Archives du mot-clé Colombia

Journée d’études : « Les mises en scène de l’événement », 27 avril 2017

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Journée d’étude – EA 4327 ERIMIT/REEHL (REcherches sur les Espaces Hispanophones et Lusophones)

Les mises en scène de l’événement

Résultat de recherche d'images pour "Frida Kahlo, Unos cuantos piquetitos"

Frida Kahlo, Unos cuantos piquetitos (1935)

Jeudi 27 avril 2017
9h30-1700h
Université Rennes 2, Campus Villejean, Salle E 224

Cette troisième journée d’étude ( JE I « L’après-coup de l’événement » ; JE II « Une lecture globale de l’événement local ») se propose de poursuivre la réflexion sur « L’événement et sa transmission » en se penchant sur les mises en scène de l’événement (Patrick Charaudeau, Le discours d’information médiatique: la construction du miroir social, Paris, Nathan, 1997; Michel de Certeau, « Pour une nouvelle culture. Le pouvoir de parler », Études 5/2008 (Tome 408), p. 628-635; Barthélémy Michel,  « Événement et espace public : l’affaire Carpentras », Quaderni, n°18, Automne 1992. Les espaces publics. pp. 125-140)

Cette perspective est double car elle s’appuie sur deux pôles, le pôle de la production et celui de la réception. Le premier pôle englobe différents domaines, l’espace public, l’espace économique, les médias, les arts au sens large, les institutions, l’école par exemple. Le second convoque différents destinataires: le citoyen, le lecteur, le consommateur, l’élève. La mise en scène de l’événement s’inscrit dans une triple temporalité (passé, présent, futur) qui peut répondre à un dessein politique ou à une attente d’un public donné. L’événement se (ré) actualise selon un contexte et des conditions particulières (raisons politiques, éthiques, économiques) tout en accordant une place prépondérante à sa réception. La mise en scène devient elle-même événement. Les études proposées s’inscriront dans l’aire ibérique et ibéro-américaine.

Les trois journées d’étude donneront lieu à une publication en 2018 et un colloque transversal est envisagé, sur la « Mémoire de l’événement », en 2019.

PROGRAMME
9h30 : accueil et ouverture de la journée
10h00 : Miguel Angel Parada Bernal (Université Rennes 2), « Prácticas discursivas sobre el conflicto armado y el proceso de paz colombiano en los medios de comunicación »
10h30: Françoise Bouvet (Université Rennes 2), « Arte y escenificación en torno a la muerte de Pablo Escobar »
11h00 : Claire Sourp (Université Rennes 2), « L’écho de l’événement »
11h30 : Michèle Arrué (Université Paris 8), « De l’événement fait divers à l’événement politique : El chacal de Nahueltoro (1969) de Miguel Litín »
12h00-14h00 : pause déjeuner
14h00 : Yves Laberge (Université d’Ottawa), « Pour une théorie de la mise en scène de l’événement »
14h30 : Dalila Chine-Lehman (Université Paris Ouest Nanterre), « La théâtralisation des événements historiques dans les écoles mexicaines »
15h00 : Anaïs Fabriol (Université Rennes 2), « 1994 : mise(s) en scène d’une année-charnière de l’Histoire mexicaine »
15h45- 16h00 : pause café
16h00 : Natalia Molinaro (Université Paris 8), « Une mémoire courte de l’événement ? Les célébrations du Bicentenaire de la Révolution de Mai vues à travers la chaîne télévisée publique (Argentine, 21-25 mai 2010) »
16h30 : Nadège Centelles (Université Rennes 2), « D’une scène, l’autre. Prohibido recordar, le documentaire contre l’oubli »
17h00 : clôture de la journée

Contact : Nathalie Ludec, nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

« Nadaísmo, Paz y Poesía » 13 mai 2016

 

Images intégrées 1Images intégrées 2

Nadaísmo, Paz y Poesía

Viernes 13 de mayo de 2016

19h30

France Amérique Latine
Fal, 37 Boulevard Saint-Jacques, 75014 Paris
Métro Saint Jacques

Conversatorio con el poeta Jotamario Arbeláez acerca de su participación en el proceso de paz a través del último manifiesto nadaísta « A la mierda con la guerra. Nadaístas por la paz » redactado por sobrevivientes del grupo [http://www.otredad.fr/a-la-mierda-con-la-guerra/].

