Archives du mot-clé Uruguay

Journée d’études: « Espaces de socialisation en Amérique latine (XIXe-XXIe siècles) », 7 décembre 2018

Résultat de recherche d'images pour "Université paris nanterre CRIIA"

Journée d’études

7 décembre 2018

Espaces de socialisation en Amérique latine (XIXe-XXIe siècles)

 Coordination : Dalila Chine Lehmann (Université Paris Nanterre) et Paola García (Université Paris Nanterre)
Lieu:  Salle séminaire 2, bâtiment Max Weber (bât. W)
Université Paris Nanterre
Horaire: 9h30-16h00

09h30–10h00 Accueil

TABLE I : Modératrice : Dalila Chine Lehmann (Université Paris Nanterre)

10h00–10h20 Marie Lecouvey (Université Paris Nanterre) : « Instituciones educativas y herencia de la sociedad de castas en el México independiente : estudios de casos »

10h20–10h40 Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8 ) : « Desarrollo y estructuración del círculo higienista en Chile (1880-1910) »

10h40–11h00 Jessica Torres Quiroga (Université P aris 8) : « L’altérité comme mode de socialisation dans la Banda Oriental »

11h00–11h20 Estelle Amilien (Université Paris Nanterre) : « La prensa satírica en Iquitos (Loreto, Perú) a inicios del siglo XX , entre socialización y exclusión »

11h20 Débat

 TABLE I I : Modératrice : Paola García (Université Paris Nanterre)

14h30–14h50 Jéssica Retis (California State University Northridge) : « El rol de las asociaciones en los procesos de socialización de las comunidades Nikkei en entono surbanos de Sao Paulo y Lima »

14h50–15h10 Javier Pérez Siller (Benémerita Universidad Autónoma de Puebla) : « Migración y sociabilidad : los franceses en México »

15h10–15h30 Tiphaine Duriez (Université Lumière Lyon 2) : « S’inscrire dans le déplacement. ‘Ethnographied’ un processus de socialisation »

15h30 Débat

16h Clôture

Contacts:  Dalila Chine Lehmann dlehmann@parisnanterre.fr et Paola García pgarcia@parisnanterre.fr

Fernández Domingo, Enrique, « L’Amérique latine et les deux Guerres mondiales », Revue Guerres mondiales et Conflits contemporains, 2018/2, n° 270

couverture de GMCC_270
Fernández Domingo, Enrique, « L’Amérique latine et les deux Guerres mondiales », Revue Guerres mondiales et Conflits contemporains, 2018/2, n° 270

https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2018-2.htm

Présentation

Fondée par Henri Michel, la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale a publié, de 1950 à 1986, 144 numéros portant sur les origines du conflit, les politiques, les stratégies, les combats menés par les États, seuls ou alliés en guerre. Études et témoignages provenaient d’auteurs de tous pays. Cette revue scientifique a confirmé cette dimension internationale avec l’extension, de son champ de recherche à tous les conflits du XXe siècle et l’adoption du titre Guerres mondiales et conflits contemporains. Depuis, chaque numéro comprend un dossier thématique, suivi d’articles divers, de témoignages et de comptes rendus. Ils portent sur la manière dont un pays ou un groupe de pays a réagi face aux guerres du XXe siècle, sur des thèmes diachroniques, sur les nouvelles recherches effectuées sur les conflits, même les plus récents.

Sommaire
Dossier. L’Amérique latine et les deux guerres mondiales
Juan Luis Carrellán, Alvar de La Llosa, L’appel de la Patrie : les réservistes et les volontaires francais au Chili pendant la Premiere Guerre mondiale
Natalia Molinaro, Les Intellectuels argentins face à la Premiere Guerre mondiale
Enrique Fernández Domingo, La Premiere Guerre mondiale et l’anarchisme uruguayen : Le cas du journal El Hombre (1916-1918)
Catherine Heymann, Hernando de Bengoechea, Un Poète colombien « Mort pour la France »
Dalila Chine, Le Mexique et la Deuxieme Guerre mondiale : de la non intervention à la déclaration de guerre
Varia
Maurice Carrez, Les historiens mis au défi ? Mémoires de guerre et politique dans la Finlande nouvellement indépendante
Louis Poulhès, Une opération de séduction : la libération de prisonniers politiques par les occupants à l’été 1940
Christophe Woehrle,  Les prisonniers de guerre français dans l’industrie de guerre du Reich (1940-1945)
Limore YagilCompte rendu

