Archives de catégorie : Colloques et Journées d’études

Journée d’études/Jornada de estudios: « Territorios imaginados/Territoires imaginés », vendredi 16 avril 2021

El país del sauce, que nace de una pregunta del poeta Juan L. Ortiz («¿es mi país,
únicamente, el sauce?»), es una colección de libros y una reflexión sobre paisajes y
miradas que iniciaron las editoriales de las universidades nacionales del Litoral
y de Entre Ríos en 2o1o. Desde entonces, otras universidades se han ido sumando
al entramado de una red en crecimiento. En este marco se propone una jornada de
estudio como etapa preparatoria del IV coloquio En el país del sauce que se realizará en
2o22, en una sede a determinar. En los coloquios anteriores se han recorrido diversas
temáticas en torno del paisaje, como el horizonte (El horizonte fluvial, Paraná, 2o15), la
relación entre naturaleza, historia, urbanidad y literatura (El río y la ciudad, París, 2o17)
o sobre el límite de lo visible y lo posible (Orillas, Resistencia-Corrientes, 2o19).
En esta oportunidad, se explorarán algunos episodios de la rica relación entre
territorio, imaginación y utopía, sus proyectos, constitutivos de la modernidad,
su agotamiento, y también sus posibilidades para el tercer milenio.

 

 

 

Appel colloque « Cinquième Conférence internationale pour l’équilibre du Monde. Deuxième Colloque International d’historiens. Histoire, culture et souveraineté », La Havane 25-28 janvier 2022

Appel colloque

Cinquième Conférence internationale pour l’équilibre du Monde.

Deuxième Colloque International d’historiens. « Histoire, culture et souveraineté »

La Havane 25-28 janvier 2022

L’Union des Historiens de Cuba (UNHIC), en coparrainage avec l’Académie Cubaine d’Histoire,
l’Institut d’Histoire Cubaine, le Bureau des Affaires Historiques de la Présidence de la République, le Centre d’Études Martí, l’Université de La Havane et l’Université d’Oriente, appellent les historiens et les spécialistes de disciplines connexes à participer au IIe Colloque International d’Historiens «Histoire, culture et souveraineté nationale», dans le cadre du programme de la Ve Conférence Internationale «Pour l’équilibre du monde», qui se tiendra à La Havane, du 25 au 28 janvier 2022, organisée par le Projet José Martí de Solidarité Internationale.

Le Colloque vise à promouvoir l’échange et un débat large et pluriel sur la contribution de la science et de la conscience de l’histoire, des historiens, des chercheurs, des enseignants, des activistes et des promoteurs, avec la tâche martienne, universaliste et solidaire de construire un monde meilleur. Nous sommes intéressés à échanger sur le travail de la profession d’historien, et que le Colloque soit un espace idéal pour présenter de nouvelles études et des résultats historiographiques, pédagogiques et théorico-méthodologiques. Nous proposons les sujets d’échange suivants :

  1. José Martí, le concept d’équilibre du monde et Notre Amérique.
  2. Vision sur les processus d’intégration en Amérique Latine. Historicité et situation actuelle.
  3. Notre Amérique : Indépendance et Révolution.
  4. Cuba et le monde dans l’historiographie contemporaine.
  5. Critique historiographique. Paradigmes et défis.
  6. L’enseignement de l’histoire. Problèmes théoriques et méthodologiques.
  7. La formation des historiens. Expériences et défis.
  8. Expériences de socialisation de la connaissance historique. L’histoire dans le monde de
    l’édition et les alternatives informatiques.
  9. Importance de la mémoire historique dans la formation de l’individu et pour le développement social.

Les participants au Colloque seront considérés comme des délégués à la Vème Conférence et auront le droit de participer à toutes les commissions, conférences et autres domaines scientifiques du programme de ce conclave, ainsi qu’aux activités culturelles et parallèles prévues.

Le programme scientifique sera développé au moyen de présentations, pour lesquelles les auteurs disposeront d’un maximum de 20 minutes. La participation peut prendre la forme d’un orateur et d’un participant. Les personnes intéressées à participer à l’une ou l’autre des modalités peuvent s’inscrire directement auprès du Comité Organisateur de ce IIe Colloque.

Les personnes intéressées par la présentation de communications au IIe Colloque «HISTOIRE, CULTURE ET SOUVERAINETÉ NATIONALE» doivent envoyer leurs travaux au Comité Organisateur jusqu’au 30 novembre 2021, au courrier électronique : unhiccuba@cubarte.cult.cu

Ils doivent être envoyés avec les exigences suivantes :

• Titre de l’article. Résumé de 250 mots maximum en espagnol.
• Nom(s) et prénom(s) de l’auteur(s). Diplôme(s) scientifique(s). Institution(s) à laquelle appartiennent le(s) auteur(s). Ville, pays. Courrier électronique.

Tous les présentateurs doivent soumettre le texte intégral de leur communication au Comité organisateur lors de l’accréditation du colloque, en version imprimée sur papier 8,5 x 11, accompagnée d’une copie numérique au format Word.

ACCREDITATION: Les participants au IIème Colloque International d’Historiens «Histoire, Culture et souveraineté nationale» seront également accrédités comme délégués à la Vème Conférence Internationale pour l’Equilibre du Monde, et ne paieront que les frais d’inscription à la Vème Conférence : 120.00 USD pour les délégués et 50.00 USD pour les accompagnants.

Les étudiants de premier cycle paieront 70.00 USD. Le paiement peut être effectué au Palacio
des Conventions à La Havane, au moment de l›accréditation, ou en ligne sur le site officiel de
l’événement :

http://www.porelequilibriodelmundocuba.com


MÉMOIRES DE L’ÉVÉNEMENT: L’Union des Historiens de Cuba publiera un livre de mémoires sur
support numérique avec tous les résumés et communications présentés.

CRÉDITS: L’Union des Historiens de Cuba certifiera la participation au Colloque. La Conférence délivrera également un diplôme avec les crédits académiques correspondants, conformément aux normes internationales.

Séminaire ALEA : Diana Burgos-Vigna et Emmanuelle Sinardet (Université Paris Nanterre, GRECUN), « Deux joyas du Pacifique: (re)constructions patrimoniales à Valparaíso et Guayaquil » (conférence en ligne)

 

Séminaire ALEA (Amérique Latine et Espaces Atlantiques)

Séminaire d’Histoire contemporaine comparée

22 janvier 2021

Deux joyas du Pacifique: (re)constructions patrimoniales à Valparaíso et Guayaquil

Diana Burgos-Vigna et Emmanuelle Sinardet (Université Paris Nanterre, GRECUN)

Conférence en ligne

 

Séminaire ALHIM Amérique Latine Histoire et Mémoire, 2020-2021

Séminaire ALHIM

Amérique Latine Histoire et Mémoire

(2020-2021)

PROGRAMME

Affiche Séminaire ALHIM 2020-2021

Mercredi 17 février 2021 

La labor de ALHIM y el pensamiento del Colectivo Ch’ixi (Bolivia)

Natalia Molinaro et Vicente Romero (Université Paris 8)

13h-15h, visioconférence :
https://zoom.us/j/91627143869?pwd=R2tmWnFkeFV2aGVjMHAzSHhmNW5kdz09

Vendredi 19 mars 2021

Présentation de l’état de la recherche doctorale ALHIM

Jessica Torres et Jupiter Ossaba (Université Paris 8)

14h-16h, visioconférence : https://zoom.us/j/92937094814?pwd=eVVaWEEwMFE2ZTIydndUdDlhTzFydz09

ID de réunion : 929 3709 4814/Code  : 631334

Vendredi 21 mai 2021

Séance mutualisée avec le séminaire ALEA

Comprendre, expertiser et résoudre un conflit armé sans fin : sociologie des commissions d’histoire et des chercheurs en Colombie

Julie Lavielle (Institut des Sciences sociales du politique)

 16h-18h,visioconférence : https://zoom.us/j/98916070138?pwd=VDB3VXpxT3pLWDMvazdobHFheDhUdz09
ID de Réunion : 989 1607 0138/Code : 899680

Contact : enrique.fernandez@yahoo.fr; viromeroes@yahoo.es

Séminaire ALEA (Amérique Latine et Espaces Atlantiques) Séminaire d’Histoire contemporaine comparée, 2020-2021

 

 

Séminaire  2020-2021

Séminaire ALEA (Amérique Latine et Espaces Atlantiques)

Séminaire d’Histoire contemporaine comparée

Sorbonne Université-Université Paris Nanterre-Université Paris 8

Le séminaire interuniversitaire ALEA rassemble trois équipes spécialistes de l’Amérique latine contemporaine désireuses de trouver un espace de réflexion commun pour échanger et débattre autour de leurs travaux sur les mondes latino-américains, dans le cadre des espaces atlantiques. En prise avec l’actualité de la recherche et s’inscrivant dans une perspective d’histoire comparée ouverte à l’interdisciplinarité, ce séminaire vise à interroger les processus historiques et politiques à l’œuvre dans les sociétés latino-américaines, dans leurs rapports internes et avec d’autres aires géo culturelles.

