Archives du mot-clé Mémoire

Journée d’études/Colloque : « Passant Passé, Héritages et expérience des temps », 30 et 31 mai 2017

Résultat de recherche d'images pour "Leonora Carrington"

Leonora Carrington, Are you really Syrious?, 1953

affiche/ Flyer / programme

Journée d’études/Colloque

Passant Passé, Héritages et expérience des temps

Laboratoire d’Etudes Romanes (EA 4385) en collaboration
avec l’Ecole doctorale Pratiques et théories du sens (ED 31)

Mardi 30 et mercredi 31 mai 2017

9h00-18h00

Résultat de recherche d'images pour "LER paris 8"

Université Paris 8

Salle B 106

2, rue de la Liberté, 93 526 Saint-Denis Cedex
Métro ligne 13 – Saint-Denis Université

Les questions liées à la temporalité, à la mémoire et aux régimes d’historicité sont au cœur d’une vaste réflexion dans l’ensemble des sciences humaines depuis une trentaine d’années. Les domaines concernés vont au-delà d’une analyse de l’actualité pour proposer parfois des modifications des gestes herméneutiques habituels ou une révision de certaines conceptions temporelles. Le Laboratoire d’Etudes Romanes, unité transdisciplinaire (histoire, littérature, linguistique, arts du spectacle et cinéma) travaillant sur des domaines culturels et historiques diversifiés (Italie, mondes hispaniques, mondes lusophones, du XVIe siècle à l’actualité) n’est pas resté insensible à ce courant fort de la pensée contemporaine. Dans ce colloque on abordera les modes de penser et d’imaginer le temps (et avant tout le passé), de le transformer en fiction et de développer des théories diverses à son sujet. On se penchera aussi sur les actes et les divers phénomènes qui accompagnent cette présence : construction des lieux de mémoire, modes de revendiquer ou de refuser le passé au nom d’un intérêt idéologique ou autre, valeurs de contestation dans la création et dans la recherche de passés alternatifs.

Programme

Mardi 30 mai

9h00 Ouverture du colloque : Annick Allaigre (Présidente de l’Université Paris 8), Catherine Verna, Brigitte Félix (Ecole Doctorale Pratiques et théories du sens), Julio Premat, Pascale Thibaudeau (Laboratoire d’Etudes Romanes)
9h30 Frédérique Langue (CNRS) : « Des mémoires au miroir du passé. Écrire l’histoire d’une Amérique dite latine »
10h30 Pause
10h45 Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « Réflexions sur le régime d’historicité et l’historiographie latino-américaine (XVIe-XIXe siècles) »
11h15 Françoise Crémoux (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « Héritage de l’Antiquité dans les récits de miracles en Espagne (XVIe-XVIIe siècles) »
11h35 Jean-Louis Fournel, Xavier Tabet (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « Présences et présents de Machiavel : un dialogue »
12h30 Déjeuner
14h30 Marie-Claire Lavabre (Université Paris Ouest-Nanterre) : «Mémoires, transmissions et multiplicité des temps sociaux »
15h00 Mercedes Yusta (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : «Réécritures, occultations, épiphanies du passé. Le cas de la guérilla antifranquiste en Espagne (1939-2016) »
15h30 Pause
15h45 Alain Vaillant (Paris Ouest-Nanterre) : « Entre passéisme, présentisme et prophétisme: les paradoxes de la littérature moderne face à l’histoire »
16h45 Julio Premat (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : «Non nova sed nove. Avant-gardes anachroniques dans la littérature argentine contemporaine »

Mercredi 31 mai

9h00 Santiago Uhía (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « Fernando Vallejo, ultracontemporain »
9h30 Diego Vecchio (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : «Le Manual de parasicología de Mario Levrero : la littérature comme mémoire des savoirs fantômes.»
10h00 Diego Alonso (Reed College) : « Quand l’histoire copie la littérature… Borges, l’écriture et le sens du passé »
10h30 Pause
10h45 Lionel Ruffel (Université Paris 8) : «Triangulation du temps»
12h00 Déjeuner
13h30 Marie Anne Matard (Université Paris 8) : «Un musée du fascisme à Predappio ? Autour d’une controverse »
14h00 Nadia Tahir (Université de Caen Normandie) : « Récit national, récit local : accords et désaccords dans la construction de mémoire(s) collective(s) dans le Chaco argentin »
14h30 Pause
14h45 Isabel Desmet (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « De la mémoire de quelques mots spécialisés dans les langues romanes : Les micro-diachronies au XXe et au XXe siècle »
15h15 Cristina Bernaldo (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « Ce n’est pas moi, ce sont eux qui le sont. La folie dans le cinéma documentaire de la transition démocratique espagnole.»
15h45 Pause
16h00 Brice Chamouleau (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « Le futur passé : temporalités queer et usages du passé en Espagne »
16h30 Claudia Jareño Gila (Université Paris 8-Laboratoire d’Etudes Romanes) : « « Nous qui sommes sans passé, les femmes ». La recherche d’un passé alternatif comme outil de contestation et de création d’identité »
17h00 Conclusions du colloque

ENTRÉE LIBRE

Contact : julio.premat@univ-paris8.fr

Séance Séminaire ALHIM du 25 novembre 2016 : « Musées d’histoire, musées de mémoire(s) »

affiche-musee-dhistoire-nov-2016-2

affiche-seance-seminaire-alhim-25-11-2016

Séance Séminaire ALHIM

Musées d’histoire, musées de mémoire(s)

Le Musée Mémorial de l’Exil: entre le militantisme antifranquiste et l’Histoire   Jordi Font Agulló (Directeur du Museu Mémorial de l’Exili-MUME)

Le tournant de siècle a vu se développer en Espagne un discours en faveur de la réparation morale des vaincus de la Guerre Civile espagnole de 1936-1939. Ce discours a pour but mettre fin à un oubli politique et éthique. En avril 2002, le Théâtre Liceu de Barcelone accueille un acte organisé par l’Association Catalane des anciens prisonniers dans lequel on demande la mise en place d’une politique de mémoire. Cette demande est complémentaire à la recherche académique catalane qui a lieu à ce moment-là. Il s’agit de restituer un passé récent effacé et oublié pendant la transition démocratique espagnole.

Le Musée Mémorial de l’Exil de la Jonquera est né dans ce contexte de revendication. Le MUME veut conserver la mémoire de la Guerre Civile face aux musées d’histoire militaire qui présentent la Guerre Civile comme une « guerre fratricide » ou « tous ont été coupables », c’est-à-dire une interprétation qui occulte d’une manière subtile la mémoire des vaincus. Le MUME est une rupture avec ce discours véhiculé par les musées de l’armée qui s’inscrit sur la ligne du Musée de la paix de Gernika (2003), la salle dédiée à la Guerre Civile et le Franquisme du Musée d’Histoire de la Catalogne (1996) et le Centre d’interprétation de la Guerre Civile à Robres (Huesca) (2006). Sa création a été une confluence entre l’histoire empirique et académique, et la revendication des organisations de la société civile.

Le MUME ouvre ses portes en février 2008. Les soutiens et partenaires du projet sont la Mairie de la Jonquera, l’Union Européenne avec la programme Feder-Interreg. III-A (avec la mairie d’Argelès), la Generalitat de la Catalogne, la Diputació de Girona et le Conseil Comarcal de l’Alt Empordá. Le musée a une vocation transfrontalière et est une institution clé dans l’articulation et création, avec le service éducatif de l’Université de Girona, du Réseau des espaces de la mémoire.

Le MUME veut « porter notre regard sur le passé récent doit avoir pour but essentiel de nous aider à comprendre une partie de notre présent afin de savoir affronter le futur dans de meilleures conditions et, dans bien des cas, cela va de pair avec une volonté de réparation morale des victimes et résistants insuffisamment reconnus. Dans le cas de l’exil républicain catalan et espagnol, tout ce phénomène, c’est-à-dire le mélange entre connaissance historique d’un chapitre terrible de notre passé et hommage commémoratif, est incontestable. Le MUME est donc né avec pour vocation de promouvoir le savoir historique sans négliger de surcroît l’importance symbolique de rendre hommage aux Catalans et Catalanes et autres citoyens du reste de l’État espagnol qui ont dû quitter leur terre et leur maison suite à la défaite de la démocratie incarnée par la Generalitat (gouvernement autonome de Catalogne) et l’État républicain instauré en 1931. » https://temoigner.revues.org/455

L’exposition permanente (http://www.museuexili.cat/) se structure autour de:

  • Considérations générales autour de l’exil
  • La Guerre Civile, la défaite et l’exil de 1939
  • La Diaspora dans tout le monde
  • L’expérience de l’exil : les témoins et leurs témoignages
  • L’Héritage de l’exil : penser l’exil comme une fracture, une perte, un traumatisme.

L’exposition a un pouvoir éducatif médiatisé dans l’échange symbolique, artistique et informatif entre l’exposition et le visiteur. L’exposition propose un travail pédagogique de transmission de valeurs, d’éducation éthique et politique et de structuration d’un récit historique. La suggestion artistique du parcours propose la création d’une ambiance favorable pour développer le regard critique du visiteur.

Le tourisme a participé à la récupération de la mémoire démocratique. Cependant, on doit éviter de tomber dans la banalisation du tourisme de masse, la nostalgie acritique et la spectacularisation du « tourisme de la mémoire » grâce à la réflexion autour de la « mémoire historique ».

Du Risorgimento à la Résistence: la narration muséal de l’Italie contemporaine   Massimo Baioni (Université de Sienne)

En Italie, l’absence d’un récit partagé par les différentes cultures politiques se matérialise dans l’inexistence de musées d’histoire contemporaine. La narration muséale de l’histoire italienne travers trois états et trois régimes politiques qui ont accompagné la construction du récit identitaire de l’Italie.

