Archives par mot-clé : féminismes

Journée d’études 8 novembre 2018: Féminismes latino-américains I: la perspective décoloniale, décoloniser les savoirs

Résultat de recherche d'images pour "université rennes 2"

Journée d’étude – EA 4327 ERIMIT

REEHL (REcherches sur les Espaces Hispanophones et Lusophones)

Féminismes latino-américains I:  la perspective décoloniale, décoloniser les savoirs

8 novembre 2018

13h30-17h30

Université Rennes 2, Campus Villejean

Salle E 224

Contact organisation : Nathalie Ludec, nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Argumentaire scientifique

Depuis les années 70, les féminismes latino-américains brisent une perspective homogène d’un féminisme importé d’Europe ou des États-Unis, un féminisme occidental, blanc, classe moyenne. Ils fissurent ce monde aplani en donnant naissance à une pluralité de voix, indigènes et afro-descendantes, à la recherche d’une identité féministe propre, dans une perspective postcoloniale ou décoloniale, qui revisite le passé, au risque, selon Jean-Loup Amselle, de verser dans des formes de primitivisme et d’essentialisme culturel.

Les contributions de cette journée s’inscrivent dans ce processus qui cherche à décoloniser les savoirs, dans les pratiques (les matrones haïtiennes) et dans l’écriture (les femmes amérindiennes au Brésil et au Québec) où la réappropriation des corps est au centre de cette perspective appelée décoloniale, postcoloniale (Marvel Moreno en Haïti et Conceição Evaristo au Brésil).

Elles gravitent autour de la notion d’intersectionnalité, qui croise une pluralité de logiques de domination, en posant la question des catégorisations et de ses croisements, dans la recherche comme dans les luttes féministes.

Programme

13h30: Accueil

13h45-14h15 : Lissell Quiroz  (Université de Rouen Normandie), « Le féminisme décolonial d’Abya Yala : théorie et pratiques »

14h15-14h45 : Obrillant Damus ( Université d’Haïti), «  Les fondements ontologiques du métier de matrone » 

14h45-15h15 : pause café

15h15-15h45 : Rita Olivieri-Godet (Université Rennes 2, ERIMIT, IUF), « Voix de femmes amérindiennes au Brésil et au Québec « 

15h45 – 16h15 : Liz Viloria  ( Université Rennes 2, ERIMIT), « Status femenino en Colombia: de los manuales para señoritas a las brisas de Marvel Moreno » 

16h15-16h45:Pauline Champagnat ( Université Rennes 2, ERIMIT), “ L’avortement avant et pendant l’esclavage dans  Ponciá Vicêncio et Becos da Memória de Conceição Evaristo”

17h: Clôture de la journée

Résumés des communications

Lissell Quiroz  (Université de Rouen Normandie), « Le féminisme décolonial d’Abya Yala : théorie et pratiques »

Le mouvement des femmes est ancien dans les Amériques, il remonte à l’époque coloniale au moins. Il a cependant été invisibilisé au profit d’une histoire des grands hommes et des faits produits par ces derniers. Depuis près de deux décennies, un groupe de femmes d’Abya Yala, militantes sur le terrain des luttes sociales et en faveur d’une amélioration des conditions de vie des femmes, ont développé une réflexion théorique ancrée sur la réalité du terrain et sur une généalogie propres. En dialogue avec d’autres positions épistémologiques, en particulier le Black Feminism, le féminisme matérialiste et le tournant décolonial, elles proposent une réflexion qui articule théorie et praxis dans le contexte des Amériques latines.

Obrillant Damus (Université d’Haïti), «  Les fondements ontologiques du métier de matrone » 

En Haïti, lors de l’accouchement, les matrones utilisent des plantes médicinales et des prières pour faciliter la naissance du bébé, tout en faisant preuve d’une grande compétence haptonomique (du grec haptein, toucher). Elles sont des spécialistes de l’accouchement traditionnel dont la genèse remonte à l’époque coloniale. Cette ethno-obstétrique, qui se transmet de génération en génération et qui relève du matrimoine culturel immatériel de l’Humanité, est écocentrique dans la mesure où ses spécialistes doivent, dans le cadre de leur pratique des soins de santé, exploiter et utiliser de façon durable les ressources de la nature. Les savoirs phytothérapeutiques sont mis en œuvre durant la grossesse, pendant et après l’accouchement.

