Archives du mot-clé ville

Colloque International « Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente », 2-4 mars 2017

Affiche Colloque le fleuve et la ville

Programme Colloque le fleuve et la ville janv 2017

Jeudi 2, Vendredi 3 et Samedi 4 mars 2017

Colloque international organisé avec l’Université de Paris Est-Créteil et la Universidad Nacional de Entre Ríos 

Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente 

Lieu: Casa de Argentina (Cité Universitaire Internationale de Paris), Université Paris 8 (salle D 143) et UPEC Créteil (salle Erasme i3-218, Campus Centre)

Laboratoires de Recherche
LER / ALHIM / LIRICO Université Paris 8
CREER / IMAGER, Université de Paris Est-Créteil
EDUNER / Universidad Nacional de Entre Ríos
Comité organisateur
Sergio Delgado (MCF, CREER/IMAGER, Université Paris Est-Créteil)
Laura Gentilezza (ATER, Doctorante, CREER/IMAGER Université Paris Est-Créteil)
Anne Garcia (ATER, Doctorante, CREER/IMAGER Université Paris Est-Créteil)
Enrique Fernández Domingo (PR, LER/ALHIM, Université Paris 8)
Júpiter Ossaba (Lecteur, Doctorant, LER/ALHIM Université Paris 8)
Jessica Torres Quiroga (Doctorante, LER/ALHIM Université Paris 8)
Alexis Chausovsky (Enseignant, Doctorant, Universidad de Entre Ríos, Argentine)
PROGRAMME
Jeudi 2 mars 2016
(Maison de l’Argentine, Cité internationale universitaire internationale)
17h00 Accueil des participants
17h30 Ouverture du colloque par Annick Allaigre, présidente de l’Université Paris 8, Julio Premat, directeur de l’équipe d’accueil LER, Université Paris 8, Olivier Montagne, Président de l’Université Paris Est-Créteil, Graciela Villanueva, directrice de l’équipe d’accueil IMAGER, Université Paris-Est Créteil et Guillermo Mondejar, coordinateur EDUNER, Universidad Nacional de Entre Ríos.
18h00  Conférence inaugurale
– Sylvia Molloy (New York University): « “Añoro patria”: composición de ciudad y río en Jorge Luis Borges y Xul Solar »
19h00 Présentation Dossier « Le fleuve et la ville » (Cuadernos LIRICO, work in progress)
Responsable : Laura Gentilezza
Projection vidéo Cuadernos del Tigre. Teatro de recortes + Perfomance sonora, de Daniel Samoilovich et Eduardo Stupía (en présence d’Eduardo Stupía)
Lecture de Luisa Futoransky, Miguel Ángel Petrecca et Enrique Fernández Domingo.
20h00 Cocktail-Buffet
Vendredi 3 mars 2016
(Université Paris 8, Salle D 143)
9h00 Accueil des participants
9h30 Atelier 1 : La ville, le fleuve et leur contexte spatial
Modérateur : Júpiter Ossaba (Université Paris 8)
– Olivier Archambeau (Université Paris 8): « Saint-Georges de l’Oyapoque ou l’impossible frontière »
– Nicolas Escach (Sciences Po Rennes, Campus de Caen): « Le fleuve : ressource patrimoniale ou vecteur de développement des villes baltiques ? »
– André Filler (Université Paris 8): « Homme, fleuve, ville, Empire : le Cavalier d’airain de Pouchkine »
11h00 Pause café
11h30 Table ronde : Différents regards sur la ville et le fleuve
Commentateur : Adrián Gorelik (Universidad Nacional de Quilmes, CONICET)
– Perla Petrich (Université Paris 8): « Realidades imaginarias del río Usumacinta. Tabasco, México »
– María Mercedes Di Virgilio (Universidad de Buenos Aires/CONICET): « Buenos Aires y la ribera: continuidades y cambios de una relación esquiva »
– Alejandro Román Antequera (Université de Bourgogne): « Les fleuves et la baie de Cadix »
13h00 Repas
14h30 Atelier 2 : Le fleuve, la ville et l’écriture
Modérateur : Sergio Delgado (Université Paris Est-Créteil)
– Leonardo Senkman (The Hebrew University of Jerusalem): « Los humedales fluviales olvidados en ficciones sobre la costa de Saer y Wernicke »
– Claudia Rosa (Universidad Nacional de Entre Ríos/Universidad Nacional del Nordeste): «Alfredo Veiravé y sus paisajes laterales »
– Adriana Amante (Universidad de Buenos Aires): « Vistas y luces en el Río de la Plata durante el Sitio de Montevideo »
16h00 Pause café
16h30 Atelier 3 : Le fleuve, la ville et l’écriture (II)
Modérateur : Jessica Torres Quiroga (Université Paris 8)
– Anne García (Université Paris Est-Créteil): «  Del lago al desagüe: los ríos invisibles de la ciudad de México en Hombre al agua (2004) de Fabrizio Mejía Madrid »
– Ricardo Torre (Université Paris Est-Créteil): « El río y la ciudad en la obra de Marcelo Cohen »
– Nora Catelli (Universidad de Barcelona): « Los cuerpos de la guerra en el Paraná »
18h00 Présentation du livre El horizonte fluvial (collection « El país del sauce », Editorial de la Universidad Nacional de Entre Ríos, Paraná, 2016), Actes du colloque international organisé à Paraná, Argentine, en septembre 2015. Avec le soutien de l’Université Paris Est-Créteil
En présence des éditeurs : Alexis Chausovsky, Sergio Delgado et Guillermo Mondejar et des auteurs : Edgardo Dobry, Enrique Fernández Domingo, Claudia Rosa, Graciela Silvestri et Graciela Villanueva.
Samedi 4 mars 2016
(Université Paris Est-Créteil, Campus Centre, salle Erasme, i3-218)
9h00  Accueil des participants
9h30  Atelier 4 : Le fleuve retrouvé
Modérateur : Anne García (Université Paris-Est Créteil)
– Laura Gentilezza (Université Paris-Est Créteil): « El río en el trabajo de Hernán Ronsino: imágenes y afluentes »
– Edgardo Dobry (Universidad de Barcelona): « Los poetas no saben nada del río, salvo que es un ‘dios pardo' » »
10h30 Pause café
11h00 Atelier 5 : Le fleuve remémoré
Modérateur : Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8)
– Myrna Insúa (Université de Paris-Est-Créteil): « Pablo, entre la tierra y el río. Buenos Aires, el Rio de la Plata y la memoria de la desaparición »
– Alexis Chausovsky (Universidad Nacional de Entre Ríos): « El río y los juegos acuáticos como espactáculo de masas »
– Graciela Silvestri (Universidad de Buenos Aires, CONICET): « Empatía y distancia: formas de comprender el espacio fluvial »
12h30 Clôture du colloque : Bilan et perspectives
13h00 Repas de clôture

Séminaire ALHIM Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2016-juillet 2017)

Afficher l'image d'origineAntonio Coche Mendoza, Sin título, 2002

Séminaire ALHIM

Amérique Latine Histoire et Mémoire

(novembre 2016-juillet 2017)

Vendredi 18 novembre 2016

Conférence

Los indoamericanos en Cuba, una crítica a la colonialidad del saber
Felipe Pérez Cruz (Instituto de Filosofía de La Habana)
Horaire: 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Vendredi 25 novembre 2016

Séance commune organisée avec l’Axe Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale

Musées d’histoire, musées de mémoire(s)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Vendredi 20 janvier 2017

Présentation du livre Ecritures du féminisme mexicain: Esperanza Brito, Elena Urrutia, Marta Lamas (1963-1978) de Nathalie Ludec (Université Rennes II)
Horaire : 19h30-21h00 Lieu: Maison du Mexique, Cité Universitaire Internationale de Paris

 Vendredi 10 février 2017

Séance commune organisée avec l’Axe Transferts textuels et migrations esthétiques  
Art et dictature au Chili 
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Jeudi 2, Vendredi 3 et Samedi 4 mars 2017

Colloque international organisé avec l’Université de Paris Est-Créteil et la Universidad Nacional de Entre Ríos 
Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente 
Horaire : 9h30-19h00 Lieu: Casa de Argentina (Cité Universitaire Internationale de Paris), Université Paris 8 (salle D 143) et UPEC Créteil

Vendredi 7 avril 2017

Journée d’études organisée avec le séminaire GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)
La Nation en fête en Amérique latine (XIXe-XXe siècles)
Horaire: 10h00-17h00 Lieu: Université Paris Ouest-Nanterre, Bât. Max Weber, Salle de séminaire 2

Vendredi 28 Avril 2017

Séance commune organisée avec Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale
Les racines de l’eugénisme (Uruguay, Italie, Espagne)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Jeudi 11 mai 2017

Présentation travaux doctorants ALHIM
Horaire : 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 311

Mardi 30 et mercredi 31 mai 2017

Colloque du Laboratoire d’Etudes Romanes (EA 4385) 
Passant Passé. Héritages et expériences des temps
Horaire : 9h30-18h00 Lieu : Université Paris 8

Mardi 11 et mercredi 12 juillet 2017

Colloque International
Chile en el mundo: circulación de discursos, prácticas, personas, relaciones diplomáticas y redes de sociabilidad (siglos XIX-XXI)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Universidad de Santiago de Chile

ENTREE LIBRE

Contact: Enrique Fernández Domingo

E-mail: enrique.fernandez@yahoo.fr

Fanny Chagnollaud: « Urbanisation informelle par l’autogestion au Pérou. L’invention d’une culture andine urbaine à Ayacucho », L’Harmattan, Paris, 2016

Couv_Chagnollaud (2)

Fanny Chagnollaud, Urbanisation informelle par l’autogestion au Pérou. L’invention d’une culture andine urbaine à Ayacucho, L’Harmattan, Paris, 2016

Fanny Chagnollaud est anthropologue. Maître de conférences à l’université de Paris 8, elle est membre du Laboratoire d’Etudes Romanes (LER) et ailiée au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC). Ce livre est tiré de sa thèse de doctorat soutenue en 2012 et pour laquelle elle a vécu quatre ans sur son terrain péruvien.

Ce livre est d’une actualité brûlante : partout apparaissent les difficultés d’intégration de migrants dans des villes qui ne sont pas préparées pour les accueillir. Les problèmes abordés ici se posent dans beaucoup de régions du monde.

La ville d’Ayacucho au Pérou reçoit depuis les années 1950 des paysans andins chassés par la misère. Mais de 1980 au milieu des années 90, ce processus s’est accompagné de l’arrivée massive de réfugiés fuyant la guerre. Cette migration forcée a induit un développement spectaculaire de quartiers périphériques qui se forment et se développent selon l’organisation sociale et la culture andine rurale traditionnelle. C’est ainsi que les relations de parenté, les identités villageoises, les assemblées participatives, les rites d’intégration, tout ce qui structure la société andine rurale, ont été adaptés à l’édification d’une urbanité spécifique.

Cette urbanisation informelle par l’autogestion et, en accommodant ainsi la structure villageoise au milieu urbain, ces migrants ont inventé les modalités d’une culture andine urbaine.

SOMMAIRE

Préface d’Antoinette Molinié, directeur de recherche émérite au CNRS

PREMIÈRE PARTIE : LA FORMATION DES QUARTIERS PÉRIPHÉRIQUES

CHAPITRE 1 : LES PREMIERS QUARTIERS DE MIGRANTS ANDINS (1950 – 1980)

I. LA VILLE D’AYACUCHO ET LA SOCIÉTÉ HUAMANGUINE À L’AUBE DES GRANDES VAGUES DE MIGRATION ANDINE

II. LES SPÉCIFICITÉS DE L’ESPACE RURAL RÉGIONAL : CRISES ET REMANIEMENTS

III. LES FLUX MIGRATOIRES RÉGIONAUX ENTRE 1940 ET 1980

IV. LES DIFFÉRENTES STRATÉGIES D’INSTALLATION DES MIGRANTS ANDINS EN MILIEU URBAIN

CHAPITRE 2 : LES QUARTIERS FORMÉS PENDANT LE CONFLIT ARMÉ (1980 – 2000)

I. DE MIGRANTS À DÉPLACÉS : L’IMPACT DE LA GUERRE SUR LES FLUX DE POPULATION

II. DU PROVISOIRE AU PERMANENT : L’ADAPTATION DES STRATÉGIES

CHAPITRE 3 : LES QUARTIERS NÉS APRÈS LE CONFLIT ARMÉ

I. L’AYACUCHO DES ANNÉES 2000

II. LES GROUPES DE FONDATEURS DES QUARTIERS DES ANNÉES 2000 A. Le groupe de fondateurs

III. L’INVASION EN POST-CONFLIT : MODALITÉS PRATIQUES D’UN PROCESSUS

DEUXIÈME PARTIE : LES UNITÉS DOMESTIQUES, FONDEMENT DE LA COMUNIDAD

CHAPITRE 4 : L’UNITÉ DOMESTIQUE

I. L’ORGANISATION INTERNE DE L’UNITÉ DOMESTIQUE

II. LES RITUELS DOMESTIQUES

CHAPITRE 5 : LES RELATIONS INTER-DOMESTIQUES

I. LA PARENTÉ ANDINE

II. LES MÉCANISMES DE COOPÉRATION ET DE SOLIDARITÉ : L’AYNI ET LA MINK’A

TROISIÈME PARTIE : LA COMUNIDAD, ENTITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

CHAPITRE 6 : LES FONDEMENTS DU FONCTIONNEMENT DE LA COMUNIDAD

I. L’ORGANISATION POLITIQUE DU QUARTIER : LA GENÈSE D’UN SYSTÈME ANDIN URBAIN

II. DE COMUNERO A SOCIO : LES MEMBRES ACTIFS DE LA COMUNIDAD

III. LE TRAVAIL COMMUNAUTAIRE

CHAPITRE 7 : LES FÊTES COMMUNAUTAIRES : FÊTES PATRONALES ET CARNAVALS

I. LES FÊTES PATRONALES

II. LES CARNAVALS DES QUARTIERS PÉRIPHÉRIQUES

Urbanisation informelle par l’autogestion au Pérou. L’invention d’une culture andine urbaine à Ayacucho

Journée d’études: « Continuités et permanences dans les processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle) »

JOURNEE D’ETUDES

Continuités et permanences dans les processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)

Affiche journée d'études 27 11 2015 (2) (557x800)

Affiche journée d’études 27 11 2015

flyers journée d’études 27 11 2015

Présentation

Cette journée d’études a été pensée à partir du changement méthodologique proposé par le « tournant spatial » et plus largement par l’analyse de la ville en tant qu’objet et sujet complexe d’étude. Cette proposition nous a conduits à prêter attention à la dimension spatiale dans l’étude du passé et à tisser en conséquence des rapports avec des collègues travaillant sur les villes latino-américaines.