La place du musée dans l’espace public se trouve au centre de la querelle de mémoires dans la nationalisation des Italiens. A la fin du XIXe siècle, la fondation des Musées du Risorgimento, dont celui du Turin, en 1880, fait clé de l’histoire de la représentation muséale de l’histoire italienne, jouent un rôle important dans le développement d’un discours patriotique autour de l’image du mythe fondateur de la nouvelle Italie.

Jusqu’aux années 1960, la mémoire du Risorgimento domine la mise en scène de l’histoire nationale dans les musées. Elle est le pilier de la politique de la mémoire et de la légitimation des institutions. En 1980, en Italie, les musées consacrés à la Grande Guerre et à la Résistance sont moins nombreux que ceux dédiés au Risorgimento. Dans les expositions de ces musées, l’entreprise coloniale, la Grande Guerre, la Résistance sont ajoutées dans le parcours des expositions permanentes comme des épilogues soulignant une continuité à partir d’un « héroïsme italique imbattable » lié aux luttes antiautrichiennes de la période de l’unification italienne. C’est la thèse de la continuité comme montre, après la Première Guerre mondiale, la création des musées du Risorgimento, et pas de la Grande Guerre, à Trente et Trieste.

L’Italie fasciste (1922-1943) se prône comme le couronnement de la tradition historique du Risorgimento mais dénudée du sens libéral en faveur de la Nation, la force de la « race italienne », l’irrédentisme et dans une généalogie de l’italianité liée avec le courage et la virilité.

La Résistance (1943-1945) se présente comme un second Risorgimento. Entre la fin de la Deuxième Guerre mondiale et les années 1960, la mémoire de la Résistance est un élément constitutif du récit national, de la légitimation du pouvoir et des forces politiques. La Résistance est relatée dans la représentation muséale comme une lutte patriotique de libération nationale et pas comme une guerre civile. A partir des années 1980, la Grande Guerre et la Résistance commencent à faire part d’un nouveau récit muséal.

Concernant le langage muséal, au début du XXe siècle, la mise en scène du paradigme discursif s’articule entre les vestales du mythe et les prétoriens de la science. Les premiers imposent une exposition muséale sans réflexion critique en faveur d’une propagande éducative. Cette exposition veut provoquer l’adhésion sentimentale à travers les récits de martyrologe, le sacrifice, le courage, le volontarisme. Ces récits sont le fil rouge de la mise en scène des expositions des musées du Risorgimento. Bien que la tradition catholique soit déclinée d’une façon laïque que le Fascisme présente comme une « religion » d’état, entre 1918 et 1939, il y a une tension entre le rappel à la tradition et l’expérimentation de nouvelles voix d’expression : avant-gardes artistiques, photographies, photomontages, sculptures, esthétique futuriste. Entre 1945 et les années 1960, le récit, dans lequel  le martyr est désormais le résistant, se structure à partir de l’exaltation des valeurs de la liberté démocratique.

La narration muséale de l’Italie contemporaine est éclectique, forte de traditions locales et de la personnalisation des directeurs des institutions muséales. Sa force a été son enracinement dans le territoire, son rôle dans l’articulation des récits de la grande et la petite patrie et, enfin, sa capacité d’interaction intime avec la politique éducative de l’Etat. Ses faiblisses sont son dilettantisme, le rôle accru des associations dans la gestion muséale, la conception sentimentale du musée et le retard provoquée dans la muséologie italienne

Aujourd’hui, la narration muséale de l’Italie contemporaine est à la recherche de nouveaux types de récit et des institutions muséales. Cependant, la représentation muséale du fascisme est toujours le « trou noir » de la narration muséale et se trouve à l’origine d’une confrontation de mémoires dans l’espace public italien actuel.

Les filiations discursives du « Museo de la Memoria y los Derechos Humanos » de Santiago du Chili  Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8 LER-ALHIM)

Le contexte de création du Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme est marqué par trois événements marquants de ce que Cristina Moyano a défini comme les « batailles pour la mémoire » : l’inauguration du Parc pour la paix « Villa Grimaldi » (http://villagrimaldi.cl/) le 22 mars 1997; l’arrestation d’Augusto Pinochet à Londres le 16 octobre 1998 et la publication de sa lettre Carta a los chilenos ; le débat public entre plusieurs historiens chiliens la dictature militaire dans le journal La Segunda qui suit la publication de la lettre de Pinochet.

Parallèlement, la mémoire de la dictature de Pinochet comme le « salut de la patrie » s’affaiblie grâce à ce que Winn appelle la rupture du « pacte de silence » et le choix de la recherche de la « vérité et la réconciliation » à la place de la « vérité et la justice » de la transition chilienne qui a eu lieu sous la coexistence de deux mémoires confrontées.

En mai 2007 et janvier 2010, la Présidente de la République, Michelle Bachelet, annonce la création et inaugure respectivement le Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme dans le cadre du programmé commémoratif du Bicentenaire de l’indépendance du Chili.  Pour Magdalena Krebs, directrice des Archives des Musée au Chili (DIBAM) sous la présidence de Sebastián Piñera, le musée ne représente qu’une partie de la réalité, c’est-à-dire celle des victimes de la dictature. Par conséquence, le musée ne reflète pas l’histoire nationale et, à son avis, ne devrait recevoir des fonds publics. Le Comité directeur du Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme répond aux attaques en expliquant que les activités du Musée ne sont ni juridiques ni historiographiques. Le Musée n’essaye pas de rendre d’informations sur les causes qui ont provoqués les violations des droits de l’homme ou de les contextualiser. Le musée n’a pas non plus comme objectif de lancer des accusations individuelles mais de promouvoir l’idée que ce qui est arrivée pendant la dictature ne se reproduise jamais au Chili.

A notre avis, Le Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme (http://ww3.museodelamemoria.cl/) se structure à partir de quatre filiations discursives :

Les droits de l’homme dans le monde : l’origine de l’idée de construction d’un musée se trouve dans les conclusions du dossier Retting de la Commission de Vérité et Réconciliation de 1991, signalant l’importance de donner une place visible et publique à la période dictatoriale et ses victimes ; le soutien de l’administration du président Ricardo Lagos (2000-2006) à la création de mémoriaux ; les demandes provenant de la société civile organisées autour des organisations de parents de victimes et disparus et de défense des droits de l’homme.

Le Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme est créé comme un acte de réparation et un espace « destiné à rendre visible les violations des droits de l’homme faites par la dictature de Pinochet. L’institution muséographique veut aussi honorer les victimes et leurs familles, développer une réflexion politique et éthique avec le but de renforcer la culture des droits de l’homme et éviter ainsi que des cas similaires se reproduisent dans l’avenir ».

Par rapport au parcours muséographique, une fois que le visiteur accède à l’intérieur du bâtiment principal du Musée, le paradigme des Droits de l’homme ouvre et clôture le parcours du visiteur. Dans le hall d’accès, le visiteur peut contempler les premiers espaces d’exposition : Derechos Humanos, Desafío Universal et Memoriales y Comisiones de Verdad. Le paradigme des Droits de l’homme se décline aussi dans les expositions de trois espaces installés au deuxième étage du Musée : Demande de Vérité et Justice, Plus jamais et Justice. Le parcours muséographique est clôturé par esplanade située à la sortie du bâtiment où les  articles de la déclaration des Droits de l’homme de 1948 sont affichés sur les murs comme un rappel et un résumé de l’objectif de l’institution. Le visiteur peut voir une mise en filiation simple du cas chilien dans la scène mondiale sans clés de lecture comparatives ou explicatives entre les cas.

Le récit national : La ville est, en grande partie, une projection d’imaginaires sociales sur l’espace. Les modifications de l’espace urbain liées à la commémoration et le souvenir soulignent dans la trame de la ville les consensus et les conflits existants dans la société.  Le Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme se situe dans ce type de modification de l’espace urbain. Le choix de son emplacement et du bâtiment ont la volonté de l’intégrer dans le récit national.

Le Musée a été érigé dans le Quartier Yungay, c’est-à-dire au sud de la ville de Santiago, entre le centre historique et le parc de la Quinta Normal. Nous pouvons lire l’élection de cet emplacement comme un acte délibéré d’intégrer le Musée dans la continuité d’un récit national lié à la tradition libérale et progressiste. Depuis sa création dans les années 1830, le quartier de Yungay a vu l’arrivée d’artistes, intellectuels, hommes d’affaires et des membres des élites politiques proches idéologiquement du libéralisme chilien du XIXe siècle et du progressisme politique du XXe siècle. Concernant le bâtiment, le parvis d’entrée propose une continuité entre les bâtiments historiques du quartier de Yungay et le  Musée. A leur tour, la matérialité du bâtiment principal du musée évoque un ancrage symbolique avec le récit national. Les matériaux de construction (cuivre, charbon,…) lient le Musée avec la mémoire de l’industrie minière et la lutte ouvrière chilienne.

Le récit de la mémoire : Les victimes, depuis les années 1990-2000, deviennent la pointe de lance du récit de la mémoire de la dictature. Ainsi, par exemple, les témoignages des victimes et des familles des victimes sont la matière principale sur laquelle s’appuient les rapports issus de la Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación: Informe Rettig (1990-1991), la Mesa de Diálogo sobre Derechos Humanos y el proceso de transición política en Chile (1999-2000) et la Comisión Nacional sobre Prisión Política y Tortura: Informe Valech (2010-2011).

