Archives du mot-clé Chili

Appel à colloque/Convocatoria coloquio: « Le Chili au XIXe et au XXe siècle : migration, conflit, exil et mémoire/Chile : migración, conflicto, exilio y memoria (Siglos XIX-XX) », Lyon 6 et 7 juin 2019

 

Colloque international/Coloquio Internacional

Le Chili au XIXe et au XXe siècle : migration, conflit, exil et mémoire/Chile: migración, conflicto, exilio y memoria (Siglos XIX-XX)

Lieu/Lugar : Université Lumière-Lyon II

Dates du colloque/Fechas del coloquio : 6 et 7 juin 2019

Langues du colloque/Lenguas del coloquio : français et espagnol

 

Lors du colloque de juin 2011, Construction de l’État-Nation et résistances au Chili : del’Indépendance au Front populaire, nous nous sommes intéressés à la constitution del’État-nation au Chili et aux résistances qui en ont découlé sur les plans politique, sociologieet culturel. Le colloque Construction de l’État-Nation et développement économique etsocial au Chili (1811-1976) qui a eu lieu en janvier 2013 a été un prolongement de cetteréflexion dans une optique privilégiant les rapports économiques et financiers internes etexternes qui ont participé à la formation de l’État-Nation chilien. Par la suite, le colloquePouvoirs, identité, résistances dans les arts visuels chiliens, en décembre 2015, nous apermis de convoquer des sources différentes. Le thème de la mémoire est apparu dans cecolloque ainsi que celui de l’exil. L’ouverture sur le monde a justement été le sujet ducolloque Chile en el mundo, que nous avons organisé en juillet 2017 à l’Université de Santiago du Chili (USACH).

Objectifs du colloque

Ce nouveau colloque se situe dans la continuité des colloques de 2011, 2013, 2015 et 2017 et envisage d’approfondir des thèmes apparus de façon transversale. Nous souhaitons privilégier la diversité des origines des sources, chiliennes, européennes, américaines et de leur nature, écrites, orales, audiovisuelles. L’interdisciplinarité et les dimensions transaméricaines et comparatistes sont encouragées. L’organisation du dernier colloque au Chili nous a permis de renforcer notre équipe sur le plan international grâce à des collaborations également éditoriales. Nous envisageons, avec ce nouveau colloque, de souder notre réseau afin de monter, par la suite, un projet de plus grande envergure.

Axes de travail

Le colloque pourra se décliner selon plusieurs axes. Le conflit comme cause de la migration, les migrations et leurs mémoires, le conflit et ses mémoires et ceci au travers de différents sources : législation, données démographiques et recensements, archives, entretiens, affiches, presse, sources audio-visuelles et musicales.

Organisateurs

Alvar DE LA LLOSA, PR, Université Lumière Lyon-II/Laboratoire LCE (Langues et Cultures Européennes), Université Paris Ouest Nanterre La Défense Centre de recherches ibériques et ibéro-américaines : Axe Ecole, Culture, Nation dans le monde ibérique, ibéroaméricain et méditerranéen (GRECUN)

Enrique FERNÁNDEZ DOMINGO, PR, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis/Laboratoire LER : Amérique Latine: littérature et socio-histoire. ALHIM

Nathalie JAMMET-ARIAS, MCF, Université Paris Ouest Nanterre La Défense/Centre de recherches ibériques et ibéro-américaines : Groupe de Recherches Ecole, Culture, Nation dans le monde ibérique, ibéro-américain et méditerranéen (GRECUN)

Juan Luis CARRELLÁN RUIZ, enseignant-chercheur, Universidad de Córdoba (Espagne)

Appel à communications

Les conflits, les migrations et leurs mémoires sont des thèmes apparus en filigrane au cours des quatre colloques que nous avons précédemment organisés (en 2011, 2013, 2015 et 2017 respectivement dans les universités de Nanterre, Paris 8, Santiago du Chili). Il nous apparaît qu’il convient désormais d’approfondir certains de ces thèmes au cours d’une nouvelle rencontre.

La période retenue parcourt un laps temporel qui, en s’étendant de l’Indépendance jusqu’à nos jours, couvre l’époque contemporaine puisque notre objectif est d’étudier ces phénomènes sur une période longue sans reléguer les migrations au XIXe siècle.

Au Chili, les conflits de l’Indépendance ont été producteurs de migrants, notamment les Patriotas qui, vaincus, ont passé les Andes pour se regrouper à Mendoza où fut organisée l’expédition qui devait libérer le pays. S’en suivit la fuite des Espagnols péninsulaires lorsque l’Armée des Andes obtint ses premiers succès militaires. Par la suite, certains libéraux, les Pipiolos, durent fuir, à leur tour. Parmi eux, l’ancien Directeur suprême, héros de l’Indépendance, Bernardo O’Higgins qui trouva refuge au Pérou comme beaucoup de libéraux qui durent quitter le Chili en raison de mesures de bannissement (tels Francisco Bilbao, puis les insurgés de 1861, ou ceux de 1891). Parallèlement, le Chili s’est transformé en pays récepteur de réfugiés, en particulier argentins. Ces Argentins, qui fuyaient la dictature de Rosas, eurent souvent une grande influence au Chili, dans le domaine du journalisme et des Sciences politiques (Mitre, Alberdi, Sarmiento), et de l’éducation. On leur doit une participation active à la floraison culturelle du Chili du milieu du XIXe siècle, la fondation de plusieurs journaux, et, à Sarmiento en particulier, l’organisation de l’École normale de Précepteurs. À cette particularité d’ordre politique, il convient d’ajouter les personnalités intellectuelles qui, invitées par le gouvernement chilien décident, à la fin de leur contrat, de rester dans leur nouvelle patrie, à l’instar du Vénézuélien Andrés Bello qui développe une remarquable carrière dans les domaines du droit, des humanités et des sciences.

À la différence de l’Argentine ou de l’Uruguay, l’émigration européenne au Chili n’a jamais été massive. Cette immigration se limite à certains flux migratoires irréguliers et numériquement réduits. Après l’Indépendance, le Chili voit arriver un bon nombre de négociants européens, en majorité des Anglais qui s’installent dans la capitale et dans les ports du pays. Ces négociants sont principalement des commerçants et des employés de maisons de commerce européennes. Avant 1860, les immigrants européens qui arrivent au Chili sont, dans leur grande majorité, des commerçants et des membres des professions libérales. Entre 1846 et 1875, le pays accueille une importante vague d’émigration provenant d’Allemagne. Après 1880, le flux migratoire augmente et la provenance nationale des migrants se diversifie. Ces nouveaux migrants, qui arrivent par contingents, son majoritairement d’extraction prolétaire et sans instruction.

Après la Guerre du Pacifique (1879-1883), de nombreux Boliviens et Péruviens furent intégrés de force au territoire chilien, sans qu’il s’agisse dans ce cas d’un flux migratoire, puisqu’il fut causé par une situation politique plus que par un choix personnel, voire une exigence économique. Leur situation d’immigrés devra être étudiée avec attention puisqu’il a lieu dans un contexte de développement du nationalisme et de création de mouvements identitaires, notamment les ligas patrióticas. Il conviendra de s’intéresser aussi aux Chiliens déserteurs de la Guerre du Pacifique qui s’installèrent au Pérou, certains participèrent à la conquête à peine initiée des territoires amazoniens dans le cadre plus général de l’occasion offerte pour un passage à une vie meilleure. Peu auparavant, de par ses relations économiques privilégiées avec l’Ouest étasunien, le Chili participe, par ses exportations – notamment de céréales – à la conquête et à l’installation des Étasuniens en Californie et au développement de la ruée vers l’or du Klondike par les forty-niners. De sorte que se développe une relation inattendue entre les deux extrêmes du Continent.

Au XXe siècle, le Chili semble échapper à la grande vague de migrations qui caractérise le Continent américain. Il conviendra d’en comprendre les raisons, alors que l’installation des Français, notamment des vignerons bourguignons est restés célèbres à travers certains noms qui ont occupé la présidence de la République. L’accueil contrasté des réfugiés républicains espagnols dans les conditions politiques particulières chiliennes – à la fin du gouvernement du Front populaire -, marque un moment unique. Dans les années 1950, des familles catholiques belges et françaises s’installent au Chili afin d’offrir au monde une réserve occidentale catholique blanche, selon les termes de l’époque, au cas où l’URSS envahirait l’Europe atlantique. Si des sympathisants de la droite économique et extrême ont quitté le Chili à la suite de l’élection de Salvador Allende en 1970, le coup d’État du 11 septembre 1973 provoque, selon les sources, un exil massif de 200.000 à un million de personnes sur une population de 10 millions d’habitants (1973).

Dans le cadre de la dictature, on observe encore plusieurs types de migrations, la plupart correspondant cependant à un exil politique de personnes ou de familles entières fuyant le régime par peur de la répression – en raison de leurs activités politiques ou sociales réelles ou supposées -, de personnes qui ont subi la répression et la prison et dont la peine a été commuée en bannissement, de personnes bannies et déchues de leur nationalité mais aussi de personnes qui, du fait du régime en place, ont perdu leur emploi ou la possibilité d’étudier. Au cours des trente dernières années du XXe siècle, on observe aussi une émigration économique sur plusieurs générations, ce qui prouve le fiasco de la politique ultralibérale des Chicago Boys. Sans omettre par ailleurs les migrations politiques dans le cadre d’entrainements militaires ou de projets internationalistes.

On ne privilégie donc pas les migrations d’ordre politique, car des communications sur les migrations économiques internes (colonisation du Sud du Chili, activités économiques dans les villes), et scientifiques (professeurs, chercheurs, techniciens, études techniques en Europe ou aux États-Unis) seront les bienvenues puisque la migration est décidée suite à un danger mais aussi plus largement à cause d’une « insatisfaction » vis-à-vis des conditions de vie, du développement personnel et familiale, dans le pays d’origine ou du besoin d’amélioration professionnelle. Ces études élargies permettront d’évaluer les flux de populations qui sortirent du Chili où s’y installèrent, les éléments nécessaires pour contextualiser et évaluer les conséquences culturelles, politiques et économiques des phénomènes migratoires ainsi que l’intégration des migrants, tant au Chili que dans les pays récepteurs, en cas d’émigration, voire de recompositions de l’objet politique.

Dans le cas du Chili, le conflit est souvent au coeur du projet migratoire, et il conviendrait d’étudier les mémoires des conflits tant celles concernant ceux qui sont partis que pour ceux qui sont restés dans le pays, voire même ceux qui ont fait des allers-retours. Car le conflit oblige à partir mais aussi parfois à revenir.

Choix volontaire d’un temps long afin de tenter de mettre en valeur des constantes et des ruptures, et de comprendre ce qui les motive, tout en ayant soin de mettre en relief les spécificités chiliennes dans le cadre latino-américain.

Ainsi ce colloque, qui privilégie diverses approches propres aux sciences sociales, s’inscrit dans la continuation de l’étude des flux migratoires, des migrations, des circulations et des transferts de savoirs politiques et de connaissances scientifiques et techniques, peut se décliner de plusieurs façons :

  • Le conflit comme cause de la migration (interne au pays, cas des relégations ou des déplacements de population à plus grande échelle),
  • les migrations et leurs mémoires,
  • le conflit et ses mémoires (au travers de différents sources : législation, données démographiques et recensements, archives, entretiens, affiches, presse, sources audiovisuelles et musicales)
  • l’exil en tant que migration forcée au cours des deux derniers siècles (aussi bien les exilés au Chili que les exilés chiliens à l’étranger).

Les propositions de communication devront nous parvenir avant le 1er octobre 2018.

___________________________________________________________________________

Convocatoria

Los conflictos, las migraciones y sus memorias han sido temas que aparecieron en filigrana a lo largo de los cuatro coloquios que hemos organizado anteriormente (en 2011, 2013, 2015 y 2017 respectivamente en las universidades de Nanterre, Paris 8, Santiago de Chile). Nos parece que es hora de profundizar en algunos temas en el marco de un nuevo encuentro. El periodo considerado recorre un lapso temporal que se extiende desde la Independencia hasta nuestros días, cubriendo la época contemporánea, ya que nuestro objetivo es estudiar estos fenómenos en un periodo largo, sin olvidar las migraciones del siglo XIX.