 

Mercredi 13 juin 2018, Journée d’études jeunes chercheurs : « Mémoire et Histoire en Amérique latine et Espagne. Du Contemporain au Temps présent (IHTP) »

See the source image

Affiche Journée d’études jeunes doctorants

Journée d’études jeunes chercheurs

Séminaire « Mémoire et histoire en Amérique Latine et en Espagne : du contemporain au temps présent »
(IHTP-CNRS, EHESS, Université Paris 8 Laboratoire d’Etudes Romanes)

Organisé par Flavio Foresi et Jessica Torres Quiroga
Mercredi 13 juin 2018
Heure : 14h00-18h00
Lieu : Colegio de España, 7E Bd. Jourdan, Cité Internationale Universitaire de Paris
PROGRAMME
Première partie
14h00– 16h00
 Uruguay : transition politique et amnistie (1980-1989)
Magdalena SCHELOTTO [Docteur en Sciences Humaines – Université Carlos III, ATER – Université Paris Descartes]
Réécrire l’histoire, réimaginer l’avenir : le passé indigène au Mexique aux années 1970
Myriam HERNANDEZ REINA [Université Paris 1 – IHTP]
1974-1976 : trois années fondamentales pour comprendre la vision française de la dictature argentine. Etat des recherches
Sylvain CHEVAUCHE’ [Université Paris 8 – IHTP]
La Cumbia villera como herramienta de lucha
Júpiter OSSABA [Université Paris 8 – Laboratoire d’études romanes]
Deuxième partie
16h30 – 18h00
‘El 5 de abril no se mató a la democracia, se la salvó’. Genre et mémoire salvatrice après l’auto-coup d’État de Fujimori
Tania ROMERO BARRIOS [Université Paris 8 – Laboratoire d’études romanes]
Du virtuel au réel : un musée de la mémoire en construction en Colombia Maria JUNCA [Université Paris 8 – Master Médias Cultures 2 Langues)]
« Si continuas violento, nada consigues » : une histoire culturelle de la violence en Colombie à travers la caricature politique (1958 – 1960)
Santiago GIRALDO [Université Paris 3 – IHEAL-CREDA]

Contact : jessica-torres@hotmail.frforesiflavio@gmail.com

Vendredi 18 mai 2018, Journée d’études « Construcción de la cultura nacional uruguaya,1830-1930 »

Affiche Journée d’études Uruguay

Vendredi 18 mai 2018

Journée d’études

Construcción de la cultura nacional uruguaya, 1830-1930

Lieu: Ambassade de l’Uruguay, 33, rue Jean Giraudoux 75116, Paris

Horaire: 17h00-20h00

Moderatrice: Jessica Torres-Quroga

Gano luego existo. Fútbol e identidad nacional en el Uruguay de principios del siglo XX (1902-1930)

Lorenzo Jalabert (IHEAL-Université Sorbonne Nouvelle) 

Lorenzo Jalabert D’Amado está preparando una tesis de doctorado en el Instituto de Altos Estudios de América Latina de la Universidad de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Sus investigaciones llevan sobre la organización del primer Mundial de fútbol en Montevideo y sobre los usos políticos del deporte en el Uruguay del Centenario.

Resumen : Entre su primer partido oficial en 1902 y su victoria en el Mundial de 1930, la selección uruguaya de fútbol conociú un periodo particularmente fasto que la llevó a triunfar en diversos torneos de corte internacional. Estas victorias futbolísticas fueron progresivamente generando una imagen del Uruguay que se proyectó tanto dentro como fuera del país. Con esta ponencia proponemos hacer un repaso de las diferentes etapas y modalidades de esta temprana construcción de una identidad uruguaya a traves del fútbol. 

