Séminaire ALHIM Amérique Latine Histoire et Mémoire (novembre 2016-juin 2017)

Afficher l'image d'origineAntonio Coche Mendoza, Sin título, 2002

Séminaire ALHIM

Amérique Latine Histoire et Mémoire

(novembre 2016-juin 2017)

Vendredi 18 novembre 2016

Conférence

Los indoamericanos en Cuba, una crítica a la colonialidad del saber
Felipe Pérez Cruz (Instituto de Filosofía de La Habana)
Horaire: 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Vendredi 25 novembre 2016

Séance commune organisée avec l’Axe Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale

Musées d’histoire, musées de mémoire(s)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Vendredi 20 janvier 2017

Présentation du livre Ecritures du féminisme mexicain: Esperanza Brito, Elena Urrutia, Marta Lamas (1963-1978) de Nathalie Ludec (Université Rennes II)
Horaire : 19h30-21h00 Lieu: Maison du Mexique, Cité Universitaire Internationale de Paris

 Vendredi 10 février 2017

Séance commune organisée avec l’Axe Transferts textuels et migrations esthétiques  
Art et dictature au Chili 
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Jeudi 2, Vendredi 3 et Samedi 4 mars 2017

Colloque international organisé avec l’Université de Paris Est-Créteil et la Universidad Nacional de Entre Ríos 
Le fleuve et la ville. Possibilités descriptives d’une transformation permanente 
Horaire : 9h30-19h00 Lieu: Casa de Argentina (Cité Universitaire Internationale de Paris), Université Paris 8 (salle D 143) et UPEC Créteil

Jeudi 30 mars 2017

Conférence
Lamennais y su recepción en Francisco Bilbao y en la prensa de 1842 a 1854 en Chile y Perú
Álvaro García San Martín (Universidad Pedagógica de Santiago de Chile)
Horaire : 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 143

Vendredi 7 avril 2017

Journée d’études organisée avec le séminaire GRECUN (Université Paris Ouest-Nanterre)
La Nation en fête en Amérique latine (XIXe-XXe siècles)
Horaire: 10h00-17h00 Lieu: Université Paris Ouest-Nanterre, Bât. Max Weber, Salle de séminaire 2

Vendredi 28 Avril 2017

Séance commune organisée avec Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale
Les racines de l’eugénisme (Uruguay, Italie, Espagne)
Horaire : 14h30-18h00 Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris

Jeudi 11 mai 2017

Présentation travaux doctorants ALHIM
Horaire : 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8, Bât. D, salle 311

Mardi 30 et mercredi 31 mai 2017

Colloque du Laboratoire d’Etudes Romanes (EA 4385) 
Passant Passé. Héritages et expériences des temps
Horaire : 9h30-18h00 Lieu : Université Paris 8

ENTREE LIBRE

Contact: Enrique Fernández Domingo

E-mail: enrique.fernandez@yahoo.fr

Séance Séminaire ALHIM du 25 novembre 2016 : « Musées d’histoire, musées de mémoire(s) »

affiche-musee-dhistoire-nov-2016-2

affiche-seance-seminaire-alhim-25-11-2016

Séance Séminaire ALHIM

Musées d’histoire, musées de mémoire(s)

Le Musée Mémorial de l’Exil: entre le militantisme antifranquiste et l’Histoire   Jordi Font Agulló (Directeur du Museu Mémorial de l’Exili-MUME)

Le tournant de siècle a vu se développer en Espagne un discours en faveur de la réparation morale des vaincus de la Guerre Civile espagnole de 1936-1939. Ce discours a pour but mettre fin à un oubli politique et éthique. En avril 2002, le Théâtre Liceu de Barcelone accueille un acte organisé par l’Association Catalane des anciens prisonniers dans lequel on demande la mise en place d’une politique de mémoire. Cette demande est complémentaire à la recherche académique catalane qui a lieu à ce moment-là. Il s’agit de restituer un passé récent effacé et oublié pendant la transition démocratique espagnole.

Le Musée Mémorial de l’Exil de la Jonquera est né dans ce contexte de revendication. Le MUME veut conserver la mémoire de la Guerre Civile face aux musées d’histoire militaire qui présentent la Guerre Civile comme une « guerre fratricide » ou « tous ont été coupables », c’est-à-dire une interprétation qui occulte d’une manière subtile la mémoire des vaincus. Le MUME est une rupture avec ce discours véhiculé par les musées de l’armée qui s’inscrit sur la ligne du Musée de la paix de Gernika (2003), la salle dédiée à la Guerre Civile et le Franquisme du Musée d’Histoire de la Catalogne (1996) et le Centre d’interprétation de la Guerre Civile à Robres (Huesca) (2006). Sa création a été une confluence entre l’histoire empirique et académique, et la revendication des organisations de la société civile.

Le MUME ouvre ses portes en février 2008. Les soutiens et partenaires du projet sont la Mairie de la Jonquera, l’Union Européenne avec la programme Feder-Interreg. III-A (avec la mairie d’Argelès), la Generalitat de la Catalogne, la Diputació de Girona et le Conseil Comarcal de l’Alt Empordá. Le musée a une vocation transfrontalière et est une institution clé dans l’articulation et création, avec le service éducatif de l’Université de Girona, du Réseau des espaces de la mémoire.

Le MUME veut « porter notre regard sur le passé récent doit avoir pour but essentiel de nous aider à comprendre une partie de notre présent afin de savoir affronter le futur dans de meilleures conditions et, dans bien des cas, cela va de pair avec une volonté de réparation morale des victimes et résistants insuffisamment reconnus. Dans le cas de l’exil républicain catalan et espagnol, tout ce phénomène, c’est-à-dire le mélange entre connaissance historique d’un chapitre terrible de notre passé et hommage commémoratif, est incontestable. Le MUME est donc né avec pour vocation de promouvoir le savoir historique sans négliger de surcroît l’importance symbolique de rendre hommage aux Catalans et Catalanes et autres citoyens du reste de l’État espagnol qui ont dû quitter leur terre et leur maison suite à la défaite de la démocratie incarnée par la Generalitat (gouvernement autonome de Catalogne) et l’État républicain instauré en 1931. » https://temoigner.revues.org/455

L’exposition permanente (http://www.museuexili.cat/) se structure autour de:

  • Considérations générales autour de l’exil
  • La Guerre Civile, la défaite et l’exil de 1939
  • La Diaspora dans tout le monde
  • L’expérience de l’exil : les témoins et leurs témoignages
  • L’Héritage de l’exil : penser l’exil comme une fracture, une perte, un traumatisme.

L’exposition a un pouvoir éducatif médiatisé dans l’échange symbolique, artistique et informatif entre l’exposition et le visiteur. L’exposition propose un travail pédagogique de transmission de valeurs, d’éducation éthique et politique et de structuration d’un récit historique. La suggestion artistique du parcours propose la création d’une ambiance favorable pour développer le regard critique du visiteur.

Le tourisme a participé à la récupération de la mémoire démocratique. Cependant, on doit éviter de tomber dans la banalisation du tourisme de masse, la nostalgie acritique et la spectacularisation du « tourisme de la mémoire » grâce à la réflexion autour de la « mémoire historique ».

Du Risorgimento à la Résistence: la narration muséal de l’Italie contemporaine   Massimo Baioni (Université de Sienne)

En Italie, l’absence d’un récit partagé par les différentes cultures politiques se matérialise dans l’inexistence de musées d’histoire contemporaine. La narration muséale de l’histoire italienne travers trois états et trois régimes politiques qui ont accompagné la construction du récit identitaire de l’Italie.

La place du musée dans l’espace public se trouve au centre de la querelle de mémoires dans la nationalisation des Italiens. A la fin du XIXe siècle, la fondation des Musées du Risorgimento, dont celui du Turin, en 1880, fait clé de l’histoire de la représentation muséale de l’histoire italienne, jouent un rôle important dans le développement d’un discours patriotique autour de l’image du mythe fondateur de la nouvelle Italie.

Jusqu’aux années 1960, la mémoire du Risorgimento domine la mise en scène de l’histoire nationale dans les musées. Elle est le pilier de la politique de la mémoire et de la légitimation des institutions. En 1980, en Italie, les musées consacrés à la Grande Guerre et à la Résistance sont moins nombreux que ceux dédiés au Risorgimento. Dans les expositions de ces musées, l’entreprise coloniale, la Grande Guerre, la Résistance sont ajoutées dans le parcours des expositions permanentes comme des épilogues soulignant une continuité à partir d’un « héroïsme italique imbattable » lié aux luttes antiautrichiennes de la période de l’unification italienne. C’est la thèse de la continuité comme montre, après la Première Guerre mondiale, la création des musées du Risorgimento, et pas de la Grande Guerre, à Trente et Trieste.

L’Italie fasciste (1922-1943) se prône comme le couronnement de la tradition historique du Risorgimento mais dénudée du sens libéral en faveur de la Nation, la force de la « race italienne », l’irrédentisme et dans une généalogie de l’italianité liée avec le courage et la virilité.

La Résistance (1943-1945) se présente comme un second Risorgimento. Entre la fin de la Deuxième Guerre mondiale et les années 1960, la mémoire de la Résistance est un élément constitutif du récit national, de la légitimation du pouvoir et des forces politiques. La Résistance est relatée dans la représentation muséale comme une lutte patriotique de libération nationale et pas comme une guerre civile. A partir des années 1980, la Grande Guerre et la Résistance commencent à faire part d’un nouveau récit muséal.

Concernant le langage muséal, au début du XXe siècle, la mise en scène du paradigme discursif s’articule entre les vestales du mythe et les prétoriens de la science. Les premiers imposent une exposition muséale sans réflexion critique en faveur d’une propagande éducative. Cette exposition veut provoquer l’adhésion sentimentale à travers les récits de martyrologe, le sacrifice, le courage, le volontarisme. Ces récits sont le fil rouge de la mise en scène des expositions des musées du Risorgimento. Bien que la tradition catholique soit déclinée d’une façon laïque que le Fascisme présente comme une « religion » d’état, entre 1918 et 1939, il y a une tension entre le rappel à la tradition et l’expérimentation de nouvelles voix d’expression : avant-gardes artistiques, photographies, photomontages, sculptures, esthétique futuriste. Entre 1945 et les années 1960, le récit, dans lequel  le martyr est désormais le résistant, se structure à partir de l’exaltation des valeurs de la liberté démocratique.

La narration muséale de l’Italie contemporaine est éclectique, forte de traditions locales et de la personnalisation des directeurs des institutions muséales. Sa force a été son enracinement dans le territoire, son rôle dans l’articulation des récits de la grande et la petite patrie et, enfin, sa capacité d’interaction intime avec la politique éducative de l’Etat. Ses faiblisses sont son dilettantisme, le rôle accru des associations dans la gestion muséale, la conception sentimentale du musée et le retard provoquée dans la muséologie italienne

Aujourd’hui, la narration muséale de l’Italie contemporaine est à la recherche de nouveaux types de récit et des institutions muséales. Cependant, la représentation muséale du fascisme est toujours le « trou noir » de la narration muséale et se trouve à l’origine d’une confrontation de mémoires dans l’espace public italien actuel.

Les filiations discursives du « Museo de la Memoria y los Derechos Humanos » de Santiago du Chili  Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8 LER-ALHIM)

Le contexte de création du Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme est marqué par trois événements marquants de ce que Cristina Moyano a défini comme les « batailles pour la mémoire » : l’inauguration du Parc pour la paix « Villa Grimaldi » (http://villagrimaldi.cl/) le 22 mars 1997; l’arrestation d’Augusto Pinochet à Londres le 16 octobre 1998 et la publication de sa lettre Carta a los chilenos ; le débat public entre plusieurs historiens chiliens la dictature militaire dans le journal La Segunda qui suit la publication de la lettre de Pinochet.

Parallèlement, la mémoire de la dictature de Pinochet comme le « salut de la patrie » s’affaiblie grâce à ce que Winn appelle la rupture du « pacte de silence » et le choix de la recherche de la « vérité et la réconciliation » à la place de la « vérité et la justice » de la transition chilienne qui a eu lieu sous la coexistence de deux mémoires confrontées.

En mai 2007 et janvier 2010, la Présidente de la République, Michelle Bachelet, annonce la création et inaugure respectivement le Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme dans le cadre du programmé commémoratif du Bicentenaire de l’indépendance du Chili.  Pour Magdalena Krebs, directrice des Archives des Musée au Chili (DIBAM) sous la présidence de Sebastián Piñera, le musée ne représente qu’une partie de la réalité, c’est-à-dire celle des victimes de la dictature. Par conséquence, le musée ne reflète pas l’histoire nationale et, à son avis, ne devrait recevoir des fonds publics. Le Comité directeur du Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme répond aux attaques en expliquant que les activités du Musée ne sont ni juridiques ni historiographiques. Le Musée n’essaye pas de rendre d’informations sur les causes qui ont provoqués les violations des droits de l’homme ou de les contextualiser. Le musée n’a pas non plus comme objectif de lancer des accusations individuelles mais de promouvoir l’idée que ce qui est arrivée pendant la dictature ne se reproduise jamais au Chili.

A notre avis, Le Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme (http://ww3.museodelamemoria.cl/) se structure à partir de quatre filiations discursives :

Les droits de l’homme dans le monde : l’origine de l’idée de construction d’un musée se trouve dans les conclusions du dossier Retting de la Commission de Vérité et Réconciliation de 1991, signalant l’importance de donner une place visible et publique à la période dictatoriale et ses victimes ; le soutien de l’administration du président Ricardo Lagos (2000-2006) à la création de mémoriaux ; les demandes provenant de la société civile organisées autour des organisations de parents de victimes et disparus et de défense des droits de l’homme.

Le Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme est créé comme un acte de réparation et un espace « destiné à rendre visible les violations des droits de l’homme faites par la dictature de Pinochet. L’institution muséographique veut aussi honorer les victimes et leurs familles, développer une réflexion politique et éthique avec le but de renforcer la culture des droits de l’homme et éviter ainsi que des cas similaires se reproduisent dans l’avenir ».

Par rapport au parcours muséographique, une fois que le visiteur accède à l’intérieur du bâtiment principal du Musée, le paradigme des Droits de l’homme ouvre et clôture le parcours du visiteur. Dans le hall d’accès, le visiteur peut contempler les premiers espaces d’exposition : Derechos Humanos, Desafío Universal et Memoriales y Comisiones de Verdad. Le paradigme des Droits de l’homme se décline aussi dans les expositions de trois espaces installés au deuxième étage du Musée : Demande de Vérité et Justice, Plus jamais et Justice. Le parcours muséographique est clôturé par esplanade située à la sortie du bâtiment où les  articles de la déclaration des Droits de l’homme de 1948 sont affichés sur les murs comme un rappel et un résumé de l’objectif de l’institution. Le visiteur peut voir une mise en filiation simple du cas chilien dans la scène mondiale sans clés de lecture comparatives ou explicatives entre les cas.

