Journée d’études: “L’Amérique latine et les guerres (XIXe-XXe siècles)”, 30 avril 2019

Journée d’études  

L’Amérique latine et les guerres

(XIXe-XXe siècles)

Présentation des ouvrages collectifs

Enrique Fernández Domingo (coord.), « L’Amérique latine et les deux Guerres mondiales », Revue Guerres mondiales et Conflits contemporains, 2018/2, n° 270.

Javier Pérez Siller y Agustín Grajaels Porras (coord.), México Francia: Memoria de una sensibilidad común, siglos XIX-XX. Vol. VI Historias, mitos y representaciones del 5 de mayo, México, BUAP-CEMCA-CNRS-EÓN, 2016.

Des historiens latino-américanistes dans les guerres européennes. La restructuration d’un champ disciplinaire

Véronique Hébrard (Université de Lille, EA 4074 Cecille)

Les deux guerres mondiales et la guerre civile espagnole ont un impact dans la génération de l’américanisme français née juste avant la Première guerre mondiale. François Chevalier (Alençon, 1914-Paris, 2012) est le premier historien français à s’être consacré exclusivement à l’Amérique Latine. Lors de ses études de géographie et histoire (1933-1936), il est marqué par l’enseignement du géographe Raoul Blanchard. François Chevalier est élève de l’École nationale des chartes à Paris entre 1936 et 1939. Parallèlement, il assiste aux séances du séminaire de l’histoire Marc Bloch qui le suggère le sujet de recherche de sa thèse.

De 1941 à 1945 il est pensionnaire à l’Ecole des hautes Etudes hispaniques, actuelle Casa de Velazquez, où il travaille sur l’histoire agraire mexicaine, en particulier aux Archives des Indes de Séville. À la suite de l’assassinat de Marc Bloch, c’est l’anthropologue, directeur du Musée de l’Homme, Paul Rivet, qui dès lors conseille Chevalier dans sa recherche. Entre 1946 et 1949, grâce au soutien de P. Rivet, F. Chevaler est pensionnaire à l’Institut français d’Amérique latine de Mexico (IFAL). En 1949, F. Chevalier soutient sa thèse La formation des grands domaines au Mexique (terre et société aux XVIe et XVIIe siècles). C’est également en 1949 qu’il épouse Josèphe Charvet. Elle est à l’origine de l’organisation des événements mondains qui structurent la sociabilité du couple (entre 1949 et 1962, plus de 6.000 personnes sont invités aux événements organisés par Josèphe Charvet). La même année il est nommé directeur de l’IFAL, institution qu’il va diriger jusqu’en 1962. Cette année F. Chevalier devient professeur des universités. Il va enseigner à la section de littérature espagnole de l’Université de Bordeaux entre 1962 et 1967, moment où il est nommé à la tête de la Casa de Velazquez jusqu’en 1979. En 1970, F. Chevalier occupe la première chaire d’histoire d’Amérique latine à la Sorbonne.

Lors des entretiens, nous avons souligné que la guerre est devenue une question centrale et structurante pour les trajectoires personnelles et professionnelles de F. Chevalier et de l’américanisme français des années 1930, moment de changement de paradigme pour les sciences sociales. La « galaxie Chevalier » se structure autour de Ernesto de la Torre, compagnon de voyage, Silvio Zavala et l’anthropologue Stresser Pean.

L’idée principale était de problématiser cette question :

  • Marc Bloch et Paul Rivet, implication dans la II Guerre mondiale, fondation des Annales
  • Morts de Marc Bloch et Jean Bertolman
  • Réfléchir sur les logiques de parcours
  • La guerre comme point de rupture personnelle et collective
  • Participation de son père au gouvernement de Vichy