Les réflexions ont porté sur les processus de transformation de certaines villes latino-américaines à partir d’une conception de la ville en tant que forme de connaissance entre les discours et les pratiques, entre les représentations et les répercussions visibles sur l’espace et vice-versa.

L’objectif principal de la journée a été la constitution d’une proposition épistémologique à partir des éléments précédents (urbanisme, géographie physique et littéraire, planification urbaine, …) dans une dimension temporale structuralement déterminante.

Dans ce sens, la ville comme objet d’étude des sciences sociales s’inscrit nécessairement dans le temps et toute étude sur l’espace doit analyser les temporalités qui constituent la ville. Dans le même temps, nous avons été obligés d’inscrire cette journée dans une variable contextuelle, c’est-à-dire le regard sur la ville d’une certaine société dans un moment donné. Toute ville se pense par connivence ou différence avec les autres villes, y compris les villes principales et à prétention homogénéisant. La comparaison a pour vertu de relativiser ce qui, au sein d’un seul espace national, paraît aller de soi.

La journée a essayé de rendre compte que les sciences sociales sont en plein « âge de métissages », fait qui invite à porter plus loin encore notre regard (R. Chartier, Le Jeu de la règle, Bordeaux, PUB, 2001). Notre démarche a aussi voulu décontextualiser les grilles de lecture et d’analyse propre à chaque espace national vise à élaborer un questionnaire transversal qui puisse rendre compréhensible les convergences, les continuités, les permanences et les transferts que nous avons souligné dans nos échanges. Enfin, notre but final est de stimuler la discussion, la recherche et les contacts entre les universitaires et les intellectuels qui ont comme objet et sujet d’étude les villes latino-américaines.

Communications
Les mutations de l’espace urbain havanais au XXe siècle
Emmanuel Vincenot (Université Paris-Est-Marne-la Vallée)

Pendant la première moitié du XXe siècle la ville connait un boom démographique et une nouvelle mise en espace. En 1899 La Havane est une « ville basse » avec de maisons à trois étages maximum, une ville étalée et compacte avec peu de végétation, une ville sale. La domination américaine impose une politique hygiéniste qui se matérialise dans la mise en place de l’inspection de salubrité de maisons, d’un système d’évacuation d’ordures, de nettoyage et d’égouts moderne ainsi que l’électrification de la partie centrale de la ville. Cette désinfection générale de la ville mélange la réalité avec l’imaginaire, les pratiques avec les discours de pouvoir autour du développement des échanges, du système de voirie et des flux de transports, marchandises et personnes.

En 1899 les murailles n’existent plus et le développement de l’économie du sucre et du port commercial a une forte influence sur l’étalement de la ville vers l’ouest et le sud-ouest, autour des grandes voies de communication. Cet étalement s’accompagne d’une ségrégation spatiale par identité nationale et critère socio-économique. Les Péninsulaires habitent La Havane vielle et les « Criollos » s’installent en dehors du quartier historique. La bourgeoise créole, formée entre 1860 et 1899 environ, habite le quartier Velasco. Dans cette division socio-économique, la bourgeoisie havanaise habite près de la « côte » tandis que les classes populaires sont « loin de la côte » dans le sud et sud-ouest de la ville. Le sud de La Havane vielle est structuré autour des chemins de fer, de l’Arsenal, du quartier industriel, les abattoirs et les quartiers marginalisés.

Entre 1910 et 1920 La Havane connaît un boom du secteur de la construction lié à un boom économique : nouveaux hôtels, multiplication d’installations touristiques sur la côte, urbanisation de la côte, construction du Malecón. La ville se tourne vers l’océan et elle se met en scène sur le Malecón en produisant un renversement des tropismes spatiales, un nouveau regard sur la ville et la ville sur elle-même.

La Havane s’étale dans un chaos urbanistique pendant les années 1920-1940. L’expansion urbaine est gérée par les promoteurs individuels sans l’existence d’un plan général. C’est le début de la verticalisation du cœur de La Havane vielle. Le passé colonial laisse sa place à la modernité américaine. Les nouveaux quartiers résidentiels de la très haute bourgeoisie poussent en même temps que le développement de la société de loisir. Parallèlement des nouveaux quartiers industriels apparaissent au sud de la ville. Entre 1930 et 1940 la côté est dévient aussi une zone industrielle.

Sous la présidence de Machado mène une politique de grands travaux d’urbanisme qui « cubanise » la ville en fixant la physionomie actuelle de La Havane. L’architecte français Nicolas Forestier désigne la côte et les lignes principales des travaux urbains qui doivent convertir La Havane en une ville de prestige.  La crise de 1929 va provoquer la multiplication de bidons-ville et l’image d’une ville duale avec une « côte riche » et un « intérieur de misère ». Cette répartition de l’espace  continue à structurer la ville actuelle.

FullSizeRender
La fundación de núcleos urbanos en la Araucanía de fines del siglo XIX
Arauco  Chihuailaf (Université Paris 8)

Los relatos de viaje y los informes militares muestran que los nucleos urbanos en la Araucanía de finales del siglo XIX  son fuertes/pueblos, más que ciudades, que estructuran  la transformación del espacio fronterizo y juegan un papel como herramienta de control del espacio en un marco de conflictos y confrontaciones. Son el prolegómeno de una sociedad naciente que se enmarca cronológicamente durante el último tercio del siglo XIX y la conquista final del territorio Mapuche. La llegada de colonos europeos marca el avance “pacífico”, paralelo al militar, en este territorio.

Los fuertes se convierten gradualmente en pueblos emergentes en formas precisas de organización del espacio urbano. En 1866 se aprueba el Proyecto de ley de fundación de fuertes en territorio Mapuche y hasta 1883 se erigen 16 en donde se sitúan los cuerpos cívicos de frontera y el ejército de conquista. La ubicación de estos fuertes sigue las inmediaciones de los ríos Bío-Bío, Malleco, Maule y Cautín y su consolidación se realiza mediante la función de conquista del territorio. El informe de Letelier de 1877 indica que los fuertes/pueblos son fundados en espacios dominados por una vegetación dominante, exuberante o pantanosa. La protesta Mapuche por la construcción de fuertes en su tierra fue la excusa de Savedra para lanzar una lucha “contra la delincuencia” legitimada por un discurso de “orden y progreso”.

A finales del siglo XIX, ¿qué eran estos fuertes/pueblos emergentes? A partir de artículos del periódico de El Ferrocarril y el testimonio de viajeros extranjeros vamos a abordar el caso de Angol, Traiguén y Temuco. Estas fuentes describen el paso de fuertes/pueblos a ciudades mostrando el desarrollo de los poblados alrededor de la erección de casas comerciales, hospitales, cuarteles, hoteles, escuelas, plazas, almacenes, telégrafos, alumbrado eléctrico,…

Tras su refundación en 1862, Angol adquiere el título de ciudad el 25 de septiembre de 1871. En ese mismo año Angol tiene una población de 4.500 habitantes. Traiguén, fundada en 1878, tiene entre 7.000 y 8.000 habitantes once años más tarde tras la llegada de colonos europeos y autoridades. En 1881 se funda el fuerte de Temuco que llegó más tarde a ser capital de la Frontera. En 1895 cuenta con 7.700 almas y hasta 1891 era la estación final de la línea férrea.