Les fonds du musée héritent tant de cette activité que du rôle politique de ces organisations. Les fonds se sont constitués grâce à un processus de donation, toujours en fonctionnement, le Musée ne fait aucun achat,  d’objets  et d’archives. Ces fonds structurent une collection qui devient le narrateur intermédiaire entre ceux qui la regardent et le monde qu’elle représente, une forme de mise en scène discursive dans l’espace d’exposition du musée.

La mémoire de la répression et des crimes contre les droits de l’homme se présente au sein du Musée comme « mémoire historique », une mémoire construite par les mémoires individuelles qui constituent les témoignages, une mémoire qui doit lutter contre la possibilité que l’histoire « officielle » oublie ces crimes.

Dans le deuxième étage du parcours de la collection permanente du Musée, le visiteur traverse l’espace Absence et mémoire où se trouve le « velatón », une espèce de veillée  funèbre de dénonciation et de souvenir, une mise en récit dans laquelle le passé de la dictature est présenté comme un traumatisme collectif.

Cependant, la coexistence de la dénonciation et du souvenir, deux fonctions distinctes, n’est pas facile. Le fait de mettre l’accent sur le deuil et le témoignage personnel des familiers ou des survivants estompe le rôle d’un discours plus problématisé à propos du respect des droits de l’homme dans une perspective quotidienne.

Mais nous pouvons aussi souligner que cet espace du musée crée deux catégories différentes de témoins: entre les victimes mobilisées et celles qui ne le sont pas et entre les victimes disparues et celle qui sont décédées, ce qui rendre très complexe la fixation des mémoires définitives.

La  « décolonisation de la muséologie » : dans les années 1970, la « Nouvelle muséologie » revendique un nouveau rôle socio-éducatif des musées dans le cadre de la naissance et développement d’une nouvelle culture de loisirs et de consommation culturelle. A cette époque, John Kinard, un des premiers directeurs des musées consacrés à la récupération de la mémoire de la communauté afro-américaine des Etats-Unis, pense que « les musées doivent montrer les possibilités existantes pour résoudre les problèmes de notre société grâce à des expositions qui font réfléchir et arrivent à émouvoir le visiteur ».

Au premier étage du Musée se trouve l’espace La douleur des enfants où le visiteur peut se confronter aux enfants considérés comme victimes, tués ou disparus, pour les commissions de vérité mais aussi les femmes enceinte qui ont perdu leurs enfants à cause de la brutalité de la police de la dictature ou les enfants traumatisés qui ont assisté à la détention de leurs parents.

Parallèlement, la généralisation de l’usage d’internet a ouvert aussi la voie à une nouvelle typologie de musée. La filiation du Le Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme à cette nouvelle typologie fait que le Musée

  • fournisse les visiteurs des instruments technologiques leur permettant d’apprendre des informations sans se rendre au bâtiment central; et qui permettra au Musée de redevenir un lieu de découverte personnelle.
  • établisse des nouveaux liens entre les institutions de mémoire collective y compris les musées, les bibliothèques et les archives.

Cette nouvelle muséologie réinterprète le concept de patrimoine et  propose une analyse systématique de la réalité du musée donnant la priorité aux personnes ou communautés sur les objets et considérant le patrimoine comme un outil au service du développement de la société. Tout ce processus est nommé par Huges de Varine comme la décolonisation de la muséologie.

Le Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme ne propose pas simplement des choses à voir, mais fait participer les sujets du patrimoine au processus de muséalisation de ces choses. C’est la structuration d’une pratique muséologique qui est aussi une pratique de vie et une pratique sociale où les échanges entre mémoire individuelle et mémoire collective sont permanents.

Contact: Enrique Fernández Domingo

E-mail: enrique.fernandez@yahoo.fr

Séminaire ALHIM Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2016-juillet 2017)

Afficher l'image d'origineAntonio Coche Mendoza, Sin título, 2002

Séminaire ALHIM

Amérique Latine Histoire et Mémoire

(novembre 2016-juillet 2017)

Vendredi 18 novembre 2016

Conférence

Los indoamericanos en Cuba, una crítica a la colonialidad del saber
Felipe Pérez Cruz (Instituto de Filosofía de La Habana)
Horaire: 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Vendredi 25 novembre 2016

Séance commune organisée avec l’Axe Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale

Musées d’histoire, musées de mémoire(s)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Vendredi 20 janvier 2017

Présentation du livre Ecritures du féminisme mexicain: Esperanza Brito, Elena Urrutia, Marta Lamas (1963-1978) de Nathalie Ludec (Université Rennes II)
Horaire : 19h30-21h00 Lieu: Maison du Mexique, Cité Universitaire Internationale de Paris

 Vendredi 10 février 2017

Séance commune organisée avec l’Axe Transferts textuels et migrations esthétiques  
Art et dictature au Chili 
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Jeudi 2, Vendredi 3 et Samedi 4 mars 2017

Colloque international organisé avec l’Université de Paris Est-Créteil et la Universidad Nacional de Entre Ríos 
Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente 
Horaire : 9h30-19h00 Lieu: Casa de Argentina (Cité Universitaire Internationale de Paris), Université Paris 8 (salle D 143) et UPEC Créteil

Vendredi 7 avril 2017

Journée d’études organisée avec le séminaire GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)
La Nation en fête en Amérique latine (XIXe-XXe siècles)
Horaire: 10h00-18h00 Lieu: Université Paris Ouest-Nanterre, Bât. Max Weber, Salle de séminaire 2

Vendredi 28 Avril 2017

Séance commune organisée avec Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale
Les racines de l’eugénisme (Uruguay, Italie, Espagne)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Jeudi 11 mai 2017

Présentation travaux doctorants ALHIM
Horaire : 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 311

Mardi 30 et mercredi 31 mai 2017

Colloque du Laboratoire d’Etudes Romanes (EA 4385) 
Passant Passé. Héritages et expériences des temps
Horaire : 9h30-18h00 Lieu : Université Paris 8

Mardi 11 et mercredi 12 juillet 2017

Colloque International
Chile en el mundo: circulación de discursos, prácticas, personas, relaciones diplomáticas y redes de sociabilidad (siglos XIX-XXI)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Universidad de Santiago de Chile

ENTREE LIBRE

Contact: Enrique Fernández Domingo

E-mail: enrique.fernandez@yahoo.fr

Journée d’études « Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle) »

JOURNEE D’ETUDES

Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)

Afficher l'image d'origine

Miguel Alandia, “La educación”, 1960, Monumento a la Revolución Nacional, La Paz

Affiche JE 13 mai 2016

Programme JE 13 mai 2016

Présentation

Natalia Molinaro (Université Paris 8)

Cette Journée, organisée en collaboration avec l’ERESCEC (Axe Histoire, Mémoire et Politique en Europe méridionale du LER, dirigé par Mercedes Yusta Rodrigo et Xavier Tabet), a envisagé les processus de construction nationale en Europe méridionale et en Amérique latine (XIXe-XXIe siècle) depuis un point de vue transatlantique et transversal. Elle proposait d’observer comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Quels points communs, quelles différences, quels transferts entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ?

Nous avons proposé des échanges entre chercheurs à partir de comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques pédagogiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique : quels points communs, quels transferts, quelles différences entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ?  Dans un premier temps nous avons travaillé sur la construction mémorielle, notamment à la construction d’une mémoire officielle d’un passé traumatique resignifié et produisant de l’identité. Car « une nation, c’est une mémoire », comme l’affirmait Pierre Nora. Un second volet a été consacré à l’éventail de pratiques pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés qui permettent de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale, en faisant appel à une mémoire commune. Quels mécanismes et procédés retrouve-t-on d’un côté à l’autre de l’Atlantique, en des espaces-temps certes différents, mais toujours marqués par l’enjeu mémoriel et l’impératif national ? En quoi ces pratiques sont-elles révélatrices d’influences et d’une circulation des idées ?

Dans la lignée de la perspective dite constructiviste ou « moderniste », nous avons considéré ce que nous appelons « la nation » comme le fruit d’un processus d’invention, entendu dans le sens de « création », comme le soulignait déjà Benedict Anderson. Nous nous sommes intéressés aux trois grandes étapes de ce processus historique d’invention et/ou de réinvention avec, d’abord, l’établissement de limites, à la fois conceptuelles – autrement dit imaginaires – et territoriales, pour la définition de cette nation. Les interventions de Brice Chamouleau (Maître de Conférence, Université Paris 8), Darío Lanfranca (Docteur en Etudes Italiennes, L.E.R., Université Paris 8) et Yves Léonard (Sciences Po. / L.E.R.) ont montré, entre autres, à quel point cette première étape est marquée par la dichotomie inclusion/exclusion, dont les frontières sont parfois floues ou poreuses.

Le second volet a été consacré à l’éventail de pratique pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés permettant de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale et produire de l’identité. Les interventions de Laura Fournier (Maître de Conférence, Université Paris 8), Marie Salgues (Maître de Conférence, Université Paris 8) et Dalila Chine-Lehmann (Université Paris-Ouest Nanterre) ont abordé ces trois aspects. Dans l’Italie post-Unité, d’abord (Laura Fournier, « Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité »). Puis dans l’Espagne du XIXème siècle (Marie Salgues, « La construction de la nation au XIXème siècle dans le théâtre patriotique : les invariants d’un processus de définition identitaire ») et enfin, dans le Mexique actuel (Dalila Chine-Lehmann, « Apprendre à aimer la patrie : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines »).

Cette journée s’est achevée avec l’intervention de Paola Díaz (I.M.M. / E.H.E.S.S.) concernant l’un des aspects les plus délicats et pourtant essentiel à la construction nationale : la question mémorielle et les politiques de la mémoire. Dans sa communication intitulée « La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale », Paola Díaz est revenue sur les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004). La projection du court-métrage de Nicolás Lasnibat, Treinta años (2006), en sélection officielle à la Mostra de Venise et prix du meilleur court-métrage aux Festivals de San Sebastián et de Santiago de Chile, est venu mettre un point final à cette journée, en présence du réalisateur. Son travail a été présenté par Michèle Arrué (Maître de Conférence, Université Paris 8).

