Archives du mot-clé Mexique

Colloque International « Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente », 2-4 mars 2017

Affiche Colloque le fleuve et la ville

Programme Colloque le fleuve et la ville janv 2017

Jeudi 2, Vendredi 3 et Samedi 4 mars 2017

Colloque international organisé avec l’Université de Paris Est-Créteil et la Universidad Nacional de Entre Ríos 

Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente 

Lieu: Casa de Argentina (Cité Universitaire Internationale de Paris), Université Paris 8 (salle D 143) et UPEC Créteil (salle Erasme i3-218, Campus Centre)

Laboratoires de Recherche
LER / ALHIM / LIRICO Université Paris 8
CREER / IMAGER, Université de Paris Est-Créteil
EDUNER / Universidad Nacional de Entre Ríos
Comité organisateur
Sergio Delgado (MCF, CREER/IMAGER, Université Paris Est-Créteil)
Laura Gentilezza (ATER, Doctorante, CREER/IMAGER Université Paris Est-Créteil)
Anne Garcia (ATER, Doctorante, CREER/IMAGER Université Paris Est-Créteil)
Enrique Fernández Domingo (PR, LER/ALHIM, Université Paris 8)
Júpiter Ossaba (Lecteur, Doctorant, LER/ALHIM Université Paris 8)
Jessica Torres Quiroga (Doctorante, LER/ALHIM Université Paris 8)
Alexis Chausovsky (Enseignant, Doctorant, Universidad de Entre Ríos, Argentine)
PROGRAMME
Jeudi 2 mars 2016
(Maison de l’Argentine, Cité internationale universitaire internationale)
17h00 Accueil des participants
17h30 Ouverture du colloque par Annick Allaigre, présidente de l’Université Paris 8, Julio Premat, directeur de l’équipe d’accueil LER, Université Paris 8, Olivier Montagne, Président de l’Université Paris Est-Créteil, Graciela Villanueva, directrice de l’équipe d’accueil IMAGER, Université Paris-Est Créteil et Guillermo Mondejar, coordinateur EDUNER, Universidad Nacional de Entre Ríos.
18h00  Conférence inaugurale
– Sylvia Molloy (New York University): « “Añoro patria”: composición de ciudad y río en Jorge Luis Borges y Xul Solar »
19h00 Présentation Dossier « Le fleuve et la ville » (Cuadernos LIRICO, work in progress)
Responsable : Laura Gentilezza
Projection vidéo Cuadernos del Tigre. Teatro de recortes + Perfomance sonora, de Daniel Samoilovich et Eduardo Stupía (en présence d’Eduardo Stupía)
Lecture de Luisa Futoransky, Miguel Ángel Petrecca et Enrique Fernández Domingo.
20h00 Cocktail-Buffet
Vendredi 3 mars 2016
(Université Paris 8, Salle D 143)
9h00 Accueil des participants
9h30 Atelier 1 : La ville, le fleuve et leur contexte spatial
Modérateur : Júpiter Ossaba (Université Paris 8)
– Olivier Archambeau (Université Paris 8): « Saint-Georges de l’Oyapoque ou l’impossible frontière »
– Nicolas Escach (Sciences Po Rennes, Campus de Caen): « Le fleuve : ressource patrimoniale ou vecteur de développement des villes baltiques ? »
– André Filler (Université Paris 8): « Homme, fleuve, ville, Empire : le Cavalier d’airain de Pouchkine »
11h00 Pause café
11h30 Table ronde : Différents regards sur la ville et le fleuve
Commentateur : Adrián Gorelik (Universidad Nacional de Quilmes, CONICET)
– Perla Petrich (Université Paris 8): « Realidades imaginarias del río Usumacinta. Tabasco, México »
– María Mercedes Di Virgilio (Universidad de Buenos Aires/CONICET): « Buenos Aires y la ribera: continuidades y cambios de una relación esquiva »
– Alejandro Román Antequera (Université de Bourgogne): « Les fleuves et la baie de Cadix »
13h00 Repas
14h30 Atelier 2 : Le fleuve, la ville et l’écriture
Modérateur : Sergio Delgado (Université Paris Est-Créteil)
– Leonardo Senkman (The Hebrew University of Jerusalem): « Los humedales fluviales olvidados en ficciones sobre la costa de Saer y Wernicke »
– Claudia Rosa (Universidad Nacional de Entre Ríos/Universidad Nacional del Nordeste): «Alfredo Veiravé y sus paisajes laterales »
– Adriana Amante (Universidad de Buenos Aires): « Vistas y luces en el Río de la Plata durante el Sitio de Montevideo »
16h00 Pause café
16h30 Atelier 3 : Le fleuve, la ville et l’écriture (II)
Modérateur : Jessica Torres Quiroga (Université Paris 8)
– Anne García (Université Paris Est-Créteil): «  Del lago al desagüe: los ríos invisibles de la ciudad de México en Hombre al agua (2004) de Fabrizio Mejía Madrid »
– Ricardo Torre (Université Paris Est-Créteil): « El río y la ciudad en la obra de Marcelo Cohen »
– Nora Catelli (Universidad de Barcelona): « Los cuerpos de la guerra en el Paraná »
18h00 Présentation du livre El horizonte fluvial (collection « El país del sauce », Editorial de la Universidad Nacional de Entre Ríos, Paraná, 2016), Actes du colloque international organisé à Paraná, Argentine, en septembre 2015. Avec le soutien de l’Université Paris Est-Créteil
En présence des éditeurs : Alexis Chausovsky, Sergio Delgado et Guillermo Mondejar et des auteurs : Edgardo Dobry, Enrique Fernández Domingo, Claudia Rosa, Graciela Silvestri et Graciela Villanueva.
Samedi 4 mars 2016
(Université Paris Est-Créteil, Campus Centre, salle Erasme, i3-218)
9h00  Accueil des participants
9h30  Atelier 4 : Le fleuve retrouvé
Modérateur : Anne García (Université Paris-Est Créteil)
– Laura Gentilezza (Université Paris-Est Créteil): « El río en el trabajo de Hernán Ronsino: imágenes y afluentes »
– Edgardo Dobry (Universidad de Barcelona): « Los poetas no saben nada del río, salvo que es un ‘dios pardo' » »
10h30 Pause café
11h00 Atelier 5 : Le fleuve remémoré
Modérateur : Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8)
– Myrna Insúa (Université de Paris-Est-Créteil): « Pablo, entre la tierra y el río. Buenos Aires, el Rio de la Plata y la memoria de la desaparición »
– Alexis Chausovsky (Universidad Nacional de Entre Ríos): « El río y los juegos acuáticos como espactáculo de masas »
– Graciela Silvestri (Universidad de Buenos Aires, CONICET): « Empatía y distancia: formas de comprender el espacio fluvial »
12h30 Clôture du colloque : Bilan et perspectives
13h00 Repas de clôture