 

PROGRAMME

9 octobre 2020
« ‘… que el sistema colonial no entra ni puede entrar en nuestros cálculos, porque basta decir para repudiarlo que somos españoles…’ En torno al debate historiográfico sobre la especialidad ultramarina durante el siglo XIX español »
Alina Castellanos (Sorbonne Université, IberHis-CRIMIC)
17h-19h • Sorbonne Université, Institut d’Études hispaniques (salle Delpy)
22 janvier 2021
« Deux joyas du Pacifique: (re)constructions patrimoniales à Valparaíso et Guayaquil »
Diana Burgos-Vigna et Emmanuelle Sinardet (Université Paris Nanterre, GRECUN)
15h-17h • Séance en visioconférénce : 
https://join.skype.com/nDVzAfFiArwG
12 février 2021
Journée d’étude « Les Centenaires de 1921 (Pérou, Mexique, Amérique centrale) »
11h-18h • Journée en visioconférence :
 https://us02web.zoom.us/j/82413584434?pwd=dm92QnE3UmMvTEFtQXRTZU1ORFJPUT09
ID de reunión: 824 1358 4434 / Código: 810808
21 mai 2021
« Comprendre, expertiser et résoudre un conflit armé sans fin : sociologie des commissions d’histoire et des chercheurs en Colombie »
Julie Lavielle (Institut des Sciences sociales du politique)
16h-18h • Séance en visioconférence :
https://zoom.us/j/98916070138?pwd=VDB3VXpxT3pLWDMvazdobHFheDhUdz09

ID de réunion : 989 1607 0138/Code : 899680

Équipes partenaires :

CRIIA (EA 369, Université Paris Nanterre), GRECUN (Groupe État, Culture, Nation dans le monde ibéro-américain)

LER (EA 4385, Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis), groupe ALHIM (Amérique latine, histoire et mémoire)

CRIMIC (EA 2561, Sorbonne Université), axe IBERHIS (Histoire et cultures des mondes ibériques)

Organisateurs/Organisatrices :

Diana BURGOS-VIGNA, professeure à l’Université Paris-Nanterre, diana.burgosvigna@parisnanterre.fr

Enrique FERNANDEZ DOMINGO, professeur à l’Université Paris 8, enrique.fernandez-domingo@univ-paris8.fr

David MARCILHACY, professeur à Sorbonne-Université, david.marcilhacy@sorbonne-universite.fr

Françoise MARTINEZ, professeure à l’Université Paris 8, francoise.martinez02@univ-paris8.fr

Miguel RODRIGUEZ, professeur à Sorbonne-Université, migrodriguez@orange.fr

Journée d’études du séminaire Mémoire et Histoire en Amérique Latine et Espagne. Du Contemporain au temps présent », 10 juin 2020

Affiche et programme

Journée d’études du séminaire « Mémoire et Histoire en Amérique Latine et Espagne. Du Contemporain au temps présent »

Mercredi 10 juin  2020

Organisateurs : Marion Cairault, Marcy Campos, Flavio Foresi, Jessica Torres Quiroga

Participer à la réunion Zoom
https://us02web.zoom.us/j/89006490545?pwd=djVFbk5kVzZQcTZFZzhoNDF1Skg4Zz09

ID de réunion : 890 0649 0545
Mot de passe : 6ywnfh
14h00 – 14h20 : Temps d’entrée + Introduction / Présentations
Première partie: Figures, représentations et transferts,
14h20-15h00 : « Mamá Dulú dans le discours politique des indiens d’Equateur (1988-2017) : égérie de résistance ou figure consensuelle de l’interculturalité ? », Sarah Dichy-Malherme (Doctorante en civilisation hispano-américaine – Université Paris 8, Laboratoire d’Études Romanes (LER) / Université Paris-Nanterre, Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-américaines (CRIIA) et Institut Français d’Études Andines (IFEA)
15h00 -15h40 : « S’habiller dans le temps et dans l’espace historique »,
Everton Vieira Barbosa (Doctorant en histoire à l’Universidade Federal Fluminense – Niterói)
15h40 – 15h50 : Pause
Deuxième partie : Droites en Amérique latine : médiations et influences

15h50-16h30 : « L’influence du Phalangisme sur les élites politiques colombiennes (1930-1958), les racines du terrorisme d’Etat en Colombie? », Sebastian Acevedo (Doctorant en études hispaniques et hispano-américain – Université Paul Valéry-Montpellier, Unité Langues, Littératures, Arts et Cultures des Suds (LLACS)-Université Paris 8, Laboratoire d’Études Romanes (LER))
16h30-17h10 : « Chile y su verdad’: televisión y memoria en dictadura, 1973-1990 », Sergio Durán – (Doctorant en Histoire – Pontificia Universidad Católica de Chile (PUC))

Appel à colloque: « Juventud e infancia en Chile, siglos XIX-XXI », Córdoba (España), 17 y 18 de junio de 2021

VI° COLOQUIO INTERNACIONAL SOBRE HISTORIA DE CHILE

(Université Paris Nanterre, Université Paris 8, Université Lumière Lyon 2 y Universidad de Córdoba)

Juventud e infancia en Chile, siglos XIX-XXI: De invisibles, callejeros, pingüinos y manifestantes permanentes y de rebeldes sin causa a rebeldes con muchas causas

Córdoba (España), 17 y 18 de junio de 2021

Estudiantes chilenos protestan contra cancelación de ...

  • Presentación

Este coloquio internacional, que se celebrará en la Facultad de Filosofía y Letras de la Universidad de Córdoba (España) los días 17 y 18 de junio de 2021, se enmarca en la continuación de los coloquios celebrados desde 2011 en las universidades de Paris 8 (2015), Paris Nanterre (2011 y 2013), Santiago de Chile (2017) y Lyon (2019), que tuvieron Chile como objeto de estudio central. El coloquio de 2021 propone un tema de reflexión que fue pensado desde hace tiempo y cuya relevancia ha sido demostrada por los recientes acontecimientos desde octubre de 2019.

El coloquio tiene entre sus objetivos el establecer un balance de los avances realizados hasta el momento, materializados en la literatura chilena e internacional sobre el tema, a partir de una perspectiva histórica e interdisciplinaria acerca de los conceptos de infancia y juventud y su evolución histórica en el ámbito chileno.

Más allá de la definición de la infancia y la juventud que deben ser analizados en función de las épocas y de los lugares socioespaciales, el coloquio se interesa por los discursos sobre la infancia y la juventud, así como por las prácticas sociopolíticas, culturales e identitarias de los jóvenes a lo largo de la historia contemporánea de Chile (s. XIX-XXI).

  • Justificación

Los siglos anteriores al XIX no integraron una diferencia claramente delimitada entre juventud y edad adulta; solo, en el contexto literario, los Románticos exaltaron a la juventud. Otro marcador de la especificidad de la infancia y de la juventud es, en los países en pleno auge industrial, a partir de mediados del XIX, en el marco de las luchas sindicales, la tentativa para obtener una legislación laboral propia que enmarque el trabajo infantil.

En Europa y EEUU, el concepto de juventud nace en la mirada de los sociólogos a consecuencia del papel desempeñado por ésta durante las guerras mundiales y por la pérdida demográfica que éstas inducen sobre el lapso de tiempo de una generación. En el periodo de entreguerras, los jóvenes se convierten en antiguos combatientes. Ortega y Gasset, al igual que Mannheim, descubren a esa juventud cuyo peso en el descontento político aparece como una novedad. Nace la idea de juventud ligada a la de generación.

Pero una generación ya no es un conjunto de individuos reagrupados por su pertenencia a un espacio-fecha creado por su año de nacimiento, sino un conjunto de individuos identificados a un grupo por haber compartido una experiencia que conciben como un problema, un conflicto. Por consiguiente, asistimos a una subjetivación de lo vivido. Lo vivido en conjunto se convierte en una ruptura frente a los demás, frente a quienes no comparten esa experiencia y los problemas que nacen de ésta.

A partir de esta vivencia común concebida como una ruptura, se crean mecanismos de identidad y modos de reconocimiento entre quienes han compartido una experiencia común que se prolongan en la vida anteriormente considerada como adulta [Vommaro, 2014]. De ahí que el ser joven aparece entonces como estar en ruptura con el resto de una sociedad que no vivió esa experiencia, que no la comparte, que no tiene los mismos códigos y valores. Ello facilita la ampliación del compromiso político interclasista.

A lo largo del siglo XX, las formas del “ser” joven han evolucionado, hasta el punto de que varios autores consideran que ya no se puede hablar de juventud en singular, sino que conviene pluralizar los términos. Chaves (2006) considera que la juventud es una categoría “que cobra significado únicamente cuando podemos enmarcarla en el tiempo y en el espacio, es decir, reconocerla como categoría situada en el mundo social”. Por su parte, Bourdieu relativizar la noción de juventud hasta el punto de considerar que siempre se es joven o viejo en función de la edad del que nos mira.

En Chile, en los años 50, frente a la amplia distribución de modelos cinematográficos importados de EEUU se observa una evolución el concepto del “ser joven” creado por una copia de modelos consumistas [GONZÁLEZ, 2011]. Al mismo tiempo se observa una renovación de los marcadores creadores de esta juventud (integración al mundo del trabajo, al mundo de un consumo especializado, exclusión del mundo de decisiones, lo cual favorece la militancia política y sindical, etc.). Los años 60-70 chilenos están marcados por el hecho de que alrededor de un tercio de la población (39,6 % en 1960) tiene menos de 14 años (28% en 2001, 22,3 % hoy). Sin duda estos datos han de ser tomados en cuenta a la hora de investigar un eje mayor, el de la militancia, la rebeldía y el descontento social que intentan marcar y obtener cambios estructurales.

La rebelión mundial de la juventud a finales de los años 60 y su emergencia en los movimientos políticos y sociales, muestra la capacidad crítica de ésta, su ruptura con el pasado, y su voluntad de renovación cuando no de cambio radical. La innovación que emerge del movimiento mundial provoca una renovación de la mirada sobre lo que ya no es visto como un fenómeno etario sino como una categoría de individuos que comparten una realidad sociohistórica, un momento social en la Historia, una mirada emergente del Mundo y sus categorías.

