Archives du mot-clé Nation

APPEL À COMMUNICATIONS : « La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIe siècles) »

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine     Afficher l'image d'origine

APPEL À COMMUNICATIONS

La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIe siècles)

Nanterre, vendredi 7 avril 2017

Journée d’étude organisée par Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) et Natalia Molinaro (Université de Paris 8)

Dans le cadre de cette journée d’études intitulée « La Nation en fête en Amérique latine », nous souhaitons prolonger une première réflexion menée conjointement par les équipes du Grecun de l’UPOND (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) et ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sur les notions de fêtes et de célébrations nationales en Amérique latine (revue Alhim n° 33 à paraître, premier semestre 2017).

La fête, en tant que pratique collective, va de pair avec la construction d’imaginaires nationaux. Pensées comme des récits créés de toute pièce par les institutions et/ou les différents groupes sociaux pour rassembler les citoyens autour d’un socle commun, les fêtes et cérémonies nationales renferment des tensions déterminées par les enjeux du présent. Si la Nation est vécue et contée par ses fêtes, les fêtes nationales construisent et sont imaginées pour la Nation. Cette journée d’études s’inscrit dans le sillage des études déjà menées par de nombreux chercheurs (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, et bien d’autres). Il s’agira cependant ici d’accorder une place prépondérante aux acteurs et aux témoins, ainsi qu’aux différents espaces de célébration et contre-célébration. Tout en poursuivant notre exploration des différents procédés de construction du « corps national » en Amérique latine, nous analyserons tout particulièrement le rôle des participants (État, associations, groupes sociaux, etc.), le choix des différentes symboliques (hymnes, chants, drapeaux, figures patriotiques, etc.), le choix des espaces (lieux, monuments, statues, etc.) et la fonction des temps (calendriers civiques, dates spécifiques de commémoration, etc.). Ainsi les différentes communications pourront s’inscrire dans les quatre axes suivants :

Axe 1 : Les célébrations officielles de la Nation

Les fêtes nationales constituent un enjeu pour le pouvoir qui en contrôle le contenu et la diffusion. Nous nous intéresserons dans un premier temps aux pratiques « officielles », aux modèles de célébration qui « donnent à voir » une homogénéisation et une « supposée » unité du corps social. Nous nous attacherons à l’étude de la mise en scène du national par l’État et/ou les institutions officielles en interrogeant tout particulièrement les différentes formes et manières que peuvent revêtir certaines célébrations nationales. Quels sont les espaces de célébration ? Quels sont les procédés et représentations choisis pour mettre en valeur la nation ? Quels sont les symboles et valeurs transmis ? Dans quelles mesures ces célébrations ont un pouvoir efficace de transmission de l’idéologie nationale ? En quoi produisent-elles de l’identité pour cette nation et contribuent-elles à créer ou raviver, du moins pour quelques temps, un sentiment d’appartenance collective ?

Axe 2 : Quand la Nation se célèbre ailleurs.

Le second axe concernera les pratiques transnationales de célébration. Si l’État est l’un des principaux ordonnateurs, il s’agira de démontrer que la nation peut se fêter « ailleurs ». Comment la nation est-elle célébrée au-delà de ses frontières ? Quelles en sont les frontières et limites ? Cet axe est particulièrement ouvert aux études portant sur les célébrations organisées par des institutions (réseaux diplomatiques, fondations, etc.) ou associations en dehors des frontières nationales. Il entend mettre l’accent sur la fabrique de nouveaux espaces publics de célébrations, sur les nouvelles formes de sociabilités officielles/associatives qui permettent de fêter et de partager cette communauté de destins.

Axe 3 : Les célébrations « en marge » et contre-célébrations

Cet axe propose de revenir sur les pratiques « parallèles », situées « en marge » des célébrations officielles, ou pensées par opposition à celles-ci. Il s’agira de montrer en quoi ces pratiques proposent d’autres lectures du national, instituent un autre ordre – ou désordre – et contribuent, par là-même, à définir ou redéfinir l’identité nationale. Cet axe nous amènera à nous poser d’autres questions telles que : qui sont les célébrants et contre-célébrants ? Quelles sont les appropriations et/ou réappropriations du récit national et ses symboles ? En quoi ces pratiques « parallèles » de célébration peuvent-elles être considérées comme des pratiques « transgressives » tout en contribuant, par certains détournements, à donner ses contours à l’événement officiel ? Les communications pourront également aborder la question des rapports de force, de pouvoir et luttes pour récupérer le fait national (rapports de hiérarchie, de division entre les différents célébrants, enjeux, etc.).

Axe 4 : La Nation « contée ». Récits de célébrations

Il s’agira dans cet axe d’analyser le rôle des différents écrits dans la construction du sentiment national et d’une mémoire de l’événement.  À travers les récits, que ce soit en littérature (romans, romans nationaux, nouvelles, récits autobiographiques, etc.), dans des revues ou dans la presse, nous pourrons nous demander : comment ces récits représentent-ils la nation en fête ? Comment singularisent-ils les célébrations ? Quelles sont les places accordées aux événements phares de l’histoire nationale ? Comment les mots mettent-ils en scène, et par la même, construisent la mémoire nationale ? Quels enjeux de pouvoir enferment-ils ? En quoi cette mémoire est-elle une mémoire choisie, sélective ? En somme, quels sont les nouveaux contours de cette « Nation contée » ?

Modalités pratiques :

Les propositions de communication (moins de 500 mots, bibliographie et titre compris ainsi qu’un court CV) doivent être envoyées avant le 31 janvier 2017.

Calendrier  :

  • 31 janvier 2017 : date-butoir pour l’envoi des propositions
  • Février 2017 : annonce des propositions retenues
  • 7 avril 2017 : journée d’étude

Contacts :

Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) dlehmann@u-paris10.fr

Natalia Molinaro (Université de Paris 8) natalia.molinaro@laposte.net

___________________________________________________________________________

CONVOCATORIA

Festejando la Nación en América latina (siglos XIX-XXI)

Nanterre, viernes 7 de abril de 2017

Jornada de Estudios organizada por Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre – La Défense) y Natalia Molinaro (Université de Paris 8)

En el marco de esta Jornada de Estudios proponemos profundizar la reflexión iniciada por el grupo de investigación del GRECUN del UPOND (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) y el grupo ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sobre las nociones de fiesta y de celebraciones nacionales en América latina (revista Alhim N° 33 en preparación, primer semestre 2017).