Le récit national : La ville est, en grande partie, une projection d’imaginaires sociales sur l’espace. Les modifications de l’espace urbain liées à la commémoration et le souvenir soulignent dans la trame de la ville les consensus et les conflits existants dans la société.  Le Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme se situe dans ce type de modification de l’espace urbain. Le choix de son emplacement et du bâtiment ont la volonté de l’intégrer dans le récit national.

Le Musée a été érigé dans le Quartier Yungay, c’est-à-dire au sud de la ville de Santiago, entre le centre historique et le parc de la Quinta Normal. Nous pouvons lire l’élection de cet emplacement comme un acte délibéré d’intégrer le Musée dans la continuité d’un récit national lié à la tradition libérale et progressiste. Depuis sa création dans les années 1830, le quartier de Yungay a vu l’arrivée d’artistes, intellectuels, hommes d’affaires et des membres des élites politiques proches idéologiquement du libéralisme chilien du XIXe siècle et du progressisme politique du XXe siècle. Concernant le bâtiment, le parvis d’entrée propose une continuité entre les bâtiments historiques du quartier de Yungay et le  Musée. A leur tour, la matérialité du bâtiment principal du musée évoque un ancrage symbolique avec le récit national. Les matériaux de construction (cuivre, charbon,…) lient le Musée avec la mémoire de l’industrie minière et la lutte ouvrière chilienne.

Le récit de la mémoire : Les victimes, depuis les années 1990-2000, deviennent la pointe de lance du récit de la mémoire de la dictature. Ainsi, par exemple, les témoignages des victimes et des familles des victimes sont la matière principale sur laquelle s’appuient les rapports issus de la Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación: Informe Rettig (1990-1991), la Mesa de Diálogo sobre Derechos Humanos y el proceso de transición política en Chile (1999-2000) et la Comisión Nacional sobre Prisión Política y Tortura: Informe Valech (2010-2011).

Les fonds du musée héritent tant de cette activité que du rôle politique de ces organisations. Les fonds se sont constitués grâce à un processus de donation, toujours en fonctionnement, le Musée ne fait aucun achat,  d’objets  et d’archives. Ces fonds structurent une collection qui devient le narrateur intermédiaire entre ceux qui la regardent et le monde qu’elle représente, une forme de mise en scène discursive dans l’espace d’exposition du musée.

La mémoire de la répression et des crimes contre les droits de l’homme se présente au sein du Musée comme « mémoire historique », une mémoire construite par les mémoires individuelles qui constituent les témoignages, une mémoire qui doit lutter contre la possibilité que l’histoire « officielle » oublie ces crimes.

Dans le deuxième étage du parcours de la collection permanente du Musée, le visiteur traverse l’espace Absence et mémoire où se trouve le « velatón », une espèce de veillée  funèbre de dénonciation et de souvenir, une mise en récit dans laquelle le passé de la dictature est présenté comme un traumatisme collectif.

Cependant, la coexistence de la dénonciation et du souvenir, deux fonctions distinctes, n’est pas facile. Le fait de mettre l’accent sur le deuil et le témoignage personnel des familiers ou des survivants estompe le rôle d’un discours plus problématisé à propos du respect des droits de l’homme dans une perspective quotidienne.

Mais nous pouvons aussi souligner que cet espace du musée crée deux catégories différentes de témoins: entre les victimes mobilisées et celles qui ne le sont pas et entre les victimes disparues et celle qui sont décédées, ce qui rendre très complexe la fixation des mémoires définitives.

La  « décolonisation de la muséologie » : dans les années 1970, la « Nouvelle muséologie » revendique un nouveau rôle socio-éducatif des musées dans le cadre de la naissance et développement d’une nouvelle culture de loisirs et de consommation culturelle. A cette époque, John Kinard, un des premiers directeurs des musées consacrés à la récupération de la mémoire de la communauté afro-américaine des Etats-Unis, pense que « les musées doivent montrer les possibilités existantes pour résoudre les problèmes de notre société grâce à des expositions qui font réfléchir et arrivent à émouvoir le visiteur ».

Au premier étage du Musée se trouve l’espace La douleur des enfants où le visiteur peut se confronter aux enfants considérés comme victimes, tués ou disparus, pour les commissions de vérité mais aussi les femmes enceinte qui ont perdu leurs enfants à cause de la brutalité de la police de la dictature ou les enfants traumatisés qui ont assisté à la détention de leurs parents.

Parallèlement, la généralisation de l’usage d’internet a ouvert aussi la voie à une nouvelle typologie de musée. La filiation du Le Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme à cette nouvelle typologie fait que le Musée

  • fournisse les visiteurs des instruments technologiques leur permettant d’apprendre des informations sans se rendre au bâtiment central; et qui permettra au Musée de redevenir un lieu de découverte personnelle.
  • établisse des nouveaux liens entre les institutions de mémoire collective y compris les musées, les bibliothèques et les archives.

Cette nouvelle muséologie réinterprète le concept de patrimoine et  propose une analyse systématique de la réalité du musée donnant la priorité aux personnes ou communautés sur les objets et considérant le patrimoine comme un outil au service du développement de la société. Tout ce processus est nommé par Huges de Varine comme la décolonisation de la muséologie.

Le Musée de la Mémoire et les Droits de l’homme ne propose pas simplement des choses à voir, mais fait participer les sujets du patrimoine au processus de muséalisation de ces choses. C’est la structuration d’une pratique muséologique qui est aussi une pratique de vie et une pratique sociale où les échanges entre mémoire individuelle et mémoire collective sont permanents.

Contact: Enrique Fernández Domingo

E-mail: enrique.fernandez@yahoo.fr

APPEL À COMMUNICATIONS : « La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIe siècles) »

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine     Afficher l'image d'origine

APPEL À COMMUNICATIONS

La Nation en fête en Amérique latine (XIX-XXIe siècles)

Nanterre, vendredi 7 avril 2017

Journée d’étude organisée par Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) et Natalia Molinaro (Université de Paris 8)

Dans le cadre de cette journée d’études intitulée « La Nation en fête en Amérique latine », nous souhaitons prolonger une première réflexion menée conjointement par les équipes du Grecun de l’UPOND (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) et ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sur les notions de fêtes et de célébrations nationales en Amérique latine (revue Alhim n° 33 à paraître, premier semestre 2017).

La fête, en tant que pratique collective, va de pair avec la construction d’imaginaires nationaux. Pensées comme des récits créés de toute pièce par les institutions et/ou les différents groupes sociaux pour rassembler les citoyens autour d’un socle commun, les fêtes et cérémonies nationales renferment des tensions déterminées par les enjeux du présent. Si la Nation est vécue et contée par ses fêtes, les fêtes nationales construisent et sont imaginées pour la Nation. Cette journée d’études s’inscrit dans le sillage des études déjà menées par de nombreux chercheurs (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, et bien d’autres). Il s’agira cependant ici d’accorder une place prépondérante aux acteurs et aux témoins, ainsi qu’aux différents espaces de célébration et contre-célébration. Tout en poursuivant notre exploration des différents procédés de construction du « corps national » en Amérique latine, nous analyserons tout particulièrement le rôle des participants (État, associations, groupes sociaux, etc.), le choix des différentes symboliques (hymnes, chants, drapeaux, figures patriotiques, etc.), le choix des espaces (lieux, monuments, statues, etc.) et la fonction des temps (calendriers civiques, dates spécifiques de commémoration, etc.). Ainsi les différentes communications pourront s’inscrire dans les quatre axes suivants :

Axe 1 : Les célébrations officielles de la Nation

Les fêtes nationales constituent un enjeu pour le pouvoir qui en contrôle le contenu et la diffusion. Nous nous intéresserons dans un premier temps aux pratiques « officielles », aux modèles de célébration qui « donnent à voir » une homogénéisation et une « supposée » unité du corps social. Nous nous attacherons à l’étude de la mise en scène du national par l’État et/ou les institutions officielles en interrogeant tout particulièrement les différentes formes et manières que peuvent revêtir certaines célébrations nationales. Quels sont les espaces de célébration ? Quels sont les procédés et représentations choisis pour mettre en valeur la nation ? Quels sont les symboles et valeurs transmis ? Dans quelles mesures ces célébrations ont un pouvoir efficace de transmission de l’idéologie nationale ? En quoi produisent-elles de l’identité pour cette nation et contribuent-elles à créer ou raviver, du moins pour quelques temps, un sentiment d’appartenance collective ?

Axe 2 : Quand la Nation se célèbre ailleurs.

Le second axe concernera les pratiques transnationales de célébration. Si l’État est l’un des principaux ordonnateurs, il s’agira de démontrer que la nation peut se fêter « ailleurs ». Comment la nation est-elle célébrée au-delà de ses frontières ? Quelles en sont les frontières et limites ? Cet axe est particulièrement ouvert aux études portant sur les célébrations organisées par des institutions (réseaux diplomatiques, fondations, etc.) ou associations en dehors des frontières nationales. Il entend mettre l’accent sur la fabrique de nouveaux espaces publics de célébrations, sur les nouvelles formes de sociabilités officielles/associatives qui permettent de fêter et de partager cette communauté de destins.

Axe 3 : Les célébrations « en marge » et contre-célébrations

Cet axe propose de revenir sur les pratiques « parallèles », situées « en marge » des célébrations officielles, ou pensées par opposition à celles-ci. Il s’agira de montrer en quoi ces pratiques proposent d’autres lectures du national, instituent un autre ordre – ou désordre – et contribuent, par là-même, à définir ou redéfinir l’identité nationale. Cet axe nous amènera à nous poser d’autres questions telles que : qui sont les célébrants et contre-célébrants ? Quelles sont les appropriations et/ou réappropriations du récit national et ses symboles ? En quoi ces pratiques « parallèles » de célébration peuvent-elles être considérées comme des pratiques « transgressives » tout en contribuant, par certains détournements, à donner ses contours à l’événement officiel ? Les communications pourront également aborder la question des rapports de force, de pouvoir et luttes pour récupérer le fait national (rapports de hiérarchie, de division entre les différents célébrants, enjeux, etc.).

Axe 4 : La Nation « contée ». Récits de célébrations

Il s’agira dans cet axe d’analyser le rôle des différents écrits dans la construction du sentiment national et d’une mémoire de l’événement.  À travers les récits, que ce soit en littérature (romans, romans nationaux, nouvelles, récits autobiographiques, etc.), dans des revues ou dans la presse, nous pourrons nous demander : comment ces récits représentent-ils la nation en fête ? Comment singularisent-ils les célébrations ? Quelles sont les places accordées aux événements phares de l’histoire nationale ? Comment les mots mettent-ils en scène, et par la même, construisent la mémoire nationale ? Quels enjeux de pouvoir enferment-ils ? En quoi cette mémoire est-elle une mémoire choisie, sélective ? En somme, quels sont les nouveaux contours de cette « Nation contée » ?

Modalités pratiques :

Les propositions de communication (moins de 500 mots, bibliographie et titre compris ainsi qu’un court CV) doivent être envoyées avant le 31 janvier 2017.

Calendrier  :

  • 31 janvier 2017 : date-butoir pour l’envoi des propositions
  • Février 2017 : annonce des propositions retenues
  • 7 avril 2017 : journée d’étude

Contacts :

Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) dlehmann@u-paris10.fr

Natalia Molinaro (Université de Paris 8) natalia.molinaro@laposte.net

___________________________________________________________________________

CONVOCATORIA

Festejando la Nación en América latina (siglos XIX-XXI)

Nanterre, viernes 7 de abril de 2017

Jornada de Estudios organizada por Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre – La Défense) y Natalia Molinaro (Université de Paris 8)

En el marco de esta Jornada de Estudios proponemos profundizar la reflexión iniciada por el grupo de investigación del GRECUN del UPOND (Groupe État, Culture, Nation – https://grecun.hypotheses.org/) y el grupo ALHIM de Paris 8 (Amérique Latine, Histoire, Mémoire – https://alhim.hypotheses.org/) sobre las nociones de fiesta y de celebraciones nacionales en América latina (revista Alhim N° 33 en preparación, primer semestre 2017).

La fiesta como práctica colectiva acompaña la construcción de imaginarios nacionales. Concebidas desde las instituciones y/o los diferentes grupos sociales como relatos cuyo objetivo es reunir a los ciudadanos alrededor de un objeto en común, las fiestas y ceremonias nacionales encierran las tensiones del presente. La Nación es vivida y contada por sus fiestas, y las fiestas nacionales construyen y son imaginadas para la Nación. Esta Jornada de Estudios sigue el planteamiento de las numerosas investigaciones sobre estos temas (Eric Hobsbawm, Anne-Marie Thiesse, Patrick Garcia, Mona Ozouf, etc.), pero proponemos enfocarnos en los actores y los testigos, así como en los espacios de celebración y contra-celebración. Seguiremos explorando los distintos procesos de construcción de un “cuerpo nacional” y analizaremos también el papel de los participantes (Estado, asociaciones, grupos sociales, etc.), la(s) (s)elección(es) de distintas simbólicas (himnos, cantos, banderas, figuras patrióticas, etc.), la función de los espacios (sitios, monumentos, estatuas, etc.), así como la de los tiempos (calendarios cívicos, fechas específicas de conmemoración, etc.). Las propuestas de comunicación deberán inscribirse en alguna de las cuatro grandes líneas temáticas explicitadas seguidamente:

Línea temática 1: Las celebraciones oficiales de la Nación

Las fiestas nacionales son centrales para el poder, que controla los contenidos y la difusión. Consideraremos primero las prácticas “oficiales”, los modos de celebrar que “dan a ver” una homogeneización y una “supuesta” unidad del cuerpo social. Estudiaremos la puesta en escena de lo nacional por el Estado y/o las instituciones oficiales, interrogando más particularmente las distintas formas que pueden tomar algunas celebraciones nacionales. ¿Cuáles son los espacios de celebración? ¿Qué procedimientos y representaciones se eligen para valorizar la nación? ¿Cuáles son los símbolos y los valores que se transmiten? ¿En qué medida tienen estas celebraciones un poder de transmisión eficiente de la ideología nacional? ¿Cómo producen identidad para la nación y contribuyen en crear o reactivar un sentimiento de pertenencia colectiva?

Línea temática 2: Cuando la Nación se celebra en otras partes.

El segundo eje tratará de las prácticas transnacionales de celebración. Aunque suele ser el Estado el que genera la celebración, trataremos de mostrar que la nación también puede festejarse en otros espacios. Serán privilegiados en particular los estudios y análisis dedicados a las celebraciones no sólo organizadas por instituciones (redes diplomáticas, fundaciones, etc.) sino también por asociaciones fuera de las fronteras nacionales. Nos centraremos en la construcción de nuevos espacios públicos de celebración, en las otras formas de sociabilidad (oficiales o asociativas) que permiten festejar y compartir un mismo sentimiento de pertenencia a una comunidad de destino.