Con la participación de la poeta colombo-sueca Angela García

***

Entrada libre. Cóctel de la amistad con mojito y vino

***


Poema « Después de la guerra »

Un día
después de la guerra
si hay guerra
si después de la guerra hay un día
te tomaré en mis brazos
un día después de la guerra
si hay guerra
si después de la guerra hay un día
si después de la guerra tengo brazos
y te haré con amor el amor
un día después de la guerra
si hay guerra
si después de la guerra hay un día
si después de la guerra hay amor
y si hay con qué hacer el amor.

Jotamario Arbeláez

Nació en Cali, Colombia, en 1940. Destacado representante y cofundador del movimiento nadaísta colombiano. Desde su primer libro, El profeta en su casa (1966), Jotamario demostró la ironía y la mordacidad que había asimilado a través de sus lecturas de los creadores surrealistas. En 1980 obtuvo el Premio Nacional de Poesía Oveja Negra y Golpe de Dados, con Mi reino por este mundo (1981). Otros libros publicados: El libro rojo de rojas (1970), en colaboración con Elmo Valencia; la antología Doce poetas nadaístas de los últimos días (1986) y El espíritu erótico (1990), antología poética y pictórica realizada junto con Fernando Guinard. En 1985 ganó el Premio Nacional de Poesía Colcultura con La casa de la memoria.

Angela García

Medellín (Colombia) 1957. Poeta, traductora, periodista cultural. Co-fundadora del Festival Internacional de Poesía en Medellín. Directora del documental “Tres preguntas y un poema” sobre poesía sueca. Dirige actualmente “El día mundial de la poesía” en Malmö. Es miembro del Centro de Escritores del sur de Suecia.

Invitan: Ciudadan@s por la Paz de Colombia y Vericuetos

Invita a tus amigo/as: https://www.facebook.com/events/528489814024312/

http://ciudadanosporlapazdecolombia.com/

Otros links relacionados:

http://ciudadanosporlapazdecolombia.com/la-paz-sin-alas/

http://www.otredad.fr/lasse-soderberg-y-angela-garcia-nos-visitan/

 
 

CONFERENCIA « La palabra en conflicto. Análisis de la palabra pública sobre una práctica de violencia. El secuestro político en Colombia (2002-2010) »

Conferencia

Afiche conferencia 16 de octubre del 2015 (2)

La palabra en conflicto. Análisis de la palabra pública sobre una práctica de violencia. El secuestro político en Colombia (2002-2010)

Liliana Buitrago (ALHIM)
16 de octubre de 2015 – 11:00 h
Universidad Nacional de Colombia. Sede Bogotá
Virginia Gutierrez. Edificio de Posgrados. Facultad de Ciencias Humanas

Séance Séminaire ALHIM du jeudi 16 avril 2015

IMG_5820

Séance du jeudi 16 avril 2015

15:30-18:00 heures

El proceso de paz en Colombia y las nuevas puestas en escena del poder político

Liliana Buitrago (Université Paris 8)

En la sesión que se realizó en los locales de la Université de Paris 8, la doctora Liliana Buitrago, miembro del grupo de investigación ALHIM, presentó sus líneas de investigación y sus primeras reflexiones acerca del trabajo de investigación que está realizando actualmente. Tomando como objeto de estudio el conflicto armado que enfrenta al gobierno colombiano y las FARC, la doctora Buitrago analiza las puestas en escena del discurso político y su utilización ideológica durante el proceso de paz comenzado en los años 1990.

Para Liliana Buitrago la promesa del fin del conflicto armado es uno de los puntos clave en los discursos políticos en Colombia. Para la investigadora colombiana, lo político, en Colombia, se estructura alrededor de una estrategia “publicitaria-visual” y la definición de “víctima” a partir del binomio presencia/ausencia de la violencia.

Desde la presidencia del país se han articulado políticas opuestas a partir del mismo objetivo, es decir, el final del enfrentamiento armado con las FARC. Esta “urgencia” se presenta como una oportunidad política. Paralelamente, el conflicto armado es mostrado como el origen de  los múltiples problemas socio-económicos que sufre el país.

Tras esta presentación, la doctora Buitrago presenta las vías de investigación que propone en  su análisis de las puestas en escena del gobierno colombiano durante las diferentes fases de los “diálogos de paz” con las FARC.

El primer tema abordado es el de la Silla vacía y el periodo presidencial de Andrés Pastrana. Durante esta fase, las imágenes muestran que son los políticos, sin ser acompañados por representantes del ejército colombiano, quienes se adentran en el territorio controlado por la guerrilla colombiana. Estos políticos, vestidos con ropas civiles, son el contrapunto visual de los portavoces de las FARC y sus uniformes militares. Las imágenes muestran una guerrilla fortalecida.