 Médicos europeos en el Uruguay post-independiente. Actores primordiales en la organización temprana de la medicina nacional

Nancy González (EHESS)

Doctora en Histoire et Civilisations (EHESS) su investigación se ha consagrado al estudio de la historia uruguaya, particularmente a la historia del catolicismo y a la historia de la medicina.  Miembro asociado de Amérique Latine Histoire et Memoire (ALHIM) de la Universidad Paris 8 y de la Canadian Society for the History of Medicine, se interesa sobretodo en la producción de saberes sobre las enfermedades exóticas, en la circulación de saberes y de prácticas entre Uruguay y Francia, así como también en las relaciones entre la institución médica y la iglesia católica uruguaya en la época que va desde el periodo colonial hasta el final del militarismo en 1886.

Resumen : Apenas hubo ganado su Independencia, el Uruguay se convirtió en un importante punto de convergencia donde médicos provenientes de diversos países europeos decidieron instalarse definitiva o temporalmente. Esta comunicación tiene por objetivo principal analizar la manera en la que esos médicos, vectores principales de una importante circulación de saberes y de prácticas médicas hacia el río de la Plata, contribuyeron a la organización institucional de la medicina y a la medicalización de la sociedad uruguaya. Señalado por la historiografía contemporánea y, sin embargo, poco profundizado, el estudio minucioso del papel jugado por los médicos extranjeros en pro de la organización y del afianzamiento de la medicina en la región nos permitirá, además, de poner en relieve el hecho de que esos médicos utilizaron su estadía en Uruguay para perfeccionar sus conocimientos. De este modo, a pesar del carácter embrionario en el que se encontraba la medicina local a su llegada, la región ofreció múltiples beneficios à la medicina internacional, participando así  directamente al progreso del saber médico internacional en el siglo XIX.

 La violencia letrada 

Valentina Litvan (Univeresité de Lorraine) 

Maître de Conférences en literatura latino-americana en la Université de Lorraine. Investigadora del  Centre de recherche Ecritures (EA 3943).

Resumen : Se analizará el gesto de la construcción imperiosa y urgente de una mitología uruguaya durante el Centenario a través de la primera antología uruguaya, El Parnaso Oriental. El estudio tanto de la selección de autores, con sus olvidos, relevamientos o ausencias, como de las temáticas abordadas y del lenguaje monolítico que compone sus versos, permitirán cuestionar el proceso de la fundación de una literatura nacional.

 

Contact: enrique.fernandez@yahoo.fr

 

Séminaire ALHIM Amérique Latine Histoire et Mémoire octobre 2017-juin 2018

Séminaire ALHIM (Amérique Latine Histoire et Mémoire)

octubre 2017-juin 2018

ALHIM 2017-2018

Vendredi 27 octobre 2017

Séance séminaire ALHIM : Dialogue autour du livre « Pour comprendre le Venezuela », Andrés Bansart  (Universidad Simón Bolivar de Caracas, Venezuela), Université Paris 8, salle B 106, 15h00-17h00

Mardi 7 novembre 2017

Séance séminaire ALHIM : Les derniers jours du Che en Bolivie, Carlos Soria Galvarro Terán (Universidad Mayor de San Andrés, Bolivia),  salle de la recherche de la bibliothèque de l’Université Paris 8, 9h30-12h30

Vendredi 10 novembre 2017

Séance commune séminaires ALHIM, ERESCEC et CRH-EHESS : Mémoire(s) de la violence. Espagne, Pérou, Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris, 14h30-17h00

Vendredi 24 novembre 2017

Séance séminaire ALHIM : Hip Hop organisé et luttes sociales au Pérou. « Protestas, propuestas y procesos » de Pablo Malek, Université Paris 8, salle B 106, 14h00-19h00

Lundi 11 décembre 2017

Séance séminaire ALHIM : Discursos y representaciones en disputa en torno a la problemática de los « niños desaparecidos » durante la transición y los primeros años de democracia en Argentina (1980-1997), Fabricio Laino Sanchis (UBA-CONICET/UNSAM/UNDAV), Université Paris 8, salle B 313, 13h00-15h00