Línea temática 3: Celebraciones “al margen” y contra-celebraciones

En este eje volveremos sobre las prácticas “paralelas”, situadas “al margen” de las celebraciones oficiales, o pensadas en oposición a las fiestas oficiales. Veremos cómo estas prácticas proponen otras lecturas de lo nacional, instituyendo otro orden – o desorden  – y contribuyendo por lo tanto en una (re)definición de la identidad nacional. En este eje nos preguntaremos: ¿quiénes son los celebrantes y contra-celebrantes? ¿Cuáles son las apropiaciones y/o reapropiaciones del relato nacional y de sus símbolos? ¿En qué medida estas prácticas “paralelas” de celebración pueden considerarse como “transgresivas”, al mismo tiempo que van dando su forma al acontecimiento oficial, mediante apropiaciones, reapropiaciones y desvíos? Las comunicaciones podrán también abarcar los temas de luchas de poderes y tensiones por la recuperación del hecho nacional (jerarquías, divisiones, etc.).

Línea temática 4: La nación “contada”. Relatos de celebración

En esta mesa se analizará el papel de la producción escrita en la construcción de un sentimiento nacional, así como de una memoria del acontecimiento. ¿Cómo se representan las fiestas nacionales en los relatos, sean éstos literarios (novelas, relatos autobiográficos, etc.) o periodísticos (prensa, revistas)? ¿Cómo singularizan dichos relatos la celebración? ¿Qué lugar ocupan los hitos de la historia nacional? ¿En qué medida contribuyen las palabras en reproducir lo vivido y, participan de este modo en la construcción de una memoria nacional? ¿En qué medida se trata de una memoria selectiva? ¿Qué luchas de poderes reflejan? ¿Por qué constituyen estos relatos una segunda puesta en escena de la celebración? Finalmente, ¿cuáles son los contornos de la “nación contada”?

Modalidades prácticas:

Las propuestas (menos de 500 palabras, incluyendo el título de la comunicación, la bibliografía, y un corto currículo) deben ser enviadas antes del 31 de enero de 2017.

Calendario:

  • 31 de enero de 2017: Envío de propuestas
  • Febrero de 2017: Respuesta del Comité de organización
  • 7 abril de 2017: Jornada de Estudios

Contactos: 

Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) dlehmann@u-paris10.fr

Natalia Molinaro (Université Paris 8) natalia.molinaro@laposte.net

Professeur invité: Felipe PEREZ CRUZ (Université de Sciences Pédagogiques « Enrique Jose Varona », La Havane)

entrada-univ-paris-8

Felipe PEREZ CRUZ (La Havane, 1955) est professeur à l’Université de Sciences Pédagogiques « Enrique Jose Varona » de La Havane. Il est titulaire d’un doctorat sur l’histoire de l’éducation à Cuba et l’Amérique latine et spécialiste en sciences de l’éducation spécialement dans le domaine de la pédagogie.

cv-et-liste-de-publications-de-felipe-perez-cruz

Invité du 18 octobre au 18 novembre 2016 par le département d’Etudes hispaniques et hispano-américaines de l’Université Paris 8 et le groupe de recherche ALHIM, notre collègue historien renouvelle un ancien lien d´amitié et de coopération scientifique entre notre université et ses homologues cubains.

Les deux dernières publications de notre collègue sont Los indomericanos en Cuba. Estudios abiertos al presente (2014) et Cuba en el movimiento independentiste nuestroamericano (2013).

http://www.filososia.cu/contemp/Felipe.htm

texto-fidel-patria-o-muerte-venceremos

PROGRAMME

Lundi 17 octobre 2016

L2 LLCER espagnol  Histoire et civilisations d’Amérique latine
La Revolución cubana: causas y proceso histórico

texto-afrocubania-y-afrodescendencia-tesis-para-debatir-equivocarnos-acertar-y-repensar

texto-cuba-utopias-realidades-y-posibilidades texto-aponte-primer-intelectual-organico-del-movimiento-revolucionario

texto-aponte-primer-intelectual-organico-del-movimiento-revolucionario

Horaire: 10h30-12h00 Lieu: Université Paris 8 Salle A 093

Mardi 25 octobre 2016

Máster 2 MC2L
Culturas y medias aplicadas a Cuba
Horaire: 10h30-12h00 Lieu: Université Paris 8 Salle B 310

Mercredi 26 octobre 2016

Master 1 Histoire-Master 2 MEEF
Corrientes en la historiografía latinoamericana contemporánea

texto-la-lucha-ideologica-en-cuba-el-campo-de-la-historia-aspectos-de-la-guerra-que-se-nos-hace

texto-joseph-chatoyer-primer-heroe-nacional-de-san-vicente-y-las-granadinas

Horaire: 12h00-13h30 Lieu: Université Paris 8 Salle B 307
¿Cómo se forman los profesores en Cuba?

texto-el-maestro-y-la-maestra-como-educadores-una-irrenunciable-mision-social

texto-el-dominio-del-conocimiento-un-asunto-educacional-de-maxima-prioridad-politica

texto-rebelion-la-ensenanza-de-la-filosofia-marxista-en-cuba

Horaire: 13h30-15h00 Lieu: Université Paris 8 Salle B 307

Vendredi 29 octobre 2016

L3 LLCER espagnol  Histoire des pays latino-américains
Análisis de casos en el Caribe
Horaire: 9h00-10h30 Lieu: Université Paris 8 Salle B 211
L3 LLCER espagnol  Analyse filmique Amérique latine
Fresa y Chocolate: Homosexualidad y ética humanista
Horaire: 12h00-13h30 Lieu: Université Paris 8 Salle B 310

Lundi 7 novembre 2016

Département d’études hispaniques et hispano-américaines

reunion-pedagogica

Felipe Pérez Cruz en el departamento de estudios hispánicos e hispanoamericanos

Sobre los métodos de enseñanza en las universidades cubanas

texto-paulo-freire-y-la-revolucion-cubana-reflexiones-para-las-urgencias-de-la-praxis

texto-la-ensenanza-de-la-filosofia-marxista-en-cuba-pensar-hablar-y-obrar-bien

texto-la-ensenanza-de-la-filosofia-marxista-en-cuba-desmitificar-los-mitos-del-dogma

Horaire: 15h00-18h00 Lieu: Université Paris 8 Salle B 313

Mardi 8 novembre 2016

Máster 2 MC2L
Medias et politique. Amérique Latine
Horaire: 13h30-15h00 Lieu: Université Paris 8 Salle B 305

 Jeudi 10 novembre 2016

Département des Sciences de l’éducation-EA 4384 : Centre interdisciplinaire de recherche, culture, éducation, formation et travail (CIRCEFT)
Master-Doctorat: Histoire des éducations
Séminaire L’enfant moderne 
El “niño de la revolución” y el sistema educativo cubano (traduction français)

texto-raices-historicas-del-proyecto texto-la-campana-de-alfabetizacion-en-cuba

texto-la-campana-de-alfabetizacion-en-cuba

Moderateur: Mathias Gardet
Discutant: Vicente Romero
Horaire: 15h00-18h00 Lieu: Université Paris 8

Mercredi 16 novembre 2016

L1 LLCER espagnol  Initiation à la culture hispanique
El Caribe antes de 1492 (panorama histórico-cultural)
Horaire: 10h30-12h00 Lieu: Université Paris 8 Salle B 006

Vendredi 18 novembre 2016

Séminaire ALHIM

intercambio-paris-8

Felipe Pérez Cruz en el Seminario ALHIM

affiche-seance-seminaire-alhim-25-novembre-2016

affiche-conference-felipe-cruz-18-11-2016-seminaire-alhim

Los indoamericanos en Cuba, una crítica a la colonialidad del saber

Horaire: 15h30-17h00 Lieu: Université Paris 8 Salle D143

El profesor Pérez Cruz presentó en la sesión del 18 noviembre de nuestro seminario las tesis fundamentales que han estructurado los trabajos contenidos en el libro Los Indoamericanos en Cuba. Estudios abiertos al presente (2014). Estas tesis se presentan gracias al intercambio universitario multidisciplinario que se realiza en el seno del grupo de estudios de la UNHIC. Los criterios que han fundamentados las tesis de estudio son de carácter político-culturales surgidos de estos debates internos.

ViviLnk

El profesor Felipe Pérez Cruz en la Universidad de Paris 8

El sujeto de estudio es el rescate del universo aborigen en Cuba estudiado a partir de un instrumental conceptual marxista y martiano. Los puntos de partida son:

  • La persistencia de la colonialidad más allá de la dominación política y económica del colonialismo moderno y su variante neocolonial.
  • La matriz eurocéntrica como núcleo de la colonialidad del saber presente y persistente en las ciencias sociales cubanas.
  • El análisis de la producción de los años 1990 partiendo del concepto de la colonialidad del Poder, del Saber y del Ser.

El eje de la reflexión es la “racialidad”: existencia de un racismo estructural en el orden político, del saber y del conocimiento desde el mito de la modernidad y de la posmodernidad. Los referentes teóricos son una ruptura epistemológica basada en los trabajos de Pierre Bourdieu y la concepción gramsciana sobre la hegemonía, los retos de carácter ideológico-político y las demandas históricas y de cotidianidad.

La obra pone en cuestión las categorías “indocubano”, “prehispánico”, “precolombino”, “prehistórico” en favor de términos y conceptos como “indígena” y “aborigen”. Se propone repensar y reflexionar el mundo indígena en la historiografía actual a partir de la reinterpretación de los epistemes “descubrimiento” y “conquista” desde una perspectiva emancipadora.

texto-encuentro-de-civilizaciones

texto-felipe-perez-cruz-los-indoamericanos-actualicemos-el-tema

texto -la historia que nos quieren robar: http://www.rebelion.org/noticia.php?id=99255

Contact: Vicente Romero/Felipe Pérez Cruz

E-mail: viromeroes@yahoo.es/Felipe@cubarte.cult.cu/felipepc6755@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

APPEL A CONTRIBUTION : Journée d’étude « Les mises en scène de l’événement »

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Journée d’étude

Les mises en scène de l’événement

27 avril 2017

Équipe de Recherche Interlangues Mémoires Identités Territoires (EA 4327), Rennes 2

Composante  REcherches sur les Espaces Hispanophones et Lusophones (REEHL)

Présentation

Cette troisième journée d’étude ( JE 1  » L’après-coup de l’événement » ; JEII « Une lecture globale de l’événement local ») se propose de poursuivre la réflexion sur « L’événement et sa transmission » en se  penchant sur les mises en scène de l’événement[1].

Cette perspective est double car elle s’appuie sur deux pôles, le pôle de la production et celui de la réception. Le premier pôle englobe différents domaines, l’espace public, l’espace économique, les médias, les arts au sens large, les institutions, l’école par exemple. Le second convoque différents destinataires: le citoyen, le lecteur, le consommateur, l’élève.

La mise en scène de l’événement s’inscrit dans une triple temporalité (passé, présent, futur) qui peut répondre à un dessein politique ou à une attente d’un public donné. L’événement se (ré)actualise  selon un contexte et des conditions particulières (raisons politiques, éthiques, économiques) tout en accordant une place prépondérante à sa réception. La mise en scène devient elle-même événement.

Les études proposées s’inscriront dans l’aire ibérique et ibéro-américaine.

Organisation

Toute proposition, accompagnée d’un résumé (400 mots) et d’un bref CV, devra être adressée avant le 16 décembre.

Contact :   Nathalie Ludec : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

[1] – Patrick Charaudeau, Le discours d’information médiatique: la construction du miroir social, Paris, Nathan, 1997.

– Michel de Certeau, « Pour une nouvelle culture. Le pouvoir de parler», Études 5/2008 (Tome 408), p. 628-635.

– Barthélémy Michel, « Événement et espace public : l’affaire Carpentras », In: Quaderni, n°18, Automne 1992. Les espaces publics. pp. 125-140. DOI : 10.3406/quad.1992.975  www.persee.fr/doc/quad_0987-1381_1992_num_18_1_975

 

APPEL A CONTRIBUTION : Revue Amerika (Mémoires, identités, territoires) n° 16 (premier semestre 2017)

 

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

AMERIKA

Mémoires, identités, territoires

amerika-16-2017-1-appel-convocatoria

Appel à contributions

La revue Amerika (Mémoires, identités, territoires) de l’Université de Rennes 2, consacre un de ses prochains dossiers   (2017, premier semestre, numéro 16) à l’analyse de :

« Les féminismes en Amérique latine et dans les Caraïbes (XXe-XXIe s) : identités et enjeux »

Thème et problématique :

La lutte pour l’émancipation des femmes  est un processus lent qui s’est développé en vagues successives. Le féminisme latino-américain des années 70 et 80, marqué par des influences européennes et nord-américaines, est majoritairement composé de femmes des classes moyennes, mais peu à peu ses militantes se rapprochent des mouvements populaires où les femmes sont engagées sur le plan politique, syndical, religieux. La phase révolutionnaire et radicale fait place ensuite à une professionnalisation et une institutionnalisation  du féminisme dans les années 90 qui amorcent la vague « ONUsienne » du « genre », selon J. Falquet (2007), marquée par un engouement pour le concept de « genre ». Parallèlement, s’organisent des rencontres féministes continentales qui témoignent d’un féminisme panaméricain, (1981, à Bogota (Colombie); 1983, Lima (Pérou); 1985, Bertioga (Brésil); 1987, à Taxco (Mexique); 1990 San Bernardo (Argentina), etc.[1])  (Landa, 2016).

Depuis l’euphorie des années 70, en passant par l’institutionnalisation des années 80-90 et son essoufflement des années 2000, le féminisme latino-américain s’inscrit depuis le début du XXIe s. dans une double proposition politique, à la fois autour d’un socle commun, de questions non résolues (les droits reproductifs, une maternité et une sexualité libres, la lutte contre la violence) et de nouvelles propositions qui se déclinent selon une perspective de classe et d’ethnie, de la part des féministes indiennes et afro-descendantes, sous un angle décolonial.

L’objectif de ce dossier est d’étudier les différentes modalités d’expression (cyberféminisme, marches pacifiques, activisme public) et manifestations du féminisme latino-américain ainsi que ses représentations (arts visuels, littérature, médias) dans ses particularités actuelles, en tâchant d’évaluer les résistances qui proviennent de la société civile et/ou des institutions. Il ne s’agit pas ici de retracer l’histoire du féminisme latino-américain mais d’analyser ce qui constitue aujourd’hui son identité, sa spécificité, à l’échelle nationale ou continentale, à travers ses mobilisations et ses représentations, dans un contexte politique et économique déterminé.

Références:

  • Curiel, J. Falquet, S. Masson, « Editorial ». Nouvelles Questions Féministes : Féminismes dissidents en Amérique latine et aux Caraïbes, Vol. 24,2005, n° 2, pp. 4-13.
  • Falquet Jules, « Le mouvement féministe en Amérique latine et aux Caraïbes. Défis et espoirs face à la mondialisation néo-libérale», Actuel Marx 2/2007 (n° 42), p. 36-47
    URL:cairn.info/revue-actuel-marx-2007-2-page-36.htm.
    DOI : 10.3917/amx.042.0036.
  • Mélanie Landa,  » Rescatando al feminismo en América  Latina », Centre tricontinental, CETRI, Louvain, 22 avril 2016; http://www.cetri.be/Rescatando-al-Feminismo-en-America
  • Verschuur Christine, Destremau Blandine, « Féminismes décoloniaux, genre et développement. Histoire et récits des mouvements de femmes et des féminismes aux Suds», Revue Tiers Monde 1/2012 (n°209), p. 7-18,

URL:www.cairn.info/revue-tiers-monde-2012-1-page-7.htm.
DOI : 10.3917/rtm.209.0007.