En Chile, los conflictos de la Independencia han sido productores de migrantes, en particular cuando, una vez vencidos, los Patriotas tuvieron que cruzar los Andes para reagruparse en Mendoza donde se organizó la expedición que había de liberar el país. Al conseguir el Ejército de los Andes sus primeros éxitos militares, a su vez, los españoles peninsulares huyeron. Tras ello algunos liberales, los Pipiolos, tuvieron que huir. Entre ellos el antiguo Director Supremo y héroe de la Independencia, Bernardo O’Higgins, quien se asilo en Perú al igual que otros muchos liberales que poco después, a su vez, se vieron obligados a abandonar Chile a causa de las medidas de destierro o extrañamiento (tales como Francisco Bilbao, y después los insurrectos de 1861, o aquellos de 1891. Paralelamente, Chile se transformó en país receptor de refugiados, en particular argentinos. Estos argentinos, que huían de la dictadura de Rosas, a menudo destacaron por su gran influencia en Chile en particular en los sectores del periodismo y de la ciencia política (Mitre, Alberdi, Sarmiento), y de la educación. Se les debe una activa participación en el florecimiento cultural del Chile de mediados del siglo XIX, la fundación de varios periódicos, y a Sarmiento la organización de la Escuela Normal de Preceptores. A esta particularidad de tipo político, conviene añadir personalidades intelectuales que, invitadas por el gobierno chileno, decidieron, al finalizar su contrato, quedarse en su nueva patria, como el venezolano Andrés Bello quien desarrolló una extraordinaria carrera en los sectores del Derecho, de las Humanidades y de las Ciencias.

La inmigración europea en Chile, a diferencia de Argentina o Uruguay, nunca fue masiva. Esta inmigración se limita a ciertos flujos migratorios irregulares y numéricamente reducidos. Tras su independencia, Chile recibe la llegada de un buen número de negociantes europeos, mayoritariamente de origen inglés, que se instalan en la capital y en los puertos del país. Estos negociantes son principalmente comerciantes y empleados de casas comerciales europeas. Antes de 1860 los emigrantes europeos que llegan a Chile son, mayoritariamente, comerciantes y profesionales liberales. Entre 1846 y 1875 el país acoge una importante oleada migratoria proveniente de Alemania. Tras 1880 el flujo migratorio aumenta y el universo del origen nacional de los inmigrantes se diversifica. Estos nuevos inmigrantes que llegan por contingentes, son mayoritariamente de origen proletario y sin instrucción.

Tras la Guerra del Pacifico (1879-1883), numerosos bolivianos y peruanos resultaron integrados por la fuerza al territorio chileno, aunque en dicho caso no se trata de un flujo migratorio, ya que vivían antes en el territorio. Estuvo causado por una situación política más que por una opción personal, incluso a veces por una exigencia económica. Su situación de emigrantes habrá de ser estudiada con interés en el contexto correspondiente al desarrollo del nacionalismo y del surgimiento de movimientos identitarios, en particular las ligas patrióticas. También se habrá de mostrar interés por los desertores chilenos de la Guerra del Pacífico que se instalaron en Perú, algunos llegando a participar en la incipiente conquista de los territorios amazónicos en el marco más general de la posibilidad de acceder a una vida mejor. Poco antes, por sus relaciones económicas privilegiadas con el Oeste estadounidense, Chile participa, por sus exportaciones – en particular de cereales – a la conquista y lainstalación de estadounidenses en California y a la puesta en marcha del Golden Rush del Klondike por los forty-niners; desarrollando de este modo una relación inesperada entre las dos extremidades del Continente.

A lo largo del siglo XX Chile parece escapar a la gran oleada de inmigraciones que caracteriza el Continente americano. Convendrá entender las razones cuando sin embargo la instalación de franceses, en particular de los viñateros borgoñeses se ha mantenido en las memorias cuanto más que llegaron alguno que otro apellido hasta la presidencia de la República. La acogida contrastada de los refugiados republicanos españoles en unas condiciones políticas particulares propias de Chile, a finales del gobierno de Frente Popular, marca un momento único. En los años de 1950 familias católicas belgas y francesas se instalan en Chile con el propósito de ofrecer al mundo una reserva occidental católica blanca, según las palabras de aquella época, en caso en que la URSS invadiera la Europa atlántica. Si simpatizantes de la derecha económica y extrema abandonaron Chile tras la elección de Salvador Allende en 1970, el golpe de Estado del 11 de Septiembre de 1973 provocó, según las fuentes, un exilio masivo de entre 200.000 a un millón de persones sobre una población de 10 millones de habitantes (1973).

En el marco de la dictadura, se observan aun varios tipos de migraciones, la mayoría corresponde sin embargo a un exilio político de personas o de familias enteras que huyeron del régimen militar por miedo a la represión, por causa de sus actividades políticas o sociales reales o supuestas, de personas que fueron víctimas de la represión o de la cárcel y cuya pena ha sido conmutada por el extrañamiento, de personas desterradas o cuya nacionalidad les fue retirada, pero también de personas que, a causa del régimen perdieron su trabajo o la posibilidad de estudiar. También se observa, a finales del siglo XX, una emigración económica sobre varias generaciones que prueba el fracaso de la política ultra liberal de los Chicago Boys. Sin omitir por otra parte las migraciones políticas con vistas a adiestramientos militares mayores o proyectos internacionalistas.

Por otra parte, no se privilegiaran las migraciones de tipo político ya que las comunicaciones sobre las migraciones económicas internas (colonización del Sur de Chile, actividades económicas en las ciudades), y científicas (profesores, investigadores, técnicos, estudios técnicos en Europa y EEUU) serán aceptados visto que la migración es decidida tras la aparición de un peligro o, de modo más amplio, de una “insatisfacción” frente a las condiciones de vida, del desarrollo personal o familiar en el país de origen. Estos estudios ampliados permitirán evaluar los flujos de población que salieron de Chile o que se instalaron en el país y que resultan ser elementos necesarios para contextualizar y evaluar las consecuencias culturales y económicas de los fenómenos migratorios así como la integración de los migrantes, tanto en Chile como en los países de acogida, en caso de emigración como de recomposición del objeto político. En el caso chileno, el conflicto es a menudo el meollo del proyecto migratorio y convendría estudiar las memorias de los conflictos tanto para aquellos que salieron como para aquellos que se quedaron en el país, e incluso aquellos que salieron y volvieron ; ya que el conflicto obliga a salir pero también a veces a volver.

La opción de un tiempo largo con el propósito de valorar las constantes y las rupturas, y de entender lo que las motiva, pero siempre teniendo cuidado de poner de relieve las especificaciones chilenas en el marco de un contexto latino-americano más amplio.

De modo que este coloquio, -que privilegia varios enfoques propios de las ciencias sociales, se enmarca en la continuación del estudio de los flujos migratorios, de las migraciones, de las circulaciones y de las transferencias de saberes políticos y de conocimientos científicos y técnicos- puede proyectarse de diferentes modos:

  • el conflicto como causa de la migración (interna al país, caso de las relegaciones o de desplazamientos de población mayor escala),
  • las migraciones y sus memorias,
  • el conflicto y sus memorias (a través de diferentes fuentes: legislación, datos demográficos y censos, archivo, entrevistas, carteles, prensa, fuentes audio-visuales y musicales).
  • el exilio, como migración forzosa en los dos siglos señalados (exilio chileno en el exterior y exilio de extranjeros en Chile).

Se recibirán las propuestas de ponencia hasta el 1° de octubre de 2018

Comité scientifique/Comité Científico
  • Isabelle Tauzin-Castellanos (PR, Université Bordeaux III)
  • Catherine Heymann (PR, UPOND)
  • Hernán Venegas Valdebenito (PR-USACH, Chili)
  • Igor Goicovic (PR, USACH, Chili)
  • Rafael Chavarría (Docente, USACH, Chili)
  • Julio Pérez Serrano (Universidad de Cádiz, Espagne)

Contact/Contacto : nathalie.jammetarias@yahoo.fr; alvar.delallosa@univ-lyon2.fr; enrique.fernandez@yahoo.fr; juancarrellan@hotmail.com

 

Michèle Arrué, Alvar de la Llosa, Enrique Fernández Domingo, Nathalie Jammet-Arias, « Pouvoirs, identités, résistences dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle », Publications du GRECUN, Université Paris Nanterre, 2016

Michèle Arrué, Alvar de la Llosa, Enrique Fernández Domingo, Nathalie Jammet-Arias, Pouvoirs, identités, résistences dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle, Publications du GRECUN, Université Paris Nanterre, 2016

Présentation du livre « NO ». Pablo Larraín de Michèle Arrué (Université Paris 8), 25 janvier 2018

affiche séance

Séance commune séminaire ALHIM et l’Axe Transferts textuels et migrations esthétiques

Présentation du livre « NO ». Pablo Larraín de Michèle Arrué (Université Paris 8)

 

Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8) : Cadre historique et questions épistémologiques

« NO de Pablo Larraín est un film complexe qui joue constamment sur les apparences. »

« NO est un film qui porte sur une grande victoire : le plébiscite organisé en 1988 par le pouvoir en place. Le film s’inscrit dans un cadre histoire qui n’en est pas moins centrale dans le film. NO est bien un film sur le plébiscite de 1988 et la victoire des opposants au dictateur. »

« Un film beaucoup moins lumineux qui porte sur le Chili actuel et ouvre un espace de réflexion sur la période de la post-dictature. L’accueil enthousiaste à l’étranger contraste avec l’accueil beaucoup plus mitigé que lui a réservé le Chili, où il a suscité jusqu’à ce jour de nombreuses polémiques. »

A l’aune de ces affirmations, le livre de Michèle Arrué nous a fait réfléchir à partir de deux questions : le cadre historique dans lequel se situe le film de Larraín et la question épistémologique entre l’écriture de l’histoire et l’œuvre de fiction.

Pourquoi un plébiscite ?

Comme dans les cas des autres coups d’état en Amérique latine à la même période, l’expérience chilienne est conduite par des armées cohérentes sur un plan idéologique appuyé sur l’antimarxisme et la doctrine de la sécurité nationale. Ces armées sont déterminées à rétablir la domination sociale.

Le putsch du 11 septembre 1973, un coup d’état fait par l’armée en tant qu’institution, contre le président Salvador Allende, est préparé et dirigé par des officiers des trois branches de l’armée et des carabineros :

  • le général Augusto Pinochet, nommé par le président Allende à la fin du mois d’août de cette même année, pour l’armée de terre ;
  • l’amiral José T. Merino Castro, autodésigné le jour du coup d’État, pour la marine ;
  • Gustavo Leigh Guzmán, nommé par le président Allende en août 1973, pour l’armée de l’air ;
  • César Mendoza Durán, autodésigné, pour les carabineros.

Les commandants institutionnels dirigent le pronunciamiento et le nouveau gouvernement. Cependant, le régime militaire institutionnel s’est incarné progressivement dans la figure du général Augusto Pinochet, à tel point que la formulation « régime de Pinochet » est devenue courante. A partir de juin 1974, lorsque le général Pinochet dévient le chef du pouvoir exécutif, la nature du régime militaire est désormais indivisible du général de l’armée de terre.

La dictature doit faire face à la mise en question du régime à l’extérieur (condamnation en décembre 1977 par l’Assemblée générale des Nations unies, par 95 voix contre 14 et 12 abstentions, du « régime militaire pour ses abus en matière de droit de l’homme »). Augusto Pinochet prônait dans son discours à faire « face à l’agression internationale lancée contre le gouvernement de notre patrie, prendre la défense de la dignité du Chili, et réaffirme » la légitimité du gouvernement de la République à diriger souverainement le processus d’institutionnalisation du pays ». Le régime militaire s’appuie sur un mouvement social de soutien au régime, incarné par Pinochet. Le résultat est, en 1978, l’organisation d’un plébiscite de soutien au régime, c’est-à-dire de légitimation du pouvoir d’Augusto Pinochet.

Parallèlement, le régime connait une lutte de pouvoir interne entre les militaires : le général Gustavo Leigh Guzmán et son haut commandement des Forces aériennes chiliennes s’opposent au plébiscite, jugeant que cette pratique relève des « régimes personnalistes qui prétendent concentrer le pouvoir par le biais de mesures peu orthodoxes.

