Archives du mot-clé Memoire Memoria

Séance Séminaire ALHIM du 10 novembre 2017 : « Mémoires de la violence en Espagne et en Amérique latine. Approche comparative »

25 de noviembre de 2015,Valle Esmeralda de Huayao, Perú (Foto AP/Rodrigo Abd)

Affiche Séance 10 novembre 2017

La matrice latino-américaine. De la diffusion à l’appropriation des pratiques et des énoncés du ‘post-conflit’ par les collectifs de victimes du franquisme 
Sélim Smaoui (Centre de recherche sur l’action politique-Université de Lausanne)[1]

Autour de l’année 2000, se développe en Espagne un mouvement de réflexion sur la violence franquiste qui va déboucher sur le mouvement de récupération de la mémoire historique. Ce mouvement s’appuie sur l’Engagement de la mobilisation des familles de disparus, les collectifs d’enfants volés, les militants politiques des années 1960-1970. Cette communication veut démontrer comment les mobilisations des victimes du franquisme ont été façonnées par l’expertise internationale dite du ‘post-conflit’ et de la ‘pacification’

A partir des années 1980, dans un contexte de « sortie de violence », s’impose le nouveau paradigme d’« ingérence international de pacification ». Il est accompagné des pratiques qui ont lieu dans un espace de Droits de l’homme, c’est-à-dire un espace de savoir-faire à vocation politique de pacification de consciences. Ce processus aura une influence en Espagne dans le renouveau mémorial provoquant une traduction locale de pratiques déjà existantes.

Vecteurs de diffusion de ces pratiques :

  • Acteurs professionnels de la santé mentale : existence actuelle de traumatismes, inexistence de l’oublie
  • Droit international : annulation de la prescription des délits
  • Contexte médico-légal : « nouvelle vérité » de la violence et mise en question du principe d’équivalence

Pratiques et circulation

Au début des années 2000, s’installe un discours de défense de l’existence d’une vulnérabilité psychologique, causée par les traumatismes vécus, des victimes. Le langage du traumatisme est toujours présent. Un nombre important de rapports et d’études scientifiques démontrent que les souffrances sont toujours d’actualité et que les traumatismes n’ont pas disparu. Ceci active une nouvelle valeur sociale des victimes. Cependant, il y a une dissémination discursive sans une pratique claire.

Certains membres de Psícologos sin Fronteras, ONG fondée à Madrid en 2000 et composée par de psychologues intervenant dans des cas de catastrophe, accompagnent l’exhumation des corps de fosses communes. A partir de cette expérience, ces psychologues proposent un protocole d’action. Ils ont séjourné en Amérique latine et connaissent la psychologie sociale de la libération, une psychologie critique. Ces psychologues ont une filiation théorique et pratique latino-américaine. En 2005, il y a une rencontre avec l’Asociación de Recuperación de la Memoria Histórica (ARMH). C’est un moment de forte critique envers l’action de l’ARMH : privatisation de la mémoire, individualisation, destruction des lieux de mémoire, rapports d’Amnistie Internationale dont ont besoin d’un appui en Espagne. Parallèlement, le gouvernement de Zapatero débloque les subventions allouées par la Loi de Mémoire historique. Psícologos sin Fronteras va fournir une expertise qui va valider le cadre du travail de l’ARMH. On passe d’une sollicitude morale à une demande psychologique en se produisant une appropriation de pratiques en vigueur en Amérique Latine, d’un réseau latino-américain, des expériences faites au Guatemala, El Salvador, Colombie, …, dans un cadre de santé mentale et Droits de l’homme. En 2007, un cadre d’actuation dans les exhumations est mis au jour. L’effet immédiat : les familles, dépositaires légitimes, structurent l’existence d’un « droit familial », elles multiplient les espaces de témoignage. L’exhumation n’est pas une fin en soi, et c’est pour ceci qu’il se développe une mobilisation hors des fosses communes : dans un drame collectif, l’individu n’est pas malade celui qui est malade est le contexte.