Langues utilisées : espagnol, français, anglais, portugais.

Un résumé de 500 mots environ devra nous être adressé avant le 20 Décembre 2016

Merci de mentionner vos coordonnées professionnelles et de joindre un CV succinct (liste de vos publications des 5 dernières années).

Contact :  Nathalie Ludec : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Les articles définitifs (40 000 signes au maximum) seront à remettre avant le 15 mai 2017

Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit s’accompagner de la demande autorisation à l’ayant droit.

NORMES DE PUBLICATION : http://amerika.revues.org/749   

CALENDRIER :

  • 20 Décembre 2016 : réception de propositions
  • 15 Janvier  2017 : acceptation de propositions
  • 1er Avril 2017 : réception des articles selon les normes de publication transmises / évaluation et correction des articles
  • 15 Mai 2017 : réception définitive des articles pour publication

___________________________________________________________________________

Convocatoria

https://amerika.revues.org/7396

La revista Amerika  de la Universidad de Rennes 2 dedica uno de sus próximos dosieres (2017 primer semestre, número 16) al análisis de:

 » Los feminismos en Latinoamérica y el Caribe (s.XX-XXI) : identidades y retos »

Tema y problemática :

La lucha por la emancipación de las mujeres es un proceso lento marcado por olas sucesivas. El feminismo de los años 70 y 80, influenciado por el pensamiento europeo y norteamericano, se compone, en su mayoría, de mujeres de las clases medias altas, pero sus militantes van aproximándose a los movimientos populares en los que las mujeres ejercen un compromiso político, sindical, religioso. La fase revolucionaria y radical deja lugar a una profesionalización y una institucionalización del feminismo en los años 90, que anuncian la ola del « género » (Falquet, 2007). Paralelamente, se organizan encuentros feministas continentales que reflejan un feminismo panamericano (1981,  Bogota (Colombia); 1983, Lima (Perú); 1985, Bertioga (Brasil); 1987, Taxco (México); 1990 San Bernardo (Argentina), etc.[2])  (Landa, 2016).

Después de la euforia de los años 70, pasando por la institucionalización de los años 80 y 90, y la atonía de los años 2000, el feminismo latinoamericano se sitúa desde los principios del siglo XXI en una propuesta política doble: la primera sigue debatiendo cuestiones no resueltas (los derechos reproductivos, la maternidad libre, la lucha contra la violencia) y la segunda se abre sobre una perspectiva étnica y de clase ( indígena, afrodescendiente).

El objetivo de este número de Amerika es medir las diferentes modalidades de expresión  y manifestaciones del feminismo latinoamericano (ciberfeminismo, marchas pacíficas, activismo callejero) así como sus representaciones (artes visuales, literatura, medios de comunicación) en sus particularidades actuales, midiendo las resistencias de la sociedad civil y de las instituciones   Estado, Iglesia).

No se trata de contar la historia del feminismo latinoamericano sino analizar lo que constituye hoy su identidad, su especificidad, a escala nacional o continental, a través de sus mobilizaciones y manifestaciones dentro de un contexto político y económico determindo.

Références:

  • Curiel, J. Falquet, S. Masson, « Editorial ». Nouvelles Questions Féministes : Féminismes dissidents en Amérique latine et aux Caraïbes, Vol. 24,2005, n° 2, pp. 4-13.
  • Falquet Jules, « Le mouvement féministe en Amérique latine et aux Caraïbes. Défis et espoirs face à la mondialisation néo-libérale», Actuel Marx 2/2007 (n° 42), p. 36-47
    URL:cairn.info/revue-actuel-marx-2007-2-page-36.htm.
    DOI : 10.3917/amx.042.0036.
  • Mélanie Landa,  » Rescatando al feminismo en América  Latina », Centre tricontinental, CETRI, Louvain, 22 avril 2016; http://www.cetri.be/Rescatando-al-Feminismo-en-America
  • Verschuur Christine, Destremau Blandine, « Féminismes décoloniaux, genre et développement. Histoire et récits des mouvements de femmes et des féminismes aux Suds», Revue Tiers Monde 1/2012 (n°209), p. 7-18,

URL:www.cairn.info/revue-tiers-monde-2012-1-page-7.htm.
DOI : 10.3917/rtm.209.0007.

Idiomas utilizados : español, francés, inglés, portugués.

Un resumen de unas 500 palabras deberá ser enviado antes del 20 de diciembre de 2017

Contacto : Nathalie Ludec  nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Anexo al resumen se deberán mencionar sus datos profesionales y un breve CV (lista de sus publicaciones de los últimos cinco años).

Los artículos definitivos (40 000 signos lo máximo) serán transmitidos antes del 15 de mayo de 2017

Tras ser aceptada la propuesta, el artículo será sometido a la valoración de especialistas que determinarán el carácter científico del método y del contenido. En cuanto sea aceptado el artículo, el autor se compromete a ceder su exclusividad a la revista y a autorizar su publicación en línea. En caso de no respeto de las normas de publicación el artículo será reenviado al autor para realizar los cambios obligatorios y necesarios. En caso de plagio, los autores serán considerados los únicos responsables. En cuanto a la integración de fotos o fotogramas, para acatar las leyes de autor, se requiere la autorización del derechohabiente.

NORMAS DE PUBLICACIÓN :  http://amerika.revues.org/749  

 CALENDARIO :

  • Diciembre 20, 2017 : recepción de propuestas
  • Enero 15, 2017 : aceptación de las propuestas
  • Abril 1, 2017 : recepción de artículos en extenso bajo los criterios editoriales señalados/Envío de dictámenes de los artículos a los autores para su corrección.
  • Mayo 15, 2017: recepción de artículos definitivos para dar cuerpo a la revista.

[1] Fuente Mujeres Latinoamericanas en cifras, FLACSO, Teresa Valdés, Do lo social a lo político: la acción de las mujeres latinoamericanas , Santiago, Ed LOM, 2000, p.73

[2] Fuente Mujeres Latinoamericanas en cifras, FLACSO, Teresa Valdés, Do lo social a lo político: la acción de las mujeres latinoamericanas , Santiago, Ed LOM, 2000, p.73

Journée d’études « El relato de viaje en/entre Europa e Hispano-América »

JOURNEE D’ETUDES

El relato de viaje en/entre Europa e Hispano-América

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Mardi 11 octobre 2016

Mail de mèches, Maison de Langues, Salle L1 – 107

Université Paris Est–Créteil

el-relato-de-viaje-affiche
9h00 Accueil des participants
9h30 Ouverture de la journée d’étude par Anne-Lise Humain-Lamoure, Doyenne de l’UFR de Lettres, Langues et Sciences Humaines, UPEC, et Sylvie Le Moel, co-directrice du laboratoire IMAGER (EA 3958)
10h00 Atelier 1/Présidence : Laura Gentilezza (Université Paris Est-Créteil)
Viajes textuales, viajes míticos, viajes imaginarios en Ficciones de Borges                                                                                                                   Graciela Villanueva (Université Paris Est-Créteil)
El paisaje como construcción cultural: la mirada de los viajeros europeos sobre el Titicaca (siglo XIX)                                                           Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8/LER-ALHIM)
García Márquez y el río Magdalena: relatos de un mismo viaje     Iván Jiménez (Université Paris Est-Créteil / ESPE)
12h30 Pause Déjeuner
14h30 Atelier 2/Présidence : Benoît Coquil (Université Paris Est-Créteil)
¿Adónde va René Saavedra con su skate por las calles de Santiago? (Pablo Larraín, No, 2012). Algunas perspectivas del relato de viaje en el cine contemporáneo                                                                                     Sergio Delgado (Université Paris Est-Créteil)
Conquista, espacio y viaje: la emergencia de los relatos corporales (Siglo XVI)                                                                                                                      Loreley El Jaber (Universidad de Buenos Aires/CONICET)
El viaje de Rodolfo Walsh a « La isla de los resucitados » 1966. La crónica periodística entre la noticia, la literatura y la alegoría etnográfica                                                                                                           Cristina Iglesia (Universidad de Buenos Aires)

Journée d’étude du Réseau d’Études Visuelles Hispaniques « NO, Film de Pablo Larraín. Un regard controversé de sur la transition chilienne »

Afficher l'image d'origine

Journée d’étude du Réseau d’Études Visuelles Hispaniques « NO, Film de Pablo Larraín. Un regard controversé de sur la transition chilienne »

Vendredi 7 octobre 2016

9H00 – 17H00 Colegio de España

Cité Internationale Universitaire de Paris

programme-no-7-10-16
PROGRAMME
Matinée
Modératrice : Pascale Thibaudeau (Université Paris 8)
9h00  Ouverture de la journée                                                                                             Jacques Terrasa (Université Paris-Sorbonne)
9h30 No, ou la transition vers… la continuité ?                                                         Franck Gaudichaud (Université Stendhal Grenoble 3) et                          Antoine Faure (Universidad Finis Terrae)
10h00 No : réception d’une « révélation brutale » au Chili                                     Eva-Rosa Ferrand Verdejo (Université Paris-Sorbonne)
10h30 No et ses sources : oblitération, reprise et détournement de                 quelques antécédents artistiques                                                                        Stéphanie Decante (Université Paris-Ouest Nanterre)
11h00 Denuncia y resistencia política en los colectivos                                          documentales durante la dictadura chilena.                                                  Experimentación artística, contrainformación y                                        educomunicación comoformas de activismo audiovisual                        Paola Lagos (Universidad de Chile)
11h45 Débat
Après-midi
Modératrice : Isabelle Prat (Université Cergy-Pontoise)
14h30 De l’empathie libératrice à la mise à distance:                                               l’ambivalence de la musique dans No                                                                 Marianne Bloch-Robin (Université de Lille 3)
15h00 No ou comment éclairer la nuit chilienne                                                        Michèle Arrué (Université Paris 8)
15h30 Instabilité de l’énonciation et effets de brouillage dans No                    Pascale Thibaudeau (Université Paris 8)
16h00 Débat
17h00 Clôture de la journée

Les Cahiers Alhim (Amérique latine Histoire et Mémoire) n° 31

Les Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8,  viennent de publier :

 « Femmes latino-américaines en contextes de migrations : partir, rester, revenir »,   n°31, 2016, sous la direction de Virginie Baby-Collin ( Université Aix Marseille) et Anna Perraudin (Université Paris 7-URMIS ) ; https://alhim.revues.org/5406

Présentation:

À la longue invisibilité féminine dans les processus migratoires à l’échelle historique, ont succédé des travaux récents montrant de quelle façon les femmes ont participé, et participent de plus en plus, aux mobilités internes comme internationales. Leurs profils se sont diversifiés : en termes de générations, de niveaux de qualification et d’emploi exercé (avec une importance particulière des emplois liés à l’économie du care), de motivations, de configurations familiales. Les origines et les destinations des flux se sont complexifiés, des échelles nationales aux mobilités et circulations internationales, entre pays latino-américains, entre Amérique latine et Amérique du nord, mais aussi d’autres régions du monde vers les Amériques. Ce dossier ALHIM présentera des travaux de recherches en sciences sociales autour de quatre thématiques :

  • La mesure et la caractérisation de la migration des femmes dans les Amériques ;
  • L’enjeu de l’emploi féminin des migrantes ;
  • Femmes et reconfigurations familiales transnationales ;
  • La migration féminine comme source d’empowerment et mode d’agency  ou bien simple maillon d’une chaine de développement inégal caractéristique du capitalisme global dans la mondialisation

***

Los  Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et mémoire) acaban de publicar

 « Femmes latino-américaines en contextes de migrations : partir, rester, revenir », n°31, 2016, sous la direction de Virginie Baby-Collin ( Université Aix Marseille) et Anna Perraudin (Université Paris 7-URMIS ) ; https://alhim.revues.org/5406

Presentación:

La migración femenina se mantuvo invisible durante mucho tiempo a escala histórica, hasta que trabajos recientes comenzaron a mostrar la manera como las mujeres han participado, y participan cada día mas, en procesos de migraciones tanto internas como internacionales. El perfil de las mujeres migrantes se ha diversificado, en términos de generación, de niveles de calificación y de empleo (con una importancia creciente de empleos vinculados con la economía del care), de motivación y de configuración familiar. Los orígenes y los destinos de los flujos se vuelven cada día más complejos, de escalas nacionales a movilidades internacionales, desarrollándose lazos transnacionales y circulaciones entre países latino-americanos, entre América latina y América del Norte, hasta otras regiones del mundo (Europa en particular), y desde otras regiones del mundo hacia las Américas. Este número ALHIM presentará trabajos de investigación en ciencias sociales en torno a cuatro ejes de reflexión:

  • La medida y la caracterización de la migración femenina en las Américas.
  • Los retos que implica el empleo de las mujeres migrantes
  • Mujeres y reconfiguraciones familiares transnacionales
  • La migración femenina como medio de empoderamiento y agencia, o como simple eslabón de una cadena de desarrollo desigual característica del capitalismo en la globalización.

 

APPEL A CONTRIBUTION : Les Cahiers ALHIM n° 33 (premier semestre 2017)

APPEL A CONTRIBUTION

Publication Les Cahiers ALHIM n° 33 (premier semestre 2017)

Les Cahiers ALHIM (Amérique Latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8, Vincennes Saint-Denis, consacrent un de leurs prochains dossiers à :

La Nation en fête en Amérique latine (XIXe-XXIe siècles)

Coordinatrices : Coordinadoras: Dalila Chine y Natalia Molinaro

Dans ce numéro, nous invitons à penser la Nation en Amérique latine à partir de ses différentes célébrations.

Premier axe : Les célébrations officielles de la Nation

Les fêtes nationales constituent un enjeu pour le pouvoir qui en contrôle le contenu et la diffusion. Nous nous intéresserons dans un premier temps aux pratiques « officielles », aux modèles de célébration qui « donnent à voir » une homogénéisation et une « supposée » unité du corps social. Nous nous attacherons à l’étude de la mise en scène du national par l’État et/ou les institutions officielles en interrogeant tout particulièrement les différentes formes et manières que peuvent revêtir certaines célébrations nationales. Quels sont les espaces de célébration ? Quels sont les procédés et représentations choisis pour mettre en valeur la nation ? Quels sont les symboles et valeurs transmis ? Dans quelles mesures ces célébrations ont un pouvoir efficace de transmission de l’idéologie nationale ? En quoi produisent-elles de l’identité pour cette nation et contribuent-elles à créer ou raviver, du moins pour quelques temps, un sentiment d’appartenance collective?

Second axe : Quand la Nation se célèbre ailleurs.