La transformación en ciudades se estructuran a partir de nuevas formas de vida y convivencia alrededor del “tiempo de los civiles”. Espacios de contacto articuladores de la vida regional. El cambio de siglo se acompaña del desarrollo de la infraestructura caminera, vial y ferroviaria.

En 1883, tras el control de Villarrica, se abre una nueva etapa para Chile basada en el “poder moral y civilizado de la República” según prona Domingo Santa María. Al mismo tiempo se desarrollan otras formas de relación representadas en los pueblos y en las ciudades con una difícil adaptación de los Mapuche que son cada vez más excluidos del proceso urbano. Estas ciudades de frontera se presentan como la “civilización en el mundo salvaje”, pero ¿qué tipo de civilización aportó este proceso de urbanización?

Cultura fronteriza, fronteras movedizas: conceptos que deben incluir elementos de análisis a partir de las tradiciones, las formas urbanas y administrativas, la idea del tiempo, de aglomeración, de sociabilidad, de la misma noción de lo urbano frente a la noción de Ciudad.

IMG_1698 (2)
Experiencias de intervención patronal en espacios urbanos. Balance y notas para una investigación. Chile, 1915-1960
Hernán Venegas Valdebenito (Universidad de Santiago de Chile)

El proyecto de investigación se centra en las fábricas en Santiago ye en la industria minera del carbón en el sur de Chile (Lota, Coronel) -donde se concentra una gran población de trabajadores (20.000-25.000 trabajadores) – y sus mecanismos disciplinarios. Las experiencias fabriles son estudiadas como control de los espacios de sociabilidad y la intervención en el espacio urbano se aborda a través de la creación de espacios controlados por las empresas. Las empresas industriales se presentan como una verdadera familia en torno a la fábrica desarrollando un discurso de poder que se refleja en prácticas como son tanto el control de los espacios de trabajo como los de no-trabajo y la repartición de los roles en el seno de este espacio.

En Santiago, los sectores industriales que colonizan la ciudad entran en competición por el espacio y su control social. Entre 1910 y 1920 existe una necesidad de crear más complejos fabriles, las industrias se diversifican, transforman el espacio urbano y reenmarcan la distribución espacial de la ciudad. La instalación de fábricas y de sus barrios se acompaña de un crecimiento sostenido y rápido. A partir de los años 1920 los niveles de conflicto social son altos consecuentes con una mayor politización de los trabajadores. La respuesta a este nivel alto de conflicto es la utilización de los mecanismos clásicos de vigilancia y represión. Sin embargo, a partir de 1925, aparecen mecanismos nuevos relacionados con el control intensivo. Entre 1925 y 1930 se estructuran, a través de la Sociedad de Fomento Fabril, los departamentos de bienestar social, asistencia social, escuelas, creación de “poblaciones” o “ciudades” obreras. Se propone una transformación de la relación empresario-trabajador en la negociación y toma de decisiones, que se estructura a partir de una perspectiva a largo plazo con el objetivo de mejorar las relaciones en el mundo fabril. En los años 1940 se desarrolla un apoyo estatal paralelamente a la necesidad creciente de una fuerza de trabajo especializada que debe ser formada.

En el norte de Chile se crean 4.000 viviendas segregadas, cerradas y regidas por las empresas. En Santiago los barrios obreros son articulados por las propias empresas. Entre 1920 y 1950 las “poblaciones obreras” se estructuran alrededor de la escuela, la salubridad, los dispensarios, los hospitales y los departamentos de bienestar de regulación interna. Los objetivos son una proximidad física del lugar de trabajo y la adecuación moral y de las prácticas cotidianas diseñadas por las propias empresas a través de sus discursos de poder y de los modelos creados por las propias empresas. Ello no impide que existan resistencias a través de la resignificación de los espacios por los trabajadores.

La Sociedad Fca. Cemento “El Melón”, fundada en 1906, conserva el monopolio del sector cementero. Durante el periodo de 1930 a 1960 en la fábrica ubicada en La Calera, en el Chile central, los trabajadores son móviles y tienen mucha autonomía. La empresa necesita un trabajador estable, especializado, socializado con las prácticas del trabajo industrial y que considere que la posibilidad de vivir en una población de la empresa y habitar en una de las casas de estas poblaciones es un premio a su trabajo y fidelidad hacia la empresa. Entre 1939 y 1943 la empresa crea dos poblaciones acogiendo unos 2.000-2.500 trabajadores (alrededor de 4.000 personas si contamos los miembros de las familias de los trabajadores alojados). Las poblaciones son presentadas como un “modelo”: higienismo moral y ambiental, control del consumo, de los roles familiares…

En estas poblaciones, los espacios familiares son entendidos como una reproducción del espacio laboral dentro de un espacio urbano cerrado o aislado con el objetivo de evitar la “contaminación exterior”. Además, varios miembros de la familia trabajan en la fábrica adyacente. La Iglesia de la población marca el símbolo de la educación moral a través de los colegios Maristas implantados en la población. Estos centros son escuelas industriales que enseñan el oficio ligado con la actividad de la empresa. Hay una moralización del espacio y del tiempo público y privado del trabajador.

IMG_1700 (2)

Paraná, rosa de otoño: la ciudad vista y vivida, por Amaro Villanueva y Juan L. Ortiz, a  través del imaginario del exilio
Sergio Delgado  (Université Paris-Est Créteil)

El trabajo de reflexión tiene como objeto y sujeto de estudio la ciudad de Paraná y la construción de su espacio urbano desde el imaginario cultural. Para comenzar la exposición nos planteamos la siguiente pregunta :

¿Por qué la prelidección por las grandes ciudades ?

Tres ejes articulan la respuesta :

– Función de los centros urbanos en la ocupación del territorio
– Lugares de producción económica : polos de atracción de emigrantes externos e internos
– Gran valor simbólico : imaginario cultural de la Nación

Paraná es una ciudad de interior que se presenta como un caso opuesto al de la gran ciudad a partir de matices, similitudes y diferencias que van de lo general a lo particular a partir de los tres ejes presentados. Paraná, que nunca fue fundada, se sitúa al margen del programa colonial (situación geográfica, poblaciones indígenas hostiles) y tuvo un surgimiento espontáneo a diferencia de Gualeguay, Concepción del Uruguay o Gualeguaychu, fundadas a finales del siglo XVIII. En 1813 Paraná toma la categoría de villa y en 1822 es capital de la provincia para convertirse años después en capital de la Confederación argentina entre 1854 y 1861. Durante el siglo XIX fue centro de un proceso colonial de agricultura (300 colonias muchas de ellas judías) de la provincia siendo también un centro socio-político importante, un lugar de encuentro de culturas. Durante la primera mitad del siglo XX muchos artístas y escritores, como es el caso de J. L. Ortiz, Amaro Villanueva o J. J. Saer, se instalan en Paraná generando con sus obras un imaginario cultural muy potente y que influye en la construcción del espacio urbano de la ciudad.

J. L. Ortiz y A. Villanueva se instalan en Paraná provenientes de Gualeguay. Ambos escritores son comunistas militantes sociales. En Paraná encuentran un “exilio interno” que se acompaña de toda la carga imaginaria del exilio. Este hecho les hace mirar la ciudad con la potencia de este peso simbólico, construir la ciudad a través del lenguaje. En Paraná, Rosa de Otoño, de A. Villanueva, con la naturaleza la ciudad cambia a lo largo del otoño. Recorrido de la ciudad mira tanto el espacio como el tiempo natural y político. Transformación del paisaje de la ciudad. Mira la ciudad de Paraná como un cronista extranjero enviado desde la otra orilla del río que publica sus crónicas en Santa Fe. Es una mirada de corresponsal, de un visitante que descubre la ciudad que cambia su mirada en cada visita como por ejemplo en su “Descripción del nacimiento de una isla.