Nacionalizar heterodoxias por eliminación: formas del homonacionalismo español

Brice Chamouleau (Université Paris 8)

Cette communication s’est proposée de s’interroger sur la manière dont l’interprétation des luttes sexuelles en Espagne est fortement médiatisée par des métarécits relevant d’un patriotisme constitutionnel espagnol post-franquiste. Les subjectivités abjectes du franquisme sont devenues les figures exemplaires et rédemptrices de l’ordre démocratique. En empruntant à Bartolomé Clavero l’idée que “[n]ación es categoría que presta vestimenta de legitimidad cultural y base social a la desnudez política del Estado”, il a été question de remarquer les procédures par lesquelles les luttes sexuelles sont reversées dans un récit national sur la démocratisation de l’Espagne qui naturalise une culture d’État pour décrire l’avènement de la citoyenneté démocratique après Franco. En particulier, la communication s’est intéressée aux luttes catalanes et barcelonaises, à leur territorialité politique, dont la dimension conflictuelle est effacée au profit d’une histoire qui raconte comment ces luttes ont d’abord eu vocation à s’intégrer à l’État espagnol, dont on donne pour acquises les coordonnées plurinationales, subordonnées à la “nation” espagnole, un des sujets postulés de la Constitution de 1978. À ce titre, l’histoire LGBT espagnole est parfaitement homonationaliste, nourrie d’un fort patriotisme constitutionnel. En oubliant l’ancrage territorial de ces luttes d’émancipation pendant la démocratisation de l’Espagne post-dictatoriale, il a été soutenu que l’historiographie LGBT espagnole, inscrite dans des récits trasnationaux sur les subjectivités queer et les démocraties sexuelles occidentales, reproduit une conception habermassienne de la citoyenneté “cosmopolite”, où l’individu est délié de ses ancrages territoriaux, et compris en des termes juridiques, fondu dans ces droits qui construisent le sujet LGBT “digne” de la démocratie espagnole. Pourtant, comprises de manière relationnelle avec la culture d’État en cours d’institutionalisation à la fin des années 1970 en Espagne et avec la place que l’État octroie à ces subjectivités homosexuelles, les communautés catalanes, basques également, constituent des sujets particulièrement intéressants pour autant qu’ils sont éliminés de l’histoire de la démocratie espagnole pour une série de variables consubstantielles: le genre, les sexualités, la classe, le territoire et, pour certains, la langue. La régulation des possibilités de leur énonciation dans l’Espagne post-franquiste n’invite alors pas tant à naturaliser à nouveau une “nation” catalane ou basque, mais à concevoir comment des communautés éthiques se composent historiquement dans des processus de différenciation contextuels et contingents. Pour les appréhender, il a été soutenu qu’un regard post-national, inspiré des débats ouverts par les études post-coloniales prenant les territoires européens pour objet, permet de défaire les subjectivités historiques des sujets institués au présent pour concevoir ou imaginer les mondes passés : les “modernités multiples” travaillent les territoires européens, et ici, l’avènement conflictuel de l’État postfranquiste et de sa communauté de référence. Lorsqu’elles émergent, ces subjectivités sexuelles catalanes contestent l’ordre moral qui supporte l’institutionnalisation de l’État postfranquiste : plutôt qu’au récit d’une inclusion démocratique, elles permettent d’inscrire la démocratisation de l’Espagne dans une perspective globale, dans une histoire des “citoyennetés post-coloniales”, organisées depuis les années 1970 non pas autour d’une inclusion multiculturelle mais d’une exclusion hors de contours sociologiques et moraux -ceux-là parfaitement contextuels- des communautés des pays du capitalisme mondialisé. Cette perspective permet de faire émerger de nouvelles descriptions des subjectivités du passé récent espagnol.

La célébration du sixième anniversaire des Vêpres siciliens de 1882 et le conflit entre l’idée d’autonomie et de nation dans la Sicile post-unitaire

Darío Lanfranca (Université Paris 8)

31 mars 1882, célébration du VI anniversaire des « Vespres », réinvention du « Vespro » vingt ans après l’unification italienne. Participation d’intellectuels et d’hommes politiques. Geovani Berga montre son non adhésion à l’anniversaire. Comme Berga, beaucoup d’intellectuels siciliens ne veulent pas y participer. Nation/Autonomie dans un conflit rhétorique face à l’Etat italien dominé par la droite historique italienne. Médiation et compromis historiques entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux. Les « Vespre » sont très connues à l’époque de la célébration. Le récit des « Vespres » siciliennes reste entre le mythe et l’histoire. Le contexte international  est marqué par l’occupation française de la Tunisie en 1880.  Le Contexte national  montre un pouvoir central qui rencontre beaucoup de difficultés dans le maintien de l’ordre public en Sicile. La célébration du 31 mars 1882 est le reflète des tensions politiques entre le nouvel état et une culture politique autonomiste. A l’occasion, Giuseppe Garibaldi réalise son dernier voyage en Sicile. Sa présence et la continuité historique assumée avec le « Risorgimento » structurent une critique indirecte de la politique de Cavour et le gouvernement italien, la Destra historique. Pour les « notabili » siciliens, l’arrivée de la gauche au pouvoir, incarnée par Crispi, a été possible grâce aux bulletins siciliens. La commémoration propose une mémoire unifiée du « Vespro » et du « Risorgimento » avec le but de gagner le soutien politique des « notabili » siciliens. Les racines culturelles de la célébration se trouvent dans la frustration de la Constitution de 1812; la relecture du mythe proposée par Michelle Amari en 1842 (relecture du mythe des « Vespre » à partir d’un romantisme historique qui souligne l’origine populaire de la révolution. Cette origine est liée téléologiquement au peuple sicilien du XIXe siècle. L’usurpateur ancien est assimilé à l’usurpateur moderne. Michelle Amari, même s’il n’y participe pas, reçoit un hommage personnel pendant la célébration de 1882); la fondation en 1863 de la Società siciliana de istoira patria fondée en 1863 à Palerme (la plus part de ses membres participent à l’organisation de la commémoration de 1882); et, enfin, depuis les années 1860 le développement d’une idéologie autonomiste/régionaliste et des recherches historique autonomistes sous l’influence « national-autonomiste » (Isidoro Lamunia, « gloire nationale », Histoire municipale, histoire sicilienne, Giuseppe Pitré, Salomono Marino,…, Enquêtes parlamentaires, récupération de la mémoire nationale). En 1875, la municipalité de Palerme propose l’organisation de la célébration et crée un comité d’organisation. En 1882 il y a une importante publication de documents ainsi que d’un recueil de traditions populaires. Processus de légitimation des élites dirigeantes siciliennes à travers la réélaboration politique des mythes anciens et modernes et autour d’une politique de compromis des élites siciliennes avec l’Etat à partir d’un régionalisme conservateur. Construction d’une mémoire unitaire à partir de la mémoire régionale. Culture politique « pactiste » des élites siciliennes constituée au long de l’histoire. Le 31 mars 1882 marque la naissance de nouveaux rapports entre le nationalisme et l’Etat, la région de Sicile et l’Italie. C’est le début d’un processus qui débouchera sur le Statut d’administration régionale de 1947

L’empire et l’outremer dans la construction et l’affirmation de la nation au Portugal (XIXe-XXIe siècle)

Yves Léonard (Sciences Po./L.E.R.)

Le rapport à l’autre, le rapport à l’outre-mer. La quête d’un nouveau Brésil, construction d’un imaginaire national centré sur l’Empire d’outre-mer. Référence continuel à la grandeur et l’âge d’or.

Cadre chronologique XIXe-XXe siècle autour des deux traumatismes :

  • Guerres napoléoniennes et départ de la famille royale au Brésil
  • La chute de l’empire colonial (1974-1975)
  1. Deuxième moitié du XIXe siècle : la quête d’un nouveau Brésil dans la construction nationale

Crise de la conscience nationale après l’indépendance du Brésil. En 1820 le roi retourne au Portugal. Constitution d’un processus de fédération des élites portugaises autour d’une renaissance nationale qui débouche sur le développement de la connaissance et du contrôle des colonies africaines (1870-1880, premières explorations) et un discours de Régénération nationale. Proposition d’un récit national autour de l’héroïsation des « Navigateurs » de l’Age Moderne. Pendant le dernier quart du XIXe siècle se structure un discours commémoratif autour des figures de l’Infante Henrique O Navegador, Vasco de Gama et Camöes, qualifié comme poète national. Construction de l’imaginaire national, construction mémorielle, création d’une mythologie et d’un récit d’avenir parallèlement à la construction d’un empire en Afrique de l’Angola au Mozambique.

  • 1880, III Centenaire de la mort de Camöes
  • 1894, V Anniversaire de la naissance d’Henrique O Navegador
  • 1898, IV Centenaire du premier voyage aux Indes de Vasco de Gama

En 1890, la crise de l’ultimatum britannique est le détonateur d’une crise d’identité, de la conscience nationale, qui marque les élites portugaises : le Portugal ne peut être un grand pays sans une présence effective en Afrique. Cette crise est vécue comme un traumatisme face à la réalité internationale et l’impossibilité d’avoir un territoire continu d’est à ouest dans le continent africain. Cette crise s’amplifie avec la crise politique de la famille royale des Bragança et la monté d’un républicanisme qui reprend le discours outre-marin.

