Archives mensuelles : octobre 2021

Séminaire ALEA (Amérique Latine et Espaces Atlantiques) Séminaire d’Histoire contemporaine comparée, 2021-2022

 

Séminaire  2020-2021

Séminaire ALEA (Amérique Latine et Espaces Atlantiques)

Séminaire d’Histoire contemporaine comparée

Sorbonne Université-Université Paris Nanterre-Université Paris 8

Affiche Séminaire ALEA 2021-2022

Le séminaire interuniversitaire ALEA rassemble trois équipes spécialistes de l’Amérique latine contemporaine désireuses de trouver un espace de réflexion commun pour échanger et débattre autour de leurs travaux sur les mondes latino-américains, dans le cadre des espaces atlantiques. En prise avec l’actualité de la recherche et s’inscrivant dans une perspective d’histoire comparée ouverte à l’interdisciplinarité, ce séminaire vise à interroger les processus historiques et politiques à l’œuvre dans les sociétés latino-américaines, dans leurs rapports internes et avec d’autres aires géo culturelles.

PROGRAMME

VENDREDI 19 NOVEMBRE 2021, 16h-18h • Sorbonne Université. Institut d’Études Hispaniques (salle Carlos Serrano)
Pablo Ortemberg (IIP-UNSAM/CONICET, chercheur invité du CREDA-IHEAL) : “La diplomacia de los buques: historias conectadas entre Argentina, Brasil, Chile y Perú”
VENDREDI 4 FEVRIER 2022, 14h-16h• Université Paris 8 (salle A2 204)
Avar de la Llosa (Université Lumière Lyon 2) : “Les archives diplomatiques, un matériau privilégié pour construire une histoire comparée des circulations atlantiques?”
VENDREDI 8 AVRIL 2022, 14h-16h30 • Colegio de España, Salle des séminaires (Séance en partenariat avec le séminaire interuniversitaire NHEC, « Nouvelles Historiographies de l’Espagne Contemporaine »)
Anne-Claire Sanz (ERIAC, Université de Rouen-Normandie): “Luttes contre les violences de genre en Espagne et au Chili : pratiques et discours”
VENDREDI 20 MAI 2022, 16h-18h • Université Paris Nanterre. Salle de séminaire 1, bâtiment Max Weber.
Baptiste Lavat (Université Paris-Est Créteil, Imager) et Sebastián Olave Soler (Sorbonne Université, CRIMIC) : “Pratiques festives en Amérique du Sud : enjeux politiques et institutionnels”

Équipes partenaires :

CRIIA (EA 369, Université Paris Nanterre), GRECUN (Groupe État, Culture, Nation dans le monde ibéro-américain)

LER (EA 4385, Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis), groupe ALHIM (Amérique latine, histoire et mémoire)

CRIMIC (EA 2561, Sorbonne Université), axe IBERHIS (Histoire et cultures des mondes ibériques)

Organisateurs/Organisatrices :

Diana BURGOS-VIGNA, professeure à l’Université Paris-Nanterre, diana.burgosvigna@parisnanterre.fr

Enrique FERNANDEZ DOMINGO, professeur à l’Université Paris 8,                         enrique.fernandez-domingo@univ-paris8.fr

David MARCILHACY, professeur à Sorbonne-Université,                        david.marcilhacy@sorbonne-universite.fr

Françoise MARTINEZ, professeure à l’Université Paris 8,                          francoise.martinez@sorbonne-universite.fr;

Miguel RODRIGUEZ, professeur à Sorbonne-Université,                                  migrodriguez@orange.fr


APPEL A CONTRIBUTION : Les Cahiers ALHIM n°44 (deuxième semestre 2022)

Résultat de recherche d'images pour "alhim"

CONVOCATORIA

Musealidades en tránsito -la era de la virtualidad- en América Latina

Los espacios avalados por la “institución del arte”-museos, centros, galerías y bienales- son de los enclaves más significativos para la construcción de las identidades, para afianzar los valores y para promover temas que responden a problemáticas sociales y a agendas contemporáneas específicas.

También, muchas veces, estos sitios operan como una suerte de dispositivo que da respuesta a las crisis, que se reconfigura para establecer y re-establecer esas nuevas musealidades compatibles con las problemáticas sociales -la representación de las identidades, el género, las luchas feministas, la diferencia, entre otras- y que se ve en la necesidad de interpelar a los sujetos generando nuevas estéticas.

Por eso, cada exposición, cada colección y cada artista, que se presenta en alguno de estos espacios, responde a una cantidad de imperativos que se articulan a los intereses de las instituciones -desde los económicos hasta los artísticos- puestos en práctica desde cada uno de estos enclaves. Esos temas, que en gran medida son replicados por distintos museos del mundo, incluyendo los latinoamericanos, forman parte de la gran agenda del arte y condicionan los discursos locales y globales, estableciendo los territorios políticos, sociales y culturales dentro de los que se debe hablar y a los que se debe interpelar.

