Archives pour la catégorie Publications

Fernández Domingo, Enrique, « L’Amérique latine et les deux Guerres mondiales », Revue Guerres mondiales et Conflits contemporains, 2018/2, n° 270

couverture de GMCC_270
Fernández Domingo, Enrique, « L’Amérique latine et les deux Guerres mondiales », Revue Guerres mondiales et Conflits contemporains, 2018/2, n° 270

https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2018-2.htm

Présentation

Fondée par Henri Michel, la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale a publié, de 1950 à 1986, 144 numéros portant sur les origines du conflit, les politiques, les stratégies, les combats menés par les États, seuls ou alliés en guerre. Études et témoignages provenaient d’auteurs de tous pays. Cette revue scientifique a confirmé cette dimension internationale avec l’extension, de son champ de recherche à tous les conflits du XXe siècle et l’adoption du titre Guerres mondiales et conflits contemporains. Depuis, chaque numéro comprend un dossier thématique, suivi d’articles divers, de témoignages et de comptes rendus. Ils portent sur la manière dont un pays ou un groupe de pays a réagi face aux guerres du XXe siècle, sur des thèmes diachroniques, sur les nouvelles recherches effectuées sur les conflits, même les plus récents.

Sommaire
Dossier. L’Amérique latine et les deux guerres mondiales
Juan Luis Carrellán, Alvar de La Llosa, L’appel de la Patrie : les réservistes et les volontaires francais au Chili pendant la Premiere Guerre mondiale
Natalia Molinaro, Les Intellectuels argentins face à la Premiere Guerre mondiale
Enrique Fernández Domingo, La Premiere Guerre mondiale et l’anarchisme uruguayen : Le cas du journal El Hombre (1916-1918)
Catherine Heymann, Hernando de Bengoechea, Un Poète colombien « Mort pour la France »
Dalila Chine, Le Mexique et la Deuxieme Guerre mondiale : de la non intervention à la déclaration de guerre
Varia
Maurice Carrez, Les historiens mis au défi ? Mémoires de guerre et politique dans la Finlande nouvellement indépendante
Louis Poulhès, Une opération de séduction : la libération de prisonniers politiques par les occupants à l’été 1940
Christophe Woehrle,  Les prisonniers de guerre français dans l’industrie de guerre du Reich (1940-1945)
Limore YagilCompte rendu

 

Les Cahiers Alhim (Amérique latine Histoire et Mémoire) n° 35

1re de couverture du numéro 35

Les Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8, viennent de publier, sous la direction de Natalia Molinaro (Université de Paris 8) y Jupiter Ossaba (Université de Paris 8) :

Cultures musicales en Amérique latine : circulations, (ré)appropriations, héritages

https://journals.openedition.org/alhim/5839

_____________________________________________________________________

Publicación de Les Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et mémoire) de la Universidad de Paris 8, bajo la dirección de Natalia Molinaro (Université de Paris 8) y Jupiter Ossaba (Université de Paris 8) :

Culturas musicales en América latina : circulaciones, (re)apropiaciones, patrimonios

https://journals.openedition.org/alhim/5839

Fernández Domingo, Enrique; Jammet-Arias, Nathalie; Venegas Valdebenito, Hernán, « Chile y Europa: Circulación de discursos, prácticas, representaciones y personas (siglos XIX-XX) », Revista Historia social y de las mentalidades, Vol. 22, n° 1, 2018

Portada

Fernández Domingo, Enrique; Jammet-Arias, Nathalie; Venegas Valdebenito, Hernán, « Chile y Europa: Circulación de discursos, prácticas, representaciones y personas (siglos XIX-XX) », Revista Historia social y de las mentalidades, Vol. 22, n° 1, 2018

http://www.revistas.usach.cl/ojs/index.php/historiasocial/issue/current

Tabla de contenidos
Dossier central
Circulación y recepción de discursos y prácticas en el espacio atlántico: el ejemplo de la ingeniería sanitaria urbana chilena (1871-1905), Enrique Fernández Domingo
¿Encuentro entre dos Frente Populares? Las relaciones diplomáticas entre la República española en guerra y la República chilena (1931-1940), Alvar de la Llosa
Chile como referente político y cultural de la España antifranquista: procesos de identificación, ecos y paralelismos en la revista Triunfo (1964-1980), Anne-Claire Sanz-Gavillon
Redes intelectuales y circulación de modelos de desarrollo: la cooperación técnica francesa en la Reforma Agraria chilena (1964-1973), Daniela Duran
Radiografía del exilio chileno en Francia a través de los archivos administrativos de la oficina francesa para los refugiados y apátridas, Nathalie Jammet-Arias
Artículos
La espacialidad y el paisaje en las representaciones nacionales durante el Frente Popular chileno. 1938-1941, Bárbara Silva
La Organización Latinaomericana de Solidaridad (OLAS) a través del Boletín de Información de su Comité Organizador (1966-1967), Patricia Calvo
Teoría y Debate
¿Una historia de las temporalidades de los periodistas chilenos (1973-2013)?, Antoine Faure
Reseñas
Marcelo Cavarozzi. Los sótanos de la democracia chilena, 1938-1964. La esfera de “protección” de los empresarios industriales: la CORFO, represión a los obreros y la inflación, Alfonso Dingemans
Mariano Zarowsky. Los estudios en comunicación en la Argentina. Ideas, intelectuales, tradiciones políticos-culturales (19565-1985), Adrian Pulleiro
Rafael Gaune. Escritura y Salvación. Cultura misionera jesuita en tiempos de Anganamón, siglo XVII, Mario Predes

Michèle Arrué, Alvar de la Llosa, Enrique Fernández Domingo, Nathalie Jammet-Arias, « Pouvoirs, identités, résistences dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle », Publications du GRECUN, Université Paris Nanterre, 2016

Michèle Arrué, Alvar de la Llosa, Enrique Fernández Domingo, Nathalie Jammet-Arias, Pouvoirs, identités, résistences dans les arts visuels chiliens du XIXe au XXIe siècle, Publications du GRECUN, Université Paris Nanterre, 2016

Présentation du livre « José Martí, 1853-1895. Les fondements de la démocratie en Amérique Latine » de Paul Estrade (Université Paris 8). 23 février 2018

affiche

Vendredi 23 février 2018

Séance séminaire ALHIM
Présentation du livre José Martí 1853-1895. Les fondements de la démocratie en Amérique latine

Bibliographie Paul Estrade

Vicente Romero et Paul Estrade à l’Université Paris 8
Vicente ROMERO (Université Paris 8)

C’est un honneur pour moi, au nom d’ALHIM, accueillir Paul Estrade, à l’Université de Paris 8. Nous le faisons pour l’écouter nous présenter son José Martí. Sur le personnage de son œuvre et sur ce travail, nous reviendrons après lui avoir donné la parole. Avant de le faire, je dois dire quelques mots sur Paul Estrade, collègue et chercheur.

Peut-être pour certains d’entre nous il est assez connu, mais permettez-moi de dire quelques mots sur lui pour les autres ici présents.

Paul est l’un des collègues fondateurs de notre Université, quand -pour naître- elle a dû s’installer, dans des baraquements désaffectés de l’armée je crois, au milieu du Bois de Vincennes. Plus exactement, Paul a été l’un des collègues conviées par Louis Urrutia et Raymond Marcus pour participer à donner vie à la formation « Modalités des études hispaniques et latino-américaines ». Paul a été donc l’un des collègues qui a creusé le sillon de l’enseignement de l’histoire de l’Amérique latine au sein du département d’espagnol de notre université.  Au début des années 1970, il a eu l’occasion de participer à l’enseignement des cours d’Histoire contemporaine de l’Amérique latine au département d’histoire de notre université, comme assistant de Leslie Manigat, historien d’origine haïtienne.

En tant que chercheur, en parallèle à la publication de nombre d’articles sur l’histoire de Cuba et des Antilles hispaniques, sous les encouragements du regretté Noël Salomon, il s’est consacré à faire sa thèse sur José Marti, son œuvre et son action. Elle l’a fait presque en parallèle à celle de Jean Lamore qui s’est centré sur le sens de la pensée de MartI sur « notre Amérique ». En 1984 Pau Estrada a pu défendre la sienne à l’université de Toulouse, sous la direction de Joseph Pérez. C’est la deuxième édition française de sa thèse en un seul volume et en format livre que nous présentons cette après-midi.

Mais le travail de chercheur de Paul Estrade ne s’est pas arrêté là. Je ne m’occuperai pas de ses nombreux volumes concernant du moins un lieu mais une longue croisée de l’histoire de France mais de donner seulement un exemple de ce qu’il a fait, pour que le travail sur une partie de l’Amérique latine soit fait en équipe. Ainsi, à Paris 8, il a pu voir le jour et exister, sous sa direction, l’Equipe de recherche Histoire des Antilles Hispaniques (1984-1997), c’est-à-dire le temps qu’il a été professeur en exercice ; mais il a continué a animer la revue de cette équipe, les Cahiers d’histoire des Antilles hispaniques (HIH) (21 volumes, 1986-2003).

Plus significatif encore. Comme fruit d’un travail d’équipe de plusieurs décennies avec un collège cubain (déjà décédé, malheureusement) et Félix Ojeda Reyes (portoricain), cette année sera celui de l’aboutissement de l’édition en espagnol des Obras Completas de Ramón Emeterio Betances, en quinze volumes. Ce n’est pas tout : ces jours il fait les dernières corrections pour publier, en espagnol, la bibliographie chronologique de l’œuvre du Prócer portoricain.

Avec ces mots, je laisse la parole à notre collègue Paul Estrade.

Paul Estrade. Bibliothèque universitaire Paris 8
Paul ESTRADE (Université Paris 8)

J’ai été le premier nommé au département d’études hispaniques et latinoaméricaines de Paris 8 (alors Vincennes), le 1er janvier 1969, pour enseigner la Révolution cubaine, « sans réunion du CNU ni quoi que ce soit ».  Avant de devenir hispaniste j’ai eu une formation d’historien.  Après avoir soutenu ma thèse, en 1984 j’ai participé à la création d’une équipe interuniversitaire de recherche sur les Antilles hispaniques, les « parents pauvres » des études sur l’Amérique Latine. Nous voulions élargir notre regard sur l’Amérique latine. En même temps, notre recherche était, et elle l’est toujours, un travail de citoyen et d’historien. « Martí permettait cet élargissement ». Je fais toujours partie du Groupe de Recherche Interdisciplinaire sur les Antilles Hispaniques et l’Amérique Latine -GRIAHAL, dont le siège se trouve à l’Université de Versailles.

En 1992, j’ai refusé de participer aux commémorations du V Centenaire de la « découverte de l’Amérique ». Mon refus était idéologique et intellectuel, contre le massacre de la conquête, mais aussi contre les concepts « Hispano-Amérique/Ibéro-Amérique ». Je soutien l’usage du concept Amérique Latine, un concept politique à son origine, dont sa validité est toujours d’actualité : « je parle comme ils parlent d’eux ».