Al mismo tiempo, en esos años 60-70, ser joven es estar en la mitad de su vida, recordemos al obrero que entrevistado en La Batalla de Chile declara que no lucha por él, sino por sus hijos, ya que considera que, al llegar a los 42 años, las cosas se han acabado para él.

Para Urresti / Balardini [2000] la particular necesidad de ampliar el número de consumidores, propia del capitalismo, es los que hace que la juventud es considerada como un sujeto y actor social, siendo esto una de las marcas de la Modernidad. La organización escolar, en su doble marco de contenedor represor de niñ@s y de jóvenes, y de instancia que prepara al mundo de la producción y a la ciudadanía política, se convierte en el mayor sistema de reproducción social y de dominación para encauzar a la juventud. Esa escuela, esa universidad que preparan al mundo del trabajo es el principio de la dominación que, a veces, engendra la rebelión.  Más allá de una posible rebelión juvenil, conviene estudiar hasta qué punto si ésta no nace sencillamente de ese autoritarismo, de la dominación, de la reproducción social que funcionan infantilizando al joven adulto.

A partir de finales del siglo XIX, la prolongación del tiempo de vida humana – producto de las mejoras alimenticias y médicas – transforma las mentalidades frente a la necesidad reproductiva, llevando en muchas sociedades a retrasar la edad del matrimonio-reproducción, llegando hasta modificar el concepto de familia y el empleo de espacio-vida del humano, lo cual a su vez provoca esa “transición demográfica” (tasa de crecimiento demográfico alrededor de 2,5) que aparece en Europa y pronto se echa de ver en América Latina, en Uruguay (a finales del s. XIX [Pellegrino, 2008]), dándose en Chile a partir de los 50. A su vez, estas transformaciones inciden en la mirada conceptual sobre la juventud.

A mediados de los años 50 y 60, las sociedades se ven transformadas por la aparición de medios anticonceptivos que transforman las ideas de familia, reproducción y las mentalidades acerca de la sexualidad, lo cual se acompaña de modificaciones estructurales en la organización social (edad del primer parto, trabajo femenino fuera del hogar, modificación del concepto de familia, edad del casamiento, relaciones prematrimoniales más seguras, etc.). A su vez, estas modificaciones afectan a la juventud al igual que transforman sus paradigmas. Todo ello, claro está con diferencias, a veces muy marcadas, entre las diversas clases sociales, y en los géneros. En Chile, estas transformaciones nutren los debates de las páginas de Paula y los discursos de la Iglesias.

En materia de control de natalidades e incidencia sociales y mentales, Chile no queda retrasado ya que para 1938 – bajo el gobierno de Frente Popular (1936-1941), en el que Salvador Allende es ministro de Salud-, se prescriben los primeros diafragmas en hospitales chilenos. A finales de los 50, los métodos contraceptivos poco seguros se ven mejorados por la aparición en 1959 del anillo de Zipper. El invento del médico chileno tiene gran éxito en el Tercer Mundo hasta verse reemplazado por el T con cobre 380 A [Galán, 2010].

En la realidad particular del Chile de la segunda mitad del siglo XX hasta el presente, convendrá observar las evoluciones -protagonizadas o reservadas a la infancia y a la juventud en el marco- de una sociedad cada vez más integrada a los modos de producción, y –en ciertos niveles- de consumo dominantes propios del capitalismo occidental; pero también al caso de sus franjas marginadas. Convienen entonces interesarse por los cambios acaecidos que abarcan diversos y amplios sectores sociales (urbanos pero también provincianos y rurales) con conexiones particulares interclasistas y no siempre de semejante amplitud, tanto a nivel de la sexualidad, del compromiso político y sindical, de la ampliación o creación de consumos particulares, del incremento de las posibilidades de acceder a la educación (incluso superior) y la integración al mundo laboral, etc.

Un espacio particular será dedicado a las actitudes y a las dinámicas juveniles que integraron y marcaron de modo específico los movimientos políticos y las organizaciones sociales que protagonizaron las tres contiendas electorales antes de 1973, y acaso los cambios de organización y consideración social y educativa de los que fueron objeto las niñas y niños. También se dedicará atención al papel de la juventud bajo la dictadura y sus postrimerías bajo el manto de la llamada “transición democrática”, en particular a los cambios de mentalidades inducidos por la represión, el conservadurismo y las dificultades económicas de los que fueron particularmente víctimas jóvenes y niñ@s.

Así mismo será particularmente conveniente interesarse por las miradas juveniles sobre el presente y la renovación que provocan la(s) mirada(s) y el análisis de las luchas anteriores ; y las diferencias de trayectorias en función del género. Al mismo tiempo, conviene interesarse por los discursos creados por los sectores más conservadores (o adaptativos) para expresas su opinión, rechazo o acomodación frente a estos cambios (patronal, Iglesia, sectores ligados los intereses estadounidenses) implementados desde finales de los 50 hasta hoy en día.

Va si decir que se ofrecerá espacio privilegiado a los análisis acerca de los últimos acontecimientos.

Bibliografía

BOËTHIUS, Ulf, “Youth, the media and moral panics”: in FÖRNAS, Johan & GÖRAN Bolin (eds.) Youth Culture in Late Modernity, London, Sage, 1995, p. 39-57.

BRUNNER, José Joaquín; BARRIOS, Alicia; CATALÁN, Carlos, Chile: Transformaciones culturales y modernidad, Santiago, FLACSo, 1989.

Chaves, Mariana, « ¿Vamos  a  la plaza?  Usos y preferencias juveniles sobre la ciudad », Revista ESCENARIOS, Año 4, Nº 7, La Plata, 2000, pp. 9-23.

FEIXA, Carles, De jóvenes, bandas y tribus, Barcelona, Ariel, 1999. 

GALÁN CHIAPPA, Guillermo, “50 años de la píldora anticonceptiva”, (artículo), Revista chilena de obstetricia y ginecología, Hospital Santiago Oriente Dr Luis Tisné Brousse, v. 5 n° 2, Santiago, 2010, p. 105–111.

GALÁN CHIAPPA Guillermo, “50 años de la píldora anticonceptiva”, Editorial, Revista chilena de obstetricia y ginecología, v. 75 n° 4, Santiago, 2010, p. 217–220.

GONZÁLEZ, Yanko, “Que los Viejos se Vayan a Sus Casas. Juventud y Vanguardia en América Latina”, Movimientos Juveniles. De la globalización a la antiglobalización, Feixa, C. Costa et C. Saura, J. R (eds.), Barcelona, Ariel, 2002.

GONZÁLEZ, Yanko, « Sumar y no ser sumados »: culturas juveniles revolucionarias. Mayo de 1968 y diversificación identitaria en Chile », Alpha, n° 30, 2010, [online: www.scielo.cl].

GONZÁLEZ, Yanko, “Primeras culturas juveniles en Chile: pánico, malones, pololeo y matiné, Atena (503), Concepción, Universidad de Concepción, 2011.

GÓNZALEZ CANGAS Yanko, « Mai avant Mai, Mai après Mai. Cultures juvéniles et diversification identitaire au Chili », 1968 en Amérique. Apparition de nouveaux acteurs, de La Llosa Alvar, Decante Stéphanie (dir.), Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2012.

HAMEL, Jacques, PUGEAULT-CICCHELLI, Catherine, GALLAND, Olivier et CICCHELLI, Vincenzo (dir.), La jeunesse n’est plus ce qu’elle était, Rennes, PUR, 2014.

MATTELART, Armand, La mujer chilena en una nueva sociedad: un estudio exploratorio acerca de la situación e imagen de la mujer en Chile, Santiago de Chile: Edit. del Pacífico, 1968.

MATTELARD Armand et MATTELARD Michele, Juventud chilena: Rebeldía y conformismo, Santiago, Editorial Universitaria, 1970.

MORDER, Robi, « Années 1960 : crise des jeunesses, mutations de la jeunesse », Matériaux pour l’histoire de notre temps, volume 74, Numéro 74, 2004, p. 62-69.

MOYANO BARAHONA, Cristina, Mapu o la seducción del poder y la juventud: los años fundacionales del partido-mito de nuestra transición (1969-1973), Santiago, Universidad Alberto Hurtado, 2009.

Pellegrino, Adela et al., “De una transición a otra: la dinámica demográfica del Uruguay en el siglo XX”, en NAHUM, Benjamín (ed.), Uruguay en el siglo XX: la sociedad, Ediciones de Banda Oriental, Montevideo, 2008, pp. 50-75.

PONCE, Aníbal, Ambición y angustia de los adolescentes, Buenos Aires, Talleres Gráficos L. J. Rosso, 1939.

PONCE, Aníbal, Psicología de la adolescencia, México, Manuales UTE-HA Unión Editorial Tipográfica Hispanoamericana, 1960 (1938).  

URRESTI, M., « Paradigmas de la participación juvenil: un balance histórico », Balardini (Comp.), La Participación social y política de los jóvenes en el horizonte del nuevo siglo, Buenos Aires, Clasco, p. 177-206.

VOMMARO, Pablo A., « Hacia un abordaje de las relaciones entre políticas y juventudes en América Latina a partir de la noción de generación »: Perfiles de la Cultura Cubana, at http://www.perfiles.cult.cu/article_c.php?numero=11&article_id=301

VOMMARO, Pablo, “Juventudes, políticas y generaciones en América Latina: acercamientos teóricos-conceptuales para su abordaje”, En busca de las condiciones juveniles latinoamericanas, (Cord. Sara Victoria Alvarado et Pablo Vommaro), Buenos Aires, Clasco, Tijuana, El Colegio de la Frontera Norte, Manizales, Universidad, Sabaneta, Cinde, 2014.