L’accouchement traditionnel se fonde-t-il sur la non-séparation entre corps et esprit, entre réel et imaginaire, entre culture et nature ? Quels sont les fondements ontologiques de la nature qui interviennent dans le processus de la grossesse et de la naissance ?

Rita Olivieri-Godet (Université Rennes 2, ERIMIT, IUF), « Voix de femmes amérindiennes au Brésil et au Québec »

Notre communication se consacrera à présenter un panorama de la production littéraire de femmes amérindiennes au Brésil et au Québec. Cette production interpelle les paradigmes des sociétés nationales occidentales tout en nous invitant à nous interroger sur la façon d’habiter le lieu (regard critique sur l’idéologie du progrès technologique, l’accumulation capitaliste, la dévastation de l’environnement) ; sur les rapports à la différence au sein de nos sociétés occidentales, de plus en plus marquées par des préjugés et par d’autres modalités d’exclusion sociale ; sur les représentations symboliques des sociétés nationales et leur logique territoriale. Sans oblitérer les conflits, les crises, les traumatismes, l’écriture de femmes amérindiennes au Québec et au Brésil met en scène des processus d’articulation des espaces qui permettent la circulation et la (re)contextualisation d’expériences et de cultures singulières (mémoire de l’ancestralité, mémoire des traumas, formes d’insertion sociale des Amérindiens dans le présent, perspectives d’avenir, quête de l’interlocution avec les sociétés nationales). 

Liz Viloria  (Université Rennes 2, ERIMIT), « Status femenino en Colombia: de los manuales para señoritas a las brisas de Marvel Moreno »

Marvel Moreno, como ningún otro escritor o escritora de la literatura colombiana, está interesada en des-cubrir las estructuras que condicionan a ese esclavo hegeliano que es la mujer en la sociedad colombiana, una esclavitud heredada de la estructura social de la colonia. A través de sus personajes Moreno muestra su visión de las aproximaciones a los métodos de dominación, de inferioridad y de dependencia por parte de las mujeres ante las instituciones que administran sus cuerpos: el matrimonio, la maternidad y el amor.

Pauline Champagnat (Université Rennes 2, ERIMIT), “ L’avortement avant et pendant l’esclavage dans  Ponciá Vicêncio et Becos da Memória de Conceição Evaristo”

Dans l’œuvre de Conceição Evaristo, nombreuses sont les références faites à l’avortement pendant ou après l’esclavage comme expression de la détresse dans laquelle les femmes esclaves se trouvaient. Nous nous proposons d’étudier de quelle manière s’opèrent les références à l’avortement dans Ponciá Vicêncio (2017) et Becos da Memória (2017), ceci à partir d’une perspective de féminisme décolonial et intersectionnel. Pour cela, nous utiliserons le support théorique de Pierre Bourdieu (1998), en reprenant la théorie du « corps-pour-autrui », Sueli Carneiro (2006) pour étudier la question spécifique de l’avortement au Brésil, et Versschuur et Destremeau (2012) afin de remettre en question l’habituelle image de la femme du Sud, objet de son histoire au lieu d’en être le sujet. Nous organiserons notre pensée autour des deux axes suivants : l’avortement en tant que révolte contre le système esclavagiste, ainsi que l’aspect politique lié au corps de la femme de la favela. Cela nous permettra de faire le lien entre les politiques de naissance relatives aux femmes Noires pendant et après l’esclavage au Brésil, et de réfléchir sur le refus d’enfanter comme continuation de la révolte anti-esclavagiste.

APPEL A CONTRIBUTION : Revue Amerika (Mémoires, identités, territoires) n° 16 (premier semestre 2017)

 

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

AMERIKA

Mémoires, identités, territoires

amerika-16-2017-1-appel-convocatoria

Appel à contributions

La revue Amerika (Mémoires, identités, territoires) de l’Université de Rennes 2, consacre un de ses prochains dossiers   (2017, premier semestre, numéro 16) à l’analyse de :

« Les féminismes en Amérique latine et dans les Caraïbes (XXe-XXIe s) : identités et enjeux »

Thème et problématique :

La lutte pour l’émancipation des femmes  est un processus lent qui s’est développé en vagues successives. Le féminisme latino-américain des années 70 et 80, marqué par des influences européennes et nord-américaines, est majoritairement composé de femmes des classes moyennes, mais peu à peu ses militantes se rapprochent des mouvements populaires où les femmes sont engagées sur le plan politique, syndical, religieux. La phase révolutionnaire et radicale fait place ensuite à une professionnalisation et une institutionnalisation  du féminisme dans les années 90 qui amorcent la vague « ONUsienne » du « genre », selon J. Falquet (2007), marquée par un engouement pour le concept de « genre ». Parallèlement, s’organisent des rencontres féministes continentales qui témoignent d’un féminisme panaméricain, (1981, à Bogota (Colombie); 1983, Lima (Pérou); 1985, Bertioga (Brésil); 1987, à Taxco (Mexique); 1990 San Bernardo (Argentina), etc.[1])  (Landa, 2016).