Dans mon travail intellectuel, je cherche aussi un équilibre entre l’histoire de l’Amérique latine et l’histoire de mon « pueblo », Soudeilles, un village corrézien. C’est ainsi que j’ai fait et j’ai coordonné, entre autres, plusieurs publications sur la résistance dans le Limousin.

Mais parlons de Martí. Son ouvre est immense. Ses œuvres complètes seront réunies dans 45 volumes. Les écrits de Martí sont toujours actuels. Toujours omniprésent à Cuba, son ouvre sort du contexte cubain et des limites de son siècle. Martí s’inscrit au XIXe siècle, mais il est un homme du XXe siècle et encore du XXIe siècle.

Sans le triomphe de la révolution cubaine et mon soutien au régime cubain depuis 1960, je crois que je ne me serais pas intéressé à Martí. A partir de ce moment, il m’était nécessaire de m’intéresser à Martí pour comprendre les origines de la révolution cubaine. J’ai entamé, alors, une véritable démarche d’historien.

Cuba, entre 1963 et 1973, a fait un effort énorme d’éducation populaire. Ils ont tiré à 30.000 exemplaires une édition de 28 volumes des œuvres complètes de Martí. Sans cette édition, je n’aurai pas pu faire ma recherche sur Martí.

Parallèlement, le gouvernement cubain envoyait des intellectuels de très haut niveau à Paris (ambassade, UNESCO, …) : Juan Marinello, Alejo Carpentier, Julio de Olivera. J’ai eu la chance de pouvoir partager avec eux mes réflexions sur Martí, Cuba et la vie en général.

J’ai commencé mon doctorat d’état sous la direction de Noël Salomon. Les exigences de mon directeur et du doctorat d’état impliquaient l’étude de Martí à partir de son ouvre et de faire quelque chose de durable. Mon directeur me demandait de faire un travail qui serait une référence, un travail « durable », un « petit monument ». En 1971, Noël Salomon a attribué à Jean Lamore la recherche sur la genèse et le sens de l’idée de « nuestra América », et à moi l’étude des idées économiques, sociales et politiques dans l’ouvre de Martí. La recherche portait sur la signification du projet et de l’action révolutionnaire de Martí.

Je voulais saisir la pensée de Martí dans son évolution (contexte et dates) et dans son action : « Hacer es la mejor manera de decir ». Après multiples lectures, consultation de nombreuses archives, j’ai articulé mon interprétation de la pensée de Martí comme une conception nouvelle de la démocratie, c’est-à-dire l’étude de la pensée de Martí sur la démocratie pour l’Amérique Latin entendue comme le complément de l’œuvre de Tocqueville. Cette problématique, à l’époque, fait partie d’un axe très peu abordé dans les études sur Martí.

Conception et pratique de la démocratie dans la pensée « martinienne »

  • la démocratie n’a encore jamais existé au sens étymologique du concept. Elle est partout « formelle, fallacieuse, incomplète et hémiplégique ».
  • la démocratie ne s’impose pas, elle est une création continue en se traduisant dans des formes concrètes. Il n’y aura jamais de démocratie universelle. C’est un processus ni linière, ni irréversible. La démocratie est un combat continu.
  • la démocratie va au-delà du politique, elle a des formes économiques et sociales ; elle signifie le contrôle par le peuple pour parvenir à la conquête de la démocratie (la moitié de ma thèse).
  • les démarches proposées s’appliquent à Cuba mais elles sont valables pour l’ensemble de l’Amérique latine.

Contexte de production

Le concept de démocratie est mis en cause dans divers lieux de la planète tout au long de la période 1960-1980 : V république, réflexion sur le rôle de la société civile en 1968, premiers gouvernements de Mitterrand en France ; clanisme, autocratie en Afrique post-coloniale ; dictatures militaires en Amérique latine ; démocraties populaires en Europe de l’Est : institutionnalisation de lé révolution (constitution 1976) à Cuba.

En 1980 a lieu à La Havane une réflexion collective sur la pensée de Martí dans le cadre du colloque international José Martí : démocrate révolutionnaire. J’y ai presenté un travail comparatif entre Martí, Betances et Rizal (« Martí, Betances y Rizal : los lineamientos y prácticas de la revolución democrática anticolonial », Anuario del Centro de Estudios Martianos, La Habana n° 3, 1980, pp. 150-177). Martí ne rentrait pas dans la catégorie « démocrate révolutionnaire » dans laquelle nous pouvons classer Blanqui, Kossuth ou Sun Yat-sen. Marti, est démocrate et révolutionnaire.

La première édition française de ma thèse en format livre sort en 1987. Le contexte politico-économique des années 1989-1991 empêche son édition en espagnol à Cuba : bien qu’envisagée, le gouvernement cubain n’a pas les moyens pour l’éditer et en Europe l’intérêt par Martí n’est plus le même. La maison d’édition 12 calles et la Casa Velázquez, avec le soutien de la Casa de las Américas, publient en 2000 l’édition en espagnol. Une nouvelle édition en deux volumes sort à La Havane en 2017. La maison d’édition Les Indes Savantes, la même année, publie la deuxième édition en français de mon livre préfacée par Sandra Hernández, une de mes étudiantes, avec en particulier une mise à jour bibliographique. Ces dernières éditions répondent à une véritable demande en France (UNESCO- prix José Martí, CAPES, AGREGATION) mais aussi à la permanence de Martí à Cuba, à la permanence de ses enseignements, à son actualité dans la science politique de la pensée, le PRC comme parti de la démocratie directe (il n’a jamais accepté d’être nommé président mais délégué ; les femmes constituaient le 20% des membres), à l’universalité de son discours, à son refus des modèles, à sa critique de la colonisation, à sa démarche antiraciste, à la place que Martí accorde à l’éthique, à sa défense du « penser par soi-même », de sa plaidoirie par la pensée libre et contradictoire, de sa conception du « front de libération national » et de l’unité latinoaméricaine.

Comment peut-on publier 40 ans après un ouvrage sans changements importants ?

Mon travail n’est ni complet, ni parfait, ni définitif. Ce qui reste de valable est la perspective du travail :

-comme méthodologie : la confrontation systématique de l’action et des écrits de Martí qui s’éclairent simultanément,

-comme proposition : faire de l’histoire globale et de penser historique des choses (Pierre Vilar). Dans ce sens, au sein de mon département et de l’Université de Paris 8, tandis que certains se sont alignés dans le structuralisme, je l’ai fait dans le marxisme.

-comme forme de travail des sources : aller aux archives pour consulter une multiplicité de sources primaires sur Martí ; aller « non pas à pêcher » mais à la recherche de l précision et les informations nouvelles concernant Martí et ses contemporains. Ainsi, aux Archives de La Havane, j’ai pu consulter une centaine de lettres de Martí au trésorier du parti.

Les limites du livre se trouvent dans l’absence des dimensions culturelle, philosophique et éducative de la pensée et de la praxis de Martí, dimensions qui auraient dû faire partie de l’étude de l’idée martinienne de démocratie.

La pensée de Martí est toujours innovante, actuelle, dérangeante ; elle est un « puissant antidote contre le prêt-à-penser libéral ».

Débat

Vicente Romero: Paul Estrade c’est un laboureur de l’histoire. Le livre qui nous présente aujourd’hui, est un dictionnaire thématique, conceptuel et contextuel de la pensée et l’action de José Martí, une introduction à cette expression du « libéralisme social ». Une pensée et une action différente à celle, libéral conservatrice, de Tocqueville. Mais, au fond, l’œuvre de Paul Estrade, dépasse largement l’étude d’un héros : elle est une étude du contexte socio-historique, des réseaux qui ont donnée comme résultat la pensée en action de Martí. Voici deux questions :

Très tôt, Martí montre une certaine distance vis-à-vis de l’expression « Amérique latine » (« Nada es tan autocrático como la raza latina, y nada es tan justo como la democracia puesta en acción », écrivait-il en 1876). En 1894, dans une lettre à Ramón Mayorga Rivas, il emploie l’expression « indo-amérique ». Vous résumez la pensée de Martí sur les Indiens avec cette phrase poignante : « Ils sont le passé et l’avenir de l’Amérique, pas le présent » (p. 202). Quelle est donc le sens qui pouvait comporter chez Martí l’expression « notre Amérique » ?

Ma deuxième question. Vous considérez Martí comme « plus proche de l’Afro-américanisme d’Angéla Davis que du Panafricanisme de Garvay ». Je partage votre appréciation. Je comprends bien les difficultés de Martí, un Cubain consacré à l’indépendance de son pays, et par conséquent, soucieux des risques centrifuges des forces sociales internes concernées par ce combat. Toutefois, sachant l’importance fondamentale d’Haïti dans le processus des indépendances dans l’Amérique latine et les Caraïbes, avez-vous une explication des raisons pour lesquelles Martí ne mentionne pas Toussaint-Louverture parmi les Héros des indépendances latino-américaines, à la même hauteur qu’il a accordé a Bolívar et Juarez, par exemple ?

Paul Estrade: Martí a employé l’expression « Amérique latine », pas souvent mais il l’a fait jusqu’en 1884. Après, il hésite. L’expression « notre Amérique », il l’emploi dès 1877, et de façon intense à partir de 1889. Il faut prendre en compte deux facteurs qui jouent pour cette évolution : l’ambigüité du concept latine : la Mère-Patrie ne peut pas être l’Espagne, la Mère-Patrie serait, désormais la France. Au contraire, parler de « notre » Amérique signifie une appropriation par opposition [à la domination étrangère] ; il se place en forme affective, dans le domaine du sentiment, [et à partir de ce niveau émergent] des idées.

Concernant Haïti, Martí est beaucoup moins novateur que Betances, car ce dernier considère Louverture et Pétion comme fondateurs de la pensée antillaise. Il faut comprendre l’évolution [vitale et intellectuelle] de Martí. Lors de sa rupture avec l’Espagne, sa pensée devient « créole cubaine ». Il va découvrir très tardivement Haïti, lors de son séjour dans cette Ile : à ce moment, dans son Journal, nous ne trouvons aucune phrase négative par rapport à ce pays, à ce peuple. Ses phrases son plutôt laudatives.

De façon plus large, il convient de rappeler la réponse qu’il donnera à la question suivante. S’il avait une fille, comment aurait réagi si elle épousait un noir. La lettre de réponse de Martí, découverte après l’édition de son œuvre, donne des faits de société pour comprendre ce libre choix, entre autres, que le travail réuni les gens.

Natalia Molinaro: Si Martí était vivant aujourd’hui, qu’aurait-il pensée de la CELAC et de l’UNASUR ?