La fiesta como práctica colectiva acompaña la construcción de imaginarios nacionales. Concebidas desde las instituciones y/o los diferentes grupos sociales como relatos cuyo objetivo es reunir a los ciudadanos alrededor de un objeto en común, las fiestas y ceremonias nacionales encierran las tensiones del presente. La Nación es vivida y contada por sus fiestas, y las fiestas nacionales construyen y son imaginadas para la Nación. Esta Jornada de Estudios sigue el planteamiento de las numerosas investigaciones sobre estos temas (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, etc.), pero proponemos enfocarnos en los actores y los testigos, así como en los espacios de celebración y contra-celebración. Seguiremos explorando los distintos procesos de construcción de un “cuerpo nacional” y analizaremos también el papel de los participantes (Estado, asociaciones, grupos sociales, etc.), la(s) (s)elección(es) de distintas simbólicas (himnos, cantos, banderas, figuras patrióticas, etc.), la función de los espacios (sitios, monumentos, estatuas, etc.), así como la de los tiempos (calendarios cívicos, fechas específicas de conmemoración, etc.). Las propuestas de comunicación deberán inscribirse en alguna de las cuatro grandes líneas temáticas explicitadas seguidamente:

Línea temática 1: Las celebraciones oficiales de la Nación

Las fiestas nacionales son centrales para el poder, que controla los contenidos y la difusión. Consideraremos primero las prácticas “oficiales”, los modos de celebrar que “dan a ver” una homogeneización y una “supuesta” unidad del cuerpo social. Estudiaremos la puesta en escena de lo nacional por el Estado y/o las instituciones oficiales, interrogando más particularmente las distintas formas que pueden tomar algunas celebraciones nacionales. ¿Cuáles son los espacios de celebración? ¿Qué procedimientos y representaciones se eligen para valorizar la nación? ¿Cuáles son los símbolos y los valores que se transmiten? ¿En qué medida tienen estas celebraciones un poder de transmisión eficiente de la ideología nacional? ¿Cómo producen identidad para la nación y contribuyen en crear o reactivar un sentimiento de pertenencia colectiva?

Línea temática 2: Cuando la Nación se celebra en otras partes.

El segundo eje tratará de las prácticas transnacionales de celebración. Aunque suele ser el Estado el que genera la celebración, trataremos de mostrar que la nación también puede festejarse en otros espacios. Serán privilegiados en particular los estudios y análisis dedicados a las celebraciones no sólo organizadas por instituciones (redes diplomáticas, fundaciones, etc.) sino también por asociaciones fuera de las fronteras nacionales. Nos centraremos en la construcción de nuevos espacios públicos de celebración, en las otras formas de sociabilidad (oficiales o asociativas) que permiten festejar y compartir un mismo sentimiento de pertenencia a una comunidad de destino.

Línea temática 3: Celebraciones “al margen” y contra-celebraciones

En este eje volveremos sobre las prácticas “paralelas”, situadas “al margen” de las celebraciones oficiales, o pensadas en oposición a las fiestas oficiales. Veremos cómo estas prácticas proponen otras lecturas de lo nacional, instituyendo otro orden – o desorden  – y contribuyendo por lo tanto en una (re)definición de la identidad nacional. En este eje nos preguntaremos: ¿quiénes son los celebrantes y contra-celebrantes? ¿Cuáles son las apropiaciones y/o reapropiaciones del relato nacional y de sus símbolos? ¿En qué medida estas prácticas “paralelas” de celebración pueden considerarse como “transgresivas”, al mismo tiempo que van dando su forma al acontecimiento oficial, mediante apropiaciones, reapropiaciones y desvíos? Las comunicaciones podrán también abarcar los temas de luchas de poderes y tensiones por la recuperación del hecho nacional (jerarquías, divisiones, etc.).

Línea temática 4: La nación “contada”. Relatos de celebración

En esta mesa se analizará el papel de la producción escrita en la construcción de un sentimiento nacional, así como de una memoria del acontecimiento. ¿Cómo se representan las fiestas nacionales en los relatos, sean éstos literarios (novelas, relatos autobiográficos, etc.) o periodísticos (prensa, revistas)? ¿Cómo singularizan dichos relatos la celebración? ¿Qué lugar ocupan los hitos de la historia nacional? ¿En qué medida contribuyen las palabras en reproducir lo vivido y, participan de este modo en la construcción de una memoria nacional? ¿En qué medida se trata de una memoria selectiva? ¿Qué luchas de poderes reflejan? ¿Por qué constituyen estos relatos una segunda puesta en escena de la celebración? Finalmente, ¿cuáles son los contornos de la “nación contada”?

Modalidades prácticas:

Las propuestas (menos de 500 palabras, incluyendo el título de la comunicación, la bibliografía, y un corto currículo) deben ser enviadas antes del 31 de enero de 2017.

Calendario:

  • 31 de enero de 2017: Envío de propuestas
  • Febrero de 2017: Respuesta del Comité de organización
  • 7 abril de 2017: Jornada de Estudios

Contactos: 

Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) dlehmann@u-paris10.fr

Natalia Molinaro (Université Paris 8) natalia.molinaro@laposte.net

Séminaire ALHIM Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2016-juillet 2017)

Afficher l'image d'origineAntonio Coche Mendoza, Sin título, 2002

Séminaire ALHIM

Amérique Latine Histoire et Mémoire

(novembre 2016-juillet 2017)

Vendredi 18 novembre 2016

Conférence

Los indoamericanos en Cuba, una crítica a la colonialidad del saber
Felipe Pérez Cruz (Instituto de Filosofía de La Habana)
Horaire: 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Vendredi 25 novembre 2016

Séance commune organisée avec l’Axe Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale

Musées d’histoire, musées de mémoire(s)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Vendredi 20 janvier 2017

Présentation du livre Ecritures du féminisme mexicain: Esperanza Brito, Elena Urrutia, Marta Lamas (1963-1978) de Nathalie Ludec (Université Rennes II)
Horaire : 19h30-21h00 Lieu: Maison du Mexique, Cité Universitaire Internationale de Paris

 Vendredi 10 février 2017

Séance commune organisée avec l’Axe Transferts textuels et migrations esthétiques  
Art et dictature au Chili 
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Jeudi 2, Vendredi 3 et Samedi 4 mars 2017

Colloque international organisé avec l’Université de Paris Est-Créteil et la Universidad Nacional de Entre Ríos 
Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente 
Horaire : 9h30-19h00 Lieu: Casa de Argentina (Cité Universitaire Internationale de Paris), Université Paris 8 (salle D 143) et UPEC Créteil

Vendredi 7 avril 2017

Journée d’études organisée avec le séminaire GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)
La Nation en fête en Amérique latine (XIXe-XXe siècles)
Horaire: 10h00-17h00 Lieu: Université Paris Ouest-Nanterre, Bât. Max Weber, Salle de séminaire 2

Vendredi 28 Avril 2017

Séance commune organisée avec Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale
Les racines de l’eugénisme (Uruguay, Italie, Espagne)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Jeudi 11 mai 2017

Présentation travaux doctorants ALHIM
Horaire : 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 311

Mardi 30 et mercredi 31 mai 2017

Colloque du Laboratoire d’Etudes Romanes (EA 4385) 
Passant Passé. Héritages et expériences des temps
Horaire : 9h30-18h00 Lieu : Université Paris 8

Mardi 11 et mercredi 12 juillet 2017

Colloque International
Chile en el mundo: circulación de discursos, prácticas, personas, relaciones diplomáticas y redes de sociabilidad (siglos XIX-XXI)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Universidad de Santiago de Chile

ENTREE LIBRE

Contact: Enrique Fernández Domingo

E-mail: enrique.fernandez@yahoo.fr

APPEL A CONTRIBUTION : Les Cahiers ALHIM n° 33 (premier semestre 2017)

APPEL A CONTRIBUTION

Publication Les Cahiers ALHIM n° 33 (premier semestre 2017)

Les Cahiers ALHIM (Amérique Latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8, Vincennes Saint-Denis, consacrent un de leurs prochains dossiers à :

La Nation en fête en Amérique latine (XIXe-XXIe siècles)

Coordinatrices : Coordinadoras: Dalila Chine y Natalia Molinaro

Dans ce numéro, nous invitons à penser la Nation en Amérique latine à partir de ses différentes célébrations.