Le plébiscite a lieu sans registres électoraux, l’armée étant juge et partie dans le déroulement du processus.  Selon les chiffres officiels, le « oui » l’emporte avec 75 % des voix.  Même si personne ne croit en ce chiffre, Augusto Pinochet obtient une reconnaissance officielle de son leadership.

Cette centralisation du pouvoir atteint un nouveau degré avec la Constitution de 1980 (approuvé lors du plébiscite le 11 septembre 1980 et entrée en vigueur, dans un régime transitoire, le 11 mars 1981 pour se terminer à la fin du mandat présidentiel de Pinochet soit le 11 mars 1989, et, totalement, le 11 mars 1990) qui le désigne Pinochet président pour les huit années suivantes et comme candidat unique pour le plébiscite de 1988. La Constitution de 1980, notamment sur la question des sources du pouvoir, institutionalise d’organismes non soumis au vote populaire. De plus, l’armée reçoit un rôle constitutionnel, comme tutrice du futur système institutionnel. Les Chiliens sont contraints de voter « oui » ou « non », les options présentées : comme un dilemme entre la patrie et l’anti-patrie.

Le référendum chilien du 5 octobre 1988 fut organisé dans le cadre de l’application des dispositions transitoires (articles 27 à 29) de la constitution chilienne de 1980 pour décider de la prolongation au pouvoir jusqu’en 1997 du dictateur. Le 5 octobre 1988, le référendum a comme résultat suivant : 54% de « No », 43% de « Sí ». Deux ans plus tard, Patricio Aylwin devient le premier président démocratiquement élu pour la première fois depuis l’élection de Salvador Allende en 1971.

Comme explique Véronica Valdivia Ortiz de Zárate :

« Le leadership de Pinochet, malgré tout, aurait été compromis sans la démonstration de soutiens évidents dans la société, fruits de la nature insurrectionnelle du coup d’État. La décision de transformer le mouvement d’opposition à l’Unité populaire en appui au régime a contribué à la création du pinochétisme. Cela a été possible dans ce contexte, car ceux qui ont pris les rênes des organes d’État sont des anticommunistes convaincus, qui offrent au régime un embryon de projet devant être mené, selon eux, par le général Pinochet en personne. Les cours de formation destinés à la base sociale du régime sont ainsi la prolongation de la politique économique, sociale et institutionnelle mise en œuvre par le gouvernement. Ils cherchent à toucher de vastes pans de la société. Cette activité sociale en direction des couches populaires, par ailleurs, permet au régime d’accéder à ce monde frappé par la répression, mais qui en reçoit des bénéfices sans que cela ne modifie en rien les causes de sa marginalité. Ces bénéfices ont cependant un impact plus fort dans ce contexte social d’extrême pauvreté et de chômage. Une partie de ces couches sociales devient assurément pinochétiste. Cela explique que le pinochétisme parvienne à réunir des personnes de toutes les classes sociales (supérieure, moyenne et inférieure). Ces stratégies politiques permettent de comprendre pourquoi, lors du plébiscite de 1988, le général Pinochet réussit tout de même à obtenir 43 % des votes. »[1]

Cette masse électorale captive, pour qui le général Pinochet était tout (projet de société, pouvoir… ou aide sociale) est devenue le socle idéologique et social des héritiers politiques du régime. Ceux-ci ont construit un récit qui défend le modèle économique et politique instauré par les militaires. Ce récit légitime, en même temps, le coup d’état de 1973. Dans l’actualité, dans la société chilienne, existe un pinochétisme idéologique qui, par sa nature même, continue à être très présent dans la société chilienne.

Cadre épistémologique : Histoire-Mémoire-Fiction

Les débats qui se déroulent dans l’espace public chilien depuis la fin de la dictature ont été marqués par ce que Cristina Moyano a défini comme les « batailles pour la mémoire ». Nous pouvons citer les faits les plus marquants de ces batailles :

  • le Parc pour la paix « Villa Grimaldi » est inauguré le 22 mars 1997 comme lieu de mémoire et espace de réflexion et de connaissance sur la période de la dictature militaire.
  • 1998, arrestation de Pinochet à Londres.
  • comme réponse à son arrestation, Augusto Pinochet écrit la lettre Carta a los chilenos dans laquelle il se présente comme un « innocent » protagoniste de l’histoire récente du Chili.
  • le 25 janvier 1999, plusieurs historiens chiliens redigent le Manifiesto de historiadores, publié le 2 février de la même année, dans le journal La Segunda.
  • le 12 février 1999, dans le même journal, l’historien pinochetiste Gonzalo Vial, membre de la Comisión Rettig, répond aux auteurs du Manifiesto. Vial remet en question la valeur historiographique des travaux sur la période dictatoriale faits par les signataires du texte.
  • le 16 décembre 2004, publication du manifeste Contra los que torturan en nombre de la Patria, abordant la détention de Pinochet et les limites de l’Informe Valech.
  • 2007, un troisième manifeste intitulé La dictadura militar y el juicio de la historia est publié sur internet.
  • 2010, inauguration du musée de la Mémoire et les Droits de l’homme.

Sous la coexistence de deux mémoires confrontées, ces exemples nous montrent la rupture du « pacte de silence » et la mise en cause du consensus issu de la transition chilienne de chercher la « vérité et la réconciliation » à la place de la « vérité et la justice ».

Le film « No » permet d’identifier un certain nombre d’acteurs du politique ainsi que leurs discours. Le sens d’un tel discours s’incarne aussi dans la représentation des circonstances historiques évoquées, la construction des personnages et leurs péripéties. Ces derniers sont les opposants et les partisans d’une dictature latino-américaine dans la dernière phase de la Guerre Froide.

Le film « NO » a un parti pris. Celui de la liberté d’expression, celui du refus de cautionner une dictature. De manière juste, le film participe à la « bataille des mémoires » au Chili. Cependant, le film reçoit des critiques tant des défenseurs de l’héritage du Pinochet que ceux qui luttent pour la mémoire des victimes de la dictature : la mobilisation politique, l’expérience politique de l’échec des manifestations de 1983 et 1984 pour repenser les alliances et la stratégie d’opposition, l’opposions au sein de la dictature contre le pouvoir de Pinochet.

Parallèlement, le cinéaste joue aussi avec les frontières de la mémoire, l’écriture de l’histoire et l’œuvre de fiction. En suivant les propositions de Michèle Arrué, tout au long du film, Larraín se livre, avec l’ensemble du matériel filmique, à un jeu auquel il convie le spectateur pour l’égarer et le confondre. Le cinéaste entretient ainsi une confusion sur la nature des images et des médias qui les produisent, les temporalités et les espaces dans lesquels elles s’inscrivent. Larraín rend aussi poreuses les frontières qui séparent œuvre filmique et publicité, fiction et documentaire.

« NO » est une fiction basée « à 80% sur des faits réels », a indiqué Alfredo Castro, l’acteur, qui campe le rôle d’un chef d’entreprise pinochetiste, lors de l’avant-première, dans la faculté d’économie de l’Université du Chili, à Santiago. L’organisation du référendum telle qu’elle est présentée dans « No » est conforme à la réalité, il y a là une stricte conformité documentaire au regard de l’Histoire.

Cependant, la démarche de Pablo Larrain n’est pas une démarche historique ou mémorielle comme pourrait le suggérer les premiers mots du film :

En 1973, les Forces Armées chiliennes organisèrent un coup d’Etat contre le gouvernement de Salvador Allende. Le Général Pinochet pris le contrôle du pays. Après 15 ans de dictature, Pinochet dû faire face aux pressions internationales afin de légitimer son régime. En 1988, le gouvernement appela à un référendum. Le peuple aurait à se prononcer sur le maintien ou non du gouvernement pour huit années supplémentaires. La campagne durerait vingt-sept jours à raison de quinze minutes d’antenne pour l’option « oui » et quinze minutes d’antenne pour l’option « non ».

Ce préambule induisait d’une part le choix soit documentaire, soit fictionnel pour traiter du processus politique qui conduisit à la campagne pour le référendum. « No » mélange fiction et documentaire, accordant à la campagne publicitaire pour le No un poids historique et providentiel dans le délogement du dictateur du pouvoir. Le film inclue des cameos (Patricio Alwyn et Isabel Parra) et propose une autre identité, d’exilé politique, au réel publiciste qu’était Eugenio García.

Dans le « réalisme » de Larraín, le niveau d’explication est pratiquement absent, tandis que l’écriture de l’histoire propose une entreprise de compréhension-explication dans laquelle l’histoire doit expliciter, valider et démontrer ses énoncés. La différence se trouve dans la capacité cognitive entre les deux démarches. La fiction de Larraín a une relation incomplète avec ce qu’on considéré véridique, soit il représente la réalité, soit il propose des parties incomplètes de connaissance dans le film. A différence du film, l’histoire active la fiction avec le but de produire de la connaissance. L’histoire a un régime cognitif propre et différent à celui du film de Larraín.

Pascale Thibaudeau (Université Paris 8) : Instabilité de l’énonciation et effets de brouillage dans « No »

« NO », qui se situe à une période clé de l’histoire du Chili, n’est pas un film isolé dans la filmographie de Larrain qui a pris plusieurs fois pour objet la dictature et ses séquelles : peux-tu contextualiser ce film dans l’ensemble de la production ?

Du point de vue de l’objet filmique, on a un film construit chronologiquement avec une progression dramatique et un suspense croissant. Comment, alors que le spectateur connaît, dès le début du film, l’issue du scrutin, est construit ce suspense ? A partir de quels éléments le cinéaste parvient-il à maintenir le spectateur en haleine ?

On a donc un film qui, dans sa structure et les moyens mis en œuvre pour capter l’attention du spectateur, adopte un certain nombre de règles et de conventions propres au cinéma grand public. Pourtant, souvent, le spectateur perd ses repères avec le brouillage des temporalités : dans la fusion des images d’archives et des images reconstituées, passé et présent arrivent à se confondre. Comment est obtenu ce lissage esthétique entre les images de 1988 et celles de 2012 ? Quelle est la fonction de cette fusion temporelle ? Comment l’interpréter ?

En même temps, parallèlement à cette homogénéité esthétique qui vise à confondre deux époques, la présence des caméos et de deux apparences distinctes d’une même personne dans des plans successifs et alternés, souligne au contraire que le temps a passé (enregistrement de la chanson par les sœurs Parra, tournage d’un spot au Teatro Huemul). On a donc à la fois une homogénéité visuelle et une hétérogénéité temporelle qui créent une forme de temporalité paradoxale. Peux-tu nous en donner quelques exemples ?

Un autre type de fusion opérée par le film : l’imitation formelle et rhétorique du discours publicitaire par le discours politique. Certaines critiques ont voulu y voir une façon de dire que le cinéaste avait voulu montrer que le référendum avait été gagné par l’opposition grâce à la forme des clips et non par le contenu et le travail de l’opposition. Mais est ce que le propos de Larrain n’est pas plutôt de critiquer le « système publicitaire » (et donc capitaliste) comme hégémonique et capable de tout engloutir, récupérer et affaiblir ?

Michèle Arrué (Université Paris 8) : réponses et réflexions

Les questions posées par mon collègue historien Enrique Fernández, Pascale Thibaudeau et Vicente Romero sont pour moi l’occasion d’aborder la question du statut de l’œuvre artistique filmique quand cette dernière se croise à l’Histoire, et de façon plus particulière les dispositifs et la grammaire filmiques que le cinéaste Pablo Larraín met en place dans son œuvre de fiction No qui se situe à une période charnière de l’histoire récente du Chili.
A aucun moment Pablo Larraín méconnait, ignore, ou minore la dimension collective du processus qui précède le mois de septembre 1988 et le plébiscite du 5 octobre 1988. C’est que le sujet de son film est autre.