El periodo de la presidencia de Álvaro Uribe es definido por el término Terroristas. La estrategia presidencial es una lucha frontal contra las FARC basada en una “política de seguridad democrática”. En las imágenes vemos al presidente rodeado de sus ministros, de los altos mandos del ejército colombiano, de víctimas y de los símbolos nacionales. Estas imágenes (cadenas, foto de Ingrid Betancourt, víctimas en civil, armas requisicionadas, ataques a los campamentos guerrilleros), y su difusión, deben “confirmar” que los guerrilleros deben ser considerados como  terroristas. El objetivo es mostrar el éxito militar del programa de “seguridad democrática”.

Para finalizar, la doctora Buitrago aborda el proceso de paz bajo la presidencia de Juan Manuel Santos. Es el periodo del Exterior. Las negociaciones comienzan de nuevo en Oslo y son continuadas posteriormente en Cuba. El objetivo, a partir de un acercamiento secreto entre ambas partes que quiere evitar una amplia mediatización, es el final del conflicto y la firma de un acuerdo de paz definitivo. Los términos de la negociación abordan la reparación de las víctimas de ambos bandos. En este proceso exterior se incluyen las delegaciones de víctimas, militares y policías en la mesa de negociación. La puesta en escena reduce las imágenes patrióticas y elimina los uniformes militares de las imágenes. Las imágenes pasan de una preponderancia del color kaki a la coloración blanca de las ropas civiles de los negociadores de ambos bandos. No se producen imágenes del presidente con los representantes de las FARC. Juan Manuel Santos sigue el proceso desde Colombia apareciendo en las fotos rodeado de los mandos militares del ejército colombiano y de los símbolos nacionales, ausentes en las imágenes provenientes de la mesa de negociación. Las ruedas de prensa son realizadas separadamente por ambos bandos.

Liliana Buitrago propone una primera conclusión de sus recientes investigaciones diciendo que las imágenes, la cual propone un estudio del objeto propuesto a partir del contexto de producción/transmisión/recepción y la voluntad política de su utilización. Las imágenes también interrogan a la doctora colombiana sobre la transformación de la presencia y del papel que juega la imagen de la mujer en estas puestas en escena.

 IMG_5824

La Cumbia Villera à Buenos Aires de 1997 à nos jours: étude culturelle et sociopolitique

d’un mouvement musical marginal en Argentine

Júpiter Ossaba (Université Paris 8)

L’étudiant-chercheur Jupiter Ossaba est venu nous faire part de son travail de mémoire du Master 2 Recherche « Histoire et Civilisations ». Les propositions théoriques adoptées pour son travail proviennent de l’histoire culturelle, l’histoire urbaine et l’histoire sociale. Son travail s’appuie sur d’une part sur l’étude et le croisement de sources bibliographiques académiques, et d‘autre part sur la collecte d’informations provenant directement des acteurs sociaux impliqués, par le biais d’entretiens dirigés et de sources orales et écrites afin de constituer un corpus de témoignages des personnes concernées. Les observations et les échanges réalisés lors des séjours à Buenos Aires ont aussi permis de nourrir la réflexion. Les sources utilisées sont des articles de revues spécialisées, les paroles des chansons, les clips vidéos, les entretiens avec des artistes pratiquant la Cumbia Villera, les journaux, les magazines spécialisés, les événements culturels, livres, photos, flyers, interviews, films, vidéos et documentaires existants.

Jupiter Ossaba propose un examen des causes et du processus qui ont favorisé l’apparition de la Cumbia Villera dans un contexte socio-culturel et politique spécifique. Le travail présenté est très intéressant car très peu de recherches académiques lui ont été consacrées. De plus, suivant l’argumentation d’étudiant-chercheur, le discours dominant a tendance à critiquer fortement aussi bien les villas que leurs habitants et la musique qu’ils produisent. Il croit nécessaire d’ajouter aux analyses déjà réalisées certains éléments fondamentaux pour relier cette musique à ses réalités : conflits sociaux et du travail, relations familiales et de genre, croyances, déracinement, espace urbain, processus d’exclusion.