« Foreing studies » : Justice-vérité-réparation : standard d’action commencé en Argentine à partir de 1990. Protocole : enquête historique, exhumation par un personnel qualifié, analyse par des personnes compétentes. Expertise bio-anthropologique ou archéologique. Méthodologie médico-légale à partir des années 2000. A partir de 2006, grâce aux subventions du gouvernement de Zapatero, il y a une rationalisation dans le travail dans les fosses communes. Les ressorts de cette rationalisation est un standard international et des experts internationaux qui interviennent très ponctuellement. L’exhumations faites hors d’un cadre officiel ont été encadrés par un personnel local déjà bien formé. Cependant, le contexte espagnol n’est pas routinier car il est très politisé. Les experts internationaux, entrainés dans le conflit local, partagent leur expérience avec des médecins légistes -comme c’est le cas de Paco Echeverría qui, en 1993, participe au colloque, en Colombie, sur le cadre médico-légal des exhumations et qui a un réseau latino-américain-, des archéologues (jeunes étudiants), des anthropologues physiques. Cependant, ils ont certaines lacunes dans le domaine médico-légal. Les médecins légistes ont un rôle prépondérant. En 2004, Paco Echeverría constitue un protocole d’action en partenariat avec des institutions internationales qui aident à la formation du personnel local.

Dans l’exemple de diffusion et circulation de discours et pratiques que nous venons de voir :

  • il n’y a pas de logique d’imposition
  • influence de réseaux d’influence transnationale
  • acteurs internationaux qui ont un retour de leur expérience sur le terrain espagnol
  • diffusion à travers « acteurs interface » installés en Espagne avec un ancrage étranger

[1] Sélim Smaoui est docteur en science politique, il est l’auteur d’une thèse sur les mobilisations des victimes du franquisme qui s’intitule “La mobilisation comme gouvernement de soi. S’engager pour la mémoire et la cause des victimes du franquisme en Espagne (2000-2013)”. Il est actuellement post-doctorant à l’Université de Lausanne.

Article Smaoui FOUILLER… MILITER

Article Smaoui SORTIR DU CONFLIT OU ASSEOIR LA LUTTE

Valérie Robin Azevedo (Université Paris-Descartes)[1]
Exhumations et ambivalences des politiques de la compassion au Pérou

La communication aborde la relation entre l’exhumation des victimes du conflit armé entre l’Etat péruvien et le Sendero Luminoso qui s’est déroulé entre 1980 et 1992, la mémoire de la violence politique et la politique de réparation aux victimes (70.000 victimes/15.000-16.000 disparus). Il faut tenir compte que plus de la moitié de victimes sont attribuées à l’action de la guérilla maoïste. Les exhumations concernent la population rurale et andine, c’est-à-dire les membres des classes populaires les plus « indigènes », et les plus pauvres (85% des victimes). Nous parlerons de la circulation et la réappropriation des restes humains dans l’espace politique ainsi que le rôle de l’Etat et les autorités dans la mise en œuvre des exhumations. Les exhumations sont imposées et elle se font dans un cadre d’inégalité structurelle, de racisme, de fractures socio-politiques, et d’absence dans le processus des anciens acteurs du conflit armée.

Cadre normatif des procédures de réparation

Le dispositif humanitaire est fragile et montre les limites de justification de la dignité. Dans les exhumations la politisation des victimes, dans le cas péruvien, est inadmissible.

En 2001 est formée la Commission de la Vérité et de la Réconciliation (CVR). Elle est créée grâce à l’appui des organisations de défense des Droits de l’homme et son objectif principal est d’élaborer un rapport sur le conflit armé. Le rapport final est rendu en 2003 et adresse une série de recommandations adressés à l’Etat péruvien :

  • Etablissement d’un registre de charniers présents dans l’ensemble du territoire péruvien
  • Le développement de l’investigation anthropologique-médicale

L’Etat lance la campagne d’exhumation des charniers après 2003. Cette campagne est coordonnée par l’Institut médico-légal sous le contrôle du ministère public et les ONG autorisés par le pouvoir public. Parallèlement, le Procureur Général ouvre des enquêtes judiciaires. Le processus a un rythme lent : en 2011 environ 2.500 corps ont été exhumés dont 1.500 identifiés et restitués aux familles des victimes.

Le moment de la récupération des corps a été ritualisé, médiatisé et séquentielle (« spectacularisation ») à travers la réalisation des « romerías » qui se ont lieu dans l’espace public. C’est une espèce de procession urbaine de cercueils qui avance vers le cœur de la ville, avec des arrêts symboliques à la cathédrale ou à la mairie. C’est une occupation de l’espace public par les familles les plus affectées par la violence. Ces familles appartiennent aux secteurs le plus marginalisés et défavorisés de la société péruvienne. Grâce à cette « spectacularisation » -arrêts dans la cathédrale, les lieux de culte, les institutions d’exercice du pouvoir public (veillées dans la mairie), elles ont la possibilité de faire une demande de droits civiques dans l’espace public grâce à une visibilité éphémère de leur situation. C’est un premier pas pour une prise en considération des autorités, une question fondamentale pour la demande de réparation des familles face à l’Etat central. Ce répertoire d’action collective ouvre la possibilité de faire une demande de droits fondamentaux, d’élaborer une mobilisation collective qui demande des politiques publiques à faveur des plus marginalisés. Il y a un désir insistant de restauration de leurs droits de victimes et la reconnaissance de leur condition de victimes et de citoyens.