ZARZURI, Raúl y GANTER, Rodrigo (eds.), Jóvenes: la diferencia como consigna, Santiago, CESC, 2005.

Ejes del coloquio

Varios son los ejes que corresponden a los objetivos del coloquio:

  • La formación de la infancia y la juventud
  •  Los medios de formación y transmisión: Instituciones (establecimientos educacionales, Fuerzas armadas…), la educación intrafamiliar, la formación con la sociedad civil y los pares.
  • La transmisión y formación de identidades y valores a nivel cultural, sexual, nacional, religioso y político.
  • La reproducción social y la supervivencia de las desigualdades: acceso a la instrucción, acceso al mercado laboral, desigualdad de tratamiento dentro del Estado.
  • Los jóvenes, actores sociales y políticos
  • Los derechos políticos y la militancia política
  • Los rebeldes: la movilización social a través del tiempo (Santiago Arcos y Francisco Bilbao en el siglo XIX, pololeo y Carlotos, la Revolución de los Pingüinos, el estallido social de octubre de 2019, etc.)
  • La solidaridad y la colaboración a nivel local, nacional e internacional
  • Discursos y representaciones en contextos distintos: de la juventud colaboradora a la juventud enemiga
  • El discurso político sobre la juventud
  • El discurso mediático
  • El discurso de la juventud sobre sí misma$
  • Migraciones y exilios en la edad infantil y juvenil de chilenos
  • Emigración e integración en el país de acogida de los niños y jóvenes chilenos.
  • Situación de los hijos de exiliados o refugiados políticos en países extranjeros.
Fechas
Fecha límite para enviar a coloquio.chile2021@gmail.com   propuestas de ponencias (con un CV corto): 30 de septiembre de 2020
Respuesta: 30 de octubre de 2020
Difusión del programa: enero de 2020
Fechas del coloquio: 17 y 18 de junio de 2021
Comité Organizador

Juan Luis Carrellán (Universidad de Córdoba)

Alvar de la Llosa (Université Lumière Lyon 2)

Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8)

Nathalie Jammet-Arias (Université Paris Nanterre)

Appel à communication. Colloque « Occidentalisme : L’Occident après 1945 », 10 au 12 juin 2020, Université Paris 8

 

Résultat de recherche d'images pour "paris 8"


Appel à communication. Colloque « Occidentalisme : L’Occident après 1945 », 10 au 12 juin 2020

Ce colloque se propose d’interroger la notion d’« occidentalisme », qui est défini par The Dictionary of Human Geography (5e édition, 2009) comme « la construction systématique de « l’Occident » comme une entité délimitée et unifiée. » Ici, le terme est envisagé comme le pendant de « l’orientalisme »tel que défini par Edward Said (1978), mais il ne s’agit pas de revenir sur les études postcoloniales ni de questionner leurs travaux et leurs tendances, riches et nombreuses. L’idée d’« Occident », par opposition à l’Orient, a une origine ancienne mais le colloque se focalisera sur la période depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale en adoptant une perspective pluriculturelle, interlinguistique et interdisciplinaire.


Un des objectifs principaux de ce colloque est d’analyser certains termes clés et leur pertinence actuelle. Pour commencer, la définition citée ci-dessus parle d’un « Occident qui est « délimité »mais les frontières exactes ne sont pas claires. On considère souvent que l’Occident comprend l’Europe occidentale et les pays où la majorité de la population est originaire d’Europe occidentale (notamment les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande). La situation de l’Amérique latine, en revanche, est différente. Les pays sociétés qui composent cet ensemble font-ils pleinement partie de « l’Occident » ? Comment les pays sociétés d’Amérique latine voient-ils « l’Occident » et comment se considèrent-ils eux-mêmes par rapport à cet « Occident » ?


Il se peut que l’ambiguïté de leur place soit liée au lien souvent établi entre le statut de nation « occidentale » et le développement économique. Quelle est, par exemple, la situation de pays comme le Japon, la Corée du Sud et Taiwan qui sont similaires sur le plan économique et partagent des valeurs démocratiques ? Comment sont-ils perçus et comment se perçoivent-ils ? Quels sont les traits qui les rattachent au « camp occidental » ? Qu’est-ce qui fait qu’un pays est perçu comme partiellement ou majoritairement « occidental » ? Par qui est-il perçu comme tel ?


Une considération supplémentaire est d’examiner à quel point on peut voir « l’Occident » comme unifié. Ces perceptions varient-elles selon les régions et les pays ? Quelle est la place de la tradition judéo-chrétienne dans cette définition ? Quelle est la place et le rôle joué par l’immigration et les diasporas ? Comment des « non-Occidentaux », vivant en « Occident », définissent-ils leur identité et leur appartenance ? Quelles sont leurs attitudes vis-à-vis de « l’occidentalisation » en tant que phénomène global ?


A quel point peut-on dire que la dichotomie historique entre Est/Ouest devient une division Nord/Sud ? « L’Occident » va-t-il rester une notion pertinente ?
Une partie particulièrement importante de ce colloque consistera à explorer la manière dont« l’Occident » est perçu par ceux qui s’identifient comme appartenant à d’autres cultures. Said a mis en évidence la fréquence des stéréotypes dans la façon dont les « Occidentaux » voient l’Orient. L’inverse se vérifie-t-il également ? Sur quoi fondent-ils leur perception ? Comment définissent-ils « l’Occident » et quelles sont leurs attitudes vis-à-vis de « l’occidentalisation » de leur propre pays ? Vis-à-vis du pouvoir colonial, ancien ou non ? La situation varie-t-elle selon les régions ou les nations ? Dans plusieurs pays certains régimes sont perçus comme « pro-occidentaux » et d’autres comme « anti-Occident ». De plus, dans la presse et les médias, il n’est pas rare de voir certaines personnes qualifiées d’« occidentalisées » en raison soit de leur mode de vie, soit de leur manière de pensée.

Enfin, comment les « narrations » peuvent-elles être liées à des représentations populaires? Comment les médias, réels ou virtuels, participent-ils à la construction de ces représentations ?
Nous serons heureux de recevoir des propositions de communications sur les sujets suivants (cette liste n’est pas exhaustive) :

– L’occidentalisme comme contre-discours à l’orientalisme, y compris la critique par Saïd de l’occidentalisme
– Les géographies des cultures non-occidentales
– L’idée populiste de l’occidentalisme qui est paru après les attaques du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et du 7 juillet 2005 en Grande-Bretagne et la représentation de l’Occident et de la modernité mondiale dans ces descriptions
– Les analyses de la représentation de l’Occident dans des genres spécifiques au cinéma, à la télévision ou dans les jeux vidéo
– Le point de vue des élites de la politique étrangère (aussi bien celles qui se considèrent comme Occidentaux que celles du Sud)
– La représentation des élites et des citoyens ordinaires
– Les mouvements politiques et sociaux qui traversent l’Occident et les pays du Sud (par exemple, le Parti Communiste ou le mouvement LGBTQ)
– Représentation de race, genre, religion, âge ou classe sociale
– Impact de la censure, officielle ou auto-imposée
– La publicité, la communication des institutions publiques ou les documentaires
– Réception, et utilisation, par le public des séries télévisées, de la musique, des jeux vidéo et des films occidentaux par les régions du Sud, y compris ceux pour les enfants
– Changements dans les discours et les stéréotypes de l’Occident

Keynotes :

Manuel Burga Díaz, Professeur émérite d’histoire et ancien recteur de la Universidad Nacional Mayor de San Marcos au Pérou

Alastair Bonnett, Professeur de la géographie sociale à l’Université de Newcastle et auteur du livre, The Idea of the West : Culture, Politics and History

La conférence se tiendra du 10 au 12 juin 2020 à l’Université Paris 8 – Vincennes – Saint Denis. Les langues du colloque sont l’anglais et le français. Merci d’envoyer un résumé de 250 à 300 mots ainsi qu’une courte biographie avant le 15 décembre 2019 à https://easychair.org/conferences/?conf=occ2020

Contact : Vicente Romero viromeroes@yahoo.es

Séminaire ALHIM-GRECUN : Millaray Painemal Morales (Historienne mapuche), « Las mujeres Mapuche y sus luchas y resistencias ante la criminalización y el despojo en el Chile actual »

Séminaire ALHIM-GRECUN

 

Session 23 10 2019 affiche

Las mujeres Mapuche y sus luchas y resistencias ante la criminalización y el despojo en el Chile actual
Millaray Painemal Morales (Historienne mapuche)*

« Ser mapuche es un ser político »

« Experiencia individual desde la organización y mi vida en la comunidad »

Tras realizar la ceremonia de lagua, la historiadora mapuche comienza por interperlar el auditorio sobre la importancia vital de la cuestión del agua, la lucha por el agua y contra la privatización de este bien común y el impacto nefasto de los monocultivos de eucaliptos y de pinos. http://www.mapuche.info/?kat=4&sida=5215

En cuanto a las mujeres, la historiadora mapuche nos explica el objetivo primordial sobre la transmisión de la recuperación de nuestra semilla, nuestro territorio y nuestra tierra.

Según Millaray Painemal Morales, la democracia nunca llegó a las comunidades mapuches. La sociedad está fragmentada y dividida. Para ella, hay que retomar « nuestra espiritualidad y luchar por el bien común. »

Las comunidad mapuche sufre también un extractivismo de los conocimientos de la comunidad

En 1937 aparecen las primeras organizaciones de mujeres, hermanas de las grandes líderes, que abordan temáticas propias : cultura, tradiciones, ceremonias. Su punto en común es la lucha contra el capitalismo, contra el patriarcado y por el reconocimiento plurinacional.

