Archives mensuelles : mai 2019

Séance Séminaire ALHIM : “Disparition forcée au Pérou pendant le conflit armé 1980/2000, Ayacucho et la Selva centrale”, Francky Wanner (Université Paris 8)

Séance Séminaire ALHIM

Disparition  forcée au Pérou pendant le conflit armé 1980/2000, Ayacucho et la Selva centrale

Francky Wanner (Université Paris 8)

Le travail présenté dans le cadre de ce séminaire s’intéresse aux personnes ayant été victimes de disparition forcée au Pérou pendant le conflit armé (1980 et 2000). La première partie présente le contexte dans lequel s’est développé le Sentier Lumineux et pose la toile de fond du conflit armé, ce qui permet de saisir qui étaient les différents acteurs et quels furent les principaux enjeux. Ensuite, la deuxième partie s’intéresse aux disparus. Leur profil ainsi que les raisons pour lesquelles ils ont disparu sont étudiés dans l’optique de comprendre la dynamique qui animait le passage à l’acte des responsables de la disparition. Dans la troisième partie, une focalisation est faite sur deux zones particulièrement touchées par le phénomène : le département d’Ayacucho, et la selva centrale. La quatrième et dernière partie s’articule autour de la période post-conflit, la difficile estimation du nombre de disparus ainsi que les mesures prises pour rechercher les disparus y sont étudiées.

  • Le conflit armé péruvien, contexte et enjeux

Le conflit armé commença officiellement le 17 mai 1980, lorsque le Parti Communiste Sentier Lumineux (PCP-SL), dirigé par Abimael Guzman, un ancien professeur de philosophie, décida de déclarer une guerre à l’Etat par un acte symbolique fort : la destruction des urnes, le jour des élections, à Chuschi, un petit village situé au sud d’Ayacucho. Cet évènement marque le point de départ de vingt années de violence extrême, durant lesquelles, l’Etat démocratique tenta, tant bien que mal, de résister face aux multiples attaques du Sentier Lumineux. Le but de cette guerre étant de remplacer le système politique en place par un nouveau système, axé sur l’idéologie du Sentier Lumineux, ce dernier opta rapidement pour des actions terroristes afin de faire plier le gouvernement de Fernando Belaúnde (1980- 1985) qui mit beaucoup de temps à comprendre l’importance du conflit.

Entre 1980 et 1985, le conflit armé resta cantonné au département d’Ayacucho (au Sud du pays) et, à partir de 1985, la violence se répandit au reste du territoire. Alan García, élu en 1985, ne parvint pas non plus à mettre un terme au conflit et il fallut attendre l’arrivée d’Alberto Fujimori en 1990 pour entrevoir la possibilité d’en finir avec la violence. En effet, ce dernier décida de faire de la lutte contre le Sentier Lumineux son cheval de bataille et, en 1992, Abimael Guzman fut arrêté à Lima par les forces spéciales crées par Fujimori. Dès lors, les actions du Sentier Lumineux diminuèrent et la sortie du conflit commençait à se dessiner. Il aura néanmoins fallu attendre l’an 2000 pour que le conflit armé soit officiellement terminé.

En 2001, une Commission de la Vérité et de la Réconciliation (CVR) fut créée dans le but de réaliser un travail d’enquête sur les années de violence, et elle remit un rapport au président Alejandro Toledo en 2003. Ce rapport avançait le chiffre terrifiant de 69 280 victimes et, de façon surprenante, il était souligné que la plupart de ces personnes n’entretenaient aucun lien avec le conflit. Il s’agissait d’innocents qui étaient, pour la majorité de jeunes paysans. Par ailleurs, le rapport désignait les agents de l’Etat comme principaux responsables du nombre élevé de victimes. En effet, les forces de l’ordre (Police et Forces armées), dans leur volonté d’en finir le plus vite possible avec le conflit armé, tuèrent beaucoup de personnes de façon arbitraire, sur de simples soupçons.  C’est dans ce cadre que la disparition forcée fut employée. Cette pratique présentait l’avantage de ne pas laisser de trace des victimes (les cadavres étaient détruits ou enterrés), ce qui rendait impossible l’identification des auteurs et donc, leur garantissait l’impunité.

Franky Wanner et Vicente Romero

  • Profil et caractéristiques des disparus

Lorsque l’on s’intéresse aux disparus péruviens, deux catégories apparaissent, qui correspondent aux deux principaux auteurs de la disparition : d’un côté, l’Etat et la société civile, et de l’autre, les organisations dites « subversives » (Sentier Lumineux et Mouvement Révolutionnaire Túpac Amaru[1]).