Larraín est un cinéaste et cet artiste tout particulièrement sensible aux images va être interpellé par le matériel visuel d’époque constitué par les images de la campagne télévisée : aussi bien celles des opposants au régime de Pinochet (« franja del No ») que celles de ceux qui le soutiennent (« franja del Sí »). Larraín va également s’intéresser aux images de la propagande officielle qui sont montrées tous les jours à la télévision pendant dix sept ans sous le contrôle absolu du régime, de même que les publicités de l’époque issues du nouveau langage visuel qui accompagne la naissance du nouvel ordre économique libéral.

Pablo Larraín nous livre ainsi un film qui porte sur le pouvoir des images – un pouvoir d’illusion -, sur les signes iconographiques, tout en réfléchissant aux rapports qui les lient avec les supports et les sources qui les produisent. Le film de Pablo Larraín travaille sur la conception de ces images, leur réalisation mais également leur réception selon le public et les époques. Pas une image insérée qui ne soit – rappelons-le – des images d’archives et qui ne soit accompagnée d’une réflexion sur leur réception ; la réception des différents camps en présence, mais également la réception du spectateur que nous sommes.

Précisons qu’une décision technique capitale pour son film que prend Pablo Larrain, et ce pour répondre à la question posée par Pascale Thibaudeau, est de filmer l’ensemble de son film avec des caméras de l’époque, des caméras de vidéo analogique ikégami. Cela lui permet d’intégrer de façon « naturelle » tous les documents d’époque au récit cadre – production fictionnelle – sans que les frontières entre genre (documentaire, publicité, fiction) ne soient marquées.

Ce procédé permet également de rendre les frontières spatiales poreuses et, associé au recours à de nombreux caméos – personnages présents dans les documents de 1988 et revenant bien souvent jouer leur propre rôle dans la fiction que tourne Larraín en 2011-, Larraín élabore un film sous jacent qui porte également sur la période du tournage (2011-2012). Le film de Larraín rend compte non seulement de la fin de la dictature mais aussi du Chili contemporain post dictatorial vingt trois ans après le plébiscite de 1988, en posant la question implicite du leg du pinochétisme dans le régime qui lui succède.

Pour répondre à Pascale Thibaudeau, nous voyons que Larraín n’a pas rompu comme on pourrait le croire avec sa façon d’aborder l’histoire. Dans ses deux films précédents qui eux aussi se situent totalement ou en partie pendant la dictature (Tony Manero, 2008 ; Post-Mortem, 2010), l’histoire apparaissait à l’insu du personnage principal, en second plan ou bien souvent hors champ. Elle était suggérée et ces films exigeaient un spectateur actif. Il en va de même pour décrypter No, film bien plus complexe qu’il n’apparait de prime abord.

Ajoutons que la visée de Larraín n’est pas d’ordre pédagogique. Il ne cherche pas à délivrer de message et c’est la force de son film, un film qui n’est à mon sens ni « flou » ni « ambivalent », même si son personnage principal l’est. Larraín offre au spectateur qu’il veut actif, non pas des réponses mais des questions, « un espace de réflexion » pour reprendre ses termes.

Enfin, je rappellerai que le film de Pablo Larraín est avant tout une œuvre d’art, une œuvre de fiction. Il ne s’agit à aucun moment pour Larraín d’écrire un reportage historique, genre dont on est en droit d’attendre une certaine exhaustivité et une adéquation, une « conformité » avec ce qui a eu lieu. Il convient de distinguer le reportage qui a une fonction informative du documentaire, œuvre d’art dotée d’un projet esthétique. On ne peut par conséquent reprocher à Pablo Larraín d’être « lacunaire » ou « parcellaire ». Larraín ne fait pas œuvre d’historien. On l’a vu, il nous livre une réflexion sur les images et les signes (et c’est du reste le duel que se livrent ces images qui est le moteur narratif du film). En art, le réel représenté est toujours une construction ; l’art n’illustre pas le réel, n’en ai pas le miroir tendu dans lequel il se reflèterait. La question de la « véridicité » en art ne se pose jamais, mais plutôt celle de son caractère vraisemblable. Ce qui n’empêche pas Larraín d’interroger dans des modalités artistiques l’histoire du Chili, le sens de ce qui a eu lieu, mais au travers des images produites à cette époque. Ce questionnement ne passe pas nécessairement par le « réalisme » qui en tout état de cause, en art, ne se confond jamais avec le réel.

___________________________________________________________________________

[1] Valdivia Ortiz de Zárate Verónica, « Construction du pouvoir et régime militaire sous Augusto Pinochet », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2010/1 (n° 105), p. 93-107. DOI : 10.3917/ving.105.0093. URL : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2010-1-page-93.htm

Séminaire ALHIM Amérique Latine Histoire et Mémoire octobre 2017-juin 2018

Séminaire ALHIM (Amérique Latine Histoire et Mémoire)

octubre 2017-juin 2018

ALHIM 2017-2018

Vendredi 27 octobre 2017

Séance séminaire ALHIM : Dialogue autour du livre « Pour comprendre le Venezuela », Andrés Bansart  (Universidad Simón Bolivar de Caracas, Venezuela), Université Paris 8, salle B 106, 15h00-17h00

Mardi 7 novembre 2017

Séance séminaire ALHIM : Les derniers jours du Che en Bolivie, Carlos Soria Galvarro Terán (Universidad Mayor de San Andrés, Bolivia),  salle de la recherche de la bibliothèque de l’Université Paris 8, 9h30-12h30

Vendredi 10 novembre 2017

Séance commune séminaires ALHIM, ERESCEC et CRH-EHESS : Mémoire(s) de la violence. Espagne, Pérou, Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris, 14h30-17h00

Vendredi 24 novembre 2017

Séance séminaire ALHIM : Hip Hop organisé et luttes sociales au Pérou. « Protestas, propuestas y procesos » de Pablo Malek, Université Paris 8, salle B 106, 14h00-19h00

Lundi 11 décembre 2017

Séance séminaire ALHIM : Discursos y representaciones en disputa en torno a la problemática de los « niños desaparecidos » durante la transición y los primeros años de democracia en Argentina (1980-1997), Fabricio Laino Sanchis (UBA-CONICET/UNSAM/UNDAV), Université Paris 8, salle B 313, 13h00-15h00

Jeudi 25 janvier 2018

Séance commune séminaire ALHIM et l’Axe Transferts textuels et migrations esthétiques : Présentation du livre « NO ». Pablo Larraín de Michèle Arrué (Université Paris 8), Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris, 14h30-17h00

Vendredi 23 février 2018

Séance séminaire ALHIM : Présentation du livre José Martí 1853-1895. Les fondements de la démocratie en Amérique latine de Paul Estrade (Université Paris 8), Salle de Recherches de la Bibliothèque de l’Université Paris 8, 15h00-17h00

Vendredi 23 mars 2018

Séance séminaire ALHIM  :  Aproximación histórica sobre el problema negro en Cuba y los debates actuales acerca de la discriminación racial, Armando Perryman Figueroa (Universidad Carolina de Praga), Université Paris 8, salle D 143, 15h00-17h00

Vendredi 30 mars 2018

Séance séminaire ALHIM  : Castas e indígenas en la Constitución de Cádiz (1812), Gloria Zarza Rondón (Université Paris 8), Université Paris 8, salle D 311, 15h00-17h00

Jueves 17 mai 2018

Séance séminaire ALHIM : La política exterior argentina en el marco de los festejos del bicentenario de la Revolución de Mayo (2010) y de la Independencia (2016): marchas y contramarchas del cambio de gobierno, Melisa Deciancio (FLASCO-Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales), Université Paris 8, salle B 307, 9h30-11h00

Vendredi 18 mai 2018

Séance séminaire ALHIM : L’Uruguay au XIXe siècle, Ambassade de l’Uruguay, 33, rue Jean Giraudoux 75116, Paris, 15h00-20h00

18-23 juin 2018

Ecole d’été : Dialogues interdisciplinaires franco-cubains : discours et pratiques du métier de chercheur, Facultad de Humanidades de la Universidad de Ciencias Pedagógicas « Enrique Jose Varona » de La Havane (Cuba)

15-20 juillet 2018

Symposium : Artesanos de la globalización: circulación de discursos, prácticas, personas y redes de sociabilidad en América Latina (siglos XIX-XXI), 56e Congrès International d’Américanistes, Salamanque (Espagne)

Novembre 2017-mai 2018

Co-organisation du séminaire Mémoire et Histoire en Amérique latine et Espagne. Du contemporain au Temps présent, http://www.ihtp.cnrs.fr

Contact:  enrique.fernandez@yahoo.fr

Séminaire « Mémoires et histoires du temps présent en Amérique latine et Espagne »

Résultat de recherche d'images pour "IHTP"

Séminaire « Mémoires et histoires du temps présent en Amérique latine et Espagne »

IHTP: Institut d’histoire du temps présent

mardi 23 mai 2017

Conférence

Symboles et mémoires en conflit pendant la commémoration du Bicentenaire de l’indépendance du Chili

Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8-ALHIM)

Heure: 14:00–16:00
Lieu: IHTP, salle de conférences, 59-61, rue Pouchet – 75849 Paris

 

Séance Séminaire ALHIM du vendredi 10 février 2017: « Desplazamientos metodológicos para el tránsito político en Chile (1979-1990): video, colaboración y movilización »

affichie-seance-seminaire-alhim-10-fevrier-2017

affiche-seminaire-alhim-10-02-2017

Séance commune des Séminaires Transferts textuels et migrations esthétiques et ALHIM

Vendredi 10 février 2017

Desplazamientos metodológicos para el tránsito político en Chile (1979-1990): video, colaboración y movilización

Paola Lagos Labbé (Universidad de Chile)

Horaire : 14h30-18h00

Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris, 7 E boulevard Jourdan, 75014 Paris

El objetivo de la conferencia es compartir un conjunto de reflexiones sobre la recuperación de la memoria histórica a partir de los documentales fílmicos y los métodos de resistencia política.

A partir de la segunda mitad del siglo XX, la relación entre el documental y la política está dominada por un relato que pone en cuestión la estética de la representación fílmica. Se desarrolla un arte social y políticamente comprometido basado en la utilización del documental y las nuevas técnicas y herramientas fílmicas. Durante la década de 1960, se desarrolla un fortalecimiento del cine militante con un fuerte compromiso social con la miseria y la injusticia social. Los encuentros de Viña del Mar en 1963-64 se transformarán en el primer festival de cine chileno en 1966 y el primer festival del nuevo cine latinoamericano un año más tarde. Son espacios de diálogo y encuentro donde se defiende una mirada educativa basada en la participación de la gente del pueblo. En 1969 la Unidad Popular adopta el documental como herramienta política.

En los años 1970 aparece un nuevo cine político entendido como una herramienta política de militancia. En 1970 se difunde el Manifiesto político de los cineastas de la Unidad Popular http://www.cinechile.cl/archivo-66 Durante el gobierno de la Unidad Popular, el cine documental es abordado como un documento didáctico y formativo con un marcado fondo político basado en un trabajo colaborativo con obreros, estudiantes o pobladores. El objetivo es dar voz a los grupos marginales, a las clases invisibilizadas.

Paola Lagos Labbé

Tras el golpe de estado del 11 de septiembre de 1973, los locales de Chilefilms son saqueados por los militares provocando la desaparición de una gran parte de las filmaciones de la época. Paralelamente se decreta el cierre de los departamentos y escuelas de cine que se acompaña con el exilio de numerosos cineastas. Entre 1973 y 1983 se producen 178 películas en el exilio de las cuales más de 100 son documentales. Se propone un compromiso político combativo a partir de la narración del sufrimiento del pueblo chileno, la denuncia del régimen, la búsqueda de justicia y la llamada a la solidaridad internacional.

En Chile los documentales realizados por los colectivos de resistencia durante la dictadura constituyen unos fondos de gran importancia política y patrimonial. El documental se presenta como un espacio de prácticas colaborativas en las cuales el vídeo es la principal herramienta política. La democratización de la utilización del vídeo invita al pueblo a convertirse en motor activo de las transformaciones sociales proponiendo una lucha política a través del documental. Estos colectivos plantean una subversión de los métodos de trabajo así como la desaparición de la figura del autor en el colectivo: del “yo” al nosotros” activo. Se realiza una resistencia desde la experimentación artística, la contra-información y la denuncia, la comunicación popular, la educación y, a partir de una mirada etnográfica, el encuentro con las culturas suburbanas y marginales.