La cumbia villera est un genre musical né dans les bidonvilles du Grand Buenos Aires à la fin des années 90. La date exacte de sa naissance n’est pas connue, mais elle se situe selon Martin Roisi  entre 1997 et 1999. Jupiter Ossaba suppose donc que la pratique a débuté en 1997, voire avant. Il s’agissait d’une nouvelle sorte de cumbia pratiquée dans ces zones d’urgence et qui possédait un nouveau discours. Mais ce n’est qu’en 2000 que le groupe Yerba Brava nomme son album Cumbia Villera. Le mouvement s’étend rapidement dans le reste du pays mais le Grand Buenos Aires en reste l’épicentre. Il s’agissait d’une nouvelle sorte de cumbia pratiquée dans ces zones d’urgence et qui possédait un nouveau discours. C’est à la fin des années 90, durant la plus grande période de crise qu’a connu jusqu’à présent le modèle néolibéral argentin qu’apparait aux yeux de tous la Cumbia Villera, le style qui a fait le plus de controverse. Jupiter Ossaba cite María Laura Pardo et María Eugenia Massone pour souligner que la cumbia surgit  dans la période de ‘pizza et champagne’.

Comme son nom l’indique, cette musique est issue des “villas miseria”. Le travail d’Ossaba se centre sur le Grand Buenos Aires, plus exactement dans la zone nord où le mouvement a pris de la force pour s’étendre et se développer dans le reste du pays. En s’appuyant sur les travaux de Marcel Roncayolo et Henri Lefebvre, Ossaba considére qu’il s’agit d’une manifestation discursive territorialisée.

C’est avec tous ces éléments d’étude que Jupiter Ossaba essaie de voir si la Cumbia Villera est l’évolution d’un genre musical et non un sous-genre, si elle est beaucoup plus pertinente et réfléchie que ce que le discours dominant veut nous faire croire et que les versions argentines qui l’ont précédé. Le fil conducteur de sa pensée est donc de démontrer qu’au même titre que la Cumbia originelle, la Cumbia Villera est une expression culturelle de résistance à un système hégémonique, stigmatisant, répressif et inégalitaire. Enfin, l’objectif final du travail sera de voir si la Cumbia Villera est porteuse de conflictualité consciente et assumée, à la fois sociale et de genre.

L’objectif du travail est de s’interroger sur ce qu’une musique populaire, la Cumbia Villera, peut révéler de nouvelles valeurs partagées et de l’état psychologique d’une société en mutation et d’examiner comment, partie de groupes sociaux marginalisés, elle tend à devenir progressivement un courant musical incontournable, investissant de par sa diffusion tout le champ social, sortant de son terreau originel. Puis en analysant les paroles de chansons et les critiques récurrentes qui leurs sont faites nous avons compris qu’il pouvait s’agir d’une double problématique. La Cumbia Villera serait-elle porteuse d’un discours d’identité, de conflictualité consciente et assumée à la fois sociale et de genre ? La Cumbia Villera permet aux villeros de s’exprimer esthétiquement, discursivement et idéntitairement. Plusieurs questions se posent : Qu’exprime cette communauté ? Comment s’exprime-t-elle ? La Cumbia Villera est une musique marginale ou un produit commercial de plus dans la culture de masse ?  Est-elle une sous-culture ?

Dans la continuité du travail de recherche, l’intérêt sera centré sur la perception des discours dans l’imaginaire populaire. Pourquoi la Cumbia Villera est-elle mal vue par une partie de la population ? Pourquoi certains la détestent-ils ? Pourquoi d’autres ne peuvent-ils pas vivre sans elle ? Chaque concert ou bailanta déplace des milliers de personnes qui connaissent les groupes et les paroles sur le bout des doigts. Pourquoi le discours dominant a-t-il fait d’elle un problème de société qu’ils amplifient par le biais des médias ? Le problème de société est-il vraiment cette musique ? Pourquoi est-elle apparue ? Pourquoi un si grand nombre de personnes s’identifient-elles à elle et se sentent-elles représentés par ses interprètes ?

2ème Festival pour la Paix en Colombie – Mémoires et Justice Sociale

https://3.bp.blogspot.com/-oJXW5CLXNTk/VOQvMykBv1I/AAAAAAAAAi0/V3WfRO1LuKc/s1600/affiche%2BFestival2.jpg

Images intégrées 1

2ème Festival pour la Paix en Colombie – Mémoires et Justice Sociale Montreuil, 7-8 Mars 2015
 