Premier axe : Les célébrations officielles de la Nation

Les fêtes nationales constituent un enjeu pour le pouvoir qui en contrôle le contenu et la diffusion. Nous nous intéresserons dans un premier temps aux pratiques « officielles », aux modèles de célébration qui « donnent à voir » une homogénéisation et une « supposée » unité du corps social. Nous nous attacherons à l’étude de la mise en scène du national par l’État et/ou les institutions officielles en interrogeant tout particulièrement les différentes formes et manières que peuvent revêtir certaines célébrations nationales. Quels sont les espaces de célébration ? Quels sont les procédés et représentations choisis pour mettre en valeur la nation ? Quels sont les symboles et valeurs transmis ? Dans quelles mesures ces célébrations ont un pouvoir efficace de transmission de l’idéologie nationale ? En quoi produisent-elles de l’identité pour cette nation et contribuent-elles à créer ou raviver, du moins pour quelques temps, un sentiment d’appartenance collective?

Second axe : Quand la Nation se célèbre ailleurs.

Le second axe concernera les pratiques « parallèles » de célébration du national. Si l’État est l’un des principaux ordonnateurs, il s’agira de démontrer que la nation peut se fêter « ailleurs ». Ces célébrations « en marge » proposent d’autres lectures du national, instituent un autre ordre – ou désordre – et sont, par là-même, constitutives de l’identité nationale. Cet axe nous amènera à nous poser d’autres questions telles que : qui sont les autres célébrants ? Quelles sont les appropriations et/ou réappropriations ? Quels détournements ou autres formes de célébrations contribuent paradoxalement à nourrir la fête du national ? En quoi ces pratiques « parallèles » de célébration peuvent-elles être considérées comme des pratiques « transgressives » ?

Langues utilisées : anglais, espagnol, français, portugais.

Un résumé de 500 mots environ devra nous être adressé avant le 15 juillet 2016.

Merci de mentionner vos coordonnées professionnelles et de joindre un CV succinct (liste de vos publications des 5 dernières années).

Contacts : Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) dlehmann@u-paris10.fr, Natalia Molinaro (Université de Paris 8) natalia.molinaro02@univ-paris8.fr

Les articles définitifs (30 000 signes au maximum) seront à remettre avant le 31 octobre 2016.

Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit s’accompagner de la demande autorisation à l’ayant droit.

NORMES DE PUBLICATION : http://alhim.revues.org/2861

CALENDRIER :

15 Juillet 2016 : réception de propositions

05 Septembre 2016 : acceptation de propositions

31 Octobre 2016 : réception des articles selon les normes de publication transmises / Évaluation et correction des articles

18 Décembre 2016 : réception définitive des articles pour publication

___________________________________________________________________________

Publicación Les Cahiers ALHIM n° 33 (primer semestre 2017)

Los cahiers ALHIM (Amérique Latine Histoire et Mémoire) de la Universidad París 8 (Vincennes-Saint Denis) dedican uno de sus próximos números a :

Festejando la Nación en América latina (s. XIX-XXI)

Coordinadoras: Dalila Chine y Natalia Molinaro

En este número, invitamos a pensar la Nación en América latina desde sus distintas celebraciones.

Eje 1: Las celebraciones oficiales de la Nación

Las fiestas nacionales son centrales para el poder, el cual controla sus contenidos y difusión. Consideraremos primero las prácticas “oficiales”, los modos de celebrar que “dan a ver” una homogeneización y una “supuesta” unidad del cuerpo social. Estudiaremos la puesta en escena de lo nacional por el Estado y/o las instituciones oficiales, interrogando más particularmente las distintas formas que pueden tomar algunas celebraciones nacionales. ¿Cuáles son los espacios de celebración? ¿Qué procedimientos y representaciones se eligen para valorizar la nación? ¿Cuáles son los símbolos y los valores que se transmiten? ¿En qué medida tienen estas celebraciones un poder de transmisión eficiente de la ideología nacional? ¿Cómo producen identidad para la nación y contribuyen en crear o reactivar un sentimiento de pertenencia colectiva?

Eje 2: Cuando la Nación se celebra en otras partes.

El segundo eje será dedicado a las prácticas “paralelas” de celebración de lo nacional. Aunque suele ser el Estado el que genera la celebración, trataremos de mostrar que la nación también puede festejarse en otros espacios. Estas celebraciones “al margen” proponen otras lecturas de lo nacional, instituyen otro orden -o desorden- y son, por estas mismas razones, constitutivas de la identidad nacional. En este eje nos preguntaremos: ¿Quiénes son los otros celebrantes? ¿Cuáles son las apropiaciones y/o reapropiaciones? ¿Qué desvíos u otras formas de celebraciones contribuyen paradójicamente en alimentar la fiesta de lo nacional? ¿Pueden ser consideradas estas prácticas “paralelas” de celebración como prácticas “transgresivas”?

Idiomas utilizados: inglés, español, francés, portugués.

Un resumen de 500 palabras tiene que ser enviado antes del 15 de julio del 2016.

Gracias por mencionar sus datos profesionales (Institución, Laboratorio, dirección…) e incluir un corto currículo (lista de publicaciones en los últimos 5 años).

Contactos: Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) dlehmann@u-paris10.fr, Natalia Molinaro (Université Paris 8) natalia.molinaro02@univ-paris8.fr

Los artículos definitivos no deben sobrepasar los 30 000 signos y tienen que ser enviados antes del 31 de octubre del 2016.

Una vez aceptada la propuesta, el artículo será evaluado por el comité de lectura que decidirá de su publicación, sin tener que justificar su decisión. En el caso de no respetar las normas de publicación, el artículo será reenviado al autor para modificación. Los autores declaran reservar a los Cahiers ALHIM la exclusividad de su artículo y autorizan su publicación en línea. En caso de plagio, los autores serán considerados únicos responsables. En el marco del respeto a los derechos de autores, la integración de fotografías o fotogramas debe acompañarse de una autorización.

NORMAS DE PUBLICACIÓN: https://alhim.revues.org/2863

CALENDARIO:

15 de julio del 2016: entrega de las propuestas

05 de septiembre del 2016: aceptación de las propuestas

31 de octubre del 2016: recepción de los artículos según las normas de publicación / Evaluación y corrección de los artículos

18 de diciembre del 2016: recepción definitiva de los artículos para su publicación

Journée d’études « Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle) »

JOURNEE D’ETUDES

Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)

Afficher l'image d'origine

Miguel Alandia, “La educación”, 1960, Monumento a la Revolución Nacional, La Paz

Affiche JE 13 mai 2016

Programme JE 13 mai 2016

Présentation

Natalia Molinaro (Université Paris 8)

Cette Journée, organisée en collaboration avec l’ERESCEC (Axe Histoire, Mémoire et Politique en Europe méridionale du LER, dirigé par Mercedes Yusta Rodrigo et Xavier Tabet), a envisagé les processus de construction nationale en Europe méridionale et en Amérique latine (XIXe-XXIe siècle) depuis un point de vue transatlantique et transversal. Elle proposait d’observer comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Quels points communs, quelles différences, quels transferts entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ?