Colectivos de resistencia:

CADA (1979-1985)

http://hemisphericinstitute.org/hemi/

El Colectivo Acciones de Arte (CADA) está formado por el sociólogo Fernando Balcells, la escritora Diamela Eltit, el poeta Raúl Zurita y los artistas visuales Lotty Rosenfeld y Juan Castillo. CADA es tal vez la más nítida expresión de las contradicciones experimentadas al interior del campo artístico chileno, constituyéndose en el principal síntoma de la dislocación producida por el Golpe de Estado en el carácter modernizador y modernizante que caracterizó, hasta 1973, el desarrollo del arte chileno. El colectivo, con su trabajo, hace un llamado a la acción y a la resistencia proponiendo una interacción entre las artes visuales y la política utilizando el vídeo como registro de las acciones y una herramienta para difundir su trabajo. Realizan una experimentación formal interviniendo en el espacio urbano tensionando y desplazando la expresión artística desde las instituciones al espacio público. Se estructura una disidencia frente a la censura y la represión de la dictadura recogiendo testimonios que hoy en día funcionan como un vértice de memoria y utilizando otros lenguajes de resistencia y combate desde las acciones artísticas.

En 1983 CADA propuso el lema « NO + » (NO más). Esta frase fue concebida como un texto abierto para ser completado por los ciudadanos, de acuerdo con sus demandas sociales específicas (No más __). Escribir frases en las paredes fue la primera forma del « NO+ », pero en poco tiempo el lema fue utilizado masivamente por diferentes colectivos en todo el país como un símbolo público de resistencia política y no-conformismo. http://hemisphericinstitute.org/hemi/es/hidvl-profiles/item/501-cada-no-mas/501-cada-no-mas

TELEANALISIS (1984-1989)/CINE OJO (1980-1989)

El colectivo propone la contra-información como denuncia y las prácticas videográficas como activismo mediático con contenidos autónomos para romper el discurso hegemónico de los medios controlados por la dictadura. El trabajo de contra-información se basa en un tránsito entre los formatos técnicos de 16 mm al vídeo electromagnético. El colectivo lleva a cabo una cobertura informativa alternativa de los movimientos sociales y la protesta política (protestas, manifestaciones,…) llamando a la participación de la gente en la exigencia del derrocamiento de la dictadura. El colectivo utiliza circuitos clandestinos de proyección y difusión frente a la censura, la confiscación de las cintas, la represión y la cárcel. Los materiales son vistos en el extranjero incluso antes que en Chile. Sus filmaciones son un verdadero patrimonio audiovisual. Su labor política pasa por una labor formativa y educativa: talleres de audiovisual y vídeo. Muchos de los componentes del colectivo participan más tarde a la campaña televisiva del NO y en la formación de la productora Nueva Imagen.

Cine Ojo realiza el Noticiario Vital que cubre las principales protestas contra la dictadura. El noticiario es filmado en VHS con una difusión y circulación clandestina. El colectivo realiza también documentales como Exilio (1983), Chile, no invoco tu nombre en vano (1983), Bajo estado de sitio (1987), Días de Octubre (1989).

Paola Lagos Labbé en el Colegio de España

Teleanálisis lleva a cabo un informativo mensual realizado en vídeo. Fernando Paulsen asume como director y Augusto Góngora como editor general. El financiamiento se busca en instituciones y fundaciones extranjeras y su directorio queda conformado por parte del equipo que había formado la editorial EMISION y el directorio de Análisis. Sus filmaciones son una crónica del movimiento socio-político de los últimos años de la dictadura. El informativo da protagonismo a los obreros, estudiantes, los que se enfrentan a la dictadura y los defensores de los Derechos Humanos. El informativo se difunde en el extranjero gracias a la circulación de los videocasetes en los sindicatos, las asociaciones o las vicarías de la solidaridad.

Teleanálisis graba el disparo del carabinero que hiere gravemente en la cabeza la estudiante María Paz Santibáñez en medio de una protesta contra Federici frente al Teatro Municipal de Santiago en 1987. Es un vídeo testimonio que se convierte en una forma de salvaguardar y subvertir una resolución judicial.

ECOcomunicaciones (fin años 1980-princios años 1990)

La ONG Comunicación para la Educación y el desarrollo trabaja en contacto continuo con las identidades subalternas. El colectivo defiende una pedagogía política de enfoque documentalista, de militancia e intervención social. Para ECOcomunicaciones la educación popular a través del cine debe transmitir un aprendizaje y ejercer una voz crítica de la realidad. El colectivo tiene como proyecto la creación de una escuela de arte popular de integración de jóvenes con problemas de violencia y de drogadicción. Se propone la integración del sujeto retratado a través de su auto-compresión, el empoderamiento de los actores sociales así como nuevos elementos audiovisuales como es el caso de la ficcionalización de algunas escenas. El trabajo realizado debe producir un conocimiento alternativo donde el vídeo pasa a ser una herramienta clave para la articulación política y social. El vídeo, y sobre todo el vídeo participativo, es la herramienta y la punta de lanza de un colectivo que se acerca a las culturas y subculturas populares gracias a trabajos colaborativos que tienen un interés de carácter etnográfico. Su mirada etnográfica intenta mostrar las opiniones de los protagonistas a través de su auto-representación activa y de la comprensión de su propia realidad como en los documentales Guillatum mapuche (1987) y Caminito al cielo de Sergio Navarro (1989). El colectivo produce el noticiero Chinoticias y crea talleres audiovisuales de educación popular que son impartidos por antropólogos y sociólogos.

El vídeo es utilizado como una herramienta contrahegemónica (Tina Askanins, “Videoactivismo y movimientos sociales: teoría y praxis de las multitudes conectadas” en Francisco Sierra Caballero, David Montero Sánchez (ed. lit.), Genealogía del vídeo para el cambio. Videoactivismo y vídeo radical, Barcelona: Gedisa; Quito: Ediciones CIESPAL, 2015).

Vídeoactivismo cuya matriz se encuentra

  • en la protesta, el desacuerdo y la opresión
  • en las posibilidades de acceso al discurso audiovisual
  • el tema de la autoría
  • las relaciones de los videastas y la comunidad

Las formas colectivas proponen alternativas más plurales y diversas en las formas de hacer vídeos y documentales a través de los mecanismos propios del medio y el enfrentamiento contra las hegemonías discursivas. Se desarrolla una reflexividad sobre las posibilidades del vídeo para plantear retos y desplazamientos metodológicos en la técnica y en la ética sociopolítica. Hay un empleo de la tecnología y los discursos contra-hegemónicos vehiculados y generados siendo el colectivo el sujeto enunciador.

Tras la llegada de la democracia se producen múltiples cambios en las formas del documental político como podemos observar en el ejemplo de Calle Santa Fe de Carmen Castillo (2007). Se propone un compromiso ético, estético y político con la memoria a partir de una relación personal de los realizadores con los hechos relatados. La auto-representación se encuentra en el “cine de los hijos”, descendientes de la generación afectada por la dictadura. Son documentos de la posmemoria que, técnicamente, pasan de la “cámara puño” al “sujeto cámara” yendo y viniendo desde la historia oficial a las « pequeñas » identidades. Podemos citar películas como Volver a vernos de Paula Rodríguez (2002), En algún lugar del cielo de Alejandra Carmona (2003), Reinalda del Carmen, mi mamá y yo de Lorena Giachino Torréns (2006), La quemadura de René Ballesteros (2009), Allende mi abuelo Allende de Marcia Tambutti (2015).

Entre 2000 y la actualidad, existen ciertos puntos de inflexión política entre formas recurrentes y divergencia-disidencia de los paradigmas hegemónicos.

Comoe en el caso de Hija de María Paz González (2011), observamos  la aparición de documentales que proponen problemáticas más íntimas: memorias familiares, secretos, ausencias, tabúes, vergüenzas, mentiras. Su función política es visibilizar eventos ocultos o negados y desencadenar procesos de empatía que contribuyan a su normalización.

Otros documentales como Newuen Mapuche (2007) y La Primavera de Chile (2012) de Elena Varela, Dungun, la lengua de Pamela Pequeño (2012) retoman la tradicional función crítica de un cine comprometido con las demandas sociopolíticas cuestionando el actual sistema capitalista y neoliberal. Su objetivo es generar indignación, sin presentar un simple panfleto, y fomentar el empoderamiento de la ciudadanía para que actúe como sujeto reivindicativo.

Existen también documentales, como es el caso de El otro día de Ignacio Agüero (2012),  que se fijan en las relaciones y operaciones del lenguaje de las imágenes en movimiento, el cuestionamiento de sus códigos, las inflexiones de sus contenidos y praxis, los dispositivos y los métodos a través de los que promueven una reflexión crítica sobre la realidad. Son filmanciones que se estructuran a partir de una mirada ética y estética, política y poética. Se articulan en el “yo” y el “nosotros”, entre el “pasado” y el “presente”, entre la “representación fílmica” y lo “real”, entre la “auto-reflexión” y las “cartas visuales”, entre el “sujeto activo” y “Chile”.

Colectivo MAFI (Mapa Fílmico de un País)

www.mafi.tv

El colectivo hibrida las tres tendencias del documental político chileno contemporáneo descritas anteriormente así como los tres objetivos de acción política analizados en los colectivos de los años 1980. El Colectivo MAFI ha creado la Escuela MAFI donde 16 cineastas gestionan diferentes talleres de cine generando un mapeo documental de Chile. Los cineastas producen microdocumentales filmados a partir del “Plano MAFI”, es decir, un plano fijo sin cortes que registra un momento determinado acomodando una nueva forma de mirar. El colectivo también propone la realización grupal de largometrajes documentales como es el caso de Propaganda (2014).

 

Séminaire ALHIM Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2016-juillet 2017)

Afficher l'image d'origineAntonio Coche Mendoza, Sin título, 2002

Séminaire ALHIM

Amérique Latine Histoire et Mémoire

(novembre 2016-juillet 2017)

Vendredi 18 novembre 2016

Conférence

Los indoamericanos en Cuba, una crítica a la colonialidad del saber
Felipe Pérez Cruz (Instituto de Filosofía de La Habana)
Horaire: 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Vendredi 25 novembre 2016

Séance commune organisée avec l’Axe Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale

Musées d’histoire, musées de mémoire(s)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Vendredi 20 janvier 2017

Présentation du livre Ecritures du féminisme mexicain: Esperanza Brito, Elena Urrutia, Marta Lamas (1963-1978) de Nathalie Ludec (Université Rennes II)
Horaire : 19h30-21h00 Lieu: Maison du Mexique, Cité Universitaire Internationale de Paris

 Vendredi 10 février 2017

Séance commune organisée avec l’Axe Transferts textuels et migrations esthétiques  
Art et dictature au Chili 
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Jeudi 2, Vendredi 3 et Samedi 4 mars 2017

Colloque international organisé avec l’Université de Paris Est-Créteil et la Universidad Nacional de Entre Ríos 
Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente 
Horaire : 9h30-19h00 Lieu: Casa de Argentina (Cité Universitaire Internationale de Paris), Université Paris 8 (salle D 143) et UPEC Créteil

Vendredi 7 avril 2017

Journée d’études organisée avec le séminaire GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)
La Nation en fête en Amérique latine (XIXe-XXe siècles)
Horaire: 10h00-18h00 Lieu: Université Paris Ouest-Nanterre, Bât. Max Weber, Salle de séminaire 2

Vendredi 28 Avril 2017

Séance commune organisée avec Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale
Les racines de l’eugénisme (Uruguay, Italie, Espagne)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Mercredi 17 mai 2017

Présentation travaux doctorants ALHIM
Horaire : 15h30-17h00 Lieu : Université Paris 8, Bât. D, salle 311

Mardi 30 et mercredi 31 mai 2017

Colloque du Laboratoire d’Etudes Romanes (EA 4385) 
Passant Passé. Héritages et expériences des temps
Horaire : 9h30-18h00 Lieu : Université Paris 8

Vendredi 9 juin 2017

Séance commune organisée avec le GRECUN
Alvaro García San Martín (Universidad Metropolitana de Ciencias de la Educación, Santiago de Chile)
Quinet et Bilbao et l’expédition française au Mexique
Horaire : 15h00-17h00
Lieu : Université Paris 10 Nanterre, Salle 210 de l’UFR Langues (bât. V)