  • 1890, Campagne de « pacification » en Afrique sous le commandement de Mouzinho de Albuquerque
  • 1895, Bataille de Coolela, dans la mémoire collective elle représente un moment de gloire du récit national
  • 1ère Guerre mondiale, intervention du Portugal pour défendre ses colonies africaines à côté des Alliés.

       2. 1930-Etat nouveau Salazariste : nationalisme d’Empire autour de la « grandeur »

Le régime salaraziste intègre les revendications autour du rêve africain. Le nationalisme impérial comme clé de voûte du discours légitimateur du régime. La grandeur de la Nation fait partie de la propagande officielle : « Le Portugal n’est pas un petit pays ». Réinterprétation du mythe sebastianiste (Histoire du roi Sebastian, 1578) à partir d’une utilisation complexe à travers la figure du saveur, c’est-à-dire Salazar incarné dans la figure du sauveur du Portugal.

  • 1940, Commémoration des Centenaires, Exposition du Monde Portugais : mise en scène du récit national salazariste

    3. 1950-1960, « Le Portugal est un pays du Minho au Timor » : le Portugal, pays pluri-                      continental, disparaitrait avec la perte de l’empire colonial

Le début de la décolonisation oblige au pouvoir salazariste à chercher un nouveau discours légitimateur de la présence et la domination portugaises en Outre-mer. En 1950, on parle des provinces d’outre-mer comme un ensemble de provinces outre-marines toutes portugaises. Structuration d’un discours juridico-idéologique appelé « lusotropicalisme » : légitimation historique du Portugal grâce au métissage. Gilberto Freyre, sociologue brésilien, à la demande du régime salazariste, construit discursivement une mystique luso-chrétienne de la colonisation en s’appuyant sur un discours « scientifique » autour des travaux d’historiens, géographes, ethnologues, sociologues.

  • 1960, Commémoration du V anniversaire de la mort d’Henrique O Navegador et reconstruction à Lisbonne du Monument des Découvreurs-Navigateurs
  • 1961, début des guerres coloniales. Pour le pouvoir salazariste est l’« ultime croisade en défense de la civilisation occidental »

Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité

Laura Fournier (Université Paris 8)

Le besoin d’histoire et de reconstruction historique est inhérent à tout moment de fondation. La fin du XIXe siècle en Italie est marquée par la volonté de poursuivre la construction de l’Etat libéral né en 1861 et par la nécessité toujours présente de «faire les Italiens», tandis qu’en même temps on assiste à la constitution de partis politiques «ouvriers» (radicaux, républicains et socialistes). La société italienne commence à entrer dans l’ère des masses propre au XXe siècle, et le problème de leur « nationalisation » (Mosse, 1975) par le biais d’une pédagogie nationale est un des premiers objectifs des hommes politiques et des intellectuels « organiques » (selon l’expression de Gramsci, c’est-à-dire des intellectuels constructeurs et organisateurs de culture). 25 ans après la conquête de Rome par les armées du roi d’Italie, la fête du 20 septembre 1895 représente un des grands moments de célébration de l’Unité italienne, et surtout un grand moment de construction du mythe de Rome pour l’Italie (Chabod, 1951 ; Treves, 1962 ; Caracciolo, 1996, MEFRIM 1997).

Communication Laura Fournier

La construction de la nation au XIXe siècle dans le théâtre patriotique: les invariants d’un processus de définition identitaire

Marie Salgues (Université Paris 8/CREC-Paris 3)

En partant du constat quelque peu étonnant que certains auteurs de pièces patriotiques, à l’heure d’exalter leur patrie, choisissent de recopier les pièces écrites par d’autres, pour louer d’autres patries, éventuellement une patrie ennemie, la communication cherche à dégager les invariants qui pourraient permettre une telle circulation. Cette recherche fait surgir un second paradoxe : le fait que ce théâtre, dont la date de naissance est très précisément fixée pour l’Espagne (mais aussi pour chacun de ses voisins européens), paraît très – trop – semblable à la production qui l’a précédé, ce qui porte atteinte au caractère radicalement nouveau du genre. Il apparaît en réalité que c’est le public qui assiste à la représentation qui fait de ces pièces un théâtre patriotique véritablement nouveau, en cela que ce public n’est plus, à l’instar du Peuple de l’État National, « la somme fortuite de tous les sujets d’un État » mais qu’il « ne fait qu’un avec la Nation » et qu’il se voit « comme une communauté politique » (Hagen Schulze). C’est par sa réception, et sa réception par la Nation, que le théâtre patriotique existe.

communication-marie-salgues

« Apprendre à aimer la patrie » : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines

Dalila Chine-Lehmann (Université Nanterre Paris-Ouest/CRIIA)

Cette communication portait sur le rôle joué par les cérémonies civiques dans l’intériorisation du sentiment patriotique au Mexique. Après avoir rappelé brièvement les grandes lignes de la fabrique du discours et de l’iconographie patriotique dans les manuels scolaires gratuits édités par le Ministère de l’éducation nationale depuis les années soixante, il s’agissait de démontrer que cet amour patriotique nécessitait un travail d’intériorisation qui pouvait se réaliser au moyen de différents apprentissages. Afin d’ancrer l’amour pour la patrie chez les écoliers, l’État mexicain met en œuvre certaines techniques de « revitalisation ». C’est ainsi que les leçons des manuels scolaires, qui constituent le volet théorique de cet apprentissage, sont complétées par les cérémonies civiques, qui ont lieu chaque lundi matin dans les écoles mexicaines et qui en constituent leur volet pratique. Celles-ci sont comme une mise en acte, comme une mise en musique des leçons de l’histoire. L’enfant apprend durant sa scolarité à chanter l’hymne national, à vénérer son drapeau ou encore à exalter son affection envers sa patrie. Ces cérémonies civiques sont l’opportunité d’examiner comment, à travers un rituel bien défini, l’État mexicain inculque un système de valeurs destiné à structurer moralement le groupe afin que ses futurs citoyens puissent se sentir appartenir à une communauté unie, « imaginée » mais surtout institutionnalisée. Les cérémonies civiques visent à s’assurer de la loyauté des futurs citoyens envers leur patrie. Ces derniers sont amenés par un travail de répétition hebdomadaire, par des gestes synchronisés, à partager les mêmes idéaux et les mêmes valeurs qu’impose l’État. Sachant que la loyauté envers la patrie doit faire l’objet d’un travail constant de construction et de répétition, craignant par ailleurs que la patrie « ne tombe dans l’oubli », les autorités éducatives ont synchronisé ce rituel avec l’enseignement patriotique théorique. Elles adoptent le modèle d’une « religion civique » en mettant en place des règles et en ordonnant le temps cérémoniel. Si chaque lundi, lors de ces cérémonies civiques, les enfants sont rassemblés sur le pourtour de la cour de l’école, c’est tout d’abord pour y commémorer une entité suprême et invisible. Les honneurs au drapeau ne sont rien d’autres que la manifestation visible de l’amour pour cette entité. Ils donnent à voir une dévotion institutionnelle pour la patrie, ils servent de relais à la mémoire collective et ils inscrivent le temps national dans le temps scolaire. Grâce aux cérémonies, l’école saisit une nouvelle opportunité de féconder les jeunes esprits de la graine patriotique. La répétition hebdomadaire des honneurs rendus au drapeau permet que cet amour « légal » soit perçu comme un amour « inné ». Les cérémonies sont fortement codifiées : elles règlent les rapports que doivent entretenir les différents participants ; elles inculquent un savoir-être et un savoir-faire, un savoir « faire corps » avec la patrie. La rigidité des rituels civiques et leur caractère répétitif parviennent ainsi à façonner des automatismes sentimentaux.

La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale. Les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004)

Paola Diaz (EHESS)

La communication propose l’analyse d’une situation de conflits publics autour des crimes  du passé (acteurs, situations, valeurs) dans une dynamique politique qui va de la négation des crimes à leur reconnaissance. Médiations symboliques proposées par les pouvoirs démocratiques: préfiguration des médiations symboliques à travers la revendication des associations de familles de disparus. Traduction des revendications des associations des familles des détenus disparus (vérité, justice, mémoire). Vérité pour la justice : préfiguration d’un autre type de vérité

1990 : le problème de la vérité est institutionnalisé. Statut de la vérité :

  • variation dans le régime d’expérience publique
  • vérité pour la réconciliation générale, pas individuelle : réconciliation nécessaire
  • vérité en tant qu’une Nation réconciliée plutôt qu’une justice pénale : « un Bien du Chili »
  • vérité dans le consensus comme réponse à un conflit public

1998 : forme accord ou négociation politique où les crimes ont été pris en charge par la justice

1999 : « Table ronde de dialogue sur les droits de l’homme » (Gouvernement Frei)

Victime                                                             Bourreau

Avocats des victimes                                 Représentant de l’Armée

Deux places au lieu de trois : juge, victime, accusé

2001 : publicité des comptes rendus de la table ronde

  • reconnaissance des faits par l’Armée même si les militaires n’avaient pas l’intention de reconnaitre les faits
  • reconnaissance des faits par l’Armée en indiquant les endroits où les disparus ont été jetés dans la mer
  • tort à la réalité et à la morale car il est impossible de connaitre le récit complet des disparus et de récupérer les corps

         Scénario typique des médiations symboliques

           Demandes de la droite chilienne et de l’Armée

       Gouvernement

      Associations de victimes

Contrôle de la situation de conflit/Tentative de réponse aux exigences de vérité des victimes/Politique de vérité non productive

2003, Variations du scénario général (Gouvernement Lagos) : « Pas de lendemain sans passé »

  • Commémoration du XXXe anniversaire du coup d’état du 11 septembre 1973
  • Enquête sur les crimes de torture