Nous avons proposé des échanges entre chercheurs à partir de comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques pédagogiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique : quels points communs, quels transferts, quelles différences entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ?  Dans un premier temps nous avons travaillé sur la construction mémorielle, notamment à la construction d’une mémoire officielle d’un passé traumatique resignifié et produisant de l’identité. Car « une nation, c’est une mémoire », comme l’affirmait Pierre Nora. Un second volet a été consacré à l’éventail de pratiques pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés qui permettent de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale, en faisant appel à une mémoire commune. Quels mécanismes et procédés retrouve-t-on d’un côté à l’autre de l’Atlantique, en des espaces-temps certes différents, mais toujours marqués par l’enjeu mémoriel et l’impératif national ? En quoi ces pratiques sont-elles révélatrices d’influences et d’une circulation des idées ?

Dans la lignée de la perspective dite constructiviste ou « moderniste », nous avons considéré ce que nous appelons « la nation » comme le fruit d’un processus d’invention, entendu dans le sens de « création », comme le soulignait déjà Benedict Anderson. Nous nous sommes intéressés aux trois grandes étapes de ce processus historique d’invention et/ou de réinvention avec, d’abord, l’établissement de limites, à la fois conceptuelles – autrement dit imaginaires – et territoriales, pour la définition de cette nation. Les interventions de Brice Chamouleau (Maître de Conférence, Université Paris 8), Darío Lanfranca (Docteur en Etudes Italiennes, L.E.R., Université Paris 8) et Yves Léonard (Sciences Po. / L.E.R.) ont montré, entre autres, à quel point cette première étape est marquée par la dichotomie inclusion/exclusion, dont les frontières sont parfois floues ou poreuses.

Le second volet a été consacré à l’éventail de pratique pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés permettant de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale et produire de l’identité. Les interventions de Laura Fournier (Maître de Conférence, Université Paris 8), Marie Salgues (Maître de Conférence, Université Paris 8) et Dalila Chine-Lehmann (Université Paris-Ouest Nanterre) ont abordé ces trois aspects. Dans l’Italie post-Unité, d’abord (Laura Fournier, « Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité »). Puis dans l’Espagne du XIXème siècle (Marie Salgues, « La construction de la nation au XIXème siècle dans le théâtre patriotique : les invariants d’un processus de définition identitaire ») et enfin, dans le Mexique actuel (Dalila Chine-Lehmann, « Apprendre à aimer la patrie : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines »).

Cette journée s’est achevée avec l’intervention de Paola Díaz (I.M.M. / E.H.E.S.S.) concernant l’un des aspects les plus délicats et pourtant essentiel à la construction nationale : la question mémorielle et les politiques de la mémoire. Dans sa communication intitulée « La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale », Paola Díaz est revenue sur les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004). La projection du court-métrage de Nicolás Lasnibat, Treinta años (2006), en sélection officielle à la Mostra de Venise et prix du meilleur court-métrage aux Festivals de San Sebastián et de Santiago de Chile, est venu mettre un point final à cette journée, en présence du réalisateur. Son travail a été présenté par Michèle Arrué (Maître de Conférence, Université Paris 8).

Nacionalizar heterodoxias por eliminación: formas del homonacionalismo español

Brice Chamouleau (Université Paris 8)

Cette communication s’est proposée de s’interroger sur la manière dont l’interprétation des luttes sexuelles en Espagne est fortement médiatisée par des métarécits relevant d’un patriotisme constitutionnel espagnol post-franquiste. Les subjectivités abjectes du franquisme sont devenues les figures exemplaires et rédemptrices de l’ordre démocratique. En empruntant à Bartolomé Clavero l’idée que “[n]ación es categoría que presta vestimenta de legitimidad cultural y base social a la desnudez política del Estado”, il a été question de remarquer les procédures par lesquelles les luttes sexuelles sont reversées dans un récit national sur la démocratisation de l’Espagne qui naturalise une culture d’État pour décrire l’avènement de la citoyenneté démocratique après Franco. En particulier, la communication s’est intéressée aux luttes catalanes et barcelonaises, à leur territorialité politique, dont la dimension conflictuelle est effacée au profit d’une histoire qui raconte comment ces luttes ont d’abord eu vocation à s’intégrer à l’État espagnol, dont on donne pour acquises les coordonnées plurinationales, subordonnées à la “nation” espagnole, un des sujets postulés de la Constitution de 1978. À ce titre, l’histoire LGBT espagnole est parfaitement homonationaliste, nourrie d’un fort patriotisme constitutionnel. En oubliant l’ancrage territorial de ces luttes d’émancipation pendant la démocratisation de l’Espagne post-dictatoriale, il a été soutenu que l’historiographie LGBT espagnole, inscrite dans des récits trasnationaux sur les subjectivités queer et les démocraties sexuelles occidentales, reproduit une conception habermassienne de la citoyenneté “cosmopolite”, où l’individu est délié de ses ancrages territoriaux, et compris en des termes juridiques, fondu dans ces droits qui construisent le sujet LGBT “digne” de la démocratie espagnole. Pourtant, comprises de manière relationnelle avec la culture d’État en cours d’institutionalisation à la fin des années 1970 en Espagne et avec la place que l’État octroie à ces subjectivités homosexuelles, les communautés catalanes, basques également, constituent des sujets particulièrement intéressants pour autant qu’ils sont éliminés de l’histoire de la démocratie espagnole pour une série de variables consubstantielles: le genre, les sexualités, la classe, le territoire et, pour certains, la langue. La régulation des possibilités de leur énonciation dans l’Espagne post-franquiste n’invite alors pas tant à naturaliser à nouveau une “nation” catalane ou basque, mais à concevoir comment des communautés éthiques se composent historiquement dans des processus de différenciation contextuels et contingents. Pour les appréhender, il a été soutenu qu’un regard post-national, inspiré des débats ouverts par les études post-coloniales prenant les territoires européens pour objet, permet de défaire les subjectivités historiques des sujets institués au présent pour concevoir ou imaginer les mondes passés : les “modernités multiples” travaillent les territoires européens, et ici, l’avènement conflictuel de l’État postfranquiste et de sa communauté de référence. Lorsqu’elles émergent, ces subjectivités sexuelles catalanes contestent l’ordre moral qui supporte l’institutionnalisation de l’État postfranquiste : plutôt qu’au récit d’une inclusion démocratique, elles permettent d’inscrire la démocratisation de l’Espagne dans une perspective globale, dans une histoire des “citoyennetés post-coloniales”, organisées depuis les années 1970 non pas autour d’une inclusion multiculturelle mais d’une exclusion hors de contours sociologiques et moraux -ceux-là parfaitement contextuels- des communautés des pays du capitalisme mondialisé. Cette perspective permet de faire émerger de nouvelles descriptions des subjectivités du passé récent espagnol.