Depuis l’euphorie des années 70, en passant par l’institutionnalisation des années 80-90 et son essoufflement des années 2000, le féminisme latino-américain s’inscrit depuis le début du XXIe s. dans une double proposition politique, à la fois autour d’un socle commun, de questions non résolues (les droits reproductifs, une maternité et une sexualité libres, la lutte contre la violence) et de nouvelles propositions qui se déclinent selon une perspective de classe et d’ethnie, de la part des féministes indiennes et afro-descendantes, sous un angle décolonial.

L’objectif de ce dossier est d’étudier les différentes modalités d’expression (cyberféminisme, marches pacifiques, activisme public) et manifestations du féminisme latino-américain ainsi que ses représentations (arts visuels, littérature, médias) dans ses particularités actuelles, en tâchant d’évaluer les résistances qui proviennent de la société civile et/ou des institutions. Il ne s’agit pas ici de retracer l’histoire du féminisme latino-américain mais d’analyser ce qui constitue aujourd’hui son identité, sa spécificité, à l’échelle nationale ou continentale, à travers ses mobilisations et ses représentations, dans un contexte politique et économique déterminé.

Références:

  • Curiel, J. Falquet, S. Masson, « Editorial ». Nouvelles Questions Féministes : Féminismes dissidents en Amérique latine et aux Caraïbes, Vol. 24,2005, n° 2, pp. 4-13.
  • Falquet Jules, « Le mouvement féministe en Amérique latine et aux Caraïbes. Défis et espoirs face à la mondialisation néo-libérale», Actuel Marx 2/2007 (n° 42), p. 36-47
    URL:cairn.info/revue-actuel-marx-2007-2-page-36.htm.
    DOI : 10.3917/amx.042.0036.
  • Mélanie Landa,  » Rescatando al feminismo en América  Latina », Centre tricontinental, CETRI, Louvain, 22 avril 2016; http://www.cetri.be/Rescatando-al-Feminismo-en-America
  • Verschuur Christine, Destremau Blandine, « Féminismes décoloniaux, genre et développement. Histoire et récits des mouvements de femmes et des féminismes aux Suds», Revue Tiers Monde 1/2012 (n°209), p. 7-18,

URL:www.cairn.info/revue-tiers-monde-2012-1-page-7.htm.
DOI : 10.3917/rtm.209.0007.

Langues utilisées : espagnol, français, anglais, portugais.

Un résumé de 500 mots environ devra nous être adressé avant le 20 Décembre 2016

Merci de mentionner vos coordonnées professionnelles et de joindre un CV succinct (liste de vos publications des 5 dernières années).

Contact :  Nathalie Ludec : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Les articles définitifs (40 000 signes au maximum) seront à remettre avant le 15 mai 2017

Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit s’accompagner de la demande autorisation à l’ayant droit.

NORMES DE PUBLICATION : http://amerika.revues.org/749   

CALENDRIER :

  • 20 Décembre 2016 : réception de propositions
  • 15 Janvier  2017 : acceptation de propositions
  • 1er Avril 2017 : réception des articles selon les normes de publication transmises / évaluation et correction des articles
  • 15 Mai 2017 : réception définitive des articles pour publication

___________________________________________________________________________

Convocatoria

https://amerika.revues.org/7396

La revista Amerika  de la Universidad de Rennes 2 dedica uno de sus próximos dosieres (2017 primer semestre, número 16) al análisis de:

 » Los feminismos en Latinoamérica y el Caribe (s.XX-XXI) : identidades y retos »

Tema y problemática :

La lucha por la emancipación de las mujeres es un proceso lento marcado por olas sucesivas. El feminismo de los años 70 y 80, influenciado por el pensamiento europeo y norteamericano, se compone, en su mayoría, de mujeres de las clases medias altas, pero sus militantes van aproximándose a los movimientos populares en los que las mujeres ejercen un compromiso político, sindical, religioso. La fase revolucionaria y radical deja lugar a una profesionalización y una institucionalización del feminismo en los años 90, que anuncian la ola del « género » (Falquet, 2007). Paralelamente, se organizan encuentros feministas continentales que reflejan un feminismo panamericano (1981,  Bogota (Colombia); 1983, Lima (Perú); 1985, Bertioga (Brasil); 1987, Taxco (México); 1990 San Bernardo (Argentina), etc.[2])  (Landa, 2016).

