Journée d’études 8 novembre 2018: Féminismes latino-américains I: la perspective décoloniale, décoloniser les savoirs

Résultat de recherche d'images pour "université rennes 2"

Journée d’étude – EA 4327 ERIMIT

REEHL (REcherches sur les Espaces Hispanophones et Lusophones)

Féminismes latino-américains I:  la perspective décoloniale, décoloniser les savoirs

8 novembre 2018

13h30-17h30

Université Rennes 2, Campus Villejean

Salle E 224

Contact organisation : Nathalie Ludec, nathalie.ludec@univ-rennes2.fr

Argumentaire scientifique

Depuis les années 70, les féminismes latino-américains brisent une perspective homogène d’un féminisme importé d’Europe ou des États-Unis, un féminisme occidental, blanc, classe moyenne. Ils fissurent ce monde aplani en donnant naissance à une pluralité de voix, indigènes et afro-descendantes, à la recherche d’une identité féministe propre, dans une perspective postcoloniale ou décoloniale, qui revisite le passé, au risque, selon Jean-Loup Amselle, de verser dans des formes de primitivisme et d’essentialisme culturel.

Les contributions de cette journée s’inscrivent dans ce processus qui cherche à décoloniser les savoirs, dans les pratiques (les matrones haïtiennes) et dans l’écriture (les femmes amérindiennes au Brésil et au Québec) où la réappropriation des corps est au centre de cette perspective appelée décoloniale, postcoloniale (Marvel Moreno en Haïti et Conceição Evaristo au Brésil).

Elles gravitent autour de la notion d’intersectionnalité, qui croise une pluralité de logiques de domination, en posant la question des catégorisations et de ses croisements, dans la recherche comme dans les luttes féministes.

Programme

13h30: Accueil

13h45-14h15 : Lissell Quiroz  (Université de Rouen Normandie), « Le féminisme décolonial d’Abya Yala : théorie et pratiques »

14h15-14h45 : Obrillant Damus ( Université d’Haïti), «  Les fondements ontologiques du métier de matrone » 

14h45-15h15 : pause café

15h15-15h45 : Rita Olivieri-Godet (Université Rennes 2, ERIMIT, IUF), « Voix de femmes amérindiennes au Brésil et au Québec « 

15h45 – 16h15 : Liz Viloria  ( Université Rennes 2, ERIMIT), « Status femenino en Colombia: de los manuales para señoritas a las brisas de Marvel Moreno » 

16h15-16h45:Pauline Champagnat ( Université Rennes 2, ERIMIT), “ L’avortement avant et pendant l’esclavage dans  Ponciá Vicêncio et Becos da Memória de Conceição Evaristo”

17h: Clôture de la journée

Résumés des communications

Lissell Quiroz  (Université de Rouen Normandie), « Le féminisme décolonial d’Abya Yala : théorie et pratiques »

Le mouvement des femmes est ancien dans les Amériques, il remonte à l’époque coloniale au moins. Il a cependant été invisibilisé au profit d’une histoire des grands hommes et des faits produits par ces derniers. Depuis près de deux décennies, un groupe de femmes d’Abya Yala, militantes sur le terrain des luttes sociales et en faveur d’une amélioration des conditions de vie des femmes, ont développé une réflexion théorique ancrée sur la réalité du terrain et sur une généalogie propres. En dialogue avec d’autres positions épistémologiques, en particulier le Black Feminism, le féminisme matérialiste et le tournant décolonial, elles proposent une réflexion qui articule théorie et praxis dans le contexte des Amériques latines.