La célébration du sixième anniversaire des Vêpres siciliens de 1882 et le conflit entre l’idée d’autonomie et de nation dans la Sicile post-unitaire

Darío Lanfranca (Université Paris 8)

31 mars 1882, célébration du VI anniversaire des « Vespres », réinvention du « Vespro » vingt ans après l’unification italienne. Participation d’intellectuels et d’hommes politiques. Geovani Berga montre son non adhésion à l’anniversaire. Comme Berga, beaucoup d’intellectuels siciliens ne veulent pas y participer. Nation/Autonomie dans un conflit rhétorique face à l’Etat italien dominé par la droite historique italienne. Médiation et compromis historiques entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux. Les « Vespre » sont très connues à l’époque de la célébration. Le récit des « Vespres » siciliennes reste entre le mythe et l’histoire. Le contexte international  est marqué par l’occupation française de la Tunisie en 1880.  Le Contexte national  montre un pouvoir central qui rencontre beaucoup de difficultés dans le maintien de l’ordre public en Sicile. La célébration du 31 mars 1882 est le reflète des tensions politiques entre le nouvel état et une culture politique autonomiste. A l’occasion, Giuseppe Garibaldi réalise son dernier voyage en Sicile. Sa présence et la continuité historique assumée avec le « Risorgimento » structurent une critique indirecte de la politique de Cavour et le gouvernement italien, la Destra historique. Pour les « notabili » siciliens, l’arrivée de la gauche au pouvoir, incarnée par Crispi, a été possible grâce aux bulletins siciliens. La commémoration propose une mémoire unifiée du « Vespro » et du « Risorgimento » avec le but de gagner le soutien politique des « notabili » siciliens. Les racines culturelles de la célébration se trouvent dans la frustration de la Constitution de 1812; la relecture du mythe proposée par Michelle Amari en 1842 (relecture du mythe des « Vespre » à partir d’un romantisme historique qui souligne l’origine populaire de la révolution. Cette origine est liée téléologiquement au peuple sicilien du XIXe siècle. L’usurpateur ancien est assimilé à l’usurpateur moderne. Michelle Amari, même s’il n’y participe pas, reçoit un hommage personnel pendant la célébration de 1882); la fondation en 1863 de la Società siciliana de istoira patria fondée en 1863 à Palerme (la plus part de ses membres participent à l’organisation de la commémoration de 1882); et, enfin, depuis les années 1860 le développement d’une idéologie autonomiste/régionaliste et des recherches historique autonomistes sous l’influence « national-autonomiste » (Isidoro Lamunia, « gloire nationale », Histoire municipale, histoire sicilienne, Giuseppe Pitré, Salomono Marino,…, Enquêtes parlamentaires, récupération de la mémoire nationale). En 1875, la municipalité de Palerme propose l’organisation de la célébration et crée un comité d’organisation. En 1882 il y a une importante publication de documents ainsi que d’un recueil de traditions populaires. Processus de légitimation des élites dirigeantes siciliennes à travers la réélaboration politique des mythes anciens et modernes et autour d’une politique de compromis des élites siciliennes avec l’Etat à partir d’un régionalisme conservateur. Construction d’une mémoire unitaire à partir de la mémoire régionale. Culture politique « pactiste » des élites siciliennes constituée au long de l’histoire. Le 31 mars 1882 marque la naissance de nouveaux rapports entre le nationalisme et l’Etat, la région de Sicile et l’Italie. C’est le début d’un processus qui débouchera sur le Statut d’administration régionale de 1947

L’empire et l’outremer dans la construction et l’affirmation de la nation au Portugal (XIXe-XXIe siècle)

Yves Léonard (Sciences Po./L.E.R.)

Le rapport à l’autre, le rapport à l’outre-mer. La quête d’un nouveau Brésil, construction d’un imaginaire national centré sur l’Empire d’outre-mer. Référence continuel à la grandeur et l’âge d’or.

Cadre chronologique XIXe-XXe siècle autour des deux traumatismes :

  • Guerres napoléoniennes et départ de la famille royale au Brésil
  • La chute de l’empire colonial (1974-1975)
  1. Deuxième moitié du XIXe siècle : la quête d’un nouveau Brésil dans la construction nationale

Crise de la conscience nationale après l’indépendance du Brésil. En 1820 le roi retourne au Portugal. Constitution d’un processus de fédération des élites portugaises autour d’une renaissance nationale qui débouche sur le développement de la connaissance et du contrôle des colonies africaines (1870-1880, premières explorations) et un discours de Régénération nationale. Proposition d’un récit national autour de l’héroïsation des « Navigateurs » de l’Age Moderne. Pendant le dernier quart du XIXe siècle se structure un discours commémoratif autour des figures de l’Infante Henrique O Navegador, Vasco de Gama et Camöes, qualifié comme poète national. Construction de l’imaginaire national, construction mémorielle, création d’une mythologie et d’un récit d’avenir parallèlement à la construction d’un empire en Afrique de l’Angola au Mozambique.

  • 1880, III Centenaire de la mort de Camöes
  • 1894, V Anniversaire de la naissance d’Henrique O Navegador
  • 1898, IV Centenaire du premier voyage aux Indes de Vasco de Gama

En 1890, la crise de l’ultimatum britannique est le détonateur d’une crise d’identité, de la conscience nationale, qui marque les élites portugaises : le Portugal ne peut être un grand pays sans une présence effective en Afrique. Cette crise est vécue comme un traumatisme face à la réalité internationale et l’impossibilité d’avoir un territoire continu d’est à ouest dans le continent africain. Cette crise s’amplifie avec la crise politique de la famille royale des Bragança et la monté d’un républicanisme qui reprend le discours outre-marin.

  • 1890, Campagne de « pacification » en Afrique sous le commandement de Mouzinho de Albuquerque
  • 1895, Bataille de Coolela, dans la mémoire collective elle représente un moment de gloire du récit national
  • 1ère Guerre mondiale, intervention du Portugal pour défendre ses colonies africaines à côté des Alliés.

       2. 1930-Etat nouveau Salazariste : nationalisme d’Empire autour de la « grandeur »

Le régime salaraziste intègre les revendications autour du rêve africain. Le nationalisme impérial comme clé de voûte du discours légitimateur du régime. La grandeur de la Nation fait partie de la propagande officielle : « Le Portugal n’est pas un petit pays ». Réinterprétation du mythe sebastianiste (Histoire du roi Sebastian, 1578) à partir d’une utilisation complexe à travers la figure du saveur, c’est-à-dire Salazar incarné dans la figure du sauveur du Portugal.

  • 1940, Commémoration des Centenaires, Exposition du Monde Portugais : mise en scène du récit national salazariste

    3. 1950-1960, « Le Portugal est un pays du Minho au Timor » : le Portugal, pays pluri-                      continental, disparaitrait avec la perte de l’empire colonial

Le début de la décolonisation oblige au pouvoir salazariste à chercher un nouveau discours légitimateur de la présence et la domination portugaises en Outre-mer. En 1950, on parle des provinces d’outre-mer comme un ensemble de provinces outre-marines toutes portugaises. Structuration d’un discours juridico-idéologique appelé « lusotropicalisme » : légitimation historique du Portugal grâce au métissage. Gilberto Freyre, sociologue brésilien, à la demande du régime salazariste, construit discursivement une mystique luso-chrétienne de la colonisation en s’appuyant sur un discours « scientifique » autour des travaux d’historiens, géographes, ethnologues, sociologues.