Vendredi 16 juin 2017

Séance Séminaire  ALHIM
Alvaro García San Martín (Universidad Metropolitana de Ciencias de la Educación, Santiago de Chile)
Lamennais y su recepción en Francisco Bilbao y en la prensa de 1842 a 1854 en Chile y Perú
Horaire : 16h00-18h00
Lieu : Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Lundi 26 juin 2017

Dialogue d’Hommage au latino-américaniste Jean Piel (1936-2017)
Horaire : 10h00-17h00 Lieu :  Université Paris 8, Bibliothèque-Salle de la recherche

Mardi 11 et mercredi 12 juillet 2017

Colloque International
Chile en el mundo: circulación de discursos, prácticas, personas, relaciones diplomáticas y redes de sociabilidad (siglos XIX-XXI)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Universidad de Santiago de Chile

ENTREE LIBRE

Contact: Enrique Fernández Domingo

E-mail: enrique.fernandez@yahoo.fr

Journée d’étude du Réseau d’Études Visuelles Hispaniques « NO, Film de Pablo Larraín. Un regard controversé de sur la transition chilienne »

Afficher l'image d'origine

Journée d’étude du Réseau d’Études Visuelles Hispaniques « NO, Film de Pablo Larraín. Un regard controversé de sur la transition chilienne »

Vendredi 7 octobre 2016

9H00 – 17H00 Colegio de España

Cité Internationale Universitaire de Paris

programme-no-7-10-16
PROGRAMME
Matinée
Modératrice : Pascale Thibaudeau (Université Paris 8)
9h00  Ouverture de la journée                                                                                             Jacques Terrasa (Université Paris-Sorbonne)
9h30 No, ou la transition vers… la continuité ?                                                         Franck Gaudichaud (Université Stendhal Grenoble 3) et                          Antoine Faure (Universidad Finis Terrae)
10h00 No : réception d’une « révélation brutale » au Chili                                     Eva-Rosa Ferrand Verdejo (Université Paris-Sorbonne)
10h30 No et ses sources : oblitération, reprise et détournement de                 quelques antécédents artistiques                                                                        Stéphanie Decante (Université Paris-Ouest Nanterre)
11h00 Denuncia y resistencia política en los colectivos                                          documentales durante la dictadura chilena.                                                  Experimentación artística, contrainformación y                                        educomunicación comoformas de activismo audiovisual                        Paola Lagos (Universidad de Chile)
11h45 Débat
Après-midi
Modératrice : Isabelle Prat (Université Cergy-Pontoise)
14h30 De l’empathie libératrice à la mise à distance:                                               l’ambivalence de la musique dans No                                                                 Marianne Bloch-Robin (Université de Lille 3)
15h00 No ou comment éclairer la nuit chilienne                                                        Michèle Arrué (Université Paris 8)
15h30 Instabilité de l’énonciation et effets de brouillage dans No                    Pascale Thibaudeau (Université Paris 8)
16h00 Débat
17h00 Clôture de la journée

Journée d’études « Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle) »

JOURNEE D’ETUDES

Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)

Afficher l'image d'origine

Miguel Alandia, “La educación”, 1960, Monumento a la Revolución Nacional, La Paz

Affiche JE 13 mai 2016

Programme JE 13 mai 2016

Présentation

Natalia Molinaro (Université Paris 8)

Cette Journée, organisée en collaboration avec l’ERESCEC (Axe Histoire, Mémoire et Politique en Europe méridionale du LER, dirigé par Mercedes Yusta Rodrigo et Xavier Tabet), a envisagé les processus de construction nationale en Europe méridionale et en Amérique latine (XIXe-XXIe siècle) depuis un point de vue transatlantique et transversal. Elle proposait d’observer comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Quels points communs, quelles différences, quels transferts entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ?

Nous avons proposé des échanges entre chercheurs à partir de comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques pédagogiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique : quels points communs, quels transferts, quelles différences entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ?  Dans un premier temps nous avons travaillé sur la construction mémorielle, notamment à la construction d’une mémoire officielle d’un passé traumatique resignifié et produisant de l’identité. Car « une nation, c’est une mémoire », comme l’affirmait Pierre Nora. Un second volet a été consacré à l’éventail de pratiques pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés qui permettent de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale, en faisant appel à une mémoire commune. Quels mécanismes et procédés retrouve-t-on d’un côté à l’autre de l’Atlantique, en des espaces-temps certes différents, mais toujours marqués par l’enjeu mémoriel et l’impératif national ? En quoi ces pratiques sont-elles révélatrices d’influences et d’une circulation des idées ?

Dans la lignée de la perspective dite constructiviste ou « moderniste », nous avons considéré ce que nous appelons « la nation » comme le fruit d’un processus d’invention, entendu dans le sens de « création », comme le soulignait déjà Benedict Anderson. Nous nous sommes intéressés aux trois grandes étapes de ce processus historique d’invention et/ou de réinvention avec, d’abord, l’établissement de limites, à la fois conceptuelles – autrement dit imaginaires – et territoriales, pour la définition de cette nation. Les interventions de Brice Chamouleau (Maître de Conférence, Université Paris 8), Darío Lanfranca (Docteur en Etudes Italiennes, L.E.R., Université Paris 8) et Yves Léonard (Sciences Po. / L.E.R.) ont montré, entre autres, à quel point cette première étape est marquée par la dichotomie inclusion/exclusion, dont les frontières sont parfois floues ou poreuses.

Le second volet a été consacré à l’éventail de pratique pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés permettant de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale et produire de l’identité. Les interventions de Laura Fournier (Maître de Conférence, Université Paris 8), Marie Salgues (Maître de Conférence, Université Paris 8) et Dalila Chine-Lehmann (Université Paris-Ouest Nanterre) ont abordé ces trois aspects. Dans l’Italie post-Unité, d’abord (Laura Fournier, « Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité »). Puis dans l’Espagne du XIXème siècle (Marie Salgues, « La construction de la nation au XIXème siècle dans le théâtre patriotique : les invariants d’un processus de définition identitaire ») et enfin, dans le Mexique actuel (Dalila Chine-Lehmann, « Apprendre à aimer la patrie : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines »).

Cette journée s’est achevée avec l’intervention de Paola Díaz (I.M.M. / E.H.E.S.S.) concernant l’un des aspects les plus délicats et pourtant essentiel à la construction nationale : la question mémorielle et les politiques de la mémoire. Dans sa communication intitulée « La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale », Paola Díaz est revenue sur les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004). La projection du court-métrage de Nicolás Lasnibat, Treinta años (2006), en sélection officielle à la Mostra de Venise et prix du meilleur court-métrage aux Festivals de San Sebastián et de Santiago de Chile, est venu mettre un point final à cette journée, en présence du réalisateur. Son travail a été présenté par Michèle Arrué (Maître de Conférence, Université Paris 8).

Nacionalizar heterodoxias por eliminación: formas del homonacionalismo español

Brice Chamouleau (Université Paris 8)

Cette communication s’est proposée de s’interroger sur la manière dont l’interprétation des luttes sexuelles en Espagne est fortement médiatisée par des métarécits relevant d’un patriotisme constitutionnel espagnol post-franquiste. Les subjectivités abjectes du franquisme sont devenues les figures exemplaires et rédemptrices de l’ordre démocratique. En empruntant à Bartolomé Clavero l’idée que “[n]ación es categoría que presta vestimenta de legitimidad cultural y base social a la desnudez política del Estado”, il a été question de remarquer les procédures par lesquelles les luttes sexuelles sont reversées dans un récit national sur la démocratisation de l’Espagne qui naturalise une culture d’État pour décrire l’avènement de la citoyenneté démocratique après Franco. En particulier, la communication s’est intéressée aux luttes catalanes et barcelonaises, à leur territorialité politique, dont la dimension conflictuelle est effacée au profit d’une histoire qui raconte comment ces luttes ont d’abord eu vocation à s’intégrer à l’État espagnol, dont on donne pour acquises les coordonnées plurinationales, subordonnées à la “nation” espagnole, un des sujets postulés de la Constitution de 1978. À ce titre, l’histoire LGBT espagnole est parfaitement homonationaliste, nourrie d’un fort patriotisme constitutionnel. En oubliant l’ancrage territorial de ces luttes d’émancipation pendant la démocratisation de l’Espagne post-dictatoriale, il a été soutenu que l’historiographie LGBT espagnole, inscrite dans des récits trasnationaux sur les subjectivités queer et les démocraties sexuelles occidentales, reproduit une conception habermassienne de la citoyenneté “cosmopolite”, où l’individu est délié de ses ancrages territoriaux, et compris en des termes juridiques, fondu dans ces droits qui construisent le sujet LGBT “digne” de la démocratie espagnole. Pourtant, comprises de manière relationnelle avec la culture d’État en cours d’institutionalisation à la fin des années 1970 en Espagne et avec la place que l’État octroie à ces subjectivités homosexuelles, les communautés catalanes, basques également, constituent des sujets particulièrement intéressants pour autant qu’ils sont éliminés de l’histoire de la démocratie espagnole pour une série de variables consubstantielles: le genre, les sexualités, la classe, le territoire et, pour certains, la langue. La régulation des possibilités de leur énonciation dans l’Espagne post-franquiste n’invite alors pas tant à naturaliser à nouveau une “nation” catalane ou basque, mais à concevoir comment des communautés éthiques se composent historiquement dans des processus de différenciation contextuels et contingents. Pour les appréhender, il a été soutenu qu’un regard post-national, inspiré des débats ouverts par les études post-coloniales prenant les territoires européens pour objet, permet de défaire les subjectivités historiques des sujets institués au présent pour concevoir ou imaginer les mondes passés : les “modernités multiples” travaillent les territoires européens, et ici, l’avènement conflictuel de l’État postfranquiste et de sa communauté de référence. Lorsqu’elles émergent, ces subjectivités sexuelles catalanes contestent l’ordre moral qui supporte l’institutionnalisation de l’État postfranquiste : plutôt qu’au récit d’une inclusion démocratique, elles permettent d’inscrire la démocratisation de l’Espagne dans une perspective globale, dans une histoire des “citoyennetés post-coloniales”, organisées depuis les années 1970 non pas autour d’une inclusion multiculturelle mais d’une exclusion hors de contours sociologiques et moraux -ceux-là parfaitement contextuels- des communautés des pays du capitalisme mondialisé. Cette perspective permet de faire émerger de nouvelles descriptions des subjectivités du passé récent espagnol.