Jeudi 25 janvier 2018

Séance commune séminaire ALHIM et l’Axe Transferts textuels et migrations esthétiques : Présentation du livre « NO ». Pablo Larraín de Michèle Arrué (Université Paris 8), Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris, 14h30-17h00

Vendredi 23 février 2018

Séance séminaire ALHIM : Présentation du livre José Martí 1853-1895. Les fondements de la démocratie en Amérique latine de Paul Estrade (Université Paris 8), Salle de Recherches de la Bibliothèque de l’Université Paris 8, 15h00-17h00

Vendredi 23 mars 2018

Séance séminaire ALHIM  :  Aproximación histórica sobre el problema negro en Cuba y los debates actuales acerca de la discriminación racial, Armando Perryman Figueroa (Universidad Carolina de Praga), Université Paris 8, salle D 143, 15h00-17h00

Vendredi 30 mars 2018

Séance séminaire ALHIM  : Castas e indígenas en la Constitución de Cádiz (1812), Gloria Zarza Rondón (Université Paris 8), Université Paris 8, salle D 311, 15h00-17h00

Jueves 17 mai 2018

Séance séminaire ALHIM : La política exterior argentina en el marco de los festejos del bicentenario de la Revolución de Mayo (2010) y de la Independencia (2016): marchas y contramarchas del cambio de gobierno, Melisa Deciancio (FLASCO-Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales), Université Paris 8, salle B 307, 9h30-11h00

Vendredi 18 mai 2018

Séance séminaire ALHIM : L’Uruguay au XIXe siècle, Ambassade de l’Uruguay, 33, rue Jean Giraudoux 75116, Paris, 15h00-20h00

18-23 juin 2018

Ecole d’été : Dialogues interdisciplinaires franco-cubains : discours et pratiques du métier de chercheur, Facultad de Humanidades de la Universidad de Ciencias Pedagógicas « Enrique Jose Varona » de La Havane (Cuba)

15-20 juillet 2018

Symposium : Artesanos de la globalización: circulación de discursos, prácticas, personas y redes de sociabilidad en América Latina (siglos XIX-XXI), 56e Congrès International d’Américanistes, Salamanque (Espagne)

Novembre 2017-mai 2018

Co-organisation du séminaire Mémoire et Histoire en Amérique latine et Espagne. Du contemporain au Temps présent, http://www.ihtp.cnrs.fr

Contact:  enrique.fernandez@yahoo.fr

Séance Séminaire ALHIM du 28 avril 2017: « Les racines de l’eugénisme »

Résultat de recherche d'images pour "George-Alexandre Chicotot, Le tubage, 1904"George-Alexandre Chicotot, Le tubage, 1904

Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8

  Les racines de l’eugénisme

Richard Cleminson (Université de Leeds): L’eugénisme dans la péninsule ibérique : entre l’eugénisme latin et l’eugénisme allemand

La comunicación es un análisis de la eugenesia ibérica dentro del marco de la eugenesia Latina. Para Marius Turda y Aaron Gillette (Latin Eugenics in Comparative Perspective,. London: Bloomsbury Publishing, 2014) hay una tendencia identificable contrastada con la anglosajona o alemana. Esta comunicación aborda la viabilidad o no de la existencia de la eugenesia latina,  a partir de un fuerte interés en entender los orígenes de la raza en cada país y las variaciones “raciales internas” que existían en los países.

El uso del término eugenesia latina, tiene un uso diferencial que se consolida en los años 1930. Para Marius Turda, Aaron Gilette, el eugenismo latino se centra en el individuo y en la comunidad nacional más que en la zara, concentrándose en las políticas familiares y poblacionales. Sin embargo existían, al mismo tiempo, fuertes corrientes cercanas a los preceptos alemanes y del norte de Europa

1. Orientación profesional y técnica como manera de mejorar el trabajo

En España, en 1945, se funda el Instituto Psicotécnico desde donde se propone una organización científica del trabajo para aumentar el rendimiento obrero, aumento de la productividad a través de aparejamientos biotecnológicos. “Selección de los mejores”: orientación profesional, visión medieval del régimen franquista, frente a una “organización científica del trabajo” que se considera infectada de valores liberales e incluso marxistoides. A través del trabajo se realizaría la expiación de los pecados políticos. En 1940 se sanciona el Fuero del Trabajo.

