Archives du mot-clé Péronisme

Publication : Formation, héritages et reconfigurations du péronisme en Argentine de 1943 à nos jours

Journnée Peronisme

Cette publication est le résultat de la  journée d’études franco-argentine Formation, héritages et reconfigurations du péronisme en Argentine de 1943 à nos jours organisée par l’ED Pratiques et théories du sens (Université Paris 8) en partenariat avec l’ED 122 (Université Paris 3) qui a eu lieu à l’Université Paris 8 le 14 avril 2015. L’ensemble des articles est le résultat de la recherche actuelle en France et en Argentine, après d’importants renouvellements historiographiques. Cette publication s’inscrit dans une perspective à la fois interdisciplinaire et comparatiste grâce aux contributions relevant des sciences humaines et sociales (histoire, science politique, philosophie, sociologie, géographie, etc.) et proposant des éclairages de types comparatistes sur les régimes dits    « néo-populistes » en Amérique latine.

Pour être tenu au courant de la suite des projets du groupe de travail, vous pouvez écrire aux organisatrices: irene.favier@gmail.com, luciaabe@yahoo.com.ar et hemeury.lucie@gmail.com

 ARTICLES

Thèmes, cas et problèmes dans l’historiographie du premier péronisme

Mariana Garzón-Rogé

Instituto Ravignani-Universidad de Buenos Aires/Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas

e-mail : mariana_garzonroge@yahoo.com.ar

Le texte révise quelques tendances générales de l’historiographie du premier péronisme et réfléchit autour d’elles. L’article mentionne les principaux thèmes et cas et propose un parcours des possibilités de normalisation, de synthèse et de comparaison. Sans offrir un panorama exhaustif, cette étude essaye d’orienter les lecteurs dans la très vaste bibliographie existante relative à ce phénomène historique qu’est le premier péronisme, spécialement celle produite ces dernières années.

Mots-clés : premier péronisme, Argentine, historiographie, bilan

Axes de recherche : histoire du péronisme, histoire des pratiques des péronistes, identifications et sens de l’expérience péroniste

Texte complet : Article Mariana Garzon Rogé-1

« Siempre he pensado en un pueblo de deportistas ». La politique sportive péroniste (1946-1955)

Lucie Hémeury

Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle (IHEAL-CREDA)

Si la bibliographie consacrée au péronisme compte des milliers de titres, peu de chercheurs se sont intéressés à la question du sport et à la politique sportive menée par le gouvernement péroniste entre 1946 et 1955. Pourtant, cette période est restée dans les mémoires argentines comme un « âge d’or » du sport argentin, rendu possible grâce au soutien sans précédent de l’État. Cet article cherche à analyser les objectifs poursuivis par le régime péroniste à travers cette politique sportive et les moyens utilisés pour la mener à bien. La promotion de la pratique sportive à l’ensemble de la population s’intègre au processus de « démocratisation du bienêtre » à l’œuvre sous le péronisme et à l’ensemble des conquêtes sociales garanties aux travailleurs par Perón. Pour cela, le Conductor a recours aux institutions sportives existantes mais aussi à des créations péronistes originales afin d’assurer l’accès au sport aux jeunes et faire des athlètes de haut niveau des ambassadeurs de la Nueva Argentina à l’étranger. Mais cette intervention de l’État dans le sport pose aussi la question de l’instrumentalisation politique des sportifs et de l’embrigadement de la population par le biais du sport, qui fait toujours débat parmi les spécialistes.

Texte complet : Article Lucie Hémeury politique sportive péroniste

Mots-clés : histoire culturelle, péronisme, Argentine, sport, politique sportive

Thèmes de recherche : histoire politique et culturelle, histoire du premier péronisme, histoire du sport

Les espaces académiques de la philosophie: continuités et ruptures dans l’université (1943-1952)

 Lucía A. Belloro

CREDA, UMR 7227, IHEAL – Paris III, Sorbonne Nouvelle

Cet article vise à faire un état des lieux de l’impact du péronisme dans l’université sur le parcours de formation de Philosophie. Il s’agira dans ce travail de faire ressortir les continuités et les ruptures dans la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Buenos Aires entre la période immédiatement préalable à l’arrivée du gouvernement de Perón et le premier gouvernement péroniste.