Paul Estrade:  Sans doute qu’il les aurait considérés comme bien, mais que l’Amérique latine n’est pas encore mure. Les Etats feront ce que les peuples auront décidé, disait-il. Dans ce sens, Martí a toujours mis l’accent sur la pensée de l’unité plus que sur le fait de l’union : ce dernier est seulement possible comme réalisation du premier. Bolívar avait tenté de mettre en place une union quand l’espace n’était pas encore muri par la pensée. Martí estimait aussi que pour bien assoir les indépendances, il fallait que celle-ci soit la cause commune des opprimés contre les oppresseurs.

Perla Petrich: Concernant les courant existantes entre les collègues à Paris 8, il s’agissait de courants idéologiques ou de méthodologie ? le marxisme était une idéologie ou une méthodologie ?

Paul Estrade: Je parle des méthodologies employées par les collègues. Par exemple, [et pour faire simple] pour l’explication d’un texte : tu sorts tout de ce qui est dit dans le texte (le structuralisme) ; tu comprends le texte en le contextualisant (le marxisme). De mon point de vu et au niveau méthodologique, on ne peut pas sortir tout d’un texte, on a besoin de penser concrètement les choses. Bien sûr, comme tu le sais, Perla, il y avait des collègues et des cours dans lesquels ils combinaient de façon pratique ces deux méthodologies.

Un intervenant : Quelle sens prend Martí dans la Cuba d’aujourd’hui ?

Paul Estrade:  On ne peut pas étudier Martí et le sortir du contexte historique dans lequel l’étude est faite. Dès son vivant, a commençé le culte de Martí : en 1891 il avait été qualifié déjà comme l’Apóstol. L’avancé dans la connaissance de sa pensée et de son action a changé après sa mort, dominée par la bourgeoisie libérale (Estrada Palma et la Constitution de 1901), qui aboutit par exemple à la séparation de l’Eglise de l’Etat après moins d’une demi-journée de débats, mais qui à la fois est favorable aux « liens privilégiées » avec les Etats-Unis. Ce dernier pas étant en nette contradiction avec Martí. Ce distancement de fait, se confirme si l’on prend en compte que les premières éditions des œuvres de Martí est résultat non pas de la volonté de l’Etat cubain mais de l’un de ses disciples.

Ce sera à la Génération du centenaire de la naissance de Martí de marquer un tournant par rapport à l’œuvre et l’action de Martí. Ainsi, en 1953, Fidel Castro, membre de cette génération, dira que Martí a été « l’auteur intellectuel » de l’attaque à la caserne de Moncada. Cette même année, sous le patronage de l’UNESCO est publié une œuvre avec des textes de Martí. Après la Révolution, la masse découvre Martí.

D’un autre côté, il y a eu aussi des actions comme Radio Martí ou le projet de publier le journal Patrie, avec le même nom du journal de Martí. Mais, ça n’a jamais été possible que l’émigration exprime et représente la pensée de Martí. Mais tous font de l’hagiographie de Martí. En 1995, exceptionnellement, il a eu un essai de « tuer » Martí, avec une thèse sur « los siete errores de Martí ». Cette attaque est venue d’une partie de l’émigration, pour saper la Révolution cubaine, mais ça n’a pas marché.

Dans mon discours de New York, conformément à un texte que j’avais écrit en 1993, j’ai dit que Martí est le pilier de la Révolution cubaine ; un sentiment, une force morale. Pour cette raison son statue ne sera jamais déboulonnée.

APPEL A CONTRIBUTION : Les Cahiers ALHIM n°38 (seconde semestre 2019)

Résultat de recherche d'images pour "alhim"
Convocatoria

Para su próxima edición (n°38, 2° semestre de 2019), la revista Les Cahiers Alhim editada por la Universidad París 8 invita a investigadores especializados en distintas disciplinas a contribuir a una reflexión sobre

 La revisión de los crímenes dictatoriales en América Latina: procesos de justicia y memorias sociales

Los derechos humanos comprenden un conjunto de ideas, representaciones, prácticas y valores que han modelado parte del pensamiento político y jurídico de Occidente desde fines del siglo XVIII. Éstos tomaron una nueva impronta a escala internacional a mediados del siglo XX, tras el genocidio nazi y la experiencia de la Segunda Guerra Mundial. En ese contexto, los derechos humanos se han convertido en objeto de estudio y tanto su ejercicio como las denuncias de sus violaciones han presentado nuevos desafíos y debates al interior y entre las disciplinas. Específicamente, la llamada justicia transicional y los estudios sobre la memoria sociales de experiencias traumáticas han ido conformando, de manera creciente, un campo específico de investigaciones a escala internacional.

Las violaciones a los derechos humanos cometidas por los regímenes dictatoriales que gobernaron en numerosos países de América Latina durante la segunda mitad del siglo XX fueron objeto de denuncias a nivel local, regional e internacional y concitaron la movilización de diversos organismos y de asociaciones de víctimas. Tras el fin de estos gobiernos dictatoriales, estas denuncias y las exigencias de justicia y verdad que trajeron aparejadas ocuparon un lugar destacado en las agendas públicas de las incipientes democracias.

Mediante la compilación de diversos trabajos que permitan mostrar el estado de avance en los estudios de historia reciente y memorias sociales en Latinoamérica, el presente dossier se propone incorporar artículos que, desde diferentes enfoques de las ciencias sociales, revisen críticamente las formas en las que, a la salida de los regímenes dictatoriales, se procesaron social y políticamente los reclamos de verdad y justicia de una parte de la sociedad, principalmente de los y las familiares de las víctimas y de los y las sobrevivientes de la represión.

Se recibirán trabajos que analicen las diferentes modalidades de justicia transicional, comisiones de la verdad, procesos de movilización de víctimas. Asimismo, se considerarán aquellos trabajos que tomen en consideración las memorias y representaciones sobre la represión política y los crímenes dictatoriales que circularon socialmente y entraron en disputa tras el final de las dictaduras militares.

El contexto histórico que propone este dossier abarca desde los años ’80 del siglo XX hasta la actualidad. No pretende establecer un marco temporal rígido, debido a que las experiencias nacionales latinoamericanas fueron diversas: mientras algunos países experimentan procesos de democratización a principios de los años ’80 del siglo XX, otros lo hicieron a fines de esa década; por otra parte, las políticas de memoria y justicia no se desarrollaron de igual manera ni al mismo tiempo en cada uno de los países de América Latina.

Lenguas utilizadas: inglés, español, portugués, francés.

Un resumen de 500 palabras deberá ser enviado antes del 15 de junio de 2019.

Gracias por mencionar sus datos profesionales (Institución, Laboratorio, dirección…) e incluir un corto currículo (lista de publicaciones en los últimos 5 años).

Contacto:

Victoria Alvarez (Universidad de Buenos Aires-CONICET) victoria.alvarez.tornay@gmail.com

Fabricio Laino Sanchis (Universidad de Buenos Aires-CONICET/Universidad Nacional de San Martín/Universidad Nacional de Avellaneda) fabricio.laino@gmail.com

Los artículos definitivos no deben sobrepasar los 30 000 signos y tienen que ser enviados antes del 15 de noviembre 2019

Una vez aceptada la proposición, el artículo será evaluado por el comité de lectura que decidirá de su publicación, sin tener que justificar su decisión. En el caso de no respetar las normas de publicación, el artículo será reenviado al autor para modificación. Los autores declaran reservar a los Cahiers ALHIM la exclusividad de su artículo y autorizan su publicación en línea. En caso de plagio, los autores serán considerados únicos responsables. Documentos en formato audio podrán acompañar el artículo y ser publicados en línea a condición de que se obtengan las autorizaciones necesarias. En el marco del respeto a los derechos de autores, la integración de fotografías, fotogramas, partituras también debe acompañarse de una autorización.

NORMAS DE PUBLICACION: https://alhim.revues.org/2863

CALENDARIO:

15 de junio de 2019: Recepción de propuestas

5 de julio de 2019: Aceptación de propuestas

15 de septiembre de 2019: Recepción de los artículos según las normas de publicación / Evaluación y corrección de los artículos

15 de noviembre 2019: Recepción de los artículos para su publicación

__________________________________________________________________________

Résultat de recherche d'images pour "alhim"
Appel à contribution

Pour leur prochain numéro n°38 (2ème semestre 2019), les Cahiers ALHIM publiés par l’Université Paris 8 invitent des chercheurs issus de différents horizons à établir un état des lieux de la recherche sur

La révision des crimes dictatoriaux en Amérique latine: processus de justice et mémoires sociales

Les droits de l’homme comprennent un ensemble d’idées, de représentations, de pratiques et de valeurs qui ont façonné une partie de la pensée politique et juridique occidentale depuis la fin du dix-huitième siècle. Ceux-ci ont pris une nouvelle empreinte internationale au milieu du XXe siècle, à la suite du génocide nazi et de l’expérience de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce contexte, les droits de l’homme sont devenus l’objet d’études, et tant leur exercice que la dénonciation de leurs violations ont présenté de nouveaux défis et débats au sein et entre les disciplines. Plus précisément, les études sur la justice transitionnelle et la mémoire sociale des expériences traumatisantes ont de plus en plus façonné un champ de recherche spécifique à l’échelle internationale.

Les violations des droits de l’homme commises par les régimes dictatoriaux qui ont régné sur de nombreux pays latino-américains durant la seconde moitié du XXe siècle ont fait l’objet de plaintes aux niveaux local, régional et international et conduit à la mobilisation de diverses organisations et associations de victimes. Après la fin de ces gouvernements dictatoriaux, ces dénonciations et les exigences de justice et de vérité de divers secteurs sociaux ont occupé une place prépondérante dans les agendas publics des démocraties naissantes.

Le présent dossier vise à incorporer des articles qui, à partir de différentes approches des sciences sociales, examinent de manière critique les façons dont, à la fin des régimes dictatoriaux, les revendications de vérité et de justice d’une partie de la société, principalement des proches des victimes et des survivants de la répression, ont été traitées au niveau social, politique et juridique. Ces articles doivent montrer l’état actuel d’avancement des études sur l’histoire du temps présent et les mémoires sociales en Amérique latine.

Ils seront acceptés des articles qui analysent diverses cas de justice transitionnel, de commissionnes de vérité et de processus de mobilisation des victimes dans différentes cadres nationales de l’Amérique latine. De la même manière, ils seront considérées les œuvres qui prennent en considération les mémoires et les représentations de la répression politique et les crimes dictatoriaux qui ont circulé socialement (et qui, en nombreux cas, sont entrés en dispute) après la fin des dictatures militaires.

Le contexte historique proposé par ce dossier s’étend des années 1980 à aujourd’hui. Il n’a pas l’intention d’établir un cadre temporel rigide, car les expériences nationales latino-américaines étaient diverses: alors que certains pays ont connu des processus de démocratisation au début des années 1980, d’autres l’ont fait à la fin de cette décennie. D’autre part, les politiques de la mémoire et de la justice n’ont pas été développées de la même manière ou en même temps dans chacun des pays d’Amérique latine.

Langues utilisées : anglais, espagnol, français, portugais.