Le second axe concernera les pratiques « parallèles » de célébration du national. Si l’État est l’un des principaux ordonnateurs, il s’agira de démontrer que la nation peut se fêter « ailleurs ». Ces célébrations « en marge » proposent d’autres lectures du national, instituent un autre ordre – ou désordre – et sont, par là-même, constitutives de l’identité nationale. Cet axe nous amènera à nous poser d’autres questions telles que : qui sont les autres célébrants ? Quelles sont les appropriations et/ou réappropriations ? Quels détournements ou autres formes de célébrations contribuent paradoxalement à nourrir la fête du national ? En quoi ces pratiques « parallèles » de célébration peuvent-elles être considérées comme des pratiques « transgressives » ?

Langues utilisées : anglais, espagnol, français, portugais.

Un résumé de 500 mots environ devra nous être adressé avant le 15 juillet 2016.

Merci de mentionner vos coordonnées professionnelles et de joindre un CV succinct (liste de vos publications des 5 dernières années).

Contacts : Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) dlehmann@u-paris10.fr, Natalia Molinaro (Université de Paris 8) natalia.molinaro02@univ-paris8.fr

Les articles définitifs (30 000 signes au maximum) seront à remettre avant le 31 octobre 2016.

Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit s’accompagner de la demande autorisation à l’ayant droit.

NORMES DE PUBLICATION : http://alhim.revues.org/2861

CALENDRIER :

15 Juillet 2016 : réception de propositions

05 Septembre 2016 : acceptation de propositions

31 Octobre 2016 : réception des articles selon les normes de publication transmises / Évaluation et correction des articles

18 Décembre 2016 : réception définitive des articles pour publication

___________________________________________________________________________

Publicación Les Cahiers ALHIM n° 33 (primer semestre 2017)

Los cahiers ALHIM (Amérique Latine Histoire et Mémoire) de la Universidad París 8 (Vincennes-Saint Denis) dedican uno de sus próximos números a :

Festejando la Nación en América latina (s. XIX-XXI)

Coordinadoras: Dalila Chine y Natalia Molinaro

En este número, invitamos a pensar la Nación en América latina desde sus distintas celebraciones.

Eje 1: Las celebraciones oficiales de la Nación

Las fiestas nacionales son centrales para el poder, el cual controla sus contenidos y difusión. Consideraremos primero las prácticas “oficiales”, los modos de celebrar que “dan a ver” una homogeneización y una “supuesta” unidad del cuerpo social. Estudiaremos la puesta en escena de lo nacional por el Estado y/o las instituciones oficiales, interrogando más particularmente las distintas formas que pueden tomar algunas celebraciones nacionales. ¿Cuáles son los espacios de celebración? ¿Qué procedimientos y representaciones se eligen para valorizar la nación? ¿Cuáles son los símbolos y los valores que se transmiten? ¿En qué medida tienen estas celebraciones un poder de transmisión eficiente de la ideología nacional? ¿Cómo producen identidad para la nación y contribuyen en crear o reactivar un sentimiento de pertenencia colectiva?

Eje 2: Cuando la Nación se celebra en otras partes.

El segundo eje será dedicado a las prácticas “paralelas” de celebración de lo nacional. Aunque suele ser el Estado el que genera la celebración, trataremos de mostrar que la nación también puede festejarse en otros espacios. Estas celebraciones “al margen” proponen otras lecturas de lo nacional, instituyen otro orden -o desorden- y son, por estas mismas razones, constitutivas de la identidad nacional. En este eje nos preguntaremos: ¿Quiénes son los otros celebrantes? ¿Cuáles son las apropiaciones y/o reapropiaciones? ¿Qué desvíos u otras formas de celebraciones contribuyen paradójicamente en alimentar la fiesta de lo nacional? ¿Pueden ser consideradas estas prácticas “paralelas” de celebración como prácticas “transgresivas”?

Idiomas utilizados: inglés, español, francés, portugués.

Un resumen de 500 palabras tiene que ser enviado antes del 15 de julio del 2016.

Gracias por mencionar sus datos profesionales (Institución, Laboratorio, dirección…) e incluir un corto currículo (lista de publicaciones en los últimos 5 años).

Contactos: Dalila Chine-Lehmann (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) dlehmann@u-paris10.fr, Natalia Molinaro (Université Paris 8) natalia.molinaro02@univ-paris8.fr

Los artículos definitivos no deben sobrepasar los 30 000 signos y tienen que ser enviados antes del 31 de octubre del 2016.

Una vez aceptada la propuesta, el artículo será evaluado por el comité de lectura que decidirá de su publicación, sin tener que justificar su decisión. En el caso de no respetar las normas de publicación, el artículo será reenviado al autor para modificación. Los autores declaran reservar a los Cahiers ALHIM la exclusividad de su artículo y autorizan su publicación en línea. En caso de plagio, los autores serán considerados únicos responsables. En el marco del respeto a los derechos de autores, la integración de fotografías o fotogramas debe acompañarse de una autorización.

NORMAS DE PUBLICACIÓN: https://alhim.revues.org/2863

CALENDARIO:

15 de julio del 2016: entrega de las propuestas

05 de septiembre del 2016: aceptación de las propuestas

31 de octubre del 2016: recepción de los artículos según las normas de publicación / Evaluación y corrección de los artículos

18 de diciembre del 2016: recepción definitiva de los artículos para su publicación

Journée d’études « Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle) »

JOURNEE D’ETUDES

Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXe-XXIe siècle)

Afficher l'image d'origine

Miguel Alandia, “La educación”, 1960, Monumento a la Revolución Nacional, La Paz

Affiche JE 13 mai 2016

Programme JE 13 mai 2016

Présentation

Natalia Molinaro (Université Paris 8)

Cette Journée, organisée en collaboration avec l’ERESCEC (Axe Histoire, Mémoire et Politique en Europe méridionale du LER, dirigé par Mercedes Yusta Rodrigo et Xavier Tabet), a envisagé les processus de construction nationale en Europe méridionale et en Amérique latine (XIXe-XXIe siècle) depuis un point de vue transatlantique et transversal. Elle proposait d’observer comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Quels points communs, quelles différences, quels transferts entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ?

Nous avons proposé des échanges entre chercheurs à partir de comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques pédagogiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique : quels points communs, quels transferts, quelles différences entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ?  Dans un premier temps nous avons travaillé sur la construction mémorielle, notamment à la construction d’une mémoire officielle d’un passé traumatique resignifié et produisant de l’identité. Car « une nation, c’est une mémoire », comme l’affirmait Pierre Nora. Un second volet a été consacré à l’éventail de pratiques pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés qui permettent de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale, en faisant appel à une mémoire commune. Quels mécanismes et procédés retrouve-t-on d’un côté à l’autre de l’Atlantique, en des espaces-temps certes différents, mais toujours marqués par l’enjeu mémoriel et l’impératif national ? En quoi ces pratiques sont-elles révélatrices d’influences et d’une circulation des idées ?

Dans la lignée de la perspective dite constructiviste ou « moderniste », nous avons considéré ce que nous appelons « la nation » comme le fruit d’un processus d’invention, entendu dans le sens de « création », comme le soulignait déjà Benedict Anderson. Nous nous sommes intéressés aux trois grandes étapes de ce processus historique d’invention et/ou de réinvention avec, d’abord, l’établissement de limites, à la fois conceptuelles – autrement dit imaginaires – et territoriales, pour la définition de cette nation. Les interventions de Brice Chamouleau (Maître de Conférence, Université Paris 8), Darío Lanfranca (Docteur en Etudes Italiennes, L.E.R., Université Paris 8) et Yves Léonard (Sciences Po. / L.E.R.) ont montré, entre autres, à quel point cette première étape est marquée par la dichotomie inclusion/exclusion, dont les frontières sont parfois floues ou poreuses.

Le second volet a été consacré à l’éventail de pratique pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés permettant de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale et produire de l’identité. Les interventions de Laura Fournier (Maître de Conférence, Université Paris 8), Marie Salgues (Maître de Conférence, Université Paris 8) et Dalila Chine-Lehmann (Université Paris-Ouest Nanterre) ont abordé ces trois aspects. Dans l’Italie post-Unité, d’abord (Laura Fournier, « Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité »). Puis dans l’Espagne du XIXème siècle (Marie Salgues, « La construction de la nation au XIXème siècle dans le théâtre patriotique : les invariants d’un processus de définition identitaire ») et enfin, dans le Mexique actuel (Dalila Chine-Lehmann, « Apprendre à aimer la patrie : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines »).

Cette journée s’est achevée avec l’intervention de Paola Díaz (I.M.M. / E.H.E.S.S.) concernant l’un des aspects les plus délicats et pourtant essentiel à la construction nationale : la question mémorielle et les politiques de la mémoire. Dans sa communication intitulée « La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale », Paola Díaz est revenue sur les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004). La projection du court-métrage de Nicolás Lasnibat, Treinta años (2006), en sélection officielle à la Mostra de Venise et prix du meilleur court-métrage aux Festivals de San Sebastián et de Santiago de Chile, est venu mettre un point final à cette journée, en présence du réalisateur. Son travail a été présenté par Michèle Arrué (Maître de Conférence, Université Paris 8).

Nacionalizar heterodoxias por eliminación: formas del homonacionalismo español

Brice Chamouleau (Université Paris 8)

Cette communication s’est proposée de s’interroger sur la manière dont l’interprétation des luttes sexuelles en Espagne est fortement médiatisée par des métarécits relevant d’un patriotisme constitutionnel espagnol post-franquiste. Les subjectivités abjectes du franquisme sont devenues les figures exemplaires et rédemptrices de l’ordre démocratique. En empruntant à Bartolomé Clavero l’idée que “[n]ación es categoría que presta vestimenta de legitimidad cultural y base social a la desnudez política del Estado”, il a été question de remarquer les procédures par lesquelles les luttes sexuelles sont reversées dans un récit national sur la démocratisation de l’Espagne qui naturalise une culture d’État pour décrire l’avènement de la citoyenneté démocratique après Franco. En particulier, la communication s’est intéressée aux luttes catalanes et barcelonaises, à leur territorialité politique, dont la dimension conflictuelle est effacée au profit d’une histoire qui raconte comment ces luttes ont d’abord eu vocation à s’intégrer à l’État espagnol, dont on donne pour acquises les coordonnées plurinationales, subordonnées à la “nation” espagnole, un des sujets postulés de la Constitution de 1978. À ce titre, l’histoire LGBT espagnole est parfaitement homonationaliste, nourrie d’un fort patriotisme constitutionnel. En oubliant l’ancrage territorial de ces luttes d’émancipation pendant la démocratisation de l’Espagne post-dictatoriale, il a été soutenu que l’historiographie LGBT espagnole, inscrite dans des récits trasnationaux sur les subjectivités queer et les démocraties sexuelles occidentales, reproduit une conception habermassienne de la citoyenneté “cosmopolite”, où l’individu est délié de ses ancrages territoriaux, et compris en des termes juridiques, fondu dans ces droits qui construisent le sujet LGBT “digne” de la démocratie espagnole. Pourtant, comprises de manière relationnelle avec la culture d’État en cours d’institutionalisation à la fin des années 1970 en Espagne et avec la place que l’État octroie à ces subjectivités homosexuelles, les communautés catalanes, basques également, constituent des sujets particulièrement intéressants pour autant qu’ils sont éliminés de l’histoire de la démocratie espagnole pour une série de variables consubstantielles: le genre, les sexualités, la classe, le territoire et, pour certains, la langue. La régulation des possibilités de leur énonciation dans l’Espagne post-franquiste n’invite alors pas tant à naturaliser à nouveau une “nation” catalane ou basque, mais à concevoir comment des communautés éthiques se composent historiquement dans des processus de différenciation contextuels et contingents. Pour les appréhender, il a été soutenu qu’un regard post-national, inspiré des débats ouverts par les études post-coloniales prenant les territoires européens pour objet, permet de défaire les subjectivités historiques des sujets institués au présent pour concevoir ou imaginer les mondes passés : les “modernités multiples” travaillent les territoires européens, et ici, l’avènement conflictuel de l’État postfranquiste et de sa communauté de référence. Lorsqu’elles émergent, ces subjectivités sexuelles catalanes contestent l’ordre moral qui supporte l’institutionnalisation de l’État postfranquiste : plutôt qu’au récit d’une inclusion démocratique, elles permettent d’inscrire la démocratisation de l’Espagne dans une perspective globale, dans une histoire des “citoyennetés post-coloniales”, organisées depuis les années 1970 non pas autour d’une inclusion multiculturelle mais d’une exclusion hors de contours sociologiques et moraux -ceux-là parfaitement contextuels- des communautés des pays du capitalisme mondialisé. Cette perspective permet de faire émerger de nouvelles descriptions des subjectivités du passé récent espagnol.

La célébration du sixième anniversaire des Vêpres siciliens de 1882 et le conflit entre l’idée d’autonomie et de nation dans la Sicile post-unitaire

Darío Lanfranca (Université Paris 8)

31 mars 1882, célébration du VI anniversaire des « Vespres », réinvention du « Vespro » vingt ans après l’unification italienne. Participation d’intellectuels et d’hommes politiques. Geovani Berga montre son non adhésion à l’anniversaire. Comme Berga, beaucoup d’intellectuels siciliens ne veulent pas y participer. Nation/Autonomie dans un conflit rhétorique face à l’Etat italien dominé par la droite historique italienne. Médiation et compromis historiques entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux. Les « Vespre » sont très connues à l’époque de la célébration. Le récit des « Vespres » siciliennes reste entre le mythe et l’histoire. Le contexte international  est marqué par l’occupation française de la Tunisie en 1880.  Le Contexte national  montre un pouvoir central qui rencontre beaucoup de difficultés dans le maintien de l’ordre public en Sicile. La célébration du 31 mars 1882 est le reflète des tensions politiques entre le nouvel état et une culture politique autonomiste. A l’occasion, Giuseppe Garibaldi réalise son dernier voyage en Sicile. Sa présence et la continuité historique assumée avec le « Risorgimento » structurent une critique indirecte de la politique de Cavour et le gouvernement italien, la Destra historique. Pour les « notabili » siciliens, l’arrivée de la gauche au pouvoir, incarnée par Crispi, a été possible grâce aux bulletins siciliens. La commémoration propose une mémoire unifiée du « Vespro » et du « Risorgimento » avec le but de gagner le soutien politique des « notabili » siciliens. Les racines culturelles de la célébration se trouvent dans la frustration de la Constitution de 1812; la relecture du mythe proposée par Michelle Amari en 1842 (relecture du mythe des « Vespre » à partir d’un romantisme historique qui souligne l’origine populaire de la révolution. Cette origine est liée téléologiquement au peuple sicilien du XIXe siècle. L’usurpateur ancien est assimilé à l’usurpateur moderne. Michelle Amari, même s’il n’y participe pas, reçoit un hommage personnel pendant la célébration de 1882); la fondation en 1863 de la Società siciliana de istoira patria fondée en 1863 à Palerme (la plus part de ses membres participent à l’organisation de la commémoration de 1882); et, enfin, depuis les années 1860 le développement d’une idéologie autonomiste/régionaliste et des recherches historique autonomistes sous l’influence « national-autonomiste » (Isidoro Lamunia, « gloire nationale », Histoire municipale, histoire sicilienne, Giuseppe Pitré, Salomono Marino,…, Enquêtes parlamentaires, récupération de la mémoire nationale). En 1875, la municipalité de Palerme propose l’organisation de la célébration et crée un comité d’organisation. En 1882 il y a une importante publication de documents ainsi que d’un recueil de traditions populaires. Processus de légitimation des élites dirigeantes siciliennes à travers la réélaboration politique des mythes anciens et modernes et autour d’une politique de compromis des élites siciliennes avec l’Etat à partir d’un régionalisme conservateur. Construction d’une mémoire unitaire à partir de la mémoire régionale. Culture politique « pactiste » des élites siciliennes constituée au long de l’histoire. Le 31 mars 1882 marque la naissance de nouveaux rapports entre le nationalisme et l’Etat, la région de Sicile et l’Italie. C’est le début d’un processus qui débouchera sur le Statut d’administration régionale de 1947

L’empire et l’outremer dans la construction et l’affirmation de la nation au Portugal (XIXe-XXIe siècle)

Yves Léonard (Sciences Po./L.E.R.)