J. L. Ortiz se traslada a Paraná en 1942 perdiendo su paisaje natal deslizándose hacia una cierta nostalgia ligada a esta ausencia. Su mirada se dirige a partir de este momento hacia la ciudad de Paraná. Esta mirada se construye a partir del exilio, del desplazamiento. En sus poemas “El Gualeguay” y “Las Colinas” el poeta habla a través de la mirada.

Ambos escritores se encuentran y dialogan escrituralmente en el Diario de Paraná y el Diario El Litoral de Santa Fe sobre la polémica Isla Gurupí. Mirada, paisaje, construcción del paisaje, poética, articulan un “sentimiento de la mirada” que aborda la construcción del espacio urbano y del imaginario de la ciudad. Es en 1991 que J. J. Saer publica el corolario de este debate en su libro El río sin orillas.

El paisaje de Paraná es reelaborado a través de la narración. Pero este hecho nos lleva a preguntarnos si  la imaginación y la realidad pueden ser abordardas como dimensiones distintas en la construcción del espacio urbano. Pensamos que la construcción de sistemas imaginarios es una construcción del patrimonio que no se puede remover.

IMG_1705 (2)
La construction d’une image de la nation: transformation et mise en scène de l’espace urbain pour  le Centenaire et le Bicentenaire de la Révolution de Mai à Buenos Aires (1910-2010). Continuités et permanences
Natalia Molinaro (Université Paris 8)

Perspective diachronique et comparative de l’appropriation et réappropriation de l’espace urbain. Construction de la capitale argentine en 1910 et sa réappropriation en 2010 vu comme un processus de construction d’un espace symbolique de la ville éphémère. La ville moderne de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle est vécue comme « une expérience de l’expansion » (Bernardo Secchi)   et de reconfiguration de l’espace urbain autour des idées de progrès, hygiène et salubrité. C’est un mouvement vers l’intérieur et vers l’avant qu’impose une nouvelle cartographie sociale et morale.

L’Avenue de Mai de Buenos Aires, inaugurée le 9 juillet 1894 (anniversaire de la déclaration de l’indépendance) est la première avenue du pays. Celle-ci est le reflet des aspirations des élites de la Nation, la « carte de visite » du pays. C’est un hommage à la Révolution de mai, un point de rassemblement pour la commémoration de cet événement, un élément principal du « théâtre mundi » de la ville scénographique.

En 1910, le défile militaire du 25 mai, ainsi que les manifestations patriotiques plus importants du Centenaire ont lieu dans le cadre de l’Avenue de Mai Dans ce cadre urbain, l’habitant de Buenos Aires dévient acteur en étant spectateur en même temps. Le but de l’investissement commémoratif de l’espace urbain essaye de désactiver le conflit entre centre et périphérie. L’édification de la ville éphémère du Centenaire se fait autour de la machinerie de la lumière et de l’artifice. La « Nation édifiée » est diffusée en parallèle à travers les cartes postales qui doivent montrer une Nation achevée, qui doivent mettre en scène la modernité du pays.

En 2010, le Bicentenaire propose une réappropriation à partir de la transformation de la ville dans un contexte de crise identitaire et politique. L’Avenue 9 juillet et la place de Mai sont les épicentres des célébrations, du défile du 25 mai et de la « Promenade du Bicentenaire ». Pourquoi ce choix spatial ? Il y a un éloignement de l’emplacement original lié à un révisionnisme historiographique qu’évoque la révolution comme élitiste. La lutte politique entre la municipalité et le gouvernement de la Nation débouchent sur deux célébrations parallèles.

Pourtant, il existe certaine continuités et des points communs entre 1910 et 2010 :

  • Revalorisation de lieux de mémoire et certains mouvements pour la repatrimonialisation comme c’est le cas du Cabildo (symbole du mythe original de la Nation crée par Bartolomé Mitre)
  • Machinerie de lumière et artifice. Expression d’une volonté de marquer la ville d’une nouvelle empreinte politique
  • Transformation éphémère en accord avec les aspirations politiques du pouvoir en place.

Buenos Aires se présente dans les deux commémorations comme une part essentiel du rituel du pouvoir surtout dans la représentation de la Nation, un point de rassemblement, un espace de représentation, enfin, un  territoire du moi et du nous

Conclusions

Les villes n’ont pas de sens stable, universel et figé. Elles sont investies de significations plurielles et mobiles, construites dans la négociation entre une proposition et une réception, dans la rencontre entre les formes et les motifs qui leur donnent leur structure et les compétences ou les attentes de leurs habitants qui s’en emparent. Inversement, les villes s’inscrivent dans les formes et le vécu de leurs habitants par rapport à elles-mêmes, dans un rapport aux structures fondamentales qui, dans une temporalité donnée, façonnent la distribution du pouvoir, l’organisation de la société urbaine, ses représentations, etc.

Pour comprendre une ville et raconter son histoire, il faut en étudier plusieurs, il faut par conséquent sortir de sa période, ne plus tenir compte des unités de temps et de lieu pour échapper à l’optique des sources et d’expliciter le non-événementiel. Alors, le débat n’a pas été mis sur les concepts, sur la façon de parler, mais sur la matière historique, sur les choses dont on parle. Cependant, les concepts ont pris tout leur poids grâce aux échanges délibérés qu’ils entretiennent avec la réalité.

Christian Galdón (POLART –Poétique et politique de l’art) : « De l’homme de la rue aux rues de l’homme: Rétif de la Bretonne et la manie de l’écriture »

           De l´homme de la rue aux rues de              l´homme : Rétif de la Bretonne et la manie de l´écriture

Christian GALDON
POLART –Poétique et politique de l’art

«Le futur de l´homme, c´est l´homme que s´invente précisément dans ce qu´il ne voit pas qui s´invente. C´est pourquoi cet homme, souvent, est du côté du bruit. Du parasite. Du canular. De la folie.»
                                                       Gérard Dessons1
Introduction

Penser la ville c’est inventer un homme pour chaque ville, ou plutôt le contraire ; inventer une ville pour chaque homme. A la manière d’Italo Calvino, on pourrait songer les villes, rêver les espaces habitables par l’homme. Mais quel homme pour quel espace ? L’insertion du sujet dans le territoire est toujours problématique, mais encore plus si le sujet devient le territoire, l’espace même de sa propre énonciation.

C’est le cas de Rétif de la Bretonne (1734-1806), graffeur avant la lettre, qui à partir de 1779 commence à noter, voire graver, sur les murs de l’Ile Saint-Louis les dates de faits mémorables dont il souhaitait pouvoir fêter l’anniversaire2. Liturgie ou rituel d’écrivain compulsif destiné à exorciser la mort ? Manie de l’écriture ou l’écriture d’une manie ? Peu importe ; la rime avec la vie, dans la vie et pour la vie et le continu comme mode opérationnel d’une action, celle du langage.

