Archives de catégorie : Actualités

Présentation du livre de Nadia Tahir, “Argentine. Mémoires de la dictature”, Rennes, PUR, 2015

 

Séminaire ALHIM

Présentation du livre de Nadia Tahir, Argentine. Mémoires de la dictature, PUR, Rennes, 2015

Afficher l'image d'origine

Jeudi 3 mars 2016

19h00-20h30

Maison de l’Argentine

Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Affiche présentation livre Nadia Tahir

Nadia Tahir travaille sur les processus de constructions mémorielles autour du passé de la dictature argentine de 1976-1983. Elle a publié plusieurs articles dans des revues scientifiques et des ouvrages collectifs. Elle est actuellement maître de conférences à l’Université de Caen Basse-Normandie et membre de l’équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés (ERLIS-EA 4254). Elle collabore avec des équipes de recherche en France, Espagne et Argentine. Elle a enseigné dans les universités de Paris 7 Denis Diderot et Paris-Sorbonne. Cet ouvrage est issu de son travail de doctorat à l’université Paris-Sorbonne sous la direction du professeur Miguel Rodriguez.

Argentine. Mémoires de la dictature retrace les parcours de sept associations de victimes de la dernière dictature militaire en Argentine (1976-1983), depuis leur naissance jusqu’en 2007. Nadia Tahir analyse comment ces associations, qui sont de véritables acteurs politiques, contribuent à la construction d’une mémoire collective sur « ce passé qui ne passe pas ». L’auteur montre également que leurs discours et actions ont été conditionnés par des politiques de gestion du passé dictatorial établies par les gouvernements successifs. http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3752

Séance 3 3 2016 (4)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Natalia Molinaro (Université Paris 8) : Je voudrais remercier Nadia Tahir de nous avoir sollicités pour la présentation de son livre, intitulé Argentine. Mémoires de la dictature, publié l’an dernier aux éditions des Presses Universitaires de Rennes. D’un point de vue plus personnel, je veux aussi la remercier pour la publication de ce livre, fruit du long travail de recherche entamé pour sa Thèse de Doctorat, dirigée par Míguel Rodríguez (Université Paris-Sorbonne). Cet ouvrage est venu nourrir ma réflexion et m’a apporté un éclairage sur des aspects concernant mon propre domaine de recherche.  Il m’a permis, aussi, de mieux comprendre un contexte historique qui a marqué, de façon directe ou indirecte, la vie de nombreux Argentins, parfois de façon décisive.

Je voudrais donc la remercier de mettre à disposition du public francophone un tel matériel, car il offre des clés pour mieux comprendre la société argentine actuelle, ses contradictions, les enjeux du passé qui surgissent dans le présent. Cette publication vient combler un vide et ce, des deux côtés de l’Atlantique. En France, peu de publications offrent un tel panorama historique à la fois pertinent et synthétique de l’histoire argentine récente. Les enjeux de la période 1973-1976, particulièrement complexe, sont abordés de façon claire, précise, et toujours, avec un souci d’objectivité qui va de pair avec la démarche scientifique.

En ce sens, Nadia Tahir aborde des problématiques peu soulevées par les publications françaises, et contribue à une meilleure compréhension de la période 1973-1983 par le public francophone, notamment concernant sur le poids historique des forces armées dans le jeu politique argentin, le projet militaire pour la société et les cadres mentaux de l’époque. Elle revient sur des notions comme « Proceso de Reorganización Nacional », par exemple, expression utilisée par la Junte pour désigner et légitimer son gouvernement, et révélatrice de son idéologie et sa finalité. Elle prend également le temps de s’arrêter pour analyser ses catégories discursives, comme la figure du « subversif », ou encore des phrases emblématiques comme le fameux « por algo será », qui auront un impact décisif dans la construction de la figure du « desaparecido » par les associations. Elle revient sur des notions méconnues du public français, comme celle de « Terrorisme d’Etat », et sur les méthodes de répression de la Junte, tristement célèbres : disparitions, tortures, enlèvements d’enfants. Elle prend également le temps d’évoquer la « théorie des deux démons », et sans pour autant s’y attarder, cherche à comprendre son impact.

Ainsi, tout au long de la première partie, Nadia Tahir nous montre dans quel contexte émerge ce qu’elle a choisi d’appeler des « associations de victimes », les plus visibles au niveau international étant Madres et Abuelas de Plaza de Mayo. C’est l’autre aspect novateur de ce livre, qui donnera certainement lieu à débat, en France comme en Argentine. Comme le souligne Marina Franco dans la préface, ces associations sont traditionnellement considérées en Argentine comme des Associations de Défense des Droits de l’Homme, cette dénomination étant jusque-là donnée pour acquise. Nadia Tahir nous invite à l’interroger. L’expression « association de victimes » résonne comme un constat. Elle sert de point de départ à l’analyse de la trajectoire de ces associations, parmi lesquelles certaines ont réussi à construire une légitimité au sein de la société argentine, à tel point qu’elles ont fini par avoir un poids sur les décisions politiques.

Tout au long de ces pages, l’auteure suit le fil des stratégies et les cadres discursifs adoptés par ces associations pour se rendre visibles, pour établir des liens entre elles, ou tout simplement, pour survivre, selon les contextes et les gouvernements, entre 1976 et 2007. Pour ce faire, elle remonte le fil des résistances en abordant le mouvement de défense des Droits de l’Homme dans son ensemble, depuis la création en 1937 de la Liga Argentina por los Derechos Humanos, celle du Servicio Paz y Justicia dans les années soixante, jusqu’à la constitution de la Asamblea Permanente por los Derechos Humanos en 1975 et la fondation du Centro de Estudios Legales y Sociales en 1980. Cette étape indispensable, et qui offre au lecteur francophone un panorama de l’histoire des associations de Défense des Droits de l’Homme en Argentine, permet de comprendre l’impact de celles-ci sur le processus qui se met en place à partir de 1977, année de fondation de l’association Mères de la Place de Mai.

Dépassés par l’amplitude de la répression, les associations de Défense des Droits de l’Homme encouragent les proches des disparus à se réunir entre eux. C’est ainsi, nous montre l’auteure, que font leur apparition les premiers collectifs créés par les proches des disparus. En 1976 est créée Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, puis Madres et Abuelas de Plaza de Mayo l’année suivante. La lecture de ces pages est d’autant plus passionnante qu’elles s’appuient sur un travail de terrain et sur des témoignages recueillis auprès de membres des associations entre 2006 et 2008. Nadia Tahir revient notamment sur la construction d’une figure du « disparu » par les associations, qui accompagne l’élaboration d’un argumentaire juridique fondé sur une réclamation de respect pour les droits fondamentaux des citoyens argentins.

Celle-ci est une réponse à la stigmatisation et à la figure du « subversif » déployée par la Junte militaire. Il s’agit d’« inverser le stigmate », comme dirait Michel Wieviorka. Par nécessité, les Mères de la Place de Mai ont dû, dans les premiers temps, marquer leur distance par rapport à tout militantisme. Le « disparu » était un « jeune idéaliste » et l’objectif de leur association, strictement humanitaire. Elles ne remettaient pas en cause les motifs de leur disparition, mais les méthodes employées, au nom de droits fondamentaux reconnus à l’échelle internationale. Cette figure, nous montre l’auteure, va évoluer selon les contextes, pour passer du « disparu-victime » pendant la transition démocratique, au « disparu-militant » qui marquera l’ère Kirchner.

La troisième partie constitue en ce sens un véritable apport à la recherche, en France comme en Argentine, puisqu’elle contribue à réactualiser l’histoire de ces groupes et ce, de façon rigoureuse et non-partisane. Elle revient sur le processus de légitimation des collectifs de victimes enclenché à partir de 2003 sous le mandat de Nestor Kirchner, sur les changements et les nouveaux défis qu’il a impliqués pour les associations. En effet, comment se positionner face à ce gouvernement qui, de façon inédite, prend en compte leurs réclamations et leur offre une telle visibilité, jusqu’à en faire, parfois, des acteurs politiques ? Après avoir retracé les différentes étapes de la politique symbolique menée par NK, dont la clé de voûte sera la gestion du passé dictatorial, en incluant la sphère judiciaire, l’auteure revient sur les positionnements adoptés par chaque organisation.

Ainsi, bien qu’elle ait choisi de les aborder comme un ensemble, comme un tout, Nadia Tahir tient compte des différences existant entre ces associations. Elle revient sur un aspect très peu étudié et particulièrement complexe, la scission de l’association Mères de la Place de Mai en 1986, ou encore les différences de positionnement face à la disparition de Jorge Julio López, témoin clé du procès de Miguel Etchecolatz, en 2006. Finalement, elle nous permet d’observer comment les politiques de reconnaissance ont parfois été source de division au sein des organisations : pendant la dictature, la situation d’urgence amenait à laisser certains débats de côté. Plus tard, dans les années 1990, il fallait lutter pour rester visibles et maintenir les questions liées au passé dictatorial dans la sphère publique, face aux politiques du « pardon » et l’impunité. Avec la prise en compte de leur demande, les différences entre les associations resurgissent.

La seconde partie offre à ce sujet un éclairage particulièrement instructif : elle nous montre comment s’opère un changement dans la ligne discursive des Mères de la Place de Mai avec le retour de la démocratie et face au gouvernement d’Alfonsín. L’auteure parvient à dégager les différences de positionnement entre les deux associations, différences qui resurgiront plus tard, face à la politique de reconnaissance du gouvernement de NK. Elle nous montre comment les années 1990 voient le renouvellement générationnel et discursif de la cause des associations de victimes, avec l’apparition de nouveaux acteurs, comme H.I.J.O.S. Elle analyse le processus de réactualisation de la figure du disparu pour obtenir le soutien d’une population qui ne se sent plus concerné par ces questions.

Finalement, tout au long de cet ouvrage, Nadia Tahir nous montre comment ces associations de victimes sont devenues, aux yeux des Argentins, des organisations de défense des Droits de l’Homme ; comment et pourquoi elles ont canalisé et cristallisé une demande sociale croissante de « justice », de construction mémorielle et de révision historiographique, notamment pendant les années qui ont suivi la terrible crise de décembre 2001. Il ne s’agit pas, contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, d’un ouvrage sur les mémoires de la dictature. Une telle étude aurait impliqué d’inclure d’autres perspectives, d’autres vécus, d’inclure de nombreux témoignages -qui sont néanmoins présents tout au long du livre, mais il s’agit de personnes militant dans ces associations- et d’avoir recours à un autre type d’approche. Il s’agirait plutôt d’une étude de type ethnographique portant sur des acteurs sociaux qui ont construit, tout au long de ces années, une légitimité suffisante pour avoir un impact sur la construction mémorielle, voire même, sur l’agenda politique. C’est donc peut-être le seul point que je pourrais critiquer : un manque de précision quant au choix du titre. Relevons aussi la présence d’une petite coquille (?), qui donne lieu à une syntaxe plutôt amusante et qui invite à réfléchir (p. 19) : « (…) les associations de défense des droits de l’homme argentins ».

Pour autant, c’est bien de « mémoire » dont nous parle ce livre, ainsi que de résistances et de transmission. C’est pourquoi je veux remercier une nouvelle fois l’auteure, ainsi que la Maison de l’Argentine. L’auteure, pour avoir eu le courage d’aller jusqu’au bout de sa recherche et s’être attaquée à un tel sujet, avec objectivité, éthique et bienveillance. La Maison de l’Argentine, pour nous accueillir ici, « en casa », et nous permettre d’y présenter cet ouvrage, à l’approche d’une date si emblématique, qui a marqué l’histoire de tous les Argentins. En espérant, et j’en suis sûre, que cet ouvrage contribue à une meilleure connaissance de l’Argentine actuelle en France, et à défaire certains clichés, certaines idées reçues, des visions simplistes ou romanesques.