Un résumé de 500 mots environ devra nous être adressé avant le 15 juin 2019.

Merci de mentionner vos coordonnées professionnelles et de joindre un CV succinct (liste de vos publications des 5 dernières années).

Contacts :

Victoria Alvarez (Universidad de Buenos Aires-CONICET) victoria.alvarez.tornay@gmail.com

Fabricio Laino Sanchis (Universidad de Buenos Aires-CONICET/Universidad Nacional de San Martín/Universidad Nacional de Avellaneda) fabricio.laino@gmail.com

Les articles définitifs (30 000 signes au maximum) seront à remettre avant le 15 novembre 2019.

Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Des documents sonores pourront accompagner l’article et être mis en ligne, sous réserve d’obtention des autorisations nécessaires. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos, de photogrammes, de partitions ou de documents sonores doit s’accompagner de la demande autorisation à l’ayant droit.

NORMES DE PUBLICATION : http://alhim.revues.org/2861

CALENDRIER :

15 juin 2019 : réception de propositions

5 juillet 2019 : acceptation des propositions

15 septembre 2019 : réception des articles selon les normes de publication transmises / Évaluation et correction des articles

15 novembre 2019 : réception définitive des articles pour publication

 

 

 

 

Présentation du livre « NO ». Pablo Larraín de Michèle Arrué (Université Paris 8), 25 janvier 2018

affiche séance

Séance commune séminaire ALHIM et l’Axe Transferts textuels et migrations esthétiques

Présentation du livre « NO ». Pablo Larraín de Michèle Arrué (Université Paris 8)

 

Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8) : Cadre historique et questions épistémologiques

« NO de Pablo Larraín est un film complexe qui joue constamment sur les apparences. »

« NO est un film qui porte sur une grande victoire : le plébiscite organisé en 1988 par le pouvoir en place. Le film s’inscrit dans un cadre histoire qui n’en est pas moins centrale dans le film. NO est bien un film sur le plébiscite de 1988 et la victoire des opposants au dictateur. »

« Un film beaucoup moins lumineux qui porte sur le Chili actuel et ouvre un espace de réflexion sur la période de la post-dictature. L’accueil enthousiaste à l’étranger contraste avec l’accueil beaucoup plus mitigé que lui a réservé le Chili, où il a suscité jusqu’à ce jour de nombreuses polémiques. »

A l’aune de ces affirmations, le livre de Michèle Arrué nous a fait réfléchir à partir de deux questions : le cadre historique dans lequel se situe le film de Larraín et la question épistémologique entre l’écriture de l’histoire et l’œuvre de fiction.

Pourquoi un plébiscite ?

Comme dans les cas des autres coups d’état en Amérique latine à la même période, l’expérience chilienne est conduite par des armées cohérentes sur un plan idéologique appuyé sur l’antimarxisme et la doctrine de la sécurité nationale. Ces armées sont déterminées à rétablir la domination sociale.

Le putsch du 11 septembre 1973, un coup d’état fait par l’armée en tant qu’institution, contre le président Salvador Allende, est préparé et dirigé par des officiers des trois branches de l’armée et des carabineros :

  • le général Augusto Pinochet, nommé par le président Allende à la fin du mois d’août de cette même année, pour l’armée de terre ;
  • l’amiral José T. Merino Castro, autodésigné le jour du coup d’État, pour la marine ;
  • Gustavo Leigh Guzmán, nommé par le président Allende en août 1973, pour l’armée de l’air ;
  • César Mendoza Durán, autodésigné, pour les carabineros.

Les commandants institutionnels dirigent le pronunciamiento et le nouveau gouvernement. Cependant, le régime militaire institutionnel s’est incarné progressivement dans la figure du général Augusto Pinochet, à tel point que la formulation « régime de Pinochet » est devenue courante. A partir de juin 1974, lorsque le général Pinochet dévient le chef du pouvoir exécutif, la nature du régime militaire est désormais indivisible du général de l’armée de terre.

La dictature doit faire face à la mise en question du régime à l’extérieur (condamnation en décembre 1977 par l’Assemblée générale des Nations unies, par 95 voix contre 14 et 12 abstentions, du « régime militaire pour ses abus en matière de droit de l’homme »). Augusto Pinochet prônait dans son discours à faire « face à l’agression internationale lancée contre le gouvernement de notre patrie, prendre la défense de la dignité du Chili, et réaffirme » la légitimité du gouvernement de la République à diriger souverainement le processus d’institutionnalisation du pays ». Le régime militaire s’appuie sur un mouvement social de soutien au régime, incarné par Pinochet. Le résultat est, en 1978, l’organisation d’un plébiscite de soutien au régime, c’est-à-dire de légitimation du pouvoir d’Augusto Pinochet.

Parallèlement, le régime connait une lutte de pouvoir interne entre les militaires : le général Gustavo Leigh Guzmán et son haut commandement des Forces aériennes chiliennes s’opposent au plébiscite, jugeant que cette pratique relève des « régimes personnalistes qui prétendent concentrer le pouvoir par le biais de mesures peu orthodoxes.

Le plébiscite a lieu sans registres électoraux, l’armée étant juge et partie dans le déroulement du processus.  Selon les chiffres officiels, le « oui » l’emporte avec 75 % des voix.  Même si personne ne croit en ce chiffre, Augusto Pinochet obtient une reconnaissance officielle de son leadership.

Cette centralisation du pouvoir atteint un nouveau degré avec la Constitution de 1980 (approuvé lors du plébiscite le 11 septembre 1980 et entrée en vigueur, dans un régime transitoire, le 11 mars 1981 pour se terminer à la fin du mandat présidentiel de Pinochet soit le 11 mars 1989, et, totalement, le 11 mars 1990) qui le désigne Pinochet président pour les huit années suivantes et comme candidat unique pour le plébiscite de 1988. La Constitution de 1980, notamment sur la question des sources du pouvoir, institutionalise d’organismes non soumis au vote populaire. De plus, l’armée reçoit un rôle constitutionnel, comme tutrice du futur système institutionnel. Les Chiliens sont contraints de voter « oui » ou « non », les options présentées : comme un dilemme entre la patrie et l’anti-patrie.

Le référendum chilien du 5 octobre 1988 fut organisé dans le cadre de l’application des dispositions transitoires (articles 27 à 29) de la constitution chilienne de 1980 pour décider de la prolongation au pouvoir jusqu’en 1997 du dictateur. Le 5 octobre 1988, le référendum a comme résultat suivant : 54% de « No », 43% de « Sí ». Deux ans plus tard, Patricio Aylwin devient le premier président démocratiquement élu pour la première fois depuis l’élection de Salvador Allende en 1971.

Comme explique Véronica Valdivia Ortiz de Zárate :

« Le leadership de Pinochet, malgré tout, aurait été compromis sans la démonstration de soutiens évidents dans la société, fruits de la nature insurrectionnelle du coup d’État. La décision de transformer le mouvement d’opposition à l’Unité populaire en appui au régime a contribué à la création du pinochétisme. Cela a été possible dans ce contexte, car ceux qui ont pris les rênes des organes d’État sont des anticommunistes convaincus, qui offrent au régime un embryon de projet devant être mené, selon eux, par le général Pinochet en personne. Les cours de formation destinés à la base sociale du régime sont ainsi la prolongation de la politique économique, sociale et institutionnelle mise en œuvre par le gouvernement. Ils cherchent à toucher de vastes pans de la société. Cette activité sociale en direction des couches populaires, par ailleurs, permet au régime d’accéder à ce monde frappé par la répression, mais qui en reçoit des bénéfices sans que cela ne modifie en rien les causes de sa marginalité. Ces bénéfices ont cependant un impact plus fort dans ce contexte social d’extrême pauvreté et de chômage. Une partie de ces couches sociales devient assurément pinochétiste. Cela explique que le pinochétisme parvienne à réunir des personnes de toutes les classes sociales (supérieure, moyenne et inférieure). Ces stratégies politiques permettent de comprendre pourquoi, lors du plébiscite de 1988, le général Pinochet réussit tout de même à obtenir 43 % des votes. »[1]

Cette masse électorale captive, pour qui le général Pinochet était tout (projet de société, pouvoir… ou aide sociale) est devenue le socle idéologique et social des héritiers politiques du régime. Ceux-ci ont construit un récit qui défend le modèle économique et politique instauré par les militaires. Ce récit légitime, en même temps, le coup d’état de 1973. Dans l’actualité, dans la société chilienne, existe un pinochétisme idéologique qui, par sa nature même, continue à être très présent dans la société chilienne.

Cadre épistémologique : Histoire-Mémoire-Fiction

Les débats qui se déroulent dans l’espace public chilien depuis la fin de la dictature ont été marqués par ce que Cristina Moyano a défini comme les « batailles pour la mémoire ». Nous pouvons citer les faits les plus marquants de ces batailles :

  • le Parc pour la paix « Villa Grimaldi » est inauguré le 22 mars 1997 comme lieu de mémoire et espace de réflexion et de connaissance sur la période de la dictature militaire.
  • 1998, arrestation de Pinochet à Londres.
  • comme réponse à son arrestation, Augusto Pinochet écrit la lettre Carta a los chilenos dans laquelle il se présente comme un « innocent » protagoniste de l’histoire récente du Chili.
  • le 25 janvier 1999, plusieurs historiens chiliens redigent le Manifiesto de historiadores, publié le 2 février de la même année, dans le journal La Segunda.
  • le 12 février 1999, dans le même journal, l’historien pinochetiste Gonzalo Vial, membre de la Comisión Rettig, répond aux auteurs du Manifiesto. Vial remet en question la valeur historiographique des travaux sur la période dictatoriale faits par les signataires du texte.
  • le 16 décembre 2004, publication du manifeste Contra los que torturan en nombre de la Patria, abordant la détention de Pinochet et les limites de l’Informe Valech.
  • 2007, un troisième manifeste intitulé La dictadura militar y el juicio de la historia est publié sur internet.
  • 2010, inauguration du musée de la Mémoire et les Droits de l’homme.

Sous la coexistence de deux mémoires confrontées, ces exemples nous montrent la rupture du « pacte de silence » et la mise en cause du consensus issu de la transition chilienne de chercher la « vérité et la réconciliation » à la place de la « vérité et la justice ».

Le film « No » permet d’identifier un certain nombre d’acteurs du politique ainsi que leurs discours. Le sens d’un tel discours s’incarne aussi dans la représentation des circonstances historiques évoquées, la construction des personnages et leurs péripéties. Ces derniers sont les opposants et les partisans d’une dictature latino-américaine dans la dernière phase de la Guerre Froide.

Le film « NO » a un parti pris. Celui de la liberté d’expression, celui du refus de cautionner une dictature. De manière juste, le film participe à la « bataille des mémoires » au Chili. Cependant, le film reçoit des critiques tant des défenseurs de l’héritage du Pinochet que ceux qui luttent pour la mémoire des victimes de la dictature : la mobilisation politique, l’expérience politique de l’échec des manifestations de 1983 et 1984 pour repenser les alliances et la stratégie d’opposition, l’opposions au sein de la dictature contre le pouvoir de Pinochet.