  • 1960, Commémoration du V anniversaire de la mort d’Henrique O Navegador et reconstruction à Lisbonne du Monument des Découvreurs-Navigateurs
  • 1961, début des guerres coloniales. Pour le pouvoir salazariste est l’« ultime croisade en défense de la civilisation occidental »

Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité

Laura Fournier (Université Paris 8)

Le besoin d’histoire et de reconstruction historique est inhérent à tout moment de fondation. La fin du XIXe siècle en Italie est marquée par la volonté de poursuivre la construction de l’Etat libéral né en 1861 et par la nécessité toujours présente de «faire les Italiens», tandis qu’en même temps on assiste à la constitution de partis politiques «ouvriers» (radicaux, républicains et socialistes). La société italienne commence à entrer dans l’ère des masses propre au XXe siècle, et le problème de leur « nationalisation » (Mosse, 1975) par le biais d’une pédagogie nationale est un des premiers objectifs des hommes politiques et des intellectuels « organiques » (selon l’expression de Gramsci, c’est-à-dire des intellectuels constructeurs et organisateurs de culture). 25 ans après la conquête de Rome par les armées du roi d’Italie, la fête du 20 septembre 1895 représente un des grands moments de célébration de l’Unité italienne, et surtout un grand moment de construction du mythe de Rome pour l’Italie (Chabod, 1951 ; Treves, 1962 ; Caracciolo, 1996, MEFRIM 1997).

Communication Laura Fournier

La construction de la nation au XIXe siècle dans le théâtre patriotique: les invariants d’un processus de définition identitaire

Marie Salgues (Université Paris 8/CREC-Paris 3)

En partant du constat quelque peu étonnant que certains auteurs de pièces patriotiques, à l’heure d’exalter leur patrie, choisissent de recopier les pièces écrites par d’autres, pour louer d’autres patries, éventuellement une patrie ennemie, la communication cherche à dégager les invariants qui pourraient permettre une telle circulation. Cette recherche fait surgir un second paradoxe : le fait que ce théâtre, dont la date de naissance est très précisément fixée pour l’Espagne (mais aussi pour chacun de ses voisins européens), paraît très – trop – semblable à la production qui l’a précédé, ce qui porte atteinte au caractère radicalement nouveau du genre. Il apparaît en réalité que c’est le public qui assiste à la représentation qui fait de ces pièces un théâtre patriotique véritablement nouveau, en cela que ce public n’est plus, à l’instar du Peuple de l’État National, « la somme fortuite de tous les sujets d’un État » mais qu’il « ne fait qu’un avec la Nation » et qu’il se voit « comme une communauté politique » (Hagen Schulze). C’est par sa réception, et sa réception par la Nation, que le théâtre patriotique existe.

communication-marie-salgues

« Apprendre à aimer la patrie » : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines

Dalila Chine-Lehmann (Université Nanterre Paris-Ouest/CRIIA)

Cette communication portait sur le rôle joué par les cérémonies civiques dans l’intériorisation du sentiment patriotique au Mexique. Après avoir rappelé brièvement les grandes lignes de la fabrique du discours et de l’iconographie patriotique dans les manuels scolaires gratuits édités par le Ministère de l’éducation nationale depuis les années soixante, il s’agissait de démontrer que cet amour patriotique nécessitait un travail d’intériorisation qui pouvait se réaliser au moyen de différents apprentissages. Afin d’ancrer l’amour pour la patrie chez les écoliers, l’État mexicain met en œuvre certaines techniques de « revitalisation ». C’est ainsi que les leçons des manuels scolaires, qui constituent le volet théorique de cet apprentissage, sont complétées par les cérémonies civiques, qui ont lieu chaque lundi matin dans les écoles mexicaines et qui en constituent leur volet pratique. Celles-ci sont comme une mise en acte, comme une mise en musique des leçons de l’histoire. L’enfant apprend durant sa scolarité à chanter l’hymne national, à vénérer son drapeau ou encore à exalter son affection envers sa patrie. Ces cérémonies civiques sont l’opportunité d’examiner comment, à travers un rituel bien défini, l’État mexicain inculque un système de valeurs destiné à structurer moralement le groupe afin que ses futurs citoyens puissent se sentir appartenir à une communauté unie, « imaginée » mais surtout institutionnalisée. Les cérémonies civiques visent à s’assurer de la loyauté des futurs citoyens envers leur patrie. Ces derniers sont amenés par un travail de répétition hebdomadaire, par des gestes synchronisés, à partager les mêmes idéaux et les mêmes valeurs qu’impose l’État. Sachant que la loyauté envers la patrie doit faire l’objet d’un travail constant de construction et de répétition, craignant par ailleurs que la patrie « ne tombe dans l’oubli », les autorités éducatives ont synchronisé ce rituel avec l’enseignement patriotique théorique. Elles adoptent le modèle d’une « religion civique » en mettant en place des règles et en ordonnant le temps cérémoniel. Si chaque lundi, lors de ces cérémonies civiques, les enfants sont rassemblés sur le pourtour de la cour de l’école, c’est tout d’abord pour y commémorer une entité suprême et invisible. Les honneurs au drapeau ne sont rien d’autres que la manifestation visible de l’amour pour cette entité. Ils donnent à voir une dévotion institutionnelle pour la patrie, ils servent de relais à la mémoire collective et ils inscrivent le temps national dans le temps scolaire. Grâce aux cérémonies, l’école saisit une nouvelle opportunité de féconder les jeunes esprits de la graine patriotique. La répétition hebdomadaire des honneurs rendus au drapeau permet que cet amour « légal » soit perçu comme un amour « inné ». Les cérémonies sont fortement codifiées : elles règlent les rapports que doivent entretenir les différents participants ; elles inculquent un savoir-être et un savoir-faire, un savoir « faire corps » avec la patrie. La rigidité des rituels civiques et leur caractère répétitif parviennent ainsi à façonner des automatismes sentimentaux.

La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale. Les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004)

Paola Diaz (EHESS)

La communication propose l’analyse d’une situation de conflits publics autour des crimes  du passé (acteurs, situations, valeurs) dans une dynamique politique qui va de la négation des crimes à leur reconnaissance. Médiations symboliques proposées par les pouvoirs démocratiques: préfiguration des médiations symboliques à travers la revendication des associations de familles de disparus. Traduction des revendications des associations des familles des détenus disparus (vérité, justice, mémoire). Vérité pour la justice : préfiguration d’un autre type de vérité

1990 : le problème de la vérité est institutionnalisé. Statut de la vérité :

  • variation dans le régime d’expérience publique
  • vérité pour la réconciliation générale, pas individuelle : réconciliation nécessaire
  • vérité en tant qu’une Nation réconciliée plutôt qu’une justice pénale : « un Bien du Chili »
  • vérité dans le consensus comme réponse à un conflit public

1998 : forme accord ou négociation politique où les crimes ont été pris en charge par la justice

1999 : « Table ronde de dialogue sur les droits de l’homme » (Gouvernement Frei)

Victime                                                             Bourreau

Avocats des victimes                                 Représentant de l’Armée

Deux places au lieu de trois : juge, victime, accusé

2001 : publicité des comptes rendus de la table ronde

  • reconnaissance des faits par l’Armée même si les militaires n’avaient pas l’intention de reconnaitre les faits
  • reconnaissance des faits par l’Armée en indiquant les endroits où les disparus ont été jetés dans la mer
  • tort à la réalité et à la morale car il est impossible de connaitre le récit complet des disparus et de récupérer les corps