Un des problèmes de la juridisation est qu’aucun responsable est trouvé ou jugé, le report des jugements est récurrent, et beaucoup de corps que n sont pas restitués. Les ONG de défense des Droits de l’homme, demandent des exhumations humanistes. Les ONG demandent l’accélération de la restitution des corps en dehors de la logique judiciaire -statut d’élément de deuil dans une perspective normative-. Elles ont recours aux sentiments moraux, elles veulent rendre la dignité aux morts. Dans un contexte de post-conflit, elles demandent une place indiscutable soit accordée à la victime et à l’obligation à soulager sa douleur : « le deuil individuel peut conduire à un deuil collectif (Pacification de la société péruvienne) ».

La légitimité de l’expression publique des exhumations s’appuie sur une neutralité politique du discours au droit à un enterrement digne lié à des valeurs morales universelles. La référence à l’identité politique doit être effacée de la commémoration publique. Il doit activer une dépolitisation du crime commis et de son contexte d’exécution. La victime indigène est un innocent pris entre deux feux, est une victime dépolitisée.

En 2016, une loi entérinant l’exhumation humanitaire. Les critiques envers la manière d’exhumer et les restitutions des corps étaient, au fur et à mesure très nombreuses. Le personnel légiste, au sens large, est le personnel de la morgue. Sa relation avec les familles des victimes se fait depuis la réparation ou re-victimisation. Le « trato » avec les membres des familles des victimes est structuré à partir de petites vexations invisibles et quotidiennes du langage, des remarques déplacées, … Les modalités d’interaction et d’évolution illustrent le manque de considération accordé aux membres des familles des disparus.

L’Etat péruvien, signataire des conventions internationales, est obligé à mener la campagne d’exhumations. Cependant, il argumente qu’il n’a pas de moyens financiers. Le résultat est l’absence de de cercueils, la plupart financés par la Croix Rouge, fait que le corps sont rendus aux familles dans des sac en plastique produisant des situations de re-victimisation. Ces pratiques et la légalisation de la mort en dépit de l’humanité produisent de nouvelles disparitions. Les exhumations, dans certains cas, forcées sont faites par l’Etat à cause de la « comptabilité » des corps exhumés et du chantage émotionnelle et de réparation envers les familles. Ces familles avaient enterré les corps mais sans constatation légal et savent où se trouvent leurs proches décédés. L’exhumation obligatoire et la perte des corps qui ne sont pas rendus à cause de la lenteur judiciaire occasionne une deuxième perte.

En 2015, les limites de la rhétorique autour de l’humanitaire sont mises clairement au jour à cause de l’exhumation des corps des prisonniers du Sendero Luminoso. La cérémonie publique de remise des corps devait se faire à partir d’un discours de neutralité et de réconciliation nationale. Cependant, les familles, en reproduisant la « spectacularisation » de l’enterrement, montrent clairement une revendication de l’appartenance politique des morts. Le résultat est un scandale national et l’action est qualifié depuis le pouvoir comme un discours d’apologie du terrorisme et le mausolée funéraire considéré comme un monument terroriste. Cette politisation des victimes menacerait l’équilibre nationale. Le résultat a été le durcissement de la loi d’apologie du terrorisme et une annonce de démolition du mausolée.

[1] Professeure d’anthropologie à l’université Paris Descartes et directrice adjointe du CANTHEL (Centre d’anthropologie culturelle) Valérie Robin Azevedo est spécialiste du Pérou et des sociétés andines quechuaphones. Ses recherches actuelles sur l’impact des politiques de réparation aux victimes de conflits armés s’inscrivent à la charnière d’une anthropologie de la violence, de la mémoire et du deuil. Centrées sur les exhumations de charniers et leurs enjeux politiques et symboliques, elles s’intéressent au traitement rituel et mémoriel des défunts et disparus de la guerre au Pérou.

Article Robin RENDRE LEUR DIGNITE AUX DISPARUS

Article Robin RETOUR DES CORPS, PARCOURS DES AMES