Sculpter l’intime dans la surface rugueuse d’une pierre. Inscrire le «je» dans la ville comme une forme de notification de la subjectivité dans laquelle le «moi» doit se ratifier chaque jour afin de construire une mémoire de soi pour soi dans un exercice narcissique qui vise le futur comme horizon de la recherche. Rétif de la Bretonne en prospectant Rétif de la Bretonne: « Que penserai-je dans un an, à pareil jour, à pareille heure ?… »3 Et puis la reconnaissance et le plaisir de se savoir toujours là, prêt à se donner de nouveaux rendez-vous dans l’avenir tout en pétrifiant le passé.

Si dans l’homme qui courra les rues un siècle plus tard on peut trouver la conformation d´un nouveau type d’homme déterminé par l’insertion de l’anonymat dans la sphère du collectif dont une de ses caractéristiques sera celle de ne pas être marquée par une habitation mais par une fréquentation ; celle de l’errance et le passage, Rétif de la Bretonne à l’époque où le projet de l’ Illustration était en train de se conformer, travaillait déjà dans les coulisses de la Raison sa propre folie individuelle : « Triste et solitaire, comme toi, j’errais seul, au milieu des ténèbres, dans cette capitale immense. […] J’errais seul, pour connaître l´Homme… »4.

Nous sommes encore dans la période de l´errance, cette quête permanente du lieu acceptable5, quand Rétif de la Bretonne, avant de s´inscrire sur la pierre, s’inscrivait sur la nuit, ce qui nous amène à penser la question du support ; nuit-pierre-cahier peu importe pour un amant de la typographie, de tous types de graphies. Ce qui montre qu’il n’y pas de support précis pour l’art, ni pour la littérature ; la seule spécificité nécessaire est celle de sa propre historicité, l’enjeu de la valeur.

Au cours de vingt années, Rétif de la Bretonne sera dans l´obscurité, parcourra et observera « ce qui se passe dans les rues de la capitale »6 mais il ne verra de choses intéressantes que 366 fois, c’est à dire un an et un jour, calendrier personnel que constitue la totalité du récit.

Le Paris de Rétif

Avant de tracer, voire de graver, avec une clé ou d’autres objets de fer ses inscriptions lapidaires sur les murs de l’Ile de Saint-Louis, Rétif de la Bretonne a inventé une ville pour lui-même ainsi que pour ses lecteurs. De la même façon que le Paris de Balzac est celui de l’ascension de la bourgeoisie héritée de la grande Révolution, avec ses implantations territoriales dans certains quartiers privilégiés de la ville, le Paris de Rétif de la Bretonne « n’est pas celui des palais et des hôtels particuliers, décor des Liaisons dangereuses et du drame bourgeois, c’est celui du peuple entier, à une époque où les classes sociales, comme au Moyen Age, cohabitent encore »7 et la ségrégation se manifeste dans la verticalité de l’étage que l’on habite.

Le peuple entier dans l’hétérogénéité de ses métiers – les tanneurs, les mégissiers, peaussiers, corroyeurs, selliers, baudroyers, chapeliers, chiffonniers, entre autres. De la «bonne bourgeoisie» à la «bourgeoisie commune » en passant par les ouvriers aux «mendiants plus ou moins débrouillards et aux filles du commun »8. Paris dans ses rues et dans l’intimité des logements, mais surtout Paris nocturne comme espace de divagations où le Hibou-Spectateur erre solitaire et triste à la recherche de sa propre écriture. L’objectif : voir dans l’obscurité, car il y a, selon lui « que de choses à voir, lorsque tous les yeux sont fermés ! »9. Dévouement fait par ces écrivains qui estiment la couleur noire comme paysage de fond de leurs narrations, et la portion, par ailleurs, d’inconnu vers laquelle tout véritable inventeur doit se diriger : « Mon empire commence à la chute du jour, et fini au crépuscule du matin, lorsque l’aurore ouvre les barrières du jour »10.

La nuit blanche, donc, comme enjeu de la lucidité, car non seulement on trouvera un Rétif préoccupé par sa propre appréhension de la réalité nocturne, mais aussi on pourra compter sur ses yeux, dans une sorte de sacrifice que l’écrivain fera en faveur de ses lecteurs-amis-concitoyens. Ainsi en nous interpellant directement, d’abord il nous avance le contenu de ses « tableaux nocturnes »11 avec une double formule de complaisance similaire au docere et delectare horatien, car les tableaux nous « instruiront, en étonnant »12. Malgré le changement du plaisir par la peur ou la surprise, Rétif nous assure que l’on va voir « non seulement des scènes extraordinaires, mais de morceaux philosophiques, inspirés par la vue des abus qui se commentent sous le voile ténébreux que la nuit leur prête ; des histoires intéressantes, en un mot, tout ce qui peut exciter la curiosité »13.

Si le lecteur s´arrête un instant et procède à faire une analyse plus ou moins hasardeuse du paragraphe antérieur il se rendra compte que l’on pourrait effectuer des combinaisons parlantes entre les deux syntagmes « scènes extraordinaires et histoires intéressantes » ce qui nous donnerait aussi la conjonction : histoires extraordinaires et scènes intéressantes. Ajoutons, en outre, une certaine sémantique employée : «morceaux philosophiques, ténébreux, la nuit » et effectivement il y a tout ce qui peut susciter la curiosité du lecteur et de la critique. Car, sans prétendre établir des relations artificielles de signifiance – spécialité de ceux qui travaillent le connu de la littérature et par conséquence avec ses restes- dans ce paragraphe de Rétif de la Bretonne on peut identifier des traces de ce que quelques années plus tard on appellera en Angleterre le genre ou le style gothique (Horace Walpole, M.G Lewis, entre autres). Genre littéraire qui évoluera et qui deviendra hétérogène et multiforme et qui nous apportera des œuvres autant dissemblables entre elles que Frankenstein de Mary Shelley ou Les élixirs du diable d’E.T.A Hoffmann, en passant par Edgar Allan Poe et ses Histoires extraordinaires, recueil de nouvelles réunies et traduites en français par Charles Baudelaire en 1856.

Mais, revenons à Paris et à ses nuits du dix-huitième siècle ou plus concrètement aux « iniquités nocturnes »14 d´un Paris en particulier, celui de Rétif de la Bretonne, puisque c’est lui qui va nous prêter sa vision: « J’ai voulu tout voir pour toi »15 et nous appellera à sa lecture instructive ; « Viens, lis, instruis-toi »16 tout en nous confiant, en même temps, les risques de son entreprise de noctambule afin de ennoblir son sacrifice : « Citoyens paisibles, j’ai veillé pour vous ; j’ai couru seul les nuits pour vous ! Pour vous, je suis entré dans les repaires du vice et du crime […] je vais vous vendre ses secrets…Pour vous, je l’ai guetté à toutes les heures de la nuit, et je ne l’ai quitté, que lorsque l’aurore le chassait, avec les ténèbres ses fauteurs… »17 Nous sommes bien dans les prolégomènes d’un scénario qui s´annonce étrange et, à vrai dire, inquiétant, et comme tout scénario ambitieux, pour l’écrire il faut risquer la vie : « Je me suis sacrifié à l’avantage de mes concitoyens. J’ai exposé ma santé, ma vie, mon bonheur, ma vertu […] »18 mais pas en vain puisque « je te serai utile. Tu verras, jeune homme, combien le mal est commun, combien le vice est laid, et combien on paie cher ses trompeuses douceurs ! »19 Pervers moraliste ou héros littéraire ? Le bienveillant Rétif osera s’adresser même aux pères et mères de famille : « c´est pour vous, c’est pour vous enfants, que je me suis fait Hibou ! Le froid, la neige, la pluie, rien ne m’arrêtait […] »20. Comme un gardien de la cité idéale de Platon ou un gouverneur de la Rome antique, il sera mené par la res publica, la chose « ou bien public »21, car il écris « guidé par l´amour de vrai, du beau, de l´utile »22. Nous sommes bien dans une éthique, ou plutôt dans une morale de la littérature qui débouche irrémissiblement dans le politique : la dénonciation ou le dévoilement d´un Paris autre que celui du jour et celui des Lumières, et la restauration d´une justice pour la ville, proposition contradictoire d´ordre administratif aussi solidaire avec « les classes populaires » qu’ incongru dans la subordination totale déclarée vers l’Autorité.