Présentation du livre de Nathalie Ludec, « Ecritures du féminisme mexicain: Esperanza Brito, Elena Urrutia, Marta Lamas (1963-1978) », L’Harmattan, Paris, 2015

 

Séminaire ALHIM

Présentation du livrede Nathalie Ludec,Ecritures du féminisme mexicain: Esperanza Brito, Elena Urrutia, Marta Lamas (1963-1978), L’Harmattan, Paris, 2015

Vendredi 20 janvier 2017

19h30-21h00

Maison du Mexique, Cité Universitaire Internationale de Paris

Affiche ecriture-au-feminisme-janv-2017

Nathalie Ludec est Professeure en Études latino-américaines à l’Université de Rennes II et Responsable de la composante REcherche sur les Espaces Hispanophones et Lusophones  (REEHL) de l’EA 4327-ERIMIT (Equipe de recherche interlangues : mémoires, identités, territoires). Ses thèmes de recherches sont Mexique-Presse- Analyse du discours de la presse. Histoire des femmes- Civilisation XXe et XXIe s. Amérique latine

Le livre de Nathalie Ludec analyse la diffusion et la réception des idées féministes au Mexique dans les années 1960-70 trouvent dans la presse un espace privilégié. Son ouvrage nous fait découvrir trois intellectuelles féministes mexicaines : Esperanza Brito, Elena Urrutia et Marta Lamas, qui ont symbolisé la lutte pour l’émancipation des Mexicaines. Ces trois protagonistes, issues de classe aisées, racontent leurs expériences, de femmes et de militantes féministes, à des lecteurs qui ne sont pas forcément acquis aux idées féministes

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=48644 

La professeure Nathalie Ludec
La professeure Nathalie Ludec
Présentation du livre par Perla Petrich (Université Paris 8)

Si bien Mme Ludec centra su ensayo entre 1963-1978, no deja de destacar que la base de los movimientos colectivos ds mujeres en México, se remontan a la época de Benito Juarez, gobierno abierto a las reividicaciones femeninas, sobre todo, a las que atañen a la educación.

El gobierno de Benito Juarez(1858-1861) apoyaba la idea de que la educación de las mujeres contribuía a afianzar la democracia. Durante este período se hicieron en este sentido mejoras importantes. Sin embargo, otra de las reivindicaciones importantes –la del derecho de voto de las mujeres- quedó relegada hasta 1953.

Un segundo movimiento denominado « neofeminim » es el que se sitúa entre los años 1960 y 1970, década que Mme Ludec analiza con profundidad y pertinencia a partir de los artículos publicados, principalmente en periódicos nacionales de gran difusión, como así también de las entrevistas que realizó a las autoras de esos articulos.

Este segundo movimiento feminista amplia las reivindicaciones : se trata de aspirar a la igualdad de sexos. El movimiento en este caso amplía sus horizontes con exigencias sociales importantes: el tema más importante es el derecho a disposer de su propio cuerpo y poder hacer una interrupción voluntaria del embarazo sin sufrir penalidades legales. Por otra parte, se reivindica el  derecho a trabajar sin ser explotadas económica ni sexualmente y a cobrar los mismos salarios que los hombres.

Por otra parte, muchos temas tabús son tratados : el acoso sexual en el trabajo, la violencia, el maltrato doméstico, la violacion….

Mme Ludec, se centra en tres mujeres que están a la cabeza de este movimiento : tres intelectuales, provenientes de una clase social elevada en cuanto a los medios económicos e intelectuales. Tres mujeres quienes van a ocupar un espacio importante con sus artículos en los periódicos y eso a pesar de no ser periodistas de formacion.

Estas tres mujeres tienen en común los ideales y las reivindicaciones del movimiento feminista pero, existen diferencias importantes entre ellas : Esperanza Brito es madre de 6 hijos y adopta una tendencia liberal. Elena Urrutia es más radical y su punto de vista está siempre orientado hacia lo social, como Marta Lamas,  antropóloga de tendencia marxista.

Nathalie Ludec et Perla Petrich
Nathalie Ludec et Perla Petrich

Nathalie Ludec señala que el compromiso adoptado por estas mujere supone por una parte, una perpectiva teórica y libresca ya que conocen toda la literatura de carácter feminista internacional, comenzando por Simone de Beauvoir. Por otra parte, existe una experiencia personal, familiar : por ejemplo, Esperanza Brito al llegar a los 40 años comienza a cuestionarse sobre « su » situación : mujer sumisa, dedicada al hogar y a los hijos. Un itinerario similar es el de Elena Urrutia, quien proviene de « un medio conservador y religiosos ». La cólera frente a la situación de las mujeres mexicanas, surge de la injusticia que ellas mismas viven en el seno de su familia « Yo fue educada para ser una mujer sumisa » afirma Esperanza Brito. Es frente a esta situación –común a la casi totalidad de las mujeres mexicanas de la época- que ella se rebela.

Por su parte, Marta Lamas está desde su época de liceo, marcada por el marxismo, lo cual la inclina más a analizar problemas de diferencias sociales y pobreza. Otro foco de interés es el sexo : defiende con mucha fuerza el avorto y, por primera vez en México, hace referencia al derecho de las mujeres homosexuales.