F. Chevalier est mobilisé en 1939 au moment où il soutient son mémoire en uniforme militaire. Lors de la période de formation militaire, il fait cours aux recrues de sa caserne de Clermont-Ferrand. En 1940 il est démobilisé et il achète une bicyclette avec laquelle il rend visite à M. Bloch. Il est archiviste dans les Ardennes et en 1941, après la réouverture par Pétain de la Casa de Velazquez, s’installe dans l’Espagne franquiste. Les rencontres de 1941, dont beaucoup sont frappés directement par le conflit armé, vont lui conforter dans sa conception du métier d’historien. En mai 1941, F. Chevalier voyage au Maroc où échange à Rabat avec Robert Ricard. C’est à ce moment qu’il prend sa décision définitive à propos du sujet de sa thèse. Il revient ensuite en France où il va se réunir dans la clandestinité avec M. Bloch à plusieurs occasions. Il se déplace sur sa bicyclette jusqu’à la maison « Les fougères », où est caché M. Bloch, située dans la Creuse. C’est en 1942 qu’il verra pour la dernière fois son maître dont son fils, Etienne Bloch, lui transmettra l’information de la mort de son père. A la fin de la même année, F. Chevalier rentre en Espagne et, en juin 1945, commence sa relation épistolaire avec Silvio Zavala. Il devient le « protégé » de P. Rivet. Lors de sa direction de l’IFAL, les tensions entre F. Chevalier et l’ambassade française du Mexique sont tendues. Il est isolé et renvoyé à la figure de son père. Cette situation fait que F. Chevalier travaille davantage avec les exilés républicains espagnols. Il y a une reconfiguration du réseau, et de l’américanisme français, du fait de la guerre mondiale et la guerre d’Espagne. C’est le cas de Noel Salomon et Marcel Bataillon que vers 1950 font leur conversion à l’américanisme. Les causes de cette conversion se trouvent tant au niveau heuristique, difficulté d’accès aux sources, qu’idéologique, opposition à l’Espagne franquiste. En conclusion, la guerre est omniprésente dans le parcours personnel et professionnel de François Chevalier.

Véronique Hébrard (dir.), Sur les traces d’un mexicaniste français, constitution et analyse du fonds François Chevalier, Paris, Karthala, coll. Pollens, 2005, 328p. (premiers résultats de l’inventaire et des entretiens, 63 photos, bibliographie jusqu’en 1999, avec 4 ouvrages et 46 articles), https://journals.openedition.org/cal/8086


Véronique Hébrard, Javier Pérez Siler, Dalila Chine Lehmann

Dolor y heridas: los franceses de México en la Gran guerra

Javier Pérez Siller (Benemérita Universidad Autónoma de Puebla)

Presentamos un trabajo que es el resultado de una investigación en proceso que tiene como objetivo conocer a los Poilus mexicains. Más de 1300 parieron a la guerra, de los cuales murieron más de 310 y otros tantos fueron heridos. El impacto fue inmenso en una comunidad que contaba con menos de 5000 miembros.


Album d’honneur de tous les Français résidant au Mexique partis pour la France, 1914-1919, http://www.mexicofrancia.org/sitio/ES/libros2.php?id=34

¿Por qué partieron? ¿Qué representación de la Patria tienen los franceses que partieron de México a la Primera guerra mundial?

El contexto de su partida se enmarca entre un conflicto mundial y la inseguridad e inquietud que creaba la revolución mexicana.

La reflexión se articula a partir de la interrogación sobre la metamorfosis de un hombre que se enfrenta a la muerte, la metamorfosis del emigrante que regresa a defender una patria que está “ausente”. El el paso de emigrante a poilu a través del bautismo de fuego tras el alistamiento y la preparación en los cuarteles donde tiene lugar el tránsito transformador. Otro punto es el “sufrimiento” familiar, la memoria de la guerra en los retornados tras el conflicto, la desconfianza de los “franceses” frente a los “americanos” en el seno del ejército francés.

Las iglesias, el servicio militar (presión del estado), las ceremonias cívicas, la prensa, las escuelas de la colonia francesa, forman parte de los mecanismos que estructuran un proceso de interiorización de los sentimientos que materializan una cultura de la guerra compartida por los poilus mexicains.

Número de franceses que partieron a la guerra y porcentaje con respecto a la colonia francesa de México

1914: 934, 82,4% (agosto: 531, 46,8%; septiembre: 347, 30,6%; octubre: 41, 4,1%; noviembre: 8; 0,7%; diciembre: 1, 0,1%)

1915: 137, 12,1%

1916: 49, 4,3%

1917: 9, 0,8%

1918: 5, 0,4%

Principales regiones de nacimiento de Poilus mexicains

Provence-Alpes-Côte d’Azur: 50%

Ile-de-France: 8%

Aquitaine: 8%

Otras regiones: 23%

México: 11%

Perfil de edad de los Poilus mexicains

20-28 años: 53%

29 a 34 años: 26%

35-41 años: 17%

41 a 48 años: 4%

Lugar de procedencia de los Poilus mexicains

Cidad de México: 617

Guadalajara: 105

Puebla: 54

Jalapa: 23

Morelia: 55

Veracruz: 13

Orizaba: 38

Saltillo: 9

Lugar de residencia de los insumisos identificados

Ciudad de México: 123

Veracruz: 33

Orizaba: 20

Jucaltepec-San Rafael: 84 (casi la totalidad de una comunidad formada a partir de un falasterio y que desarrollan un concepto de patria diferente)

Total de México: 385


1 réflexion sur « Journée d’études: “L’Amérique latine et les guerres (XIXe-XXe siècles)”, 30 avril 2019 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.