Antonio Vallejo Nágera defiende una política racial del Nuevo estado, una “eugenesia de la Hispanidad” (Antonio Vallejo Nágera [1888-1960], Eugenesia de la Hispanidad y regeneración de la raza Editorial Española, S. A. Burgos 1937, 142 páginas :  http://www.filosofia.org/bol/bib/nb063.htm) Juan Dantin Gallego y Eusebio Martí quieren ligar “científicamente las cualidades profesionales con las taras constitucionales y físicas de cada obrero (Richard Cleminson, « Iberian eugenics? Cross-overs and contrasts between Spanish and Portuguese eugenics, 1930-1950 », Dynamis, 2017; 37 (1): 89-110; http://www.raco.cat/index.php/Dynamis/article/viewFile/318874/409095)

En Portugal, En 1935 se funda la FNAT (Fundação Nacional para Alegria no Trabalho) del estado Novo. En 1940, hay una convergencia entre salud y Nación (gimnasia, tests biotipológicos de trabajo,…). El mismo año se crea el INEF. Para Luis de Pina el problema del deporte, en su esencia, es un mero problema eugénico.

2. Antropología española y portuguesa

La antropología europea centra sus puntos de interés alrededor de la construcción de la Nación y la consolidación del Imperio. En España y Portugal, estas dos corrientes están entretejidas desde los años 1930. En España, se defiende la fusión como valor principal de la suprema raza hispana. Las castas superiores e inferiores, a través de una fecundidad de los selectos, formarían la raza hispana. Para Vallejo Nágera, la mixtura racial mostraba que no había ninguna pureza racial en la historia de España. La raza española sería una mezcla cultural y étnica mixta. Una “aproximación de la razas” y no una “raza pura” sobre las otras. “Fusión de las razas” como el genio de la raza española realizado gracias a la actuación de la Iglesia Católica.

En Portugal, durante los años 1930, se apoya la idea de una cierta “fusión racial” entre los protugueses europeos y los portugueses africanos. Le régimen de Salazar defiende una hibridez en el tropicalismo justificador de la actuación colonial.

3. Eugenesia portuguesa: Almerindo Lessa

Discípulo de Abel Salazar, trabaja sobre la higiene sexual y la eugenesia. En 1937 se reúne en Paris el Congreso Latino de Eugenesia reunión donde se decide la fundación de la Federación Internacional Latina de Sociedades de Eugenesia.

Almerindo Lessa define la eugenesia como el “arte de criar los buenos hombres”. Defiende la mezcla racial, el mestizaje, enfatizando el individuo de la nación más que de la raza. El “injerto racial” como proyecto de mestizos luso donde cualquier raza o color serían los hombres nuevos de la comunidad tropical del Imperio portugués. Mestizaje hacia afuera, raza pura hacia adentro: diferenciación racial entorno a la posibilidad del mestizaje.

4. Incidencia de la eugenesia alemana en Portugal: Eusebio Tamagnini, José Ayres de Azevedo, Leopoldina Ferreira Paulo

Tendencia eugenesia alemana en Portugal contraria a la mezcla racial, contraria a la eugenesia familiar y en favor de la eugenesia racial. Leopoldina Ferreira Paulo fue alumna de Otman von Verschmer en Alemania.

En general, no se puede homogeneizar el concepto de la eugenesia latina. Existe un solapamiento con la eugenesia del norte de Europa y una diversidad nacional dentro de las diferentes corrientes in ternacionales.