Texte complet : BELLORO JED ALHIM revu

Mots-clés: Argentine, péronisme, université, philosophie

Entre ouvriers et intellectuels : l’expérience des premières années de l’ATEP, 1949-1955

Antonio Ramos Ramírez

Université Bretagne Sud, Lorient/Universidad Pablo de Olavide, Séville

En el contexto de creación e impulso de nuevas entidades sindicales, los docentes de Tucumán recibieron la atención del peronismo provincial a través de la creación de la Agremiación Tucumana de Educadores Provinciales (ATEP), a fines de 1949. Esta organización agrupaba a los docentes de enseñanza pública primaria de pendientes del sistema educativo provincial y se convirtió, con el paso de los años, en una de las más importantes organizaciones de trabajadores en la provincia. En el presente trabajo se pretende arrojar luz sobre los primeros años de la agremiación, durante los cuales la actividad sindical quedó en un segundo plano en relación a las preocupaciones por conseguir la estabilidad institucional, al tiempo que se trataron de evitar los conflictos con el gobierno local. Sin embargo, las tensiones entre la dirigencia sindical y la base militante pusieron de manifiesto que la estructura presentaba, ya desde sus inicios, fracturas internas motivadas por las diferentes posturas que convivían en la organización.

Texte complet : Ramos_Article ATEP JED péronisme-1 Je remercie Dorothée Cochin, Moira Cristiá, Joël Delhom et Lucie Hémeury pour leurs lectures et commentaires sur la première version du texte.

Péronisme, libération et contre-hégémonie. Politiques culturelles néo-péronistes au début des années 1970

Moira Cristiá

ATER Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle/Post-doctorante associée CERMA/Mondes Américains

e-mail: moicristia@gmail.com

Après 18 ans de proscription, le retour du péronisme au pouvoir en mai 1973 entraîne aussi bien un enthousiasme assez généralisé qu’un élan de transformation des politiques menées jusque-là. La culture, et surtout la plus imbriquée dans les traditions locales, est mise en avant dans ce nouveau projet de pays mené par l’équipe idéologiquement hétérogène du gouvernement d’Hector Cámpora. Afin d’explorer le rapport entre culture et politique dans un climat international troublé, cette communication revisite certains des projets formulés et mis en place dans les domaines de la culture et de l’éducation en vue de la « libération ». De quelle manière les politiques culturelles mettent-elles en évidence une continuité ou une rupture par rapport au péronisme classique ? Comment le projet culturel lancé exprime-t-il une idéologie et une logique de pouvoir ? Nous abordons tout particulièrement divers aspects des politiques appliquées aux universités sous la nouvelle gestion. En tant qu’expression d’une affirmation de l’éducation comme voie vers la « libération », l’agenda institutionnel est établi en articulation avec les secteurs populaires, en donnant une nouvelle orientation à l’action culturelle. Cette démarche nous permettra de parvenir à certaines réflexions quant à la conception de la culture dans une nouvelle stratégie de pouvoir.

Texte complet : Article Moira Cristia

Mots-clés : Argentine, péronisme, politiques culturelles, contre-hégémonie, tiers-mondisme, libération

Axes de recherche : histoire et images, culture visuelle, histoire des sensibilités et représentations visuelles

Le refondationnalisme post-péroniste. Du mythe de la « table rase » à l’instauration d’une « sur-mémoire »

Morgan Donot

CREDA CNRS-UMR 7227/Paris 3-Sorbonne Nouvelle

e-mail : morgandonot@yahoo.fr

Nous avons ici choisi d’analyser la mise en scène de la thématique du passé dans les discours de Carlos Menem (1989-1995) et de Néstor Kirchner (2003-2007), en nous centrant, plus particulièrement, sur la révision du passé en lien avec la dictature militaire (1976-1983). Nous nous intéressons donc à la mémoire telle qu’elle a été récupérée par ces deux hommes politiques, aux événements sur lesquels ils ont choisi de mettre l’accent ou, au contraire, qu’ils ont délibérément mis de côté, dans leur volonté de rassembler tous les Argentins autour des mêmes valeurs. Pour mener à bien ce travail, dans un premier temps, nous portons attention à ce que l’on a appelé l’instauration du mythe de la « table rase » chez Carlos Memen. Puis, dans un second temps, nous analysons la manière dont Néstor Kirchner a installé une politique de « sur-mémoire » dans l’Argentine du début du XXIe siècle. Cela nous permet de mettre en exergue les deux voies qui ont été proposées à la société concernant le sens à octroyer au passé, au présent et au futur de l’Argentine.

Texte complet : Morgan Donot – ALHIM

Mots-clés : refondationnalisme, passé, mémoire, Carlos Menem, Néstor Kirchner

Axes de recherche : populisme et discours populiste, discours politique, leadership, mémoire et oubli, représentations, imaginaires

Les internes dans le péronisme (1988-2015) : vers un processus d’institutionnalisation ?