La asociación a la que pertenece Millaray Painemal Morales propone una autonomía propia con respecto a los partidos políticos y defiende un feminismo campesino y popular, un equilibrio entre géneros. Hay contactos con el colectivo femenista en Santiago y no se cierra la posibilidad de hacer alianzas con las diferentes tendencias feministas.

El colectivo se basa en una dualidad amplia en conexión con la madre naturaleza. Su objetivo principal es la transmisión del conocimiento, compartir el saber sobre las plantas medicinales e intercambiar con las mujeres urbanas

Para Millaray Painemal Morales la mujer mapuche es diversa, muy marcada por la tendencia conservadora entre las mujeres del campo. Con respecto a la participación de las mujeres jóvenes, su ausencia produce un envejecimiento de la asociación.

« La ayuda entre mujeres » : evitar la victimización y luchar por los espacios de resistencia

Isabel Cañet Caniulen y Millaray Painemal Morales, « ¿Es qué acaso debemos ser todas feministas ? Reflexiones de mujeres mapuche para un debate », lalineadefuego.info, 6/3, 2018 : https://lalineadefuego.info/2018/03/06/es-que-acaso-debemos-ser-todas-feministas-reflexiones-de-mujeres-mapuche-para-un-debate-por-isabel-canet-caniulen-y-millaray-painemal-morales/

Victoria Aldunate, « El feminicidio de la activista Macarena Valdés Muñoz en Liquiñe », eldesconcierto.cl, 20/10/2016 : https://www.eldesconcierto.cl/2016/10/20/el-feminicidio-empresarial-de-la-activista-macarena-valdes-munoz-en-liquine/

Formación política dentro de la asociación que busca estrategias de visibilización como elemento de negociación en las instituciones : cómo hacer que el territorio sea donde se toman decisiones nuestras,es decir,  a partir de una concepción mapuche.

Para la historiadora mapuche, hay que crear una conciencia política desde una realidad compleja y unas necesidades vitales. Hay que evitar que los pueblos originales queden en una prisión folklorica. Hay una necesidad de alianzas horizontales con la Academia, el mundo urbano y el mundo político. Hay que luchar contra la ausencia de las mujeres en la historiografía, no sólo chilena, sino también en el relato histórico mapuche.

Carrasco M, Iván. (2000), « Poetas mapuches en la literatura chilena », Estudios filológicos, (35), 139-149. https://dx.doi.org/10.4067/S0071-17132000003500009

« Poesía mapuche para un Chile rebelde (o versos de un poeta bajo las balas) » http://www.laizquierdadiario.com/Poesia-mapuche-para-un-Chile-rebelde-o-versos-de-un-poeta-bajo-las-balas

___________________________________________________________________________

* HISTORIADORA y ACTIVISTA DEL PUEBLO MAPUCHE

La Asociacion Tierra y Libertad para Arauco – Wallmapu tendrá el honor y el placer de recibir desde el 10 de octubre hasta el 30 de octubre a la Sra Mme Millaray Painemal Morales, Historiadora mapuche, originaria de la Comunidad de Koiwe, comuna de Cholchol, region de la Araucania, Chile.

En el año 1984, periodo de dictadura militar, debe salir fuera del pais para realizar sus estudios universitarios en la Ex Unión Soviética. Retorna a Chile en 1990 y comienza a trabajar en organizaciones no gubernamentales y mapuche. 

En el año 1998, junto a 50 mujeres campesinas y mujeres indígenas, funda la Asociación Nacional de Mujeres Rurales e Indígenas ANAMURI.  Aquí ha ocupado diversos cargos como Vicepresidenta, Secretaria general, actualmente es la Coordinadora Nacional del Departamento Indígena.

Desde el año 1998 dedica su tiempo a trabajar por los derechos de los Pueblos Indígenas, campesinas y de las mujeres. A nivel local Coordina la Red de Mujeres Mapuche Trawun pu Zomo de la Comuna de Cholchol, Novena Región. Esta red viene trabajando hace 5 años de manera autónoma, autogestionada, siendo una de sus lineas de trabajo la defensa de los territorios, aguas y semillas ancestrales.

De importante trayectoria en las organizaciones de mujeres Mapuche, Millaray nos compartira su mirada frente al actual modelo económico imperante en Chile, la propuesta desde las mujeres rurales, las actividades en pro de la defensa de la soberanía alimentaria y la protección de las semillas ante los intentos de ciertos sectores por privatizarlas y un llamado a las organizaciones y comunidades.

Millaray Painemal ha escrito los siguientes articulos :

2005 “La experiencia de organizaciones de mujeres Mapuche: Resistencias y Desafíos ante una doble discriminación” en libro La Doble Mirada: Voces e Historias de Mujeres Indígenas latinoamericanas, publicado por el Instituto de Liderazgo Simone de Beauvoir, México.

2011 Painemal Millaray y Richard Patricia: “Transnacionalización, derechos humanos y mujeres mapuche”, articulo en libro “Justicia y diversidad en América Latina. Pueblos Indígenas ante la Globalización”. Coordinadores Victoria Chenaut, Magdalena Gómez, Héctor Ortiz y María Teresa Sierra. 2011.

2015 Painemal Millaray; Álvarez Díaz Andrea: Manual de prevención de violencia intrafamiliar “Caminando Juntas hacia la recuperación del Kvme Mogen y el Azmapu”. Publicado por FACSO Ediciones, Stgo de Chile, 2015.

2016 Painemal Millaray, Álvarez Díaz Andrea: “Mujeres y pueblos originarios. Luchas y resistencias hacia la descolonización”, publicado en la colección Pensamiento Mapuche Contemporáneo de Pehuén. El libro recopila trabajos elaborados el 2013 para el “Primer Congreso Internacional de Pueblos Indígenas de América Latina, siglos XIX-XXI. Avances, perspectivas y retos”, que se desarrolló en Oaxaca, México, en octubre de ese año, donde se realizó el simposio “Mujeres y Pueblos originarios: hacia la descolonización del género”.

 

 

 

 

Journée d’études jeunes chercheurs : « Mémoire et histoire en Amérique Latine, Espagne et Portugal du contemporain au temps présent », 19 juin 2019

Programme

PREMIÈRE PARTIE
14h00 – 16h00

Jean-Paul Campillo [PRAG Université d’Avignon – LIRCES Université de Nice Sophia Antipolis], « Les stratégies de dénonciation dans le cinéma politique. Etude de trois documentaires portant sur le cas Sintel »

Myriam Hernandez Reina [Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne – IHTP], « L’anthropologie de l’ethnocide: une histoire conceptuelle aux origines du pluralisme culturelle en Amérique latine (1968-1980) »

Juliana Alvarez Oliares [Université Sorbonne Paris Cité – Universidad Nacional de Colombia], « Le monde artisanal en transformation, éducation technique et circulations de savoirs en Colombie. 1880-1910 »

DEUXIÈME PARTIE
16h30 – 18h00

Alberto Preci [Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Prodig], « « Les Argentins descendent des bateaux » ou comment construire une Nation par les carte »

Sylvain Chevauch é [Université de Paris 8 Vincennes-Saint Denis – IHTP], « Religieuses et prêtres français missionnaires en Argentine : observateurs aux avant-postes et victimes de la répression (1974-1977) »

Vito Ruggiero [Università degli studi Roma Tre – University of Pittsburgh’s Associate Researcher], « La “Internacional Negra” económica en Paraguay. Redes neofascistas transnacionales en perspectiva comparada »

contacts :
Flavio Foresi – foresiflavio@gmail.com
Jupiter Ossaba – gossaba@aol.com

Colloque international : « Le Chili au XIXe et au XXe siècle : migration, conflit, exil et mémoire », 6 et 7 juin 2019

Programme

6 de junio de 2019


9:00 recogida del material del coloquio

9:20 bienvenida de la organización

Exilio y migración en Chile

Migraciones modera A. de la Llosa

9:30
Alexis MEDINA, PUC Quito, “Italia, Chile y Perú: el ingeniero Luis Sada di Carlo y el desarrollo de la agronomía en América del Sur (1848-1878)”
Jérôme LOUIS, Institut Napoléon, “Antoine de Tounens, un Français devenu roi d’Araucanie et de Patagonie”
Enrique FERNANDEZ DOMINGO, Université Paris 8, « Características y evolución de la comunidad francesa de Chile (1864-1930) »
Juan Luis CARRELLAN RUIZ, Universidad de Córdoba, España, et Nathalie JAMMET-ARIAS, Université Paris Nanterre, « En torno a la movilización de los franceses del sur de Chile durante la Primera Guerra Mundial: el caso de los insumisos »

11:30 discusión 11:45 pausa

Chile: un país de asilo – I modera M. Pino

12:00
Miguel SARALEGUI, IKERBASQUE -UPV, “Reflexiones de Sarmiento sobre el exilio en Chile”
Houari SAIM, Centro Universitario de Ain Témouchent, Argelia, “El exilio extranjero en Chile, una etapa decisiva en el poder del país en el siglo XIX”
Concepción PALLARÉS MORAÑO, UNED-Madrid, “El exilio de colaboracionistas belgas a Chile (1945-1949)”


13:30-13:45 discusión
13:45 Almuerzo

Chile: un país de asilo – II modera E. Giraudier

14:30
Elisa KLÜGER, Centro Brasileño de Análisis y Planeamiento, “El exilio brasileño en Chile: intercambios intelectuales y políticos (1964-1973)”
Carlos SANZ DÍAZ, Universidad Complutense de Madrid, “El refugio chileno de Erich Honecker visto desde la República Federal de Alemania (1991-1994)”
Cristián MEDINA VALVERDE, Universidad San Sebastián, Chile, “Erich Honecker. Derrota y exilio. 1988-1994” 16:00 discusión – 16:15 pausa Chilenos en el exterior
El exilio comunista chileno modera Franck Gaudichaud

16:30
Carlos PULPILLO LEIVA, Universidad de Cádiz, “Pablo Neruda en una España en guerra: poesía, conflicto y experiencias”
Abdelkrim BENSELIM, Centre universitaire d’Ain Témouchent, Argelia, « Pablo Neruda, mémoire d’un exilé à la recherche du Chili


18:00 – 18:15 discusión


18:30
« Exilios chilenos, exils chiliens, 40 ans après le coup d’état militaire, Isère/Grenoble»
película de Michel Szempruch (Repérages), en collaboration avec Anouchka Hrdry et le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère Maison des Droits de l Homme avec le soutien financier de la Ville de Grenoble, du Conseil général de l’Isère et de la DRAC/Région Rhône Alpes, 62 min.
Presentación por Franck GAUDICHAUD y debate.