Ce livre soulève de nombreuses questions, notamment concernant le statut de victime, voire d’« hyper-victime », certaines associations refusant cependant d’employer ce mot ; ou encore la position du survivant, comme en témoigne le cas la Asociación de Ex-Detenidos Desaparecidos. Mais je vais laisser Griselda aborder ces aspects.

Séance 3 3 2016 (12)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Griselda Gaiada (Université Paris I Panthéon-Sorbonne-CHSPM): l’ouvrage soulève plusieurs questions. Dès la philosophie, nous pouvons nous interroger à propos du binôme Mémoire littéral/Mémoire exemplaire (potentiellement libératrice, à la recherche de justice, possibilité d’aller vers autrui). Dans le cas des associations, à quel type de mémoire sont-elles liées ? Doivent-elles devenir des associations de droit de l’homme ?

Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie): Pendant mon travail de recherche à Buenos Aires, la découverte du mélange entre les victimes et les droits de l’homme a été une surprise. La défense des droits de l’homme n’est pas, en France, la même chose que la défense de la victime, des témoins. C’est mélange, à mon avis, est une caractéristique argentine par rapport à ses voisins latino-américains. Il n’y a pas de différences entre les associations nées dans le cadre plus international vers les années 1960, avec le but de la défense des droits de l’homme d’une façon élargie, réprimées entre 1976 et 1979. Ces associations poussent les parents des victimes à s’organiser. Le résultat est la naissance d’associations de victimes dans un espace occupé par des associations de défense de droits de l’homme. Ce partage de l’espace se fait, alors, d’une manière « naturelle » et nourrie le poids et le rôle politique des associations de victimes.

Griselda Gaiada : Une autre interrogation qui peut se dégager du texte est La question de la mémoire imposée (Ricœur), c’est-à-dire l’appropriation d’un passé d’une manière totale réalisé, normalement, par l’État. Une mémoire autorisée autour des risques entre la mémorialisation, la commémoration et la remémoration. Il existe le danger de l’oublie imposé, une politique de l’insuffisance de la mémoire dans les politiques publiques de mémoire en Argentine.

Nadia Tahir : Nous pouvons répondre suivant les propositions des différents présidents de l’actuelle période démocratique. Sous la présidence de Raul Alfonsin (1983-1989), il a lieu le procès aux militaires et la création des outils très marquantes, comme la CONADEP, tant à niveau judiciaire que du récit de la dictature. Dans une période tendue et instable, à la mise en place de ces outils, toujours utilisés par les associations, s’ajoutait une vision d’avenir et dépassement de la dictature. La période de Carlos Menem (1989-1999), le gouvernement propose faire table rase du passé. Un des exemples de ce nouveau récit est la grâce présidentielle accordée aux militants de gauche et aux militaires de la Junte. Les militaires repentis occupent l’espace mémoriel avec leurs témoignages. Même Menem se met sur la position de la victime. « De toute façon, tout le monde est coupable » et la seule issue est d’aller vers l’avant face à un contexte international (demandes d’extradition du juge Garzón) qui met à mal le récit proposé par le gouvernement menemiste. La présidence de Néstor Kirchner (2003-2007) une nouvelle stratégie politique envers les associations de victimes est mise en place ainsi qu’un nouveau récit de la dictature. Le résultat est un rapprochement des certaines associations de victimes et le gouvernement de la nation. Ce rapprochement structure le récit proposé par le kichnerisme.

Griselda Gaiada : Dans la question du témoin et le critère objectif de la vérité où se trouve la place du témoignage, la place du témoin dans le récit historique ?

Séance 3 3 2016 (20)De gauche à droite: Natalia Molinaro, Nadia Tahir, Griselda Gaiada

Nadia Tahir : Il a eu la mise en question des témoignages. Le procès à la Junte militaire (1985) s’appuie sur les témoignages des survivants, des proches de disparus et des militaires. Dans une émission de télévision à propos du procès, nous voyons huit témoins dont deux survivants et six proches. Quelles sont les voix légitimes ? Les victimes depuis les années 1990-2000 deviennent la point de lance des témoins. Parallèlement il y a une multiplication des témoignages. Mais les proches sont toujours présents. Nous observons la création de différentes catégories de témoins, même entre les témoignages. Les différences s‘articulent entre les victimes mobilisées et celles qui ne le sont pas. Il y a des légitimités que se construisent, aussi avec la participation du gouvernement. La société, enfin, les accepte ou ne les accepte pas.

Karine Bergès, Diana Burgos-Vigna, Mercedes Yusta Rodrigo et Nathalie Ludec (dir.), “Résistantes, militantes, citoyennes. L’engagement politique des femmes aux XXe et XXIe siècles”, Rennes, PUR, 2015

Afficher l'image d'origine

Karine Bergès, Diana Burgos-Vigna, Mercedes Yusta Rodrigo et Nathalie Ludec (dir.), Résistantes, militantes, citoyennes. L’engagement politique des femmes aux XXe et XXIe siècles, Rennes, PUR, 2015

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3735

S’appuyant sur une approche comparative, l’ouvrage explore les formes d’engagement politique des femmes sur plusieurs continents, notamment l’Amérique du Sud et l’Europe. Mêlant aux approches sociologique et historique l’étude du genre et les sciences politiques, les contributions dessinent différentes figures de l’activisme féminin au XXe et XXIe siècle. Militantes au sein de partis politiques, citoyennes, résistantes, guérilléras d’hier ou Femen d’aujourd’hui : à travers leur étude, l’ouvrage soulève la question de la place des femmes dans la communauté politique

Avec les contributions de Ana Aguado, Karine Bergès, Jessica Brandler-Weinreb, Diana Burgos-Vigna, Cindy Coignard, Anne Cova, Alexandrine Guyard-Nedelec, Gerardo Leibner, Nathalie Ludec, Bérengère Marques-Pereira, Mónica Moreno Seco, Teresa María Ortega López, Valérie Pouzol, Anne-Claire Sanz-Gavillon, Geneviève Verdo et Mercedes Yusta Rodrigo.

Sommaire

  • Engagement politique des femmes et citoyenneté
  • Maternités politiques
  • Militantes : les femmes dans les partis politiques
  • L’engagement à l’épreuve du féminisme

 

Journal “La Pluma.net”

REDHER - La pluma

http://www.fr.lapluma.net/index.php#

Le 6 mars 2008 est devenue une date qui restera marquée dans histoire comme le jour où la peur a surmonté la terreur mise en place par l’état colombien et ses groupes paramilitaires, l’oubli est resté loin derrière nous…

Ce jour, pour la première fois en Colombie, sur tout le territoire national, des hommes, des femmes et des enfants, en défiant les menaces des groupes paramilitaires et du gouvernement colombien, sont descendus dans la rue pour dénoncer l’impunité régnante contre les crimes commis par l’État colombien et réclamer les nouvelles de leurs proches vilement assassinés ou disparus. Dans les principales capitales du monde, la solidarité des peuples ne s’est pas fait attendre et dans les quatre points cardinaux de la planète ont eu lieu des centaines de manifestations exigeant justice, réparation et réhabilitation de la mémoire.

Pendant la préparation de la journée du 6 mars 2008, nous avons pu nous rendre compte de la désinformation régnante sur la situation colombienne ; l’idée surgit alors de mettre fin à ce cercle médiatique qui existe autour de la Colombie, ce cercle cruel qui cache le conflit social et armé que subit la Colombie, en la réduisant à un cliché de violence et de drogue, plongeant dans un silence assassin la situation critique des droits de l’homme avec un parfum de complicité vis à vis des vrais responsables de la violence que vit le pays.

Confrontés à cette triste réalité et devant le besoin imminent de faire quelque chose pour nos frères colombiens qui sont exterminés en silence avec l’indifférence et la complicité tacite de la communauté internationale, un groupe d’amis a décidé de créer un site web d’information pour permettre de mieux connaître la situation complexe de la Colombie. C’est ainsi que surgit l’idée de construire un site Internet dans un premier temps autour de l’hommage national et international aux victimes du para militarisme en Colombie. En approfondissant un peu plus, nous avons étendu le champ d’action de l’information, en donnant ainsi naissance à “La plume écrit ce que les hommes n’osent pas dire…”

En cherchant à élargir notre champ d’action, nous avons fait la rencontre sur les autoroutes du cyberespace de l’APP  « Agencia de los Pueblos en Pie », avec qui nous partageons d’innombrables initiatives et propositions, raisons pour lesquelles nous décidons de nous joindre à eux et faire partie de l’APP, en nous convertissant en bloc Europe.

Nous pouvons résumer en quelques lignes l’histoire de l’APP. Pendant le Forum Social des Amériques réalisé à Quito (Capital de l’Équateur), certains collectifs ont participé et certains d’entre eux se sont joints au cycle de vidéo « Mémoires et Résistances »; ceci a été le début d’un long chemin qui nous a permis de nous procurer des outils et techniques nécessaires pour pouvoir contrecarrer le terrorisme médiatique auquel est soumis la réalité du peuple colombien.

En 2004, un premier bulletin électronique de l’APP est créé dans lequel se rencontrent diverses expressions de la lutte des peuples du continent; c’est la naissance du bulletin « los Pueblos En Pié », ce bulletin s’est développé à partir d’un vaste réseau électronique continental, dans lequel ont été visualisées, diffusées et réalisées les actions de solidarité avec les organisations sociales et politiques du continent latino-américain.

Entre les années 2004 et 2006, la volonté a été de développer un plus vaste espace à travers une page Web; c’est ainsi que nous nous sont liés à d’autres collectifs comme « Indymedia » Equateur et à d’autres expressions organisationnelles de la Colombie, de l’Équateur et du Venezuela. Durant les années 2005 et 2006, nous avons accompagné fondamentalement en tant que collectif, les mobilisations contre le TLC. Et c’est, au milieu des marches et des bagarres de rues de Quito, que le 16 mars 2006 a eu lieu la naissance officielle du site Internet  de l’agence « Agencia de los Pueblos en Pie ».

Les Cahiers Alhim (Amérique latine Histoire et Mémoire) n° 30

1re de couverture du numéro 30

Les Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8,  viennent de publier :

«  La représentation des violences de l’Histoire dans les arts visuels latino-américains (1968-2014) », n°30, 2015, sous la direction de Michèle Arrué (Université de Paris 8) https://alhim.revues.org/5285

Présentation:

Le numéro 30 des Cahiers ALHIM porte sur la représentation des violences de l’Histoire dans les arts visuels latino-américains de la fin des années soixante à nos jours, des violences (répression, torture, disparition…) commises par les États et les groupes armés.

Si les analyses de ce volume concernent cinq pays : Colombie (E. Sinardet), Chili (I. Depetris, M. Urzúa, M. Campos, M. Serrato), Uruguay (B. Tadeo), Argentine (C. Palacios, F. Larralde, D. Jarak, M. F. Luchetti) et Mexique (N. Carton), et des supports variés tels que photos, installations, performances, documentaires, art vidéo, bandes dessinées et peinture, elles ne se fixent pas de donner des réponses exhaustives. Chaque article analyse de l’intérieur de son corpus des questions telles que : Comment réfléchir la possible ou l’impossible représentation de l’horreur ? Ces représentations supposent-elles une esthétique particulière ? Quels rôles ces œuvres sont-elles amenées à jouer ? Quelle place est conférée au récepteur ?

Pour les artistes sur lesquels portent ces analyses (hormis les articles de M. F. Luchetti et de N. Carton), travailler à la représentation de la violence, c’est travailler à dénoncer les crimes perpétrés tout  autant que lutter contre l’oubli de ces crimes, mais c’est également réfléchir à un langage spécifique et novateur permettant de rendre compte d’une réalité extrême.