Dario Rodriguez 

Docteur associé au CERI/Sciences Po

e-mail : dario.rodriguez@sciencespo.fr

Malgré la crise de représentation partisane et la fragmentation profonde du système partisan, le péronisme demeure la principale force politique de l’Argentine. Cependant, cette place privilégiée ne doit pas occulter le processus de transformation qui a marqué ce parti politique pendant les dernières décennies. La transition à la démocratie et la mutation de la représentation ont déterminé spécifiquement ce processus. Dans ce cadre, l’établissement d’un nouveau modèle de sélection des candidats dans le péronisme se révèle comme une dimension d’analyse centrale. En effet, cette dimension a non seulement été cruciale du point de vue de la nomination des leaderships péronistes, mais elle a aussi mis en lumière la relation de cette force politique avec les normes et les procédures qui organisent la dynamique électorale en Argentine. Pour analyser ce processus, on se focalisera sur les conditions contextuelles dans lesquelles ce mécanisme a été établi et sur l’action des leaderships politiques pendant les différentes étapes : 1988-1989, 1991-2001, 2002-2015. L’analyse des effets institutionnels et symboliques de cette procédure, organisant le jeu politico-électoral dans chaque contexte, nous permettra d’aborder le processus de mutation du péronisme « comme parti politique » au cours de ces dernières décennies.

Texte complet : Les internes dans le péronisme. Dario Rodriguez (VF)

Mots-clés : Péronisme-Menem-Kirchner-Internes partisanes-Leadership politique

Thèmes de recherche : partis politiques et leadership, démocratie et représentation politique, Amérique latine en perspective comparée, ménémisme et kirchnérisme

Mémoires du péronisme dans les célébrations du Bicentenaire de la Révolution de Mai (Buenos Aires, 21-25 mai 2010)

Natalia Molinaro

Université Paris 8/LER-ALHIM

e-mail : Natalia.molinaro@univ-paris8.fr

 Cet article vise à identifier les référents mémoriels issus de la tradition péroniste, ainsi que les procédés ayant permis leur réactualisation, lors des célébrations officielles qui ont eu lieu à Buenos Aires pour le Bicentenaire de la Révolution de Mai entre le 21 et le 25 mai 2010. Comment l’héritage péroniste fut-il évoqué dans le cadre de cette fête de la souveraineté, alors que des figures comme Eva D. Perón et Juan D. Perón ne font pas nécessairement consensus ? L’un des objectifs de cette célébration était de refonder le système de représentations traditionnel et de raviver le sentiment d’appartenance citoyenne des Argentins, après la terrible crise qui avait frappé le pays entre 2001 et 2003. Pour ce faire, une refonte du système symbolique, mais aussi une réinvention de la tradition patriotique furent envisagées, et ce dès la ratification du premier décret visant à organiser les célébrations en 2005. Cet article montre que des éléments propres à la culture politique kirchneriste sont venus nourrir cette fête de la souveraineté, tout en mettant la lumière sur les réagencements de la mémoire péroniste proposés dans le cadre de ces célébrations pour produire du consensus. Après s’être intéressé aux symboles et aux recours employés pour leur réactualisation, il se concentre sur le rituel patriotique en lui-même, afin de dégager les principales étapes de l’officialisation d’une nouvelle culture nationale, qui est aussi politique.

Texte complet : MOLINARO Mémoires du péronisme dans les célébrations du Bicentenaire de la Révolution de Mai

Mots-clés : Argentine, Bicentenaire, mémoire, péronisme, rituels du pouvoir

Axes de recherche : Commémorations, mémoires, identité nationale, question indienne en Argentine

Une jeunesse sous Perón (et Evita)

Pierre Tripier

Sociologue retraité

e-mail : ptripier40@outlook.fr

Texte complet : TRIPIER jeunesse sous peron – ALHIM

 

Conférence Natalia Molinaro (Université Paris 8) : « Les célébrations officielles du Bicentenaire de la Révolution de Mai à Buenos Aires (21-25 mai 2010): Une fête péroniste? »

Conférence
Les célébrations officielles du Bicentenaire de la Révolution de Mai
à Buenos Aires (21-25 mai 2010): Une fête péroniste?
Natalia Molinaro (Université Paris 8)

Mardi 14 avril 2015 – 16:30 h

Bât. A Salle des Commissions (Université Paris 8)

La conférence « Les célébrations officielles du Bicentenaire de la Révolution de Mai à Buenos Aires (21-25 mai 2010): Une fête péroniste? » aura lieu le mardi 14 avril à 16:30 h à l’Université Paris 8 et sera animée par l’enseignante-chercheuse Natalia Molinaro (Université Paris 8).

Cette conférence fait partie de la  journée d’études franco-argentine Formation, héritages et reconfigurations du péronisme en Argentine de 1943 à nos jours (Flyers formation he ritage fev 2015) organisée par l’ED Pratiques et théories du sens (Paris 8) en partenariat avec l’ED 122 (Paris 3). La journée se propose d’ouvrir un espace de débat sur les recherches actuelles en France et en Argentine, après d’importants renouvellements historiographiques. Elle s’inscrit dans une perspective à la fois interdisciplinaire et comparatiste; à ce titre, sont bienvenues les contributions relevant des sciences humaines et sociales (histoire, science politique, philosophie, sociologie, géographie, etc.) et proposant des éclairages de types comparatistes sur les régimes dits « néo-populistes » en Amérique latine.