La célébration du sixième anniversaire des Vêpres siciliens de 1882 et le conflit entre l’idée d’autonomie et de nation dans la Sicile post-unitaire

Darío Lanfranca (Université Paris 8)

31 mars 1882, célébration du VI anniversaire des « Vespres », réinvention du « Vespro » vingt ans après l’unification italienne. Participation d’intellectuels et d’hommes politiques. Geovani Berga montre son non adhésion à l’anniversaire. Comme Berga, beaucoup d’intellectuels siciliens ne veulent pas y participer. Nation/Autonomie dans un conflit rhétorique face à l’Etat italien dominé par la droite historique italienne. Médiation et compromis historiques entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux. Les « Vespre » sont très connues à l’époque de la célébration. Le récit des « Vespres » siciliennes reste entre le mythe et l’histoire. Le contexte international  est marqué par l’occupation française de la Tunisie en 1880.  Le Contexte national  montre un pouvoir central qui rencontre beaucoup de difficultés dans le maintien de l’ordre public en Sicile. La célébration du 31 mars 1882 est le reflète des tensions politiques entre le nouvel état et une culture politique autonomiste. A l’occasion, Giuseppe Garibaldi réalise son dernier voyage en Sicile. Sa présence et la continuité historique assumée avec le « Risorgimento » structurent une critique indirecte de la politique de Cavour et le gouvernement italien, la Destra historique. Pour les « notabili » siciliens, l’arrivée de la gauche au pouvoir, incarnée par Crispi, a été possible grâce aux bulletins siciliens. La commémoration propose une mémoire unifiée du « Vespro » et du « Risorgimento » avec le but de gagner le soutien politique des « notabili » siciliens. Les racines culturelles de la célébration se trouvent dans la frustration de la Constitution de 1812; la relecture du mythe proposée par Michelle Amari en 1842 (relecture du mythe des « Vespre » à partir d’un romantisme historique qui souligne l’origine populaire de la révolution. Cette origine est liée téléologiquement au peuple sicilien du XIXe siècle. L’usurpateur ancien est assimilé à l’usurpateur moderne. Michelle Amari, même s’il n’y participe pas, reçoit un hommage personnel pendant la célébration de 1882); la fondation en 1863 de la Società siciliana de istoira patria fondée en 1863 à Palerme (la plus part de ses membres participent à l’organisation de la commémoration de 1882); et, enfin, depuis les années 1860 le développement d’une idéologie autonomiste/régionaliste et des recherches historique autonomistes sous l’influence « national-autonomiste » (Isidoro Lamunia, « gloire nationale », Histoire municipale, histoire sicilienne, Giuseppe Pitré, Salomono Marino,…, Enquêtes parlamentaires, récupération de la mémoire nationale). En 1875, la municipalité de Palerme propose l’organisation de la célébration et crée un comité d’organisation. En 1882 il y a une importante publication de documents ainsi que d’un recueil de traditions populaires. Processus de légitimation des élites dirigeantes siciliennes à travers la réélaboration politique des mythes anciens et modernes et autour d’une politique de compromis des élites siciliennes avec l’Etat à partir d’un régionalisme conservateur. Construction d’une mémoire unitaire à partir de la mémoire régionale. Culture politique « pactiste » des élites siciliennes constituée au long de l’histoire. Le 31 mars 1882 marque la naissance de nouveaux rapports entre le nationalisme et l’Etat, la région de Sicile et l’Italie. C’est le début d’un processus qui débouchera sur le Statut d’administration régionale de 1947

L’empire et l’outremer dans la construction et l’affirmation de la nation au Portugal (XIXe-XXIe siècle)

Yves Léonard (Sciences Po./L.E.R.)

Le rapport à l’autre, le rapport à l’outre-mer. La quête d’un nouveau Brésil, construction d’un imaginaire national centré sur l’Empire d’outre-mer. Référence continuel à la grandeur et l’âge d’or.

Cadre chronologique XIXe-XXe siècle autour des deux traumatismes :

  • Guerres napoléoniennes et départ de la famille royale au Brésil
  • La chute de l’empire colonial (1974-1975)
  1. Deuxième moitié du XIXe siècle : la quête d’un nouveau Brésil dans la construction nationale

Crise de la conscience nationale après l’indépendance du Brésil. En 1820 le roi retourne au Portugal. Constitution d’un processus de fédération des élites portugaises autour d’une renaissance nationale qui débouche sur le développement de la connaissance et du contrôle des colonies africaines (1870-1880, premières explorations) et un discours de Régénération nationale. Proposition d’un récit national autour de l’héroïsation des « Navigateurs » de l’Age Moderne. Pendant le dernier quart du XIXe siècle se structure un discours commémoratif autour des figures de l’Infante Henrique O Navegador, Vasco de Gama et Camöes, qualifié comme poète national. Construction de l’imaginaire national, construction mémorielle, création d’une mythologie et d’un récit d’avenir parallèlement à la construction d’un empire en Afrique de l’Angola au Mozambique.

  • 1880, III Centenaire de la mort de Camöes
  • 1894, V Anniversaire de la naissance d’Henrique O Navegador
  • 1898, IV Centenaire du premier voyage aux Indes de Vasco de Gama

En 1890, la crise de l’ultimatum britannique est le détonateur d’une crise d’identité, de la conscience nationale, qui marque les élites portugaises : le Portugal ne peut être un grand pays sans une présence effective en Afrique. Cette crise est vécue comme un traumatisme face à la réalité internationale et l’impossibilité d’avoir un territoire continu d’est à ouest dans le continent africain. Cette crise s’amplifie avec la crise politique de la famille royale des Bragança et la monté d’un républicanisme qui reprend le discours outre-marin.

  • 1890, Campagne de « pacification » en Afrique sous le commandement de Mouzinho de Albuquerque
  • 1895, Bataille de Coolela, dans la mémoire collective elle représente un moment de gloire du récit national
  • 1ère Guerre mondiale, intervention du Portugal pour défendre ses colonies africaines à côté des Alliés.

       2. 1930-Etat nouveau Salazariste : nationalisme d’Empire autour de la « grandeur »

Le régime salaraziste intègre les revendications autour du rêve africain. Le nationalisme impérial comme clé de voûte du discours légitimateur du régime. La grandeur de la Nation fait partie de la propagande officielle : « Le Portugal n’est pas un petit pays ». Réinterprétation du mythe sebastianiste (Histoire du roi Sebastian, 1578) à partir d’une utilisation complexe à travers la figure du saveur, c’est-à-dire Salazar incarné dans la figure du sauveur du Portugal.

  • 1940, Commémoration des Centenaires, Exposition du Monde Portugais : mise en scène du récit national salazariste

    3. 1950-1960, « Le Portugal est un pays du Minho au Timor » : le Portugal, pays pluri-                      continental, disparaitrait avec la perte de l’empire colonial

Le début de la décolonisation oblige au pouvoir salazariste à chercher un nouveau discours légitimateur de la présence et la domination portugaises en Outre-mer. En 1950, on parle des provinces d’outre-mer comme un ensemble de provinces outre-marines toutes portugaises. Structuration d’un discours juridico-idéologique appelé « lusotropicalisme » : légitimation historique du Portugal grâce au métissage. Gilberto Freyre, sociologue brésilien, à la demande du régime salazariste, construit discursivement une mystique luso-chrétienne de la colonisation en s’appuyant sur un discours « scientifique » autour des travaux d’historiens, géographes, ethnologues, sociologues.

  • 1960, Commémoration du V anniversaire de la mort d’Henrique O Navegador et reconstruction à Lisbonne du Monument des Découvreurs-Navigateurs
  • 1961, début des guerres coloniales. Pour le pouvoir salazariste est l’« ultime croisade en défense de la civilisation occidental »

Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité

Laura Fournier (Université Paris 8)

Le besoin d’histoire et de reconstruction historique est inhérent à tout moment de fondation. La fin du XIXe siècle en Italie est marquée par la volonté de poursuivre la construction de l’Etat libéral né en 1861 et par la nécessité toujours présente de «faire les Italiens», tandis qu’en même temps on assiste à la constitution de partis politiques «ouvriers» (radicaux, républicains et socialistes). La société italienne commence à entrer dans l’ère des masses propre au XXe siècle, et le problème de leur « nationalisation » (Mosse, 1975) par le biais d’une pédagogie nationale est un des premiers objectifs des hommes politiques et des intellectuels « organiques » (selon l’expression de Gramsci, c’est-à-dire des intellectuels constructeurs et organisateurs de culture). 25 ans après la conquête de Rome par les armées du roi d’Italie, la fête du 20 septembre 1895 représente un des grands moments de célébration de l’Unité italienne, et surtout un grand moment de construction du mythe de Rome pour l’Italie (Chabod, 1951 ; Treves, 1962 ; Caracciolo, 1996, MEFRIM 1997).

Communication Laura Fournier

La construction de la nation au XIXe siècle dans le théâtre patriotique: les invariants d’un processus de définition identitaire

Marie Salgues (Université Paris 8/CREC-Paris 3)

En partant du constat quelque peu étonnant que certains auteurs de pièces patriotiques, à l’heure d’exalter leur patrie, choisissent de recopier les pièces écrites par d’autres, pour louer d’autres patries, éventuellement une patrie ennemie, la communication cherche à dégager les invariants qui pourraient permettre une telle circulation. Cette recherche fait surgir un second paradoxe : le fait que ce théâtre, dont la date de naissance est très précisément fixée pour l’Espagne (mais aussi pour chacun de ses voisins européens), paraît très – trop – semblable à la production qui l’a précédé, ce qui porte atteinte au caractère radicalement nouveau du genre. Il apparaît en réalité que c’est le public qui assiste à la représentation qui fait de ces pièces un théâtre patriotique véritablement nouveau, en cela que ce public n’est plus, à l’instar du Peuple de l’État National, « la somme fortuite de tous les sujets d’un État » mais qu’il « ne fait qu’un avec la Nation » et qu’il se voit « comme une communauté politique » (Hagen Schulze). C’est par sa réception, et sa réception par la Nation, que le théâtre patriotique existe.

communication-marie-salgues

« Apprendre à aimer la patrie » : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines

Dalila Chine-Lehmann (Université Nanterre Paris-Ouest/CRIIA)

Cette communication portait sur le rôle joué par les cérémonies civiques dans l’intériorisation du sentiment patriotique au Mexique. Après avoir rappelé brièvement les grandes lignes de la fabrique du discours et de l’iconographie patriotique dans les manuels scolaires gratuits édités par le Ministère de l’éducation nationale depuis les années soixante, il s’agissait de démontrer que cet amour patriotique nécessitait un travail d’intériorisation qui pouvait se réaliser au moyen de différents apprentissages. Afin d’ancrer l’amour pour la patrie chez les écoliers, l’État mexicain met en œuvre certaines techniques de « revitalisation ». C’est ainsi que les leçons des manuels scolaires, qui constituent le volet théorique de cet apprentissage, sont complétées par les cérémonies civiques, qui ont lieu chaque lundi matin dans les écoles mexicaines et qui en constituent leur volet pratique. Celles-ci sont comme une mise en acte, comme une mise en musique des leçons de l’histoire. L’enfant apprend durant sa scolarité à chanter l’hymne national, à vénérer son drapeau ou encore à exalter son affection envers sa patrie. Ces cérémonies civiques sont l’opportunité d’examiner comment, à travers un rituel bien défini, l’État mexicain inculque un système de valeurs destiné à structurer moralement le groupe afin que ses futurs citoyens puissent se sentir appartenir à une communauté unie, « imaginée » mais surtout institutionnalisée. Les cérémonies civiques visent à s’assurer de la loyauté des futurs citoyens envers leur patrie. Ces derniers sont amenés par un travail de répétition hebdomadaire, par des gestes synchronisés, à partager les mêmes idéaux et les mêmes valeurs qu’impose l’État. Sachant que la loyauté envers la patrie doit faire l’objet d’un travail constant de construction et de répétition, craignant par ailleurs que la patrie « ne tombe dans l’oubli », les autorités éducatives ont synchronisé ce rituel avec l’enseignement patriotique théorique. Elles adoptent le modèle d’une « religion civique » en mettant en place des règles et en ordonnant le temps cérémoniel. Si chaque lundi, lors de ces cérémonies civiques, les enfants sont rassemblés sur le pourtour de la cour de l’école, c’est tout d’abord pour y commémorer une entité suprême et invisible. Les honneurs au drapeau ne sont rien d’autres que la manifestation visible de l’amour pour cette entité. Ils donnent à voir une dévotion institutionnelle pour la patrie, ils servent de relais à la mémoire collective et ils inscrivent le temps national dans le temps scolaire. Grâce aux cérémonies, l’école saisit une nouvelle opportunité de féconder les jeunes esprits de la graine patriotique. La répétition hebdomadaire des honneurs rendus au drapeau permet que cet amour « légal » soit perçu comme un amour « inné ». Les cérémonies sont fortement codifiées : elles règlent les rapports que doivent entretenir les différents participants ; elles inculquent un savoir-être et un savoir-faire, un savoir « faire corps » avec la patrie. La rigidité des rituels civiques et leur caractère répétitif parviennent ainsi à façonner des automatismes sentimentaux.

