Jessica TORRES QUIROGA « Comment lire l’histoire. Notions d’herméneutique suivant les études de Paul Ricœur »

affiche_journee_doctorants_ler_13_oct._2017

« Comment lire l’histoire.  Notions d’herméneutique suivant les études de Paul Ricœur »

Jessica TORRES QUIROGA (Université Paris 8-LER-ALHIM)

Cette réflexion porte sur les propositions théoriques apportées par Paul Ricœur, en tant que l’une des références concernant l’approche de l’herméneutique dans le cadre de l’interprétation des textes historiques.  Pour cette raison, d’abord il est pertinent de se demander : Qu’est-ce que l’herméneutique ?  D’après les débats engagés par différents philosophes qui se sont penchés sur cette question, tels que Heidegger, Gadamer ou Dilthey, c’est Paul Ricœur qui est arrivé à concilier les différents points de vue en une seule explication, sur l’herméneutique et son rapport avec l’homme et l’histoire.

En effet, Ricœur considère l’herméneutique comme « la théorie des opérations de la compréhension, dans leur rapport avec l’interprétation des textes ».  Il ne s’aventure pas à la définir comme une science avec des connaissances scientifiques qui suit une méthode d’investigation logique.  Il préfère privilégier l’idée de théorie, car la spécificité de l’herméneutique est justement ce dialogue constant qu’elle doit établir entre les différents outils qu’elle fait marcher pendant l’exercice d’interprétation.

Pourquoi théorie, pour quoi cette subtilité ? Parce que selon Ricœur, l’herméneutique est une « pensée méditante », c’est-à-dire qu’elle a un rôle de médiatrice entre la pensée et la linguistique qui sont spécifiques au discours.  Ainsi elle ne devient pas prisonnière d’un seul aspect du sujet étudié.  Nous pouvons considérer qu’entre ces deux éléments s’établit un aussi dialogue au niveau du discours en tant qu’objet d’étude.  Ricoeur considère que contrairement aux objectives utilitaires de la science en tant que « pensée qui calcule », l’herméneutique soulève un questionnement sur l’être qui se développe à partir de l’analyses des expressions qui concernent les rapports humains.  Ici, le dialogue se trouve au niveau de la lecture, disons entre le lecteur et le texte.

Alors qu’elle est le rôle de l’herméneutique dans l’étude historiographique ? Elle cherche à comprendre l’intention du texte : en vue de quoi le texte a été écrit ? Pour cela, elle doit considérer les différentes « expressions signifiantes » du texte, car celles-ci participent au processus de signification d’autrui, la construction de la connaissance et la reconstruction de la réalité socio-culturelle.  Puis, par l’analyse des « expression signifiantes » c’est la philologie qui apporte le coté scientifique à l’herméneutique, c’est-à-dire par la recherche linguistique, grammaticale ou sémantique. Il s’agit cette fois d’un dialogue au niveau ontologique.

Alors, comment se passe c’est interprétation du monde ?  Elle se créée à partir d’une « intersubjectivé » entre le texte, l’auteur et le lecteurPersonne n’écrit pour rien, toute écriture vise un lecteur et la clé es là : l’échange o le dialogue qui surgit entre les diffèrent pôles qui représente chacun de ces éléments.  Cet échange se concrétise avec le texte, et c’est par la main de l’écrivain, qu’il renvoie à une description du monde que le lecteur peut interpréter de façon infinie selon ses propres projections.  Selon Ricœur, le texte n’appartient pas ni à son auteur ni à son lecteur et ainsi, il demande : « Que saurions-nous de l’amour et de la haine […] et, en général, de tout ce que nous appelons le soi, si cela n’avait été porté au langage et articulé par la littérature ? »

 C’est ici qui agit l’expérience herméneutique, car dans ce contexte qui se veut ouvert sur le plan de l’interprétations des textes, où le sujet peut s’interpréter lui-même et le monde à travers sa propre interprétation des textes, Ricœur considère que « le « monde » du texte peut faire éclater à son tour « le monde de l’auteur ».  Cette perspective montre qu’un même évènement peut être décrit « à l’infini », suivant l’intrigue choisie par l’historien et selon une structure qu’il considère qu’appartient à une sorte de doxa.  En effet, dans le récit historique, l’auteur construit son récit à partir des souvenir, des échanges et d’une bibliographie choisie par lui-même, et ceci donne au récit sa singularité, même si la véracité ne peut pas être vérifiée.