***

La publicación de Los  Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et mémoire)

 «  La représentation des violences de l’Histoire dans les arts visuels latino-américains (1968-2014) », n° 30, 2015, sous la direction de Michèle Arrué (Université de Paris 8) https://alhim.revues.org/5285

Presentación:

El número 30 de los Cahiers Alhim versa sobre la  representación de las violencias (represión, tortura, desaparición… ) cometidas por los Estados o grupos armados en América Latina, en particular en Colombia (E. Sinardet), Chile (I. Depetris, M. Urzúa, M. Campos, M. Serrato), Uruguay (B. Tadeo), Argentina (C. Palacios, F. Larralde, D. Jarak, M. F. Luchetti) y México (N. Carton). Los once  artículos proponen análisis de las artes visuales que abarcan imágenes fílmicas (documentales, ficciones, videoarte), fotografías, esculturas, obras pictóricas, instalaciones, performancias.

Analizar aquellas obras significa, a la vez, plantearse las siguientes preguntas: ¿Cómo pensar la posible o imposible representación del horror? ¿Suponen aquellas representaciones una estética particular?, ¿Qué papel pueden desempeñar aquellas obras de arte?

___________________________________________________________________________

Nous vous informons de la parution de la version imprimée du numéro 25 « De l’âtre à l’autel : Nourritures rituelles amérindiennes (Mexique, Guatemala) » sous la direction de Aline Hémond (Université Paris 8,CNRS LAVUE-AUS) y Leopoldo Trejo Barrientos (Museo Nacional de Antropología-Instituto Nacional de Antropología e Historia, México): http://www.i6doc.com/fr/livre/?GCOI=28001100549010

Séance Séminaire ALHIM du 29 janvier 2016 “Penser la race au XIXe siècle (Italie, Espagne, Bolivie)”

Séminaire ALHIM

Penser la race au XIXe siècle  (Italie, Espagne, Bolivie)

Afficher l'image d'origineJorge González Camarena, Las razas y la cultura, 1964

Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8 et Paris 3

penser la race janv 2016(1)

Le racisme antiméridional au XIXe siècle: l’Italie « barbare »
Ernesto de Cristofaro (Université de Catane)

Cesare Lombroso étudie la médecine à Padoue, Vienne et Pavie et prend la direction de l’asile d’aliénés de cette dernière ville à partir de 1864. En 1862, il vit, en tant qu’officier sanitaire, l’expérience de la répression du brigandisme dans le sud de l’Italie. En 1876 parait L’Uomo delinquente dans lequel il défend la thèse selon laquelle la « délinquance » serait nettement plus fréquente chez certaines personnes porteuses de caractéristiques physiques, ce qui démontrerait le caractère inné de certains comportements. En 1898, Lombroso publie à nouveau In Calabria, une analyse du retard socio-économique de Calabre. Dans la première version de 1862, l’auteur avait déjà abordé la question du caractère bio-somatique de la population calabraise, sa pathologie physique et son comportement. Lombroso avance la thèse que les coutumes antihygiéniques des Calabrais avaient leur origine dans la période de l’occupation espagnole de l’ile.

En 1865, la Gazzetta medica italiana soutient l’idée que dans chaque ville existe une typologie criminelle précise. La race est abordée comme un facteur important de la criminalité. Celle-ci serait aussi la conséquence d’une transmission héréditaire. Cependant, l’analyse ne propose pas une contraposition entre le Nord et le Sud de l’Italie : le crime aurait partout des causes semblables.

A la fin du XIXe siècle Alfredo Niceforo publie La delinquenza in Sardegna (1897), L’Italia barbara contemporanea (1898), Italiani del Nord e Italiani del Sud (1899-1901). Ces écrits soutiennent la thèse de l’existence d’une région de délinquance, d’un lien entre le lieu et la criminalité. Théorie de l’évolutionnisme contre la théorie de l’atavisme : différences entre le Nord et le Sud, ce sont deux pays considérés comme opposés. Structuration d’un discours anthropologique : la population du Nord est arienne (Germanique) et celle du Sud est méditerranéen (Latine). La preuve de cette proposition serait la forme différente du crâne entre les Italiens du Nord et ceux du Sud présentée comme un facteur invariable. Conclusion : les gens du Sud, qui ont un retard moral et un retard éducationnel, sont une race inférieure par rapport aux Italiens du Nord. Les Italiens du sud ne sont pas faits pour le progrès, ils font partie d’une civilisation qui va vers la mort. Ces propositions montrent une fracture de civilisation à l’intérieur de la Nation italienne et la Cerdagne est un exemple paradigmatique.

En 1904 Marco Levi Bianchini publie Superstizioni, terapia empirica nella race calabresa. En 1898, Napoleone Colajianni répond aux attaques contre la « race maudite ». Pour Colajianni la thèse de Niceforo est un instrument de politique coloniale. Il critique les thèses de l’école positiviste et souligne que ce sont les causes sociales qui sont à l’origine de la criminalité. Pour Colajianni les thèses officielles de l’école positiviste porteraient en elles un grave danger qui peut déboucher sur la solution militaire, la seule réponse aux problèmes raciaux soulevés par Alfredo Niceforo.

L’anthropologie criminelle et les thèses de Lombroso et de Niceforo ont une fonction politique : reconnaitre « scientifiquement » les éléments qui peuvent décrier un mouvement politique.

L’émergence du mythe de la Raza hispana au XIXe siècle : un racialisme hispanique ?
David Marcilhacy (Université Paris-Sorbonne/CRIMIC)

Le concept étudié est celui de la « raza española/hispánica ». Il a été structuré discursivement pendant la deuxième moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle. C’est un concept à géométrie variable, un concept ethnoculturel qui propose un modèle de civilisation autour d’une famille de peuples de racine ibérique. La proposition analytique se développe autour des concepts de racialisme et de racisme, de la transposition de la question physique à la question culturelle et moral.

Le contexte historique

La période des Indépendances et des postindépendances, ainsi que l’expansionnisme étasunien des années 1840 et le discours de la « Young America », affirment une mise en question de la légitimité de la présence espagnole en Amérique latine. Cette période débouche sur la reconnaissance des nouveaux états américains par la Monarchie espagnole. Parallèlement, certains intellectuels européens développent un discours qui se structure autour d’une rivalité raciale. Dans la description de son voyage en Amérique latine, Humboldt souligne l’existence d’une opposition de la race hispanique et la race germanique. La race espagnole, dérivée de la race latine, décadente et en régression serait menacée par l’expansionnisme des races dominantes du Nord.

La race hispanique et le panhispanisme

Dans la période 1840-1860, l’Espagne dépasse au fur et à mesure le traumatisme du résultat des guerres d’Indépendances. Les élites espagnoles lancent une campagne d’opinion et un programme de convergence culturel et économique dans plusieurs revues culturelles comme c’est le cas de la Revista española de Ambos Mundos. C’est dans les années 1850 que les termes « raza hispánica » et panhispanisme commencent à occuper le champ intellectuel et politique espagnol. Le discours se structure à partir des concepts de civilisation, progrès et universalisme. Les écrits de Altamira, Castelar et Cánovas, à partir d’une dialectique d’affrontement entre la race latine et la race germanique/anglo-saxonne, proposent une utilisation du terme « race » comme un concept empirique et pas scientifique, comme le héritage directe de la religion catholique et de la culture et la langue espagnoles. Ils prônent l’unité de l’Amérique hispanique à partir d’une fraternité hispanique, une confédération morale, nécessaire pour faire face au « Colosse du Nord ». Ce discours montrait la crainte de voir disparaitre la race espagnole comme le résultat de la dislocation de l’Empire colonial espagnol. Pour les intellectuels et les diplomates des jeunes nations-état latino-américaines, l’ascendance hispanique était le lien direct avec la culture européenne et la preuve de leur appartenance aux peuples civilisés.

La construction discursive de la race espagnole est en rapport à la modernité et à la tradition. Le panhispanisme propose une inclusion dans la modernité à partir d’un processus de progrès et de civilisation. Il se structure autour de bloques culturels définis en termes de civilisation et pas en termes raciaux. C’est une proposition identitaire sans connotations biologiques. Cependant, cette vision du panamericanisme peut être mise en question par rapport à l’absence des populations indiennes, métisses et noires dans la proposition civilisatrice de la race espagnole ou hispanique. Cette absence, n’est-elle pas une conception de supériorité raciale en soi ?

 Place et rôle de la « race indigène » dans le projet bolivien de «régénération nationale» (1898-1925)
Françoise Martinez (Université de La Rochelle/CRHIA)

En 1898 les libéraux arrivent au pouvoir. Ils font une analyse du pays et leurs conclusions structurent un discours autour de l’idée d’un pays fragilisé :
– Fragilité territoriale : manque de contrôle de l’Etat sur l’ensemble du territoire national
– Fragilité économique
– Fragilité ethnique

Le premier recensement général de la République fut ainsi lancé le 1er septembre 1900, et ses résultats définitifs publiés deux ans plus tard. Ce furent donc les libéraux qui procédèrent à ce recensement national l’année qui suivit leur arrivée au pouvoir, afin de pallier un certain nombre de carences d’informations sur la réalité géographique, économique, et humaine du pays. Le recensement est présenté par le pouvoir bolivien comme une démarche scientifique. Cette enquête de population est construite autour d’un classement racial divisant les Boliviens entre ceux de race blanche, de race indigène, de race criolla (inférieure à la blanche mais supérieure à l’indigène) et de race noire.

La Bolivie est définie comme une Nation indigène en retard, mais quelle est la raison de ce retard ? A partir de cette question, l’élite dirigeante se questionne sur la place de l’autre, du rural, de celui qui n’est pas citoyen, c’est-à-dire la place de l’Indien dans la société bolivienne de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Les conclusions de cette analyse de la « réalité » du pays, mènent les libéraux boliviens à considérer que le retard de la Bolivie est dû à une race indigène réfractaire au progrès. La solution pour affronter ce problème et pour régénérer la race est la constitution, et la mise en place, d’un projet de régénération éducatif qui devrait amener à la « desindianisation » du pays.
En 1899, les écoles primaires boliviennes étaient divisées en écoles publiques, municipales, paroissiales, privées et techniques (« Salesianas »). Le projet de régénération est structuré à partir des emprunts au positivisme, à l’idée de progrès, au darwinisme social et à l’évolutionnisme de l’époque. Ce projet propose l’éducation comme le remède contre la dégénération de l’Indien à partir d’une régénération spécifiquement éducative.

La mise en pratique de ce projet doit être menée à bien par un système éducatif sous le contrôle de l’Etat. En 1909 le gouvernement bolivien engage le pédagoge belge Georges Rouma pour organiser la première Ecole Normale d’Enseignants à la ville de Sucre. L’éducation se présente comme l’instrument clé de la modernisation et de l’unification de la Bolivie, c’est-à-dire la « desindianisation » du pays : l’Indien est considéré comme un néant de culture.

Le blanchissement culturel est envisagé à travers deux types d’écoles pour deux types d’Indiens :

– Les missions religieuses pour les Indiens non soumis de l’Orient
– Les écoles ambulantes pour les Indiens de l’Altiplano et des vallées

Le tournant du siècle voit le glissement du débat de l’assimilation de l’Indien à sa différentiation. Franz Tamayo prône l’adaptabilité de l’Indien et explique sa corruption culturelle à cause du projet civilisateur libéral. Face à cette vision des choses, Felipe Segundo Guzmán soutient l’idée de « remodelación » de l’Indien.

En 1910 a lieu une mission anthropomorphique organisée autour de nouvelles questions sur l’élément Indien au sein de la nation bolivienne. Désormais l’Indien est approché « scientifiquement » comme un être spécifique qui doit être régénéré par l’éducation physique et la transformation de ses caractéristiques physiques. Cette préoccupation physique, mais aussi esthétique, veut mener à bien une transformation des Indiens vers un idéal physique et esthétique représenté par l’image que les élites boliviennes ont du peuple suédois. Malgré sa régénération, l’Indien serait, dans ce cas, un citoyen passif, sans la possibilité de jouer un rôle dans la politique et les affaire publiques de la Bolivie.