Pensée, Art et Culture
pour un nouveau pays
Cher-e-s ami-e-s,
Notre Festival pour la Paix en Colombie – Mémoires et Justice Sociale approche à grands pas et nous serions très reconnaissants si vous pouviez diffuser l’information dans vos réseaux. 
Vous trouverez le programme, ci-joint, ainsi que toutes les informations nécessaires sur notre blog. N’hésitez pas également à diffuser notre événement Facebook.
Nous espérons que vous serez nombreux à vous joindre à nous pour réfléchir et construire une Colombie en paix et avec justice sociale. Le Festival est une invitation à tous ceux qui croient que la paix est un droit et un devoir, et que pour cela l’action, la mobilisation, la création, la poésie, la musique, la pensée, le débat, l’échange sont indispensables.
Nous nous tenons à votre disposition pour toute information complémentaire dont vous auriez besoin. L’espoir et le défi de la Paix en Colombie méritent d’être mieux connus en France. Soyez assuré(e) de notre considération amicale.
Samedi 7 mars 2015
  • 10h00 – 12h00 : Ouverture des portes / Projection documentaire
  • 12h00 – 13h15 : Acte inaugural en présence de représentants diplomatiques et de personnalités
  • 17h00 – 17h30: Pause – performance
  • 17h30 – 18h15: Théâtre “La maestra” d’Enrique Buenaventura
  • 18h15 – 19h00 : Danses (Association Palenque – Lyon)
  • 19h00 – 20h00: Théâtre “Stabat Mater Furiosa”- Compagnie Vendaval
  • 20h00 – 20h30: Pause – performance
 
Dimanche 8 mars2015
 Journée internationale de lutte pour les droits des femmes
  • 10h00 : Ouverture des portes. Déjeuner paysan
  • 10h30 – 12h00 : Récital Poésie au féminin. Avec Tachia Quintanar, Patricia Ariza, Miriam Montoya, Gladis Corredor
  • 12h00 – 14h30 : DEBAT.2 – La question de la propriété de la terre et de sa restitution. Intervenants : Paul Emile Dupret (Comité Daniel Gillard), David Moreno Rodriguez (Prensa Rural), Celia Umenza (ACIN). Possibilité d’un vidéo-chat avec les représentants des FARC-EP depuis la table de négociation de la Havane – Cuba (aproximativement à 14h00)
  • 15h30 – 18h00 : DEBAT.3 –  Le rôle de la culture, de l’éducation et de la création artistique pour construire la paix. Intervenants : Patricia Ariza (Théâtre de la Candelária), Carlos Medina (Enseignant-Chercheur de l’Université Nationale), Alvaro Hernan ForeroHurtado (MANE /  ACEU. Association Colombienne des Etudiants Universitaires)       
  • 19h00 – 20h00: Acte de clôture
 
Samedi 7 et Dimanche 8 à la Parole errante : 
 
Au sein du “village associatif”, une programmation alternative est envisagée avec la trentaine d’associations et collectifs présents au Festival.
 
Des plasticiens exposeront leurs travaux, certains prévoient des interventions. Des ateliers seront proposés : Broder pour la paix et atelier de “quitte-tristesses”, les origamis du mouvement de la paix.
Pendant toute la durée du festival, certain-e-s découvriront de nouveaux horizons gastronomiques et d’autres raviveront leurs papilles avec le goût du pays de l’autre côté de l’Atlantique…
 
Une contribution solidaire de 5 euros sera demandée à l’entrée.
(Gratuité pour les moins de 15 ans) 
Festival pour la Paix en Colombie  – Mémoires et Justice Sociale
Association Loi 1901

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire (février-mai 2015)

securedownload

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire

(février-mai 2015)

Vendredi 20 février 2015, 14h30

Séance commune aux séminaires ALHIM et CRIIA (Université Paris Ouest-Nanterre)

De las aulas al control del Estado: el caso del movimiento estudiantil gremialista de la Universidad Católica de Chile, 1965-1980

Pablo Rubio Apiolaza (Universidad Andrés Bello, Chili)

Lieu: Bât. B, Salle des thèses, Université Paris Ouest-Nanterre

Jeudi 26 mars 2015, 15h 30

La revuelta urbana de abril 1851 en Santiago de Chile: singularidad y ecos del 48 parisino

Vicente Romero (Université Paris 8)

Espacio urbano y la modernización del alumbrado público en la ciudad de Puebla entre 1888 y 1910

Edna Hernández (Université Paris Est-Marne la Vallée)

Lieu: Salle 227 Bât D, Université Paris 8

Jeudi 16 avril 2015, 15h 30

El proceso de paz en Colombia y las nuevas puestas en escena del poder político

Liliana Buitrago (Université Paris 8)

La Cumbia Villera à Buenos Aires de 1997 à nos jours: étude culturelle et sociopolitique d’un mouvement musical marginal en Argentine

Júpiter Ossaba (Université Paris 8)

Lieu: Salle 328 Bât D, Université Paris 8

Jeudi 21 mai 2015, 15h 30

Conclusions, réflexions et nouvelles propositions de recherche

Lieu: Salle 328 Bât D, Université Paris 8