Obrillant Damus (Université d’Haïti), «  Les fondements ontologiques du métier de matrone » 

En Haïti, lors de l’accouchement, les matrones utilisent des plantes médicinales et des prières pour faciliter la naissance du bébé, tout en faisant preuve d’une grande compétence haptonomique (du grec haptein, toucher). Elles sont des spécialistes de l’accouchement traditionnel dont la genèse remonte à l’époque coloniale. Cette ethno-obstétrique, qui se transmet de génération en génération et qui relève du matrimoine culturel immatériel de l’Humanité, est écocentrique dans la mesure où ses spécialistes doivent, dans le cadre de leur pratique des soins de santé, exploiter et utiliser de façon durable les ressources de la nature. Les savoirs phytothérapeutiques sont mis en œuvre durant la grossesse, pendant et après l’accouchement.

L’accouchement traditionnel se fonde-t-il sur la non-séparation entre corps et esprit, entre réel et imaginaire, entre culture et nature ? Quels sont les fondements ontologiques de la nature qui interviennent dans le processus de la grossesse et de la naissance ?

Rita Olivieri-Godet (Université Rennes 2, ERIMIT, IUF), « Voix de femmes amérindiennes au Brésil et au Québec »

Notre communication se consacrera à présenter un panorama de la production littéraire de femmes amérindiennes au Brésil et au Québec. Cette production interpelle les paradigmes des sociétés nationales occidentales tout en nous invitant à nous interroger sur la façon d’habiter le lieu (regard critique sur l’idéologie du progrès technologique, l’accumulation capitaliste, la dévastation de l’environnement) ; sur les rapports à la différence au sein de nos sociétés occidentales, de plus en plus marquées par des préjugés et par d’autres modalités d’exclusion sociale ; sur les représentations symboliques des sociétés nationales et leur logique territoriale. Sans oblitérer les conflits, les crises, les traumatismes, l’écriture de femmes amérindiennes au Québec et au Brésil met en scène des processus d’articulation des espaces qui permettent la circulation et la (re)contextualisation d’expériences et de cultures singulières (mémoire de l’ancestralité, mémoire des traumas, formes d’insertion sociale des Amérindiens dans le présent, perspectives d’avenir, quête de l’interlocution avec les sociétés nationales). 

Liz Viloria  (Université Rennes 2, ERIMIT), « Status femenino en Colombia: de los manuales para señoritas a las brisas de Marvel Moreno »

Marvel Moreno, como ningún otro escritor o escritora de la literatura colombiana, está interesada en des-cubrir las estructuras que condicionan a ese esclavo hegeliano que es la mujer en la sociedad colombiana, una esclavitud heredada de la estructura social de la colonia. A través de sus personajes Moreno muestra su visión de las aproximaciones a los métodos de dominación, de inferioridad y de dependencia por parte de las mujeres ante las instituciones que administran sus cuerpos: el matrimonio, la maternidad y el amor.

Pauline Champagnat (Université Rennes 2, ERIMIT), “ L’avortement avant et pendant l’esclavage dans  Ponciá Vicêncio et Becos da Memória de Conceição Evaristo”

Dans l’œuvre de Conceição Evaristo, nombreuses sont les références faites à l’avortement pendant ou après l’esclavage comme expression de la détresse dans laquelle les femmes esclaves se trouvaient. Nous nous proposons d’étudier de quelle manière s’opèrent les références à l’avortement dans Ponciá Vicêncio (2017) et Becos da Memória (2017), ceci à partir d’une perspective de féminisme décolonial et intersectionnel. Pour cela, nous utiliserons le support théorique de Pierre Bourdieu (1998), en reprenant la théorie du « corps-pour-autrui », Sueli Carneiro (2006) pour étudier la question spécifique de l’avortement au Brésil, et Versschuur et Destremeau (2012) afin de remettre en question l’habituelle image de la femme du Sud, objet de son histoire au lieu d’en être le sujet. Nous organiserons notre pensée autour des deux axes suivants : l’avortement en tant que révolte contre le système esclavagiste, ainsi que l’aspect politique lié au corps de la femme de la favela. Cela nous permettra de faire le lien entre les politiques de naissance relatives aux femmes Noires pendant et après l’esclavage au Brésil, et de réfléchir sur le refus d’enfanter comme continuation de la révolte anti-esclavagiste.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.