Archives du mot-clé événement

Journée d’études : « Les mises en scène de l’événement », 27 avril 2017

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Journée d’étude – EA 4327 ERIMIT/REEHL (REcherches sur les Espaces Hispanophones et Lusophones)

Les mises en scène de l’événement

Résultat de recherche d'images pour "Frida Kahlo, Unos cuantos piquetitos"

Frida Kahlo, Unos cuantos piquetitos (1935)

Jeudi 27 avril 2017
9h30-1700h
Université Rennes 2, Campus Villejean, Salle E 224

Cette troisième journée d’étude ( JE I « L’après-coup de l’événement » ; JE II « Une lecture globale de l’événement local ») se propose de poursuivre la réflexion sur « L’événement et sa transmission » en se penchant sur les mises en scène de l’événement (Patrick Charaudeau, Le discours d’information médiatique: la construction du miroir social, Paris, Nathan, 1997; Michel de Certeau, « Pour une nouvelle culture. Le pouvoir de parler », Études 5/2008 (Tome 408), p. 628-635; Barthélémy Michel,  « Événement et espace public : l’affaire Carpentras », Quaderni, n°18, Automne 1992. Les espaces publics. pp. 125-140)

Cette perspective est double car elle s’appuie sur deux pôles, le pôle de la production et celui de la réception. Le premier pôle englobe différents domaines, l’espace public, l’espace économique, les médias, les arts au sens large, les institutions, l’école par exemple. Le second convoque différents destinataires: le citoyen, le lecteur, le consommateur, l’élève. La mise en scène de l’événement s’inscrit dans une triple temporalité (passé, présent, futur) qui peut répondre à un dessein politique ou à une attente d’un public donné. L’événement se (ré) actualise selon un contexte et des conditions particulières (raisons politiques, éthiques, économiques) tout en accordant une place prépondérante à sa réception. La mise en scène devient elle-même événement. Les études proposées s’inscriront dans l’aire ibérique et ibéro-américaine.

Les trois journées d’étude donneront lieu à une publication en 2018 et un colloque transversal est envisagé, sur la « Mémoire de l’événement », en 2019.

PROGRAMME
9h30 : accueil et ouverture de la journée
10h00 : Miguel Angel Parada Bernal (Université Rennes 2), « Prácticas discursivas sobre el conflicto armado y el proceso de paz colombiano en los medios de comunicación »
10h30: Françoise Bouvet (Université Rennes 2), « Arte y escenificación en torno a la muerte de Pablo Escobar »
11h00 : Claire Sourp (Université Rennes 2), « L’écho de l’événement »
11h30 : Michèle Arrué (Université Paris 8), « De l’événement fait divers à l’événement politique : El chacal de Nahueltoro (1969) de Miguel Litín »
12h00-14h00 : pause déjeuner
14h00 : Yves Laberge (Université d’Ottawa), « Pour une théorie de la mise en scène de l’événement »
14h30 : Dalila Chine-Lehman (Université Paris Ouest Nanterre), « La théâtralisation des événements historiques dans les écoles mexicaines »
15h00 : Anaïs Fabriol (Université Rennes 2), « 1994 : mise(s) en scène d’une année-charnière de l’Histoire mexicaine »
15h45- 16h00 : pause café
16h00 : Natalia Molinaro (Université Paris 8), « Une mémoire courte de l’événement ? Les célébrations du Bicentenaire de la Révolution de Mai vues à travers la chaîne télévisée publique (Argentine, 21-25 mai 2010) »
16h30 : Nadège Centelles (Université Rennes 2), « D’une scène, l’autre. Prohibido recordar, le documentaire contre l’oubli »
17h00 : clôture de la journée

Contact : Nathalie Ludec, nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

APPEL A CONTRIBUTION : Journée d’étude « Les mises en scène de l’événement »

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Journée d’étude

Les mises en scène de l’événement

27 avril 2017

Équipe de Recherche Interlangues Mémoires Identités Territoires (EA 4327), Rennes 2

Composante  REcherches sur les Espaces Hispanophones et Lusophones (REEHL)

Présentation

Cette troisième journée d’étude ( JE 1  » L’après-coup de l’événement » ; JEII « Une lecture globale de l’événement local ») se propose de poursuivre la réflexion sur « L’événement et sa transmission » en se  penchant sur les mises en scène de l’événement[1].

Cette perspective est double car elle s’appuie sur deux pôles, le pôle de la production et celui de la réception. Le premier pôle englobe différents domaines, l’espace public, l’espace économique, les médias, les arts au sens large, les institutions, l’école par exemple. Le second convoque différents destinataires: le citoyen, le lecteur, le consommateur, l’élève.