Du côté de l’Etat, la Police et les Forces Armées voulaient mettre un terme, le plus rapidement possible, à la subversion et, pour y parvenir, leurs agents eurent recours à la disparition forcée car, cela leur permettait d’éliminer physiquement et radicalement les sendéristes, sans devoir passer par le processus légal. Il convient de noter que les sendéristes se fondaient dans la population et que par conséquent, les agents de l’Etat, faisaient souvent disparaître des personnes sans réelles preuves de leur appartenance au Sentier Lumineux.

En 1991, Fujimori décida d’inclure une partie de la société civile dans la lutte contre la subversion en formant des Comités d’autodéfense (principalement composés par les Rondas campesinas de autodefensa, des groupes de paysans formés dans les années 1960 pour protéger et défendre le monde rural).  Ces Comités d’autodéfense, qui reçurent des armes et un entraînement militaire, présentaient l’avantage de bien connaître le terrain et le soutien qu’ils apportèrent aux agents de l’Etat fut l’un des facteurs de la mise en échec du Sentier Lumineux.  Dans leurs stratégies de lutte contre les sendéristes, la disparition forcée avait également une place importante et, ils firent, eux aussi, disparaître de nombreuses personnes.

Les organisations subversives eurent également recours à la disparition forcée, mais, il convient de souligner le fait que leurs actions clandestines s’apparentaient au terrorisme et qu’à la différence des agents de l’Etat, ces organisations cherchaient à rendre visibles leurs crimes, afin d’indiquer leur présence et de choquer l’opinion publique. Ces organisations avaient donc, plus souvent recours à l’exécution sommaire qu’à la disparition forcée. Par conséquent, leur part de responsabilité dans le phénomène est moindre que celle de l’Etat. Cependant, le rapport de la CVR indique qu’il est difficile de dresser un bilan précis, mais qu’aussi bien le Sentier Lumineux que le MRTA sont responsables de la disparition de plusieurs milliers de personnes.

Selon le rapport de la CVR, les disparus étaient essentiellement de jeunes paysans d’origine indienne sans liens avec le conflit armé.

Le journaliste français Daniel Dupuis, qui réalisa un long travail de terrain au Pérou, écrit : « 85% des disparitions se sont produites dans six départements ruraux qui sont parmi les plus déshérités. 74% des disparus sont de jeunes paysans andins d’origine indienne ».[2]  Cela prouve que parmi les disparus, la plupart étaient des jeunes issus de milieux défavorisés et en marge de la société. Nombre d’entre eux étaient d’ailleurs analphabètes et ne possédaient pas de papiers d’identité. Ces deux dernières informations sont très importantes, dans la mesure où elles rendent difficile l’identification et le recensement de ces disparus.

Le premier bilan chiffré, établi en 2003 par les enquêteurs de la CVR, estimait à 8 558 personnes, le nombre de disparus. Ce chiffre déjà important, n’a cessé d’évoluer depuis. Fin 2007, l’Equipe Péruvienne d’Anthropologie Légiste (EPAF), après avoir mené une nouvelle campagne de recensement, publiait une liste de 13 721 disparus.  En avril 2018, la Direction Générale de Recherche de Personnes Disparues (qui est rattachée au Ministère de la Justice), publiait une nouvelle liste officielle de 20 329 personnes disparues. 

Ces chiffres traduisent l’importance du phénomène et reflètent la difficulté à établir avec précision une liste de ces victimes du conflit armé.

  • Ayacucho et la Selva Centrale, deux zones particulièrement touchées par le phénomène

Ces deux zones furent extrêmement affectées par le conflit armé et, la disparition forcée y fut également très pratiquée.

Le département d’Ayacucho, dans la partie andine, au sud du pays, fut le berceau du Sentier lumineux et l’épicentre du conflit armé. La population de cette zone, essentiellement composée de modestes paysans parlant le quechua fut décimée par la violence. Ainsi, Carlos Ivan Degregori, un des auteurs du rapport de la CVR, avance le chiffre de 4858 morts entre 1983 et 1984. Il parle de « génocide ».  Il explique que le Sentier lumineux chercha à rendre invisible les populations andines et leurs cultures car, elles étaient synonymes d’archaïsme.  Ce fut dans ce cadre que la disparition forcée fit de nombreuses victimes. Dès 1985, Amnesty International s’était rendu sur les lieux et estimait à plus de 1000 le nombre de disparus, arrêtés par les Forces de l’ordre pour leurs supposée proximité avec le Sentier Lumineux.