Marta Lamas se ocupa de la mujer « explotada », mujeres proletarias que trabajan en la fabrica por salarios miserables o, en el mejor de los casos, más bajo que el de los hombres. Insiste constantemente en sus artículos sobre la injusticia que sufren las mujeres al tener doble jornada de trabajo y cobrar poco : trabajan en la fábrica y cuando entran a casa son ellas las encargadas de los trabajos domésticos y los hijos. También defiende a las mujeres prostitutas argumentando que es la sociedad la que empuja a la mujer a convertirse en un objeto de consumo.

Es sobre todo Marta Lamas quien trata los problemas sociales más problemáticos como el de las violaciones o el de las mujeres maltratadas por los maridos y/o compañeros. Para tratar estos temas parte de acontecimientos conocidos por todos los lectores ya que se les ha dado gran difusión periodística. Ella los analiza y extrae las consecuencias : esos « crímenes » son posibles porque la ideosincracia que subyace a la sociedad mexicana.

La colectividad es acusada por Marta Lamas e invita a los lectores a denunciar esas prácticas. : « Se piena que generalmente son las mujeres las responsables de las agresiones. Una mujer violada siempre es sospechosa de haber provocado la violación ; una mujer maltratada y golpeada seguramente faltó de respeto a su marido y por eso él reaccionó de esa manera » .

Las tres feministas están conscientes de que solamente la educación puede cambiar radicalmente la situación de la mujer. En  1970 Lamas dice que el 70% de las mujeres son amas de casa y que la mayoría posee apenas un nivel básico de educación. Estas mujeres viven desconectadas de cualquier movimiento social y aún más de vida política del país. No poseen espíritu crítico y por falta de educación no pueden modificar su situación. La aceptan como si fuera normal.

Marta Lamas en su lucha trata de explicar a qué punto es difícil que el feminismo, en tanto que movimiento de liberación de las mujeres, sea aceptado por el sistema político, económico y social que los hombres-sin la participación de las mujeres-han establecido. Marta Lamas dice que en general « feminista » es una etiqueta  peyorativa y que una mujer considerada « feminista» siempre es supuestamente « una mujer agresiva ».

Lamas, señala que las mujeres, por el simple hecho de emanciparse económicamente, de tener un trabajo salariado, son consideradas como « las que llevan el pantalón », « las mujeres perdidas, pervertidas, peligrosas ». Generalmente se las asocia a la imagen de malas madres. Esas mujeres emancipadas son por lo general consideradas como « mujeres abortadoras ».

Casa de México, 20/01/2017
Casa de México, 20/01/2017

La mujer que se declara « feminista » es inmediatamente considerada como « lesbiana », « mujer rara  y antinatura ». Todos estos prejuicios- como bien lo destaca Nathalie Ludec- son comprensibles porque emanan de una fuerte tradición familiar conservadora y católica que choca con las reivindicaciones feministas.

Esos prejuicios se inscriben en una tradición que reivindica el « machismo » como una característica –positiva- de la ideosincracia mejicana. Esperanza  Britos –feminista confirmada- anuncia casi con nostalgia en un artículo « los hombres machos se están acabado en México ».

El machismo es un referente fundamental en México y quizás dificilmente comprensible en el exterior. Un macho es una figura ambigua y muy polémica. En un medio tradicional, por ejemplo, se lo concibe como valiente. Esperanza Brito admite que durante su infancia, en el medio católico y tradicional en el que se crió, un hombre « macho » era una figura digna de admiración y respeto. El « macho » defendía a los débiles, protegía a las mujeres y a los niños….

Evidentemente Esperanza Britos cambió su opinión pero, lo interesante es destacar la fuerza de esas representaciones, no sólo en las clases obreras o campesinas sino en las clases altas. El macho es el símbolo supremo del patriarcado y la sociedad mejicana, al menos en esta época, se caracterizaba como una sociedad patriarcal.

En la actualidad el tema del machismo se ha complejizado aún más, ya que se suman diferencias geográficas importantes :  en el norte y el sur, en el medio campesino, la figura del macho se reivindica actualmente, cosa que no se hace en los centros urbanos (Monterrey, Mexico…) del centro del país.

Las feministas de los años analizados por Nathalie Ludec insistieron mucho sobre el machismo como fundamento del patriarcado. El patriarcado –sostenían- justifica la superioridad del hombre, la dependencia de la mujer y la violencia cuando ella se resiste a esa jerarquía. El mismo esquema se aplica a los hijos : las niñas deben ser sumisas y obedecer, los varons son libres.

La escuela juega un papel –al menos entre los años 60 y 70, fundamental para difundir el mito de la superioridad masculina.

El interrogante abierto es, por supuesto, preguntarse hasta qué punto en México las prácticas sociales que emanan de la ideología machista han evolucionado. Es evidente que nada podrá  resolverse sin la intervención política. La disparidad, la jeraquización que se constata a nivel doméstico, se reproduce a nivel laboral y sobre todo, a nivel escaso de participación femenina en las instancias de poder nacional.

Las feministas, sobre todo, Esperanza Brito se muestran nacionalistas y, a comienzo de los años 70, con cierta confianza en el gobierno. La gran desilusión será « El año Internacional de la mujer » en 1975 en donde se constanta el desinterés del gobierno por el tema.

Además el programa de planificación familiar propuesto por el gobierno resulta un gran fiasco porque no ofrece las garantías prometidas : ni depenaliza el aborto, ni ofrece una educación sexual a las mujeres y, además, corre el riesgo de imponer un control de natalidad estricto (esterilización)  a las comunidades más frágiles (pobres o indígenas). En este último caso medidas drásticas se tomarían sin tener en cuenta el nivel cultural de las comunidades campesinas para quienes un hijo es una fuerza de trabajo y un seguro para la vejez.

Ya llegando a 1978 –límite temporal del ensayo de Nathalie Ludec- el movimiento feminista mexicano se politiza cada vez más y toma, por ejemplo, la defensa de las mujeres torturadas y/o violadas en el Estado de Guerrero convulsionado por un movimiento guerrrillero.