Le rapport à l’autre, le rapport à l’outre-mer. La quête d’un nouveau Brésil, construction d’un imaginaire national centré sur l’Empire d’outre-mer. Référence continuel à la grandeur et l’âge d’or.

Cadre chronologique XIXe-XXe siècle autour des deux traumatismes :

  • Guerres napoléoniennes et départ de la famille royale au Brésil
  • La chute de l’empire colonial (1974-1975)
  1. Deuxième moitié du XIXe siècle : la quête d’un nouveau Brésil dans la construction nationale

Crise de la conscience nationale après l’indépendance du Brésil. En 1820 le roi retourne au Portugal. Constitution d’un processus de fédération des élites portugaises autour d’une renaissance nationale qui débouche sur le développement de la connaissance et du contrôle des colonies africaines (1870-1880, premières explorations) et un discours de Régénération nationale. Proposition d’un récit national autour de l’héroïsation des « Navigateurs » de l’Age Moderne. Pendant le dernier quart du XIXe siècle se structure un discours commémoratif autour des figures de l’Infante Henrique O Navegador, Vasco de Gama et Camöes, qualifié comme poète national. Construction de l’imaginaire national, construction mémorielle, création d’une mythologie et d’un récit d’avenir parallèlement à la construction d’un empire en Afrique de l’Angola au Mozambique.

  • 1880, III Centenaire de la mort de Camöes
  • 1894, V Anniversaire de la naissance d’Henrique O Navegador
  • 1898, IV Centenaire du premier voyage aux Indes de Vasco de Gama

En 1890, la crise de l’ultimatum britannique est le détonateur d’une crise d’identité, de la conscience nationale, qui marque les élites portugaises : le Portugal ne peut être un grand pays sans une présence effective en Afrique. Cette crise est vécue comme un traumatisme face à la réalité internationale et l’impossibilité d’avoir un territoire continu d’est à ouest dans le continent africain. Cette crise s’amplifie avec la crise politique de la famille royale des Bragança et la monté d’un républicanisme qui reprend le discours outre-marin.

  • 1890, Campagne de « pacification » en Afrique sous le commandement de Mouzinho de Albuquerque
  • 1895, Bataille de Coolela, dans la mémoire collective elle représente un moment de gloire du récit national
  • 1ère Guerre mondiale, intervention du Portugal pour défendre ses colonies africaines à côté des Alliés.

       2. 1930-Etat nouveau Salazariste : nationalisme d’Empire autour de la « grandeur »

Le régime salaraziste intègre les revendications autour du rêve africain. Le nationalisme impérial comme clé de voûte du discours légitimateur du régime. La grandeur de la Nation fait partie de la propagande officielle : « Le Portugal n’est pas un petit pays ». Réinterprétation du mythe sebastianiste (Histoire du roi Sebastian, 1578) à partir d’une utilisation complexe à travers la figure du saveur, c’est-à-dire Salazar incarné dans la figure du sauveur du Portugal.

  • 1940, Commémoration des Centenaires, Exposition du Monde Portugais : mise en scène du récit national salazariste

    3. 1950-1960, « Le Portugal est un pays du Minho au Timor » : le Portugal, pays pluri-                      continental, disparaitrait avec la perte de l’empire colonial

Le début de la décolonisation oblige au pouvoir salazariste à chercher un nouveau discours légitimateur de la présence et la domination portugaises en Outre-mer. En 1950, on parle des provinces d’outre-mer comme un ensemble de provinces outre-marines toutes portugaises. Structuration d’un discours juridico-idéologique appelé « lusotropicalisme » : légitimation historique du Portugal grâce au métissage. Gilberto Freyre, sociologue brésilien, à la demande du régime salazariste, construit discursivement une mystique luso-chrétienne de la colonisation en s’appuyant sur un discours « scientifique » autour des travaux d’historiens, géographes, ethnologues, sociologues.

  • 1960, Commémoration du V anniversaire de la mort d’Henrique O Navegador et reconstruction à Lisbonne du Monument des Découvreurs-Navigateurs
  • 1961, début des guerres coloniales. Pour le pouvoir salazariste est l’« ultime croisade en défense de la civilisation occidental »

Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité

Laura Fournier (Université Paris 8)

Le besoin d’histoire et de reconstruction historique est inhérent à tout moment de fondation. La fin du XIXe siècle en Italie est marquée par la volonté de poursuivre la construction de l’Etat libéral né en 1861 et par la nécessité toujours présente de «faire les Italiens», tandis qu’en même temps on assiste à la constitution de partis politiques «ouvriers» (radicaux, républicains et socialistes). La société italienne commence à entrer dans l’ère des masses propre au XXe siècle, et le problème de leur « nationalisation » (Mosse, 1975) par le biais d’une pédagogie nationale est un des premiers objectifs des hommes politiques et des intellectuels « organiques » (selon l’expression de Gramsci, c’est-à-dire des intellectuels constructeurs et organisateurs de culture). 25 ans après la conquête de Rome par les armées du roi d’Italie, la fête du 20 septembre 1895 représente un des grands moments de célébration de l’Unité italienne, et surtout un grand moment de construction du mythe de Rome pour l’Italie (Chabod, 1951 ; Treves, 1962 ; Caracciolo, 1996, MEFRIM 1997).

Communication Laura Fournier

La construction de la nation au XIXe siècle dans le théâtre patriotique: les invariants d’un processus de définition identitaire

Marie Salgues (Université Paris 8/CREC-Paris 3)

En partant du constat quelque peu étonnant que certains auteurs de pièces patriotiques, à l’heure d’exalter leur patrie, choisissent de recopier les pièces écrites par d’autres, pour louer d’autres patries, éventuellement une patrie ennemie, la communication cherche à dégager les invariants qui pourraient permettre une telle circulation. Cette recherche fait surgir un second paradoxe : le fait que ce théâtre, dont la date de naissance est très précisément fixée pour l’Espagne (mais aussi pour chacun de ses voisins européens), paraît très – trop – semblable à la production qui l’a précédé, ce qui porte atteinte au caractère radicalement nouveau du genre. Il apparaît en réalité que c’est le public qui assiste à la représentation qui fait de ces pièces un théâtre patriotique véritablement nouveau, en cela que ce public n’est plus, à l’instar du Peuple de l’État National, « la somme fortuite de tous les sujets d’un État » mais qu’il « ne fait qu’un avec la Nation » et qu’il se voit « comme une communauté politique » (Hagen Schulze). C’est par sa réception, et sa réception par la Nation, que le théâtre patriotique existe.

communication-marie-salgues

« Apprendre à aimer la patrie » : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines

Dalila Chine-Lehmann (Université Nanterre Paris-Ouest/CRIIA)

Cette communication portait sur le rôle joué par les cérémonies civiques dans l’intériorisation du sentiment patriotique au Mexique. Après avoir rappelé brièvement les grandes lignes de la fabrique du discours et de l’iconographie patriotique dans les manuels scolaires gratuits édités par le Ministère de l’éducation nationale depuis les années soixante, il s’agissait de démontrer que cet amour patriotique nécessitait un travail d’intériorisation qui pouvait se réaliser au moyen de différents apprentissages. Afin d’ancrer l’amour pour la patrie chez les écoliers, l’État mexicain met en œuvre certaines techniques de « revitalisation ». C’est ainsi que les leçons des manuels scolaires, qui constituent le volet théorique de cet apprentissage, sont complétées par les cérémonies civiques, qui ont lieu chaque lundi matin dans les écoles mexicaines et qui en constituent leur volet pratique. Celles-ci sont comme une mise en acte, comme une mise en musique des leçons de l’histoire. L’enfant apprend durant sa scolarité à chanter l’hymne national, à vénérer son drapeau ou encore à exalter son affection envers sa patrie. Ces cérémonies civiques sont l’opportunité d’examiner comment, à travers un rituel bien défini, l’État mexicain inculque un système de valeurs destiné à structurer moralement le groupe afin que ses futurs citoyens puissent se sentir appartenir à une communauté unie, « imaginée » mais surtout institutionnalisée. Les cérémonies civiques visent à s’assurer de la loyauté des futurs citoyens envers leur patrie. Ces derniers sont amenés par un travail de répétition hebdomadaire, par des gestes synchronisés, à partager les mêmes idéaux et les mêmes valeurs qu’impose l’État. Sachant que la loyauté envers la patrie doit faire l’objet d’un travail constant de construction et de répétition, craignant par ailleurs que la patrie « ne tombe dans l’oubli », les autorités éducatives ont synchronisé ce rituel avec l’enseignement patriotique théorique. Elles adoptent le modèle d’une « religion civique » en mettant en place des règles et en ordonnant le temps cérémoniel. Si chaque lundi, lors de ces cérémonies civiques, les enfants sont rassemblés sur le pourtour de la cour de l’école, c’est tout d’abord pour y commémorer une entité suprême et invisible. Les honneurs au drapeau ne sont rien d’autres que la manifestation visible de l’amour pour cette entité. Ils donnent à voir une dévotion institutionnelle pour la patrie, ils servent de relais à la mémoire collective et ils inscrivent le temps national dans le temps scolaire. Grâce aux cérémonies, l’école saisit une nouvelle opportunité de féconder les jeunes esprits de la graine patriotique. La répétition hebdomadaire des honneurs rendus au drapeau permet que cet amour « légal » soit perçu comme un amour « inné ». Les cérémonies sont fortement codifiées : elles règlent les rapports que doivent entretenir les différents participants ; elles inculquent un savoir-être et un savoir-faire, un savoir « faire corps » avec la patrie. La rigidité des rituels civiques et leur caractère répétitif parviennent ainsi à façonner des automatismes sentimentaux.

La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale. Les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004)

Paola Diaz (EHESS)

La communication propose l’analyse d’une situation de conflits publics autour des crimes  du passé (acteurs, situations, valeurs) dans une dynamique politique qui va de la négation des crimes à leur reconnaissance. Médiations symboliques proposées par les pouvoirs démocratiques: préfiguration des médiations symboliques à travers la revendication des associations de familles de disparus. Traduction des revendications des associations des familles des détenus disparus (vérité, justice, mémoire). Vérité pour la justice : préfiguration d’un autre type de vérité

1990 : le problème de la vérité est institutionnalisé. Statut de la vérité :

  • variation dans le régime d’expérience publique
  • vérité pour la réconciliation générale, pas individuelle : réconciliation nécessaire
  • vérité en tant qu’une Nation réconciliée plutôt qu’une justice pénale : « un Bien du Chili »
  • vérité dans le consensus comme réponse à un conflit public

1998 : forme accord ou négociation politique où les crimes ont été pris en charge par la justice

1999 : « Table ronde de dialogue sur les droits de l’homme » (Gouvernement Frei)

Victime                                                             Bourreau

Avocats des victimes                                 Représentant de l’Armée

Deux places au lieu de trois : juge, victime, accusé

2001 : publicité des comptes rendus de la table ronde

  • reconnaissance des faits par l’Armée même si les militaires n’avaient pas l’intention de reconnaitre les faits
  • reconnaissance des faits par l’Armée en indiquant les endroits où les disparus ont été jetés dans la mer
  • tort à la réalité et à la morale car il est impossible de connaitre le récit complet des disparus et de récupérer les corps

         Scénario typique des médiations symboliques

           Demandes de la droite chilienne et de l’Armée

       Gouvernement

      Associations de victimes

Contrôle de la situation de conflit/Tentative de réponse aux exigences de vérité des victimes/Politique de vérité non productive

2003, Variations du scénario général (Gouvernement Lagos) : « Pas de lendemain sans passé »

  • Commémoration du XXXe anniversaire du coup d’état du 11 septembre 1973
  • Enquête sur les crimes de torture

           Fin des procès  ——  Gouvernement —— Demandes des associations

DON CONTRE DON  ———— Médiation de réconciliation

Construction d’une mémoire officielle : nouveaux personnages publics

Forces Armées :

  • demande de mettre un point final aux procès entre 6 mois et 2 ans. Ils acceptent les jugements mais pas leur application.
  • demande de réconciliation nationale
  • menace d’intervention militaire/coup d’état

Torture :

  • nouvelle configuration, nouveaux problèmes, nouveaux visages, nouveaux protagonistes
  • récit des vivants

Discours officiel :

  • transposition de la douleur des torturés dans le corps de la Nation
  • incorporation des bourreaux dans l’unité des sentiments partagés dans un corps collectif
  • le corps collectif inclue les victimes et les bourreaux dans le récit national autour d’une douleur partagée

« Nadaísmo, Paz y Poesía » 13 mai 2016

 

Images intégrées 1Images intégrées 2

Nadaísmo, Paz y Poesía

Viernes 13 de mayo de 2016

19h30

France Amérique Latine
Fal, 37 Boulevard Saint-Jacques, 75014 Paris
Métro Saint Jacques

Conversatorio con el poeta Jotamario Arbeláez acerca de su participación en el proceso de paz a través del último manifiesto nadaísta « A la mierda con la guerra. Nadaístas por la paz » redactado por sobrevivientes del grupo [http://www.otredad.fr/a-la-mierda-con-la-guerra/].

Con la participación de la poeta colombo-sueca Angela García

***

Entrada libre. Cóctel de la amistad con mojito y vino

***


Poema « Después de la guerra »

Un día
después de la guerra
si hay guerra
si después de la guerra hay un día
te tomaré en mis brazos
un día después de la guerra
si hay guerra
si después de la guerra hay un día
si después de la guerra tengo brazos
y te haré con amor el amor
un día después de la guerra
si hay guerra
si después de la guerra hay un día
si después de la guerra hay amor
y si hay con qué hacer el amor.