La mise en scène de l’événement s’inscrit dans une triple temporalité (passé, présent, futur) qui peut répondre à un dessein politique ou à une attente d’un public donné. L’événement se (ré)actualise  selon un contexte et des conditions particulières (raisons politiques, éthiques, économiques) tout en accordant une place prépondérante à sa réception. La mise en scène devient elle-même événement.

Les études proposées s’inscriront dans l’aire ibérique et ibéro-américaine.

Organisation

Toute proposition, accompagnée d’un résumé (400 mots) et d’un bref CV, devra être adressée avant le 16 décembre.

Contact :   Nathalie Ludec : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

[1] – Patrick Charaudeau, Le discours d’information médiatique: la construction du miroir social, Paris, Nathan, 1997.

– Michel de Certeau, « Pour une nouvelle culture. Le pouvoir de parler», Études 5/2008 (Tome 408), p. 628-635.

– Barthélémy Michel, « Événement et espace public : l’affaire Carpentras », In: Quaderni, n°18, Automne 1992. Les espaces publics. pp. 125-140. DOI : 10.3406/quad.1992.975  www.persee.fr/doc/quad_0987-1381_1992_num_18_1_975

 

Appel à contribution Journée d’études « Une lecture globale de l’événement local »

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

APPEL A CONTRIBUTION
JOURNEE d’ETUDES
UNE LECTUE GLOBALE DE L’EVENEMENT LOCAL
Jeudi 7 avril 2016 (salle E 224)

Présentation

Cette deuxième journée d’études prolonge notre réflexion sur « L’après-coup de l’événement» (journée d’études du 26 novembre 2015), analysé selon une trajectoire nationale, collective ou individuelle, à son tour formulée par une repolitisation de lieux (Luc Capdevila, « La patrimonialisation des ex centres clandestins de détention en Argentine et au Chili »), de personnages (Véronique Hébrard, « La Faction de la Sierra (Venezuela, 1858-1859) Un événement singulier entre mémoire et oubli ») ou par une transformation des faits en objet culturel (la chronique, la fiction), que sont les catastrophes naturelles (Sylvie Koller, «Chroniques de l’imprévisible prévisible. Comment raconter les catastrophes naturelles »), ou les faits divers (Cécile Marchand, « Sucesos y reescritura en la narrativa de Carlos Droguett »).

Nous continuons à suivre l’itinéraire de l’événement, cette fois en passant de l’échelle locale à l’échelle globale. Comment envisager une lecture globale de l’événement local ? Ceci à partir des acteurs, des spectateurs – témoins, lecteurs- et d’une troisième instance qui peut être l’historien, l’intellectuel, le politique, l’économiste. Dans cette mutation, interviennent également les scènes publiques internationales et les acteurs transnationaux. Comment un événement local peut-il être un levier pour redéfinir ou repenser des relations internationales, sur le plan culturel, politique, diplomatique, économique ?

Les études proposées s’inscriront dans l’aire ibérique et ibéro-américaine.

Organisation

Toute proposition, accompagnée d’un résumé, devra être adressée avant le 8 mars.

Contact :

Nathalie Ludec : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Rodolphe Robin : rodolphe.robin@univ-rennes2.fr

Journée d’études « L’après coup de l’événement »

 

JOURNEE D’ETUDES:

L’APRES COUP DE L’EVENEMENT

Jeudi 26 novembre 2015

Université Rennes 2

Axe Péninsule ibérique et Amérique latine

Salle E 224

PROGRAMME

10h00  Accueil et présentation

10h30  Conférence

Luc CAPDEVILA, Université Rennes 2 : « Les espaces de la mémoire dans le Cône sud »

Analyse sur la pluralité fonctionnelle des lieux de la mémoire des dictatures en Argentine et au Chili. Après une présentation rapide de l’histoire récente des espaces de la mémoire en Amérique australe, on proposera une étude comparée sur les pratiques et les démarches des acteurs en matière de transmission et de discours sur le passé à travers l’aménagement et la gestion de ces lieux.

