut de victime, voire d’« hyper-victime », certaines associations refusant cependant d’employer ce mot ; ou encore la position du survivant, comme en témoigne le cas la Asociación de Ex-Detenidos Desaparecidos. Mais je vais laisser Griselda aborder ces aspects.

Séance 3 3 2016 (12)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Griselda Gaiada (Université Paris I Panthéon-Sorbonne-CHSPM): l’ouvrage soulève plusieurs questions. Dès la philosophie, nous pouvons nous interroger à propos du binôme Mémoire littéral/Mémoire exemplaire (potentiellement libératrice, à la recherche de justice, possibilité d’aller vers autrui). Dans le cas des associations, à quel type de mémoire sont-elles liées ? Doivent-elles devenir des associations de droit de l’homme ?

Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie): Pendant mon travail de recherche à Buenos Aires, la découverte du mélange entre les victimes et les droits de l’homme a été une surprise. La défense des droits de l’homme n’est pas, en France, la même chose que la défense de la victime, des témoins. C’est mélange, à mon avis, est une caractéristique argentine par rapport à ses voisins latino-américains. Il n’y a pas de différences entre les associations nées dans le cadre plus international vers les années 1960, avec le but de la défense des droits de l’homme d’une façon élargie, réprimées entre 1976 et 1979. Ces associations poussent les parents des victimes à s’organiser. Le résultat est la naissance d’associations de victimes dans un espace occupé par des associations de défense de droits de l’homme. Ce partage de l’espace se fait, alors, d’une manière « naturelle » et nourrie le poids et le rôle politique des associations de victimes.

Griselda Gaiada : Une autre interrogation qui peut se dégager du texte est La question de la mémoire imposée (Ricœur), c’est-à-dire l’appropriation d’un passé d’une manière totale réalisé, normalement, par l’État. Une mémoire autorisée autour des risques entre la mémorialisation, la commémoration et la remémoration. Il existe le danger de l’oublie imposé, une politique de l’insuffisance de la mémoire dans les politiques publiques de mémoire en Argentine.

Nadia Tahir : Nous pouvons répondre suivant les propositions des différents présidents de l’actuelle période démocratique. Sous la présidence de Raul Alfonsin (1983-1989), il a lieu le procès aux militaires et la création des outils très marquantes, comme la CONADEP, tant à niveau judiciaire que du récit de la dictature. Dans une période tendue et instable, à la mise en place de ces outils, toujours utilisés par les associations, s’ajoutait une vision d’avenir et dépassement de la dictature. La période de Carlos Menem (1989-1999), le gouvernement propose faire table rase du passé. Un des exemples de ce nouveau récit est la grâce présidentielle accordée aux militants de gauche et aux militaires de la Junte. Les militaires repentis occupent l’espace mémoriel avec leurs témoignages. Même Menem se met sur la position de la victime. « De toute façon, tout le monde est coupable » et la seule issue est d’aller vers l’avant face à un contexte international (demandes d’extradition du juge Garzón) qui met à mal le récit proposé par le gouvernement menemiste. La présidence de Néstor Kirchner (2003-2007) une nouvelle stratégie politique envers les associations de victimes est mise en place ainsi qu’un nouveau récit de la dictature. Le résultat est un rapprochement des certaines associations de victimes et le gouvernement de la nation. Ce rapprochement structure le récit proposé par le kichnerisme.

Griselda Gaiada : Dans la question du témoin et le critère objectif de la vérité où se trouve la place du témoignage, la place du témoin dans le récit historique ?

Séance 3 3 2016 (20)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Nadia Tahir : Il a eu la mise en question des témoignages. Le procès à la Junte militaire (1985) s’appuie sur les témoignages des survivants, des proches de disparus et des militaires. Dans une émission de télévision à propos du procès, nous voyons huit témoins dont deux survivants et six proches. Quelles sont les voix légitimes ? Les victimes depuis les années 1990-2000 deviennent la point de lance des témoins. Parallèlement il y a une multiplication des témoignages. Mais les proches sont toujours présents. Nous observons la création de différentes catégories de témoins, même entre les témoignages. Les différences s‘articulent entre les victimes mobilisées et celles qui ne le sont pas. Il y a des légitimités que se construisent, aussi avec la participation du gouvernement. La société, enfin, les accepte ou ne les accepte pas.