         Scénario typique des médiations symboliques

           Demandes de la droite chilienne et de l’Armée

       Gouvernement

      Associations de victimes

Contrôle de la situation de conflit/Tentative de réponse aux exigences de vérité des victimes/Politique de vérité non productive

2003, Variations du scénario général (Gouvernement Lagos) : « Pas de lendemain sans passé »

  • Commémoration du XXXe anniversaire du coup d’état du 11 septembre 1973
  • Enquête sur les crimes de torture

           Fin des procès  ——  Gouvernement —— Demandes des associations

DON CONTRE DON  ———— Médiation de réconciliation

Construction d’une mémoire officielle : nouveaux personnages publics

Forces Armées :

  • demande de mettre un point final aux procès entre 6 mois et 2 ans. Ils acceptent les jugements mais pas leur application.
  • demande de réconciliation nationale
  • menace d’intervention militaire/coup d’état

Torture :

  • nouvelle configuration, nouveaux problèmes, nouveaux visages, nouveaux protagonistes
  • récit des vivants

Discours officiel :

  • transposition de la douleur des torturés dans le corps de la Nation
  • incorporation des bourreaux dans l’unité des sentiments partagés dans un corps collectif
  • le corps collectif inclue les victimes et les bourreaux dans le récit national autour d’une douleur partagée

Séance Séminaire ALHIM du 29 janvier 2016 « Penser la race au XIXe siècle (Italie, Espagne, Bolivie) »

Séminaire ALHIM

Penser la race au XIXe siècle  (Italie, Espagne, Bolivie)

Afficher l'image d'origineJorge González Camarena, Las razas y la cultura, 1964

Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8 et Paris 3

penser la race janv 2016(1)

Le racisme antiméridional au XIXe siècle: l’Italie « barbare »
Ernesto de Cristofaro (Université de Catane)

Cesare Lombroso étudie la médecine à Padoue, Vienne et Pavie et prend la direction de l’asile d’aliénés de cette dernière ville à partir de 1864. En 1862, il vit, en tant qu’officier sanitaire, l’expérience de la répression du brigandisme dans le sud de l’Italie. En 1876 parait L’Uomo delinquente dans lequel il défend la thèse selon laquelle la « délinquance » serait nettement plus fréquente chez certaines personnes porteuses de caractéristiques physiques, ce qui démontrerait le caractère inné de certains comportements. En 1898, Lombroso publie à nouveau In Calabria, une analyse du retard socio-économique de Calabre. Dans la première version de 1862, l’auteur avait déjà abordé la question du caractère bio-somatique de la population calabraise, sa pathologie physique et son comportement. Lombroso avance la thèse que les coutumes antihygiéniques des Calabrais avaient leur origine dans la période de l’occupation espagnole de l’ile.

En 1865, la Gazzetta medica italiana soutient l’idée que dans chaque ville existe une typologie criminelle précise. La race est abordée comme un facteur important de la criminalité. Celle-ci serait aussi la conséquence d’une transmission héréditaire. Cependant, l’analyse ne propose pas une contraposition entre le Nord et le Sud de l’Italie : le crime aurait partout des causes semblables.

A la fin du XIXe siècle Alfredo Niceforo publie La delinquenza in Sardegna (1897), L’Italia barbara contemporanea (1898), Italiani del Nord e Italiani del Sud (1899-1901). Ces écrits soutiennent la thèse de l’existence d’une région de délinquance, d’un lien entre le lieu et la criminalité. Théorie de l’évolutionnisme contre la théorie de l’atavisme : différences entre le Nord et le Sud, ce sont deux pays considérés comme opposés. Structuration d’un discours anthropologique : la population du Nord est arienne (Germanique) et celle du Sud est méditerranéen (Latine). La preuve de cette proposition serait la forme différente du crâne entre les Italiens du Nord et ceux du Sud présentée comme un facteur invariable. Conclusion : les gens du Sud, qui ont un retard moral et un retard éducationnel, sont une race inférieure par rapport aux Italiens du Nord. Les Italiens du sud ne sont pas faits pour le progrès, ils font partie d’une civilisation qui va vers la mort. Ces propositions montrent une fracture de civilisation à l’intérieur de la Nation italienne et la Cerdagne est un exemple paradigmatique.

En 1904 Marco Levi Bianchini publie Superstizioni, terapia empirica nella race calabresa. En 1898, Napoleone Colajianni répond aux attaques contre la « race maudite ». Pour Colajianni la thèse de Niceforo est un instrument de politique coloniale. Il critique les thèses de l’école positiviste et souligne que ce sont les causes sociales qui sont à l’origine de la criminalité. Pour Colajianni les thèses officielles de l’école positiviste porteraient en elles un grave danger qui peut déboucher sur la solution militaire, la seule réponse aux problèmes raciaux soulevés par Alfredo Niceforo.

L’anthropologie criminelle et les thèses de Lombroso et de Niceforo ont une fonction politique : reconnaitre « scientifiquement » les éléments qui peuvent décrier un mouvement politique.

L’émergence du mythe de la Raza hispana au XIXe siècle : un racialisme hispanique ?
David Marcilhacy (Université Paris-Sorbonne/CRIMIC)

Le concept étudié est celui de la « raza española/hispánica ». Il a été structuré discursivement pendant la deuxième moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle. C’est un concept à géométrie variable, un concept ethnoculturel qui propose un modèle de civilisation autour d’une famille de peuples de racine ibérique. La proposition analytique se développe autour des concepts de racialisme et de racisme, de la transposition de la question physique à la question culturelle et moral.

Le contexte historique

La période des Indépendances et des postindépendances, ainsi que l’expansionnisme étasunien des années 1840 et le discours de la « Young America », affirment une mise en question de la légitimité de la présence espagnole en Amérique latine. Cette période débouche sur la reconnaissance des nouveaux états américains par la Monarchie espagnole. Parallèlement, certains intellectuels européens développent un discours qui se structure autour d’une rivalité raciale. Dans la description de son voyage en Amérique latine, Humboldt souligne l’existence d’une opposition de la race hispanique et la race germanique. La race espagnole, dérivée de la race latine, décadente et en régression serait menacée par l’expansionnisme des races dominantes du Nord.

La race hispanique et le panhispanisme

Dans la période 1840-1860, l’Espagne dépasse au fur et à mesure le traumatisme du résultat des guerres d’Indépendances. Les élites espagnoles lancent une campagne d’opinion et un programme de convergence culturel et économique dans plusieurs revues culturelles comme c’est le cas de la Revista española de Ambos Mundos. C’est dans les années 1850 que les termes « raza hispánica » et panhispanisme commencent à occuper le champ intellectuel et politique espagnol. Le discours se structure à partir des concepts de civilisation, progrès et universalisme. Les écrits de Altamira, Castelar et Cánovas, à partir d’une dialectique d’affrontement entre la race latine et la race germanique/anglo-saxonne, proposent une utilisation du terme « race » comme un concept empirique et pas scientifique, comme le héritage directe de la religion catholique et de la culture et la langue espagnoles. Ils prônent l’unité de l’Amérique hispanique à partir d’une fraternité hispanique, une confédération morale, nécessaire pour faire face au « Colosse du Nord ». Ce discours montrait la crainte de voir disparaitre la race espagnole comme le résultat de la dislocation de l’Empire colonial espagnol. Pour les intellectuels et les diplomates des jeunes nations-état latino-américaines, l’ascendance hispanique était le lien direct avec la culture européenne et la preuve de leur appartenance aux peuples civilisés.