Apelando a la frase de Mieke Bal (2015) “el arte se mueve”, y considerando que el arte tiene ese carácter performático y móvil de transitar por diferentes lugares, tiempos y posibilidades, creemos que los espacios museales están acompañando ese desplazamiento de las producciones artísticas hacia las plataformas virtuales.

De manera recurrente, los museos más importantes a nivel nacional e internacional migran sus colecciones hacia sitios web, sortean la imposibilidad de la presencia o la lejanía a través de la simultaneidad o la ciberpresencia y hacen funcionar su impronta museal desde la curaduría virtual y el diseño web gestionando nuevas museotopías.

El punto de arribo de este dossier, así como afirma Florencia Battiti (2013) es pensar en las instituciones que asumen la práctica curatorial en América latina o sobre América latina -situada o deslocalizada en el espacio virtual- como portadora de ideología, en una búsqueda de renovar y reconfigurar todo elemento residual para transformarlo y expandir su campo de acción y operatividad. En este sentido, el espacio de la virtualidad se convierte en el escenario de las nuevas luchas identitarias, abierto a la democratización de ideas donde fluctúan sujetos, obras, artistas, curadores, públicos e ideas. Apelando a una mirada crítica, la virtualidad es la plataforma que obliga al museo a replantear sus funciones. Como explica Federico Ruvituso en su artículo “Avatares de pandemia: Museos sin después”, “…de manera particular el museo de arte debe tomar el pulso estético del presente que habita mientras construye su propio futuro y ancla sus acciones en políticas sobre un territorio, una identidad cultural, una comunidad en la que se desarrolla” (Ruvituso, 2020:10).

En esta reconfiguración del universo simbólico de los espacios museales, las exposiciones virtuales se erigen como un proyecto alternativo, expansivo y presente, que no sólo permite habitar las exposiciones que se suben a la web, sino que posibilita exponer y hacer circular en imágenes problemas contemporáneos urgentes. De esta forma, el acto performático que asumen las instituciones sobre su propia práctica, como las exposiciones y salas virtuales que llegan a un público mucho más amplio rompiendo con los límites geográficos, obliga a replantear la pertinencia de las fronteras, los límites, el sitio y la circulación.

Para este dossier invitamos a académicos y universitarios de las disciplinas de la historia, los estudios culturales, la filosofía, la historia del arte y los estudios de género, a presentar trabajos de investigación, acercamientos conceptuales, teóricos y de campo, que aborden diferentes problemáticas artísticas prácticas y teóricas desde el campo curatorial, crítico, museal y expositivo.

Algunas de las líneas que pueden sostener la argumentación y dirección de los artículos son:

1- Las transformaciones contemporáneas de los museos latinoamericanos

2- El espacio virtual en la nueva era de las exposiciones de arte en América Latina

3- Prácticas curatoriales desde plataformas virtuales

Fechas importantes:

Las propuestas serán recibidas desde la publicación de esta convocatoria hasta el 15 de junio de 2022. Los artículos no deberán exceder los 30000 signos, también es necesario enviar una semblanza corta del autor/a/autores como adscripción, disciplina/as y últimas publicaciones.

Una vez recibido, se enviará a un comité editorial que dictaminará si el artículo se publica o no. En el caso que el texto no respete las normas de publicación será enviado nuevamente al autor para su corrección. Los autores declaran reservar a Les Cahiers ALHIM la exclusividad de su artículo y autorizan su publicación en línea y en formato papel. En caso de plagio, los autores serán considerados únicos responsables. En atención a los derechos de autores, la integración de imágenes, videos o audios, debe estar avalada por una autorización y deben ser enviados en una calidad óptima.

Contacto:

Eva Fernández, Universidad Autónoma de Querétaro: eva.fernandez@uaq.mx

Idiomas: español, francés e inglés.

Se notificará la aceptación de propuestas para el dossier el 5 de julio de 2022.

La recepción de los artículos según las normas de publicación, evaluación y corrección será el 15 de septiembre de 2022.

Fecha límite para la recepción de los artículos completos 15 de noviembre 2022.

____________________________________________________________________

APPEL A CONTRIBUTION

Muséalités en transition : l’ère de la virtualité en Amérique Latine 

Les espaces investis par « l’institution artistique » – musées, centres, galeries et biennales – sont parmi les enclaves les plus significatives pour la construction des identités, le renforcement des valeurs et la promotion des thèmes qui répondent aux problématiques sociales et aux agendas contemporains spécifiques.

Souvent, ces sites fonctionnent comme une sorte de dispositif offrant une réponse aux crises, qui se reconfigure pour établir et rétablir ces nouvelles muséalités, compatibles avec les problématiques sociales – la représentation des identités, le genre, les luttes féministes, la différence – entre autres –, et qui fait face à la nécessité d’interpeler les sujets en générant de nouvelles esthétiques.