Mais, qui rencontre cet amant malheureux lorsqu’il erre seul, dans le silence de la nuit du côté des Tuileries, de la foire Saint-Laurent, du Jardin des plantes, au bal de l’Opéra ou dans les allées du nouveau Palais-Royal ? Répertoire féminine : Une Vaporeuse, une fille violentée, une fille perdue, une fille honteuse, une fille ensevelie vivante. Répertoire masculin : un homme aux lapins, un homme qui ne dépense rien, un décolleur d’affiches, un homme échappé au supplice, un pendu puis rompu, des espions, des bouchers, deux abbés qui se battent en duel, un garçon en fille, des tueurs-de-temps, des violateurs de sépultures, des balayeurs, des acteurs, des littérateurs et toutes les «incongruités nocturnes» qu’offrent les bas-fonds, les ruelles, les bals, les cafés et les cachots de Paris à la veille de la Révolution23.

Nous pouvons trouver déjà des échos de ce que seront d´autres Paris – en tant que constructions subjectives d´un imaginaire collectif, celui de la ville, -. Le Paris de Gérard de Nerval dans Les Nuits d´octobre ou celui de Baudelaire dans Les Fleurs du mal, et tous dans le partage d’un Paris commun, celui de la fréquentation et de l’errance habituelle par des bas-fonds, et l’espace ou support de la nuit comme territoire propice tant aux rêveries poétiques de l´homme de la rue que à ses cauchemars. Les surréalistes en prendront note et chercheront dans l´inconscient incertain de l´humain ce même espace.

Les rues de l´Homme : Mes inscriptions 24

Nous avons vu que durant vingt années le support préféré de Rétif de la Bretonne pour écrire, et s´inscrire, était la nuit avec les défiances, et méfiances, qu’elle comporte, surtout les nuits de Paris et pas n´importe quelles nuits. Le Hibou-Spectateur va désormais, et pendant six ans (de 1779 à 1785) changer de support et avec lui, l´énonciation. Le « je » s’avère dans une extrême subjectivation du « moi » et Rétif devient son propre interlocuteur dans un discours autant intime que incompréhensible pour l´autre. Les dates gravées sur les murs de l’Iles de Saint-Louis seront un exemple d’écriture privée, celle du corps, que dans son agir performatif réinvente une nouvelle intimité sur un espace nouveau.

Si l´Homme de la rue est celui des divagations— singularité quelconque (Agamben) ou monsieur tout le monde—celui des rêveries poétiques errant dans l´inconnu de la ville, ou l´innombrable homme moderne de Jules Romains qui devient une pluralité dans l´unanime de son sentiment poétique, ou ce qui représente l´altérité transcendantale –l´étranger, l´autre inconnu, non identifié, et pourtant anonyme, les rues de l´Homme deviennent (deviendront) le territoire marqué par une autre singularité, celle de la spécificité de l´individuation humaine inscrite, par son activité langagière, dans l´espace public, non pas comme un mode de dissolution du moi dans la ville, mais plutôt comme un mode de subjectivation particulière, une intimité quelconque.

Mais pourquoi des dates ? Et pourquoi écrire l’autobiographie de ces dates ? A quoi servent-elles ? Pour Philippe Lejeune « la date est une écriture qui signifie le présent de deux manières : comme trace […] et comme message […] »25 pour cette raison « il s’agit de quadriller le temps, de l’enserrer, à partir du présent, dans une grille qui l’étende progressivement en amont et en aval et qui éloigne le vide d’où sort notre vie et où elle s’évanouira »26. Peur ou angoisse existentielle conjurée par la manie d´un geste ; l’écriture datée, car « dates et graphomanie sont deux aspects d´une même conduite »27.La question qui se pose est pertinente : quelle conduite pour la littérature si la littérature peut être conduite ou tout simplement ; la littérature est-elle conductible ? Et encore, qui conduit ? Quel homme pour la littérature ? Pour répondre à cette question nous sommes obligés d’abord de prendre de la distance et de commencer à examiner la littérature non pas comme un objet ou produit extérieur au sujet que l’on pourrait gouverner, voire conduire, mais plutôt, comme « une activité épistémologique, définissant infiniment et historiquement les conditions d’une anthropologie du langage »28. Activité qui rendrait « indissociables la pensée de l’individu et celle de la société »29. Mais comme le signale Gérard Dessons « traiter de l’homme de la littérature suppose un préalable : qu’il soit traité de l’homme de l’art, au sens où l’art est un englobant, dans lequel la littérature est prise »30. Donc « l’art, plutôt que la littérature »31 et celui-là repéré comme « discursivité »32 problématique « dans la mesure où les catégories qui servent à poser le problème de l’art sont elles-mêmes l’objet du problème. A la fois sujet et objet de cette discursivité que l’art constitue »33.

L’homme de la littérature pris alors dans le champ critique de l’art, équipé de la spécificité de son discours, celui du langage, et c´est là, dans le langage, que Rétif de la Bretonne fait sa propre vie, comme les graffeurs du vingtième siècle feront du graffiti ou le street art leur propre mode de vie. Mais faire, créer, inventer la vie dans le langage, graver sur les pierres ou sur d´autres supports comme la nuit ou les cahiers, implique deux considérations supplémentaires ; une manie, celle de l’écriture, et une manière, que l’on pourrait appeler avec Gérard Dessons, folle, en tant qu’agglutinante d´une folie de l’œuvre, « un mode d´individuation qu’on identifie comme artistique lorsqu´une manière d’écrire devient une valeur collective »34.

La manie, sa manière

Manie, emprunté du latin mania « folie », et du grec mania « folie, fureur » et « passion, enthousiasme inspiré par la divinité », au XVII siècle attesté au sens de « gout excessif, déraisonnable » et au XVIII siècle, le cadre historique de notre étude, au sens de « habitude bizarre, ridicule »35.

Si nous nous mettions tout de suite du côté de l´analyse clinique, que fait souvent la critique de l’art, nous serions bien dans le délire littéraire d´un individu, Rétif de la Bretonne, individu que l’on pourrait juger à « partir de l´interprétation psychiatrique du je maniaque »36, donc, à partir de la rhétorique d’un style, celui de la folie. Cette vision discursive qui réussit à « litérariser » la folie, confondrait alors, la manie et la manière comme deux composantes d´un même historicité, celle de l´art.

Avec cette habitude, et attitude, bizarre, voire ridicule de graver avec fureur et passion des dates et d´autres informations personnelles sur des murs, en plus de ses promenades d´Homme de la nuit, et d´autres bizarreries, Rétif de la Bretonne n´a pu être considéré que comme un fou extravagant, plus envisageable d’être étudié par un discours médical de l’art que par une poétique anthropologique de la littérature.