Publication : Formation, héritages et reconfigurations du péronisme en Argentine de 1943 à nos jours

Journnée Peronisme

Cette publication est le résultat de la  journée d’études franco-argentine Formation, héritages et reconfigurations du péronisme en Argentine de 1943 à nos jours organisée par l’ED Pratiques et théories du sens (Université Paris 8) en partenariat avec l’ED 122 (Université Paris 3) qui a eu lieu à l’Université Paris 8 le 14 avril 2015. L’ensemble des articles est le résultat de la recherche actuelle en France et en Argentine, après d’importants renouvellements historiographiques. Cette publication s’inscrit dans une perspective à la fois interdisciplinaire et comparatiste grâce aux contributions relevant des sciences humaines et sociales (histoire, science politique, philosophie, sociologie, géographie, etc.) et proposant des éclairages de types comparatistes sur les régimes dits    « néo-populistes » en Amérique latine.

Pour être tenu au courant de la suite des projets du groupe de travail, vous pouvez écrire aux organisatrices: irene.favier@gmail.com, luciaabe@yahoo.com.ar et hemeury.lucie@gmail.com

 ARTICLES

Thèmes, cas et problèmes dans l’historiographie du premier péronisme

Mariana Garzón-Rogé

Instituto Ravignani-Universidad de Buenos Aires/Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas

e-mail : mariana_garzonroge@yahoo.com.ar

Le texte révise quelques tendances générales de l’historiographie du premier péronisme et réfléchit autour d’elles. L’article mentionne les principaux thèmes et cas et propose un parcours des possibilités de normalisation, de synthèse et de comparaison. Sans offrir un panorama exhaustif, cette étude essaye d’orienter les lecteurs dans la très vaste bibliographie existante relative à ce phénomène historique qu’est le premier péronisme, spécialement celle produite ces dernières années.

Mots-clés : premier péronisme, Argentine, historiographie, bilan

Axes de recherche : histoire du péronisme, histoire des pratiques des péronistes, identifications et sens de l’expérience péroniste

Texte complet : Article Mariana Garzon Rogé-1

« Siempre he pensado en un pueblo de deportistas ». La politique sportive péroniste (1946-1955)

Lucie Hémeury

Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle (IHEAL-CREDA)

Si la bibliographie consacrée au péronisme compte des milliers de titres, peu de chercheurs se sont intéressés à la question du sport et à la politique sportive menée par le gouvernement péroniste entre 1946 et 1955. Pourtant, cette période est restée dans les mémoires argentines comme un « âge d’or » du sport argentin, rendu possible grâce au soutien sans précédent de l’État. Cet article cherche à analyser les objectifs poursuivis par le régime péroniste à travers cette politique sportive et les moyens utilisés pour la mener à bien. La promotion de la pratique sportive à l’ensemble de la population s’intègre au processus de « démocratisation du bienêtre » à l’œuvre sous le péronisme et à l’ensemble des conquêtes sociales garanties aux travailleurs par Perón. Pour cela, le Conductor a recours aux institutions sportives existantes mais aussi à des créations péronistes originales afin d’assurer l’accès au sport aux jeunes et faire des athlètes de haut niveau des ambassadeurs de la Nueva Argentina à l’étranger. Mais cette intervention de l’État dans le sport pose aussi la question de l’instrumentalisation politique des sportifs et de l’embrigadement de la population par le biais du sport, qui fait toujours débat parmi les spécialistes.

Texte complet : Article Lucie Hémeury politique sportive péroniste

Mots-clés : histoire culturelle, péronisme, Argentine, sport, politique sportive

Thèmes de recherche : histoire politique et culturelle, histoire du premier péronisme, histoire du sport

Les espaces académiques de la philosophie: continuités et ruptures dans l’université (1943-1952)

 Lucía A. Belloro

CREDA, UMR 7227, IHEAL – Paris III, Sorbonne Nouvelle

Cet article vise à faire un état des lieux de l’impact du péronisme dans l’université sur le parcours de formation de Philosophie. Il s’agira dans ce travail de faire ressortir les continuités et les ruptures dans la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Buenos Aires entre la période immédiatement préalable à l’arrivée du gouvernement de Perón et le premier gouvernement péroniste.