C’est pourquoi chaque exposition, chaque collection et chaque artiste se présentant dans l’un de ces espaces répond à un certain nombre d’impératifs s’articulant autour des intérêts des institutions – qu’ils soient économiques ou artistiques – mis en œuvre depuis chaque enclave. Ces thèmes, qui sont reproduits dans une large mesure par différents musées du monde, y compris en Amérique latine, font partie du grand agenda de l’art et conditionnent les discours locaux et mondiaux, établissant les territoires politiques, sociaux et culturels au sein desquels il faut parler et ceux qui doivent être interrogés.  

En nous appuyant sur le constat de Mieke Bal (2015) – « l’art bouge » – et en considérant que l’art possède une dimension performative et mobile, celui-ci voyageant à travers les lieux et les temporalités, les espaces muséaux nous semblent accompagner ce déplacement des productions artistiques vers les plateformes virtuelles.  

D’une manière récurrente, les musées les plus importants au niveau national et international migrent leurs collections vers des sites internet, contournent l’impossibilité de la présence du public ou l’éloignement par la simultanéité ou la cyber-présence, et font fonctionner leur empreinte muséale à partir de la conservation virtuelle et du design web en gérant de nouvelles museotopias.

La finalité de ce dossier, comme l’affirme Florencia Battiti (2013), est de réfléchir aux institutions qui assument la pratique curatoriale en Amérique latine ou sur l’Amérique latine – qu’elle soit localisée ou déplacée dans l’espace virtuel – en tant que porteuse d’idéologie, dans une recherche de rénovation et en vue de reconfigurer tout élément résiduel pour le transformer et élargir son champ d’action, ainsi que son opérativité.  En ce sens, l’espace de la virtualité devient le théâtre des nouvelles luttes identitaires, ouvert à la démocratisation des idées où fluctuent sujets, œuvres, artistes, commissaires, publics et idées.  

Appelant un regard critique, la virtualité est la plateforme qui oblige le musée à repenser ses fonctions. Comme l’explique Federico Ruvituso dans son article « Pandemic Avatars: Museums without After », « […] d’une manière particulière, le musée d’art doit prendre le pouls esthétique du présent qu’il habite tout en construisant son propre avenir et en ancrant ses actions dans des politiques sur un territoire, une identité culturelle, une communauté dans laquelle elle se développe » (Ruvituso, 2020 : 10). Dans cette reconfiguration de l’univers symbolique des espaces muséaux, les expositions virtuelles se présentent comme un projet alternatif, expansif et présent, qui permet non seulement d’habiter les expositions qui sont téléchargées sur le web, mais aussi d’exposer et de faire circuler en images des problèmes contemporains urgents.  Ainsi, l’acte performatif assumé par les institutions quant à leur propre pratique – comme les expositions virtuelles et les salles à destination d’un public beaucoup plus large, rompant ainsi avec les limites géographiques – nous oblige à repenser la pertinence des frontières, des limites, du lieu et de la circulation. 

Pour ce dossier, nous invitons des chercheurs et jeunes chercheurs travaillant sur l’histoire, les études culturelles, la philosophie, l’histoire de l’art et les études de genre, à présenter leurs travaux, à proposer des approches conceptuelles et théoriques, ou encore à partager des expériences de terrain qui abordent différentes questions pratiques et théoriques des domaines artistiques de la curatoriale, des domaines critique, muséal et d’exposition. Les articles pourront s’inscrire dans les axes de réflexion suivants :

1- Les transformations contemporaines des musées latino-américains

2- L’espace virtuel dans la nouvelle ère des expositions d’art en Amérique latine

3- Pratiques curatoriales issues de plateformes virtuelles

Dates importantes :

Les propositions seront reçues à partir de la publication de cet appel jusqu’au 15 juin 2022.

Merci d’accompagner votre proposition d’un court CV (profil, expérience d’enseignement et de recherche, publications). Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture et à deux évaluations extérieures anonymes, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Les articles ne devront pas dépasser 35 000 signes. Les normes de publication sont disponibles sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/alhim/2861

Dans le cas où le texte ne respecterait pas les normes de publication, il sera renvoyé à l’auteur pour correction. Les textes seront le résultat d’une recherche originale et inédits. Les auteurs déclarent réserver aux Cahiers ALHIM l’exclusivité de leur article et autoriser sa publication sur différents supports. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Les auteurs déclarent par ailleurs qu’ils ont obtenu les autorisations des éditeurs et auteurs pour toute reproduction d’images ou photos, ainsi que celle des personnes interviewées et/ou remerciées.

Contact :

Eva Fernández, Universidad Autónoma de Querétaro

eva.fernandez@uaq.mx

Langues : espagnol, français et anglais.

L’acceptation des propositions pour le dossier sera notifiée le 5 juillet 2022

La réception des articles répondant aux normes de publication et au processus d’évaluation aura lieu le 15 septembre 2022.

Date limite de réception des articles complets : 15 novembre 2022