Al mismo tiempo, el movimiento se internacionaliza y establece una estrecha solidaridad con las Madres de la Plaza de Mayo y, en general, con todas las reivindicaciones feministas en América latina (bolivianas, chilenas, etc.).

En 1978, a nivel interno, un problema mayor ocupa el discurso de las periodistas feministas : la ley sobre el aborto. La iglesia católica representa la oposición más importante. Las feministas denuncian la falta de autonomía del estado en relación con la Iglesia. La legalización del aborto es un proyecto mil veces diferido y en esos años continúa siendo relegado por la influencia que sobre los gobiernos sucesivos (Echeverría, Portillo…) ejerce el catolicismo.

Las principales víctimas son las empleadas domésticas, por lo general jóvenes de origen campesino, que vienen a la ciudad en busca de trabajo y terminan siendo explotadas a nivel laboral y sexual por sus patrones.

Como bien concluye Nathalie Ludec, es difícil hacer un balance cantitativo ¿Cuál fue la influencia concreta de los artículos de estas tres mujeres feministas ? ¿Cuántas empleadas domésticas dejaron de ser violadas ? ¿A cuántas mujeres se les aumentó el salario o permitió acceder a puestos más importantes ? ¿Cuántas mujeres se rebelaron ante las actitudes « machistas » ? Estas y mil otras preguntas quedan sin respuesta. Es a nivel cualitativo que la influencia puede medirse ya que esos artículos tuvieron gran difusión y fueron leídos por miles de lectores. La reflexión se instauró en esos lectores sobre temas que se consideraban tabúes en medios católicos y conservadores : el derecho a disponer de su propio cuerpo, a elegir el momento de una maternidad deseada, el derecho a la homosexualidad femenina, la visión crítica de la pornografía o la exhibición del cuerpo en los concursos de belleza considerada como una objetivación del cuerpo femenino. El derecho de las mujeres a estudiar, a trabajar, a cobrar salarios similares a los de los hombres….

Los artículos son una forma efectiva de denuncia porque son capaces de modificar los comportamientos sociales ; el problema reside, evidentemente, en que los lectores susceptibles de reflexionar sobre la posibilidad de un cambio pertenecen a una élite económica y a un nivel de educación que no muchas mujeres alcanzaban en esa época. El eco resultó inexistente en los medios campesinos u obreros en donde las mujeres, en su mayoría iletradas, siguieron reproduciendo el sistema de explotación y dependencia al mundo masculino.

Pasar de la escritura independiente a la consolidación de asociaciones que se integran en el gobierno, ha sido el paso necesario para llegar hasta esas mujeres para quienes el acceso a la lectura era difícil (por ejemplo, por no poder comprarse un periódico) o imposible (por no saber leer). Esperanza Brito crea en 1989 El Grupo Plural que reúne feministas pero, también dirigentes políticos, funcionarios, diputados, etc. Esta asociación se integra al gobierno y trata de casos de delitos sexuales, atentados al pudor, etc. En 1990 el Código Penal del DF incluye el delito de acoso sexual y establece una sanción económica (30 días de salario mínimo) o una pena de prisión de 8 meses. En el DF a partir de 2007 el aborto ha dejado de ser penalizado y en ciertos hospitales públicos se ofrecen servicios de interrupción de embarazo. En este caso estamos ya frente a cambios cantitativos pero, para ello ha sido necesario « institucionalizar» el movimiento feminista, es decir organizarlo en asociación e incluirlo en las instancias de poder.

Por otra parte, otros medios de comunicación (radio, TV) difunden propuestas feministas que tienen eco en las poblaciones alejadas de la ciudad.

Un medio, al que Nathalie Ludec no hace alusión pero, creo que es de gran importancia en la difusión de las ideas qua atañen a los derechos de las mujeres, es la presencia de las ONG’s gubernamentales o extranjeras.

Séminaire ALHIM Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2016-juillet 2017)

Afficher l'image d'origineAntonio Coche Mendoza, Sin título, 2002

Séminaire ALHIM

Amérique Latine Histoire et Mémoire

(novembre 2016-juillet 2017)

Vendredi 18 novembre 2016

Conférence

Los indoamericanos en Cuba, una crítica a la colonialidad del saber
Felipe Pérez Cruz (Instituto de Filosofía de La Habana)
Horaire: 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Vendredi 25 novembre 2016

Séance commune organisée avec l’Axe Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale

Musées d’histoire, musées de mémoire(s)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Vendredi 20 janvier 2017

Présentation du livre Ecritures du féminisme mexicain: Esperanza Brito, Elena Urrutia, Marta Lamas (1963-1978) de Nathalie Ludec (Université Rennes II)
Horaire : 19h30-21h00 Lieu: Maison du Mexique, Cité Universitaire Internationale de Paris

 Vendredi 10 février 2017

Séance commune organisée avec l’Axe Transferts textuels et migrations esthétiques  
Art et dictature au Chili 
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Jeudi 2, Vendredi 3 et Samedi 4 mars 2017

Colloque international organisé avec l’Université de Paris Est-Créteil et la Universidad Nacional de Entre Ríos 
Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente 
Horaire : 9h30-19h00 Lieu: Casa de Argentina (Cité Universitaire Internationale de Paris), Université Paris 8 (salle D 143) et UPEC Créteil

Vendredi 7 avril 2017

Journée d’études organisée avec le séminaire GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)
La Nation en fête en Amérique latine (XIXe-XXe siècles)
Horaire: 10h00-17h00 Lieu: Université Paris Ouest-Nanterre, Bât. Max Weber, Salle de séminaire 2

Vendredi 28 Avril 2017

Séance commune organisée avec Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale
Les racines de l’eugénisme (Uruguay, Italie, Espagne)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Jeudi 11 mai 2017

Présentation travaux doctorants ALHIM
Horaire : 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 311

Mardi 30 et mercredi 31 mai 2017

Colloque du Laboratoire d’Etudes Romanes (EA 4385) 
Passant Passé. Héritages et expériences des temps
Horaire : 9h30-18h00 Lieu : Université Paris 8