7 de junio de 2019

Chilenos en el exterior

España como escenario modera J. L. Carrellán Ruiz

9:00
José SALDAÑA FERNÁNDEZ, Universidad de Sevilla y Jaime J. LACUEVA MUÑOZ, Universidad de Valparaíso, « Familia, comercio y poder: Miguel Riesco y Puente entre Chile y España a principios del siglo XIX »
Encarnación LEMUS LÓPEZ, Universidad de Huelva, “Refugio azul y rojo en la embajada de Madrid. La ampliación del derecho internacional europeo”

10:00-10:05 discusión 10:05-10:20 pausa

La experiencia del exilio

El exilio chileno en Europa tras el golpe del 73 modera N. Jammet

10:20
María FERNANDA LANFRANCO, doctoranda Universidad de York, “Solidaridad, género y feminismo: el movimiento de solidaridad con Chile, exiliadas chilenas y organizaciones de mujeres en Gran Bretaña, 1973-1990”
Mariana PERRY, Universidad San Sebastián, Chile, “Exiliados chilenos en la academia británica. Impacto y aprendizaje, 1973-1983”
Nicolas PROGNON, FRAMESPA, Toulouse, Francia, « Exil, répression et mémoires, le triptyque des trajectoires chiliennes en France depuis 1973 »
Élodie GIRAUDIER, Université de Bourgogne, « L’exil au sein du Parti démocrate-chrétien (1973-1989) : entre divisions internes, stratégies de retour à la démocratie »
Franck GAUDICHAUD, Université Grenoble Alpes–ILCEA4, « Terre de Refuge ? Exilé.e.s politiques chilien.ne.s, solidarité internationaliste et politique d’accueil à Grenoble et en Isère (1974-1988) »
Lorena ULLOA, Université de Liège, « En transit entre un monde et un autre : des ponts entre là-bas et ici »

13:20 – 13:35 discusión
13: 35 – 14: 30: Almuerzo

Relatos modera S. Decante

14:30
Mirian PINO, Universidad Nacional de Córdoba, Argentina, “De puño y letra (2005) y Signos vitales. Escritos sobre literatura, arte y política (2008) de Diamela Eltit o la memoria resguardada”
Malva Marina VÁSQUEZ, Universidad de Chile, “Diarios de viaje, experiencia de la modernidad y tradición artística nacional en Juan Emar”
Edith SILVEIRA, Biblioteca Nacional del Uruguay, “Habla Mnemosyne: La conquista de la verdad a través del recuerdo: la memoria en el relato de las voces femeninas en testimonios acerca de la dictadura y la diáspora chilena -1973-1980”

16:00 discusión 16:15 pausa

Discurso y memoria: artes visuales, archivos, lugares de memoria modera E. Fdez Domingo


16:30
Alvar DE LA LLOSA, Université Lumière – Lyon 2, “El 11 de Septiembre à través la memoria de los diplomáticos en puesto en Santiago. El caso francés”
Mariela LLANCAQUEO, USACH, « Los sitios de memoria. Desafíos en gestión cultural y patrimonial »
Stéphanie DECANTE, Université de Paris Nanterre y Rosa OLMOS, La Contemporaine (ex BDIC), « El archivo oral de la Asociación de Ex Prisioneros Políticos Chilenos en Francia: una mirada con perspectiva de género »
Gonzalo BARROSO, Colegio Aljarafe de Sevilla, “El exilio chileno durante la dictadura de Pinochet a través del cine documental”


19:00-19:15: discusión
19:30: CIERRE Y DESPEDIDA DEL COLOQUIO

Séance Séminaire ALHIM : « Disparition forcée au Pérou pendant le conflit armé 1980/2000, Ayacucho et la Selva centrale », Francky Wanner (Université Paris 8)

Séance Séminaire ALHIM

Disparition  forcée au Pérou pendant le conflit armé 1980/2000, Ayacucho et la Selva centrale

Francky Wanner (Université Paris 8)

Le travail présenté dans le cadre de ce séminaire s’intéresse aux personnes ayant été victimes de disparition forcée au Pérou pendant le conflit armé (1980 et 2000). La première partie présente le contexte dans lequel s’est développé le Sentier Lumineux et pose la toile de fond du conflit armé, ce qui permet de saisir qui étaient les différents acteurs et quels furent les principaux enjeux. Ensuite, la deuxième partie s’intéresse aux disparus. Leur profil ainsi que les raisons pour lesquelles ils ont disparu sont étudiés dans l’optique de comprendre la dynamique qui animait le passage à l’acte des responsables de la disparition. Dans la troisième partie, une focalisation est faite sur deux zones particulièrement touchées par le phénomène : le département d’Ayacucho, et la selva centrale. La quatrième et dernière partie s’articule autour de la période post-conflit, la difficile estimation du nombre de disparus ainsi que les mesures prises pour rechercher les disparus y sont étudiées.

  • Le conflit armé péruvien, contexte et enjeux

Le conflit armé commença officiellement le 17 mai 1980, lorsque le Parti Communiste Sentier Lumineux (PCP-SL), dirigé par Abimael Guzman, un ancien professeur de philosophie, décida de déclarer une guerre à l’Etat par un acte symbolique fort : la destruction des urnes, le jour des élections, à Chuschi, un petit village situé au sud d’Ayacucho. Cet évènement marque le point de départ de vingt années de violence extrême, durant lesquelles, l’Etat démocratique tenta, tant bien que mal, de résister face aux multiples attaques du Sentier Lumineux. Le but de cette guerre étant de remplacer le système politique en place par un nouveau système, axé sur l’idéologie du Sentier Lumineux, ce dernier opta rapidement pour des actions terroristes afin de faire plier le gouvernement de Fernando Belaúnde (1980- 1985) qui mit beaucoup de temps à comprendre l’importance du conflit.

Entre 1980 et 1985, le conflit armé resta cantonné au département d’Ayacucho (au Sud du pays) et, à partir de 1985, la violence se répandit au reste du territoire. Alan García, élu en 1985, ne parvint pas non plus à mettre un terme au conflit et il fallut attendre l’arrivée d’Alberto Fujimori en 1990 pour entrevoir la possibilité d’en finir avec la violence. En effet, ce dernier décida de faire de la lutte contre le Sentier Lumineux son cheval de bataille et, en 1992, Abimael Guzman fut arrêté à Lima par les forces spéciales crées par Fujimori. Dès lors, les actions du Sentier Lumineux diminuèrent et la sortie du conflit commençait à se dessiner. Il aura néanmoins fallu attendre l’an 2000 pour que le conflit armé soit officiellement terminé.

En 2001, une Commission de la Vérité et de la Réconciliation (CVR) fut créée dans le but de réaliser un travail d’enquête sur les années de violence, et elle remit un rapport au président Alejandro Toledo en 2003. Ce rapport avançait le chiffre terrifiant de 69 280 victimes et, de façon surprenante, il était souligné que la plupart de ces personnes n’entretenaient aucun lien avec le conflit. Il s’agissait d’innocents qui étaient, pour la majorité de jeunes paysans. Par ailleurs, le rapport désignait les agents de l’Etat comme principaux responsables du nombre élevé de victimes. En effet, les forces de l’ordre (Police et Forces armées), dans leur volonté d’en finir le plus vite possible avec le conflit armé, tuèrent beaucoup de personnes de façon arbitraire, sur de simples soupçons.  C’est dans ce cadre que la disparition forcée fut employée. Cette pratique présentait l’avantage de ne pas laisser de trace des victimes (les cadavres étaient détruits ou enterrés), ce qui rendait impossible l’identification des auteurs et donc, leur garantissait l’impunité.

Franky Wanner et Vicente Romero

  • Profil et caractéristiques des disparus

Lorsque l’on s’intéresse aux disparus péruviens, deux catégories apparaissent, qui correspondent aux deux principaux auteurs de la disparition : d’un côté, l’Etat et la société civile, et de l’autre, les organisations dites « subversives » (Sentier Lumineux et Mouvement Révolutionnaire Túpac Amaru[1]).

Du côté de l’Etat, la Police et les Forces Armées voulaient mettre un terme, le plus rapidement possible, à la subversion et, pour y parvenir, leurs agents eurent recours à la disparition forcée car, cela leur permettait d’éliminer physiquement et radicalement les sendéristes, sans devoir passer par le processus légal. Il convient de noter que les sendéristes se fondaient dans la population et que par conséquent, les agents de l’Etat, faisaient souvent disparaître des personnes sans réelles preuves de leur appartenance au Sentier Lumineux.