 

Appel à communications “Intellectuels et Médias dans les Espaces Hispanophones et Lusophones”

Afficher l'image d'origine

 Afficher l'image d'origine

APPEL A COMMUNICATIONS

COLLOQUE INTERNATIONAL

Intellectuels et Médias dans les Espaces Hispanophones et Lusophones (XIXe-XXIe siècles)

Hommage à Marie-Claude Chaput
vendredi 30 septembre – samedi 1er octobre 2016
Université Rennes 2- PILAR-ERIMIT- Rennes Métropole

APPEL Colloque mcchaput 2016 Rennes 2 docx

 Comité d’organisation :

  • Nadia Ait Bachir (Maître de conférences, Université de Caen, PILAR)
  • Françoise Dubosquet (Professeure des universités, Rennes 2, directrice de l’ERIMIT, PILAR)
  • Nathalie Ludec (Professeure des universités, Rennes 2, ERIMIT, présidente de PILAR)
  • Bodosahondra Randrianarijoana (Consultante, PILAR)
  • Víctor Rodríguez Infiesta (Enseignant-chercheur, Université d’Oviedo, PILAR)
  • Aránzazu Sarría Buil (Maître de conférences, Université de Bordeaux Montaigne, PILAR)

Comité scientifique :

  • Jean-François Botrel (Professeur Emérite, Rennes 2, PILAR)
  • Chrystelle Fortineau (Professeure des universités, Rennes 2, directrice de l’ERIMIT)
  • Celia Palacio Montiel ( Professeure de l’Université de Veracruz, directrice du Centro de Estudios de la Cultura y la Comunicación)
  • Antonio Platero Laguna (Professeur de l’Université de Cuenca, président de la Asociación de los Historiadores de la Comunicación)
  • Adriana Pineda Soto (Universidad Michoacana de San Nicolás de Hidalgo, présidente de la Red de Historiadores de la Prensa)
  • Cristina Ponte (Professeure de l’Université nouvelle de Lisbonne, directrice du Centro de Investigação Media e Jornalismo de Lisboa)
  • Juan Antonio García Galindo García (Professeur de l’Université de Málaga, Directeur de la Faculté des Sciences de la Communication, membre de l’AHC, vice-président de Pilar)
  • Pierre Paul Grégorio (Professeur de l’Université de Bourgogne, vice-président de PILAR)

Présentation

Ce colloque en hommage à Marie-Claude Chaput, ex présidente de l’association Pilar (Presse Imprimé Lecture dans l’Aire romane) et ancienne enseignante-chercheure de Rennes 2, a pour objet la place et le rôle des intellectuels dans les médias dans les espaces hispanophones et lusophones, dans une approche pluridisciplinaire: historique, politique, économique, culturelle et linguistique.

Les intellectuels, acteurs et témoins de leur temps, constituent une élite présente dans les médias non seulement dans l’espace consacré des suppléments culturels mais aussi dans la presse d’information générale et aujourd’hui dans les nouveaux médias de l’ère digitale (blogs et réseaux sociaux).

Les médias sont, par excellence, un lieu d’expression privilégié pour les intellectuels : d’abord lieu de l’écrit, ils sont un espace propre à l’écriture, celui de l’écrivain, du chroniqueur. Pensons au rôle de gardien de la langue à travers la figure de Fernando Lázaro Carreter, auteur de la chronique intitulée « El dardo de la palabra », publiée dans le quotidien espagnol El País. Donnons d’ores et déjà une place au « e muet » du féminin intellectuelles1.

Si l’on se tient à cette définition, les intellectuels sont: « des citadins qui voyagent et qui sont présents dans les médias ; ils sont donc en mesure de formuler des idéologies et de donner à la population une image nationale2. »

Dans le contexte des luttes pour l’indépendance en Amérique latine, au XIXe siècle, l’intellectuel se glisse dans la figure du penseur politique, pour proposer un nouveau projet de société national. Au XXe siècle, les « transitions » sont aussi un marqueur commun aux espaces hispanophones et lusophones et méritent une attention particulière de la part des intellectuels.

C’est bien l’une des vocations premières de la presse que de divulguer un nouveau courant de pensée ou d’opinion, d’en percevoir les balbutiements, de prendre le pouls de la société en donnant la parole aux intellectuels, d’écrire « le premier brouillon de l’histoire », comme le déclarait Philip Graham, l’un des anciens éditeurs du Washington Post3. Convertis en journalistes, les intellectuels explorent, observent et décrivent l’histoire en train de se faire, une histoire immédiate4 : « Nous entendons donc par histoire immédiate, l’ensemble de la partie terminale de l’histoire contemporaine, englobant aussi bien celle dite du temps présent que celle des trente dernières années ; une histoire, qui a pour caractéristique principale d’avoir été vécue par l’historien ou ses principaux témoins5. »

C’est ainsi que sont relayés, expliqués et interprétés les mouvements sociaux. Dans les années 60 et 70, par exemple, la presse écrite mexicaine s’ouvre à de nouveaux débats autour de la situation des femmes en accordant dans ses colonnes une place aux intellectuelles, à la fois témoins et actrices de leur époque. À l’écoute de la société, de son histoire, elle remplit sa fonction en rendant visibles les femmes, leurs préoccupations, leur militantisme, à une époque porteuse de changements dans la relation entre les sexes et participe pleinement à l’écriture d’une page de l’histoire des femmes.

L’intellectuel dérange : il est ce dard qui fend et pourfend les préjugés, les stéréotypes. Il participe à la construction des représentations collectives, culturelles, sociales, politiques et économiques. Nous tâcherons de battre en brèche cette définition de l’intellectuel que donne G. Bernanos : « (…) L’intellectuel est si souvent un imbécile que nous devrions toujours le tenir pour tel, jusqu’à ce qu’il nous ait prouvé le contraire. (…)6

Ces premiers éléments de réflexion prendront forme autour des propositions suivantes :

  1. L’intellectuel, acteur et témoin de l’histoire
  2. L’intellectuel face à l’événement
  3. Les intellectuels et la construction de nouvelles représentations et identités
  4. Les intellectuels dans la sphère économique
  5. Intellectuels engagés et engagement intellectuel
  6. Intellectuels et cultures populaires
  7. Entre l’écrit et le virtuel : les traces des intellectuels

Se pencher sur la place des intellectuels, c’est rendre compte de leur rôle de médiateurs, de créateurs d’opinion, selon des thématiques qui font écho aux préoccupations de Marie-Claude Chaput, pour l’Histoire du temps présent, et en particulier pour la presse espagnole et française, qui croisent une approche politique, économique et de genre, du XIXe au XXIe siècles.

Pour s’inscrire, consulter le page : http://mcchaput2016.sciencesconf.org/

Contact : mcchaput2016@sciencesconf.org

NOTES

1 Nicole RACINE, Michel TREBITSCH, Intellectuelles Du genre en histoire des intellectuelles, Bruxelles, Coll. « Histoire du temps présent », Ed. Complexe, 2004.

2 CABRERA LOPEZ, Patricia, Una inquietud de amanecer. Literatura y política en México, 1962-1987, Collaborateur José Agustín, UNAM, Centro de Investigaciones Interdisciplinarias en Ciencias y Humanidades, Plaza y Valdés, 2006, p.45

3 BROOKS, David, « Listo en Washington, el museo del periodismo », La Jornada, 9 de abril 2008; <http://www.jornada.unam.mx/2008/04/09/index.php section=mundo&article=044n1mun>

4 KAPUŚCIŃSKI, Ryszard, Los cínicos no sirven para este oficio : sobre el buen periodismo, Barcelona, Anagrama,2002.

5 SOULET, Jean-François, L’histoire immédiate, PUF, Collection Que-Sais-Je ?, N° 2841, 1994, p.4.

6 BERNANOS Georges, La France contre les robots, R. Laffont, 1947 ; Éditions Le Castor Astral, 2009.

Appel à contribution Journée d’études “Une lecture globale de l’événement local”

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

APPEL A CONTRIBUTION
JOURNEE d’ETUDES
UNE LECTUE GLOBALE DE L’EVENEMENT LOCAL
Jeudi 7 avril 2016 (salle E 224)

Présentation

Cette deuxième journée d’études prolonge notre réflexion sur « L’après-coup de l’événement» (journée d’études du 26 novembre 2015), analysé selon une trajectoire nationale, collective ou individuelle, à son tour formulée par une repolitisation de lieux (Luc Capdevila, « La patrimonialisation des ex centres clandestins de détention en Argentine et au Chili »), de personnages (Véronique Hébrard, « La Faction de la Sierra (Venezuela, 1858-1859) Un événement singulier entre mémoire et oubli ») ou par une transformation des faits en objet culturel (la chronique, la fiction), que sont les catastrophes naturelles (Sylvie Koller, «Chroniques de l’imprévisible prévisible. Comment raconter les catastrophes naturelles »), ou les faits divers (Cécile Marchand, « Sucesos y reescritura en la narrativa de Carlos Droguett »).

Nous continuons à suivre l’itinéraire de l’événement, cette fois en passant de l’échelle locale à l’échelle globale. Comment envisager une lecture globale de l’événement local ? Ceci à partir des acteurs, des spectateurs – témoins, lecteurs- et d’une troisième instance qui peut être l’historien, l’intellectuel, le politique, l’économiste. Dans cette mutation, interviennent également les scènes publiques internationales et les acteurs transnationaux. Comment un événement local peut-il être un levier pour redéfinir ou repenser des relations internationales, sur le plan culturel, politique, diplomatique, économique ?

Les études proposées s’inscriront dans l’aire ibérique et ibéro-américaine.

Organisation

Toute proposition, accompagnée d’un résumé, devra être adressée avant le 8 mars.

Contact :

Nathalie Ludec : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Rodolphe Robin : rodolphe.robin@univ-rennes2.fr

Encuentro de los pueblos de Nuestra América frente a la crisis climática y la COP21: Defensa de la Madre Tierra y Justicia Social. 4 y 5 de diciembre

grande-RencontrePeuplesNotreAmérique-Paris-4-5-Déc2015

Encuentro de los pueblos de Nuestra América frente a la crisis climática y la
COP21: Defensa de la Madre Tierra y Justicia Social

París, 4 y 5 de diciembre 2015

EJES

1. Legislación y tribunales internacionales sobre los derechos de la Madre Tierra y la Justicia Climática, vinculantes para los Estados y las multinacionales a fin de garantizar la defensa del aire, el agua, la vida y la tierra.
2. Empoderamiento de los pueblos originarios, los trabajadores y las mujeres. Legislación internacional que garantice derechos al territorio, a la consulta previa e informada; de los trabajadores al Trabajo Digno y a la construcción de la equidad por las mujeres; participación en la toma decisiones desde las cadenas productivas hasta las instancias internacionales
3. Defensa de Nuestra América como zona de paz, de mega-biodiversidad y exenta de armas nucleares (especialmente la Amazonía y el Atlántico Sur). Prohibición de la deforestación, la mega-industria agropecuaria y bioenergética y el uso de transgénicos.
4. Experiencias alternativas de producción e intercambio cultural y económico frente al cambio climático y al sistema imperante.

convocatoria-invitation–ENCUENTRO-Rencontre-París-4-5 Diciembre 2015-cast-fr

PROGRAMA
VIERNES 4
Espace Niemeyer: 2, Place du Colonel Fabien. 75019 PARÍS. Metro Colonel Fabien
-con el apoyo solidario del PCF-

16h00-17h00 Recepción e inscripciones.
17h00-17h30 Acto de bienvenida y Ceremonia a la Madre Tierra.
17h30-18H30 Talleres simultáneos: Defensa del agua y extractivismo. Defensa de la
mega-biodiversidad y de la Amazonía.
18H30-19H30 Acto cultural.
19h30-20h30 Talleres simultáneos: Legislación Internacional de defensa de la Madre-
Tierra. Justicia Climática. Tribunal internacional.
20h30-20h45 Pausa gastronómica.
20h45-21h45 Acto cultural.