Texte complet : BELLORO JED ALHIM revu

Mots-clés: Argentine, péronisme, université, philosophie

Entre ouvriers et intellectuels : l’expérience des premières années de l’ATEP, 1949-1955

Antonio Ramos Ramírez

Université Bretagne Sud, Lorient/Universidad Pablo de Olavide, Séville

En el contexto de creación e impulso de nuevas entidades sindicales, los docentes de Tucumán recibieron la atención del peronismo provincial a través de la creación de la Agremiación Tucumana de Educadores Provinciales (ATEP), a fines de 1949. Esta organización agrupaba a los docentes de enseñanza pública primaria de pendientes del sistema educativo provincial y se convirtió, con el paso de los años, en una de las más importantes organizaciones de trabajadores en la provincia. En el presente trabajo se pretende arrojar luz sobre los primeros años de la agremiación, durante los cuales la actividad sindical quedó en un segundo plano en relación a las preocupaciones por conseguir la estabilidad institucional, al tiempo que se trataron de evitar los conflictos con el gobierno local. Sin embargo, las tensiones entre la dirigencia sindical y la base militante pusieron de manifiesto que la estructura presentaba, ya desde sus inicios, fracturas internas motivadas por las diferentes posturas que convivían en la organización.

Texte complet : Ramos_Article ATEP JED péronisme-1 Je remercie Dorothée Cochin, Moira Cristiá, Joël Delhom et Lucie Hémeury pour leurs lectures et commentaires sur la première version du texte.

Péronisme, libération et contre-hégémonie. Politiques culturelles néo-péronistes au début des années 1970

Moira Cristiá

ATER Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle/Post-doctorante associée CERMA/Mondes Américains

e-mail: moicristia@gmail.com

Après 18 ans de proscription, le retour du péronisme au pouvoir en mai 1973 entraîne aussi bien un enthousiasme assez généralisé qu’un élan de transformation des politiques menées jusque-là. La culture, et surtout la plus imbriquée dans les traditions locales, est mise en avant dans ce nouveau projet de pays mené par l’équipe idéologiquement hétérogène du gouvernement d’Hector Cámpora. Afin d’explorer le rapport entre culture et politique dans un climat international troublé, cette communication revisite certains des projets formulés et mis en place dans les domaines de la culture et de l’éducation en vue de la « libération ». De quelle manière les politiques culturelles mettent-elles en évidence une continuité ou une rupture par rapport au péronisme classique ? Comment le projet culturel lancé exprime-t-il une idéologie et une logique de pouvoir ? Nous abordons tout particulièrement divers aspects des politiques appliquées aux universités sous la nouvelle gestion. En tant qu’expression d’une affirmation de l’éducation comme voie vers la « libération », l’agenda institutionnel est établi en articulation avec les secteurs populaires, en donnant une nouvelle orientation à l’action culturelle. Cette démarche nous permettra de parvenir à certaines réflexions quant à la conception de la culture dans une nouvelle stratégie de pouvoir.

Texte complet : Article Moira Cristia

Mots-clés : Argentine, péronisme, politiques culturelles, contre-hégémonie, tiers-mondisme, libération

Axes de recherche : histoire et images, culture visuelle, histoire des sensibilités et représentations visuelles

Le refondationnalisme post-péroniste. Du mythe de la « table rase » à l’instauration d’une « sur-mémoire »