           Fin des procès  ——  Gouvernement —— Demandes des associations

DON CONTRE DON  ———— Médiation de réconciliation

Construction d’une mémoire officielle : nouveaux personnages publics

Forces Armées :

  • demande de mettre un point final aux procès entre 6 mois et 2 ans. Ils acceptent les jugements mais pas leur application.
  • demande de réconciliation nationale
  • menace d’intervention militaire/coup d’état

Torture :

  • nouvelle configuration, nouveaux problèmes, nouveaux visages, nouveaux protagonistes
  • récit des vivants

Discours officiel :

  • transposition de la douleur des torturés dans le corps de la Nation
  • incorporation des bourreaux dans l’unité des sentiments partagés dans un corps collectif
  • le corps collectif inclue les victimes et les bourreaux dans le récit national autour d’une douleur partagée

Présentation du livre de Nadia Tahir, « Argentine. Mémoires de la dictature », Rennes, PUR, 2015

 

Séminaire ALHIM

Présentation du livre de Nadia Tahir, Argentine. Mémoires de la dictature, PUR, Rennes, 2015

Afficher l'image d'origine

Jeudi 3 mars 2016

19h00-20h30

Maison de l’Argentine

Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Affiche présentation livre Nadia Tahir

Nadia Tahir travaille sur les processus de constructions mémorielles autour du passé de la dictature argentine de 1976-1983. Elle a publié plusieurs articles dans des revues scientifiques et des ouvrages collectifs. Elle est actuellement maître de conférences à l’Université de Caen Basse-Normandie et membre de l’équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés (ERLIS-EA 4254). Elle collabore avec des équipes de recherche en France, Espagne et Argentine. Elle a enseigné dans les universités de Paris 7 Denis Diderot et Paris-Sorbonne. Cet ouvrage est issu de son travail de doctorat à l’université Paris-Sorbonne sous la direction du professeur Miguel Rodriguez.

Argentine. Mémoires de la dictature retrace les parcours de sept associations de victimes de la dernière dictature militaire en Argentine (1976-1983), depuis leur naissance jusqu’en 2007. Nadia Tahir analyse comment ces associations, qui sont de véritables acteurs politiques, contribuent à la construction d’une mémoire collective sur « ce passé qui ne passe pas ». L’auteur montre également que leurs discours et actions ont été conditionnés par des politiques de gestion du passé dictatorial établies par les gouvernements successifs. http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3752

Séance 3 3 2016 (4)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Natalia Molinaro (Université Paris 8) : Je voudrais remercier Nadia Tahir de nous avoir sollicités pour la présentation de son livre, intitulé Argentine. Mémoires de la dictature, publié l’an dernier aux éditions des Presses Universitaires de Rennes. D’un point de vue plus personnel, je veux aussi la remercier pour la publication de ce livre, fruit du long travail de recherche entamé pour sa Thèse de Doctorat, dirigée par Míguel Rodríguez (Université Paris-Sorbonne). Cet ouvrage est venu nourrir ma réflexion et m’a apporté un éclairage sur des aspects concernant mon propre domaine de recherche.  Il m’a permis, aussi, de mieux comprendre un contexte historique qui a marqué, de façon directe ou indirecte, la vie de nombreux Argentins, parfois de façon décisive.

Je voudrais donc la remercier de mettre à disposition du public francophone un tel matériel, car il offre des clés pour mieux comprendre la société argentine actuelle, ses contradictions, les enjeux du passé qui surgissent dans le présent. Cette publication vient combler un vide et ce, des deux côtés de l’Atlantique. En France, peu de publications offrent un tel panorama historique à la fois pertinent et synthétique de l’histoire argentine récente. Les enjeux de la période 1973-1976, particulièrement complexe, sont abordés de façon claire, précise, et toujours, avec un souci d’objectivité qui va de pair avec la démarche scientifique.

En ce sens, Nadia Tahir aborde des problématiques peu soulevées par les publications françaises, et contribue à une meilleure compréhension de la période 1973-1983 par le public francophone, notamment concernant sur le poids historique des forces armées dans le jeu politique argentin, le projet militaire pour la société et les cadres mentaux de l’époque. Elle revient sur des notions comme « Proceso de Reorganización Nacional », par exemple, expression utilisée par la Junte pour désigner et légitimer son gouvernement, et révélatrice de son idéologie et sa finalité. Elle prend également le temps de s’arrêter pour analyser ses catégories discursives, comme la figure du « subversif », ou encore des phrases emblématiques comme le fameux « por algo será », qui auront un impact décisif dans la construction de la figure du « desaparecido » par les associations. Elle revient sur des notions méconnues du public français, comme celle de « Terrorisme d’Etat », et sur les méthodes de répression de la Junte, tristement célèbres : disparitions, tortures, enlèvements d’enfants. Elle prend également le temps d’évoquer la « théorie des deux démons », et sans pour autant s’y attarder, cherche à comprendre son impact.

Ainsi, tout au long de la première partie, Nadia Tahir nous montre dans quel contexte émerge ce qu’elle a choisi d’appeler des « associations de victimes », les plus visibles au niveau international étant Madres et Abuelas de Plaza de Mayo. C’est l’autre aspect novateur de ce livre, qui donnera certainement lieu à débat, en France comme en Argentine. Comme le souligne Marina Franco dans la préface, ces associations sont traditionnellement considérées en Argentine comme des Associations de Défense des Droits de l’Homme, cette dénomination étant jusque-là donnée pour acquise. Nadia Tahir nous invite à l’interroger. L’expression « association de victimes » résonne comme un constat. Elle sert de point de départ à l’analyse de la trajectoire de ces associations, parmi lesquelles certaines ont réussi à construire une légitimité au sein de la société argentine, à tel point qu’elles ont fini par avoir un poids sur les décisions politiques.

Tout au long de ces pages, l’auteure suit le fil des stratégies et les cadres discursifs adoptés par ces associations pour se rendre visibles, pour établir des liens entre elles, ou tout simplement, pour survivre, selon les contextes et les gouvernements, entre 1976 et 2007. Pour ce faire, elle remonte le fil des résistances en abordant le mouvement de défense des Droits de l’Homme dans son ensemble, depuis la création en 1937 de la Liga Argentina por los Derechos Humanos, celle du Servicio Paz y Justicia dans les années soixante, jusqu’à la constitution de la Asamblea Permanente por los Derechos Humanos en 1975 et la fondation du Centro de Estudios Legales y Sociales en 1980. Cette étape indispensable, et qui offre au lecteur francophone un panorama de l’histoire des associations de Défense des Droits de l’Homme en Argentine, permet de comprendre l’impact de celles-ci sur le processus qui se met en place à partir de 1977, année de fondation de l’association Mères de la Place de Mai.

Dépassés par l’amplitude de la répression, les associations de Défense des Droits de l’Homme encouragent les proches des disparus à se réunir entre eux. C’est ainsi, nous montre l’auteure, que font leur apparition les premiers collectifs créés par les proches des disparus. En 1976 est créée Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, puis Madres et Abuelas de Plaza de Mayo l’année suivante. La lecture de ces pages est d’autant plus passionnante qu’elles s’appuient sur un travail de terrain et sur des témoignages recueillis auprès de membres des associations entre 2006 et 2008. Nadia Tahir revient notamment sur la construction d’une figure du « disparu » par les associations, qui accompagne l’élaboration d’un argumentaire juridique fondé sur une réclamation de respect pour les droits fondamentaux des citoyens argentins.

Celle-ci est une réponse à la stigmatisation et à la figure du « subversif » déployée par la Junte militaire. Il s’agit d’« inverser le stigmate », comme dirait Michel Wieviorka. Par nécessité, les Mères de la Place de Mai ont dû, dans les premiers temps, marquer leur distance par rapport à tout militantisme. Le « disparu » était un « jeune idéaliste » et l’objectif de leur association, strictement humanitaire. Elles ne remettaient pas en cause les motifs de leur disparition, mais les méthodes employées, au nom de droits fondamentaux reconnus à l’échelle internationale. Cette figure, nous montre l’auteure, va évoluer selon les contextes, pour passer du « disparu-victime » pendant la transition démocratique, au « disparu-militant » qui marquera l’ère Kirchner.

La troisième partie constitue en ce sens un véritable apport à la recherche, en France comme en Argentine, puisqu’elle contribue à réactualiser l’histoire de ces groupes et ce, de façon rigoureuse et non-partisane. Elle revient sur le processus de légitimation des collectifs de victimes enclenché à partir de 2003 sous le mandat de Nestor Kirchner, sur les changements et les nouveaux défis qu’il a impliqués pour les associations. En effet, comment se positionner face à ce gouvernement qui, de façon inédite, prend en compte leurs réclamations et leur offre une telle visibilité, jusqu’à en faire, parfois, des acteurs politiques ? Après avoir retracé les différentes étapes de la politique symbolique menée par NK, dont la clé de voûte sera la gestion du passé dictatorial, en incluant la sphère judiciaire, l’auteure revient sur les positionnements adoptés par chaque organisation.

Ainsi, bien qu’elle ait choisi de les aborder comme un ensemble, comme un tout, Nadia Tahir tient compte des différences existant entre ces associations. Elle revient sur un aspect très peu étudié et particulièrement complexe, la scission de l’association Mères de la Place de Mai en 1986, ou encore les différences de positionnement face à la disparition de Jorge Julio López, témoin clé du procès de Miguel Etchecolatz, en 2006. Finalement, elle nous permet d’observer comment les politiques de reconnaissance ont parfois été source de division au sein des organisations : pendant la dictature, la situation d’urgence amenait à laisser certains débats de côté. Plus tard, dans les années 1990, il fallait lutter pour rester visibles et maintenir les questions liées au passé dictatorial dans la sphère publique, face aux politiques du « pardon » et l’impunité. Avec la prise en compte de leur demande, les différences entre les associations resurgissent.