Conferencia Richard Cleminson (Inglés)

Nancy Gonzalez Salazar (EHESS/CRH): Combattre la dégénérescence de la race. La précoce réception et adaptation des préceptes eugénistes en Uruguay (1830–1898)

L’Uruguay, initialement faiblement peuplée, fut, dès l’arrivée des Espagnols, essentiellement occupé par des étrangers. Le cosmopolitisme qui caractérisa le pays a aussi gagné la sphère médicale, qui fut composée par de nombreux étrangers, surtout dans la première partie du XIXe siècle. Ces médecins se sont intéressés à l’étude des mœurs et de l’hygiène de vie des populations locales. Nés des unions entre Indiens et Noirs, les Zambas furent ainsi signalés comme une population ayant perdu les avantages distinguant les deux races, n’héritant que des vices organiques de chacune et sujette à de nombreuses maladies. Quant aux Gauchos – issus du métissage entre les autochtones et les Espagnols – bien que signalés comme possédant une robustesse et une physionomie supérieures à celles des Européens, ils ont été pointés du doigt par les médecins étrangers à cause de leur hygiène de vie considérée comme inadéquate, de leur fort tempérament et de leur nonchalance caractéristique, autant de particularités qui en faisaient une population difficilement gouvernable et jugée comme ne présentant pas les qualités requises pour contribuer à l’essor et au progrès de cette jeune nation.

Les défaillances qualitatives de ces populations préoccupaient grandement les médecins qui, dans la première moitié du XIXe siècle, étaient fortement influencés par la théorie de la dégénérescence. Les prémices du mouvement eugéniste font leur entrée dans la rive gauche de la Plata par la voie de discours et théories sur la dégénérescence. Constitution du terreau ayant permis l’accueil et l’adoption de l’eugénisme en Uruguay. Les préceptes eugénistes qui, trouvant un écho important dans le contexte particulier de l’Uruguay, ont été adaptés au dernier quart du siècle.

Au début des années 1830 les médecins français présents en Uruguay abordent la question de la « qualité de la race ». En 1837 est rédigé le premier projet de loi de police sanitaire et maritime. C’est un premier précédant porté vers les étrangers. Les médecins français et italiens proposent des topographies médicales de la population en vue de l’acclimatation des gens au nouveau pays. Les populations locales sont décrites comme sales, promiscues, porteuses de maladies, pleine de tares à cause du mélange entre les Indigènes et les Noirs, les tares sociales des Gauchos, alcooliques, manquante d’hygiène…

1850-1898, développement des discours et des préceptes eugénistes (Topographie médicales sur la région, 1885). En 1865 un bureau d’immigration est créé. La population italienne est ciblée dans les discours médicaux et administratifs. En 1870 il y a une résurgence de la question de la « qualité de la race » jusqu’alors écartée du discours médical. Les médecins abordent la question de la procréation très liée au discours moraliste (adapté en fonction de la population visée). Création d’espaces destinés exclusivement à l’attention infantile : 1861, ouverture du Asilo de expósitos y huérfanos ; 1902, Hôpital Pereira Rossell, Création de l’Ecole Valerienne (réforme scolaire du président Varela : cours de gymnastique, hygiène, moral,…)

L’hygiénisme abordé comme prise en charge ciblée des populations : 1860, formation d’une colonie pour aliénés, 1880, Manicomio Nacional (Angel Cannaveris), 1896-1898, Instituto de Higiene Experimental (Juan B. Morelli, José Scoseria, Giuseppe Sanarelli) Mésures étatiques en faveur de la sauvegarde de la qualité de la population uruguayenne : arts. 26 et 27 de la Loi 2096 de promotion d’immigration (1890) ; 1902, Décret de renforcement de la Loi 2096 ; 1902, Création de la Ligue uruguayenne contre la tuberculose ; 1933, dépénalisation de l’avortement et de l’euthanasie ; 1934, Code le l’enfant, l’enfant comme la racine du progrès de la nation.