Parallèlement, le cinéaste joue aussi avec les frontières de la mémoire, l’écriture de l’histoire et l’œuvre de fiction. En suivant les propositions de Michèle Arrué, tout au long du film, Larraín se livre, avec l’ensemble du matériel filmique, à un jeu auquel il convie le spectateur pour l’égarer et le confondre. Le cinéaste entretient ainsi une confusion sur la nature des images et des médias qui les produisent, les temporalités et les espaces dans lesquels elles s’inscrivent. Larraín rend aussi poreuses les frontières qui séparent œuvre filmique et publicité, fiction et documentaire.

« NO » est une fiction basée « à 80% sur des faits réels », a indiqué Alfredo Castro, l’acteur, qui campe le rôle d’un chef d’entreprise pinochetiste, lors de l’avant-première, dans la faculté d’économie de l’Université du Chili, à Santiago. L’organisation du référendum telle qu’elle est présentée dans « No » est conforme à la réalité, il y a là une stricte conformité documentaire au regard de l’Histoire.

Cependant, la démarche de Pablo Larrain n’est pas une démarche historique ou mémorielle comme pourrait le suggérer les premiers mots du film :

En 1973, les Forces Armées chiliennes organisèrent un coup d’Etat contre le gouvernement de Salvador Allende. Le Général Pinochet pris le contrôle du pays. Après 15 ans de dictature, Pinochet dû faire face aux pressions internationales afin de légitimer son régime. En 1988, le gouvernement appela à un référendum. Le peuple aurait à se prononcer sur le maintien ou non du gouvernement pour huit années supplémentaires. La campagne durerait vingt-sept jours à raison de quinze minutes d’antenne pour l’option « oui » et quinze minutes d’antenne pour l’option « non ».

Ce préambule induisait d’une part le choix soit documentaire, soit fictionnel pour traiter du processus politique qui conduisit à la campagne pour le référendum. « No » mélange fiction et documentaire, accordant à la campagne publicitaire pour le No un poids historique et providentiel dans le délogement du dictateur du pouvoir. Le film inclue des cameos (Patricio Alwyn et Isabel Parra) et propose une autre identité, d’exilé politique, au réel publiciste qu’était Eugenio García.

Dans le « réalisme » de Larraín, le niveau d’explication est pratiquement absent, tandis que l’écriture de l’histoire propose une entreprise de compréhension-explication dans laquelle l’histoire doit expliciter, valider et démontrer ses énoncés. La différence se trouve dans la capacité cognitive entre les deux démarches. La fiction de Larraín a une relation incomplète avec ce qu’on considéré véridique, soit il représente la réalité, soit il propose des parties incomplètes de connaissance dans le film. A différence du film, l’histoire active la fiction avec le but de produire de la connaissance. L’histoire a un régime cognitif propre et différent à celui du film de Larraín.

Pascale Thibaudeau (Université Paris 8) : Instabilité de l’énonciation et effets de brouillage dans « No »

« NO », qui se situe à une période clé de l’histoire du Chili, n’est pas un film isolé dans la filmographie de Larrain qui a pris plusieurs fois pour objet la dictature et ses séquelles : peux-tu contextualiser ce film dans l’ensemble de la production ?

Du point de vue de l’objet filmique, on a un film construit chronologiquement avec une progression dramatique et un suspense croissant. Comment, alors que le spectateur connaît, dès le début du film, l’issue du scrutin, est construit ce suspense ? A partir de quels éléments le cinéaste parvient-il à maintenir le spectateur en haleine ?

On a donc un film qui, dans sa structure et les moyens mis en œuvre pour capter l’attention du spectateur, adopte un certain nombre de règles et de conventions propres au cinéma grand public. Pourtant, souvent, le spectateur perd ses repères avec le brouillage des temporalités : dans la fusion des images d’archives et des images reconstituées, passé et présent arrivent à se confondre. Comment est obtenu ce lissage esthétique entre les images de 1988 et celles de 2012 ? Quelle est la fonction de cette fusion temporelle ? Comment l’interpréter ?

En même temps, parallèlement à cette homogénéité esthétique qui vise à confondre deux époques, la présence des caméos et de deux apparences distinctes d’une même personne dans des plans successifs et alternés, souligne au contraire que le temps a passé (enregistrement de la chanson par les sœurs Parra, tournage d’un spot au Teatro Huemul). On a donc à la fois une homogénéité visuelle et une hétérogénéité temporelle qui créent une forme de temporalité paradoxale. Peux-tu nous en donner quelques exemples ?

Un autre type de fusion opérée par le film : l’imitation formelle et rhétorique du discours publicitaire par le discours politique. Certaines critiques ont voulu y voir une façon de dire que le cinéaste avait voulu montrer que le référendum avait été gagné par l’opposition grâce à la forme des clips et non par le contenu et le travail de l’opposition. Mais est ce que le propos de Larrain n’est pas plutôt de critiquer le « système publicitaire » (et donc capitaliste) comme hégémonique et capable de tout engloutir, récupérer et affaiblir ?

Michèle Arrué (Université Paris 8) : réponses et réflexions

Les questions posées par mon collègue historien Enrique Fernández, Pascale Thibaudeau et Vicente Romero sont pour moi l’occasion d’aborder la question du statut de l’œuvre artistique filmique quand cette dernière se croise à l’Histoire, et de façon plus particulière les dispositifs et la grammaire filmiques que le cinéaste Pablo Larraín met en place dans son œuvre de fiction No qui se situe à une période charnière de l’histoire récente du Chili.
A aucun moment Pablo Larraín méconnait, ignore, ou minore la dimension collective du processus qui précède le mois de septembre 1988 et le plébiscite du 5 octobre 1988. C’est que le sujet de son film est autre.

Larraín est un cinéaste et cet artiste tout particulièrement sensible aux images va être interpellé par le matériel visuel d’époque constitué par les images de la campagne télévisée : aussi bien celles des opposants au régime de Pinochet (« franja del No ») que celles de ceux qui le soutiennent (« franja del Sí »). Larraín va également s’intéresser aux images de la propagande officielle qui sont montrées tous les jours à la télévision pendant dix sept ans sous le contrôle absolu du régime, de même que les publicités de l’époque issues du nouveau langage visuel qui accompagne la naissance du nouvel ordre économique libéral.

Pablo Larraín nous livre ainsi un film qui porte sur le pouvoir des images – un pouvoir d’illusion -, sur les signes iconographiques, tout en réfléchissant aux rapports qui les lient avec les supports et les sources qui les produisent. Le film de Pablo Larraín travaille sur la conception de ces images, leur réalisation mais également leur réception selon le public et les époques. Pas une image insérée qui ne soit – rappelons-le – des images d’archives et qui ne soit accompagnée d’une réflexion sur leur réception ; la réception des différents camps en présence, mais également la réception du spectateur que nous sommes.

Précisons qu’une décision technique capitale pour son film que prend Pablo Larrain, et ce pour répondre à la question posée par Pascale Thibaudeau, est de filmer l’ensemble de son film avec des caméras de l’époque, des caméras de vidéo analogique ikégami. Cela lui permet d’intégrer de façon « naturelle » tous les documents d’époque au récit cadre – production fictionnelle – sans que les frontières entre genre (documentaire, publicité, fiction) ne soient marquées.

Ce procédé permet également de rendre les frontières spatiales poreuses et, associé au recours à de nombreux caméos – personnages présents dans les documents de 1988 et revenant bien souvent jouer leur propre rôle dans la fiction que tourne Larraín en 2011-, Larraín élabore un film sous jacent qui porte également sur la période du tournage (2011-2012). Le film de Larraín rend compte non seulement de la fin de la dictature mais aussi du Chili contemporain post dictatorial vingt trois ans après le plébiscite de 1988, en posant la question implicite du leg du pinochétisme dans le régime qui lui succède.

Pour répondre à Pascale Thibaudeau, nous voyons que Larraín n’a pas rompu comme on pourrait le croire avec sa façon d’aborder l’histoire. Dans ses deux films précédents qui eux aussi se situent totalement ou en partie pendant la dictature (Tony Manero, 2008 ; Post-Mortem, 2010), l’histoire apparaissait à l’insu du personnage principal, en second plan ou bien souvent hors champ. Elle était suggérée et ces films exigeaient un spectateur actif. Il en va de même pour décrypter No, film bien plus complexe qu’il n’apparait de prime abord.

Ajoutons que la visée de Larraín n’est pas d’ordre pédagogique. Il ne cherche pas à délivrer de message et c’est la force de son film, un film qui n’est à mon sens ni « flou » ni « ambivalent », même si son personnage principal l’est. Larraín offre au spectateur qu’il veut actif, non pas des réponses mais des questions, « un espace de réflexion » pour reprendre ses termes.

Enfin, je rappellerai que le film de Pablo Larraín est avant tout une œuvre d’art, une œuvre de fiction. Il ne s’agit à aucun moment pour Larraín d’écrire un reportage historique, genre dont on est en droit d’attendre une certaine exhaustivité et une adéquation, une « conformité » avec ce qui a eu lieu. Il convient de distinguer le reportage qui a une fonction informative du documentaire, œuvre d’art dotée d’un projet esthétique. On ne peut par conséquent reprocher à Pablo Larraín d’être « lacunaire » ou « parcellaire ». Larraín ne fait pas œuvre d’historien. On l’a vu, il nous livre une réflexion sur les images et les signes (et c’est du reste le duel que se livrent ces images qui est le moteur narratif du film). En art, le réel représenté est toujours une construction ; l’art n’illustre pas le réel, n’en ai pas le miroir tendu dans lequel il se reflèterait. La question de la « véridicité » en art ne se pose jamais, mais plutôt celle de son caractère vraisemblable. Ce qui n’empêche pas Larraín d’interroger dans des modalités artistiques l’histoire du Chili, le sens de ce qui a eu lieu, mais au travers des images produites à cette époque. Ce questionnement ne passe pas nécessairement par le « réalisme » qui en tout état de cause, en art, ne se confond jamais avec le réel.