La seconde partie offre à ce sujet un éclairage particulièrement instructif : elle nous montre comment s’opère un changement dans la ligne discursive des Mères de la Place de Mai avec le retour de la démocratie et face au gouvernement d’Alfonsín. L’auteure parvient à dégager les différences de positionnement entre les deux associations, différences qui resurgiront plus tard, face à la politique de reconnaissance du gouvernement de NK. Elle nous montre comment les années 1990 voient le renouvellement générationnel et discursif de la cause des associations de victimes, avec l’apparition de nouveaux acteurs, comme H.I.J.O.S. Elle analyse le processus de réactualisation de la figure du disparu pour obtenir le soutien d’une population qui ne se sent plus concerné par ces questions.

Finalement, tout au long de cet ouvrage, Nadia Tahir nous montre comment ces associations de victimes sont devenues, aux yeux des Argentins, des organisations de défense des Droits de l’Homme ; comment et pourquoi elles ont canalisé et cristallisé une demande sociale croissante de « justice », de construction mémorielle et de révision historiographique, notamment pendant les années qui ont suivi la terrible crise de décembre 2001. Il ne s’agit pas, contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, d’un ouvrage sur les mémoires de la dictature. Une telle étude aurait impliqué d’inclure d’autres perspectives, d’autres vécus, d’inclure de nombreux témoignages -qui sont néanmoins présents tout au long du livre, mais il s’agit de personnes militant dans ces associations- et d’avoir recours à un autre type d’approche. Il s’agirait plutôt d’une étude de type ethnographique portant sur des acteurs sociaux qui ont construit, tout au long de ces années, une légitimité suffisante pour avoir un impact sur la construction mémorielle, voire même, sur l’agenda politique. C’est donc peut-être le seul point que je pourrais critiquer : un manque de précision quant au choix du titre. Relevons aussi la présence d’une petite coquille (?), qui donne lieu à une syntaxe plutôt amusante et qui invite à réfléchir (p. 19) : « (…) les associations de défense des droits de l’homme argentins ».

Pour autant, c’est bien de « mémoire » dont nous parle ce livre, ainsi que de résistances et de transmission. C’est pourquoi je veux remercier une nouvelle fois l’auteure, ainsi que la Maison de l’Argentine. L’auteure, pour avoir eu le courage d’aller jusqu’au bout de sa recherche et s’être attaquée à un tel sujet, avec objectivité, éthique et bienveillance. La Maison de l’Argentine, pour nous accueillir ici, « en casa », et nous permettre d’y présenter cet ouvrage, à l’approche d’une date si emblématique, qui a marqué l’histoire de tous les Argentins. En espérant, et j’en suis sûre, que cet ouvrage contribue à une meilleure connaissance de l’Argentine actuelle en France, et à défaire certains clichés, certaines idées reçues, des visions simplistes ou romanesques.

Ce livre soulève de nombreuses questions, notamment concernant le statut de victime, voire d’« hyper-victime », certaines associations refusant cependant d’employer ce mot ; ou encore la position du survivant, comme en témoigne le cas la Asociación de Ex-Detenidos Desaparecidos. Mais je vais laisser Griselda aborder ces aspects.

Séance 3 3 2016 (12)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Griselda Gaiada (Université Paris I Panthéon-Sorbonne-CHSPM): l’ouvrage soulève plusieurs questions. Dès la philosophie, nous pouvons nous interroger à propos du binôme Mémoire littéral/Mémoire exemplaire (potentiellement libératrice, à la recherche de justice, possibilité d’aller vers autrui). Dans le cas des associations, à quel type de mémoire sont-elles liées ? Doivent-elles devenir des associations de droit de l’homme ?

Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie): Pendant mon travail de recherche à Buenos Aires, la découverte du mélange entre les victimes et les droits de l’homme a été une surprise. La défense des droits de l’homme n’est pas, en France, la même chose que la défense de la victime, des témoins. C’est mélange, à mon avis, est une caractéristique argentine par rapport à ses voisins latino-américains. Il n’y a pas de différences entre les associations nées dans le cadre plus international vers les années 1960, avec le but de la défense des droits de l’homme d’une façon élargie, réprimées entre 1976 et 1979. Ces associations poussent les parents des victimes à s’organiser. Le résultat est la naissance d’associations de victimes dans un espace occupé par des associations de défense de droits de l’homme. Ce partage de l’espace se fait, alors, d’une manière « naturelle » et nourrie le poids et le rôle politique des associations de victimes.

Griselda Gaiada : Une autre interrogation qui peut se dégager du texte est La question de la mémoire imposée (Ricœur), c’est-à-dire l’appropriation d’un passé d’une manière totale réalisé, normalement, par l’État. Une mémoire autorisée autour des risques entre la mémorialisation, la commémoration et la remémoration. Il existe le danger de l’oublie imposé, une politique de l’insuffisance de la mémoire dans les politiques publiques de mémoire en Argentine.

Nadia Tahir : Nous pouvons répondre suivant les propositions des différents présidents de l’actuelle période démocratique. Sous la présidence de Raul Alfonsin (1983-1989), il a lieu le procès aux militaires et la création des outils très marquantes, comme la CONADEP, tant à niveau judiciaire que du récit de la dictature. Dans une période tendue et instable, à la mise en place de ces outils, toujours utilisés par les associations, s’ajoutait une vision d’avenir et dépassement de la dictature. La période de Carlos Menem (1989-1999), le gouvernement propose faire table rase du passé. Un des exemples de ce nouveau récit est la grâce présidentielle accordée aux militants de gauche et aux militaires de la Junte. Les militaires repentis occupent l’espace mémoriel avec leurs témoignages. Même Menem se met sur la position de la victime. « De toute façon, tout le monde est coupable » et la seule issue est d’aller vers l’avant face à un contexte international (demandes d’extradition du juge Garzón) qui met à mal le récit proposé par le gouvernement menemiste. La présidence de Néstor Kirchner (2003-2007) une nouvelle stratégie politique envers les associations de victimes est mise en place ainsi qu’un nouveau récit de la dictature. Le résultat est un rapprochement des certaines associations de victimes et le gouvernement de la nation. Ce rapprochement structure le récit proposé par le kichnerisme.

Griselda Gaiada : Dans la question du témoin et le critère objectif de la vérité où se trouve la place du témoignage, la place du témoin dans le récit historique ?

Séance 3 3 2016 (20)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Nadia Tahir : Il a eu la mise en question des témoignages. Le procès à la Junte militaire (1985) s’appuie sur les témoignages des survivants, des proches de disparus et des militaires. Dans une émission de télévision à propos du procès, nous voyons huit témoins dont deux survivants et six proches. Quelles sont les voix légitimes ? Les victimes depuis les années 1990-2000 deviennent la point de lance des témoins. Parallèlement il y a une multiplication des témoignages. Mais les proches sont toujours présents. Nous observons la création de différentes catégories de témoins, même entre les témoignages. Les différences s‘articulent entre les victimes mobilisées et celles qui ne le sont pas. Il y a des légitimités que se construisent, aussi avec la participation du gouvernement. La société, enfin, les accepte ou ne les accepte pas.

Journée d’études « L’après coup de l’événement »

 

JOURNEE D’ETUDES:

L’APRES COUP DE L’EVENEMENT

Jeudi 26 novembre 2015

Université Rennes 2

Axe Péninsule ibérique et Amérique latine

Salle E 224

PROGRAMME

10h00  Accueil et présentation

10h30  Conférence

Luc CAPDEVILA, Université Rennes 2 : « Les espaces de la mémoire dans le Cône sud »

Analyse sur la pluralité fonctionnelle des lieux de la mémoire des dictatures en Argentine et au Chili. Après une présentation rapide de l’histoire récente des espaces de la mémoire en Amérique australe, on proposera une étude comparée sur les pratiques et les démarches des acteurs en matière de transmission et de discours sur le passé à travers l’aménagement et la gestion de ces lieux.

11h15

Véronique HEBRARD, Université Paris I – Panthéon Sorbonne : « La Faction de la Sierra (Venezuela, 1858-1859) Un événement singulier entre mémoire et oubli »

En mars 1858, une faction armée se constitue dans les régions rurales du Centre Ouest vénézuélien, en réaction à la destitution du Président en place. Formée par trois proches du Parti libéral, elle compte à plusieurs reprises, durant ses 18 mois d’existence, plus de 1 000 membres et met en ébullition les autorités dès lors qu’elle se déploie sur une zone où se sont déroulées une dizaine d’années auparavant d’importantes révoltes paysannes. Elle est immédiatement traquée et disqualifiée par les autorités locales comme centrales. Fait rare pour l’historien, le déploiement de cette faction armée a généré une masse d’archives inédites considérables, classées en trois dossiers volumineux, l’érigeant donc, dans le même temps que sa dimension politique lui était niée, en événement. Événement qui fait à la fois effraction dans le silence qui entoure le plus souvent ce type de mobilisation dont les traces sont quasi inexistantes ou dispersées ; mais aussi dans celui, postérieur dont elle a été l’objet ainsi que les centaines d’acteurs anonymes qui en ont fait partie, puisque ces archives n’avaient jamais été étudiées. Silence d’autant plus symptomatique que les trois chefs ont été érigés au rang de héros en plusieurs moments-clés de l’histoire contemporaine du Venezuela. Ce sont ces paradoxes et ces tensions dont nous proposons l’analyse, dès lors que les enjeux qui les sous-tendent nous renseignent sur les enjeux historiographiques que revêt l’étude des formes de mobilisation populaire mais aussi sur la culture politique d’un temps.