Morgan Donot

CREDA CNRS-UMR 7227/Paris 3-Sorbonne Nouvelle

e-mail : morgandonot@yahoo.fr

Nous avons ici choisi d’analyser la mise en scène de la thématique du passé dans les discours de Carlos Menem (1989-1995) et de Néstor Kirchner (2003-2007), en nous centrant, plus particulièrement, sur la révision du passé en lien avec la dictature militaire (1976-1983). Nous nous intéressons donc à la mémoire telle qu’elle a été récupérée par ces deux hommes politiques, aux événements sur lesquels ils ont choisi de mettre l’accent ou, au contraire, qu’ils ont délibérément mis de côté, dans leur volonté de rassembler tous les Argentins autour des mêmes valeurs. Pour mener à bien ce travail, dans un premier temps, nous portons attention à ce que l’on a appelé l’instauration du mythe de la « table rase » chez Carlos Memen. Puis, dans un second temps, nous analysons la manière dont Néstor Kirchner a installé une politique de « sur-mémoire » dans l’Argentine du début du XXIe siècle. Cela nous permet de mettre en exergue les deux voies qui ont été proposées à la société concernant le sens à octroyer au passé, au présent et au futur de l’Argentine.

Texte complet : Morgan Donot – ALHIM

Mots-clés : refondationnalisme, passé, mémoire, Carlos Menem, Néstor Kirchner

Axes de recherche : populisme et discours populiste, discours politique, leadership, mémoire et oubli, représentations, imaginaires

Les internes dans le péronisme (1988-2015) : vers un processus d’institutionnalisation ?

Dario Rodriguez 

Docteur associé au CERI/Sciences Po

e-mail : dario.rodriguez@sciencespo.fr

Malgré la crise de représentation partisane et la fragmentation profonde du système partisan, le péronisme demeure la principale force politique de l’Argentine. Cependant, cette place privilégiée ne doit pas occulter le processus de transformation qui a marqué ce parti politique pendant les dernières décennies. La transition à la démocratie et la mutation de la représentation ont déterminé spécifiquement ce processus. Dans ce cadre, l’établissement d’un nouveau modèle de sélection des candidats dans le péronisme se révèle comme une dimension d’analyse centrale. En effet, cette dimension a non seulement été cruciale du point de vue de la nomination des leaderships péronistes, mais elle a aussi mis en lumière la relation de cette force politique avec les normes et les procédures qui organisent la dynamique électorale en Argentine. Pour analyser ce processus, on se focalisera sur les conditions contextuelles dans lesquelles ce mécanisme a été établi et sur l’action des leaderships politiques pendant les différentes étapes : 1988-1989, 1991-2001, 2002-2015. L’analyse des effets institutionnels et symboliques de cette procédure, organisant le jeu politico-électoral dans chaque contexte, nous permettra d’aborder le processus de mutation du péronisme « comme parti politique » au cours de ces dernières décennies.

Texte complet : Les internes dans le péronisme. Dario Rodriguez (VF)

Mots-clés : Péronisme-Menem-Kirchner-Internes partisanes-Leadership politique

Thèmes de recherche : partis politiques et leadership, démocratie et représentation politique, Amérique latine en perspective comparée, ménémisme et kirchnérisme

Mémoires du péronisme dans les célébrations du Bicentenaire de la Révolution de Mai (Buenos Aires, 21-25 mai 2010)

Natalia Molinaro

Université Paris 8/LER-ALHIM

e-mail : Natalia.molinaro@univ-paris8.fr

 Cet article vise à identifier les référents mémoriels issus de la tradition péroniste, ainsi que les procédés ayant permis leur réactualisation, lors des célébrations officielles qui ont eu lieu à Buenos Aires pour le Bicentenaire de la Révolution de Mai entre le 21 et le 25 mai 2010. Comment l’héritage péroniste fut-il évoqué dans le cadre de cette fête de la souveraineté, alors que des figures comme Eva D. Perón et Juan D. Perón ne font pas nécessairement consensus ? L’un des objectifs de cette célébration était de refonder le système de représentations traditionnel et de raviver le sentiment d’appartenance citoyenne des Argentins, après la terrible crise qui avait frappé le pays entre 2001 et 2003. Pour ce faire, une refonte du système symbolique, mais aussi une réinvention de la tradition patriotique furent envisagées, et ce dès la ratification du premier décret visant à organiser les célébrations en 2005. Cet article montre que des éléments propres à la culture politique kirchneriste sont venus nourrir cette fête de la souveraineté, tout en mettant la lumière sur les réagencements de la mémoire péroniste proposés dans le cadre de ces célébrations pour produire du consensus. Après s’être intéressé aux symboles et aux recours employés pour leur réactualisation, il se concentre sur le rituel patriotique en lui-même, afin de dégager les principales étapes de l’officialisation d’une nouvelle culture nationale, qui est aussi politique.