Mardi 11 et mercredi 12 juillet 2017

Colloque International
Chile en el mundo: circulación de discursos, prácticas, personas, relaciones diplomáticas y redes de sociabilidad (siglos XIX-XXI)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Universidad de Santiago de Chile

ENTREE LIBRE

Contact: Enrique Fernández Domingo

E-mail: enrique.fernandez@yahoo.fr

Journée d’études « Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle) »

JOURNEE D’ETUDES

Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)

Afficher l'image d'origine

Miguel Alandia, “La educación”, 1960, Monumento a la Revolución Nacional, La Paz

Affiche JE 13 mai 2016

Programme JE 13 mai 2016

Présentation

Natalia Molinaro (Université Paris 8)

Cette Journée, organisée en collaboration avec l’ERESCEC (Axe Histoire, Mémoire et Politique en Europe méridionale du LER, dirigé par Mercedes Yusta Rodrigo et Xavier Tabet), a envisagé les processus de construction nationale en Europe méridionale et en Amérique latine (XIXe-XXIe siècle) depuis un point de vue transatlantique et transversal. Elle proposait d’observer comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Quels points communs, quelles différences, quels transferts entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ?

Nous avons proposé des échanges entre chercheurs à partir de comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques pédagogiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique : quels points communs, quels transferts, quelles différences entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ?  Dans un premier temps nous avons travaillé sur la construction mémorielle, notamment à la construction d’une mémoire officielle d’un passé traumatique resignifié et produisant de l’identité. Car « une nation, c’est une mémoire », comme l’affirmait Pierre Nora. Un second volet a été consacré à l’éventail de pratiques pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés qui permettent de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale, en faisant appel à une mémoire commune. Quels mécanismes et procédés retrouve-t-on d’un côté à l’autre de l’Atlantique, en des espaces-temps certes différents, mais toujours marqués par l’enjeu mémoriel et l’impératif national ? En quoi ces pratiques sont-elles révélatrices d’influences et d’une circulation des idées ?

Dans la lignée de la perspective dite constructiviste ou « moderniste », nous avons considéré ce que nous appelons « la nation » comme le fruit d’un processus d’invention, entendu dans le sens de « création », comme le soulignait déjà Benedict Anderson. Nous nous sommes intéressés aux trois grandes étapes de ce processus historique d’invention et/ou de réinvention avec, d’abord, l’établissement de limites, à la fois conceptuelles – autrement dit imaginaires – et territoriales, pour la définition de cette nation. Les interventions de Brice Chamouleau (Maître de Conférence, Université Paris 8), Darío Lanfranca (Docteur en Etudes Italiennes, L.E.R., Université Paris 8) et Yves Léonard (Sciences Po. / L.E.R.) ont montré, entre autres, à quel point cette première étape est marquée par la dichotomie inclusion/exclusion, dont les frontières sont parfois floues ou poreuses.

Le second volet a été consacré à l’éventail de pratique pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés permettant de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale et produire de l’identité. Les interventions de Laura Fournier (Maître de Conférence, Université Paris 8), Marie Salgues (Maître de Conférence, Université Paris 8) et Dalila Chine-Lehmann (Université Paris-Ouest Nanterre) ont abordé ces trois aspects. Dans l’Italie post-Unité, d’abord (Laura Fournier, « Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité »). Puis dans l’Espagne du XIXème siècle (Marie Salgues, « La construction de la nation au XIXème siècle dans le théâtre patriotique : les invariants d’un processus de définition identitaire ») et enfin, dans le Mexique actuel (Dalila Chine-Lehmann, « Apprendre à aimer la patrie : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines »).

Cette journée s’est achevée avec l’intervention de Paola Díaz (I.M.M. / E.H.E.S.S.) concernant l’un des aspects les plus délicats et pourtant essentiel à la construction nationale : la question mémorielle et les politiques de la mémoire. Dans sa communication intitulée « La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale », Paola Díaz est revenue sur les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004). La projection du court-métrage de Nicolás Lasnibat, Treinta años (2006), en sélection officielle à la Mostra de Venise et prix du meilleur court-métrage aux Festivals de San Sebastián et de Santiago de Chile, est venu mettre un point final à cette journée, en présence du réalisateur. Son travail a été présenté par Michèle Arrué (Maître de Conférence, Université Paris 8).

Nacionalizar heterodoxias por eliminación: formas del homonacionalismo español

Brice Chamouleau (Université Paris 8)