La construction discursive de la race espagnole est en rapport à la modernité et à la tradition. Le panhispanisme propose une inclusion dans la modernité à partir d’un processus de progrès et de civilisation. Il se structure autour de bloques culturels définis en termes de civilisation et pas en termes raciaux. C’est une proposition identitaire sans connotations biologiques. Cependant, cette vision du panamericanisme peut être mise en question par rapport à l’absence des populations indiennes, métisses et noires dans la proposition civilisatrice de la race espagnole ou hispanique. Cette absence, n’est-elle pas une conception de supériorité raciale en soi ?

 Place et rôle de la « race indigène » dans le projet bolivien de «régénération nationale» (1898-1925)
Françoise Martinez (Université de La Rochelle/CRHIA)

En 1898 les libéraux arrivent au pouvoir. Ils font une analyse du pays et leurs conclusions structurent un discours autour de l’idée d’un pays fragilisé :
– Fragilité territoriale : manque de contrôle de l’Etat sur l’ensemble du territoire national
– Fragilité économique
– Fragilité ethnique

Le premier recensement général de la République fut ainsi lancé le 1er septembre 1900, et ses résultats définitifs publiés deux ans plus tard. Ce furent donc les libéraux qui procédèrent à ce recensement national l’année qui suivit leur arrivée au pouvoir, afin de pallier un certain nombre de carences d’informations sur la réalité géographique, économique, et humaine du pays. Le recensement est présenté par le pouvoir bolivien comme une démarche scientifique. Cette enquête de population est construite autour d’un classement racial divisant les Boliviens entre ceux de race blanche, de race indigène, de race criolla (inférieure à la blanche mais supérieure à l’indigène) et de race noire.

La Bolivie est définie comme une Nation indigène en retard, mais quelle est la raison de ce retard ? A partir de cette question, l’élite dirigeante se questionne sur la place de l’autre, du rural, de celui qui n’est pas citoyen, c’est-à-dire la place de l’Indien dans la société bolivienne de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Les conclusions de cette analyse de la « réalité » du pays, mènent les libéraux boliviens à considérer que le retard de la Bolivie est dû à une race indigène réfractaire au progrès. La solution pour affronter ce problème et pour régénérer la race est la constitution, et la mise en place, d’un projet de régénération éducatif qui devrait amener à la « desindianisation » du pays.
En 1899, les écoles primaires boliviennes étaient divisées en écoles publiques, municipales, paroissiales, privées et techniques (« Salesianas »). Le projet de régénération est structuré à partir des emprunts au positivisme, à l’idée de progrès, au darwinisme social et à l’évolutionnisme de l’époque. Ce projet propose l’éducation comme le remède contre la dégénération de l’Indien à partir d’une régénération spécifiquement éducative.

La mise en pratique de ce projet doit être menée à bien par un système éducatif sous le contrôle de l’Etat. En 1909 le gouvernement bolivien engage le pédagoge belge Georges Rouma pour organiser la première Ecole Normale d’Enseignants à la ville de Sucre. L’éducation se présente comme l’instrument clé de la modernisation et de l’unification de la Bolivie, c’est-à-dire la « desindianisation » du pays : l’Indien est considéré comme un néant de culture.

Le blanchissement culturel est envisagé à travers deux types d’écoles pour deux types d’Indiens :

– Les missions religieuses pour les Indiens non soumis de l’Orient
– Les écoles ambulantes pour les Indiens de l’Altiplano et des vallées

Le tournant du siècle voit le glissement du débat de l’assimilation de l’Indien à sa différentiation. Franz Tamayo prône l’adaptabilité de l’Indien et explique sa corruption culturelle à cause du projet civilisateur libéral. Face à cette vision des choses, Felipe Segundo Guzmán soutient l’idée de « remodelación » de l’Indien.

En 1910 a lieu une mission anthropomorphique organisée autour de nouvelles questions sur l’élément Indien au sein de la nation bolivienne. Désormais l’Indien est approché « scientifiquement » comme un être spécifique qui doit être régénéré par l’éducation physique et la transformation de ses caractéristiques physiques. Cette préoccupation physique, mais aussi esthétique, veut mener à bien une transformation des Indiens vers un idéal physique et esthétique représenté par l’image que les élites boliviennes ont du peuple suédois. Malgré sa régénération, l’Indien serait, dans ce cas, un citoyen passif, sans la possibilité de jouer un rôle dans la politique et les affaire publiques de la Bolivie.

 

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2015-mai 2016)

Affiche histoire et m__moire oct 2015 (2)

Affiche histoire et m__moire oct 2015

Séminaire ALHIM
Amérique Latine Histoire et Mémoire
(novembre 2015-mai 2016)

Vendredi 27 novembre 2015 – Journée d’études ALHIM

Continuités et permanences dans le processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Jeudi 3 et Vendredi 4 décembre 2015 – Colloque International co-organisé avec GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Jeudi 3, Université Paris Ouest-Nanterre, Salle de Conférence, Bât. B/Vendredi 4,Université Paris8, Salle La coupole

Vendredi 29 janvier 2016 – Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Penser la race au XIXe siècle dans l’espace atlantique (Bolivie, Espagne, Italie)
Françoise Martinez (Université de La Rochelle), David Marcilhacy (Université Paris-Sorbonne-Paris IV), Ernesto de Cristofaro (Université de Catane)
Horaire : 14h30-17h00 Lieu: Maison de l’Italie 7 A, boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 3 mars 2016- Présentation du livre

Argentine. Mémoires de la dictature
Auteure : Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie)
Discutante : Natalia Molinaro (Université Paris 8)
Horaire : 19h00-20h30 Lieu: Maison de l’Argentine, Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 7 avril 2016Séance sur le Pérou contemporain (Séance annulée)

Vendredi 13 mai 2016 – Journée d’études co-organisée avec ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Former la nation : historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et Amérique latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Colegio de España, Cité universitaire, 7E Boulevard Jourdan, 75013 Paris

flyers histoire et m__moire oct 2015

prog (2)

Xavier Tabet, Enrique Fernández Domingo (sous la direction), « Littérature, nation et identité en Europe et en Amérique (XIXe/XXe siècles) », Paris, L’Harmattan, 2013

 

Xavier Tabet, Enrique Fernández Domingo (sous la direction), Littérature, nation et identité en Europe et en Amérique (XIXe/XXe siècles), Paris, L’Harmattan, 2013

Ce recueil s’articule autour des rapport entre littérature, construction politique de la Nation et identité nationale en Europe et en Amérique latine. Les auteurs s’interrogent sur l’existence de caractères nationaux des littératures et cultures européennes et américaines. Ils présentent ainsi un ensemble de conceptions et de paradigmes forgés au cours du XIXe siècle que le nationalisme s’appropriera par la suite.