11h15

Véronique HEBRARD, Université Paris I – Panthéon Sorbonne : « La Faction de la Sierra (Venezuela, 1858-1859) Un événement singulier entre mémoire et oubli »

En mars 1858, une faction armée se constitue dans les régions rurales du Centre Ouest vénézuélien, en réaction à la destitution du Président en place. Formée par trois proches du Parti libéral, elle compte à plusieurs reprises, durant ses 18 mois d’existence, plus de 1 000 membres et met en ébullition les autorités dès lors qu’elle se déploie sur une zone où se sont déroulées une dizaine d’années auparavant d’importantes révoltes paysannes. Elle est immédiatement traquée et disqualifiée par les autorités locales comme centrales. Fait rare pour l’historien, le déploiement de cette faction armée a généré une masse d’archives inédites considérables, classées en trois dossiers volumineux, l’érigeant donc, dans le même temps que sa dimension politique lui était niée, en événement. Événement qui fait à la fois effraction dans le silence qui entoure le plus souvent ce type de mobilisation dont les traces sont quasi inexistantes ou dispersées ; mais aussi dans celui, postérieur dont elle a été l’objet ainsi que les centaines d’acteurs anonymes qui en ont fait partie, puisque ces archives n’avaient jamais été étudiées. Silence d’autant plus symptomatique que les trois chefs ont été érigés au rang de héros en plusieurs moments-clés de l’histoire contemporaine du Venezuela. Ce sont ces paradoxes et ces tensions dont nous proposons l’analyse, dès lors que les enjeux qui les sous-tendent nous renseignent sur les enjeux historiographiques que revêt l’étude des formes de mobilisation populaire mais aussi sur la culture politique d’un temps.

Discussion

12h30  Repas

14h00

Olivier COMPAGNON, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : « La prise de la cathédrale de Santiago du Chili le 11 août 1968 »

14h 30

Sylvie KOLLER, Université Rennes : « Chroniques de l’imprévisible prévisible. Comment raconter les catastrophes naturelles »

Les catastrophes naturelles sont des événements marquants par leur répétition même. Elles sont fortement affectées de « déjà vu » et de « déjà vécu ». En Amérique Latine, leur forme prévisible s’enracine dans l’histoire longue : séismes, éruptions volcaniques, glissements de terrains, tsunamis. Une lecture fataliste les rapproche plutôt de l’inexorabilité du destin que de l’irruption clivante de l’inattendu. Depuis l’avènement de la société médiatique mondiale, elles sont profusément couvertes sur le moment. Mais qu’en est-il de leurs traces ? Quel récit peut-on en faire après-coup ? Adviennent-elles au statut d’événement historique ? Par un choix de chroniques latino-américaines revenant sur différentes catastrophes naturelles, à des distances temporelles variables de l’événement (de quelques mois à 19 ans) , il est possible de montrer comment le travail d’écriture permet d’arracher le cataclysme à la nature pour le réinscrire dans l’histoire. Des dossiers sont repris, permettant de pointer les responsabilités humaines et politiques dans l’exposition des populations au risque. Des témoins sont entendus, dont le récit ravive l’effroi et souligne le courage. L’indifférence, le déni, les promesses non tenues vis-à-vis des sinistrés sont également au rendez-vous, ce qui inscrit l’histoire de la catastrophe naturelle dans le tableau général de l’incurie. Le grand livre de référence à cet égard est  Nada, nadie. Las voces del temblor  de Elena Poniatowska (1988). Les chroniqueurs actuels ajoutent à cette dimension d’enquête de terrain et de restitution des témoignages une dimension subjective. Rarement témoins directs de la catastrophe, ils endossent néanmoins dans le récit la dimension apocalyptique vécue par les victimes. Ils rendent compte de leur présence sur les lieux, de leurs interactions avec les survivants et les travailleurs humanitaires. Ce qui reste pour nous comme un nom, à peine une date : Arnero, Mitch, Haiti, s’ouvre de nouveau à des sens pluriels, loin de la sidération première.

15h00

Cécile MARCHAND, Université du Maine : « Sucesos y reescritura en la narrativa de Carlos Droguett »

De su pasado de periodista, el escritor chileno Carlos Droguett (1912-1996) conservó su interés por los sucesos y se inspiró en varios para su creación literaria como otros grandes escritores (Tolstoï, Dostoïevski, Flaubert, Stendhal…). La masacre de un grupo de huelguistas (« Sesenta muertos en la escalera »), el acoso de un bandido ( » Eloy ») o la ejecución de un asesino en serie francés (« Todas esas muertes ») le proporcionaron material para varias obras de las que propuso además varias versiones a lo largo de su vida. Apoyándonos en una primera parte en trabajos teóricos relativos al suceso (Foucault, Barthes, Evrard, Hamon…), nos proponemos estudiar los mecanismos de ficcionalización de estos casos, elegidos por Carlos Droguett, como su efectos para establecer el propósito buscado por este escritor polémico y comprometido.

Discussion et clôture de la journée d’études

JE 26 nov 2015 Programme L’après-coup de l’événement CARTEL 1

Contact : Nathalie Ludec nathalie.ludec@univ-rennes2.fr