Cette communication s’est proposée de s’interroger sur la manière dont l’interprétation des luttes sexuelles en Espagne est fortement médiatisée par des métarécits relevant d’un patriotisme constitutionnel espagnol post-franquiste. Les subjectivités abjectes du franquisme sont devenues les figures exemplaires et rédemptrices de l’ordre démocratique. En empruntant à Bartolomé Clavero l’idée que “[n]ación es categoría que presta vestimenta de legitimidad cultural y base social a la desnudez política del Estado”, il a été question de remarquer les procédures par lesquelles les luttes sexuelles sont reversées dans un récit national sur la démocratisation de l’Espagne qui naturalise une culture d’État pour décrire l’avènement de la citoyenneté démocratique après Franco. En particulier, la communication s’est intéressée aux luttes catalanes et barcelonaises, à leur territorialité politique, dont la dimension conflictuelle est effacée au profit d’une histoire qui raconte comment ces luttes ont d’abord eu vocation à s’intégrer à l’État espagnol, dont on donne pour acquises les coordonnées plurinationales, subordonnées à la “nation” espagnole, un des sujets postulés de la Constitution de 1978. À ce titre, l’histoire LGBT espagnole est parfaitement homonationaliste, nourrie d’un fort patriotisme constitutionnel. En oubliant l’ancrage territorial de ces luttes d’émancipation pendant la démocratisation de l’Espagne post-dictatoriale, il a été soutenu que l’historiographie LGBT espagnole, inscrite dans des récits trasnationaux sur les subjectivités queer et les démocraties sexuelles occidentales, reproduit une conception habermassienne de la citoyenneté “cosmopolite”, où l’individu est délié de ses ancrages territoriaux, et compris en des termes juridiques, fondu dans ces droits qui construisent le sujet LGBT “digne” de la démocratie espagnole. Pourtant, comprises de manière relationnelle avec la culture d’État en cours d’institutionalisation à la fin des années 1970 en Espagne et avec la place que l’État octroie à ces subjectivités homosexuelles, les communautés catalanes, basques également, constituent des sujets particulièrement intéressants pour autant qu’ils sont éliminés de l’histoire de la démocratie espagnole pour une série de variables consubstantielles: le genre, les sexualités, la classe, le territoire et, pour certains, la langue. La régulation des possibilités de leur énonciation dans l’Espagne post-franquiste n’invite alors pas tant à naturaliser à nouveau une “nation” catalane ou basque, mais à concevoir comment des communautés éthiques se composent historiquement dans des processus de différenciation contextuels et contingents. Pour les appréhender, il a été soutenu qu’un regard post-national, inspiré des débats ouverts par les études post-coloniales prenant les territoires européens pour objet, permet de défaire les subjectivités historiques des sujets institués au présent pour concevoir ou imaginer les mondes passés : les “modernités multiples” travaillent les territoires européens, et ici, l’avènement conflictuel de l’État postfranquiste et de sa communauté de référence. Lorsqu’elles émergent, ces subjectivités sexuelles catalanes contestent l’ordre moral qui supporte l’institutionnalisation de l’État postfranquiste : plutôt qu’au récit d’une inclusion démocratique, elles permettent d’inscrire la démocratisation de l’Espagne dans une perspective globale, dans une histoire des “citoyennetés post-coloniales”, organisées depuis les années 1970 non pas autour d’une inclusion multiculturelle mais d’une exclusion hors de contours sociologiques et moraux -ceux-là parfaitement contextuels- des communautés des pays du capitalisme mondialisé. Cette perspective permet de faire émerger de nouvelles descriptions des subjectivités du passé récent espagnol.

La célébration du sixième anniversaire des Vêpres siciliens de 1882 et le conflit entre l’idée d’autonomie et de nation dans la Sicile post-unitaire

Darío Lanfranca (Université Paris 8)

31 mars 1882, célébration du VI anniversaire des « Vespres », réinvention du « Vespro » vingt ans après l’unification italienne. Participation d’intellectuels et d’hommes politiques. Geovani Berga montre son non adhésion à l’anniversaire. Comme Berga, beaucoup d’intellectuels siciliens ne veulent pas y participer. Nation/Autonomie dans un conflit rhétorique face à l’Etat italien dominé par la droite historique italienne. Médiation et compromis historiques entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux. Les « Vespre » sont très connues à l’époque de la célébration. Le récit des « Vespres » siciliennes reste entre le mythe et l’histoire. Le contexte international  est marqué par l’occupation française de la Tunisie en 1880.  Le Contexte national  montre un pouvoir central qui rencontre beaucoup de difficultés dans le maintien de l’ordre public en Sicile. La célébration du 31 mars 1882 est le reflète des tensions politiques entre le nouvel état et une culture politique autonomiste. A l’occasion, Giuseppe Garibaldi réalise son dernier voyage en Sicile. Sa présence et la continuité historique assumée avec le « Risorgimento » structurent une critique indirecte de la politique de Cavour et le gouvernement italien, la Destra historique. Pour les « notabili » siciliens, l’arrivée de la gauche au pouvoir, incarnée par Crispi, a été possible grâce aux bulletins siciliens. La commémoration propose une mémoire unifiée du « Vespro » et du « Risorgimento » avec le but de gagner le soutien politique des « notabili » siciliens. Les racines culturelles de la célébration se trouvent dans la frustration de la Constitution de 1812; la relecture du mythe proposée par Michelle Amari en 1842 (relecture du mythe des « Vespre » à partir d’un romantisme historique qui souligne l’origine populaire de la révolution. Cette origine est liée téléologiquement au peuple sicilien du XIXe siècle. L’usurpateur ancien est assimilé à l’usurpateur moderne. Michelle Amari, même s’il n’y participe pas, reçoit un hommage personnel pendant la célébration de 1882); la fondation en 1863 de la Società siciliana de istoira patria fondée en 1863 à Palerme (la plus part de ses membres participent à l’organisation de la commémoration de 1882); et, enfin, depuis les années 1860 le développement d’une idéologie autonomiste/régionaliste et des recherches historique autonomistes sous l’influence « national-autonomiste » (Isidoro Lamunia, « gloire nationale », Histoire municipale, histoire sicilienne, Giuseppe Pitré, Salomono Marino,…, Enquêtes parlamentaires, récupération de la mémoire nationale). En 1875, la municipalité de Palerme propose l’organisation de la célébration et crée un comité d’organisation. En 1882 il y a une importante publication de documents ainsi que d’un recueil de traditions populaires. Processus de légitimation des élites dirigeantes siciliennes à travers la réélaboration politique des mythes anciens et modernes et autour d’une politique de compromis des élites siciliennes avec l’Etat à partir d’un régionalisme conservateur. Construction d’une mémoire unitaire à partir de la mémoire régionale. Culture politique « pactiste » des élites siciliennes constituée au long de l’histoire. Le 31 mars 1882 marque la naissance de nouveaux rapports entre le nationalisme et l’Etat, la région de Sicile et l’Italie. C’est le début d’un processus qui débouchera sur le Statut d’administration régionale de 1947

L’empire et l’outremer dans la construction et l’affirmation de la nation au Portugal (XIXe-XXIe siècle)

Yves Léonard (Sciences Po./L.E.R.)

Le rapport à l’autre, le rapport à l’outre-mer. La quête d’un nouveau Brésil, construction d’un imaginaire national centré sur l’Empire d’outre-mer. Référence continuel à la grandeur et l’âge d’or.