La Selva Centrale, à cheval entre les Andes et l’Amazonie, était un point de passage et de ravitaillement entre Lima et Ayacucho. Il s’agissait également d’un refuge pour les sendéristes, car sa dense végétation leur permettait de se dissimuler et d’échapper aux Forces de l’ordre. Par ailleurs, la population de cette zone, fortement métissée fut méprisée, aussi bien par l’Etat que par le Sentier Lumineux, qui ne voyaient en elle, que les vestiges des cultures andines et non l’incarnation de leurs projets.

Le rapport de la CVR affirme que, pour la période 1985 / 1990, près de 6 000 asháninka perdirent la vie, 10 000 furent déplacés et 5 000 furent prisonniers par le Sentier Lumineux. Ces chiffres corroborent le fait que la Selva Centrale fut extrêmement affectée par le conflit armé.

                          Franky Wanner 
  • La période post-conflit : une interminable lutte pour rechercher les disparus

Le travail de recherche des disparus ne commença, officiellement, qu’après le conflit armé. Pendant celui-ci, seules les familles semblaient conscientes de la disparition de leurs proches. L’Etat, dont les agents étaient directement impliqués, feignait d’ignorer le phénomène et poussait le cynisme jusqu’à nier l’existence des personnes portées disparues, du fait qu’elles n’avaient souvent pas de papiers d’identité.

En 1995, Fujimori fit voter une loi d’amnistie afin de protéger les agents de l’Etat ayant abusé de leur pouvoir. Cette loi traduit la volonté de « couvrir » les crimes commis par les agents de l’Etat et également, la volonté d’entériner toute forme de poursuite en leur garantissant l’impunité totale.

Après le conflit armé, la fuite du président Fujimori au Japon[3], ainsi que le changement de gouvernement que cela provoqua, bouleversèrent la situation et, la recherche des disparus put être entreprise.

Le premier travail d’enquête sur le sujet fut réalisé par la CVR entre 2001 et 2003. Cependant, le rapport qu’elle remit au président Alejandro Toledo en 2003 fut vivement critiqué par les partisans de Fujimori ainsi que par les Forces Armées qui étaient clairement désignés comme responsables de la violence et des milliers de morts. Pendant le mandat présidentiel d’Alejandro Toledo (2001 / 2006), l’Etat soutint le travail de la CVR en finançant une partie des frais engendrés, mais, aucune mesure ne fut prise pour condamner les responsables.

Ce n’est qu’en 2016 qu’une Loi de Recherche de Personnes Disparues fut adoptée et que la recherche, à proprement parler, débuta. En Juin 2017, la Direction Générale de Recherche de Personnes Disparues fut créée et elle publia la liste de 20329 disparus en avril 2018.

Ces récentes avancées montrent que la recherche des disparus est d’actualité, mais, si l’on s’y intéresse de plus près, nous constatons qu’il s’agit de retrouver les restes pour les restituer aux familles afin de permettre le deuil. Il ne s’agit donc pas de rechercher les responsables de ces disparitions afin de les condamner, mais de « tourner la page ».

Le 24 décembre 2017, le président Pedro Pablo Kuczynski annonça la grâce d’Alberto Fujimori, qui avait été condamné à la prison à vie, notamment pour les crimes qu’il avait cautionnés durant ses mandats. Cette nouvelle provoqua l’indignation et la colère de nombreux Péruviens et fut interprétée comme un pied de nez adressé à la justice et aux Droits de l’Homme. 

En septembre 2018, le président Martin Vizcarra promulgua une loi pour créer une Banque de Données Génétiques. Le but est de stocker les informations biologiques des proches de disparus afin de pouvoir les comparer avec les restes retrouvés. Cette loi prometteuse, prouve que le processus de recherche avance, tant bien que mal.

En janvier 2018, la Commission des Droits de l’Homme annonçait que 3 623 corps avaient été exhumés, que 2 125 avaient pu être identifiés et que 1 989 avaient été restitués aux familles.

[1] Organisation subversive qui s’opposa à l’Etat péruvien par des actions semblables à celles du Sentier Lumineux au milieu des années 1980.

[2] DUPUIS Daniel, ¿Dónde están? Terreur et disparitions au Pérou (1980-2000), Le Pré Saint Gervais, Le Passager clandestin, 2009

[3] Réélu en 1995 et en 2000, Fujimori dut quitter le pouvoir de façon précipitée en fuyant au Japon après qu’un enregistrement vidéo montrant l’un de ses principaux collaborateurs, Vladimiro Montesinos remettant des pots-de-vin à un membre de l’opposition durant la campagne présidentielle de l’an 2000, fut rendu publique.