SÁBADO 5
Le Chantier: 24, rue Antoine-Julien Hénard. 75012 PARÍS. Metro Montgallet

13h45-14h15 Recepción e inscripción.
14h15-15h00 Taller: Construcción de la Paz y contra la militarización.
15h00-16h00 Taller: Trabajo Digno.
16h00-16h30 Pausa/ Acto cultural.
16h30-17h30 Taller: Derechos de los pueblos originarios.
17h30-18h30 Taller: La construcción de la equidad por las mujeres.
18h30-19h00 Acto cultural.
19h00-20h00 Talleres simultáneos: Alternativas de producción. Alternativas de intercambio económico. Alternativas de intercambio cultural.
20h00-20h30 Pausa gastronómica.
20h30-22h00 Acto cultural.
22h00-22h30 Ceremonia de clausura.

Colloque International “Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle”

COLLOQUE INTERNATIONAL

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle

Affiche colloque Chili IIIaffiche Colloque Chili III

Jeudi 3 et Vendredi 4 décembre 2015
Université Paris Ouest-Nanterre/Université Paris 8

 

Jeudi 3 décembre 2015

Université Paris Ouest-Nanterre,

Salle des Conférences, Bât. B

10h00 Accueil des participants
10h30 Ouverture du colloque

Table 1 Image et politique : pouvoir, dissidence et mémoire I
Modérateur : Catherine Heymann

10h45 Les moyens artistiques et les rebellions ouvrières au Chili et au Pérou. Étude de deux cas                                                                                                                                                                         Vicente Romero (Université Paris 8)                                                                                                           11h10 Les campagnes présidentielles chiliennes de 1958 à 1970 vues par la caricature   Elodie Giraudier (Université Paris 3-Sorbonne nouvelle)

11h35 Débat                                                                                                                                                           11h50 Pause

Table 2 Image et politique : pouvoir, dissidence et mémoire II
Modérateur : Mirian Pino

12h00 Descripción estético-política de la imagen oficial del gobierno militar en Chile
Fernanda Paz Cabaluz Ducasse (EHESS)                                                                                               12h25 La dictadura de Pinochet desde la clandestinidad: imagen, resistencia y denuncia en algunas cintas producidas en el exilio
Marcy Campos (EHESS)

12h50 Débat                                                                                                                                                               13h10 Déjeuner

Table 3 Image et politique : pouvoir, dissidence et mémoire III
Modérateur : Benoit Santini

14h30 De silencios y miradas perplejas: postmemoria, construcción identitaria y búsqueda de sentido en el documental contemporáneo chileno
Olga Lobo (Universidad Grenoble Alpes)                                                                                               14h55 El eco de la historia en el documental de Antonia Rossi
Michèle Arrué (Université Paris 8)

15h20 Pause

15h30 Aunar ficción y documental en pos de una memoria política viva: el cine de Pablo Larraín
Stéphanie Decante (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)                                              15h55 El Cine chileno del nuevo milenio, la memoria obstinada
Laurence H. Mullaly (Université Bordeaux 3-Montaigne)

16h20 Débat

17h00 Eduardo León, association Dordogne Périgord Amérique latine (DOPEAL), Présentation du dessin animé Valparaíso de Pablo Alibaud

17h30 Vin d’honneur

Vendredi 4 décembre 2015

Université Paris 8- Vincennes Saint-Denis

Salle La coupole

Table 4 Du Chili au monde : de l’histoire nationale dans la rue aux images de guerre
Modérateur : Vicente Romero

10h00 Au-delà des Andes, l’oubli ? Politiques de mémoire et monuments commémoratifs de la dictature au Chili
Nathalie Jammet-Arias (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)                                    10h25 De la carne a la piedra: poder simbólico y estatuas de los “grandes hombres de la patria” en el espacio público de Santiago de Chile (1856-1930)
Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8)                                                                             10h50 Peintures et photographies de la guerre du Pacifique (1879-1883) : l’affirmation de valeurs nationales
Jérôme Louis (Institut Napoléon)                                                                                                            11h15 Imágenes y debates de la gran guerra en la prensa chilena
Juan Luis Carrellán (Universidad de la Frontera, Chili)

11h40 Débat                                                                                                                                                      12h30 Déjeuneur

Table 5 Histoire intime du Chili
Modérateur : Michèle Arrué

14h30 Violeta Parra, une chilienne à Paris. De son exposition au Louvre aux chroniques du Figaro: la découverte des Arts populaires chiliens en France (1961-1965)
Alvar De la LLosa (Université Lyon II- Lumière)                                                                                  14h55 El cine documental en Chile: de la representación de los márgenes sociales a la centralidad de lo popular, 1850-1973
Hernán Venegas Valdebenito (USACH, Chili)

15h20 Débat                                                                                                                                                         16h10 Pause

Table 6 Mots et spectacle au cœur de la résistance
Modérateur : Alvar de la LLosa

16h25 La poésie visuelle chilienne de 1973 à nos jours : création et subversion
Benoît Santini (Université de Boulogne-Côte d’Opale)                                                                          16h50 La Efímera vulgata (2012) de Enrique Lihn y Luis Poirot: la doble mirada de un texto
Mirian Pino (Universidad de Córdoba, Argentine)                                                                             17h15 Carnavalización de las estéticas de lo total y formación de las Naciones latinoamericanas en Umbral de Juan Emar
Malva Marina Vásquez (Universidad Andrés Bello, Chili)

17h40 Débat                                                                                                                                                               18h00 clôture du colloque

programme Colloque Chili III

Journée d’études: “Continuités et permanences dans les processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)”

JOURNEE D’ETUDES

Continuités et permanences dans les processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)

Affiche journée d'études 27 11 2015 (2) (557x800)

Affiche journée d’études 27 11 2015

flyers journée d’études 27 11 2015

Présentation

Cette journée d’études a été pensée à partir du changement méthodologique proposé par le « tournant spatial » et plus largement par l’analyse de la ville en tant qu’objet et sujet complexe d’étude. Cette proposition nous a conduits à prêter attention à la dimension spatiale dans l’étude du passé et à tisser en conséquence des rapports avec des collègues travaillant sur les villes latino-américaines.

Les réflexions ont porté sur les processus de transformation de certaines villes latino-américaines à partir d’une conception de la ville en tant que forme de connaissance entre les discours et les pratiques, entre les représentations et les répercussions visibles sur l’espace et vice-versa.

L’objectif principal de la journée a été la constitution d’une proposition épistémologique à partir des éléments précédents (urbanisme, géographie physique et littéraire, planification urbaine, …) dans une dimension temporale structuralement déterminante.

Dans ce sens, la ville comme objet d’étude des sciences sociales s’inscrit nécessairement dans le temps et toute étude sur l’espace doit analyser les temporalités qui constituent la ville. Dans le même temps, nous avons été obligés d’inscrire cette journée dans une variable contextuelle, c’est-à-dire le regard sur la ville d’une certaine société dans un moment donné. Toute ville se pense par connivence ou différence avec les autres villes, y compris les villes principales et à prétention homogénéisant. La comparaison a pour vertu de relativiser ce qui, au sein d’un seul espace national, paraît aller de soi.

La journée a essayé de rendre compte que les sciences sociales sont en plein « âge de métissages », fait qui invite à porter plus loin encore notre regard (R. Chartier, Le Jeu de la règle, Bordeaux, PUB, 2001). Notre démarche a aussi voulu décontextualiser les grilles de lecture et d’analyse propre à chaque espace national vise à élaborer un questionnaire transversal qui puisse rendre compréhensible les convergences, les continuités, les permanences et les transferts que nous avons souligné dans nos échanges. Enfin, notre but final est de stimuler la discussion, la recherche et les contacts entre les universitaires et les intellectuels qui ont comme objet et sujet d’étude les villes latino-américaines.

Communications
Les mutations de l’espace urbain havanais au XXe siècle
Emmanuel Vincenot (Université Paris-Est-Marne-la Vallée)

Pendant la première moitié du XXe siècle la ville connait un boom démographique et une nouvelle mise en espace. En 1899 La Havane est une « ville basse » avec de maisons à trois étages maximum, une ville étalée et compacte avec peu de végétation, une ville sale. La domination américaine impose une politique hygiéniste qui se matérialise dans la mise en place de l’inspection de salubrité de maisons, d’un système d’évacuation d’ordures, de nettoyage et d’égouts moderne ainsi que l’électrification de la partie centrale de la ville. Cette désinfection générale de la ville mélange la réalité avec l’imaginaire, les pratiques avec les discours de pouvoir autour du développement des échanges, du système de voirie et des flux de transports, marchandises et personnes.

En 1899 les murailles n’existent plus et le développement de l’économie du sucre et du port commercial a une forte influence sur l’étalement de la ville vers l’ouest et le sud-ouest, autour des grandes voies de communication. Cet étalement s’accompagne d’une ségrégation spatiale par identité nationale et critère socio-économique. Les Péninsulaires habitent La Havane vielle et les « Criollos » s’installent en dehors du quartier historique. La bourgeoise créole, formée entre 1860 et 1899 environ, habite le quartier Velasco. Dans cette division socio-économique, la bourgeoisie havanaise habite près de la « côte » tandis que les classes populaires sont « loin de la côte » dans le sud et sud-ouest de la ville. Le sud de La Havane vielle est structuré autour des chemins de fer, de l’Arsenal, du quartier industriel, les abattoirs et les quartiers marginalisés.

Entre 1910 et 1920 La Havane connaît un boom du secteur de la construction lié à un boom économique : nouveaux hôtels, multiplication d’installations touristiques sur la côte, urbanisation de la côte, construction du Malecón. La ville se tourne vers l’océan et elle se met en scène sur le Malecón en produisant un renversement des tropismes spatiales, un nouveau regard sur la ville et la ville sur elle-même.

La Havane s’étale dans un chaos urbanistique pendant les années 1920-1940. L’expansion urbaine est gérée par les promoteurs individuels sans l’existence d’un plan général. C’est le début de la verticalisation du cœur de La Havane vielle. Le passé colonial laisse sa place à la modernité américaine. Les nouveaux quartiers résidentiels de la très haute bourgeoisie poussent en même temps que le développement de la société de loisir. Parallèlement des nouveaux quartiers industriels apparaissent au sud de la ville. Entre 1930 et 1940 la côté est dévient aussi une zone industrielle.

Sous la présidence de Machado mène une politique de grands travaux d’urbanisme qui « cubanise » la ville en fixant la physionomie actuelle de La Havane. L’architecte français Nicolas Forestier désigne la côte et les lignes principales des travaux urbains qui doivent convertir La Havane en une ville de prestige.  La crise de 1929 va provoquer la multiplication de bidons-ville et l’image d’une ville duale avec une « côte riche » et un « intérieur de misère ». Cette répartition de l’espace  continue à structurer la ville actuelle.

FullSizeRender
La fundación de núcleos urbanos en la Araucanía de fines del siglo XIX
Arauco  Chihuailaf (Université Paris 8)

Los relatos de viaje y los informes militares muestran que los nucleos urbanos en la Araucanía de finales del siglo XIX  son fuertes/pueblos, más que ciudades, que estructuran  la transformación del espacio fronterizo y juegan un papel como herramienta de control del espacio en un marco de conflictos y confrontaciones. Son el prolegómeno de una sociedad naciente que se enmarca cronológicamente durante el último tercio del siglo XIX y la conquista final del territorio Mapuche. La llegada de colonos europeos marca el avance “pacífico”, paralelo al militar, en este territorio.

Los fuertes se convierten gradualmente en pueblos emergentes en formas precisas de organización del espacio urbano. En 1866 se aprueba el Proyecto de ley de fundación de fuertes en territorio Mapuche y hasta 1883 se erigen 16 en donde se sitúan los cuerpos cívicos de frontera y el ejército de conquista. La ubicación de estos fuertes sigue las inmediaciones de los ríos Bío-Bío, Malleco, Maule y Cautín y su consolidación se realiza mediante la función de conquista del territorio. El informe de Letelier de 1877 indica que los fuertes/pueblos son fundados en espacios dominados por una vegetación dominante, exuberante o pantanosa. La protesta Mapuche por la construcción de fuertes en su tierra fue la excusa de Savedra para lanzar una lucha “contra la delincuencia” legitimada por un discurso de “orden y progreso”.