En 1991, Fujimori décida d’inclure une partie de la société civile dans la lutte contre la subversion en formant des Comités d’autodéfense (principalement composés par les Rondas campesinas de autodefensa, des groupes de paysans formés dans les années 1960 pour protéger et défendre le monde rural).  Ces Comités d’autodéfense, qui reçurent des armes et un entraînement militaire, présentaient l’avantage de bien connaître le terrain et le soutien qu’ils apportèrent aux agents de l’Etat fut l’un des facteurs de la mise en échec du Sentier Lumineux.  Dans leurs stratégies de lutte contre les sendéristes, la disparition forcée avait également une place importante et, ils firent, eux aussi, disparaître de nombreuses personnes.

Les organisations subversives eurent également recours à la disparition forcée, mais, il convient de souligner le fait que leurs actions clandestines s’apparentaient au terrorisme et qu’à la différence des agents de l’Etat, ces organisations cherchaient à rendre visibles leurs crimes, afin d’indiquer leur présence et de choquer l’opinion publique. Ces organisations avaient donc, plus souvent recours à l’exécution sommaire qu’à la disparition forcée. Par conséquent, leur part de responsabilité dans le phénomène est moindre que celle de l’Etat. Cependant, le rapport de la CVR indique qu’il est difficile de dresser un bilan précis, mais qu’aussi bien le Sentier Lumineux que le MRTA sont responsables de la disparition de plusieurs milliers de personnes.

Selon le rapport de la CVR, les disparus étaient essentiellement de jeunes paysans d’origine indienne sans liens avec le conflit armé.

Le journaliste français Daniel Dupuis, qui réalisa un long travail de terrain au Pérou, écrit : « 85% des disparitions se sont produites dans six départements ruraux qui sont parmi les plus déshérités. 74% des disparus sont de jeunes paysans andins d’origine indienne ».[2]  Cela prouve que parmi les disparus, la plupart étaient des jeunes issus de milieux défavorisés et en marge de la société. Nombre d’entre eux étaient d’ailleurs analphabètes et ne possédaient pas de papiers d’identité. Ces deux dernières informations sont très importantes, dans la mesure où elles rendent difficile l’identification et le recensement de ces disparus.

Le premier bilan chiffré, établi en 2003 par les enquêteurs de la CVR, estimait à 8 558 personnes, le nombre de disparus. Ce chiffre déjà important, n’a cessé d’évoluer depuis. Fin 2007, l’Equipe Péruvienne d’Anthropologie Légiste (EPAF), après avoir mené une nouvelle campagne de recensement, publiait une liste de 13 721 disparus.  En avril 2018, la Direction Générale de Recherche de Personnes Disparues (qui est rattachée au Ministère de la Justice), publiait une nouvelle liste officielle de 20 329 personnes disparues. 

Ces chiffres traduisent l’importance du phénomène et reflètent la difficulté à établir avec précision une liste de ces victimes du conflit armé.

  • Ayacucho et la Selva Centrale, deux zones particulièrement touchées par le phénomène

Ces deux zones furent extrêmement affectées par le conflit armé et, la disparition forcée y fut également très pratiquée.

Le département d’Ayacucho, dans la partie andine, au sud du pays, fut le berceau du Sentier lumineux et l’épicentre du conflit armé. La population de cette zone, essentiellement composée de modestes paysans parlant le quechua fut décimée par la violence. Ainsi, Carlos Ivan Degregori, un des auteurs du rapport de la CVR, avance le chiffre de 4858 morts entre 1983 et 1984. Il parle de « génocide ».  Il explique que le Sentier lumineux chercha à rendre invisible les populations andines et leurs cultures car, elles étaient synonymes d’archaïsme.  Ce fut dans ce cadre que la disparition forcée fit de nombreuses victimes. Dès 1985, Amnesty International s’était rendu sur les lieux et estimait à plus de 1000 le nombre de disparus, arrêtés par les Forces de l’ordre pour leurs supposée proximité avec le Sentier Lumineux.

La Selva Centrale, à cheval entre les Andes et l’Amazonie, était un point de passage et de ravitaillement entre Lima et Ayacucho. Il s’agissait également d’un refuge pour les sendéristes, car sa dense végétation leur permettait de se dissimuler et d’échapper aux Forces de l’ordre. Par ailleurs, la population de cette zone, fortement métissée fut méprisée, aussi bien par l’Etat que par le Sentier Lumineux, qui ne voyaient en elle, que les vestiges des cultures andines et non l’incarnation de leurs projets.

Le rapport de la CVR affirme que, pour la période 1985 / 1990, près de 6 000 asháninka perdirent la vie, 10 000 furent déplacés et 5 000 furent prisonniers par le Sentier Lumineux. Ces chiffres corroborent le fait que la Selva Centrale fut extrêmement affectée par le conflit armé.

                          Franky Wanner 
  • La période post-conflit : une interminable lutte pour rechercher les disparus

Le travail de recherche des disparus ne commença, officiellement, qu’après le conflit armé. Pendant celui-ci, seules les familles semblaient conscientes de la disparition de leurs proches. L’Etat, dont les agents étaient directement impliqués, feignait d’ignorer le phénomène et poussait le cynisme jusqu’à nier l’existence des personnes portées disparues, du fait qu’elles n’avaient souvent pas de papiers d’identité.

En 1995, Fujimori fit voter une loi d’amnistie afin de protéger les agents de l’Etat ayant abusé de leur pouvoir. Cette loi traduit la volonté de « couvrir » les crimes commis par les agents de l’Etat et également, la volonté d’entériner toute forme de poursuite en leur garantissant l’impunité totale.

Après le conflit armé, la fuite du président Fujimori au Japon[3], ainsi que le changement de gouvernement que cela provoqua, bouleversèrent la situation et, la recherche des disparus put être entreprise.

Le premier travail d’enquête sur le sujet fut réalisé par la CVR entre 2001 et 2003. Cependant, le rapport qu’elle remit au président Alejandro Toledo en 2003 fut vivement critiqué par les partisans de Fujimori ainsi que par les Forces Armées qui étaient clairement désignés comme responsables de la violence et des milliers de morts. Pendant le mandat présidentiel d’Alejandro Toledo (2001 / 2006), l’Etat soutint le travail de la CVR en finançant une partie des frais engendrés, mais, aucune mesure ne fut prise pour condamner les responsables.

Ce n’est qu’en 2016 qu’une Loi de Recherche de Personnes Disparues fut adoptée et que la recherche, à proprement parler, débuta. En Juin 2017, la Direction Générale de Recherche de Personnes Disparues fut créée et elle publia la liste de 20329 disparus en avril 2018.

Ces récentes avancées montrent que la recherche des disparus est d’actualité, mais, si l’on s’y intéresse de plus près, nous constatons qu’il s’agit de retrouver les restes pour les restituer aux familles afin de permettre le deuil. Il ne s’agit donc pas de rechercher les responsables de ces disparitions afin de les condamner, mais de « tourner la page ».

Le 24 décembre 2017, le président Pedro Pablo Kuczynski annonça la grâce d’Alberto Fujimori, qui avait été condamné à la prison à vie, notamment pour les crimes qu’il avait cautionnés durant ses mandats. Cette nouvelle provoqua l’indignation et la colère de nombreux Péruviens et fut interprétée comme un pied de nez adressé à la justice et aux Droits de l’Homme. 

En septembre 2018, le président Martin Vizcarra promulgua une loi pour créer une Banque de Données Génétiques. Le but est de stocker les informations biologiques des proches de disparus afin de pouvoir les comparer avec les restes retrouvés. Cette loi prometteuse, prouve que le processus de recherche avance, tant bien que mal.

En janvier 2018, la Commission des Droits de l’Homme annonçait que 3 623 corps avaient été exhumés, que 2 125 avaient pu être identifiés et que 1 989 avaient été restitués aux familles.

[1] Organisation subversive qui s’opposa à l’Etat péruvien par des actions semblables à celles du Sentier Lumineux au milieu des années 1980.

[2] DUPUIS Daniel, ¿Dónde están? Terreur et disparitions au Pérou (1980-2000), Le Pré Saint Gervais, Le Passager clandestin, 2009

[3] Réélu en 1995 et en 2000, Fujimori dut quitter le pouvoir de façon précipitée en fuyant au Japon après qu’un enregistrement vidéo montrant l’un de ses principaux collaborateurs, Vladimiro Montesinos remettant des pots-de-vin à un membre de l’opposition durant la campagne présidentielle de l’an 2000, fut rendu publique.

Journée d’études: « L’Amérique latine et les guerres (XIXe-XXe siècles) », 30 avril 2019

Journée d’études  

L’Amérique latine et les guerres

(XIXe-XXe siècles)

Présentation des ouvrages collectifs

Enrique Fernández Domingo (coord.), « L’Amérique latine et les deux Guerres mondiales », Revue Guerres mondiales et Conflits contemporains, 2018/2, n° 270.

Javier Pérez Siller y Agustín Grajaels Porras (coord.), México Francia: Memoria de una sensibilidad común, siglos XIX-XX. Vol. VI Historias, mitos y representaciones del 5 de mayo, México, BUAP-CEMCA-CNRS-EÓN, 2016.

Des historiens latino-américanistes dans les guerres européennes. La restructuration d’un champ disciplinaire

Véronique Hébrard (Université de Lille, EA 4074 Cecille)

Les deux guerres mondiales et la guerre civile espagnole ont un impact dans la génération de l’américanisme français née juste avant la Première guerre mondiale. François Chevalier (Alençon, 1914-Paris, 2012) est le premier historien français à s’être consacré exclusivement à l’Amérique Latine. Lors de ses études de géographie et histoire (1933-1936), il est marqué par l’enseignement du géographe Raoul Blanchard. François Chevalier est élève de l’École nationale des chartes à Paris entre 1936 et 1939. Parallèlement, il assiste aux séances du séminaire de l’histoire Marc Bloch qui le suggère le sujet de recherche de sa thèse.