Silvano Montaldo (Université de Turin): Races, degénérescence et eugénisme dans l’Italie du Post-Risorgimento

L’eugénisme italien est présenté par l’historiographie comme positif, social, visant à favoriser la reproduction, la famille et la médicine sociale, face à un eugénisme nordique négatif et racial. Cependant, selon Giuseppe Sergi (1841-1936), professeur d’anthropologie et psychologie comparée et représentant du positivisme italien, en mélangeant un eugénisme positif et négatif, l’élimination radicale des individus « malsains » de la société favorise la reproduction des groupes « meilleurs ». Dans l’Italie de la fin du XIXe siècle, il existe un développement des rapports entre la « science criminelle » et l’eugénisme : stérilisation, interdiction de mariages entre criminels,…

Paolo Mantegazza (1831-1910), médecin, neurologue, anthropologue, hygiéniste, écrivain, vulgarisateur et homme politique italien, publie en 1868 le roman Un giorno a Madera et en 1897 L’anno 3000: sogno ou développe les théories et pratiques hygiénistes ainsi que les méthodes pour éviter la transmission héréditaire de la tuberculose.

En 1879, Cesare Lombroso publie L’Uomo delinquente où le professeur de médecine légale propage une culture eugéniste. (An interview with Silvano Montaldo, director of the controversial Lombroso Museum of Criminal Anthropology at the University of Turin, Ihttps://vimeo.com/141922557) Son travail va avoir une certaine influence sur les membres du cercle eugéniste italien (Antonio Marro, Alfredo Ciseforo, Giuseppe Sergi, Enrico Morcelli, Aquile Loria) dont leur présence est attestée au Premier congrès d’eugénisme de Londres en 1912. Lombroso est à l’origine d’un proto-eugénisme italien avec sa conception du criminel et du fou basée sur l’idée de dégénération dans les deux sens : involution (la maladie) et évolution (innovation et progrès). En 1913 est créé le Premier Comité italien pour les études d’eugénisme avec Salvatore Otelengui (Ecole de police scientifique italienne) à sa tête. La peine de mort est considérée comme une sélection artificielle nécessaire pour empêcher la reproduction des criminels.

Giuseppe Sergi publie, en 1899, Le degenerazioni umane. L’Etat devait intervenir envers les cas les plus graves : déportation, empêchement, de reproduction sur le sol de la patrie, travail, contre les dégénérés. En 1904, dans I vantaggi della degenerazione, Gina Lombroso défend la stérilisation forcée et la peine de mort.

En 1885, on atteste l’usage de la chirurgie dans la stérilisation de femmes qui ont eu une césarienne, qui ont le bassin trop fin, une pathologie cardiaque ou rénale,… Après 1895, la stérilisation est vue comme profilais. En 1897 l’hygiénisme de la chirurgie est proposé contre la prolifération des individus dangereux pour la société. Spinelli et Zucchareli, de la Société médicale de Naples, prônent une stérilisation eugénique comme progrès par rapport aux propositions de castration américaines. La stérilisation féminine vue comme solution scientifiquement valable contre la dégénération, avec un but clairement eugénique.

L’anthropologie criminelle de Lombroso a alimenté le débat eugénique en Italie. Lombroso ne partage pas la stérilisation masculine et féminine prônées par Zucharelli. Vers 1908, il était d’accord avec la symbiose du criminel prenant garde à que les dégénérés ne prennent pas le dessus. Cependant, à la fin du XIXe et le début du XXe siècle, les progrès de la chirurgie présentaient des possibilités inconcevables dans la période de constitution de l’anthropologie criminelle de Lombroso. Celui-ci montre des réticences morales face à ces possibilités nouvelles que ses jeunes collègues ne semblent pas partager.

Contacts : Xavier Tabet, xavier.tabet@wanadoo.fr, Mercedes Yusta Rodrigo, myusta@free.fr, Enrique Fernández Domingo, enrique.fernandez@yahoo.fr

 

Les Cahiers ALHIM (Amérique latine Histoire et Mémoire) n° 32

 

1re de couverture du numéro 32

Les Cahiers Alhim (Amérique latine Histoire et Mémoire), de l’Université de Paris 8,  viennent de publier :

« Partis, mouvements et organisations patronales: les droites dans le Cône Sud latino-américain (1950-2016) », n° 32, 2016 sous la direction de Pablo Rubio Apiolaza (Biblioteca del Congreso Nacional de Chile. Doctor en Historia Contemporánea, Universidad Autónoma de Madrid/Pontificia Universidad Católica de Chile)

https://alhim.revues.org/?lang=fr