Jotamario Arbeláez

Nació en Cali, Colombia, en 1940. Destacado representante y cofundador del movimiento nadaísta colombiano. Desde su primer libro, El profeta en su casa (1966), Jotamario demostró la ironía y la mordacidad que había asimilado a través de sus lecturas de los creadores surrealistas. En 1980 obtuvo el Premio Nacional de Poesía Oveja Negra y Golpe de Dados, con Mi reino por este mundo (1981). Otros libros publicados: El libro rojo de rojas (1970), en colaboración con Elmo Valencia; la antología Doce poetas nadaístas de los últimos días (1986) y El espíritu erótico (1990), antología poética y pictórica realizada junto con Fernando Guinard. En 1985 ganó el Premio Nacional de Poesía Colcultura con La casa de la memoria.

Angela García

Medellín (Colombia) 1957. Poeta, traductora, periodista cultural. Co-fundadora del Festival Internacional de Poesía en Medellín. Directora del documental “Tres preguntas y un poema” sobre poesía sueca. Dirige actualmente “El día mundial de la poesía” en Malmö. Es miembro del Centro de Escritores del sur de Suecia.

Invitan: Ciudadan@s por la Paz de Colombia y Vericuetos

Invita a tus amigo/as: https://www.facebook.com/events/528489814024312/

http://ciudadanosporlapazdecolombia.com/

Otros links relacionados:

http://ciudadanosporlapazdecolombia.com/la-paz-sin-alas/

http://www.otredad.fr/lasse-soderberg-y-angela-garcia-nos-visitan/

 
 

Vicente Romero (Université Paris 8-ALHIM) : « Sixto Rojas, decorador y militante obrero pampino (1883-1941) »

Afficher l'image d'origine

Sixto Rojas, decorador y militante obrero pampino (1883-1941)

Vicente Romero (Université Paris 8-ALHIM)

Sixto A. Rojas Acosta[1] nació en Caleta Buena, en1883, al terminar la anexión chilena de Tarapacá y Antofagasta y al poco tiempo de iniciado el auge de la producción salitrera. Falleció en 1941 en la Pampa de Tarapacá, en la oficina Santiago Humberstone, una de las últimas que subsistió en el período de la crisis definitiva de la industria salitrera[2].

I.

La mayor parte de su vida transcurrió en la región salitrera pampina, siendo un paréntesis importante los varios meses que como refugiado obrero vivió en Perú, en 1908. En efecto, entre 1907 y 1910 por lo menos, participó en los avatares e ideales del movimiento proletario. A mediados de 1907, era secretario y miembro del Directorio Ejecutivo del Centro de Estudios Sociales “La Redención”[3], organización obrera promovida por el libertario comunista Luis Olea, de larga experiencia organizativa y política. La Redención fue la única organización no gremial que tuvo representantes en el Comité Central Unido Pampa e Iquique, que dirigió desde el 18 la huelga pampina obrera de diciembre de 1907. La tarde del 21 de diciembre, Sixto Rojas se encontraba en la segunda planta de la Escuela Domingo de Santa María, junto con los miembros del Comité Central.

Luego de la masacre, estuvo entre los sobrevivientes que participaron del gran éxodo inmediato de los trabajadores de Tarapacá provocado por la matanza. A inicios de enero de 1908 llegó al Callao en el vapor Mapocho, junto con 78 compañeros de viaje, dos de los cuales  principales dirigentes de la huelga, José Brigg y Ladislao Córdova[4]. En Lima, Sixto Rojas participó activamente en los círculos ácratas junto con otros refugiados obreros, entre los cuales José Brigg y Luis Olea, que llegó también a los pocos días. Durante su permanencia colaboró con varios artículos en los periódicos El Hambriento (que publicó su crónica de la huelga de Iquique hasta el amanecer del 21 de diciembre) y El Oprimido.

Sin duda estimulado por Olea y Brigg, desde su llegada a Lima participó también en el proceso de unificación de grupos obreros, siendo designado Secretario del Exterior del Centro de Estudios Sociales 1ro de Mayo, centro nacido el 18 de febrero, de la fusión del Centro Socialista 1ro de Mayo y el Grupo Humanidad. El Oprimido[5] devino su vocero. Desposó en “unión libre” a Luisa Chacón[6]. Desde junio, y junto con Brigg y Olea, se incorporaron al Grupo El Hambriento, para iniciar el cuarto año de existencia del periódico de este nombre, “periódico anti-político, defensor de las ideas libertarias”.

II.

Al retornar a Iquique, colaboró con dos artículos pra la reaparición del diario 1ro de Mayo con ocasión del primer aniversario de la masacre y, con tres, en El Pueblo Obrero; entre estos últimos, el texto del discurso que pronunciara en la plaza Condell, durante la conmemoración obrera del primer aniversario de la tragedia obrera.

El homenaje pampino fue conducido por un Comité organizador de la Romería, conformado por Ignacio Mora (presidente, dirigente anarquista marítimo que retornaba de Nueva York y estuvo de paso por Lima en junio), y Sixto Rojas (secretario), además de Nicanor Rodríguez (tesorero, barretero en la Oficina Peña Chica; fue secretario del Comité Central de Huelga en diciembre), los tres retornados del exilio[7].

El Pueblo Obrero[8], de Iquique, también publicó una litografía de Sixto Rojas con ocasión del primer aniversario de la masacre del proletariado pampino del 21 de diciembre. Esta litografía fue anunciada como una “alegoría especial”, “en papel fino y litografiada”, en los números correspondientes al 10 y al 15 de diciembre de dicho año, indicando el costo de 20 centavos el ejemplar[9]. El del 21 de diciembre corregía: el periódico costará “20 centavos”, pues iba “acompañado de una “alegoría al 21 de diciembre”[10].

Los historiadores que laboran sobre movimiento y prensa obreros pampinos de inicios del siglo XX afirman que El Pueblo Obrero fue un periódico afín a una de las corrientes del partido demócrata. A poco más de un mes de creado (20 de octubre de 1906) y aún cuando editado en la ciudad de Iquique, se identificó primero como “Interdiario Pampino” y en el número del 9 de enero de 1909 como “Diario de los Trabajadores de Tarapacá”. La crítica a “La obra de los políticos”, presente en sus inicios (ver su No. 10, del 20 de octubre de 1906), no es ciega pues defenderá la candidatura a diputado del tipógrafo y líder obrero demócrata Luis Emilio Recabarren (No. 27 de octubre de 1906). A lo largo de 1907 brindará sus páginas a Recabarren –refugiado en Buenos Aires, quien proponía transformar Partido Demócrata, con el puñado de “proletarios” miembros del y junto con los “demócratas estudiosos” que adhieran, en “Partido Demócrata Socialista Chileno” dotándolo de una identidad proletaria, de un programa socialista, siguiendo el modelo de los ya existentes en Europa[11]. Manteniéndose aún en los usos de esta parte de los periódicos de la clase obrera  durante la oligárquica “república parlamentaria” en Chile[12], los conductores de este periódico renuevan esta orientación pero con otro discurso al año de la masacre. En efecto, después del 21 de diciembre de 1907 los directores de El Pueblo Obrero sienten la necesidad para los trabajadores de Tarapacá de una opción política más definidamente propia, estimulando una neta diferenciación en el seno del partido demócrata entre “demócratas” y “demócratas-liberales” (el senador Luis Balmaceda, representante de Tarapacá y a su vez ganadero, era de esta tendencia). Aquí la argumentación de fondo de dicho periódico, al conmemorar el año de la matanza:

 “Desde esa fecha, como no ha tenido sanción el crimen que se perpetrara, el pueblo se ha unificado, […] para arrancar de los dirigentes los poderes con que el pueblo los honrara. […] es por esto que el pueblo unido de Tarapacá protesta de sucesivas representaciones y se aparta para representarse a sí mismo, con representantes propios, salidos de sus filas y que han sabido compartir con todos unidos y resignados en la ventura y la desgracia”[13].

Tomando en cuenta la tendencia parlamentaria de El Pueblo Obrero, parece sorprendente la  convergencia entre un obrero artista ácrata y este periódico demócrata liberal. Sin embargo parece también evidente que el homenaje a los mártires pesó en ambos más que los puntos de vista ideológicos y políticos diferentes entre corrientes ligadas al movimiento obrero. El Pueblo Obrero cesará de existir en 1910.

Tenemos la impresión que la litografía de Sixto Rojas formó parte de una serie militante y declaradamente revolucionaria. Por el común estilo, por lo menos otras dos, publicadas en El Hambriento, de Lima, en los números correspondientes al 1ro de mayo de 1908 y a junio de 1909[14], habrían sido de su autoría.

III.

Sobre la militancia obrera de Sixto Rojas posterior a 1908 tenemos indicios de su perseverante entrega:

  • en 1925, durante el movimiento del proletariado pampino que tomó el control de 124 oficinas, se armó esta vez de dinamitas para defenderse e instalar Soviets[15], pero que culminaría con la masacre de los obreros en La Coruña. Con esta represión se cerrará en Chile el ciclo del Estado oligárquico parlamentario al presidencialista y el movimiento obrero ingresará en un repliegue transitorio.
  • en 1929, como consecuencia de la crisis de 1929 y al sentirse sus efectos en la región salitrera chilena, participó en la organización del Congreso Social Obrero de Tarapacá, que agrupó y representó a 35 sindicatos industriales y profesionales existentes en la región, de los cuales 25 estaban en La Pampa. Entonces Sixto Rojas fue electo presidente de dicho Congreso, auspiciando la creación de una Oficina de Defensa Jurídica de los trabajadores[16].

IV.

No conocemos ninguna obra artística ni artículo comprometidos con el movimiento obrero posteriores a 1909[17]. Los archivos de clubs sociales, de prensa, de la Iglesia, de la policía y de las salitreras en Tarapacá y Santiago deben guardar algunas informaciones. Queda, sí, como testimonio del lazo filial al mundo pampino, su permanencia en la Pampa hasta su último día.

Su cuerpo reposó hasta 2007 en el Cementerio de Pozo Almonte; para ser luego instalado en el Mausoleo Víctimas de la matanza de la Escuela Domingo de Santa María, construido por Municipalidad de Iquique en el cementerio No 1, réplica del que fuera edificado por las organizaciones obreras en 1911, en el ahora desaparecido Cementerio No 2. Según relata Tito Pavelic, en el momento de la exhumación de Sixto Rojas del Cementerio de Pozo Almonte,  en el bolsillo del saco que portaba, encontraron un papel plegado, testimonio de las dificultades materiales en sus últimos años: era la relación de las personas que colaboraron para el sepelio de una de sus hijas[18]. El pintor y profesor Waldo Valenzuela recogió el siguiente testimonio su amigo Raimundo Rojas, hijo de Sixto Rojas, sobre cómo afrontaban a veces las dificultades del día a día: “cuando llegaba la hora del almuerzo y faltaba dinero para comer, el papá pintaba rápidamente sobre madera o lo que fuera un gallo y él salía a venderlo”[19]. Como la de decenas de miles de personas  y de pueblos en Tarapacá y Antofagasta, el ciclo del salitre signó toda la vida de Sixto Rojas.

De su labor artística en general, al parecer no se han realizado estudios. Lo más mencionado son sus decoraciones de espacios públicos y privados del norte salitrero, para algunos de los cuales también hizo cuadros con pinturas al óleo. Laboró para los teatros municipales de Pisagua e Iquique, el teatro Imperio en Antofagasta; el Casino Español de Iquique; la Municipalidad de Antofagasta -actualmente Casa de la Cultura; la Casa comercial Jiménez y Compañía de Antofagasta. Según Waldo Valenzuela, Sixto Rojas habría adaptado el Art déco con sentido ornamental y una singular forma de recortar las figuras. Los trabajos de decoración se realizaban entonces con tierra de colores aglutinada por clara de huevo, técnica conocida como pintura al temple, nos dice Valenzuela. También hizo labores, que las suponemos en las décadas de 1920-1930, para instituciones o lugares de fe católica, como algunas imágenes en la Catedral de Iquique  y la estatua de la Virgen de Lourdes, de la gruta de Cavancha[20]. Más que la academia y la moda, y tal vez acompañando al líder ácrata Luis Olea, pintor y decorador afincado en la Pampa entre 1904 y la huelga de diciembre de 1907, habría sido la demanda creada por el auge del ciclo del salitre la que permitió a Sixto Rojas desarrollar su experiencia en la adaptación del arte ornamental y decorativo a los gustos y ambientes arquitectónicos de sus clientes[21] y para los espacios de arte europeo-criollo destinados a los obreros y el mundo pampino de las oficinas y pueblos salitreros.

Aquí dos indicadores de la forma en que Sixto Rojas ejercía su oficio para sustentar sus necesidades y la de su familia. El primero, es un cartel publicitario: “Sixto Rojas. Decoraciones y Rótulos. Decorado de Todas Clases y Toda Clase de Trabajos. Pintura Artística & Industrial”. Una mujer que mira la flama de la antorcha portada por ella misma ocupa la parte central, rodeada por cinco genios/ ángeles cultivando de las artes y oficios. La meta eterna de la libertad gracias a la ilustración (la flama) y el trabajo creativo (las artes y oficios)[22]. El segundo, el anuncio “Al señor Sixto Rojas”, aparecido tres meses antes de la gran Huelga en El Pueblo Obrero de Iquique en el que el diario le pedía dar “cuenta del letrero que se le mandó confeccionar, habiéndolo dado a cuenta 5 pesos”[23].

Notas

[1] Para este artículo hemos consultado varios periódicos en la sala correspondiente y en la Hemeroteca de la Biblioteca Nacional de Chile (Santiago). Para redactar este esbozo no pudimos obtener la biografía Sixto Rojas, un protagonista olvidado, redactada por su nieto, Héctor Sorich Rojas, y publicada por la Municipalidad de Iquique, hacia septiembre de 2007. Agradecemos a) el apoyo en Iquique de Guillermo A. Ross-Murrays, director del Museo Regional de Tarapacá; Carlos Graña funcionario de la Municipalidad de Iquique, Tito Pavelic, promotor del Taller Audiovisual Flora Sanhueza y de la biblioteca del Centro de Investigación de la Realidad del Norte –CREAR; b) al archivo FOPEP (Federación Obrera de Panaderos Estrella del Perú), por haber puesto a disposición en la Red diversos periódicos anarquistas peruanos de inicios del siglo XX. http://archivofopep.webcindario.com/

[2] Ver “Sixto Rojas Acosta” en Bases Beca Artística Sixto Rojas A. –Ilustre Municipalidad de Iquique, 2011:4, http://www.municipioiquique.cl/wp-content/uploads/2011/02/Bases_Beca_Sixto_Rojas_2011.pdf ; Carlos Graña, “Sixto Rojas Acosta”; en La Estrella de Iquique, Lunes 25 de diciembre de 2006, http://www.estrellaiquique.cl/prontus4_nots/site/artic/20061224/pags/20061224174139.html  [Consultados el 30.08.2015].

[3] Información publicada Primero de Mayo, Iquique, Año I, No 3, 7 de agosto 1907. Este periódico fue el vocero de “La Redención”.