De 1941 à 1945 il est pensionnaire à l’Ecole des hautes Etudes hispaniques, actuelle Casa de Velazquez, où il travaille sur l’histoire agraire mexicaine, en particulier aux Archives des Indes de Séville. À la suite de l’assassinat de Marc Bloch, c’est l’anthropologue, directeur du Musée de l’Homme, Paul Rivet, qui dès lors conseille Chevalier dans sa recherche. Entre 1946 et 1949, grâce au soutien de P. Rivet, F. Chevaler est pensionnaire à l’Institut français d’Amérique latine de Mexico (IFAL). En 1949, F. Chevalier soutient sa thèse La formation des grands domaines au Mexique (terre et société aux XVIe et XVIIe siècles). C’est également en 1949 qu’il épouse Josèphe Charvet. Elle est à l’origine de l’organisation des événements mondains qui structurent la sociabilité du couple (entre 1949 et 1962, plus de 6.000 personnes sont invités aux événements organisés par Josèphe Charvet). La même année il est nommé directeur de l’IFAL, institution qu’il va diriger jusqu’en 1962. Cette année F. Chevalier devient professeur des universités. Il va enseigner à la section de littérature espagnole de l’Université de Bordeaux entre 1962 et 1967, moment où il est nommé à la tête de la Casa de Velazquez jusqu’en 1979. En 1970, F. Chevalier occupe la première chaire d’histoire d’Amérique latine à la Sorbonne.

Lors des entretiens, nous avons souligné que la guerre est devenue une question centrale et structurante pour les trajectoires personnelles et professionnelles de F. Chevalier et de l’américanisme français des années 1930, moment de changement de paradigme pour les sciences sociales. La « galaxie Chevalier » se structure autour de Ernesto de la Torre, compagnon de voyage, Silvio Zavala et l’anthropologue Stresser Pean.

L’idée principale était de problématiser cette question :

  • Marc Bloch et Paul Rivet, implication dans la II Guerre mondiale, fondation des Annales
  • Morts de Marc Bloch et Jean Bertolman
  • Réfléchir sur les logiques de parcours
  • La guerre comme point de rupture personnelle et collective
  • Participation de son père au gouvernement de Vichy

F. Chevalier est mobilisé en 1939 au moment où il soutient son mémoire en uniforme militaire. Lors de la période de formation militaire, il fait cours aux recrues de sa caserne de Clermont-Ferrand. En 1940 il est démobilisé et il achète une bicyclette avec laquelle il rend visite à M. Bloch. Il est archiviste dans les Ardennes et en 1941, après la réouverture par Pétain de la Casa de Velazquez, s’installe dans l’Espagne franquiste. Les rencontres de 1941, dont beaucoup sont frappés directement par le conflit armé, vont lui conforter dans sa conception du métier d’historien. En mai 1941, F. Chevalier voyage au Maroc où échange à Rabat avec Robert Ricard. C’est à ce moment qu’il prend sa décision définitive à propos du sujet de sa thèse. Il revient ensuite en France où il va se réunir dans la clandestinité avec M. Bloch à plusieurs occasions. Il se déplace sur sa bicyclette jusqu’à la maison « Les fougères », où est caché M. Bloch, située dans la Creuse. C’est en 1942 qu’il verra pour la dernière fois son maître dont son fils, Etienne Bloch, lui transmettra l’information de la mort de son père. A la fin de la même année, F. Chevalier rentre en Espagne et, en juin 1945, commence sa relation épistolaire avec Silvio Zavala. Il devient le « protégé » de P. Rivet. Lors de sa direction de l’IFAL, les tensions entre F. Chevalier et l’ambassade française du Mexique sont tendues. Il est isolé et renvoyé à la figure de son père. Cette situation fait que F. Chevalier travaille davantage avec les exilés républicains espagnols. Il y a une reconfiguration du réseau, et de l’américanisme français, du fait de la guerre mondiale et la guerre d’Espagne. C’est le cas de Noel Salomon et Marcel Bataillon que vers 1950 font leur conversion à l’américanisme. Les causes de cette conversion se trouvent tant au niveau heuristique, difficulté d’accès aux sources, qu’idéologique, opposition à l’Espagne franquiste. En conclusion, la guerre est omniprésente dans le parcours personnel et professionnel de François Chevalier.

Véronique Hébrard (dir.), Sur les traces d’un mexicaniste français, constitution et analyse du fonds François Chevalier, Paris, Karthala, coll. Pollens, 2005, 328p. (premiers résultats de l’inventaire et des entretiens, 63 photos, bibliographie jusqu’en 1999, avec 4 ouvrages et 46 articles), https://journals.openedition.org/cal/8086


Véronique Hébrard, Javier Pérez Siler, Dalila Chine Lehmann

Dolor y heridas: los franceses de México en la Gran guerra

Javier Pérez Siller (Benemérita Universidad Autónoma de Puebla)

Presentamos un trabajo que es el resultado de una investigación en proceso que tiene como objetivo conocer a los Poilus mexicains. Más de 1300 parieron a la guerra, de los cuales murieron más de 310 y otros tantos fueron heridos. El impacto fue inmenso en una comunidad que contaba con menos de 5000 miembros.


Album d’honneur de tous les Français résidant au Mexique partis pour la France, 1914-1919, http://www.mexicofrancia.org/sitio/ES/libros2.php?id=34

¿Por qué partieron? ¿Qué representación de la Patria tienen los franceses que partieron de México a la Primera guerra mundial?

El contexto de su partida se enmarca entre un conflicto mundial y la inseguridad e inquietud que creaba la revolución mexicana.

La reflexión se articula a partir de la interrogación sobre la metamorfosis de un hombre que se enfrenta a la muerte, la metamorfosis del emigrante que regresa a defender una patria que está “ausente”. El el paso de emigrante a poilu a través del bautismo de fuego tras el alistamiento y la preparación en los cuarteles donde tiene lugar el tránsito transformador. Otro punto es el “sufrimiento” familiar, la memoria de la guerra en los retornados tras el conflicto, la desconfianza de los “franceses” frente a los “americanos” en el seno del ejército francés.

Las iglesias, el servicio militar (presión del estado), las ceremonias cívicas, la prensa, las escuelas de la colonia francesa, forman parte de los mecanismos que estructuran un proceso de interiorización de los sentimientos que materializan una cultura de la guerra compartida por los poilus mexicains.

Número de franceses que partieron a la guerra y porcentaje con respecto a la colonia francesa de México

1914: 934, 82,4% (agosto: 531, 46,8%; septiembre: 347, 30,6%; octubre: 41, 4,1%; noviembre: 8; 0,7%; diciembre: 1, 0,1%)

1915: 137, 12,1%

1916: 49, 4,3%

1917: 9, 0,8%

1918: 5, 0,4%

Principales regiones de nacimiento de Poilus mexicains

Provence-Alpes-Côte d’Azur: 50%

Ile-de-France: 8%

Aquitaine: 8%

Otras regiones: 23%

México: 11%

Perfil de edad de los Poilus mexicains

20-28 años: 53%

29 a 34 años: 26%

35-41 años: 17%

41 a 48 años: 4%

Lugar de procedencia de los Poilus mexicains

Cidad de México: 617

Guadalajara: 105

Puebla: 54

Jalapa: 23

Morelia: 55

Veracruz: 13

Orizaba: 38

Saltillo: 9

Lugar de residencia de los insumisos identificados

Ciudad de México: 123

Veracruz: 33

Orizaba: 20

Jucaltepec-San Rafael: 84 (casi la totalidad de una comunidad formada a partir de un falasterio y que desarrollan un concepto de patria diferente)

Total de México: 385

Journée d’études: « Espaces de socialisation en Amérique latine (XIXe-XXIe siècles) », 7 décembre 2018

Résultat de recherche d'images pour "Université paris nanterre CRIIA"

Journée d’études

7 décembre 2018

Espaces de socialisation en Amérique latine (XIXe-XXIe siècles)

 Coordination : Dalila Chine Lehmann (Université Paris Nanterre) et Paola García (Université Paris Nanterre)
Lieu:  Salle séminaire 2, bâtiment Max Weber (bât. W)
Université Paris Nanterre
Horaire: 9h30-16h00

09h30–10h00 Accueil

TABLE I : Modératrice : Dalila Chine Lehmann (Université Paris Nanterre)

10h00–10h20 Marie Lecouvey (Université Paris Nanterre) : « Instituciones educativas y herencia de la sociedad de castas en el México independiente : estudios de casos »

10h20–10h40 Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8 ) : « Desarrollo y estructuración del círculo higienista en Chile (1880-1910) »

10h40–11h00 Jessica Torres Quiroga (Université P aris 8) : « L’altérité comme mode de socialisation dans la Banda Oriental »

11h00–11h20 Estelle Amilien (Université Paris Nanterre) : « La prensa satírica en Iquitos (Loreto, Perú) a inicios del siglo XX , entre socialización y exclusión »

11h20 Débat

 TABLE I I : Modératrice : Paola García (Université Paris Nanterre)

14h30–14h50 Jéssica Retis (California State University Northridge) : « El rol de las asociaciones en los procesos de socialización de las comunidades Nikkei en entono surbanos de Sao Paulo y Lima »

14h50–15h10 Javier Pérez Siller (Benémerita Universidad Autónoma de Puebla) : « Migración y sociabilidad : los franceses en México »

15h10–15h30 Tiphaine Duriez (Université Lumière Lyon 2) : « S’inscrire dans le déplacement. ‘Ethnographied’ un processus de socialisation »

15h30 Débat

16h Clôture

Contacts:  Dalila Chine Lehmann dlehmann@parisnanterre.fr et Paola García pgarcia@parisnanterre.fr