Texte complet : MOLINARO Mémoires du péronisme dans les célébrations du Bicentenaire de la Révolution de Mai

Mots-clés : Argentine, Bicentenaire, mémoire, péronisme, rituels du pouvoir

Axes de recherche : Commémorations, mémoires, identité nationale, question indienne en Argentine

Une jeunesse sous Perón (et Evita)

Pierre Tripier

Sociologue retraité

e-mail : ptripier40@outlook.fr

Texte complet : TRIPIER jeunesse sous peron – ALHIM

 

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2015-mai 2016)

Affiche histoire et m__moire oct 2015 (2)

Affiche histoire et m__moire oct 2015

Séminaire ALHIM
Amérique Latine Histoire et Mémoire
(novembre 2015-mai 2016)

Vendredi 27 novembre 2015 – Journée d’études ALHIM

Continuités et permanences dans le processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Jeudi 3 et Vendredi 4 décembre 2015 – Colloque International co-organisé avec GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Jeudi 3, Université Paris Ouest-Nanterre, Salle de Conférence, Bât. B/Vendredi 4,Université Paris8, Salle La coupole

Vendredi 29 janvier 2016 – Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Penser la race au XIXe siècle dans l’espace atlantique (Bolivie, Espagne, Italie)
Françoise Martinez (Université de La Rochelle), David Marcilhacy (Université Paris-Sorbonne-Paris IV), Ernesto de Cristofaro (Université de Catane)
Horaire : 14h30-17h00 Lieu: Maison de l’Italie 7 A, boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 3 mars 2016- Présentation du livre

Argentine. Mémoires de la dictature
Auteure : Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie)
Discutante : Natalia Molinaro (Université Paris 8)
Horaire : 19h00-20h30 Lieu: Maison de l’Argentine, Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 7 avril 2016Séance sur le Pérou contemporain (Séance annulée)

Vendredi 13 mai 2016 – Journée d’études co-organisée avec ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Former la nation : historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et Amérique latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Colegio de España, Cité universitaire, 7E Boulevard Jourdan, 75013 Paris

flyers histoire et m__moire oct 2015

prog (2)

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire (février-mai 2015)

securedownload

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire

(février-mai 2015)

Vendredi 20 février 2015, 14h30

Séance commune aux séminaires ALHIM et CRIIA (Université Paris Ouest-Nanterre)

De las aulas al control del Estado: el caso del movimiento estudiantil gremialista de la Universidad Católica de Chile, 1965-1980

Pablo Rubio Apiolaza (Universidad Andrés Bello, Chili)

Lieu: Bât. B, Salle des thèses, Université Paris Ouest-Nanterre

Jeudi 26 mars 2015, 15h 30

La revuelta urbana de abril 1851 en Santiago de Chile: singularidad y ecos del 48 parisino

Vicente Romero (Université Paris 8)

Espacio urbano y la modernización del alumbrado público en la ciudad de Puebla entre 1888 y 1910

Edna Hernández (Université Paris Est-Marne la Vallée)

Lieu: Salle 227 Bât D, Université Paris 8

Jeudi 16 avril 2015, 15h 30

El proceso de paz en Colombia y las nuevas puestas en escena del poder político

Liliana Buitrago (Université Paris 8)

La Cumbia Villera à Buenos Aires de 1997 à nos jours: étude culturelle et sociopolitique d’un mouvement musical marginal en Argentine

Júpiter Ossaba (Université Paris 8)

Lieu: Salle 328 Bât D, Université Paris 8

Jeudi 21 mai 2015, 15h 30

Conclusions, réflexions et nouvelles propositions de recherche

Lieu: Salle 328 Bât D, Université Paris 8