A finales del siglo XIX, ¿qué eran estos fuertes/pueblos emergentes? A partir de artículos del periódico de El Ferrocarril y el testimonio de viajeros extranjeros vamos a abordar el caso de Angol, Traiguén y Temuco. Estas fuentes describen el paso de fuertes/pueblos a ciudades mostrando el desarrollo de los poblados alrededor de la erección de casas comerciales, hospitales, cuarteles, hoteles, escuelas, plazas, almacenes, telégrafos, alumbrado eléctrico,…

Tras su refundación en 1862, Angol adquiere el título de ciudad el 25 de septiembre de 1871. En ese mismo año Angol tiene una población de 4.500 habitantes. Traiguén, fundada en 1878, tiene entre 7.000 y 8.000 habitantes once años más tarde tras la llegada de colonos europeos y autoridades. En 1881 se funda el fuerte de Temuco que llegó más tarde a ser capital de la Frontera. En 1895 cuenta con 7.700 almas y hasta 1891 era la estación final de la línea férrea.

La transformación en ciudades se estructuran a partir de nuevas formas de vida y convivencia alrededor del “tiempo de los civiles”. Espacios de contacto articuladores de la vida regional. El cambio de siglo se acompaña del desarrollo de la infraestructura caminera, vial y ferroviaria.

En 1883, tras el control de Villarrica, se abre una nueva etapa para Chile basada en el “poder moral y civilizado de la República” según prona Domingo Santa María. Al mismo tiempo se desarrollan otras formas de relación representadas en los pueblos y en las ciudades con una difícil adaptación de los Mapuche que son cada vez más excluidos del proceso urbano. Estas ciudades de frontera se presentan como la “civilización en el mundo salvaje”, pero ¿qué tipo de civilización aportó este proceso de urbanización?

Cultura fronteriza, fronteras movedizas: conceptos que deben incluir elementos de análisis a partir de las tradiciones, las formas urbanas y administrativas, la idea del tiempo, de aglomeración, de sociabilidad, de la misma noción de lo urbano frente a la noción de Ciudad.

IMG_1698 (2)
Experiencias de intervención patronal en espacios urbanos. Balance y notas para una investigación. Chile, 1915-1960
Hernán Venegas Valdebenito (Universidad de Santiago de Chile)

El proyecto de investigación se centra en las fábricas en Santiago ye en la industria minera del carbón en el sur de Chile (Lota, Coronel) -donde se concentra una gran población de trabajadores (20.000-25.000 trabajadores) – y sus mecanismos disciplinarios. Las experiencias fabriles son estudiadas como control de los espacios de sociabilidad y la intervención en el espacio urbano se aborda a través de la creación de espacios controlados por las empresas. Las empresas industriales se presentan como una verdadera familia en torno a la fábrica desarrollando un discurso de poder que se refleja en prácticas como son tanto el control de los espacios de trabajo como los de no-trabajo y la repartición de los roles en el seno de este espacio.

En Santiago, los sectores industriales que colonizan la ciudad entran en competición por el espacio y su control social. Entre 1910 y 1920 existe una necesidad de crear más complejos fabriles, las industrias se diversifican, transforman el espacio urbano y reenmarcan la distribución espacial de la ciudad. La instalación de fábricas y de sus barrios se acompaña de un crecimiento sostenido y rápido. A partir de los años 1920 los niveles de conflicto social son altos consecuentes con una mayor politización de los trabajadores. La respuesta a este nivel alto de conflicto es la utilización de los mecanismos clásicos de vigilancia y represión. Sin embargo, a partir de 1925, aparecen mecanismos nuevos relacionados con el control intensivo. Entre 1925 y 1930 se estructuran, a través de la Sociedad de Fomento Fabril, los departamentos de bienestar social, asistencia social, escuelas, creación de “poblaciones” o “ciudades” obreras. Se propone una transformación de la relación empresario-trabajador en la negociación y toma de decisiones, que se estructura a partir de una perspectiva a largo plazo con el objetivo de mejorar las relaciones en el mundo fabril. En los años 1940 se desarrolla un apoyo estatal paralelamente a la necesidad creciente de una fuerza de trabajo especializada que debe ser formada.

En el norte de Chile se crean 4.000 viviendas segregadas, cerradas y regidas por las empresas. En Santiago los barrios obreros son articulados por las propias empresas. Entre 1920 y 1950 las “poblaciones obreras” se estructuran alrededor de la escuela, la salubridad, los dispensarios, los hospitales y los departamentos de bienestar de regulación interna. Los objetivos son una proximidad física del lugar de trabajo y la adecuación moral y de las prácticas cotidianas diseñadas por las propias empresas a través de sus discursos de poder y de los modelos creados por las propias empresas. Ello no impide que existan resistencias a través de la resignificación de los espacios por los trabajadores.

La Sociedad Fca. Cemento “El Melón”, fundada en 1906, conserva el monopolio del sector cementero. Durante el periodo de 1930 a 1960 en la fábrica ubicada en La Calera, en el Chile central, los trabajadores son móviles y tienen mucha autonomía. La empresa necesita un trabajador estable, especializado, socializado con las prácticas del trabajo industrial y que considere que la posibilidad de vivir en una población de la empresa y habitar en una de las casas de estas poblaciones es un premio a su trabajo y fidelidad hacia la empresa. Entre 1939 y 1943 la empresa crea dos poblaciones acogiendo unos 2.000-2.500 trabajadores (alrededor de 4.000 personas si contamos los miembros de las familias de los trabajadores alojados). Las poblaciones son presentadas como un “modelo”: higienismo moral y ambiental, control del consumo, de los roles familiares…

En estas poblaciones, los espacios familiares son entendidos como una reproducción del espacio laboral dentro de un espacio urbano cerrado o aislado con el objetivo de evitar la “contaminación exterior”. Además, varios miembros de la familia trabajan en la fábrica adyacente. La Iglesia de la población marca el símbolo de la educación moral a través de los colegios Maristas implantados en la población. Estos centros son escuelas industriales que enseñan el oficio ligado con la actividad de la empresa. Hay una moralización del espacio y del tiempo público y privado del trabajador.

IMG_1700 (2)

Paraná, rosa de otoño: la ciudad vista y vivida, por Amaro Villanueva y Juan L. Ortiz, a  través del imaginario del exilio
Sergio Delgado  (Université Paris-Est Créteil)

El trabajo de reflexión tiene como objeto y sujeto de estudio la ciudad de Paraná y la construción de su espacio urbano desde el imaginario cultural. Para comenzar la exposición nos planteamos la siguiente pregunta :

¿Por qué la prelidección por las grandes ciudades ?

Tres ejes articulan la respuesta :

– Función de los centros urbanos en la ocupación del territorio
– Lugares de producción económica : polos de atracción de emigrantes externos e internos
– Gran valor simbólico : imaginario cultural de la Nación

Paraná es una ciudad de interior que se presenta como un caso opuesto al de la gran ciudad a partir de matices, similitudes y diferencias que van de lo general a lo particular a partir de los tres ejes presentados. Paraná, que nunca fue fundada, se sitúa al margen del programa colonial (situación geográfica, poblaciones indígenas hostiles) y tuvo un surgimiento espontáneo a diferencia de Gualeguay, Concepción del Uruguay o Gualeguaychu, fundadas a finales del siglo XVIII. En 1813 Paraná toma la categoría de villa y en 1822 es capital de la provincia para convertirse años después en capital de la Confederación argentina entre 1854 y 1861. Durante el siglo XIX fue centro de un proceso colonial de agricultura (300 colonias muchas de ellas judías) de la provincia siendo también un centro socio-político importante, un lugar de encuentro de culturas. Durante la primera mitad del siglo XX muchos artístas y escritores, como es el caso de J. L. Ortiz, Amaro Villanueva o J. J. Saer, se instalan en Paraná generando con sus obras un imaginario cultural muy potente y que influye en la construcción del espacio urbano de la ciudad.

J. L. Ortiz y A. Villanueva se instalan en Paraná provenientes de Gualeguay. Ambos escritores son comunistas militantes sociales. En Paraná encuentran un “exilio interno” que se acompaña de toda la carga imaginaria del exilio. Este hecho les hace mirar la ciudad con la potencia de este peso simbólico, construir la ciudad a través del lenguaje. En Paraná, Rosa de Otoño, de A. Villanueva, con la naturaleza la ciudad cambia a lo largo del otoño. Recorrido de la ciudad mira tanto el espacio como el tiempo natural y político. Transformación del paisaje de la ciudad. Mira la ciudad de Paraná como un cronista extranjero enviado desde la otra orilla del río que publica sus crónicas en Santa Fe. Es una mirada de corresponsal, de un visitante que descubre la ciudad que cambia su mirada en cada visita como por ejemplo en su “Descripción del nacimiento de una isla.

J. L. Ortiz se traslada a Paraná en 1942 perdiendo su paisaje natal deslizándose hacia una cierta nostalgia ligada a esta ausencia. Su mirada se dirige a partir de este momento hacia la ciudad de Paraná. Esta mirada se construye a partir del exilio, del desplazamiento. En sus poemas “El Gualeguay” y “Las Colinas” el poeta habla a través de la mirada.

Ambos escritores se encuentran y dialogan escrituralmente en el Diario de Paraná y el Diario El Litoral de Santa Fe sobre la polémica Isla Gurupí. Mirada, paisaje, construcción del paisaje, poética, articulan un “sentimiento de la mirada” que aborda la construcción del espacio urbano y del imaginario de la ciudad. Es en 1991 que J. J. Saer publica el corolario de este debate en su libro El río sin orillas.

El paisaje de Paraná es reelaborado a través de la narración. Pero este hecho nos lleva a preguntarnos si  la imaginación y la realidad pueden ser abordardas como dimensiones distintas en la construcción del espacio urbano. Pensamos que la construcción de sistemas imaginarios es una construcción del patrimonio que no se puede remover.

IMG_1705 (2)
La construction d’une image de la nation: transformation et mise en scène de l’espace urbain pour  le Centenaire et le Bicentenaire de la Révolution de Mai à Buenos Aires (1910-2010). Continuités et permanences
Natalia Molinaro (Université Paris 8)

Perspective diachronique et comparative de l’appropriation et réappropriation de l’espace urbain. Construction de la capitale argentine en 1910 et sa réappropriation en 2010 vu comme un processus de construction d’un espace symbolique de la ville éphémère. La ville moderne de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle est vécue comme « une expérience de l’expansion » (Bernardo Secchi)   et de reconfiguration de l’espace urbain autour des idées de progrès, hygiène et salubrité. C’est un mouvement vers l’intérieur et vers l’avant qu’impose une nouvelle cartographie sociale et morale.

L’Avenue de Mai de Buenos Aires, inaugurée le 9 juillet 1894 (anniversaire de la déclaration de l’indépendance) est la première avenue du pays. Celle-ci est le reflet des aspirations des élites de la Nation, la « carte de visite » du pays. C’est un hommage à la Révolution de mai, un point de rassemblement pour la commémoration de cet événement, un élément principal du « théâtre mundi » de la ville scénographique.

En 1910, le défile militaire du 25 mai, ainsi que les manifestations patriotiques plus importants du Centenaire ont lieu dans le cadre de l’Avenue de Mai Dans ce cadre urbain, l’habitant de Buenos Aires dévient acteur en étant spectateur en même temps. Le but de l’investissement commémoratif de l’espace urbain essaye de désactiver le conflit entre centre et périphérie. L’édification de la ville éphémère du Centenaire se fait autour de la machinerie de la lumière et de l’artifice. La « Nation édifiée » est diffusée en parallèle à travers les cartes postales qui doivent montrer une Nation achevée, qui doivent mettre en scène la modernité du pays.