Discussion

12h30  Repas

14h00

Olivier COMPAGNON, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : « La prise de la cathédrale de Santiago du Chili le 11 août 1968 »

14h 30

Sylvie KOLLER, Université Rennes : « Chroniques de l’imprévisible prévisible. Comment raconter les catastrophes naturelles »

Les catastrophes naturelles sont des événements marquants par leur répétition même. Elles sont fortement affectées de « déjà vu » et de « déjà vécu ». En Amérique Latine, leur forme prévisible s’enracine dans l’histoire longue : séismes, éruptions volcaniques, glissements de terrains, tsunamis. Une lecture fataliste les rapproche plutôt de l’inexorabilité du destin que de l’irruption clivante de l’inattendu. Depuis l’avènement de la société médiatique mondiale, elles sont profusément couvertes sur le moment. Mais qu’en est-il de leurs traces ? Quel récit peut-on en faire après-coup ? Adviennent-elles au statut d’événement historique ? Par un choix de chroniques latino-américaines revenant sur différentes catastrophes naturelles, à des distances temporelles variables de l’événement (de quelques mois à 19 ans) , il est possible de montrer comment le travail d’écriture permet d’arracher le cataclysme à la nature pour le réinscrire dans l’histoire. Des dossiers sont repris, permettant de pointer les responsabilités humaines et politiques dans l’exposition des populations au risque. Des témoins sont entendus, dont le récit ravive l’effroi et souligne le courage. L’indifférence, le déni, les promesses non tenues vis-à-vis des sinistrés sont également au rendez-vous, ce qui inscrit l’histoire de la catastrophe naturelle dans le tableau général de l’incurie. Le grand livre de référence à cet égard est  Nada, nadie. Las voces del temblor  de Elena Poniatowska (1988). Les chroniqueurs actuels ajoutent à cette dimension d’enquête de terrain et de restitution des témoignages une dimension subjective. Rarement témoins directs de la catastrophe, ils endossent néanmoins dans le récit la dimension apocalyptique vécue par les victimes. Ils rendent compte de leur présence sur les lieux, de leurs interactions avec les survivants et les travailleurs humanitaires. Ce qui reste pour nous comme un nom, à peine une date : Arnero, Mitch, Haiti, s’ouvre de nouveau à des sens pluriels, loin de la sidération première.

15h00

Cécile MARCHAND, Université du Maine : « Sucesos y reescritura en la narrativa de Carlos Droguett »

De su pasado de periodista, el escritor chileno Carlos Droguett (1912-1996) conservó su interés por los sucesos y se inspiró en varios para su creación literaria como otros grandes escritores (Tolstoï, Dostoïevski, Flaubert, Stendhal…). La masacre de un grupo de huelguistas (« Sesenta muertos en la escalera »), el acoso de un bandido ( » Eloy ») o la ejecución de un asesino en serie francés (« Todas esas muertes ») le proporcionaron material para varias obras de las que propuso además varias versiones a lo largo de su vida. Apoyándonos en una primera parte en trabajos teóricos relativos al suceso (Foucault, Barthes, Evrard, Hamon…), nos proponemos estudiar los mecanismos de ficcionalización de estos casos, elegidos por Carlos Droguett, como su efectos para establecer el propósito buscado por este escritor polémico y comprometido.

Discussion et clôture de la journée d’études

JE 26 nov 2015 Programme L’après-coup de l’événement CARTEL 1

Contact : Nathalie Ludec nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2015-mai 2016)

Affiche histoire et m__moire oct 2015 (2)

Affiche histoire et m__moire oct 2015

Séminaire ALHIM
Amérique Latine Histoire et Mémoire
(novembre 2015-mai 2016)

Vendredi 27 novembre 2015 – Journée d’études ALHIM

Continuités et permanences dans le processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Jeudi 3 et Vendredi 4 décembre 2015 – Colloque International co-organisé avec GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Jeudi 3, Université Paris Ouest-Nanterre, Salle de Conférence, Bât. B/Vendredi 4,Université Paris8, Salle La coupole

Vendredi 29 janvier 2016 – Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Penser la race au XIXe siècle dans l’espace atlantique (Bolivie, Espagne, Italie)
Françoise Martinez (Université de La Rochelle), David Marcilhacy (Université Paris-Sorbonne-Paris IV), Ernesto de Cristofaro (Université de Catane)
Horaire : 14h30-17h00 Lieu: Maison de l’Italie 7 A, boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 3 mars 2016- Présentation du livre

Argentine. Mémoires de la dictature
Auteure : Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie)
Discutante : Natalia Molinaro (Université Paris 8)
Horaire : 19h00-20h30 Lieu: Maison de l’Argentine, Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 7 avril 2016Séance sur le Pérou contemporain (Séance annulée)

Vendredi 13 mai 2016 – Journée d’études co-organisée avec ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Former la nation : historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et Amérique latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Colegio de España, Cité universitaire, 7E Boulevard Jourdan, 75013 Paris

flyers histoire et m__moire oct 2015

prog (2)

ALHIM Paris 8

Le groupe de recherche ALHIM se consacre à l’étude des différents thèmes d’intérêt pour l’Amérique Latine (migrations, identités, éducation, religion, politique, etc.) dans une proposition historiographique qui tient compte du binôme mémoire-histoire. Nos lignes de travail se centrent sur le concept d’historicité. En paraphrasant Marcel Gauchet, l’historicité manifeste la manière dont un individu ou une collectivité s’installe et se déploie dans le temps. À partir de cette proposition analytique, nous considérons le régime d’historicité comme un instrument pour interroger les diverses expériences du temps. En nous appuyant sur les travaux de François Hartog, nous pouvons définir les régimes d’historicité comme les modalités d’articulation des catégories du passé, du présent et du futur dans le cadre d’une société donnée. Un régime d’historicité est, donc, « un artefact idéaltypique que valide sa capacité heuristique. À un moment, un type d’expérience du temps, une forme de temporalité deviennent prépondérants et il est possible de les subsumer sous l’appellation de régime d’historicité ». (je pense qu’il faut bien définir le concept clé de notre démarche de recherche pour ensuite le présenter comme outil méthodologique) La notion de « régime d’historicité » est un outil qui permet d’appréhender le passé, le présent et le futur selon une subjectivité propre à chaque société, ce qui provoque des variations, des ruptures, des anachronismes dans la perception du temps. Ajoutons que le temps de l’histoire, lié au régime moderne d’historicité, s’est diffusé en même temps que l’idée de progrès. La notion de « régime d’historicité » permet donc de traduire des expériences du temps selon les acteurs ou les auteurs qui ont en charge de les exprimer, et que l’on peut distribuer selon deux axes épistémologiques :

La mémoire et la structuration d’un patrimoine lié à la mémoire prennent le pas sur « l’histoire mémoire » (P. Nora) : comment se structure ce passage dans le cadre latino-américain ? Cette question renvoie à la construction du récit national et la formation d’un patrimoine historique où les forces institutionnelles et en particulier l’Etat-Nation du XIXe et XXe siècle ont un rôle prédominant. Temps, mémoire, patrimoine, commémoration, identité sont des mots intimement liés au régime d’historicité de notre contemporain et constituent de véritables outils pour entamer notre dialogue scientifique avec le passé. Comme le dit Pierre Nora, l’histoire se confond avec la mémoire au moment où le récit d’une collectivité se réalise sans distance critique. Les travaux de Maurice Halbwachs et Paul Ricœur ont largement démontré que la mémoire collective obéit à des règles bien connues. Son rapport au passé est direct, affectif, puisqu’elle est d’abord souvenir d’événements vécus par soi-même, ses ancêtres, ou les personnes de son groupe. La mémoire est un réaménagement continu de la présence et de l’absence en transformant le passé en fonction du présent et tend, parfois, à le magnifier. Elle se définit par sa capacité de recours au symbolique et par son aptitude à créer des mythes comme une autre façon de décrire le réel. Un des traits fondamentaux de la mémoire collective est sa nécessaire inscription dans un paysage et un territoire. A l’époque contemporaine apparaissent des mémoires nationales structurées sur les événements fondateurs, organisés en récit cohérent qui légitime l’existence du groupe, c’est-à-dire, le « roman national ». Cette mémoire, initiée par l’État, s’appuie sur l’écrit et le travail des historiens, même si elle trouve des renforts auprès des arts visuels, comme la peinture ou la sculpture, ou encore dans les monuments ou l’urbanisme des capitales. Dans les dernières décennies une autre expression de la mémoire historique se développe, celle des traumatismes et des violences du XXe siècle, et spécialement la violence des dictatures militaires dans le cas de l’Amérique latine. A la différence des mémoires nationales, ces mémoires traumatiques s’appuient largement sur des témoignages oraux.

Une deuxième proposition de recherche se détache des idées exposées plus haut:

La construction d’un patrimoine culturel, géographique et social, ou encore d’une mémoire culturelle en Amérique latine en tenant compte de l’intervention de l’Etat-Nation – au niveau local – doit inclure le concept de tradition populaire. Le concept de tradition, pris au sens large (habitudes, croyances, rites, usages, etc.) vient conforter ce patrimoine. Cependant, dans une approche critique, il bouscule les relations entre les groupes sociaux en faisant intervenir d’autres voix, alternatives, émergentes comme celles des associations de femmes, des mouvements ethniques, d’organisations d’exilés, d’immigrants, etc. La construction d’un autre patrimoine se nourrit alors de l’histoire mais aussi de la mémoire, des pratiques et des représentations, pas seulement des cultures dominantes mais aussi des cultures subalternes.