___________________________________________________________________________

[1] Valdivia Ortiz de Zárate Verónica, « Construction du pouvoir et régime militaire sous Augusto Pinochet », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2010/1 (n° 105), p. 93-107. DOI : 10.3917/ving.105.0093. URL : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2010-1-page-93.htm

Les Cahiers Alhim (Amérique latine Histoire et Mémoire) n° 34

1re de couverture du numéro 34

Les Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8, viennent de publier, sous la direction de Nathalie Ludec (Université de Rennes 2) et Perla Petrich (Université de Paris 8) :

« Les peurs collectives en Amérique latine »

http://journals.openedition.org/alhim/5745

_____________________________________________________________________

Publicación de Les Cahiers Alhim  (Amérique latine Histoire et mémoire) de la Universidad de Paris 8, bajo la dirección de Nathalie Ludec (Université de Rennes 2) y Perla Petrich (Université de Paris 8) :

« Los miedos colectivos en América latina »

http://journals.openedition.org/alhim/5745

APPEL A CONTRIBUTION : Les Cahiers ALHIM n° 36 (segundo semestre 2018) : « Les peuples indiens de « Notre Amérique » au XXe siècle »

Résultat de recherche d'images pour "alhim"
Appel à contribution

Les Cahiers ALHIM (América latina Historia y Memoria) de la Universidad Paris 8, Vincennes-Saint Denis, dedican uno de sus próximos dossiers (2018 segundo semestre, n°36) a:

Los pueblos indígenas de “Nuestra América” en el siglo XX

El objetivo del presente número es poner de relieve la presencia indígena en “Nuestra América” (al decir de José Martí). Presencia que las organizaciones indígenas reafirmaron vigorosamente en el escenario político desde el último tercio del siglo. En efecto, en sus discursos y prácticas (culturales, artísticas, políticas, sociales, …) encontramos una crítica resuelta a la posición de exclusión social, política, económica y cultural en la que se encuentran. Crítica que se enraíza en un pensamiento propio, sustentado en la cultura y en la invocación de una historia común.

Las contribuciones se referirán a la especificidad de los pueblos indígenas manifestada, por ejemplo, en las organizaciones y en las movilizaciones de hombres y mujeres a lo largo del siglo. Las propuestas deberán atenerse a los ejes siguientes:

  1. Estado de las lenguas y culturas indígenas
  2. Resultados de las políticas de “integración del indio”
  3. Los indigenistas: ¿quiénes fueron y qué aportaron?
  4. Los indígenas: de la lectura y práctica marxista a las propuestas postcoloniales
  5. Organizaciones, movilizaciones, reivindicaciones, indianismo
  6. Liderazgo indígena, estrategias y ejercicio del poder
  7. Visión indígena de los problemas medioambientales
  8. Testimonios de actores indígenas

Idiomas utilizados: español, portugués, francés, inglés.

Un resumen de 500 palabras tiene que ser enviado antes del 28 de febrero del 2018.

Gracias por mencionar sus datos profesionales (Institución, Laboratorio, Organismo, dirección…) e incluir un corto currículo (lista de publicaciones en los últimos 5 años).

Contactos: Arauco Chihuailaf (Universidad de París 8 Vincennes – Saint-Denis) arauco.ch@gmail.com; Vicente Romero (Universidad de París 8 Vincennes – Saint-Denis) viromeroes@yahoo.es

Los artículos definitivos no deben sobrepasar los 30 000 signos y tienen que ser enviados antes del 31 de mayo del 2018.

Una vez aceptada la propuesta, el artículo será evaluado por el comité de lectura que decidirá de su publicación, sin tener que justificar su decisión. En el caso de no respetar las normas de publicación, el artículo será reenviado al autor para modificación. Los autores declaran reservar a Les Cahiers ALHIM la exclusividad de su artículo y autorizan su publicación en línea y en formato papel. En caso de plagio, los autores serán considerados únicos responsables. En el marco del respeto a los derechos de autores, la integración de fotografías o fotogramas debe acompañarse de una autorización.

NORMAS DE PUBLICACIÓN: https://alhim.revues.org/2863

CALENDARIO:

28 de febrero del 2018: entrega de las propuestas

31 de marzo del 2018: aceptación de las propuestas

31 de mayo del 2018: recepción de los artículos según las normas de publicación / Evaluación y corrección de los artículos

30 de septiembre del 2018: recepción definitiva de los artículos para su publicación

Appel à contribution

Les Cahiers ALHIM (Amérique latine Histoire et Mémoire), de l’Université Paris 8, Vincennes-Saint Denis, consacrent un de leurs prochains dossiers (2018 deuxième trimestre, n°36) à :

Les peuples indiens de « Notre Amérique » au XXe siècle

Le propos de ce volume est d’étudier la présence indienne dans « Notre Amérique » (selon l’expression de José Martí), que les organisations indiennes ont réaffirmée avec force sur la scène politique durant le dernier tiers du XXe siècle. Le discours de ces multiples organisations et leurs pratiques, culturelles, artistiques, politiques, sociales, reflètent clairement une critique face à la position d’exclusion sociale, politique, économique et culturelle dont sont victimes les populations indiennes. Cette critique est portée par une pensée propre, qui prend sa source dans la culture et le recours à une histoire commune.

Les contributions aborderont la spécificité des peuples indiens manifestée, entre autres, dans les organisations et mobilisations des hommes et des femmes tout au long du siècle. Et elles Les propositions porteront sur les axes suivants :

  1. État des langues et cultures indigènes
  2. Résultats des politiques « d’intégration de l’indien »
  3. Les indigénistes : qui étaient-ils et quelles furent leurs contributions ?
  4. Les indiens : de la lecture et pratique marxiste aux propositions postcoloniales
  5. Organisations, mobilisations, revendications, indianisme
  6. Leadership indien, stratégies et exercice du pouvoir
  7. Vision indienne des problèmes environnementaux
  8. Témoignages des acteurs indiens.

Langues utilisées : espagnol, portugais, français, anglais.

Un résumé de 500 mots environ devra nous être adressé avant le 28 Février 2018.

Merci de mentionner vos coordonnées professionnelles (institution, laboratoire, organisme, adresse) et de joindre un CV succinct (liste de vos publications des 5 dernières années).

Contacts : Arauco Chihuailaf (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) arauco.ch@gmail.com ; Vicente Romero (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) viromeroes@yahoo.es

Les articles définitifs (30 000 signes au maximum) seront à remettre avant le 31 Mai 2018.

Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue Les Cahiers ALHIM l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne et en format papier. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit s’accompagner de la demande autorisation à l’ayant droit.

NORMES DE PUBLICATION : http://alhim.revues.org/2861

CALENDRIER :

28 Février 2018 : réception de propositions

31 Mars 2018 : acceptation de propositions

31 Mai 2018 : réception des articles selon les normes de publication transmises / Évaluation et correction des articles

30 Septembre 2018 : réception définitive des articles pour publication

Fanny Chagnollaud (Université Paris 8) : « Expériences de fondations andines en milieu urbain. Le cas des quartiers-comunidades d’Ayacucho (Pérou) : quartiers périphériques ou villages andins urbains ? »

Fanny Chagnollaud, « Expériences de fondations andines en milieu urbain. Le cas des quartiers-comunidades d’Ayacucho (Pérou) : quartiers périphériques ou villages andins urbains ? », dans Philippe Gervais-Lambony, Frédéric Hurlet et Isabelle Rivoal (sous la direction), (Re)Fonder. Modalités du (re)commencement dans le temps et dans l’espace, Paris, Editions de Boccard, 2017

Cet article aborde la question de la fondation à partir de l’étude ethnographique d’un exemple contemporain : les quartiers issus de l’informel de la ville d’Ayacucho au Pérou. Ils sont le résultat d’une stratégie collective d’installation mise en œuvre par des migrants provenant des zones andines rurales de la région. Lorsque l’on étudie leur structure sociale et politique, on se rend compte qu’ils sont bien plus que de simples groupements de voisinage. Ainsi, les processus présentés ici sont ceux de la fondation de nouvelles entités sociopolitiques dotées d’un territoire et d’une identité symbolique propres.

Mots-clés : urbanisation informelle, ethnologie andine, invasions, autogestion

http://www.mae.parisnanterre.fr/refonder-modalites-du-recommencement-dans-le-temps-et-dans-lespace-2/

APPEL A CONTRIBUTION : Les Cahiers ALHIM n° 35 (premier semestre 2018)

 

Résultat de recherche d'images pour "alhim"
Appel à contribution

Pour leur prochain numéro (n°35, 1er semestre 2018), les Cahiers ALHIM publiés par l’Université Paris 8 invitent des chercheurs issus de différents horizons (histoire, ethnomusicologie, sociologie de la musique…) à établir un état des lieux de la recherche sur les

Cultures musicales en Amérique latine (XVIe-XXIe siècle)

La musique est un code, un langage commun à tous les êtres vivants. Cependant, dans les sociétés humaines, elle est non seulement un outil de communication, mais aussi un mode d’expression et de représentation du monde. La musique devient « culture » à partir du moment où elle intègre un ensemble symbolique, un tissu de pratiques et de savoirs partagés qui évolue selon les contextes. Ce numéro s’intéressera non seulement aux processus de création, mais aussi à la musique en tant que fait social, aux pratiques de sociabilité qui lui sont liées, et à son efficacité à l’heure de penser des dispositifs de politique symbolique, que ce soit au sein d’institutions ou mouvements sociaux. Nous interrogerons ainsi les héritages, les permanences et les ruptures ; les transferts culturels et les métissages ; les inventions et réinventions de traditions, depuis l’époque coloniale jusqu’à nos jours. Un premier axe se concentrera sur les processus de création en eux-mêmes et les contextes ayant permis l’émergence de nouvelles formes musicales : colonisation, migrations, déplacements de populations, situations de crise, nouvelles technologies, etc. Cet axe interrogera également les pratiques de sociabilité liées à la musique : dans quelle mesure celles-ci interviennent-elles dans le processus de création ? En quoi la musique permet-elle de créer du lien social, et même des communautés d’appartenance, indépendamment des politiques mises en place par les institutions et par-delà les frontières nationales ? Comment la musique leur permet-elle parfois de contester ou de légitimer un ordre établi, une idéologie dominante, des normes esthétiques ? Comment surgissent des cultures et des contre-cultures musicales ? Un deuxième axe sera consacré à l’utilisation de la musique par les mouvements sociaux et les partis politiques. Il s’intéressera à l’usage qui en est fait pendant les campagnes électorales, les meetings et les rassemblements, à la récupération et instrumentalisation de traditions et de contre-cultures par les partis politiques et certains mouvements sociaux en vue de se légitimer. En quoi cette récupération permet-elle d’homogénéiser certains groupes sociaux et de gommer les différences, voire les contestations ? Par extension, un troisième axe concernant les politiques culturelles et symboliques émanant de l’État viendra conclure ce numéro. Il interrogera les finalités politiques et sociales des politiques symboliques comme, par exemple, le recours à la musique lors des célébrations officielles, des fêtes patriotiques, des éphémérides, ou encore lors des cérémonies civiques ou des manifestations culturelles émanant des institutions.

Langues utilisées : anglais, espagnol, français, portugais.

Un résumé de 500 mots environ devra nous être adressé avant le 30 septembre 2017.

Merci de mentionner vos coordonnées professionnelles et de joindre un CV succinct (liste de vos publications des 5 dernières années).

Contacts :

Natalia Molinaro: natalia.molinaro02@univ-paris8.fr/ natalia.molinaro@laposte.net

Jupiter Ossaba: ossaba@aol.com

Les articles définitifs (30 000 signes au maximum) seront à remettre avant le 30 février 2018.

Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Des documents sonores pourront accompagner l’article et être mis en ligne, sous réserve d’obtention des autorisations nécessaires. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos, de photogrammes, de partitions ou de documents sonores doit s’accompagner de la demande autorisation à l’ayant droit.

NORMES DE PUBLICATION : http://alhim.revues.org/2861

CALENDRIER :

30 septembre 2017 : réception de propositions

10 octobre 2017 : acceptation des propositions

10 janvier 2018 : réception des articles selon les normes de publication transmises / Évaluation et correction des articles

30 février 2018 : réception définitive des articles pour publication

__________________________________________________________________________

Résultat de recherche d'images pour "alhim"
Convocatoria

Para su próxima edición (n°35, 1er semestre de 2018), la revista Les Cahiers Alhim editada por la Universidad París 8 invita a investigadores especializados en distintas disciplinas (historia, etnomusicología, sociología de la música) a contribuir a una reflexión sobre las

Culturas musicales en América latina (siglos XVI-XXI)

La música es un código, un lenguaje. En las sociedades humanas, constituye una herramienta de comunicación, así como un modo de expresión y de representación del mundo. La música se vuelve “cultura” en el momento en que integra un conjunto simbólico de prácticas y saberes compartidos que evoluciona según los contextos. En este número se considerarán los procesos creativos en sí mismos y la música como hecho social. Se estudiarán las prácticas de sociabilidad vinculadas con la música y se comprobará su eficiencia a la hora de elaborar dispositivos de política simbólica, tanto en el seno de las instituciones como en movimientos sociales. Interrogaremos las herencias, las permanencias y las rupturas; las transferencias culturales y los mestizajes; las invenciones y reinvenciones de tradiciones, desde la época colonial hasta nuestros días. Un primer eje se concentrará en los procesos de creación y los contextos que permitieron la aparición de nuevas formas musicales: colonización, migraciones, desplazamientos de poblaciones, situaciones de crisis, nuevas tecnologías, etc. En este eje también se cuestionarán las prácticas de sociabilidad vinculadas con la música: ¿en qué medida intervienen en el proceso de creación? ¿Cómo contribuye la música a tejer un vínculo social y hasta comunidades de pertenencia, a veces transgrediendo las fronteras e independientemente de las políticas simbólicas llevadas a cabo por los Estados? ¿Y cómo la música les permite a veces romper o legitimar un orden establecido, protestar contra una ideología dominante y/o transgredir normas estéticas? ¿Cómo surgen culturas y contra-culturas musicales? En un segundo eje, se analizará la utilización de la música por los movimientos sociales y los partidos políticos, como por ejemplo el uso de la música en el marco de las campañas electorales, los actos políticos o las manifestaciones. Estudiaremos las recuperaciones y la instrumentalización de tradiciones y contra-culturas como elementos de legitimización, preguntándonos en qué medida permiten una homogeneización e invisibilización de algunos grupos sociales, sus diferencias y reivindicaciones. En la misma continuidad y para cerrar este volumen, un tercer eje se concentrará en la música y las políticas simbólicas llevadas a cabo por los Estados, cuestionando sus finalidades políticas y sociales. Se tratará de analizar, por ejemplo, el papel de la música en las celebraciones oficiales, las fiestas patrióticas y las efemérides, las ceremonias cívicas o las manifestaciones culturales organizadas por las instituciones.

Idiomas utilizados: inglés, español, francés, portugués.

Un resumen de 500 palabras tiene que ser enviado antes del 30 de septiembre de 2017.

Gracias por mencionar sus datos profesionales (Institución, Laboratorio, dirección…) e incluir un corto currículo (lista de publicaciones en los últimos 5 años).

Contacto:

Natalia Molinaro: natalia.molinaro02@univ-paris8.fr/natalia.molinaro@laposte.net

Júpiter Ossaba: ossaba@aol.com

Los artículos definitivos no deben sobrepasar los 30 000 signos y tienen que ser enviados antes del 30 de febrero de 2018.

Una vez aceptada la proposición, el artículo será evaluado por el comité de lectura que decidirá de su publicación, sin tener que justificar su decisión. En el caso de no respetar las normas de publicación, el artículo será reenviado al autor para modificación. Los autores declaran reservar a los Cahiers ALHIM la exclusividad de su artículo y autorizan su publicación en línea. En caso de plagio, los autores serán considerados únicos responsables. Documentos en formato audio podrán acompañar el artículo y ser publicados en línea a condición de que se obtengan las autorizaciones necesarias. En el marco del respeto a los derechos de autores, la integración de fotografías, fotogramas, partituras también debe acompañarse de una autorización.

NORMAS DE PUBLICACION: https://alhim.revues.org/2863

CALENDARIO:

30 de septiembre de 2017: entrega de las proposiciones

10 de octubre de 2017: aceptación de las propuestas

10 de enero de 2018: recepción de los artículos según las normas de publicación / Evaluación y corrección de los artículos

30 de febrero de 2018: recepción definitiva de los artículos para su publicación

 

 

APPEL A CONTRIBUTION : Les Cahiers ALHIM n° 34 (deuxième semestre 2017)

Résultat de recherche d'images pour "alhim"
Appel à contribution

 Les Cahiers ALHIM (Amérique Latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8, Vincennes Saint-Denis, consacrent un de leurs prochains dossiers (numéro n°34 2017) à l’analyse des peurs collectives en Amérique latine.

  https://alhim.revues.org/5635

Les peurs collectives en Amérique latine

« Notre société est malade du risque », écrit D. Heiderich dans un article récent (2017). Cette affirmation peut caractériser non seulement l’Europe mais aussi l’Amérique latine.

Les risques et par conséquent les peurs ont de multiples origines: catastrophes naturelles (inondations, séismes, épidémies, réchauffement climatique) ou épisodes de violence et/ou d’exclusion sociale (guerres, terrorisme, dictatures, conflits inter-ethniques, inter-religieux, délinquance, répression politique, catastrophes nucléaires, exil, pauvreté, chômage, maltraitance, émigration économique, etc.). Ces menaces réelles sont démultipliées à l’échelle de la mondialisation.

Dans ce contexte, le sentiment de vulnérabilité des sociétés est renforcé par la dérégulation économique, dont le contrôle échappe au politique. La peur naît de cette confrontation entre la faiblesse politique locale et la capacité de nuisance du pouvoir global. Face à l’État-nation qui n’est plus protecteur, et face aux institutions collectives en perte de vitesse (syndicats, sécurité sociale), le repli sur soi ou le recours à des solutions individuelles, prennent le pas sur la solidarité sociale.

Par ailleurs, les peurs sociales trouvent certes leur source dans des faits réels mais aussi dans l’imaginaire, qui sécrète des peurs sans fondements, construites sur des risques hypothétiques. Dans ce sens, la peur est un  instrument politique, idéologique et donc de pouvoir. Les peurs imaginaires sont généralement  induites par des entités (partis politiques, intérêts financiers, ONG, institutions religieuses, médias) qui véhiculent des idéologies propres à certains crédos politiques. Comme l’affirme Bauman, le « capital-peur est susceptible de produire n’importe quel type de profit, commercial ou politique » (Bauman, 2007: 22).

Le mythe de la peur, construit depuis le pouvoir politique, le plus fréquent, est un instrument de domination sans pareil (Camus, 1948) : une société qui a peur est une société vulnérable, fragile, et donc soumise au pouvoir, politique, économique. Les mythes manipulés par des intérêts politiques, partisans, réactivent l’image d’ « ennemi national héréditaire » : l’étranger, le migrant, le délinquant, l’arabe, le juif, l’intellectuel, les groupes minoritaires, en définitif,  l’ « autre ».

Les institutions religieuses échafaudent, à leur tour, des mythes dotés d’un fort pouvoir d’aliénation. L’angoisse provoquée par la Fin du Monde ou l’Apocalypse peut entraîner des adhésions inconditionnelles (Jodelet, 2011: 245).

Convoquons ici les théories du complot et le rôle des réseaux sociaux, propres à développer ce nouveau genre appelé fake news (fausses informations, faits alternatifs)  à l’ère de la post-vérité et donc à créer un sentiment d’inquiétude, de doute, d’incertitude.

Les entités culturelles de masse (radio, TV, presse) contribuent aussi à la manipulation de la peur, en élaborant une culture de la peur. Soumis à des objectifs économiques, les médias  utilisent  l’instrument de la peur qui pervertit l’information en cherchant à privilégier la quête d’audience.

Quant aux acteurs culturels (cinéastes, peintres, photographes, écrivains, philosophes, sociologues…), selon leur ligne idéologique, ils contribuent également à alimenter ou à atténuer les peurs collectives.

Dans ce numéro nous proposons donc une réflexion sur les peurs collectives autour des axes suivants:

  • Circonstances socio-historiques propices à l’apparition et à la représentation des peurs collectives.
  • Origine réelle ou imaginaire des peurs collectives. Répercussions et conséquences.
  • Intervention du pouvoir politique, économique, religieux et des médias dans la création des peurs collectives.
  • Rôle des acteurs culturels dans la construction et la déconstruction des peurs collectives.
  • Théories du complot et rôle des réseaux sociaux.

Bibliographie:

Langues utilisées : anglais, espagnol, français, portugais.

Un résumé de 500 mots environ devra nous être adressé avant le  30 juin  2017.

Merci de mentionner vos coordonnées professionnelles et de joindre un CV succinct (liste de vos publications des 5 dernières années).

Contacts : Nathalie LUDEC (Université Rennes 2) nathalie.ludec@univ-rennes2.fr, Perla PETRICH  (Université de Paris 8)  arpegio@laposte.net

Les articles définitifs (30 000 signes au maximum) seront à remettre avant le 1er octobre 2017.

Après acceptation de la proposition, l’article sera soumis au comité de lecture, qui décidera de sa publication sans avoir à justifier de sa décision. Si l’article ne respecte pas la feuille de style, celui-ci sera renvoyé à l’auteur pour faire les modifications nécessaires. Les auteurs s’engagent à réserver à la revue l’exclusivité de l’article et à autoriser sa publication en ligne. En cas de plagiat, les auteurs seront tenus pour seuls responsables. Dans le respect des droits d’auteur, l’intégration de photos ou de photogrammes doit s’accompagner de la demande d’autorisation à l’ayant droit.

NORMES DE PUBLICATION : http://alhim.revues.org/2861

CALENDRIER : 

  • 30 juin 2017: réception de propositions
  • 5 juillet 2017 : acceptation de propositions
  • 1 octobre 2017: réception des articles selon les normes de publication transmises / évaluation et correction des articles
  • 10 novembre  2017 : réception définitive des articles

___________________________________________________________________________

Convocatoria

Los Cahiers ALHIM (Amérique Latine Histoire et Mémoire) de la Universidad París 8 (Vincennes-Saint Denis) dedican uno de sus próximos números (2017 segundo semestre, n°34) a :

Los miedos colectivos en América Latina

« Nuestra sociedad está enferma de riesgo » asegura Heiderich en un artículo reciente (2007). Esa afirmación puede aplicarse no sólo a Europa, sino también a América latina y al mundo occidental.