En 2010, le Bicentenaire propose une réappropriation à partir de la transformation de la ville dans un contexte de crise identitaire et politique. L’Avenue 9 juillet et la place de Mai sont les épicentres des célébrations, du défile du 25 mai et de la « Promenade du Bicentenaire ». Pourquoi ce choix spatial ? Il y a un éloignement de l’emplacement original lié à un révisionnisme historiographique qu’évoque la révolution comme élitiste. La lutte politique entre la municipalité et le gouvernement de la Nation débouchent sur deux célébrations parallèles.

Pourtant, il existe certaine continuités et des points communs entre 1910 et 2010 :

  • Revalorisation de lieux de mémoire et certains mouvements pour la repatrimonialisation comme c’est le cas du Cabildo (symbole du mythe original de la Nation crée par Bartolomé Mitre)
  • Machinerie de lumière et artifice. Expression d’une volonté de marquer la ville d’une nouvelle empreinte politique
  • Transformation éphémère en accord avec les aspirations politiques du pouvoir en place.

Buenos Aires se présente dans les deux commémorations comme une part essentiel du rituel du pouvoir surtout dans la représentation de la Nation, un point de rassemblement, un espace de représentation, enfin, un  territoire du moi et du nous

Conclusions

Les villes n’ont pas de sens stable, universel et figé. Elles sont investies de significations plurielles et mobiles, construites dans la négociation entre une proposition et une réception, dans la rencontre entre les formes et les motifs qui leur donnent leur structure et les compétences ou les attentes de leurs habitants qui s’en emparent. Inversement, les villes s’inscrivent dans les formes et le vécu de leurs habitants par rapport à elles-mêmes, dans un rapport aux structures fondamentales qui, dans une temporalité donnée, façonnent la distribution du pouvoir, l’organisation de la société urbaine, ses représentations, etc.

Pour comprendre une ville et raconter son histoire, il faut en étudier plusieurs, il faut par conséquent sortir de sa période, ne plus tenir compte des unités de temps et de lieu pour échapper à l’optique des sources et d’expliciter le non-événementiel. Alors, le débat n’a pas été mis sur les concepts, sur la façon de parler, mais sur la matière historique, sur les choses dont on parle. Cependant, les concepts ont pris tout leur poids grâce aux échanges délibérés qu’ils entretiennent avec la réalité.

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2015-mai 2016)

Affiche histoire et m__moire oct 2015 (2)

Affiche histoire et m__moire oct 2015

Séminaire ALHIM
Amérique Latine Histoire et Mémoire
(novembre 2015-mai 2016)

Vendredi 27 novembre 2015 – Journée d’études ALHIM

Continuités et permanences dans le processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Jeudi 3 et Vendredi 4 décembre 2015 – Colloque International co-organisé avec GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Jeudi 3, Université Paris Ouest-Nanterre, Salle de Conférence, Bât. B/Vendredi 4,Université Paris8, Salle La coupole

Vendredi 29 janvier 2016 – Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Penser la race au XIXe siècle dans l’espace atlantique (Bolivie, Espagne, Italie)
Françoise Martinez (Université de La Rochelle), David Marcilhacy (Université Paris-Sorbonne-Paris IV), Ernesto de Cristofaro (Université de Catane)
Horaire : 14h30-17h00 Lieu: Maison de l’Italie 7 A, boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 3 mars 2016- Présentation du livre

Argentine. Mémoires de la dictature
Auteure : Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie)
Discutante : Natalia Molinaro (Université Paris 8)
Horaire : 19h00-20h30 Lieu: Maison de l’Argentine, Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 7 avril 2016Séance sur le Pérou contemporain (Séance annulée)

Vendredi 13 mai 2016 – Journée d’études co-organisée avec ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Former la nation : historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et Amérique latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Colegio de España, Cité universitaire, 7E Boulevard Jourdan, 75013 Paris

flyers histoire et m__moire oct 2015

prog (2)

CONFERENCIA “La palabra en conflicto. Análisis de la palabra pública sobre una práctica de violencia. El secuestro político en Colombia (2002-2010)”

Conferencia

Afiche conferencia 16 de octubre del 2015 (2)

La palabra en conflicto. Análisis de la palabra pública sobre una práctica de violencia. El secuestro político en Colombia (2002-2010)

Liliana Buitrago (ALHIM)
16 de octubre de 2015 – 11:00 h
Universidad Nacional de Colombia. Sede Bogotá
Virginia Gutierrez. Edificio de Posgrados. Facultad de Ciencias Humanas

COLOQUIO EL HORIZONTE FLUVIAL

COLOQUIO EL HORIZONTE FLUVIAL

3, 4, y 5 de septiembre
Facultad de Ciencias de la Educación (UNER)
Buenos Aires 389
Paraná, Entre Ríos

Jueves 3 de septiembre

16:00 Acreditaciones
17:00 Apertura UNER – Facultad de Ciencias de la Educación – EDUNER. Palabras a cargo de las autoridades
17.30 Conferencia inaugural

Graciela Silvestri (Universidad Nacional de La Plata): «Orden y Caos: la cuestión de la forma en los territorios fluviales de Sudamérica»

19.30 Música. Presentación de Proyecto Yacaré. Agrupación formada en 2007 en Paraná, dedicada al choro, un estilo de música de origen brasileño que para ser interpretado requiere gran destreza y alto nivel técnico. El grupo ejecuta composiciones de los máximos exponentes del choro como Pixinguinha y Jacob do Bandolim, jugando con improvisaciones que son propias del género. Integrantes: Luis Barbiero, flauta; Mauricio Guastavino, guitarra de 7 cuerdas; Damián Ortiz, mandolina; Pedro Guastavino, pandeiro.

Viernes 4 de septiembre

9:00 Mesa redonda

Javier Miranda (Universidad Nacional de Entre Ríos) : «El abordaje de la literatura argentina a través de la radio escolar en 6.º año de la escuela secundaria. Recuperando a José Hernández, Domingo F. Sarmiento, Roberto Arlt y Alfonsina Storni»

Alexis Chausovsky (Universidad Nacional de Entre Ríos): «Infancia y poesía. A propósito de Reinaldo Rosillo»

Mario Daniel Villagra (Universidad Nacional de Entre Ríos): «Gaspar Benavento: un brote a la orilla del río»

Janet Cian, Mario Martínez: «Horizonte, experiencia y chamamé»

10:30 Conferencias

Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8): «Entre la frontera y el horizonte: el río Mapocho en la transformación urbana de Santiago de Chile (1818-1891)»

Patrice Vermeren (Université Paris 8) (Lectura): «Le vertige horizontal (El vértigo horizontal)»

11:30 Mesa redonda
Norma Barbagelata (Universidad Nacional de Entre Ríos): Título a confirmar
Gustavo Lambruschini (Universidad Nacional de Entre Ríos): «La poesía y la historia»

Patricia Piccolini (Universidad de Buenos Aires-Universidad Nacional de Entre Ríos): «Un libro sobre las islas del Paraná santafesino: bitácora de un proyecto editorial»
13:00 Almuerzo
15:00 Mesa redonda

Loreley El Jaber (Universidad de Buenos Aires-CONICET): Pre-presentación de Derrotero y viaje a España y las Indias de Ulrico Schmidl»
Federico Bibbó (Universidad Nacional de La Plata): «Conflictos y armonías de la literatura nacional. Variaciones fluviales en Un viaje al país de los matreros de Fray Mocho»
Evangelina Franzot: Pre-presentación de Cronosíntesis, de Emma Barrandéguy»
16:30 Conferencia

Alejandro Kaufman (Universidad de Buenos Aires-Universidad Nacional de Quilmes): «Territorio y desarraigo como modos de existencia»

17:30 Presentaciones

Cristina Iglesia (Universidad de Buenos Aires): «Pre-presentación de El país del río. Aguafuertes y crónicas, de Roberto Arlt y Rodolfo Walsh», con proyección de imágenes

Leonardo Senkman (Universidad Hebrea de Jerusalén): «Presentación de Entre Ríos, mi país, de Alberto Gerchunoff»

19:00 Presentación de Poesía completa, de Juan José Manauta «Poesía y rosas». Ensayo-poema de Marilyn Contardi. Lectura de poemas por Miguel Ángel Federik

20:00 Presentación de Cine y región. Ensayos, proyectos y películas, de Raúl Beceyro.
30 años de documentales: proyección de La casa de al lado (1985) y fragmento de Filarmónica (2015)

Sábado 5 de septiembre

9:00 Mesa redonda

Beatriz Arbasetti (Universidad Autónoma de Entre Ríos): «El río: un itinerario literario»

Delfina Emilia Stortini (Universidad Nacional de Rosario): «Paisaje y literatura en las prosas de Juan L. Ortiz: un centro, un horizonte, un sistema»

Leandro Drivet (Universidad Nacional de Entre Ríos): «Sentidos de pertenencia, horizontes de la experiencia»

Alfonsina Kohan (Universidad Autónoma de Entre Ríos): «Entre el río y el hambre: configuración de la esterilidad en Las tierras blancas de Juan José Manauta»

10:30 Conferencia

Edgardo Dobry (Universidad de Barcelona): «La épica imposible y la oda a lo presente: una reflexión en torno a El Gualeguay de Juan L. Ortiz»

11:30 Mesa redonda

Claudia Rosa (Universidad Nacional de Entre Ríos-Universidad Nacional del Nordeste): «Más allá de las formas del agua: Ortiz, Calveyra y Veiravé»

Marcelo Bonini (Universidad Nacional de Rosario): «Composición de lugar: Ortiz en China. Mirada, paisaje, el río, los ríos»

María Eugenia De Zan (Universidad Nacional de Entre Ríos-Universidad Nacional del Litoral): «El camino de la costa: horizonte de la vida recobrada»

13:00 Conferencia de cierre

Sergio Delgado (Université Paris Est, Créteil-Val de Marne): «El País del Sauce. Balance y perspectivas»

14:00 Almuerzo

16:00 Expresiones culturales frente al río Paraná (lugar: Costanera, Balneario Municipal)
ArteInSitu. Galería Móvil. Muestra plástica digital interactiva. Taller Flotante. Plataforma de proyectos relacionados al territorio Islas del Alto Delta del río Paraná

Colloque “¡« Conga No Va »!: Los Derechos medioambientales y humanos en el Perú”

Colloque du Sénat: ¡« Conga No Va »!: Los Derechos medioambientales y humanos en el Perú