[4] Presidente, de padre estadounidense, mecánico reconocido que laboró en la Oficinas Huara y Santa Ana. Ladislao Córdova, de la oficina San Pablo, pro-secretario. Referencias en Eduardo Devés, Los que van a morir te saludan. Historia de una masacre. Escuela Santa María, Iquique. 1907, [Santiago], Documentas, 1989: 214; Vera y Riquelme, Los Mártires de Tarapacá. 21 de Diciembre de 1907, [1908], Iquique, Campvs-El Jote Errante, 2007: 42; Bravo Élizondo, Santa María de Iquique 1907, Documentos para su historia, Santiago, del Litoral, 1993: 87-89; Sergio González Miranda, “Una mirada regional a las relaciones entre Perú y Chile. Tres momentos de solidaridad en Tarapacá (1872-1907), en Joaquín Fernandois, Daniel Parodi, Antonio Zapata y Sergio González, Generación de Diálogo Chile-Perú Perú-Chile, tomo II, Aspectos históricos, Lima, IDEI- Konrad Adenauer Stiftung –IEI, 2011: 54-56.

[5] Ver “Unificación”, en El Oprimido, Lima, Año I, No 6, febrero 1908 y “Fusión”, en Los Parias, Lima, Año V, No 41, mayo 1908.

[6] Ver anuncio “Unión Libre”, en El Hambriento, Lima, Año IV, No 39, 30 Junio de 1908.

[7] Ver especialmente El Pueblo Obrero, Iquique, Año III, N0 316, 19 diciembre 1908 y El Hambriento, Lima, Año IV, No 39, 30 Junio de 1908. En El Pueblo Obrero, el tesorero figura como “Nicanor González”, pero sin duda debe de tratarse de Nicanor Rodríguez, barretero en la Oficina Peña Chica y Secretario del Comité Central de huelga en diciembre; había estado en Tacna en febrero 1908. Ver Devés, Ibíd., 1989: 215-216.

[8] El Pueblo Obrero (Iquique, 18.09.1906-29.10.1910) nació en septiembre de 1906, como periódico bisemanal. Hemos sondeado algunos números, buscando iconografía, desde el Nro. 10, del 20 de octubre de 1906 hasta el Nro. 639, del 18 de septiembre de 1910, en el que rinde homenaje a sus fundadores (Rudecindo Segundo Muñoz en unión de Julio R[…], Manuel Hernández, Buenaventura García, A. Araya), con tres fotograbados. Curiosamente no figura entre los  fundadores el nombre del director,  Olegario Álvarez R. (Ver Osvaldo Arias Escobedo, La prensa obrera en Chile. 1900-1930 , Chillán, Universidad de Chile-Chillán, 1970: 28).

[9] Un año antes, La inflación de los precios de los productos en las bodegas de las salitreras en la Pampa había sido una de las principales causas de la huelga: la segunda exigencia era que el pago de los jornales sea a razón de cambio fijo a 18 dinares por peso. Según Sixto Rojas, el salario diario de un trabajador en las calicheras de la Pampa era de dos pesos diarios y un jornalero entre 2.50 y 3 pesos (Ver “Relación verídica…” en El Hambriento, Lima, Año IV, diciembre 1908. Entonces, en la Oficina salitrera San Lorenzo, un mecánico de la máquina (del ferrocarril) ganaba “tres pesos sesenta al día” pero “el cambio había bajado de 18 a 7 peniques”. Los panes de a 2 centavos y medio, se vendían a 10 centavos. (Ver Devés, Ibíd., 1989: 45-46 y 50).

[10] Como punto de comparación, en Iquique, cuatro años más tarde, El Despertar de los Trabajadores (1912-1924), el periódico dirigido por Luis Emilio Recabarren, costaba 10 centavos.

[11] Ver los textos de estos artículos publicados en abril, mayo e inicios de octubre de 1907 en: http://www.luisemiliorecabarren.cl/?q=node/2067 [Consultados el 26.08.2015].

[12] A la vez que se autodenomina “Diario de los Trabajadores de Tarapacá”, promueve a los “Candidatos de El Pueblo Obrero proclamados [en] asamblea democrática de Tarapacá” (9 enero 1909). Pedro Segundo Araya, que resultó electo diputado, de tendencia moderada en 1911, fue presentado como “diputado obrero” por haber sido electo por el partido demócrata por la provincia de Tarapacá, nos dice Sergio Grez Toso (Historia del Comunismo en Chile. La era de Recabarren (1912-1924),  Santiago, LOM, 2011: 29).

[13] Ibíd., Año III, 21 diciembre 1908, No. 17.

[14] Este periódico ácrata limeño anunció en noviembre de 1908 un número especial para el siguiente mes en conmemoración de la masacre contra los obreros salitreros. Será “en papel satinado y acompañada de algunas ilustraciones que se relacionen con los hechos luctuosos de la hecatombe de Iquique. También están en nuestro poder algunas colaboraciones de compañeros sobrevivientes.” El número de diciembre salió con las colaboraciones anunciadas y con los tres rostros, en forma de medallones, de Olea, Rojas y Brigg, pero no conocemos si fueron publicados en tiraje aparte las ilustraciones anunciadas. Tal vez en ellas habrían algunas de Sixto Rojas.

[15] Alejandro Soto Cárdenas, Influencia británica en el Salitre. Origen, naturaleza y decadencia, Santiago, Universidad de Santiago, 1998: 299.

[16] Ver a) sobre la participación de Sixto Rojas en los movimientos obreros salitreros de 1925 y 1930, la tesis de licenciatura en antropología social de Jorge A. Canales Urriola, “El otro fantasma de la pampa: la ideología del Estado frente al movimiento obrero salitrero de Tarapacá, entre 1930 y 1960”, Iquique-Santiago, Universidad de Chile, abril 2004: 58-59; 136-137; 255-257; b) sobre el movimiento obrero de 1925 y las relaciones entre sindicalismo, comunismo y anarquismo, Rolando Álvarez Vallejos, “La Matanza de La Coruña. Chile, 1925”, Contribuciones Científicas y Tecnológicas, No 116, Santiago, USACH, 1997: 77–108 pp.; http://www.luisemiliorecabarren.cl/files/recursos/Matanza_en_La_Coruna.pdf; [consultado el 17.02.2016].

[17] El último artículo firmado por Sixto Rojas del que hemos obtenido referencia es “En Guardia”, publicado en La Protesta, de Santiago, en junio de 1909. En el mismo impulsaba la acción directa y la fundación en Santiago de la Sociedad de Resistencia de Oficios Varios. Referido por Sergio Grez Toso en Los anarquistas y el movimiento obrero: la alborada de “La Idea” en Chile, 1893-1915, 2007: 227 nota 417.

[18] Testimonio oral recogido por el autor de este artículo en Iquique, la noche del lunes 27 de julio del presente año en el stand de su Taller Audiovisual Flora Sanhueza.

[19] Testimonio del hijo transmitido a su amigo el pintor Waldo Valenzuela, citado por Rodrigo Ramos Badaños, “Sixto Rojas, el pintor que sobrevivió en la masacre de la Escuela Santa María”, El Mercurio de Antofagasta, 16/12/2007. http://www.mercurioantofagasta.cl/prontus4_noticias/site/artic/20071216/pags/20071216000528.html [consultado el 31/09/2015].

[20] Ver referencias de la nota 2.

[21] A inicios de marzo de 1908, RITMOS, Revista semanal Ilustrada de Artes y Letras (Iquique), poco conocida y de corta vida, publicó el mordaz artículo “¿De arte?”, firmado por un Adriano YZ. La irónica pluma tubo como blanco al autor de tres cuadros al óleo que, sobre Don Quijote, decoraban los muros de sala de de billar del Casino Español de Iquique. Pudieron ser obras de Sixto Rojas u otro pintor de entonces el motivo de la crítica “culta” de Adriano YZ. Para lograr una visión de conjunto, aportamos con un elemento más. En las páginas de RITMOS, revista “de Artes y Letras”, no encontramos ni una línea sobre la huelga o la matanza de diciembre.

[22] Cartel reproducido en el folleto “Escuela Santa María de Iquique. 21Dic. 1907-21 Dic. 2007” Municipalidad de Iquique. Material elaborado por la Dirección de Relaciones Públicas. Investigación, Carlos Graña. Diseño y diagramación, IMI, sin fecha: 7.

[23] Año II, No 123, 18 de setiembre de 1907. Este anuncio podemos comprenderlo eventualmente como producto de las disputas existentes entre los promotores de la prensa obrera en Tarapacá. El Pueblo Obrero era editado por miembros del Partido Demócrata pero que promovían la transformación de este con ideas socialistas. Al frente, el ácrata Luis Olea encabezó una campaña durante cinco meses, hasta los primeros días de la huelga de diciembre, para fundar un periódico cooperativo alternativo distinto al de los democrático-socialistas. Al respecto, ver Devés, Ibíd., 1989: 130.  Hemos visto que Sixto Rojas era cercano a la corriente promovida por Olea; por lo tanto el anuncio comentado puede comprenderse como fruto de los roces entre estas dos corrientes ideológicas en Tarapacá.

E-mail: vicente.romero@univ-paris8.fr

1/04/2016

Concert « Le chant de la liberté : Argentine 1816-2016, bicentenaire de l’indépendance »

Concert

Afficher l'image d'origineCarlos Morel, Payada en una pulpería (1840)

Le chant de la liberté : Argentine 1816-2016, bicentenaire de l’indépendance

19 mars 2016

19h00

Maison de la Musique – Salle de Spectacles

8 rue des Anciennes Mairies

92000 NANTERRE

http://www.nanterre.fr/evenement/2863/69-agenda.htm

Concert autour du bicentenaire de l’indépendance de l’Argentine dans le cadre du festival  La Terre est à nous

1816 : l’Argentine se libère du joug espagnol. Un parcours musical de chants de lutte, d’amour et d’espoir, issus du répertoire argentin et latino-américain, est présenté ici par Carlos Molinaro, professeur au Conservatoire, l’Ensemble Hueya, formé par Magdalena Ivanissevich, Natalia Molinaro, Cyril Torrens et leurs invités.

Proposé par le Conservatoire de musique et de danse de Nanterre

Contact : Natalia MOLINARO natalia.molinaro@laposte.net

ENTREE LIBRE

 

 

 

Fanny Chagnollaud: « Urbanisation informelle par l’autogestion au Pérou. L’invention d’une culture andine urbaine à Ayacucho », L’Harmattan, Paris, 2016

Couv_Chagnollaud (2)

Fanny Chagnollaud, Urbanisation informelle par l’autogestion au Pérou. L’invention d’une culture andine urbaine à Ayacucho, L’Harmattan, Paris, 2016

Fanny Chagnollaud est anthropologue. Maître de conférences à l’université de Paris 8, elle est membre du Laboratoire d’Etudes Romanes (LER) et ailiée au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC). Ce livre est tiré de sa thèse de doctorat soutenue en 2012 et pour laquelle elle a vécu quatre ans sur son terrain péruvien.

Ce livre est d’une actualité brûlante : partout apparaissent les difficultés d’intégration de migrants dans des villes qui ne sont pas préparées pour les accueillir. Les problèmes abordés ici se posent dans beaucoup de régions du monde.

La ville d’Ayacucho au Pérou reçoit depuis les années 1950 des paysans andins chassés par la misère. Mais de 1980 au milieu des années 90, ce processus s’est accompagné de l’arrivée massive de réfugiés fuyant la guerre. Cette migration forcée a induit un développement spectaculaire de quartiers périphériques qui se forment et se développent selon l’organisation sociale et la culture andine rurale traditionnelle. C’est ainsi que les relations de parenté, les identités villageoises, les assemblées participatives, les rites d’intégration, tout ce qui structure la société andine rurale, ont été adaptés à l’édification d’une urbanité spécifique.

Cette urbanisation informelle par l’autogestion et, en accommodant ainsi la structure villageoise au milieu urbain, ces migrants ont inventé les modalités d’une culture andine urbaine.

SOMMAIRE

Préface d’Antoinette Molinié, directeur de recherche émérite au CNRS

PREMIÈRE PARTIE : LA FORMATION DES QUARTIERS PÉRIPHÉRIQUES

CHAPITRE 1 : LES PREMIERS QUARTIERS DE MIGRANTS ANDINS (1950 – 1980)

I. LA VILLE D’AYACUCHO ET LA SOCIÉTÉ HUAMANGUINE À L’AUBE DES GRANDES VAGUES DE MIGRATION ANDINE

II. LES SPÉCIFICITÉS DE L’ESPACE RURAL RÉGIONAL : CRISES ET REMANIEMENTS

III. LES FLUX MIGRATOIRES RÉGIONAUX ENTRE 1940 ET 1980

IV. LES DIFFÉRENTES STRATÉGIES D’INSTALLATION DES MIGRANTS ANDINS EN MILIEU URBAIN

CHAPITRE 2 : LES QUARTIERS FORMÉS PENDANT LE CONFLIT ARMÉ (1980 – 2000)

I. DE MIGRANTS À DÉPLACÉS : L’IMPACT DE LA GUERRE SUR LES FLUX DE POPULATION

II. DU PROVISOIRE AU PERMANENT : L’ADAPTATION DES STRATÉGIES

CHAPITRE 3 : LES QUARTIERS NÉS APRÈS LE CONFLIT ARMÉ

I. L’AYACUCHO DES ANNÉES 2000

II. LES GROUPES DE FONDATEURS DES QUARTIERS DES ANNÉES 2000 A. Le groupe de fondateurs

III. L’INVASION EN POST-CONFLIT : MODALITÉS PRATIQUES D’UN PROCESSUS

DEUXIÈME PARTIE : LES UNITÉS DOMESTIQUES, FONDEMENT DE LA COMUNIDAD

CHAPITRE 4 : L’UNITÉ DOMESTIQUE

I. L’ORGANISATION INTERNE DE L’UNITÉ DOMESTIQUE

II. LES RITUELS DOMESTIQUES

CHAPITRE 5 : LES RELATIONS INTER-DOMESTIQUES

I. LA PARENTÉ ANDINE

II. LES MÉCANISMES DE COOPÉRATION ET DE SOLIDARITÉ : L’AYNI ET LA MINK’A

TROISIÈME PARTIE : LA COMUNIDAD, ENTITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

CHAPITRE 6 : LES FONDEMENTS DU FONCTIONNEMENT DE LA COMUNIDAD

I. L’ORGANISATION POLITIQUE DU QUARTIER : LA GENÈSE D’UN SYSTÈME ANDIN URBAIN

II. DE COMUNERO A SOCIO : LES MEMBRES ACTIFS DE LA COMUNIDAD

III. LE TRAVAIL COMMUNAUTAIRE

CHAPITRE 7 : LES FÊTES COMMUNAUTAIRES : FÊTES PATRONALES ET CARNAVALS

I. LES FÊTES PATRONALES

II. LES CARNAVALS DES QUARTIERS PÉRIPHÉRIQUES

Urbanisation informelle par l’autogestion au Pérou. L’invention d’une culture andine urbaine à Ayacucho