La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale. Les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004)

Paola Diaz (EHESS)

La communication propose l’analyse d’une situation de conflits publics autour des crimes  du passé (acteurs, situations, valeurs) dans une dynamique politique qui va de la négation des crimes à leur reconnaissance. Médiations symboliques proposées par les pouvoirs démocratiques: préfiguration des médiations symboliques à travers la revendication des associations de familles de disparus. Traduction des revendications des associations des familles des détenus disparus (vérité, justice, mémoire). Vérité pour la justice : préfiguration d’un autre type de vérité

1990 : le problème de la vérité est institutionnalisé. Statut de la vérité :

  • variation dans le régime d’expérience publique
  • vérité pour la réconciliation générale, pas individuelle : réconciliation nécessaire
  • vérité en tant qu’une Nation réconciliée plutôt qu’une justice pénale : « un Bien du Chili »
  • vérité dans le consensus comme réponse à un conflit public

1998 : forme accord ou négociation politique où les crimes ont été pris en charge par la justice

1999 : « Table ronde de dialogue sur les droits de l’homme » (Gouvernement Frei)

Victime                                                             Bourreau

Avocats des victimes                                 Représentant de l’Armée

Deux places au lieu de trois : juge, victime, accusé

2001 : publicité des comptes rendus de la table ronde

  • reconnaissance des faits par l’Armée même si les militaires n’avaient pas l’intention de reconnaitre les faits
  • reconnaissance des faits par l’Armée en indiquant les endroits où les disparus ont été jetés dans la mer
  • tort à la réalité et à la morale car il est impossible de connaitre le récit complet des disparus et de récupérer les corps

         Scénario typique des médiations symboliques

           Demandes de la droite chilienne et de l’Armée

       Gouvernement

      Associations de victimes

Contrôle de la situation de conflit/Tentative de réponse aux exigences de vérité des victimes/Politique de vérité non productive

2003, Variations du scénario général (Gouvernement Lagos) : « Pas de lendemain sans passé »

  • Commémoration du XXXe anniversaire du coup d’état du 11 septembre 1973
  • Enquête sur les crimes de torture

           Fin des procès  ——  Gouvernement —— Demandes des associations

DON CONTRE DON  ———— Médiation de réconciliation

Construction d’une mémoire officielle : nouveaux personnages publics

Forces Armées :

  • demande de mettre un point final aux procès entre 6 mois et 2 ans. Ils acceptent les jugements mais pas leur application.
  • demande de réconciliation nationale
  • menace d’intervention militaire/coup d’état

Torture :

  • nouvelle configuration, nouveaux problèmes, nouveaux visages, nouveaux protagonistes
  • récit des vivants

Discours officiel :

  • transposition de la douleur des torturés dans le corps de la Nation
  • incorporation des bourreaux dans l’unité des sentiments partagés dans un corps collectif
  • le corps collectif inclue les victimes et les bourreaux dans le récit national autour d’une douleur partagée

Colloque International « Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle »

COLLOQUE INTERNATIONAL

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle

Affiche colloque Chili IIIaffiche Colloque Chili III

Jeudi 3 et Vendredi 4 décembre 2015
Université Paris Ouest-Nanterre/Université Paris 8

 

Jeudi 3 décembre 2015

Université Paris Ouest-Nanterre,

Salle des Conférences, Bât. B

10h00 Accueil des participants
10h30 Ouverture du colloque

Table 1 Image et politique : pouvoir, dissidence et mémoire I
Modérateur : Catherine Heymann

10h45 Les moyens artistiques et les rebellions ouvrières au Chili et au Pérou. Étude de deux cas                                                                                                                                                                         Vicente Romero (Université Paris 8)                                                                                                           11h10 Les campagnes présidentielles chiliennes de 1958 à 1970 vues par la caricature   Elodie Giraudier (Université Paris 3-Sorbonne nouvelle)

11h35 Débat                                                                                                                                                           11h50 Pause

Table 2 Image et politique : pouvoir, dissidence et mémoire II
Modérateur : Mirian Pino

12h00 Descripción estético-política de la imagen oficial del gobierno militar en Chile
Fernanda Paz Cabaluz Ducasse (EHESS)                                                                                               12h25 La dictadura de Pinochet desde la clandestinidad: imagen, resistencia y denuncia en algunas cintas producidas en el exilio
Marcy Campos (EHESS)

12h50 Débat                                                                                                                                                               13h10 Déjeuner

Table 3 Image et politique : pouvoir, dissidence et mémoire III
Modérateur : Benoit Santini

14h30 De silencios y miradas perplejas: postmemoria, construcción identitaria y búsqueda de sentido en el documental contemporáneo chileno
Olga Lobo (Universidad Grenoble Alpes)                                                                                               14h55 El eco de la historia en el documental de Antonia Rossi
Michèle Arrué (Université Paris 8)

15h20 Pause

15h30 Aunar ficción y documental en pos de una memoria política viva: el cine de Pablo Larraín
Stéphanie Decante (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)                                              15h55 El Cine chileno del nuevo milenio, la memoria obstinada
Laurence H. Mullaly (Université Bordeaux 3-Montaigne)

16h20 Débat

17h00 Eduardo León, association Dordogne Périgord Amérique latine (DOPEAL), Présentation du dessin animé Valparaíso de Pablo Alibaud

17h30 Vin d’honneur

Vendredi 4 décembre 2015

Université Paris 8- Vincennes Saint-Denis

Salle La coupole

Table 4 Du Chili au monde : de l’histoire nationale dans la rue aux images de guerre
Modérateur : Vicente Romero

10h00 Au-delà des Andes, l’oubli ? Politiques de mémoire et monuments commémoratifs de la dictature au Chili
Nathalie Jammet-Arias (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)                                    10h25 De la carne a la piedra: poder simbólico y estatuas de los “grandes hombres de la patria” en el espacio público de Santiago de Chile (1856-1930)
Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8)                                                                             10h50 Peintures et photographies de la guerre du Pacifique (1879-1883) : l’affirmation de valeurs nationales
Jérôme Louis (Institut Napoléon)                                                                                                            11h15 Imágenes y debates de la gran guerra en la prensa chilena
Juan Luis Carrellán (Universidad de la Frontera, Chili)

11h40 Débat                                                                                                                                                      12h30 Déjeuneur

Table 5 Histoire intime du Chili
Modérateur : Michèle Arrué

14h30 Violeta Parra, une chilienne à Paris. De son exposition au Louvre aux chroniques du Figaro: la découverte des Arts populaires chiliens en France (1961-1965)
Alvar De la LLosa (Université Lyon II- Lumière)                                                                                  14h55 El cine documental en Chile: de la representación de los márgenes sociales a la centralidad de lo popular, 1850-1973
Hernán Venegas Valdebenito (USACH, Chili)

15h20 Débat                                                                                                                                                         16h10 Pause

Table 6 Mots et spectacle au cœur de la résistance
Modérateur : Alvar de la LLosa

16h25 La poésie visuelle chilienne de 1973 à nos jours : création et subversion
Benoît Santini (Université de Boulogne-Côte d’Opale)                                                                          16h50 La Efímera vulgata (2012) de Enrique Lihn y Luis Poirot: la doble mirada de un texto
Mirian Pino (Universidad de Córdoba, Argentine)                                                                             17h15 Carnavalización de las estéticas de lo total y formación de las Naciones latinoamericanas en Umbral de Juan Emar
Malva Marina Vásquez (Universidad Andrés Bello, Chili)

17h40 Débat                                                                                                                                                               18h00 clôture du colloque

programme Colloque Chili III

Séminaire Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2015-mai 2016)

Affiche histoire et m__moire oct 2015 (2)

Affiche histoire et m__moire oct 2015

Séminaire ALHIM
Amérique Latine Histoire et Mémoire
(novembre 2015-mai 2016)

Vendredi 27 novembre 2015 – Journée d’études ALHIM

Continuités et permanences dans le processus de transformation de l’espace urbain en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Jeudi 3 et Vendredi 4 décembre 2015 – Colloque International co-organisé avec GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)

Pouvoirs, identités, résistances dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Jeudi 3, Université Paris Ouest-Nanterre, Salle de Conférence, Bât. B/Vendredi 4,Université Paris8, Salle La coupole

Vendredi 29 janvier 2016 – Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Penser la race au XIXe siècle dans l’espace atlantique (Bolivie, Espagne, Italie)
Françoise Martinez (Université de La Rochelle), David Marcilhacy (Université Paris-Sorbonne-Paris IV), Ernesto de Cristofaro (Université de Catane)
Horaire : 14h30-17h00 Lieu: Maison de l’Italie 7 A, boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 3 mars 2016- Présentation du livre

Argentine. Mémoires de la dictature
Auteure : Nadia Tahir (Université de Caen Basse-Normandie)
Discutante : Natalia Molinaro (Université Paris 8)
Horaire : 19h00-20h30 Lieu: Maison de l’Argentine, Cité Universitaire, 27 A Boulevard Jourdan 75014 Paris

Jeudi 7 avril 2016Séance sur le Pérou contemporain (Séance annulée)

Vendredi 13 mai 2016 – Journée d’études co-organisée avec ERESCEC et les italianistes de Paris 8 (LER)

Former la nation : historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et Amérique latine (XIXe-XXIe siècle)
Horaire : 9h30-18h00 Lieu: Colegio de España, Cité universitaire, 7E Boulevard Jourdan, 75013 Paris

flyers histoire et m__moire oct 2015

prog (2)

Les Cahiers ALHIM (Amérique latine Histoire et Mémoire) n° 28

Couverture Cahiers Alhim n°28

Les Cahiers Alhim (Amérique latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8,  viennent de publier :

«  La construction de l’Etat-Nation et développement économique et social au Chili (1811-1976) », n°28, 2014, sous la direction Nathalie Jammet-Arias (Université Paris X), Alvar de la Llosa (Université de  Lyon), Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8) http://alhim.revues.org/4999

Présentation

Ce volume reflète une approche économique du processus de construction de l’État au Chili et exprime l’optique transdisciplinaire de l’ensemble des travaux d’historiens, de civilisationnistes, de juristes, de spécialistes en littérature provenant du monde universitaire chilien, allemand, espagnol et français. Le cadre chronologique a été choisi d’une façon volontairement large. La période étudiée -délimitée par le décret de liberté de commerce du 21 février 1811 et le décret de création de la CODELCO, le 1er avril 1976-, représente une étape historique au cours de laquelle le Chili a été le terrain de nombreuses interactions entre l’État et les différents secteurs économiques. Le volume propose une lecture politique, sociale, financière et culturelle des faits économiques au travers d’approches différentes dans le cadre de l’histoire économique du Chili contemporain, la perspective culturelle étant peu présente dans la production historique existante. Grâce à une approche théorique d’histoire politique, sociale et culturelle de l’économie, les auteurs du volume proposent certaines clés d’interprétation du phénomène économique au Chil

Presentación

El volumen refleja una perspectiva económica del proceso de construcción del Estado en Chile y traduce la transdisciplinaridad que rige los textos reunidos, de historiadores, juristas, y especialistas en literatura que provienen de Chile, Alemania, España y Francia. El marco cronológico (entre el decreto de libertad de comercio del 21 de febrero de 1811 y la creación de la CODELCO, el primero de abril de 1976) constituye una etapa fundamental durante la cual Chile experimentó numerosas interacciones entre el Estado y los distintos sectores económicos. El volumen propone una lectura política, social, financiera y cultural de los hechos económicos en el Chile contemporáneo. Gracias  a una perspectiva teórica de la historia política, social y cultural de la economía, los autores proponen unas claves para interpretar el fenómeno económico en Chile.

Alvar de La LLosa, Nathalie Jammet-Arias, Enrique Fernández Domingo (Ed.), « Construction de l’État-nation et résistances au Chili : de l’Indépendance au Front populaire », Publications du Grecun, Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Nanterre, 2011

Construction ETAT NATION CHILI 2011 COUVERTURE

Alvar de La LLosa, Nathalie Jammet-Arias, Enrique Fernández Domingo (Ed.), Construction de l’État-nation et résistances au Chili : de l’Indépendance au Front populaire, Publications du Grecun, Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Nanterre, 2011

Enrique Fernández Domingo, « Le négoce français au Chili (1880-1929) », PUR, Rennes, 2006

Le Négoce Français Au Chili 1880-1929 de Enrique Fernandez Domingo

Enrique Fernández Domingo, Le négoce français au Chili, 1880-1929, PUR, Rennes, 2006

La fin du XIXe siècle se caractérise au Chili par la croissance économique du pays et par la totale intégration du marché chilien dans le système économique mondial. Quels succès et quelles limites le commerce français trouve-t-il dans le marché chilien entre 1880 et 1929 ? Et quelle est l’évolution des structures du négoce français au Chili ?