Invitation et programme – Colloque 22 mai – Conga 2

Declaración final Coloquio en Senado Francés CONGA NO VA -22 mayo 2015

APPEL UNITAIRE du Colloque CONGA NO VA -22 mai au se nat français

¿Qué perspectivas? ¿Qué solidaridad?
Como en la época de la colonia donde los encomenderos y repartidores empujados por el afán de enriquecimiento, se imponían a sangre y fuego, apropiándose de tierras, hombres y animales, disponiendo de nuestros hermanos y hermanas como si fueran bestias, con un desprecio y una crueldad sin límites, hoy, a 187 años de vida republicana, esas prácticas casi no han cambiado, los neo encomenderos y caciques, siguen sumisos y obedientes a sus amos extranjeros, mientras que por otro lado se muestran crueles, implacables y sanguinarios con el pueblo al que deberían defender y proteger.
A pesar de los abusos, las injusticias y las masacres, los pueblos, las comunidades y sus dirigentes continúan en una resistencia digna, hoy son los pueblos de Cajamarca que se oponen al mega-proyecto minero Conga, de la Newmont; en Arequipa, el Valle de Tambo – Islay, le dice NO al proyecto minero Tía María, así como lo hizo antes el pueblo de Bagua contra la concesión de sus tierras a las transnacionales petroleras, porque esto destruirá su medio ambiente y hábitat.
Antes fue la guardia de asalto que era enviada a ahogar en sangre la osadía de los pueblos y comunidades por reclamar sus derechos, hoy es Ollanta Humala, un presidente inepto y entreguista que envía a la DINOES y a las fuerzas armadas que nunca supieron ganar una sola guerra, para cebarse con la sangre de pueblos que piden ser escuchados y respetados.
Como en las obras de Manuel Scorza; donde las autoridades “¿peruanas?” corruptas se coludían con los representantes de las transnacionales, y aplicaban la ley según el antojo de sus amos extranjeros hoy, también vemos como fabrican pruebas descaradamente, con la complicidad de una prensa rendida al dinero, para perseguir, encarcelar (caso Gregorio Santos, Re-elegido presidente regional de Cajamarca) y asesinar a pobladores indefensos, (Cajamarca 5 muertos, cientos de heridos y procesados, igualmente en Islay – Arequipa, 6 muertos hasta la fecha, cientos de heridos y procesados) .
No obstante la represión y las argucias mediáticas para aislarlos y silenciarlos, los pueblos y sus representantes, continúan su larga marcha tras la justicia, cual Agapito Robles, cual Garabombo, cual Héctor Chacón (el Nictálope), cual Estefanía Morales (personajes en las obras de Manuel Scorza, como Redoble por Rancas), y muchos otros comuneros del Perú profundo, siguen recorriendo los valles y comunidades, para impedir que sus tierras sean expropiadas, contaminadas, para contrarrestar los abusos de los neo Montenegro, para denunciar y condenar la corrupción de las autoridades, para evitar el ecocidio, para salvar la vida.
Por ello, llamamos a la solidaridad internacional y les invitamos a participar en el Coloquio que se realizará el 22 de Mayo del año en curso en el senado francés (inscribirse a la dirección siguiente: colectivo.peruanos@gmail.com señalando su nombre y apellido).
Cuatro temas serán expuestos y debatidos con intervinientes invitado(a)s de Francia y Perú:
1. Las multinacionales: depredadoras de los derechos humanos y del medio ambiente
2. Las violencias engendradas cotidianamente contra las poblaciones
3. Del respeto de los convenios internacionales a los derechos de los pueblos
4. Derechos medioambientales, políticos y humanos: construyamos la solidaridad internacional.

Séance Séminaire ALHIM du jeudi 16 avril 2015

IMG_5820

Séance du jeudi 16 avril 2015

15:30-18:00 heures

El proceso de paz en Colombia y las nuevas puestas en escena del poder político

Liliana Buitrago (Université Paris 8)

En la sesión que se realizó en los locales de la Université de Paris 8, la doctora Liliana Buitrago, miembro del grupo de investigación ALHIM, presentó sus líneas de investigación y sus primeras reflexiones acerca del trabajo de investigación que está realizando actualmente. Tomando como objeto de estudio el conflicto armado que enfrenta al gobierno colombiano y las FARC, la doctora Buitrago analiza las puestas en escena del discurso político y su utilización ideológica durante el proceso de paz comenzado en los años 1990.

Para Liliana Buitrago la promesa del fin del conflicto armado es uno de los puntos clave en los discursos políticos en Colombia. Para la investigadora colombiana, lo político, en Colombia, se estructura alrededor de una estrategia “publicitaria-visual” y la definición de “víctima” a partir del binomio presencia/ausencia de la violencia.

Desde la presidencia del país se han articulado políticas opuestas a partir del mismo objetivo, es decir, el final del enfrentamiento armado con las FARC. Esta “urgencia” se presenta como una oportunidad política. Paralelamente, el conflicto armado es mostrado como el origen de  los múltiples problemas socio-económicos que sufre el país.

Tras esta presentación, la doctora Buitrago presenta las vías de investigación que propone en  su análisis de las puestas en escena del gobierno colombiano durante las diferentes fases de los “diálogos de paz” con las FARC.

El primer tema abordado es el de la Silla vacía y el periodo presidencial de Andrés Pastrana. Durante esta fase, las imágenes muestran que son los políticos, sin ser acompañados por representantes del ejército colombiano, quienes se adentran en el territorio controlado por la guerrilla colombiana. Estos políticos, vestidos con ropas civiles, son el contrapunto visual de los portavoces de las FARC y sus uniformes militares. Las imágenes muestran una guerrilla fortalecida.

El periodo de la presidencia de Álvaro Uribe es definido por el término Terroristas. La estrategia presidencial es una lucha frontal contra las FARC basada en una “política de seguridad democrática”. En las imágenes vemos al presidente rodeado de sus ministros, de los altos mandos del ejército colombiano, de víctimas y de los símbolos nacionales. Estas imágenes (cadenas, foto de Ingrid Betancourt, víctimas en civil, armas requisicionadas, ataques a los campamentos guerrilleros), y su difusión, deben “confirmar” que los guerrilleros deben ser considerados como  terroristas. El objetivo es mostrar el éxito militar del programa de “seguridad democrática”.

Para finalizar, la doctora Buitrago aborda el proceso de paz bajo la presidencia de Juan Manuel Santos. Es el periodo del Exterior. Las negociaciones comienzan de nuevo en Oslo y son continuadas posteriormente en Cuba. El objetivo, a partir de un acercamiento secreto entre ambas partes que quiere evitar una amplia mediatización, es el final del conflicto y la firma de un acuerdo de paz definitivo. Los términos de la negociación abordan la reparación de las víctimas de ambos bandos. En este proceso exterior se incluyen las delegaciones de víctimas, militares y policías en la mesa de negociación. La puesta en escena reduce las imágenes patrióticas y elimina los uniformes militares de las imágenes. Las imágenes pasan de una preponderancia del color kaki a la coloración blanca de las ropas civiles de los negociadores de ambos bandos. No se producen imágenes del presidente con los representantes de las FARC. Juan Manuel Santos sigue el proceso desde Colombia apareciendo en las fotos rodeado de los mandos militares del ejército colombiano y de los símbolos nacionales, ausentes en las imágenes provenientes de la mesa de negociación. Las ruedas de prensa son realizadas separadamente por ambos bandos.

Liliana Buitrago propone una primera conclusión de sus recientes investigaciones diciendo que las imágenes, la cual propone un estudio del objeto propuesto a partir del contexto de producción/transmisión/recepción y la voluntad política de su utilización. Las imágenes también interrogan a la doctora colombiana sobre la transformación de la presencia y del papel que juega la imagen de la mujer en estas puestas en escena.

 IMG_5824

La Cumbia Villera à Buenos Aires de 1997 à nos jours: étude culturelle et sociopolitique

d’un mouvement musical marginal en Argentine

Júpiter Ossaba (Université Paris 8)

L’étudiant-chercheur Jupiter Ossaba est venu nous faire part de son travail de mémoire du Master 2 Recherche « Histoire et Civilisations ». Les propositions théoriques adoptées pour son travail proviennent de l’histoire culturelle, l’histoire urbaine et l’histoire sociale. Son travail s’appuie sur d’une part sur l’étude et le croisement de sources bibliographiques académiques, et d‘autre part sur la collecte d’informations provenant directement des acteurs sociaux impliqués, par le biais d’entretiens dirigés et de sources orales et écrites afin de constituer un corpus de témoignages des personnes concernées. Les observations et les échanges réalisés lors des séjours à Buenos Aires ont aussi permis de nourrir la réflexion. Les sources utilisées sont des articles de revues spécialisées, les paroles des chansons, les clips vidéos, les entretiens avec des artistes pratiquant la Cumbia Villera, les journaux, les magazines spécialisés, les événements culturels, livres, photos, flyers, interviews, films, vidéos et documentaires existants.

Jupiter Ossaba propose un examen des causes et du processus qui ont favorisé l’apparition de la Cumbia Villera dans un contexte socio-culturel et politique spécifique. Le travail présenté est très intéressant car très peu de recherches académiques lui ont été consacrées. De plus, suivant l’argumentation d’étudiant-chercheur, le discours dominant a tendance à critiquer fortement aussi bien les villas que leurs habitants et la musique qu’ils produisent. Il croit nécessaire d’ajouter aux analyses déjà réalisées certains éléments fondamentaux pour relier cette musique à ses réalités : conflits sociaux et du travail, relations familiales et de genre, croyances, déracinement, espace urbain, processus d’exclusion.

La cumbia villera est un genre musical né dans les bidonvilles du Grand Buenos Aires à la fin des années 90. La date exacte de sa naissance n’est pas connue, mais elle se situe selon Martin Roisi  entre 1997 et 1999. Jupiter Ossaba suppose donc que la pratique a débuté en 1997, voire avant. Il s’agissait d’une nouvelle sorte de cumbia pratiquée dans ces zones d’urgence et qui possédait un nouveau discours. Mais ce n’est qu’en 2000 que le groupe Yerba Brava nomme son album Cumbia Villera. Le mouvement s’étend rapidement dans le reste du pays mais le Grand Buenos Aires en reste l’épicentre. Il s’agissait d’une nouvelle sorte de cumbia pratiquée dans ces zones d’urgence et qui possédait un nouveau discours. C’est à la fin des années 90, durant la plus grande période de crise qu’a connu jusqu’à présent le modèle néolibéral argentin qu’apparait aux yeux de tous la Cumbia Villera, le style qui a fait le plus de controverse. Jupiter Ossaba cite María Laura Pardo et María Eugenia Massone pour souligner que la cumbia surgit  dans la période de ‘pizza et champagne’.

Comme son nom l’indique, cette musique est issue des “villas miseria”. Le travail d’Ossaba se centre sur le Grand Buenos Aires, plus exactement dans la zone nord où le mouvement a pris de la force pour s’étendre et se développer dans le reste du pays. En s’appuyant sur les travaux de Marcel Roncayolo et Henri Lefebvre, Ossaba considére qu’il s’agit d’une manifestation discursive territorialisée.

C’est avec tous ces éléments d’étude que Jupiter Ossaba essaie de voir si la Cumbia Villera est l’évolution d’un genre musical et non un sous-genre, si elle est beaucoup plus pertinente et réfléchie que ce que le discours dominant veut nous faire croire et que les versions argentines qui l’ont précédé. Le fil conducteur de sa pensée est donc de démontrer qu’au même titre que la Cumbia originelle, la Cumbia Villera est une expression culturelle de résistance à un système hégémonique, stigmatisant, répressif et inégalitaire. Enfin, l’objectif final du travail sera de voir si la Cumbia Villera est porteuse de conflictualité consciente et assumée, à la fois sociale et de genre.

L’objectif du travail est de s’interroger sur ce qu’une musique populaire, la Cumbia Villera, peut révéler de nouvelles valeurs partagées et de l’état psychologique d’une société en mutation et d’examiner comment, partie de groupes sociaux marginalisés, elle tend à devenir progressivement un courant musical incontournable, investissant de par sa diffusion tout le champ social, sortant de son terreau originel. Puis en analysant les paroles de chansons et les critiques récurrentes qui leurs sont faites nous avons compris qu’il pouvait s’agir d’une double problématique. La Cumbia Villera serait-elle porteuse d’un discours d’identité, de conflictualité consciente et assumée à la fois sociale et de genre ? La Cumbia Villera permet aux villeros de s’exprimer esthétiquement, discursivement et idéntitairement. Plusieurs questions se posent : Qu’exprime cette communauté ? Comment s’exprime-t-elle ? La Cumbia Villera est une musique marginale ou un produit commercial de plus dans la culture de masse ?  Est-elle une sous-culture ?

Dans la continuité du travail de recherche, l’intérêt sera centré sur la perception des discours dans l’imaginaire populaire. Pourquoi la Cumbia Villera est-elle mal vue par une partie de la population ? Pourquoi certains la détestent-ils ? Pourquoi d’autres ne peuvent-ils pas vivre sans elle ? Chaque concert ou bailanta déplace des milliers de personnes qui connaissent les groupes et les paroles sur le bout des doigts. Pourquoi le discours dominant a-t-il fait d’elle un problème de société qu’ils amplifient par le biais des médias ? Le problème de société est-il vraiment cette musique ? Pourquoi est-elle apparue ? Pourquoi un si grand nombre de personnes s’identifient-elles à elle et se sentent-elles représentés par ses interprètes ?