Después de la euforia de los años 70, pasando por la institucionalización de los años 80 y 90, y la atonía de los años 2000, el feminismo latinoamericano se sitúa desde los principios del siglo XXI en una propuesta política doble: la primera sigue debatiendo cuestiones no resueltas (los derechos reproductivos, la maternidad libre, la lucha contra la violencia) y la segunda se abre sobre una perspectiva étnica y de clase ( indígena, afrodescendiente).

El objetivo de este número de Amerika es medir las diferentes modalidades de expresión  y manifestaciones del feminismo latinoamericano (ciberfeminismo, marchas pacíficas, activismo callejero) así como sus representaciones (artes visuales, literatura, medios de comunicación) en sus particularidades actuales, midiendo las resistencias de la sociedad civil y de las instituciones   Estado, Iglesia).

No se trata de contar la historia del feminismo latinoamericano sino analizar lo que constituye hoy su identidad, su especificidad, a escala nacional o continental, a través de sus mobilizaciones y manifestaciones dentro de un contexto político y económico determindo.

Références:

  • Curiel, J. Falquet, S. Masson, « Editorial ». Nouvelles Questions Féministes : Féminismes dissidents en Amérique latine et aux Caraïbes, Vol. 24,2005, n° 2, pp. 4-13.
  • Falquet Jules, « Le mouvement féministe en Amérique latine et aux Caraïbes. Défis et espoirs face à la mondialisation néo-libérale», Actuel Marx 2/2007 (n° 42), p. 36-47
    URL:cairn.info/revue-actuel-marx-2007-2-page-36.htm.
    DOI : 10.3917/amx.042.0036.
  • Mélanie Landa,  » Rescatando al feminismo en América  Latina », Centre tricontinental, CETRI, Louvain, 22 avril 2016; http://www.cetri.be/Rescatando-al-Feminismo-en-America
  • Verschuur Christine, Destremau Blandine, « Féminismes décoloniaux, genre et développement. Histoire et récits des mouvements de femmes et des féminismes aux Suds», Revue Tiers Monde 1/2012 (n°209), p. 7-18,

URL:www.cairn.info/revue-tiers-monde-2012-1-page-7.htm.
DOI : 10.3917/rtm.209.0007.

Idiomas utilizados : español, francés, inglés, portugués.

Un resumen de unas 500 palabras deberá ser enviado antes del 20 de diciembre de 2017

Contacto : Nathalie Ludec  nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Anexo al resumen se deberán mencionar sus datos profesionales y un breve CV (lista de sus publicaciones de los últimos cinco años).

Los artículos definitivos (40 000 signos lo máximo) serán transmitidos antes del 15 de mayo de 2017

Tras ser aceptada la propuesta, el artículo será sometido a la valoración de especialistas que determinarán el carácter científico del método y del contenido. En cuanto sea aceptado el artículo, el autor se compromete a ceder su exclusividad a la revista y a autorizar su publicación en línea. En caso de no respeto de las normas de publicación el artículo será reenviado al autor para realizar los cambios obligatorios y necesarios. En caso de plagio, los autores serán considerados los únicos responsables. En cuanto a la integración de fotos o fotogramas, para acatar las leyes de autor, se requiere la autorización del derechohabiente.

NORMAS DE PUBLICACIÓN :  http://amerika.revues.org/749  

 CALENDARIO :

  • Diciembre 20, 2017 : recepción de propuestas
  • Enero 15, 2017 : aceptación de las propuestas
  • Abril 1, 2017 : recepción de artículos en extenso bajo los criterios editoriales señalados/Envío de dictámenes de los artículos a los autores para su corrección.
  • Mayo 15, 2017: recepción de artículos definitivos para dar cuerpo a la revista.

[1] Fuente Mujeres Latinoamericanas en cifras, FLACSO, Teresa Valdés, Do lo social a lo político: la acción de las mujeres latinoamericanas , Santiago, Ed LOM, 2000, p.73

[2] Fuente Mujeres Latinoamericanas en cifras, FLACSO, Teresa Valdés, Do lo social a lo político: la acción de las mujeres latinoamericanas , Santiago, Ed LOM, 2000, p.73