Nous pouvons considérer qu’à l’image de la fiction, ce récit propose un nouveau monde qui sera interprété par le lecteur, selon sa propre façon « d’être au monde ».  Ricœur expose qu’il s’agit d’un processus d’opposition qui se crée entre « l’appropriation du monde » proposé par le texte, et « la distanciation » que le lecteur impose par son propre regard.  Alors, c’est pour cette raison que la restitution de la mémoire par un historien est si importante, car elle peut être le fruit des interprétations personnelles adaptées à un contexte social qu’ainsi l’impose.   Un exemple serait l’écriture des manuels scolaires en Amérique Latine à la fin du XIXe siècle qui devait s’aligner à un discours politique établi, avec la création d’héros et mythes nationaux.

L’auteur développe ce qui Ricœur appelle une « mise en intrigue », c’est-à-dire qu’il rassemble de l’information afin de la ranger par sa spécificité dans un sorte de casier qui met en relation l’histoire racontée et les personnages.  Il l’appelle la « concordante et la discordance ».  De cette façon, ce qui apparait désordonné est justement agencé par l’auteur et le fait de « ranger » toute l’information récoltée va lui permettre de reconstruire un contexte de familiarité qui facilite la lecture.  C’est cette caractérisation ou classification de l’information qui participe à la compréhension des faits, en tant qu’attribut ou nécessité inhérente à la nature humaine.  L’historien place l’information dans une normalité ou dans une quotidienneté, dont le but est de la rendre compréhensible au lecteur contemporain.

De la sorte, l’herméneutique pourra développer les opérations de la compréhension et répondre à plusieurs questions : Pourquoi l’auteur a choisi ce titre ?  Quand a-t ’il écrit son récit ?  Quels ont été ses motivations ?  À quel lecteur dirige-t-il son récit ?  Donc, cette recherche permettra d’identifier les différentes postures, les différents faits historiques, le lien entre les sujets et ses protagonistes, le contexte de production du récit et le contexte de réception.  Effectivement, il s’agit d’un dialogue au niveau historiographique, car par la lecture des « vérités partielles », qui sont apportées par chaque auteur, nous pouvons reconnaître différents points de vue, et même si nous ne pouvons pas être à la place de l’auteur, cet exercice permet de comprendre et expliquer les différentes idéologies, convictions ou passions et faire la distinction entre un récit historique juste et un récit proche de la fiction.

Ricœur parle de « la tension » qui accompagne toujours l’historien, car même si celui-ci pratique une subjectivité « impliquée » par son souci de vérité, déjà le choix des sujets à analyser expriment une motivation personnelle, c’est-à-dire il établit son propre « jugement d’importance ».  Pour cette raison, l’un des enjeux du travail herméneutique consiste à déceler la part de « mienneté » d’un récit personnel. Même l’effacement de l’auteur fait partie des techniques rhétoriques qui servent à cacher « l’auteur impliqué », car par la « dissimulation » il développe une histoire qui parait « se raconter toute seule et qui laisse parler la vie ».

Effectivement, à travers l’articulation des techniques d’élocution ou grâce à un travail de communication qui a recours à une « stratégies de persuasion », l’auteur «cible » un lecteur spécifique.  Il s’agit, selon Ricœur, de la « force illocutoire » du discours qui convoie un message subjacent.  C’est-à-dire que l’auteur mets en place un choix d’énonciations qui comportent un message intentionnel, qui va au-delà du sens, et par lequel le lecteur est obligé de répondre par une « appropriation » ou « la distanciation » par rapport au texte, comme nous l’avons déjà révélé.  Autrement dit, c’est par la lecture et ses intrigues que le lecteur se transforme ou se construit et répond à la question : Qui suis-je ?

Bibliographie

Paul Ricœur, Cinq études herméneutiques, Genève, Editions Labor et Fides, 2013.

___________, Le conflit des interprétations, Paris, Editions du Seuil, 1969.

___________, De l’interprétation.  Essai sur Freud, Editions du Seuil, Paris, 1965.

___________, Du texte à l’action. Essais d’herméneutique II, Paris, Editions du Seuil, 1986.

François Dosse, Paul Ricœur et Michel de Certeau. L’Histoire : entre le dire et le faire, Editions de l’Herne, Paris, 2006.


1 réflexion sur « Jessica TORRES QUIROGA « Comment lire l’histoire. Notions d’herméneutique suivant les études de Paul Ricœur » »

  1. Je reste ouverte à toute commentaire/critique concernant ce sujet qui pourra m’aider à mon travail recherche sur l’historiographie du Rio de la Plata au début du XIXème siècle.
    Jessica Torres Quiroga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.