Penser alors Rétif de la Bretonne depuis la forme de ses excentricités- en commençant par le fait d’écrire sur des pierres ou de se promener la nuit tel un Batman justicier, moraliste et réformateur, et en finissant par la passion pour les dates, absence de logique dans sa syntaxe, l´emploi du latin comme code privé du commentaires sexuels, etc.- serait penser le sujet Rétif de la Bretonne, sans la spécificité de sa valeur, sa propre historicité. Ainsi, contrairement à ceux qui postulent un style de la folie- qui pourrait être, pourquoi pas, parfaitement reproductible, en tant que mécanisme de la rhétorique- on postule une historicité pour la folie, voire la manie de l’écriture, qui habite chez Rétif de la Bretonne. Manie, d’ailleurs qui sera sa propre manière, si on comprend celle-là comme « un mode d’individuation collectif transubjectif »37 qui contient son propre public et non pas seulement comme une représentation artistique individuelle. Malgré les oublis plus ou moins volontaires ou involontaires de chaque époque et chaque critique, Rétif de la Bretonne revient toujours dans une permanente réactualisation qui nous révèle sa modernité dans sa valeur. Moderne pour Gérard de Nerval, pour Baudelaire et les symbolistes. Moderne pour les surréalistes qui l´ont revendiqué avec la nuit de l’inconscient, et moderne pour nos contemporains les graffeurs, qui ont pu découvrir que deux siècles auparavant il avait déjà des Hiboux courant la rue ainsi que des rues gravées par les Hiboux. Du côté du bruit, de la folie, de la rêverie poétique l´Homme s’invente même s’il ne le sait pas.

Notes

1 Gérard Dessons dans «L’Homme de la littérature » en Polart – poétique et politique de l´art : http://polartnet.free.fr/papiers/textes.php#haut, p. 10.
2 Philipe Lejeune dans « Rétif de la Bretonne, graveur d´instants ». Publication originale dans Métamorphoses du journal personnel, Catherine Viollet et Marie-Françoise Lemonnier-Delpy éd., Louvain-la-Neuve (Belgique), Academia Bruylant, 2006, p. 11-28. Titre original : « Archéologie de l’intime. Rétif de la Bretonne et son journal »
3 Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1989, I, pp.480-481
4 Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, Gallimard, Collection Folio classique, Paris, 1986, p.34.
5 Alexandre Laumonier à propos de l’errance : « L’Errance, terme à la fois explicite et vague, est d’ordinaire associée au mouvement, et singulièrement à la marche, à l’idée d’égarement, à la perte de soi-même. Pourtant, le problème principal de l’errance n’est rien d’autre que celui du lieu acceptable. » Dans Raymond Depardon, Errance, Éditions du Seuil, Paris, 2000, p.12.
6 Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, op. cit., p.31.
7 Préface de Jean Varloot dans Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, op. cit., p.10.
8 Ibid., p.11.
9 Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, op. cit., p.34.
10 Ibid., p.35.
11 Ibid., p.31.
12 Ibid.
13 Ibid.
14 Ibid., p.35.
15 Ibid., p.34.
16 Ibid.
17 Ibid.
18 Ibid.
19 Ibid., p.35.
20 Ibid.
21 Ibid.
22 Ibid.
23 Préface de Jean Varloot dans Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, op. cit., p.10.
24 Il nous parait important insister sur le fait que Mes Inscriptions ne sont qu’une édition critique sur papier de les inscriptions lapidaires que Rétif aura déjà gravé pendant la période qui va de 1779 à 1785. Comme l’indique Philipe Lejeune : « C’est l’écriture sur papier, en deux mois, de la relecture d’un journal écrit sur la pierre pendant cinq ans. »
25 Philipe Lejeune dans l´article « Rétif de la Bretonne, graveur d´instants ». Publication originale dans Métamorphoses du journal personnel, Catherine Viollet et Marie-Françoise Lemonnier-Delpy éd., Louvain-la-Neuve (Belgique), Academia Bruylant, 2006, p. 11-28. Titre original : « Archéologie de l’intime. Rétif de la Bretonne et son journal ».
26 Philipe Lejeune, ibid.
27 Ibid.                                                                                                                                                                           28 Gérard Dessons dans «L’Homme de la littérature » en Polart – poétique et politique de l´art : http://polartnet.free.fr/papiers/textes.php#haut, p. 1.
29 Gérard Dessons, Ibid.
30 Gérard Dessons dans «L’Homme de la littérature » en Polart – poétique et politique de l´art : http://polartnet.free.fr/papiers/textes.php#haut, p. 2.                                                              31 Gérard Dessons dans «Poétique de l’art, poétique de la société » en Polart – poétique et politique de l´art : http://polartnet.free.fr/papiers/textes.php#haut, p. 1.
32 Ibid., p. 2.                                                                                                                                                                    33 Ibid.
34 Gérard Dessons, La manière folle, Éditions Manucius, 2010, Houilles, p. 17.
35 Dictionnaire étymologique et historique de la langue française, par Emmanuèle Baumgartner et Philipe Ménard, Éditions Librairie Générale Française, Paris, 1986, p. 471.
36 Gérard Dessons, La manière folle, Éditions Manucius, 2010, Houilles, p. 142.
37 Ibid., p. 141.

Bibliographie des ouvrages cités

Dictionnaire étymologique et historique de la langue française, par Emmanuèle Baumgartner et Philipe Ménard, Éditions Librairie Générale Française, Paris, 1986.
Gérard Dessons, La manière folle, Éditions Manucius, Houilles, 2010.
Raymond Depardon, Errance, Éditions du Seuil, Paris, 2000.
Rétif de la Bretonne, Mes Inscriptions (1779-1785) – Journal (1785-1789), texte établi, annoté et présenté par Pierre Testud, Éditions Manucius, Houilles, 2006.
Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, Gallimard, Collection Folio classique, Paris, 1986.
Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1989, 2 volumes.

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2015-mai 2016)

Affiche histoire et m__moire oct 2015 (2)

Affiche histoire et m__moire oct 2015

Séminaire ALHIM
Amérique Latine Histoire et Mémoire
(novembre 2015-mai 2016)

Vendredi 27 novembre 2015 – Journée d’études ALHIM

Continuités et permanences dans le processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Jeudi 3 et Vendredi 4 décembre 2015 – Colloque International co-organisé avec GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Jeudi 3, Université Paris Ouest-Nanterre, Salle de Conférence, Bât. B/Vendredi 4,Université Paris8, Salle La coupole

Vendredi 29 janvier 2016 – Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Penser la race au XIXe siècle dans l’espace atlantique (Bolivie, Espagne, Italie)
Françoise Martinez (Université de La Rochelle), David Marcilhacy (Université Paris-Sorbonne-Paris IV), Ernesto de Cristofaro (Université de Catane)
Horaire : 14h30-17h00 Lieu: Maison de l’Italie 7 A, boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 3 mars 2016- Présentation du livre

Argentine. Mémoires de la dictature
Auteure : Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie)
Discutante : Natalia Molinaro (Université Paris 8)
Horaire : 19h00-20h30 Lieu: Maison de l’Argentine, Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 7 avril 2016Séance sur le Pérou contemporain (Séance annulée)

Vendredi 13 mai 2016 – Journée d’études co-organisée avec ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Former la nation : historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et Amérique latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Colegio de España, Cité universitaire, 7E Boulevard Jourdan, 75013 Paris

flyers histoire et m__moire oct 2015

prog (2)