Los miedos suelen justificarse por vivencias de catástrofes naturales (inundaciones, terremotos, sunami, epidemias, calentamiento climático) o de episodios de violencia y/o exclusión social (guerra, terrorismo, dictaduras, conflictos inter-étnicos, inter-religiosos, delincuencia, represión política, desastres nucleares, exilio, desocupación, pobreza, maltrato, reducción de salarios, despidos, emigración económica, etc.). Esas amenazas reales son multiplicadas a la escala de la mundialización.

Otro factor de miedo es el provocado por la conciencia de fragilidad de la sociedad debido a la ausencia de regulación económica por parte del poder político. El miedo nace de la confrontación entre la debilidad de la política local y la fuerza destructora del poder global. El Estado-Nación ha dejado de ser protector y las instituciones colectivas han perdido influencia (sindicatos, seguridad social….). Frente a esta situación la respuesta es el repliegue sobre sí mismo, la búsqueda de soluciones individuales y, en consecuencia, la ruptura de la solidaridad social.

Hay que tener en cuenta que los miedos sociales no están solamente ligados a hechos reales y constatables, sino también al imaginario, creador de temores basados en suposiciones de riesgos futuros. El miedo es un instrumento de poder. Los miedos imaginarios son generalmente inducidos por entidades que instauran y vehiculan ideologías (partidos políticos, intereses financieros, ONG, institucions religiosos, medios de información…).

Los mitos del miedo organizados desde el poder político son los más frecuentes ya que mantener a los hombres bajo el miedo es una forma absoluta de dominación ( Camus, 1948). Un pueblo con miedo es un pueblo fácilmente dominable. Los mitos manipulados por intereses políticos reavivan la imagen de « enemigos nacionales hereditarios »: el extranjero, el inmigrante, el delincuente, el árabe, el indígena, el intelectual, la masonería, los judíos y todos los grupos minoritarios, en definitiva, « el otro ».

Otros mitos de gran poder son los construidos y administrados por las instituciones religiosas. La angustia que provoca la posibilidad del Fin del Mundo o del Apocalipsis puede inducir a adhesiones incondicionales.

También en este caso hay que tener en cuenta las teorías del complot y el papel que juegan las redes sociales. Ambos tienden a desarrollar un nuevo género reconocido como fake news (informaciones falsas,  « acontecimientos alternativos ») y a crear así otras inquietudes, dudas e incertidumbres.

Las entidades culturales de información masiva (radio, televisión, prensa…) con sus propios mecanismos contribuyen también a la manipulación del miedo. En muchos casos no se trata de informar al público sino de « formarlo » para que sea capaz de almacenar el máximo de información y se convierta en un adicto « consumidor » del miedo.

Por su parte los actores culturales (cineastas, pintores, fotógrafos, escritores, filósofos, sociólogos….), según su línea ideológica, sus intereses económicos o sus ambiciones de poder y éxito, contribuyen a alimentar o bien a contrarrestar el miedo colectivo.

En el marco de este número los artículos deberán responder a a los ejes siguientes:

  • Circunstancias socio-históricas propicias para la aparición de representaciones del miedo colectivo.
  • Origen real o imaginario de los miedos colectivos. Repercusión y consecuencias.
  • Intervención del poder político, económico, religioso y de las entidades de información en la creación de los miedos colectivos.
  • Participación de los medios culturales en el mantenimiento –o desmantelamiento- de los miedos colectivos.
  • Teorías del complot y papel de las redes sociales.

Bibliographie:

Idiomas utilizados: inglés, español, francés, portugués.

Un resumen de 500 palabras tiene que ser enviado antes del 30 de junio del 2017.

Gracias por mencionar sus datos profesionales (Institución, Laboratorio, dirección…) e incluir un corto currículo (lista de publicaciones en los últimos 5 años).

Contactos: Nathalie LUDEC (Université Rennes 2) nathalie.ludec@univ-rennes2.fr, Perla PETRICH  (Université de Paris 8):  arpegio@laposte.fr

Los artículos definitivos no deben sobrepasar los 30 000 signos y tienen que ser enviados antes del 1 de octubre del 2017.

Una vez aceptada la propuesta, el artículo será evaluado por el comité de lectura que decidirá de su publicación, sin tener que justificar su decisión. En el caso de no respetar las normas de publicación, el artículo será reenviado al autor para modificación. Los autores declaran reservar a los Cahiers ALHIM la exclusividad de su artículo y autorizan su publicación en línea. En caso de plagio, los autores serán considerados únicos responsables. En el marco del respeto a los derechos de autores, la integración de fotografías o fotogramas debe acompañarse de una autorización.

NORMAS DE PUBLICACIÓN: https://alhim.revues.org/2863

CALENDARIO:

  • Junio 30, 2017: recepción de propuestas
  • Julio 5, 2017:
  • Octubre 1, 2017: recepción de artículos en extenso bajo los criterios editoriales señalados/ envío de dictámenes de los artículos a los autores para su corrección.
  • Noviembre 10,  2017: recepción de artículos definitivos para dar cuerpo a la revista.

Revista « Tiempo Historico », n° 13, julio-diciembre 2016

Portada

Revista Tiempo Historico, n° 13, julio-diciembre 2016

http://www.academia.cl/tiempohistorico/ojs/index.php/Tiempo-Historico/index

Artículos
Loris De Nardi, « Una propuesta para el estudio comparado de un imperio global sin colonias: la acción de gobierno de Francisco Fernández de la Cueva, IV duque de Alburquerque, virrey de Nueva España (1653-1660) y de Sicilia (1667-1670) »
Consuelo Soler, « Chile entre el protagonismo productivo de pieles de ganados menores y el rezago comercial competitivo regional. Análisis a partir de una red mercantil local/regional (finales del siglo XVIII) »
Enrique Fernández Domingo, « El paisaje como construcción cultural: la mirada de los viajeros europeos sobre el lago Titicaca (siglo XIX) »
Raúl Sánchez, Inmaculada Simón Ruiz, « Pesos más, pesos menos: El costo de la modernidad en la construcción del ramal ferroviario Talca–Constitución »
Giannina Miranda Wilson, « La dualidad administrativa de Tacna y Arica durante los primeros años de “chilenización”. 1890-1910 »
Esteban Campos, « ¿De fascistas a guerrilleros? Una crítica a la historiografía del Movimiento Nacionalista Tacuara y sus derivas hacia la izquierda peronista en la Argentina »
Enzo Videla Bravo, Hernán Venegas Valdebenito, « Intervención sanitaria y calidad de vida. Experiencia cotidiana en complejos socio industriales chilenos. 1920-1950 »

http://www.academia.cl/tiempohistorico/ojs/index.php/Tiempo-Historico/issue/view/13/showToc

VV.AA., « El horizonte fluvial. Coloquio en el país del sauce », Paraná, EDUNER, 2017

Résultat de recherche d'images pour "el horizonte fluvial"

VV.AA., El horizonte fluvial. Coloquio en el país del sauce, Paraná, EDUNER, 2017

http://www.eduner.uner.edu.ar/libro/151/el-horizonte-fluvial/

El horizonte ha sido históricamente objeto de interés en las artes, la filosofía y las ciencias. Esa figura, que cotidianamente se nos presenta de manera natural, supone en realidad la compleja construcción social y cultural de la mirada. Para analizar esta temática, en septiembre de 2015, en Paraná, se realizó el encuentro El horizonte fluvial, primer coloquio en el país del sauce, coorganizado por la Universidad Nacional de Entre Ríos y la Universidad de Paris-Est Créteil. En la Facultad de Ciencias de la Educación de la uner se reunieron escritores, estudiantes, docentes, artistas y lectores para exponer y debatir en torno de una serie de preguntas iniciales: ¿cómo determina el río la vida, pero también la perspectiva de una cultura, el sentido de su imaginario?, ¿hasta qué punto lo fluvial traza el horizonte de una región o una comunidad, en esa dialéctica entre lo visible y lo invisible, lo próximo y lo lejano, lo circunstancial y lo permanente?

Se presenta aquí, entonces, una obra diversa, que no elude la polémica ni se encierra en definiciones unívocas, sino que permite pensar la tensión permanente del horizonte. El libro incluye además un anexo que contiene información de todas las ponencias y expresiones artísticas que se presentaron en el coloquio, así como un catálogo de los libros presentes y futuros que implica este «horizonte» de la colección El País del Sauce.

Françoise Martinez, « Fêter la nation. Mexique et Bolivie pendant leur premier siècle de vie indépendante (1810-1925) », Nanterre, Presses Universitaires de Paris-Nanterre, 2017

Résultat de recherche d'images pour "Fêter la nation. Mexique et Bolivie pendant leur premier siècle de vie indépendante (1810-1925)"Résultat de recherche d'images pour "Fêter la nation. Mexique et Bolivie pendant leur premier siècle de vie indépendante (1810-1925)"

Françoise Martinez, « Fêter la nation. Mexique et Bolivie pendant leur premier siècle de vie indépendante (1810-1925) », Nanterre, Presses Universitaires de Paris-Nanterre, 2017

http://presses.u-paris10.fr/?p=3277

Les fêtes nationales et les hymnes patriotiques rencontrent en Amérique latine une ferveur remarquable. Pourtant, rien de spontané dans cet enthousiasme. Les dates choisies, les chants retenus et les commémorations mises en place sont les fruits de décisions politiques au service de projets médités de construction citoyenne. En fêtant la nation, le groupe se reconnaît un passé commun qu’il se remémore en même temps qu’il n’a de cesse de le réinterpréter.

C’est une histoire comparée de ces réinterprétations, des façons de célébrer l’État-nation au Mexique et en Bolivie, pendant leur premier siècle de vie indépendante, qui est proposée ici. Les deux républiques naissantes partageaient une même volonté de construction nationale et une même préoccupation face à la forte composante « indigène » de leur population. Mais elles envisagèrent des modalités distinctes pour tisser ou raffermir les liens nationaux, pour intégrer ou exclure, pour mettre en scène ou invisibiliser les populations des territoires concernés.

Au-delà des typologies esquissées, les politiques festives et symboliques cherchèrent à doter d’évidence un sentiment d’appartenance nationale encore embryonnaire, mais dont la généralisation devenait une nécessité politique.

Françoise Martinez est Professeure en Histoire et Civilisation de l’Amérique latine au Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA). Elle est Directrice du Master Langues, Cultures et Affaires Internationales, Co-directrice adj. de l’ED Lettres, Pensée, Arts et Histoire à l’Ufr lettres, langues, arts et sciences humaines (Flash)/LEA de l’Université de La Rochelle.