Cadre chronologique XIXe-XXe siècle autour des deux traumatismes :

  • Guerres napoléoniennes et départ de la famille royale au Brésil
  • La chute de l’empire colonial (1974-1975)
  1. Deuxième moitié du XIXe siècle : la quête d’un nouveau Brésil dans la construction nationale

Crise de la conscience nationale après l’indépendance du Brésil. En 1820 le roi retourne au Portugal. Constitution d’un processus de fédération des élites portugaises autour d’une renaissance nationale qui débouche sur le développement de la connaissance et du contrôle des colonies africaines (1870-1880, premières explorations) et un discours de Régénération nationale. Proposition d’un récit national autour de l’héroïsation des « Navigateurs » de l’Age Moderne. Pendant le dernier quart du XIXe siècle se structure un discours commémoratif autour des figures de l’Infante Henrique O Navegador, Vasco de Gama et Camöes, qualifié comme poète national. Construction de l’imaginaire national, construction mémorielle, création d’une mythologie et d’un récit d’avenir parallèlement à la construction d’un empire en Afrique de l’Angola au Mozambique.

  • 1880, III Centenaire de la mort de Camöes
  • 1894, V Anniversaire de la naissance d’Henrique O Navegador
  • 1898, IV Centenaire du premier voyage aux Indes de Vasco de Gama

En 1890, la crise de l’ultimatum britannique est le détonateur d’une crise d’identité, de la conscience nationale, qui marque les élites portugaises : le Portugal ne peut être un grand pays sans une présence effective en Afrique. Cette crise est vécue comme un traumatisme face à la réalité internationale et l’impossibilité d’avoir un territoire continu d’est à ouest dans le continent africain. Cette crise s’amplifie avec la crise politique de la famille royale des Bragança et la monté d’un républicanisme qui reprend le discours outre-marin.

  • 1890, Campagne de « pacification » en Afrique sous le commandement de Mouzinho de Albuquerque
  • 1895, Bataille de Coolela, dans la mémoire collective elle représente un moment de gloire du récit national
  • 1ère Guerre mondiale, intervention du Portugal pour défendre ses colonies africaines à côté des Alliés.

       2. 1930-Etat nouveau Salazariste : nationalisme d’Empire autour de la « grandeur »

Le régime salaraziste intègre les revendications autour du rêve africain. Le nationalisme impérial comme clé de voûte du discours légitimateur du régime. La grandeur de la Nation fait partie de la propagande officielle : « Le Portugal n’est pas un petit pays ». Réinterprétation du mythe sebastianiste (Histoire du roi Sebastian, 1578) à partir d’une utilisation complexe à travers la figure du saveur, c’est-à-dire Salazar incarné dans la figure du sauveur du Portugal.

  • 1940, Commémoration des Centenaires, Exposition du Monde Portugais : mise en scène du récit national salazariste

    3. 1950-1960, « Le Portugal est un pays du Minho au Timor » : le Portugal, pays pluri-                      continental, disparaitrait avec la perte de l’empire colonial

Le début de la décolonisation oblige au pouvoir salazariste à chercher un nouveau discours légitimateur de la présence et la domination portugaises en Outre-mer. En 1950, on parle des provinces d’outre-mer comme un ensemble de provinces outre-marines toutes portugaises. Structuration d’un discours juridico-idéologique appelé « lusotropicalisme » : légitimation historique du Portugal grâce au métissage. Gilberto Freyre, sociologue brésilien, à la demande du régime salazariste, construit discursivement une mystique luso-chrétienne de la colonisation en s’appuyant sur un discours « scientifique » autour des travaux d’historiens, géographes, ethnologues, sociologues.

  • 1960, Commémoration du V anniversaire de la mort d’Henrique O Navegador et reconstruction à Lisbonne du Monument des Découvreurs-Navigateurs
  • 1961, début des guerres coloniales. Pour le pouvoir salazariste est l’« ultime croisade en défense de la civilisation occidental »

Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité

Laura Fournier (Université Paris 8)

Le besoin d’histoire et de reconstruction historique est inhérent à tout moment de fondation. La fin du XIXe siècle en Italie est marquée par la volonté de poursuivre la construction de l’Etat libéral né en 1861 et par la nécessité toujours présente de «faire les Italiens», tandis qu’en même temps on assiste à la constitution de partis politiques «ouvriers» (radicaux, républicains et socialistes). La société italienne commence à entrer dans l’ère des masses propre au XXe siècle, et le problème de leur « nationalisation » (Mosse, 1975) par le biais d’une pédagogie nationale est un des premiers objectifs des hommes politiques et des intellectuels « organiques » (selon l’expression de Gramsci, c’est-à-dire des intellectuels constructeurs et organisateurs de culture). 25 ans après la conquête de Rome par les armées du roi d’Italie, la fête du 20 septembre 1895 représente un des grands moments de célébration de l’Unité italienne, et surtout un grand moment de construction du mythe de Rome pour l’Italie (Chabod, 1951 ; Treves, 1962 ; Caracciolo, 1996, MEFRIM 1997).

Communication Laura Fournier

La construction de la nation au XIXe siècle dans le théâtre patriotique: les invariants d’un processus de définition identitaire

Marie Salgues (Université Paris 8/CREC-Paris 3)

En partant du constat quelque peu étonnant que certains auteurs de pièces patriotiques, à l’heure d’exalter leur patrie, choisissent de recopier les pièces écrites par d’autres, pour louer d’autres patries, éventuellement une patrie ennemie, la communication cherche à dégager les invariants qui pourraient permettre une telle circulation. Cette recherche fait surgir un second paradoxe : le fait que ce théâtre, dont la date de naissance est très précisément fixée pour l’Espagne (mais aussi pour chacun de ses voisins européens), paraît très – trop – semblable à la production qui l’a précédé, ce qui porte atteinte au caractère radicalement nouveau du genre. Il apparaît en réalité que c’est le public qui assiste à la représentation qui fait de ces pièces un théâtre patriotique véritablement nouveau, en cela que ce public n’est plus, à l’instar du Peuple de l’État National, « la somme fortuite de tous les sujets d’un État » mais qu’il « ne fait qu’un avec la Nation » et qu’il se voit « comme une communauté politique » (Hagen Schulze). C’est par sa réception, et sa réception par la Nation, que le théâtre patriotique existe.

communication-marie-salgues

« Apprendre à aimer la patrie » : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines

Dalila Chine-Lehmann (Université Nanterre Paris-Ouest/CRIIA)

Cette communication portait sur le rôle joué par les cérémonies civiques dans l’intériorisation du sentiment patriotique au Mexique. Après avoir rappelé brièvement les grandes lignes de la fabrique du discours et de l’iconographie patriotique dans les manuels scolaires gratuits édités par le Ministère de l’éducation nationale depuis les années soixante, il s’agissait de démontrer que cet amour patriotique nécessitait un travail d’intériorisation qui pouvait se réaliser au moyen de différents apprentissages. Afin d’ancrer l’amour pour la patrie chez les écoliers, l’État mexicain met en œuvre certaines techniques de « revitalisation ». C’est ainsi que les leçons des manuels scolaires, qui constituent le volet théorique de cet apprentissage, sont complétées par les cérémonies civiques, qui ont lieu chaque lundi matin dans les écoles mexicaines et qui en constituent leur volet pratique. Celles-ci sont comme une mise en acte, comme une mise en musique des leçons de l’histoire. L’enfant apprend durant sa scolarité à chanter l’hymne national, à vénérer son drapeau ou encore à exalter son affection envers sa patrie. Ces cérémonies civiques sont l’opportunité d’examiner comment, à travers un rituel bien défini, l’État mexicain inculque un système de valeurs destiné à structurer moralement le groupe afin que ses futurs citoyens puissent se sentir appartenir à une communauté unie, « imaginée » mais surtout institutionnalisée. Les cérémonies civiques visent à s’assurer de la loyauté des futurs citoyens envers leur patrie. Ces derniers sont amenés par un travail de répétition hebdomadaire, par des gestes synchronisés, à partager les mêmes idéaux et les mêmes valeurs qu’impose l’État. Sachant que la loyauté envers la patrie doit faire l’objet d’un travail constant de construction et de répétition, craignant par ailleurs que la patrie « ne tombe dans l’oubli », les autorités éducatives ont synchronisé ce rituel avec l’enseignement patriotique théorique. Elles adoptent le modèle d’une « religion civique » en mettant en place des règles et en ordonnant le temps cérémoniel. Si chaque lundi, lors de ces cérémonies civiques, les enfants sont rassemblés sur le pourtour de la cour de l’école, c’est tout d’abord pour y commémorer une entité suprême et invisible. Les honneurs au drapeau ne sont rien d’autres que la manifestation visible de l’amour pour cette entité. Ils donnent à voir une dévotion institutionnelle pour la patrie, ils servent de relais à la mémoire collective et ils inscrivent le temps national dans le temps scolaire. Grâce aux cérémonies, l’école saisit une nouvelle opportunité de féconder les jeunes esprits de la graine patriotique. La répétition hebdomadaire des honneurs rendus au drapeau permet que cet amour « légal » soit perçu comme un amour « inné ». Les cérémonies sont fortement codifiées : elles règlent les rapports que doivent entretenir les différents participants ; elles inculquent un savoir-être et un savoir-faire, un savoir « faire corps » avec la patrie. La rigidité des rituels civiques et leur caractère répétitif parviennent ainsi à façonner des automatismes sentimentaux.

La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale. Les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004)

Paola Diaz (EHESS)

La communication propose l’analyse d’une situation de conflits publics autour des crimes  du passé (acteurs, situations, valeurs) dans une dynamique politique qui va de la négation des crimes à leur reconnaissance. Médiations symboliques proposées par les pouvoirs démocratiques: préfiguration des médiations symboliques à travers la revendication des associations de familles de disparus. Traduction des revendications des associations des familles des détenus disparus (vérité, justice, mémoire). Vérité pour la justice : préfiguration d’un autre type de vérité

1990 : le problème de la vérité est institutionnalisé. Statut de la vérité :

  • variation dans le régime d’expérience publique
  • vérité pour la réconciliation générale, pas individuelle : réconciliation nécessaire
  • vérité en tant qu’une Nation réconciliée plutôt qu’une justice pénale : « un Bien du Chili »
  • vérité dans le consensus comme réponse à un conflit public

1998 : forme accord ou négociation politique où les crimes ont été pris en charge par la justice

1999 : « Table ronde de dialogue sur les droits de l’homme » (Gouvernement Frei)

Victime                                                             Bourreau

Avocats des victimes                                 Représentant de l’Armée

Deux places au lieu de trois : juge, victime, accusé

2001 : publicité des comptes rendus de la table ronde

  • reconnaissance des faits par l’Armée même si les militaires n’avaient pas l’intention de reconnaitre les faits
  • reconnaissance des faits par l’Armée en indiquant les endroits où les disparus ont été jetés dans la mer
  • tort à la réalité et à la morale car il est impossible de connaitre le récit complet des disparus et de récupérer les corps

         Scénario typique des médiations symboliques

           Demandes de la droite chilienne et de l’Armée

       Gouvernement

      Associations de victimes

Contrôle de la situation de conflit/Tentative de réponse aux exigences de vérité des victimes/Politique de vérité non productive

2003, Variations du scénario général (Gouvernement Lagos) : « Pas de lendemain sans passé »

  • Commémoration du XXXe anniversaire du coup d’état du 11 septembre 1973
  • Enquête sur les crimes de torture

           Fin des procès  ——  Gouvernement —— Demandes des associations

DON CONTRE DON  ———— Médiation de réconciliation

Construction d’une mémoire officielle : nouveaux personnages publics

Forces Armées :

  • demande de mettre un point final aux procès entre 6 mois et 2 ans. Ils acceptent les jugements mais pas leur application.
  • demande de réconciliation nationale
  • menace d’intervention militaire/coup d’état

Torture :

  • nouvelle configuration, nouveaux problèmes, nouveaux visages, nouveaux protagonistes
  • récit des vivants

Discours officiel :

  • transposition de la douleur des torturés dans le corps de la Nation
  • incorporation des bourreaux dans l’unité des sentiments partagés dans un corps collectif
  • le corps collectif inclue les victimes et les bourreaux dans le récit national autour d’une douleur partagée